En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 25 Octobre 2017

Le week-end à Mexico ne s'annonce pas très positif pour McLaren
L'équipe McLaren va tenter d'effacer la frustration de la course d'Austin en arrivant au Mexique. Les problèmes de fiabilité qui ont affecté les deux MCL32 ont empêché l'équipe de marquer des points qu'elle avait la possibilité de viser.

"Tout d'abord, de ma part et de celle de toute l'équipe, j'aimerais envoyer nos condoléances aux centaines de personnes affectées par le terrible séisme à Mexico le mois dernier" a tenu à exprimer Eric Boullier. "Mexico City est un endroit que nous aimons visiter et j'espère que nous pourrons montrer notre solidarité et notre soutien aux victimes, ainsi que mettre en lumière l'incroyable détermination qu'est la leur."

Malheureusement, le week-end ne s'annonce pas beaucoup mieux que la semaine dernière: "Bien que je ne puisse pas promettre la victoire, nous ferons tout ce que nous pouvons, comme à Austin. Il est probable que Fernando soit pénalisé suite aux problèmes moteur qu'il a rencontré le week-end dernier et il se prépare à se battre depuis le fond de grille."

"Nous ne savons pas encore ce qu'il en sera pour Stoffel et nous essaierons de lui donner la meilleure chance possible sur ce qui sera la deuxième piste qu'il découvre en autant de semaines."

"Les conditions sont difficiles pour toutes les équipes, la météo est souvent chaude et humide à Mexico et avec l'altitude, c'est plus compliqué de refroidir le moteur tout en le faisant fonctionner comme à l'accoutumée. Nous avons beaucoup appris sur ces caractéristiques lors des deux dernières saisons au Mexique et j'espère que nous pourrons en faire bon usage. Nous ne nous attendons pas à marquer beaucoup de points mais nous n'abandonnerons pas."

Encore une fois, Honda va coûter un bon résultat à McLaren puisqu'il est sûr qu'au moins une des deux monoplaces partira en fond de grille: "Après un week-end décevant aux Etats-Unis, nous franchissons la frontière vers le Mexique" explique Yusuke Hasegawa.

"Tout d'abord, nous aimerions adresser nos plus sincères condoléances aux gens qui ont perdu des proches durant le séisme et offrir notre sympathie aux gens affectés. Ce sera le troisième Grand Prix du Mexique depuis son retour au calendrier. Nous aimons courir dans cette ambiance latine devant les fans Mexicains. J'apprécie également le soutien de nos collègues mexicains de chez Honda."

"L'Autodromo Hermanos Rodriguez est unique car il est placé à 2300 mètres d'altitude. De fait, il est nécessaire d'avoir une approche différente pour tirer toute la puissance du moteur. Les longues lignes droites nous laissent penser que ce sera vraiment dur."

"Cependant, les conditions difficiles sont les mêmes pour les autres équipes et nous utiliserons les données collectées durant les deux dernières années pour faire la meilleure stratégie possible. C'est une course difficile pour les gens de Mexico et nous espérons leur offrir un beau spectacle."
source: Nextgen-Auto.com

Prost ne trouve pas 'normale' la pénalité de Verstappen
Fallait-il pénaliser ou non Max Verstappen à l'arrivée du Grand Prix des Etats-Unis?

Il n'y a pas de position claire et tranchée dans le paddock à ce sujet. Certains pensent que le Hollandais n'avait pas le droit de couper ainsi le virage pour dépasser Kimi Räikkönen, d'autres qu'il a eu raison de porter cette attaque.

Le "toujours sage" Alain Prost, quadruple Champion du monde de F1, se range du côté du jeune pilote Red Bull qui a perdu son podium après avoir écopé de 5 secondes de pénalité.

"A partir du moment où vous faites des circuits avec des bordures qui ne sont plus des bordures mais juste la continuité logique de la piste, je ne vois pas pourquoi il aurait dû être sanctionné", commente Prost sur 'Canal +'.

"A cause de sa pénalité, il n'est plus sur le podium. Ce n'est pas normal... Non, je trouve que ce n'est pas très normal. Il y a des choses qui méritent d'être davantage sanctionnées en F1 que celle-là en tout cas."

