En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 06 Novembre 2017

Alonso s'attend à être plus compétitif à Interlagos
Après avoir obtenu le point de la 10ème place au Mexique, Fernando Alonso pourrait encore mieux faire au Brésil. Le caractère sinueux du circuit et la météo incertaine devraient en effet lui profiter.

"Interlagos, c'est l'un des formidables classiques du calendrier, avec une histoire incroyable et une longue liste de noms célèbres qui ont soulevé ce trophée. C'est aussi l'une des courses les plus spectaculaires de l'année: il y a toujours des incidents, de l'action, et la météo joue un grand rôle dans le résultat final."

"Ce circuit devrait mieux convenir à notre voiture que les deux précédents, donc nous espérons maximiser nos chances en qualifications, puisque la position de départ est très importante lors d'une course où tout peut arriver. C'est une piste vraiment amusante, un circuit court, avec de bons enchaînements de virages, et les nouvelles voitures de cette année vont encore augmenter la sensation de vitesse. Durant la course, si vous pouvez avoir un bon rythme au dernier virage, cela aide vraiment pour aborder la ligne droite finale et le virage 1, où vous pouvez attaquer pour dépasser. C'est en partie cela qui rend ce circuit si excitant."

"Nous savons que le Brésil et Abu Dhabi seront vraiment moins difficiles pour nous que les États-Unis et le Mexique, donc nous avons un peu plus d'attente. Cependant, le Mexique fut vraiment une bonne surprise et nous avons mieux performé que prévu. Ce sera sûrement une course délicate et il y a toujours des risques à prendre avec la météo et la stratégie, mais si nous pouvons démarrer la course à notre position normale en qualifications, alors, cela pourrait nous donner une bonne chance de marquer quelques points."

Stoffel Vandoorne, de son côté, n'a jamais couru sur le circuit légendaire d'Interlagos, et s'attend donc à une expérience inédite et forte en sensations.

"J'ai hâte d'aborder une nouvelle piste, avec ce week-end au Brésil, en particulier parce que ce circuit est considéré comme légendaire parmi les fans et les autres pilotes. Interlagos, c'est le lieu où des championnats ont été gagnés et perdus, et des Grands Prix sont devenus des classiques ici, avec de grands vainqueurs comme Ayrton Senna et Alain Prost."

"J'ai beaucoup préparé ce circuit dans le simulateur avec mes ingénieurs, comme d'habitude, donc dès le vendredi matin, je me sentirai prêt, et le but est d'être à l'aise avec la voiture et les réglages requis. Je pourrai ainsi, comme Fernando, dès les EL1, bien régler la voiture et l'adapter aux conditions, et apporter un retour d'expérience précieux à l'équipe, pour qu'elle ait autant de renseignements que possible."

"Les qualifications ici sont toujours importantes parce que vous ne savez jamais ce qui peut arriver en course. Au Mexique j'ai eu un départ formidable donc si nous pouvons commencer d'une meilleure position au Brésil, sans pénalités sur la grille, alors, cela ouvrira de bonnes opportunités en course. C'est important de n'avoir aucun problème et d'avoir une course tranquille, pour voir ce que nous pouvons faire. Il y a tout à gagner et je suis excité à l'idée de faire l'expérience de la célèbre ambiance d'Interlagos."

On l'aura compris, Fernando Alonso comme Stoffel Vandoorne espèrent de tout cœur que leur week-end ne sera pas compromis par de nouvelles pénalités sur la grille pour changements d'éléments moteur...
source: Nextgen-Auto.com

Norris - Hamilton n'est pas une idole pour moi
Le nouveau 3ème pilote de McLaren, Lando Norris, qui est considéré comme l'étoile montante du sport britannique vers la F1, révèle qu'il suit Lewis Hamilton sans pour autant le considérer comme son idole.

Norris a réalisé une performance impressionnante en remportant le titre européen de F3, et a été confirmé comme pilote de réserve de McLaren pour 2018 ce lundi, à la place de Jenson Button, un autre Britannique.

Le jeune homme de 17 ans ne considère donc pas Hamilton comme un modèle, bien qu'il estime remarquables les succès que le Champion du monde 2017 a pu avoir.

"Je ne connais pas Lewis personnellement", explique Norris au 'Daily Mail'.

