En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Ecuries / Pilotes 1997 » Lola-Ford

Lola-Ford

Tout savoir sur... l'écurie


@LA CARTE DE VISITE:
Adresse Couleurs et site internet Management
MasterCard Lola F1 Team
Glebe Road, St Peters Hill,
Huntingdon, Cambridgeshire,
PE18 7DS (Grande-Bretagne)
Lola T97/30
www.mastercard.com/lola
Président Directeur Généal
et Directeur Technique:
Eric Broadley


@LE PALMARES: (en début de saison)
Historique Course Championnat
Débuts en Grand Prix: Pays-Bas 1962
Grands Prix disputés: 149 (dont 18 Embassy
+ 19 Haas + 78 Larrousse + 14 Scuderia Italia)
Points marqués: 43 (moy. par GP: 0,29)
Pole position: 1
Meilleur tour: 0
Victoire: 0
Meilleur classement: 4ème en 1962
Classement 1996: non concouru


@LA MONOPLACE:
Châssis Moteur Pneumatique
Lola T97/30 Ford-Cosworth V8 ECA Zetec-R
logo Ford-Cosworth
logo Bridgestone


@LE MATERIEL:
Châssis T97/30 réalisé par un pool d'ingénieurs sous la direction d'Eric Braodley. Boîte de vitesses transversale semi-automatique Lola. Moteur V8 Ford-Cosworth ECA (le V10 conçu en collaboration avec Al Melling pourrait apparaître en cours de saison). Système de suspension AV/AR à double triangulation et poussoir. Combinés ressort/amortisseur Koni.


@L'ECURIE:
Cent trente-neuf Grands Prix au compteur mais pas la moindre victoire! A l'opposé de disciplines comme la Can-Am, les Sport-Protos ou, comme aujourd'hui, l'IndyCar américaine et la F3000 européenne, la vie en F1 pour Lola n'a jamais été un long fleuve tranquille. Pour le père fondateur, l'œuvre restait donc plus que jamais inachevée. A moins d'un an de la commémoration du 40ème anniversaire de la création de Lola Cars en 1958, Eric Broadley pouvait-il se résoudre à clore le chapitre F1 du grand livre de sa marque sur le cuisant échec de 1993? Non!

Une nouvelle fois échaudé par un retour avorté en 1994, il optait pour un repli stratégique afin de mieux préparer un énième "come-back" qui, cette fois, devait être décisif. Des contacts avec la très convoitée société de crédit américaine "MasterCard" étaient alors noués. Dix-huit mois plus tard et un contrat de 40 millions de dollars en poche (10 par an) le presque septuagénaire finissait par réussir l'un des plus beaux coups marketing de sa carrière. L'épilogue heureux de ces négociations serrées avait lieu début novembre, alors que commençait une toute autre course contre la montre... Le 2 décembre, la trentaine de personnes spécialement attachées au projet F1 (s'appuyant sur les quelque 200 âmes des autres départements d'Huntingdon) s'attaquaient à la tâche et deux mois et demi plus tard, la Lola-Ford T97/30 était dévoilée à Londres. Au terme de ce tour de force technique, Broadley réussissait son premier pari... Le plus aisé, sans doute!

Fortement malmené par Reynard en championnat IndyCar, Broadley sait mieux que quiconque qu'un nouvel échec en GP porterait un énorme préjudice à sa marque. Un constat qui ne semble pas effrayer l'homme. Ainsi, sûr (trop?) de son affaire, n'hésite-t-il pas à mettre la barre très haut en ironisant sur le Stewart Grand Prix (l'autre écurie débutante de l'année) et en claironnant que Lola devrait être en mesure de se montrer la plus performante des écuries chaussées de Bridgestone. Un sacré challenge quand on sait que le team (qui a aussi entrepris la réalisation de son propre V10) ne dispose pas avec le Ford V8 ECA du plus brillant moteur du plateau et que Vincenzo Sospiri effectue ses débuts en GP. Certes, Ricardo Rosset est plus aguerri, mais ses piètres performances chez Footwork l'an passé plaident peu en sa faveur. Alors, vers quelle aventure se dirige donc ce constructeur dont la production de châssis est supérieure au millier d'exemplaires? Ressemblera-t-elle à ses premiers pas en F1 quand John Surtess avait signé la pole du GP de Hollande en 1962 ou à ses derniers quand les T93/30 de la Scuderia Italia écumaient les fonds de grille en 1993? De cette réponse dépend, aujourd'hui, la crédibilité de la marque...



Fin mars 1997, le coup de théâtre!!!: Après la non-qualification de ses deux pilotes pour le GP d'Australie, l'écurie Lola se voit plaquée par son partenaire principal MasterCard. Conséquences: des monoplaces sous bâches, des caisses de matériel hermétiquement closes, c'est cette image de désolation que présentait le stand Lola à Interlagos (GP du Brésil).
Lola T97/30

Tout savoir sur... les pilotes


@LEUR PALMARES: (en début de saison)
24. Ricardo Rosset
R. Rosset Carte de visite: Né le 27/07/1968 à São Paulo (Brésil). Célibataire.
Débuts en Grand Prix: Australie 1996 (Footwork) et Grands Prix disputés: 16
Carrière en F1: Footwork (96)
Pole position: 0 et Meilleur tour: 0
Meilleur classement en course: 8ème au GP de Hongrie 1996
Point marqué: 0 (moy. par GP: 0,00)
Meilleur classement au championnat: 18ème en 1996
Classement 1996: 18ème avec 0 point

25. Vincenzo Sospiri
V. Sospiri Carte de visite: Né le 09/10/1966 à Forli (Italie). Célibataire.
Débute en Grand Prix
Palmarès 1995: Champion international de F3000

Andrea Montermini (pilote-essayeur)
.:: Autres saisons ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Statistiques ::.
>> Découvrez en détails tous les chiffres de la F1 mis à jour après chaque course!
calculatrice • Grands Prix, pilotes, écuries, moteurs, pneumatiques... vous saurez tout sur les différents participants.
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.