Hier, Lewis Hamilton avait appelé au retour à l'herbe en bord de piste, afin d'empêcher ce genre de cas litigieux.
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul croit toujours à la 5e place du championnat pour Renault F1
Cyril Abiteboul, Directeur général de Renault F1, répète qu'il est ravi des débuts de Carlos Sainz au sein de son équipe.

L'Espagnol a très bien démarré son aventure avec l'équipe d'Enstone, une aventure qui pourrait bien durer longtemps si Red Bull réussit effectivement à conserver son duo de pilotes jusqu'à la fin de la saison 2020.

Cet apprentissage anticipé à Austin est donc de bon augure selon le Français.

"Sur le plan sportif, Carlos Sainz a fait des débuts remarquables au sein de l'équipe à Austin en dépassant ses attentes et en répondant aux nôtres. Tous ensemble, nous avons travaillé d'arrache-pied afin de rendre sa transition en cours d'année aussi fructueuse que possible et cela a porté ses fruits."

"Dans le même temps nous avons fait faux bond à Nico Hülkenberg avec un problème moteur. Nico aurait tout à fait pu mener sa monoplace dans les points à Austin et notre objectif cette année reste d'y placer nos deux voitures. Cette première manche en Amérique a démontré que nous avons tout ce qu'il faut pour y parvenir et remonter au Championnat des Constructeurs."

"C'est assurément le but au Mexique", poursuit Abiteboul. "Nous sommes passés à la septième place au classement et la cinquième place est un ambitieux mais atteignable pour l'équipe. Nous sommes à cinq points de Toro Rosso et à 20 de Williams - nous abordons ces trois dernières courses avec une détermination intacte."

"Avec le Mexique, le Brésil et Abu Dhabi, il ne reste plus que trois courses cette année. Nous donnerons tout pour marquer un maximum de points. Nous sommes également tournés vers la prochaine saison, d'où notre volonté d'introduire de nouveaux éléments sur le groupe propulseur. Comme l'a expliqué Rémi Taffin, la recherche de la performance et de la fiabilité peut être un véritable numéro d'équilibriste, mais nous sommes déterminés à monter sur la plus haute marche du podium à l'avenir."

Le Français admet que l'enchainement USA - Mexique est éprouvant mais plaisent.

"Après le formidable spectacle du Grand Prix des États-Unis à Austin, l'équipe n'a pas le temps de souffler puisque nous nous rendons au Mexique pour une nouvelle course offrant beaucoup de promesses. Quand la F1 est revenue au Mexique en 2015, nous ne savions pas à quoi nous attendre. Nous y avons découvert un superbe évènement bien organisé et soutenu par des passionnés et de fins connaisseurs."

"Mexico a récemment souffert d'un tremblement de terre, mais cette ville possède une telle force de caractère et la F1 est résolument déterminée à lui proposer un beau spectacle."

A propos de spectacle, le Français souligne que "les actions de promotion de la F1 étaient intéressantes à Austin. Assister à cette véritable montée en puissance sur la grille de départ était stimulant. Il nous tarde de voir tous les projets destinés à la croissance de la discipline sous l'impulsion de sa nouvelle direction."

La promotion de la F1 sera soutenue par Renault à Mexico grâce au transport de l'un de ses derniers concept-cars, sa F1 de 2027.

"Toujours tournés vers l'avenir, nous exposons au Mexique notre conception du futur de la F1 avec R.S. 2027 Vision, présentée plus tôt dans l'année au Salon automobile de Shanghai. Elle sera présentée aux média mexicains et je suis convaincu qu'elle recueillera les mêmes échos positifs que sur d'autres marchés."

"Le Mexique est un marché important pour Renault et BP, notre partenaire carburant. Nous effectuerons une grosse campagne de promotion pour accompagner notre venue. Dès notre première année, notre collaboration avec BP et Castrol s'est avérée gratifiante et prometteuse pour la suite."
source: Nextgen-Auto.com

Le show d'Austin ne pourrait pas être reproduit partout
Si l'accueil du show sur la grille de départ à Austin a reçu un accueil mitigé de la part des pilotes, ce n'est pas le cas pour les patrons et personnalités du paddock, qui ont plutôt apprécié la démarche lancée par Liberty Media... même si des ajustements sont nécessaire.

Pour Helmut Marko, le consultant de Red Bull, "c'était un grand spectacle."

"Evidemment il était au goût des Américains et calibré pour des Américains. Mais cela nous donne des idées pour la promotion de notre propre course à Spielberg, pour le Grand Prix d'Autriche."