"Il était à la remise des prix de la FIA à la fin de l'année dernière, alors je l'ai vu à cette occasion, mais nous n'avons pas parlé ensemble. J'ai cependant discuté avec Sebastian Vettel. Il m'a consacré du temps et nous avons parlé pendant 5 ou 10 minutes. C'était gentil de sa part de faire cela."

Norris admet toutefois qu'il est flatté d'être considéré comme le successeur logique de Lewis Hamilton dans son pays.

"C'est cool quand on y pense... j'estime que Lewis est un très bon pilote, et il est tout particulièrement rapide en qualifications. Je le soutiens parce qu'il est Britannique, mais il n'est pas une idole pour moi. J'essaie de faire bien les choses et j'espère que le reste viendra tout seul."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas a découvert un Lewis Hamilton plus travailleur qu'attendu
Valtteri Bottas a découvert cette année un nouvel équipier, Lewis Hamilton.

Et le Finlandais admet avoir été très impressionné par la quantité de travail abattu par le Britannique, bien loin de l'image qu'il donne au paddock et aux fans.

Hamilton admet avoir haussé son implication et sa détermination, après avoir perdu le titre en 2016 face à Nico Rosberg. Bottas a donc dû faire face à un pilote encore plus dur à battre.

"Lewis travaille dur, il passe beaucoup de temps avec les gars durant les week-ends de course, il se rend souvent à l'usine", déclare le Finlandais à l'émission 'The Flying Lap' de 'Motorsport TV'.

"Je ne le connaissais pas vraiment personnellement, je ne savais que ce que je voyais de l'extérieur. Cette année, je me suis rendu compte qu'en plus d'être un grand travailleur, Lewis est un type bien, une personne normale, comme le reste d'entre nous. Il a de bonnes manières, fait preuve de respect et ne joue aucun jeu."

Tout ça n'a fait que renforcer les difficultés du Finlandais, qui a gagné deux Grands Prix, en Russie et en Autriche, avant de s'effondrer peu à peu face au nouveau quadruple Champion du monde.

"J'attends personnellement bien plus de moi-même" admet-il.

"J'ai énormément appris de toute l'équipe cette année, de Lewis et de mes propres difficultés. Je crois que si je travaille dur pendant l'hiver, si j'analyse tout et que je commence une nouvelle saison au sein d'une équipe que je connais, et à bord d'une voiture que je connais bien mieux - parce que je ne connaissais rien de tout cela cette année - je m'attends à bien plus."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Hamilton a raison de se méfier
Lewis Hamilton avait indiqué, après l'obtention de son 4ème titre mondial le week-end dernier au Mexique, qu'il s'attendait à une opposition encore plus forte l'an prochain, lorsqu'il visera son 5ème titre.

Le Britannique a cité Sebastian Vettel, Daniel Ricciardo et Valtteri Bottas comme rivaux potentiels mais aussi et surtout Max Verstappen, qui a marqué cette fin de saison en remportant deux victoires à la régulière avec sa Red Bull Renault.

Hamilton avait déclaré qu'il se méfierait particulièrement de lui. Cela a bien sûr fait réagir le Hollandais.

"Bien entendu, c'est évident qu'il doit se méfier", dit-il avec le sourire.

"Je n'ai rien de personnel contre Lewis mais lorsque vous gagnez trois, quatre titres mondiaux, vous avez tendance à relâcher votre garde. Je pense que si vous êtes confronté à un vrai défi, face à quelqu'un de coriace, c'est à vous de hausser votre niveau."

"Mais, comme je n'ai encore jamais été dans la position de Lewis, je n'ai qu'une envie, c'est d'y arriver. C'est l'objectif numéro 1!"

Le sujet de ces derniers jours était l'arrivée de commissaires permanents au sein du panel de la FIA, convoqué lors de chaque course. Charlie Whiting a déjà rejeté cette idée mais Max Verstappen, qui s'est déjà senti pénalisé injustement à plusieurs reprises, y est évidemment favorable.

"Je pense que ce serait globalement mieux. Au moins vous sauriez à qui vous avez à faire. Plus le temps passera entre des commissaires et des pilotes, mieux vous comprenez comment chacun réagit. Je pense que la Formule 1 doit avancer dans cette direction."
source: Nextgen-Auto.com

Haas F1 vise la victoire d'ici... 10 ans
Alors que le rideau va bientôt tomber sur cette saison de Formule 1, la deuxième de l'équipe Haas dans la catégorie reine, son fondateur estime que les objectifs sont remplis.

