En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 12 Décembre 2017

Entre Toro Rosso et Honda, une coopération 'déjà très étroite'
Toro Rosso a perdu la 6ème place du classement des constructeurs lors de la dernière course - doublée au finish par Renault et Nico Hülkenberg.

Il faut dire que l'écurie italienne a perdu en compétitivité tout au long de la saison. La fiabilité déplorable du V6 Renault fut bien sûr en cause en fin d'exercice, mais il ne faut pas occulter le développement aérodynamique du châssis globalement décevant. Pourtant, la première partie de l'année fut assez prometteuse...

"Nous avions pris un très bon départ", confirme le directeur de Toro Rosso, Franz Tost. "Nous avons eu beaucoup de succès lors de la première moitié de la saison: nous étions soit 5ème au classement des constructeurs, soit proches de cette position. Mais ensuite, lors de la deuxième moitié de la saison, ce fut une autre affaire..."

"Nous n'étions pas aussi compétitifs qu'attendu, pour des raisons différentes. L'une d'entre elles fut le départ de Carlos Sainz, ce qui n'a pas vraiment aidé. Mais le développement de la voiture ne fut pas aussi bon que planifié, et nous n'avons pas autant progressé que les autres dans le même temps. Et nous avons eu bien sûr des problèmes de fiabilité. A part à Singapour, nous avions toujours une voiture à l'arrière la grille, et ça ne vous aide jamais à marquer des points!"

Cela fait plusieurs saisons maintenant que Toro Rosso vise la 5ème place au classement des constructeurs... C'est une fois encore raté, mais que cette saison doit être encore plus frustrante pour Tost!

"En connaissant l'arrière-plan - nous avons dû laisser Carlos Sainz partir pour avoir Honda - et avec le recul, la promesse d'un futur formidable est plus grande que la déception du moment présent", philosophe le directeur de Toro Rosso.

On pourrait pourtant penser que la perspective d'un mariage plus ou moins forcé avec Honda n'a rien de réjouissante, vu le niveau de compétitivité des Japonais avec McLaren...

"Nous sommes dans les temps avec Honda", détaille Tost. "Bien sûr, tous les deux jours, nous avons des vidéoconférences, donc oui, c'est déjà une coopération très étroite. C'est comme une lune de miel, oui, et j'espère que ça durera longtemps."

"Je suis très heureux d'être passé chez Honda, parce que nous sommes leur unique partenaire en F1. Nous pouvons arriver avec nos propres idées sans voir ce que les autres ont déjà prévu. C'est un grand avantage. Et puisque nous sommes les seuls clients de Honda, nous sommes certains d'avoir assez d'unités de puissance et de pièces pour toute la saison! C'est fantastique d'être le repère et l'étalon d'un motoriste."

Red Bull surveillera cette lune de miel avec les yeux de Chimène. On sait que l'écurie autrichienne pourrait rejoindre Honda après 2018, et Toro Rosso servirait en quelque sorte de test grandeur nature pour la maison-mère...

"Je suis sûr que Red Bull va regarder de très près cette collaboration", confirme Tost. "Et peu importe leurs plans pour le moteur en 2019... ce sera une décision prise par Red Bull Racing."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff se dit 'un million de fois' plus proche de Hamilton après cette saison
Mercedes revient de loin: il y a un an, l'écurie allemande perdait son Champion du monde, Nico Rosberg, retraité inattendu et précoce. En début de saison de surcroît, Mercedes était battue à la régulière par Sebastian Vettel et Ferrari lors du Grand Prix d'Australie. On connaît la suite...

A l'heure du bilan, Toto Wolff pense que la fin de la guerre interne entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg a beaucoup profité au Britannique.

