En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2015 » Grand Prix du Mexique

Grand Prix du Mexique

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Dix-septième manche du Championnat du monde 2015 de F1. FIA F1WC
Dates: 30, 31 octobre et 01 novembre. Lieu: Circuit de Mexico City.
Engagés: 20. Qualifiés: 20. Partants: 20. Classés: 16.
Conditions atmosphériques: ciel ensoleillé. 22°C dans l'air, 56°C sur la piste et 41% d'humidité.
Affluence: environ 135 000 spectateurs le dimanche (335 000 sur les trois jours).


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1963.
Tracé modifié (version raccourcie du précédent tracé).
Editions disputées à ce jour: 15 (toujours sur le même circuit).
 
Décalage horaire: GMT -6h (-7h de France, heure d'hiver).
Heure de départ: 13h, heure locale (20h, heure française).
Circuit: 4,304 km x 71 tours, soit 305,354 km au total.
Décalage avec la ligne de départ: 230 m.


@LES RECORDS:
Pole position Meilleur temps en course
1'16"346 (moy. 208,467 km/h) par
Nigel Mansell (Williams FW14B-Renault) en 1992.
1'16"788 (moy. 207,267 km/h) par
Nigel Mansell (Williams FW14-Renault) en 1991.
 
@LE PODIUM 1992: (dernier GP s'étant déroulé sur ce circuit)
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 5. Nigel Mansell Williams FW14B-Renault (G) en 1h31'53"587 (199,176 km/h)
2 6. Riccardo Patrese Williams FW14B-Renault (G) à 0'12"971 (198,709 km/h)
3 19. Michael Schumacher Benetton B191B-Ford Cosworth (G) à 0'21"429 (198,405 km/h)


@LES FAITS DE COURSE:
Rosberg gagne et reprend la 2ème place du championnat!Si l'ambiance a été exceptionnelle autour du circuit, avec 120 000 spectateurs dans les tribunes, le spectacle sur la piste n'a pas été au rendez-vous pour le retour de la F1 au Mexique, 23 ans après. On attendait du spectale et éventuellement un duel entre les Mercedes au premier virage, mais Nico Rosberg a parfaitement réussi son envol et n'a pas laissé l'occasion à Lewis Hamilton de l'attaquer. En revanche, Sebastian Vettel (Ferrari), qui avait espéré samedi, avec humour, un accrochage entre les Mercedes pour prendre les commandes, a été touché par la Red Bull de Daniel Ricciardo et a crevé. La première des mésaventures de l'Allemand, qui n'a pas fini la course.

Rosberg, une fois le départ passé sans encombre, a pu conserver son avantage sur son coéquipier. Certes, l'Anglais est toujours resté dans son sillage, à trois secondes maximum, mais n'est jamais parvenu à se rapprocher assez près pour tenter une attaque. Il a pris les commandes pendant deux tours lors des arrêts aux stands, a fait part de son scepticisme lors du second changement de pneus, mais s'est résolu à se contenter de la deuxième place, laissant les 25 points et les honneurs à Rosberg.

Derrière les Mercedes, une fois Vettel éliminé de la course au podium, Daniil Kvyat (Red Bull) a longtemps cru tenir la troisième place dans ses mains, mais le Russe s'est fait surprendre par Valtteri Bottas (Williams) au 57ème tour, lors du restart après la sortie de la voiture de sécurité suite à l'accident de Vettel. Le Finlandais, qui s'était fait remarquer auparavant par un accrochage avec Kimi Räikkönen (Ferrari), signe donc son deuxième podium de la saison après le Canada. Quant à Sergio Pérez (Force India), le héros du peuple mexicain, il a terminé dans les points, huitième derrière son coéquipier Nico Hülkenberg. Enfin, Romain Grosjean (Lotus), après deux abandons, renoue avec le Top 10, à la dixième place.

Contrairement aux courses précédentes, Nico Rosberg a tenu bon sous la pression. Il a commis une petite erreur, au restart, en sortant un peu large dans un virage, mais ça n'a pas suffi à Lewis Hamilton pour le dépasser. Sinon, c'est un Grand Prix parfait pour l'Allemand, qui signe le hat trick avec la pole et le meilleur tour. Et ça lui permet de renouer avec la victoire, lui qui n'avait plus gagné depuis l'Autriche. Ça ne suffira pas pour sauver sa saison, mais c'est important pour lui, en vue de 2016, de démontrer qu'il est toujours capable de tenir tête au Champion du monde.

Il espérait un incident entre les Mercedes au premier virage pour prendre la tête, Sebastian Vettel a finalement vécu un Grand Prix galère. Tout d'abord en loupant son départ, ce qui a permis aux Red Bull de revenir sur lui. Daniel Ricciardo l'a touché, entraînant une crevaison, et l'Allemand s'est retrouvé dernier à la fin du premier tour. Avec une Ferrari compétitive, il pouvait tout de même espérer marquer quelques points, mais il a commis une première erreur au 18ème tour en partant en tête-à-queue. Et une seconde, fatale celle-là, à 19 tours de l'arrivée, en partant dans mur de Tecpro dans le même virage. Au plan comptable, Vettel voit Rosberg prendre 21 points d'avance au Championnat. Une très mauvaise opération.
.:: Temps et résumés ::.
.:: Affiche ::.
>> 933ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.