"Nous n'avons pas besoin de ce genre de show tout le temps", ajoute Christian Horner. "Mais, là où ça fait sens, ça ne me dérange pas."

"Ca ne fonctionnerait pas à Silverstone par exemple, où le public est véritablement fan et connait toute le monde. Mais ce serait aussi injuste de dire qu'il faut abandonner l'idée. Pour attirer de nouveaux fans, il faut penser d'une nouvelle façon."

Ross Brawn, le directeur sportif de la F1, est lui "fier de la façon dont le week-end s'est déroulé à Austin."

"Nous faisons de petites choses pour améliorer peu à peu le spectacle. Ce que nous avons fait dimanche a bien fonctionné mais nous ne pourrions faire cela sur tous les circuits."

"Ce qui est particulièrement plaisant c'est que les équipes voient maintenant quelle direction nous souhaitons donner à la Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Günther Steiner veut que les pénalités soient données avec logique
Günther Steiner s'est joint à Christian Horner pour reprocher aux commissaires leur inconstance en matière de décisions. Les deux Haas ont été impliquées dans des incidents en qualification, différents selon lui, desquels ont découlé la même pénalité, alors que le degré de dangerosité n'était pas le même.

En effet, Romain Grosjean a été contraint d'éviter Lance Stroll qui était au ralenti dans la trajectoire en passant par l'herbe. De son côté, Kevin Magnussen a simplement gêné Sergio Pérez et dans les deux cas, les pilotes ont reçu trois places de pénalité.

"Je ne veux pas voir Stroll plus pénalisé mais la prochaine fois j'aimerais savoir s'il s'agit de trois ou de cinq places de pénalité" détaille Steiner. "Les deux ne sont pas comparables mais il y a eu la même pénalité pour ce qu'on a fait à Pérez et pour ce que Stroll nous a fait."

"Ce qui nous a été fait était très dangereux du fait de la différence de vitesse qui était énorme alors qu'avec Pérez, c'était dans une partie lente du circuit. Pérez a pu voir qu'il n'allait pas bouger car Magnussen n'avait pas vu qu'il était là."

"Ce que je veux dire, c'est que l'on peut être plus logiques et je pense que c'est pareil pour ce qu'il s'est passé avec Verstappen. Il y a eu plusieurs incidents comme l'a dit Christian, durant lesquels des voitures sont sorties de la piste et n'ont rien eu. Je ne jugerai pas cela car je ne l'ai pas vu."

Steiner le maintient, il faut que les commissaires prennent des décisions logiques entre elles, que ce soit lors d'un même week-end de course ou sur du plus long terme, selon les fautes commises.

"L'an dernier, Estéban Gutiérrez a été pénalisé de cinq places et trois points sur son permis à Spa-Francorchamps pour avoir poussé Pascal Wehrlein hors de la piste et c'était dangereux donc nous avons accepté la pénalité et nous sommes excusés. La situation était la même avec Stroll et il s'en est tiré avec trois places et un point. C'est simplement incohérent."

"Je ne cherche pas à ce que Stroll soit plus pénalisé, je ne veux pas que quelqu'un soit pénalisé mais nous ne savons pas à quoi nous attendre. C'est pareil pour Christian et il semble que certains peuvent faire certaines choses et d'autres non. Nous devons être logiques car il est difficile d'interpréter les règles si elles ne sont pas appliquées de manière régulière et s'il n'y a aucune explication."
source: Nextgen-Auto.com

Hulkenberg veut inverser la tendance au Mexique
Contraint à l'abandon à Austin sur une chute de pression d'huile de sa Renault RS17, Nico Hülkenberg s'apprête à mettre sa déception de côté sur les hauteurs de Mexico.

"Austin était évidemment un week-end très décevant en fin de compte. Nous étions d'entrée sur la défensive avec la pénalité sur la grille. J'ai pris un bon départ et j'ai gagné quelques places en étant propre au premier virage."

"Hélas, la pression d'huile a chuté au quatrième tour et nous avons dû abandonner. Je veux inverser la tendance dès cette semaine au Mexique" , promet l'Allemand, qui a pu assister, en plus, à un week-end parfait de son nouveau coéquipier, Carlos Sainz.

Selon Hülkenberg, le Circuit Hermanos Rodriguez "est une piste difficile. À cause de l'altitude et de la densité de l'air, nous perdons beaucoup d'appui."

