En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Archives » Courses 2004 » Grand Prix de Belgique

Grand Prix de Belgique

Tout savoir sur... la course


@EN BREF:
Quatorzième manche du Championnat du monde 2004 de F1. FIA F1WC
Dates: 27, 28 et 29 août. Lieu: Circuit de Spa-Francorchamps.
Engagés: 20. Qualifiés: 20. Partants: 20. Classés: 11.
Conditions atmosphériques: ciel légèrement nuageux. 20°C dans l'air, 23°C sur la piste et 60% d'humidité.
Affluence: ---.


@LE GRAND PRIX:
circuit Année de création du Grand Prix: 1950.
Editions disputées à ce jour: 49 (37 à Spa-Francorchamps, 2 à Nivelles et 10 à Zolder).
Tracé modifié (version très légèrement rallongée du précédent tracé).
 
Heure de départ: 14h.
Circuit: 6,973 km x 44 tours, soit 306,812 km au total.


@LES RECORDS: (basés sur le précédent tracé)
Pole position Meilleur temps en course
1'43"726 (moy. 241,837 km/h) par
Michael Schumacher (Ferrari F2002) en 2002.
1'47"176 (moy. 234,052 km/h) par
Michael Schumacher (Ferrari F2002) en 2002.
 
@LE PODIUM 2002:
P Pilote Ecurie-Moteur Pneu Temps Moyenne
1 1. Michael Schumacher Ferrari F2002 (B) en 1h21'20"634 (226,145 km/h)
2 2. Rubens Barrichello Ferrari F2002 (B) à 0'01"977 (226,053 km/h)
3 6. Juan-Pablo Montoya Williams FW24-BMW (M) à 0'18"445 (225,294 km/h)


LES RESULTATS EN UN CLIN D'ŒIL • Grille de départ • • Classement à l'arrivée • • Classement des championnats •


@LES FAITS DE COURSE:
Deuxième victoire en F1 pour Kimi RäikkönenPour commencer, une drôle de nouvelle. L'homme fort de la Formule 1, celui qui fait et défait les calendriers ne serait pas Bernie Ecclestone, le grand négociateur du F1 circus, ni même Max Mosley, le très Britannique président de la FIA. Il s'agirait en fait de Michael Schumacher. On pourrait croire en effet que l'Allemand avait commandé lui-même le retour du GP de Belgique et de son circuit fétiche, à quelques kilomètres des lieux de son enfance, afin d'y obtenir - comme un symbole - son septième titre de Champion du monde. Cette hypothèse est d'autant plus séduisante que Schumache a tout fait pour être sacré en Wallonie. Il a tout d'abord adopté un rythme de victoires infernal et jamais vu tout au long de la saison. Puis ce dimanche, il a opté pour un rythme prudent, à la limite du renoncement prémédité, afin d'assurer l'essentiel. Le titre.

Snobé l'an dernier pour une triste affaire de législation anti-tabac, le circuit belge au tracé mythique est ainsi réapparu cette saison pour le plus grand plaisir des spectateurs, mais pas forcément des écuries qui ont vu leurs chères voitures valser, crever, casser et se percuter à tour de rôle. La raison n'en fût ni la pluie, ni le brouillard, omiprésents durant les essais mais absents pendant la course. La responsabilité incombe en partie à l'accident qui a éliminé quatre pilotes dès la départ après une erreur de Mark Webber dans le premier virage. Connaissant mal ce circuit exigeant (il y a parcouru 5 tours en 2002), l'Australien a provoqué l'entrée immédiate de la voiture de sécurité. Les débris restés sur la piste ont ensuite été à l'origine d'une cascade d'incidents, dont plusieurs crevaisons, multipliant les arrêts de course tout en maintenant le suspense par le rapprochement des concurrents.

Dans ce contexte, il fallait être fort habile pour parvenir à préserver sa machine. Ce que n'ont été ni les BAR-Honda de Sato (accident, abandon au 1er tour) et Button (crevaison, 29ème), ni les Renault d'Alonso (carter, 11ème) et Trulli (percuté par Montoya, hors des points), ni les Williams-BMW de Pizzonia (moteur, 32ème) et Montoya (crevaison, 39ème). A l'inverse, Kimi Räikkönen a su se faire oublier tout en étant parvenu en tête au 12ème tour après la... crevaison de son équipier David Coulthard. De même, Ferrari a fait la preuve de la fiabilité de ses moteurs en en plaçant quatre dans les cinq premiers en comptant les Sauber-Petronas de Massa (4ème) et Fisichella (5ème). Sans forcer, Schumacher est donc reparti de "chez lui" avec un nouveau souvenir fort après son premier GP (1991), sa première victoire (1992), son record absolu de victoires (1998) et son record des victoires en une saison (2002).

.:: Affiche ::.
>> 727ème Grand Prix de F1:
affiche
.:: Autres éditions ::.
>> Sélectionnez une année:
.:: Vue du ciel ::.
>> Découvrez ce circuit sur des photos satellite!
globe terrestre • Vous disposez du logiciel Google Earth, cliquez ici.

• Sinon, vous pouvez utiliser Google Map en cliquant ici.
.:: Publicité ::.