En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Ecuries / Pilotes 1997 » Stewart-Ford

Stewart-Ford

Tout savoir sur... l'écurie


@LA CARTE DE VISITE:
Adresse Couleurs et site internet Management
HSBC Malaysia Stewart Ford
16 Tanners Drive, Blakelands,
Milton Keynes MK14 5BW (Grande-Bretagne)
Stewart SF1
www.stewart-ford.com
Président: Jackie Stewart
Directeur Général: Paul Stewart
Directeur Technique: Alan Jenkins


@LE PALMARES: (en début de saison)
Débute en Grand Prix


@LA MONOPLACE:
Châssis Moteur Pneumatique
Stewart SF1 Ford-Cosworth V10 VJ Zetec-R
logo Ford-Cosworth
logo Bridgestone


@LE MATERIEL:
Pontons hauts, ligne fort proche des précédentes réalisations d'Alan Jenkins, cette monoplace conçue de A à Z par ordinateur se veut assez conventionnel, mais cache néanmoins quelques subtilités aérodynamiques dans la zone des pontons. Le moteur est une évolution du V10 Zetec-R utilisé par Sauber en fin de saison dernière.


@L'ECURIE:
Quatre janvier 1996, le géant Ford donne rendez-vous à la presse internationale à Detroit pour annoncer qu'il se lie pour cinq ans, à compter de 1997, au Stewart Grand Prix qui n'est encore, pour l'heure, que de papier. Certes, le palmarès du "Paul Stewart Racing" est flatteur tant en Formule Wauxhall, qu'en F3 ou F3000, mais le pari de Jackie et Paul n'en est pas moins osé puisqu'ils doivent partir d'une feuille blanche. D'entrée, rendez-vous est néanmoins pris pour le mois de décembre 1996 et le compte à rebours commence. Libéré de ses obligations chez Arrows, Alan Jenkins est le premier à rejoindre les Stewart, et commence à former l'équipe avec Paul. De son côté, Jackie part à la chasse au financement. Son nom ouvre toutes les portes mais, malgré tout, la tâche se montre plus ardue que prévue. Plutôt que de dilapider inutilement l'apport financier de Ford (on parle de 100 millions de livres sterling - 910 millions de nos francs environ - sur cinq ans), le Stewart Grand Prix annexe les petits locaux du "PSR" et investit dans une technologie dernier cri lui permettant de travailler en direct avec la soufflerie californienne "Swift", l'une des plus cotées au monde.

En septembre, une maquette à échelle 50% entièrement réalisée par ordinateur est produite. A l'usine, Paul tient ses délais alors que Jackie signe avec la "Hong Kong et Shanghai Banque" un contrat de sponsoring portant sur 25 millions de livres (environ 227 millions de francs) répartis sur cinq ans. L'équipe grandit et se renforce d'ingénieurs ou d'aérodynamiciens de renom (comme Eghbal Hamidy, disciple de Newey chez Williams). Côté Ford, les choses bougent également et il devient de plus en plus clair que, face aux difficultés rencontrés par les Stewart pour boucler le budget, le géant américain se voit obligé de compenser. Financièrement, et techniquement aussi, le poids de Ford se fait de plus en plus lourd et il ne fait plus de doute que le Stewart Grand Prix est en fait le bras armé de Detroit en GP.

Depuis le sacre de Schumacher en 1994, l'influence de Ford en F1 a passablement chuté par la faute d'un partenariat pour le moins terne avec Sauber et d'un nouveau V10 Zetec manquant de brio. La réaction, c'est cet engagement sans précédent devant aboutir au titre mondial au terme de la 5ème année au maximum. Rarement, voire jamais, une écurie naissante a eu la possibilité de débuter en F1 avec un contrat de cinq ans d'exclusivité moteur en poche; les Stewart en ont conscience et, un peu contre toute attente, confondent les sceptiques en présentant comme prévu la SF1 à la mi-décembre. Fort de ce premier pari réussi, ils enchaînent par des séries de tests hivernaux plus que prometteurs. Assez injustement laché par Eddie Jordan, Rubens Barrichello revit alors que le jeune Jan Magnussen retrouve la F1 après ses impressionnants débuts à Aïda en 1995. Bref l'aventure commence sous les meilleurs auspices, mais le plus dur est à venir...
Equipe Stewart SF1

Tout savoir sur... les pilotes


@LEUR PALMARES: (en début de saison)
22. Rubens Barrichello
R. Barrichello Carte de visite: Né le 23/05/1972 à São Paulo (Brésil). Célibataire.
Débuts en Grand Prix: Afrique du Sud 1993 (Jordan) et Grands Prix disputés: 64
Carrière en F1: Jordan (93/94/95/96)
Pole position: 1 et Meilleur tour: 0
Meilleur classement en course: 2ème au GP du Canada 1995
Points marqués: 46 (moy. par GP: 0,72)
Meilleur classement au championnat: 6ème en 1994
Classement 1996: 8ème avec 14 points

23. Jan Magnussen
J. Magnussen Carte de visite: Né le 04/07/1973 à Roskilde (Danemark). Célibataire, un enfant.
Débuts en Grand Prix: Pacifique (Japon) 1995 (McLaren) et Grand Prix disputé: 1
Carrière en F1: McLaren (95)
Pole position: 0 et Meilleur tour: 0
Meilleur classement en course: 10ème au GP du Pacifique 1995
Point marqué: 0 (moy. par GP: 0,00)
Classement 1996: non concouru
Palmarès 1996: championnat ITC (1 victoire) et IndyCar (4 courses)
.:: Autres saisons ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Statistiques ::.
>> Découvrez en détails tous les chiffres de la F1 mis à jour après chaque course!
calculatrice • Grands Prix, pilotes, écuries, moteurs, pneumatiques... vous saurez tout sur les différents participants.
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.