"Tout pilote a le droit d'être bouleversé quand il perd un championnat [Hamilton à la fin de la saison 2016]. Vous ne pouvez attendre de lui qu'il soit toujours souriant, quand son coéquipier a remporté le titre à sa place! Un autre facteur, bien sûr, c'était la relation entre les deux pilotes, qui n'était pas formidable. La frustration s'était accumulée en 2016 sur Lewis mais pas sur l'équipe. C'était parfois pour de bonnes raisons, mais il y a toujours des points de vue différents. Ce qui a tout changé pour moi, c'est lorsque nous nous sommes vus avec Lewis cet hiver."

Au cours de cette fameuse réunion impromptue, Toto Wolff et Lewis Hamilton auraient promis d'aplanir les difficultés pour aller de l'avant.

"Ce ne fut pas une discussion facile", raconte Toto Wolff, "mais depuis lors, nous avons grandi et nous sommes plus forts ensemble. Et il n'y a pas de doute, nous fonctionnons très bien ensemble: nous lui fournissons la meilleure voiture sur la grille et il nous offre le pilotage le plus solide. Donc oui, ça marche pour nous deux."

"Nous avons toujours rendu hommage à nos performances réciproques. A tout moment, nous étions conscients du potentiel de notre alliance."

Après une saison 2016 où Lewis Hamilton a pu parfois se plaindre de son traitement au sein de Mercedes par rapport à Nico Rosberg, il n'était pourtant facile de repartir de zéro...

"Mais il ne s'agit pas de tout oublier", tempère Toto Wolff. "Il s'agit d'accepter que quelqu'un d'autre ait un point de vue différent. Donc parfois, le mieux à faire, c'est d'être d'accord sur le fait que vous n'êtes pas d'accord. Et ensuite il faut avancer. Pour moi, toute relation qui fonctionne ne doit pas être absolument calme. Vous grandissez après avoir connu des moments difficiles, et c'est le cas pour Lewis et pour moi."

Toto Wolff se dit, après ces épreuves, "un million de fois plus proche" de Lewis Hamilton que par le passé. Voilà qui devrait faciliter une prochaine prolongation de contrat...

Lewis Hamilton avait justement prédit, un jour, lors de ses premières négociations avec Mercedes, que tôt ou tard, l'écurie allemande aurait à affronter Ferrari, et que c'est alors que Mercedes aurait vraiment besoin du Britannique. Des paroles qui apparaissent prophétiques aujourd'hui!

"Lewis a en effet dit ça il y a longtemps et j'ai pensé qu'il aurait peut-être raison", confirme Toto Wolff. "Et nous y sommes: il avait raison! Parce que de 2014 à 2016, la situation était unique. Vous ne pouvez pas faire durer pour toujours une telle domination, dans un sport aussi compétitif que la F1."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo serait ravi de se battre contre Verstappen pour le titre
Daniel Ricciardo a accueilli Max Verstappen dans le courant de la saison 2016 au sein de Red Bull Racing. Depuis, le Néerlandais n'a jamais arrêté de progresser et Daniel Ricciardo le concède aisément.

Les deux hommes s'entendent bien en dépit d'une friction à Budapest cette saison. Ricciardo admet toutefois qu'il préfère d'abord voir Red Bull se battre régulièrement pour le titre mondial avant de réfléchir à la relation et à la confrontation avec son équipier.

"Nous avons beaucoup appris cette année et je pense que nous allons travailler comme il faut cet hiver pour bien démarrer la prochaine saison", explique Ricciardo. "Max a beaucoup progressé cette année par rapport à l'année dernière."

"Je ne dirai pas qu'il revient de loin car il a toujours été au niveau, mais il a vraiment progressé et je pense que la saison prochaine va être amusante. Ce serait un bon problème que de se battre ensemble pour la victoire. Si c'était pour le titre, nous serions ravis de relever ce défi."