"Cela rend la voiture légère. Elle glisse facilement. On y retrouve beaucoup d'enchaînements semblant faciles alors qu'ils sont extrêmement techniques. Ce n'est définitivement pas un tour de tout repos. Les deux derniers virages et la section du Stadium se démarquent. C'est vraiment génial, c'est toujours bruyant et cela donne littéralement la chair de poule."

Le pilote Renault F1 compte profiter de Mexico durant ce week-end.

"C'est une ville immense, peut-être la plus grande que j'ai pu visiter. J'ai eu la chance de la survoler en hélicoptère et c'est vraiment ahurissant!"
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Bottas, un homme aux qualités humaines exceptionnelles
Lewis Hamilton n'a pas manqué de taclé Nico Rosberg lors du dernier Grand Prix, à Austin, estimant que l'Allemand apportait une mauvaise ambiance au sein de Mercedes.

Le Britannique n'était donc pas triste de voir le champion 2016 s'en aller, d'autant plus que le pilote qui l'a remplacé, Valtteri Bottas, est doté de "qualités humaines exceptionnelles" selon lui.

"Oui, Valtteri est un être humain exceptionnel. Vous pouvez voir qu'il a beaucoup en commun avec son père, un homme charmant, très poli, qui dit toujours bonjour. Valtteri veut gagner au mérite et grâce à son travail", explique Hamilton.

"Il n'y a pas eu un seul moment où il a tenté de me cacher des choses. Dans les faits, c'est même très rare qu'il ait à me demander quelque chose ou le contraire. On s'échange naturellement des informations. Par exemple, avant le départ à Austin, je lui ai dit que j'avais fait telle chose sur la voiture et il a fait la même chose."

Hamilton reconnait que sa saison a été plus facile, grâce au fait que le Finlandais devait prendre ses marques chez Mercedes.

"Valtteri en veut naturellement plus et il en aura plus. Ce n'est pas une voiture facile à piloter, il n'a pas eu son mot à dire lors de la conception. Arriver dans une nouvelle équipes, avec une autre voiture, une autre philosophie, c'est toujours difficile face à un pilote établi. Mais il peut compter sur ses forces et sur le fait que je travaille avec lui."

"Cela ne me dérange pas qu'il gagne quelques courses, bien entendu je ne veux pas qu'il les gagne toutes. Mais je souhaite qu'il puisse me pousser."

"Il l'a fait notamment au début de l'année. Mais j'ai été capable de trouver des petites astuces avec la voiture pour la porter à un autre niveau ensuite. Valtteri travaille dur pour y arriver aussi."
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes McLaren n'attendent pas de miracle au Mexique
Les pilotes McLaren se rendent à Mexico sans trop d'espoir de vraiment bien y figurer, tant le tracé ne semble pas correspondre à la monoplace de Woking. En attendant de savoir si les difficultés seront bien présentes, Fernando Alonso a une pensée pour les Mexicains.

"C'est très important de se rendre à Mexico en n'oubliant pas toutes les personnes qui ont été touchées par le séisme récent, et leur montrer autant de soutien que possible" déclare l'Espagnol.

"L'accueil que nous recevons à Mexico est parmi les meilleurs du monde, on sent vraiment la chaleur des fans tout autour du circuit, surtout dans l'arène, et leur soutien est incroyable. Pour moi, c'est génial d'arriver dans un pays, d'aller à mon hôtel et de récupérer ma chambre en parlant ma propre langue!"

"Ce sera un week-end difficile pour nous et je m'attends à m'élancer du fond de grille en conséquence du problème moteur rencontré à Austin. C'est aussi une piste sur laquelle le trafic joue et rend les dépassements difficiles. D'un point de vue positif, nous avons testé de nombreuses pièces vendredi aux Etats-Unis et nous en étions satisfaits."

Stoffel Vandoorne a lui aussi un mot pour les victimes du séisme: "Nous allons à Mexico en sachant très bien la situation et nous envoyons tout notre soutien au peuple mexicain après un te désastre."

"Pour McLaren et Honda, Mexico sera une course difficile à cause des longues lignes droites et de l'altitude, deux caractéristiques qui nous rendront la vie compliquée. J'ai été contraint de changer mon moteur le jour de la course à Austin et j'espère que je n'aurai pas à prendre de pénalités à Mexico."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson veut continuer à se battre pour un contrat en 2018
Marcus Ericsson a reconnu qu'il a beaucoup de chances de se retrouver éjecté de la Formule 1.