Mais Gene Haas voit beaucoup plus loin, à moyen terme comme à long terme. Ainsi, selon le patron américain, sa structure doit être capable de gagner une course d'ici à 10 ans.

"Je pense que si nous sommes encore dans cette position dans 5 ans, plutôt en milieu de peloton, derrière les grandes équipes, nous devrons alors réfléchir quant au fait de poursuivre ou non notre aventure en Formule 1", déclare Haas à 'AutoWeek'.

"Dans ces 5 années, je suis certain qu'il y aura des opportunités qui se présenteront à nous et dont nous devrons tirer avantage", ajoute-t-il, en référence aux plans de Liberty Media de plafonner les budgets des équipes.

"Avec un peu de chance, cela nous catapultera vers l'avant, pour être au moins, le meilleur des autres ou un peu mieux encore. A partir de là il faudra gravir les derniers barreaux de l'échelle."

"Il faut les monter un à un. J'aime à penser que dans 10 ans nous devrions être en mesure de gagner une course. Sinon, nous aurons échoué."
source: Nextgen-Auto.com

Lando Norris devient le 3e pilote officiel de McLaren
McLaren a confirmé que Lando Norris serait, pour la saison prochaine, le pilote d'essais et de réserve officiel de l'écurie.

Le jeune pilote (il est né le 13 novembre 1999), qui a remporté le titre en Formule 3 européenne l'an dernier, et ce dès sa première saison dans la catégorie, a impressionné les observateurs et s'est affirmé comme un grand espoir de la F1. Aux essais du Hungaroring, au volant d'une McLaren, l'été dernier, il a même tourné plus vite que les pilotes titulaires, certes avec des pneus plus tendres.

Fort logiquement, Lando Norris avait remporté, en décembre dernier, le trophée du meilleur jeune pilote britannique décerné par le British Racing Drivers' Club.

L'an prochain, en parallèle de son nouveau rôle chez McLaren, Lando Norris devrait courir en Formule 2, mais n'a pas encore trouvé de point de chute. ART et DAMS seraient en bonne position pour l'accueillir.

En tant que pilote d'essais et de réserve, Lando Norris se rendra sur les week-ends de course et travaillera étroitement avec les ingénieurs. Comme Jenson Button et Kevin Magnussen ces deux dernières années, il pourrait remplacer un pilote titulaire (Fernando Alonso ou Stoffel Vandoorne) en cas d'indisponibilité temporaire.

Sur la piste aux essais privés, comme dans le simulateur, il devrait enfin parfaire son apprentissage de la F1. Avant de remplacer Fernando Alonso en 2019? Telle n'est pas encore la question pour Lando Norris, qui se réjouit d'ores et déjà de ses nouvelles responsabilités.

"Je suis excité de rejoindre McLaren comme pilote d'essais et de réserve pour 2018. Les 12 derniers mois ont été incroyables pour moi, j'ai profité de chaque minute. Et c'est vraiment incroyable de finir l'année ainsi."

"J'ai vraiment hâte d'aider l'équipe et de commencer ce rôle dès la semaine prochaine, à Interlagos, lors des tests Pirelli. Je travaillerai plus dur que jamais pour apprendre et développer ces pneus pour l'an prochain. J'ai deux excellents professeurs avec Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne, et je ferai de mon mieux pour accompagner McLaren dans ses efforts pour revenir à l'avant de la grille."

"Je travaille toujours dur pour finaliser mon propre programme de course pour 2018. Nous y sommes presque, mais pas encore. J'espère pouvoir annoncer quelque chose sous peu."

Zak Brown, directeur exécutif du McLaren Technology Group, se réjouit de faire confiance à cet "incroyable et jeune talent."

"L'annonce d'aujourd'hui est tout à fait méritée, et souligne notre très haute considération pour le talent de Lando. En remportant le titre en Formule Renault l'an dernier, en recevant le McLaren Autosport BRDC Young Driver Award, et en montrant sa vitesse et sa constance pour gagner le championnat de F3 européenne, il a sans doute forgé sa réputation: celle d'un des futurs meilleurs pilotes de monoplace au monde."