Ricciardo à confiance en la capacité de son équipe à relever le défi et à bien démarrer la saison 2018: "Je pense que nous progresserons. Est-ce que cela sera suffisant pour nous battre pour le titre? Je pense que nous pouvons nous rapprocher mais je ne veux pas faire de prédiction trop tôt."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso est soulagé de tourner une page sur 2017
Fernando Alonso est certainement celui qui s'est montré le plus virulent à l'encontre de Honda depuis 2015, critiquant le moteur ouvertement en course et hors des circuits lorsqu'il voyait ses efforts ruinés par le manque de performance ou de fiabilité du bloc propulseur japonais.

L'Espagnol avoue que le nouveau départ de McLaren avec Renault est un soulagement, mais aussi l'occasion de mettre derrière lui trois années de galère. De telles perspectives provoquent forcément un regain de motivation pour un pilote.

"Evidemment, quand on arrive à la fin d'une saison et qu'on a pas accompli les objectifs prévus, c'est un bon sentiment de se dire qu'on tourne une page et qu'on vise l'objectif suivant", explique Alonso.

"Nous avons des attentes plus élevées et des objectifs différents pour l'année prochaine, avec une philosophie différente autour de la voiture. Plusieurs choses évoluent et nous poussent à être optimistes. C'est bien que la saison soit terminée et que nous puissions nous concentrer totalement sur 2018."

Eric Boullier préfère tempérer les propos de son pilote et trouver dans les performances de McLaren des motifs de satisfaction, notamment au niveau de la quantité de travail abattue par Honda pour tenter de résoudre les problèmes rencontrés.

"Ce n'est pas qu'une question d'être heureux", explique Boullier. "C'est juste la fin de saison. Nous avons eu beaucoup de points positifs cette saison, mais évidemment pas en termes de résultats ou de classement. Nous avons fait énormément progresser l'équipe dans de nombreux domaines, c'est très fatigant."

"Il y a beaucoup de travail qui est encore effectué à l'usine et l'année prochaine sera différente, tout comme nos objectifs, comme l'a dit Fernando. Ce n'est pas qu'une question d'être heureux ou malheureux. Nous terminons le chapitre 2017 et nous travaillons sur le chapitre de l'année prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton veut revoir McLaren au sommet l'année prochaine
Lewis Hamilton a été interrogé sur ses rivaux de la saison à venir et s'il s'attend à lutter de nouveau contre Red Bull, il espère surtout pouvoir se mesurer à McLaren. Son ancienne équipe sort de cinq saisons difficiles, dont trois dues en grande partie à Honda, et espère pouvoir revenir vers l'avant du peloton grâce au moteur Renault.

"J'ai vécu une belle bataille avec Fernando [Alonso] vers la fin de saison à Mexico", se souvient Hamilton. "J'aimerais avoir plus de duels contre lui avec un niveau plus similaire, car je pense qu'ils vivent des moments difficile."

"J'ai été chez McLaren dès l'âge de 13 ans, donc quand je suis en qualifications, je regarde où en est Fernando et je regarde toujours les progrès qu'ils effectuent. McLaren garde toujours une place dans mon cœur car j'ai accompli énormément de choses avec cette équipe."

Hamilton reconnaît qu'il espère voir l'équipe de Woking retrouver son lustre d'antan et se battre à l'avant du peloton. L'équipe n'a pas signé de podium depuis le Grand Prix d'Australie 2014, ce qui fera donc 4 ans quand la saison 2018 démarrera, et n'a pas remporté de course depuis le Grand Prix du Brésil 2012.

"J'espère que l'année prochaine sera réussie pour eux et j'espère que nous lutterons les uns contre les autres car McLaren mérite d'être à l'avant du peloton", poursuit Hamilton.

"C'est une équipe fantastique avec une histoire incroyable, je suis tellement fier de ce que Ron [Dennis] a fait de cette équipe que ce sera toujours son équipe pour moi, peu importe qui la dirige. J'espère qu'ils seront à notre niveau avec le nouveau moteur afin d'avoir un Championnat du monde incroyable."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff admet à demi-mot viser les records de Ferrari
Toto Wolff a rejoint Mercedes en tant que directeur d'équipe lors de la dernière évolution hiérarchique au sein de l'équipe et a mené d'une main de maître son équipe jusqu'au titre, en remportant 8 en 4 saisons.

