En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 1997 » Grand Prix d'Argentine

Grand Prix d'Argentine

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Troisième manche du Championnat du monde 1997 de F1. FIA F1WC
Dates: 11, 12 et 13 avril. Lieu: Autodrome "Oscar Alfredo Galvez", Buenos Aires.
Engagés: 22. Qualifiés: 22. Partants: 22. Classés: 10.
Conditions atmosphériques: beau et très chaud.
Affluence: environ 50 000 spectateurs le dimanche.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1953.
Editions disputées à ce jour: 18 (toujours sur le même circuit).
 
Décalage horaire: GMT -3h (-5h de France, heure d'été).
Heure de départ: 13h, heure locale (18h, heure française).
Circuit: 4,259 km x 72 tours, soit 306,648 km au total.
 
Description: Après une interruption de près de quinze ans, le GP d'Argentine a retrouvé sa place au calendrier en 1995. Les structures de l'autodrome Oscar Alfredo Galvez, situé dans le sud de Buenos Aires, ont subi de nombreuses transformations pour satisfaire aux exigences de la FIA. La piste étroite et sinueuse n'offre malheureusement que peu de possibilités de dépassements, même si le dessin du circuit est très varié.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'30"346 (moy. 169,708 km/h) par
Damon Hill (Williams FW18-Renault) en 1996.
1'29"413 (moy. 171,478 km/h) par
Jean Alesi (Benetton B196-Renault) en 1996.
 
@LE PODIUM 1996:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 5. Damon Hill Williams FW18-Renault (G) en 1h54'55"322 (160,099 km/h)
2 6. Jacques Villeneuve Williams FW18-Renault (G) à 0'12"167 (159,817 km/h)
3 3. Jean Alesi Benetton B196-Renault (G) à 0'14"754 (159,757 km/h)


LES RESULTATS EN UN CLIN D'ŒIL • Grille de départ • • Classement à l'arrivée • • Classement des championnats •


@LE RESUME DE LA COURSE:
J. Villeneuve (Williams)A l'évidence, le facteur pneumatiques devrait s'avérer capital, du moins en ce début de saison. Le GP d'Argentine en a été l'illustration parfaite même si force est restée dans le camp de Goodyear. Olivier Panis, étincelant aux essais, paraissait être le seul en mesure de contester la suprématie de la Williams de Jacques Villeneuve, une fois Heinz-Harald Frentzen éliminé par une défaillance mécanique.

Hélas, la démonstration de la Prost-Mugen Honda d'Olivier Panis tournait court et Jacques Villeneuve, quoique diminué par des ennuis de santé, semblait devoir survoler les débats. Il n'en était rien car le choix du type de gommes et leur dégradation allait modifier les données de l'épreuve en fin de parcours. Dans cette course meurtrière, Eddie Irvine se révélait étonnant, au volant de sa Ferrari, au point d'inquiéter jusqu'à l'arrivée un Jacques Villeneuve mal en point, mais tout de même vainqueur. Ralf Schumacher, 3ème, créait la sensation en plaçant sa Jordan-Peugeot sur le podium!
.:: Affiche ::.
>> 600ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.