"Son test, cet été, avec McLaren, fut aussi remarquablement impressionnant, et ce fut une preuve supplémentaire montrant qu'il est prêt à franchir une étape, prêt à assumer un rôle de cette importance, avec un tel enjeu et une telle responsabilité. Chez McLaren, nous avons tous extrêmement hâte de l'aider à atteindre son but: courir en F1."

Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren, précise que McLaren ne fait pas que préparer le futur avec cette promotion.

"Nous sentons qu'il est très important d'avoir un pilote d'essais et de test pleinement impliqué dans l'équipe. Lando assistera à des Grands Prix et deviendra pleinement un membre intégré à l'équipe."

"Il arrive avec des compétences très poussées, et une ambition et un dévouement affirmés. C'est notre travail de développer et de peaufiner sa concentration, en même temps que nous lui permettrons de mieux comprendre le fonctionnement d'une écurie et d'une F1 moderne."

"Il aura beaucoup d'opportunités pour observer, apprendre et participer à cette saison 2018, et nous voulons nous assurer qu'il soit, en cas de besoin, pleinement préparé s'il devait monter dans la voiture de Fernando ou de Stoffel à un moment donné."
source: Nextgen-Auto.com

Perez impressionné par le niveau d'Ocon
Sergio Pérez reconnaît qu'il a été impressionné par les performances d'Esteban Ocon, son équipier chez Force India, alors que ce dernier effectue sa toute première saison complète en Formule 1.

Le duo de pilotes va continuer à rouler en 2018 sous les couleurs de l'écurie indienne, malgré une interdiction de la part du management de se battre entre eux sur la piste, après une série d'accrochages qui ont fait perdre beaucoup de points à Bakou ou encore à Spa. Cette interdiction sera toutefois levée à partir du Brésil, ce week-end.

Pérez se dit "surpris" par le "niveau de performance" du Français en 2017.

"C'est toujours difficile d'estimer le niveau de son équipier, encore plus quand il est jeune et qu'il vient d'arriver au plus haut niveau. Esteban a fait quelques courses chez Manor l'an dernier mais, je dois l'admette, je ne pensais pas qu'il réussirait de tels résultats dès sa première année complète avec nous", avoue le Mexicain qui dispute pour sa part sa 8ème année consécutive en catégorie reine.

Pérez reconnait que son équipier semble aussi mieux se sortir de certaines situations.

"J'ai remarqué que, même lorsque la voiture n'est pas bien réglée, qu'elle est un peu délicate à piloter à la limite, Esteban continue à être rapide. C'est clairement l'un de ses points forts et je dois apprendre de cela."

Lors des dernières courses, Esteban Ocon s'est en en plus mis à battre régulièrement Pérez sur l'un de ses exercices favoris, le tour rapide en Q3.

"Oui, Esteban s'est beaucoup amélioré en qualifications. Je n'y vois pas un problème mais une motivation. Pour moi, c'est bien d'avoir un équipier qui pousse l'autre dans mes limites. Parce qu'avec la F1 actuelle, avec trois équipes trop loin devant nous, c'est la seule référence qui me reste."

Son compatriote et ancien team manager de McLaren, le Mexicain Jo Ramirez, prévient Pérez: Ocon pourrait bien continuer à prouver qu'il est meilleur que lui et, pourquoi pas, aller chez Mercedes en 2019, à la place de Valterri Bottas.

"Si Sergio ne repousse pas ses limites, Esteban deviendra le numéro 1. La compétition interne est bonne pour Sergio, mais il lui faut absolument réussir parce que ce sport est impitoyable. Parfois, je me demande ce que Valterri Bottas fait encore chez Mercedes (pour 2018), parce qu'il n'est clairement pas au niveau de Lewis Hamilton, surtout qu'Esteban est un pilote Mercedes."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Sans Liberty et la FIA, il n'y aurait plus Alonso et Honda en F1
McLaren n'a pas été seule à convaincre Fernando Alonso de rester en Formule 1, au sein de son équipe.

Le patron de l'équipe de Woking, Zak Brown, admet que Liberty Media et la FIA ont joué un grand rôle, notamment pour le jeu des chaises musicales entre McLaren, Toro Rosso, Renault, Honda et Carlos Sainz.