Cela le place au niveau de Red Bull, juste derrière Ferrari sous l'ère Todt qui avait enchaîné 11 titres consécutifs en 6 saisons. Un accomplissement qu'il serait légitime de viser pour Wolff.

"J'ai un grand respect pour ce que Jean Todt a accompli", avoue Toto Wolff. "C'est un objectif intéressant, c'est un vrai effort d'équipe pour se fixer les bons objectifs. Un tel succès n'est jamais la réussite d'un seul homme et c'est pour ça que nous nous fixons des objectifs d'équipe et que nous sommes motivés à l'idée de les accomplir."

Lorsqu'on évoque un aspect religieux quand une course est en jeu, à savoir s'il pourrait prier pour gagner, Wolff s'amuse de ce qu'il se passe parfois dans le garage: "L'une des personnes les moins religieuses que je connaisse est Niki [Lauda], mais lorsque les choses se compliquent, il serait prêt à prier le seigneur que les choses aillent mieux! Il prie pour nous deux et parfois, je lui dis que c'est un opportuniste!"

Alors que l'on qualifie souvent Lewis Hamilton de rock star, Toto Wolff semble avoir du mal à se trouver un qualificatif et trouve extrême d'être considéré comme celui qui fait tout fonctionner ensemble dans l'équipe Mercedes.

"Pas un si grand mot! Il faut apprendre à comprendre les forces et faiblesses de son équipe. Il faut se comporter comme une équipe professionnelle de football qui joue avec le ballon plutôt que comme une équipe d'enfants de six ans qui courent tous après la même balle. Il faut simplement comprendre où est sa place et jouer avec ses meilleures capacités."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull n'attendra pas la décision de Ricciardo éternellement
Red Bull a exprimé a plusieurs reprises son envie de prolonger le contrat de Daniel Ricciardo après 2018, aux côtés de Max Verstappen, mais il apparaît que l'équipe n'attendra pas éternellement, alors que le pilote souhaite prendre le temps de réfléchir à un potentiel départ pour une autre équipe.

"Je crois que Daniel connaît nos forces et j'espère que nous serons performants", déclare Christian Horner au sujet de l'année prochaine. "Il est à un point de sa carrière où il veut évaluer ses options, ce que je peux comprendre."

"Le problème, c'est que nous n'attendrons pas éternellement car nous avons de très bonnes options disponibles, même si la priorité est de trouver une solution avec Daniel."

Red Bull possède notamment Carlos Sainz dans ses rangs, puisque l'Espagnol est seulement prêté à Renault pour 2018 et Horner pense que la résolution de ces hésitations contractuelles ne se fera pas durant l'intersaison.

"Je crois que Daniel voudra voir les performances du moteur l'année prochaine. Il vient de passer quatre saisons frustrantes sur ce plan et je peux comprendre qu'il veuille attendre de voir comment les choses vont évoluer", conclut le directeur de Red Bull.
source: Nextgen-Auto.com

Tost - Les moteurs actuels ont coûté cher financièrement et en popularité
Le débat continue au sujet des moteurs qui seront utilisés en Formule 1 en 2021 et après, alors que les équipes de pointe que sont Mercedes et Ferrari ont critiqué vivement les décisions de la FIA.

Du point de vue d'une petite équipe telle que Toro Rosso, c'est évidemment l'économie qui prime mais il semble aussi très facile à comprendre que les équipes qui fabriquent aussi des moteurs ne veuillent pas standardiser une grande partie des pièces.

"Il y a une proposition de nouveau règlement moteur mais Ferrari, Mercedes et d'autres ne sont pas d'accord avec", explique Franz Tost. "De leur point de vue, c'est compréhensible, car ils ne veulent pas construire un moteur qui leur fera abandonner leur avantage. Il appartient désormais aux propriétaires de la F1 de trouver une solution qui convienne à tout le monde."

"Ce sera décisif, pas seulement pour le futur de la F1 mais aussi pour tous les constructeurs qui réfléchissent à s'engager en F1. C'est une décision importante et j'espère que les moteurs deviendront moins chers et moins compliqués. Les règles actuelles ont été créées par des ingénieurs qui se sont amusés, mais cela a coûté cher financièrement et en popularité."

Pour Franz Tost, le sursaut d'orgueil de Ferrari a évité une catastrophe: "Si Ferrari n'avait pas été capable de réduire l'écart face à Mercedes cette année et si Mercedes avait encore dominé, l'intérêt des fans aurait chuté dramatiquement. Les fans veulent voir des batailles intéressantes en piste et plusieurs équipes et pilotes capables de gagner des courses."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly espère que le moteur Honda permettra de viser les points
Le niveau du moteur Honda n'a rien de rassurant depuis le retour du constructeur en Formule 1, en 2015. Il a même poussé McLaren à quitter le manufacturier japonais et c'est désormais Toro Rosso qui l'utilisera. Pierre Gasly, titulaire dans l'équipe italienne, espère qu'il lui permettra de viser les points régulièrement.

"J'espère qu'on va avoir le potentiel pour se bagarrer pour les points presque tous les week-ends", a déclaré le pilote français à l'AFP. "Il va y avoir beaucoup de changements avec l'arrivée du motoriste Honda et aujourd'hui, c'est difficile de savoir le potentiel qu'on va avoir pendant la saison donc il faut attendre les tests de février."

Gasly révèle qu'il va réaliser l'un de ses rêves en roulant au Grand Prix de France: "En Formule 1, avoir un Grand Prix chez soi, c'est quelque chose d'incroyable et en plus il y aura trois pilotes français et un Monégasque. J'ai pu en parler avec Alain Prost et Jean Alesi qui me disaient que ce sont des moments vraiment très particuliers, qu'il faut savourer, parce que cela se passe seulement une fois dans l'année."

Le Français a obtenu sa chance suite au manque de performances de Daniil Kvyat et malgré une fin de saison très difficile au milieu de nombreuses pénalités, a convaincu Toro Rosso de le garder. C'est une première étape dans l'accomplissement de son rêve.

"Forcément, ça a été un moment incroyable pour moi d'être titularisé, parce que c'est quelque chose dont j'ai rêvé depuis que j'ai six ans. Mais c 'est aussi une étape, parce que mon objectif ultime, c'est d'être Champion du monde en Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff nie que Mercedes ait des vues sur Ocon pour 2019
Esteban Ocon a impressionné le monde de la Formule 1 lors de sa première saison complète, chez Force India, au point que certains l'envoient déjà remplacer Valtteri Bottas chez Mercedes en 2019.

Toto Wolff, directeur de Mercedes, refuse de mettre une pression inutile sur les épaules de Bottas et déclare qu'il n'envisage pas de mettre le Français à la place du Finlandais en 2019.

"Esteban est l'un de nos pilotes et fait partie de notre paysage mais l'équipe est à fond derrière Valtteri", a déclaré Wolff. "Si nous commencions à penser à d'autres pilotes, cela voudrait dire que nous ne serions pas totalement derrière Valtteri. Je peux vous assurer que, de chaque employé jusqu'au conseil d'administration, nous voulons que Valtteri réussisse. Lui et Lewis sont nos pilotes et nous ne pensons à personne d'autre."

Bottas a été un ton en dessous de son équipier en 2017 mais devait s'adapter à un nouvel environnement et avait la difficile tâche de remplacer le Champion du monde en titre. Malgré quelques difficultés, Bottas est largement capable d'être au niveau attendu, selon Wolff.