"Je peux vous dire que Liberty, avec Chase Carey et Ross Brawn, ont joué un rôle crucial dans tout cela", explique Brown.

"Et toues les équipes que vous mentionnez, avec la FIA, ont toutes travaillé ensemble pour y arriver. Sans cela, il n'y aurait eu aucun accord. Fernando aurait probablement quitté McLaren et Honda serait parti de la F1."

Mais c'est bien l'association de McLaren avec Renault qui donne de l'espoir au pilote espagnol.

"Oui, nous avons toutes les données GPS des autres équipes (ce sont des données publiques, ndlr) et nous pouvons voir que nous sommes proches de Red Bull, Ferrari et Mercedes sur certaines courses avec notre châssis."

"Nous sommes donc confiants quant au fait de pouvoir nous battre avec ces équipes l'année prochaine. C'est l'objectif."

Brown pourra donc compter sur un Alonso qui a soif de résultats.

"Fernando est un battant, je suis un battant. Nous parlons donc tous les deux la même langue. J'espère que c'est aussi une des raisons pour lesquelles il a décidé de rester. Et je pense que McLaren est une grande équipe pour lui."

"Les choses ne se sont pas bien passées pour lui chez Ferrari mais nous avons créé un environnement qu'il apprécie."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli va introduire une 6e gomme slick en 2018
Pirelli prévoit bien d'introduire une 6ème gomme slick différente pour la saison 2018.

C'est la conclusion qui ressort des essais privés de Pirelli tout au long de la saison, et qui se poursuivront encore à Interlagos, avec McLaren.

Après, il sera temps de faire essayer la nouvelle gamme prévue à toutes les équipes, lors d'une séance d'essais qui aura lieu après le dernier Grand Prix à Abu Dhabi.

Evidemment, le 6ème pneu prévu sera encore plus tendre que l'ultra-tendres actuel. Sa dénomination est encore inconnue mais il est déjà attendu par les équipes.

"Ce nouveau pneu et les gommes plus tendres sont vraiment nécessaires", confie ainsi un ingénieur de chez Mercedes.

Reste à savoir comment les équipes et les pilotes pourront choisir leurs pneus. Certains veulent une totale liberté, qu'ils puissent choisir comme ils le veulent entre les 6 composés.

Cette idée a plus de mal à passer du côté de Pirelli.

"Avec des choix libres, les grosses équipes choisiraient des composés un peu plus durs et réussiraient quand même à aller en Q3. Elles auraient ensuite un avantage très clair pour la course", explique Mario Isola, le responsable de Pirelli F1.

D'autres lui répondent cependant qu'avec des pneus plus tendres, les petites équipes pourraient être plus agressives et créer parfois la surprise sur les grilles de départ. Cela animerait plus fortement les débuts de course...
source: Nextgen-Auto.com

Whiting rejette l'idée des commissaires permanents en F1
Ils sont plusieurs à penser que la Formule 1 devrait enfin se doter de commissaires permanents, afin que la FIA puisse garantir une certaine constance dans les décisions et les pénalités qui tombent pendant un week-end de Grand Prix.

Comme nous vous le rapportions ce week-end, Gunther Steiner, le directeur de Haas F1, y est favorable. La F1 devrait aussi s'inspirer de l'Indycar avec des commissaires permanents, comme le disait de son côté Arie Luyendyk.

Charlie Whiting confirme avoir discuté avec Steiner de cette idée mais il n'est pas convaincu.

"Nous discutons de ce sujet tout le temps en fait. Mais nous croyons que la nomination de quatre commissaires permanents pour toute une année ne ferait que mener à de nouveaux questionnements, très nombreux", explique le directeur de course de la FIA.

"Je ne veux pas entrer dans les détails, mais nous pensons, pour le moment, que la direction que nous avons prise était la plus raisonnable."

La FIA craindrait-elle que ces commissaires permanents puissent être accusés, de temps en temps, de manquer d'intégrité face à des pilotes ou des équipes en particulier? Et de les favoriser? C'est en effet un risque...
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne se cherche pas d'excuses pour être derrière Verstappen
Daniel Ricciardo reconnait qu'il n'a aucune excuse concernant ses performances de fin de saison, face à Max Verstappen.

Le Hollandais a clairement haussé son niveau de jeu pour aller signer, à la régulière, deux victoires avec sa Red Bull RB13, en Malaisie et au Mexique.

Même si son équipier australien a été handicapé, à son tour, par la fiabilité de sa Red Bull Renault, il reconnait qu'en rythme pur il n'a pas été aussi brillant que Verstappen ces derniers temps.

"Je ne cherche pas à trouver des excuses", affirme Ricciardo.

"Max pilote juste de manière brillante cette année et sait comment tirer le meilleur d'une voiture lors de chaque course."

Ricciardo conserve encore 40 points d'avance sur Verstappen au Championnat des Pilotes.

"C'est incroyable. Max a eu beaucoup de malchance en milieu de saison, quand la voiture commençait à être plus performante. Je n'ai aucune idée pourquoi sa voiture a autant cassé à cette époque. Maintenant c'est moi."

"Je dois avouer que j'ai moi aussi demandé aux ingénieurs si ça pouvait être à cause de son style. Mais non, Max n'est pas trop dur avec son matériel. Tout comme moi. Quand les casses surviennent, c'est juste de la pure malchance."
source: Nextgen-Auto.com

Paradise Papers - Hamilton rattrapé par la patrouille
Après les Panama Papers, voici les Paradise Papers: 96 médias internationaux, dont le journal français Le Monde et Cash Investigation, titrent aujourd'hui sur d'importantes révélations concernant l'évasion fiscale des fortunés de ce monde.

Plusieurs personnalités (dont la reine Elizabeth II, ou quelques proches de Justin Trudeau et de Donald Trump) sont ainsi accusées d'avoir échappé à leurs fiscs respectifs grâce à des montages fiscaux réalisés via des sociétés offshore, installées dans des Paradis Fiscaux. Grâce à des sociétés-écran, la plupart des accusés évitent de payer une bonne partie de leurs taxes - ce qui est légal sur un plan juridique (bien qu'à la limite de la légalité).

Une fuite de près de 6,8 millions de documents internes d'Appelby, un cabinet renommé d'avocats fiscalistes, installé aux Bermudes, est à l'origine de ces nouvelles révélations.

Parmi les évasions fiscales repérées par les médias, figure celle de Lewis Hamilton.

On sait que le pilote Mercedes parcourt le monde dans son jet privé, payé 22 millions d'euros. On ne savait pas que ce jet appartenait officiellement à une société basée aux Iles Vierges.

Cette même société-écran loue le jet de Lewis Hamilton à une autre entreprise, cette fois-ci installée sur l'île de Man (autre paradis fiscal)... et cette deuxième société loue de nouveau le jet à une troisième société - basée à Guernesey, paradis fiscal britannique.

Le point commun de toutes ces sociétés-écran? Elles sont la propriété d'un certain Lewis Hamilton - qui a visiblement de bons fiscalistes à son service. Or selon le droit en vigueur, l'utilisation d'un jet pour des motifs liés à la bonne marche d'une entreprise exonère Lewis Hamilton du paiement de la TVA sur l'achat de l'avion. Ce qui représente, sur un total de 22 millions d'euros, une économie substantielle de 3,7 millions.

Alors que Lewis Hamilton met souvent en avant son attachement à la charité, valeur chrétienne, cette révélation n'est pas du meilleur goût. Les avocats du pilote ont donc immédiatement réagi, se réfugiant sous le vernis commode du droit: "il est parfaitement légal pour une personne imposable de choisir la location plutôt que l'achat pour réduire la TVA. Le but principal étant d'obtenir un avantage fiscal" rappellent-ils.

Selon certains spécialistes, la frontière entre évasion fiscale, optimisation fiscale et fraude fiscale, est cependant parfois floue, selon que la société a lieu d'être ou non.

Rappelons que Lewis Hamilton est le sportif le plus fortuné du Royaume Britannique, avec un patrimoine de près de 150 millions d'euros. Sa fortune a augmenté de 28 millions d'euros l'année dernière.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg écarte encore et toujours la probabilité de revenir en F1
Quelques jours après avoir remporté le titre de champion 2016, Nico Rosberg avait décidé d'arrêter sa carrière de pilote de Formule 1, et il est aujourd'hui toujours aussi heureux de son choix.

"Un retour est hors de question" affirme-t-il à l'agence 'DPA'.