"Il doit comprendre ce qui lui a manqué durant les week-ends où il était loin de Lewis et d'un autre côté, il doit comprendre les forces qui lui ont parfois permis de le battre, comme à Sotchi. Valtteri a toutes les qualités, il faut juste qu'il mette tout en place."
source: Nextgen-Auto.com

Todt estime que l'absence d'opposant à son élection est due à la confiance
Jean Todt a été réélu président de la FIA sans aucun rival, une fois de plus. En 2009, Ari Vatanen s'était présenté (battu par 135 voix contre 49) tandis que David Ward avait lui aussi pensé à se présenter en 2013 contre le Français qui estime que cette troisième élection à la tête de la fédération est le signe d'une confiance envers lui.

"La communauté de la FIA était heureuse avec son candidat et voulait que je continue", a déclaré Todt à l'AFP. "Au départ, ils me connaissaient au travers de ce que j'ai accompli dans ma carrière et maintenant, j'ai leur confiance. Au fil des ans, nous avons appris à nous connaître, à travailler ensemble, à discuter et à communiquer."

"La communauté de la FIA est très soudée. Elle est très diversifiée d'ailleurs puisque vous avez aussi bien des fédérations sportives automobiles que des clubs mobilité qui sont simplement des supports aux utilisateurs de la route. Il faut que tout le monde cohabite."

"Il y a des domaines où je suis content de ce que nous avons accompli, d'autres moins. Lors de mes deux premiers mandats, on a renforcé la structure financière de la Fédération et modernisé son administration. Mais ma plus grande fierté c'est la qualité des gens qu'il y a autour de moi dans ma vie."

Todt va maintenant devoir s'appliquer à prendre de nouvelles décisions et a déjà prévu une ébauche de programme pour son troisième mandat: "Renforcer l'influence de la FIA dans tous les domaines de la mobilité et du sport automobile, promouvoir l'innovation, aider les membres actuels à se développer et en accueillir d'autres dans de nouveaux pays, voici les principaux objectifs de cette mandature."

"Je voulais mettre noir sur blanc ce qu'étaient nos intentions pour les prochaines années. Pour moi, c'est absolument sacré: si l'on promet quelque chose, on doit le réaliser. Sinon, on ne peut pas être en paix avec soi-même."

"On va donc travailler pour faire progresser notre organisation aussi bien dans le domaine du sport que dans celui de la mobilité. Les choses évoluent, l'intérêt pour la voiture aussi. On le voit avec le covoiturage et beaucoup de nouvelles propositions technologiques. Donc c'est quelque chose auquel on doit rester très attentif", conclut le Français.
source: Nextgen-Auto.com

Franz Tost évoque les raisons qui ont poussé à évincer Daniil Kvyat
La saison 2017 de Toro Rosso a été très animée du côté des pilotes. L'équipe italienne a débuté avec un duo composé de Carlos Sainz et Daniil Kvyat pour aligner lors des dernières courses Pierre Gasly et Brendon Hartley.

"Nous avons vu chez d'autres équipes qu'une certaine stabilité peut être cruciale", explique Franz Tost. "C'est un luxe que nous n'avons pas eu cette saison. Changer les deux pilotes lors de la saison est difficile à avaler car ça a un gros impact sur les performances de l'équipe."

"Le passage de Carlos chez Renault fait partie de notre contrat, nous avions un contrat valide avec Renault pour l'année prochaine et pour pouvoir le rompre, il a fallu leur donner Carlos. Cela se vérifie encore une fois, on ne peut pas tout avoir dans la vie!"

La situation concernant Daniil Kvyat est un peu plus difficile, alors que le Russe a été définitivement écarté de Toro Rosso et du programme Red Bull. Le patron de Toro Rosso explique ce qui a fait la différence.