"J'ai atteint tout ce que je voulais et ma nouvelle vie va tout à fait dans la bonne direction", a-t-il affirmé lors d'un évènement à Francfort.

"Rien ne me manque, j'en ai vraiment terminé avec la course. A présent, j'aime apprécier les courses en les regardant depuis un paddock, un garage ou ma télévision."

Alors qu'il a été par le passé le rival de Lewis Hamilton, l'Allemand explique qu'il n'a aucun problème à féliciter son ancien adversaire pour avoir décroché récemment son 4ème titre de Champion du monde.

"Je ne suis plus en compétition avec lui, alors c'est plus facile pour moi", sourit-il, bien au courant des dernières attaques du Britannique à son encontre.

"Il mérite d'avoir réussi car il a fait une saison magnifique."

Cependant, la FIA va devoir réagir très vite pour réparer les dégâts constatés sur le trophée officiel de Champion du monde des pilotes, coupe qui sera bientôt transmise à Hamilton, après avoir été en la possession de Rosberg durant un an.

"J'ai reçu un message de la FIA me demandant 'Qu'est-il arrivé au trophée?'..." admet Rosberg.

"Apparemment, il y avait une petite bosse, alors je me suis excusé et à présent, ils sont en train de faire en sorte de résoudre le problème."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes et Ferrari vont s'en prendre aux budgets plafonnés
Après avoir reconnu que les plans pour les moteurs de 2021, présentés la semaine dernière, n'étaient pas satisfaisants, Mercedes devrait en faire de même avec les plans pour la vision du sport à long terme, qui seront dévoilés demain par Liberty Media.

Toto Wolff, le directeur de Mercedes F1, s'attend à avoir l'aide de Ferrari sur ce sujet, comme l'a prédit Bernie Ecclestone.

L'idée de plafonner les budgets des équipes à 150 millions d'euros à terme ne passe pas.

"Nous sommes tout de même curieux de voir ce qu'ils vont nous présenter", affirme Wolff.

Parmi les idées évoquées, des comptables indépendants missionnés par la FIA pour surveiller les dépenses de chaque équipe. Pour Wolff, c'est déjà un grand non!

"Personne ne mettra son nez dans nos processus et nos structures internes."

Sur le sujet des coûts en F1, le président de Ferrari, Sergio Marchionne, prédit "de grandes querelles avant de pouvoir trouver une solution qui convienne à tout le monde."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone - Les menaces de retrait de Ferrari sont toujours réelles
Bernie Ecclestone tient déjà à prévenir ses successeurs à la tête de la Formule 1: les menaces de Ferrari de quitter le sport ne sont jamais des menaces en l'air.

L'ex grand argentier a souvent dû composer avec les demandes des dirigeants de Ferrari (Ezno Ferrari, Luca di Montezemolo puis Sergio Marchionne) et sait que les Italiens, grâce à leur image, ont un immense pouvoir de pression.

"S'ils savent qu'ils ne peuvent pas gagner dans un nouveau contexte, ils feront en sortent que de nouvelle règles soient mises en place. Et si des règles de distribution des revenus sont mises en place et que Ferrari estime qu'elle aura du mal financièrement, alors ils partiront. Leurs menaces sont toujours réelles", affirme Ecclestone pour prévenir Liberty Media, qui présentera demain sa vision pour le sport.

Sergio Marchionne n'a pas hésité, en effet, à dire que "si la Formule 1 ne convenait plus à Ferrari, il serait temps d'économiser beaucoup d'argent et de faire des choix plus rationnels", excluant aussi de participer à une F1 de type "Nascar."

Ferrari a souvent menacé de partir si on touchait à son bonus de 80 millions d'euros. Qu'en sera-t-il avec l'idée des budgets plafonnés à 150 millions d'euros? Ecclestone est là aussi très clair.

"Ferrari ne veut pas de budget plafonné et de toutes ces idées. Ferrari veut dépenser ce qu'elle peut permettre de dépenser. J'ai toujours dit la même chose: si une équipe ne peut dépenser assez d'argent pour venir en F1, c'est qu'elle ne doit pas venir ou rester."

"S'il n'y avait plus que 3 ou 4 équipes, alors il faudrait faire quelque chose mais, ce n'est pas le cas donc je doute qu'il y ait beaucoup de changements de ce côté."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.