"Je suis convaincu que Daniil a une très bonne vitesse de pointe. Il était parfois plus rapide que Daniel Ricciardo mais l'année dernière, il n'a pas pu dévoiler tout son potentiel. Il a été impliqué dans de nombreux incidents et pour sa défense, il a aussi vécu plusieurs problèmes de fiabilité qui n'aident pas à être confiant."

"Il a été victime de trop d'incidents et ça a tué ses possibilités de montrer une certaine performance. Après une petite pause, afin qu'il se reprenne, nous pourrions revoir Daniil à son meilleur niveau de performance dans une autre équipe."

Lorsque l'on voit la chute de performance du pilote russe, la question se pose à savoir ce qu'il s'est vraiment passé pour qu'il se perde à ce point: "Il était parfois trop agressif en début de course. Le premier virage était son point faible car il voulait trop en faire dans les premières centaines de mètres! Cela lui mettait trop de pression, une pression pas nécessaire. J'espère pour lui qu'il aura une autre chance en F1 car il la mérite."

Brendon Hartley est arrivé dans l'équipe après un passage rempli de succès en endurance et possède de fait un profil atypique pour Red Bull. Le Néo-Zélandais a le même âge que Daniel Ricciardo et débute seulement en F1, huit ans après avoir été limogé du programme Red Bull.

"Il était un peu immature lorsqu'il était avec nous dans le passé. Il a toujours été rapide mais n'a jamais réussi à tout faire fonctionner, en tous cas sur une saison complète. Il est de retour à 28 ans et je pense que cela pourrait aussi arriver à Daniil", poursuit Tost.

"C'est bien pour nous d'avoir un pilote expérimenté, compte tenu de tous les changements qui nous attendent. Il s'améliore à chaque tour qu'il parcourt et je suis totalement convaincu que nos deux pilotes seront très performants la saison prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes a recruté l'ancien chef du département moteur de Ferrari
Mercedes a profité de l'intersaison pour enregistrer un recrutement d'importance, tant par sa qualité que par le fait qu'il vient tout droit de Ferrari. En effet, c'est l'ancien chef du département moteur de la Scuderia, Lorenzo Sassi, que Mercedes a engagé.

Sergio Marchionne avait annoncé du mouvement du côté de Sassi cet été, sans dire ce qu'il en était précisément: "Sassi va continuer le développement de sa carrière. Ce sera aussi le cas avec Cardile."

Enrico Cardile, en revanche, a évolué au sein de la marque puisqu'il a quitté le programme GT de Ferrari pour s'engager dans le département aérodynamique de la division aéro du programme Formule 1.

Ferrari aurait offert un poste dans le groupe Fiat à Lorenzo Sassi mais ce dernier aurait refusé, voulant continuer à travailler en Formule 1. Les recrutements de Mercedes provenant de Ferrari sont réguliers puisque l'équipe allemande compte déjà Aldo Costa ou encore James Allison dans ses rangs.
source: Nextgen-Auto.com

Le management de Sirotkin confirme qu'une décision de Williams est proche
La décision de Williams de recruter Sergey Sirotkin pour remplacer Felipe Massa semble se rapprocher d'heure en heure, ce qui ferait de Robert Kubica le perdant dans cette course au baquet pour 2018.

L'ancien pilote Mika Salo, qui fait partie du management du Russe, confirme que la décision de Williams approche et sous-entend que Sirotkin et Kubica sont les derniers candidats encore en lice, même si le Polonais semble avoir quasiment perdu toute chance.

"On se rapproche d'une décision, on en est très près, c'est entre Sergey et Kubica", a déclaré Salo. "Tous les deux ont fait du bon travail aux tests d'Abu Dhabi. Williams doit maintenant prendre une décision et on verra qui ils choisissent."

Robert Kubica aurait donc perdu toute chance car les sponsors russes auraient aussi l'intention de placer Daniil Kvyat si Williams refusait de placer Sirotkin dans l'équipe anglaise.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.