A trois courses de la fin de la saison, il ne sait toujours pas quels sont les plans de Sauber et de ses sponsors. L'équipe suisse est en négociation avancée avec Ferrari pour placer un ou deux de ses jeunes pilotes. Le Suédois attend donc de connaitre son sort, qui pourrait être le même que celui de Pascal Wehrlein: la porte de sortie.

"Le fait est que je n'ai pas de contrat pour la saison à venir. Mais je me bats pour ça. C'est mon but de rester. Mon management continue à parler avec Sauber pour connaitre les plans à venir pour le futur. Il essaie de régler la question de mon contrat. Mais, en F1, vous ne pouvez jamais être sûr de rien tant qu'un contrat n'est pas scellé et signé."

Ericsson dément être protégé par ses sponsors, pourtant liés aux propriétaires de l'équipe, Longbow Finance.

"Il n'y a rien d'assuré pour moi, il n'y a pas de wild card. Une bonne performance c'est ce qui permet de montrer votre ambition. Pour moi, cela veut dire battre Pascal, parce qu'il est ma référence, le pilote que je peux battre en premier."

"Si nous pouvons nous battre contre d'autres équipes, nous le faisons. Mais le but premier est de battre mon équipier. Tous les gens de Sauber savent que nous sommes handicapés avec notre moteur (de l'an dernier). C'est donc un duel interne à l'équipe, moi contre Pascal."

Ericsson a toutefois une statistique contre lui: il est le seul pilote à avoir participé à toutes les courses de la saison sans avoir marqué le moindre point. Wehrlein a lui marqué des points à deux occasions.

"C'est décevant, sans aucun doute", reconnait le Suédois. "Je veux marquer des points, chaque week-end. Mais cette année c'est encore plus difficile que tout avec le moteur Ferrari de 2016. Mais c'est la situation, je dois tirer le maximum de ce qu'on a. Même si j'ai 0 point, je pense avoir fait de bonnes courses et signé de bonnes performances."

"La F1 n'a pas été clémente avec moi", ajoute-t-il. "Sur mes 4 saisons en F1, je n'ai eu qu'une seule année une voiture compétitive. Les 3 autres saisons ont été passées en fond de grille. Mentalement, c'est difficile. Je suis là pour me battre pour des victoires, pas pour une 18ème place."

"Mais résister à tout ça est aussi une de mes forces. Je n'ai jamais abandonné le combat, j'ai toujours fait de mon mieux. Je ne laisse pas la frustration me gagner. J'essaye toujours de voir le positif et d'en sortir le meilleur."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari ne peut pas gagner un titre constructeurs avec Raikkonen
Flavio Briatore a remis en cause la décision de Ferrari de poursuivre une année de plus avec Kimi Räikkönen comme équipier de Sebastian Vettel.

Selon l'ancien patron d'écurie de Benetton et Renault, le Finlandais n'est pas assez compétitif pour permettre à la Scuderia de viser un titre mondial des constructeurs, en plus de celui du titre pilotes, qui était, lui, à la portée de l'Allemand.

"C'est certainement très difficile de gagner un titre constructeurs avec un pilote comme Räikkönen", lance Briatore.

"Pour gagner ce titre, il faut deux pilotes compétitifs et ensuite vous identifiez lequel des deux doit aller se battre pour le titre pilotes."

Briatore ne remet donc pas en cause l'approche de Ferrari "mais le numéro 2 doit être plus compétitif."

En attendant Mercedes a remporté son 4ème titre mondial et Lewis Hamilton est sur le point de faire la même chose au Mexique.

"Vous gagnez et vous perdez de courses. Mais un championnat c'est comme le Giro en Italie (cyclisme). Lewis et Mercedes ont été les plus forts sur la durée, même si Ferrari a fait un très bon début de saison. Je pense que Mercedes a fait un meilleur travail en matière de développement."
source: Nextgen-Auto.com

Un duo 100% mexicain chez Force India vendredi
Force India jouera la carte du Mexique à 100% vendredi lors des essais libres 1, lors du Grand Prix à Mexico City.

En effet, Esteban Ocon va être prié de laisser son baquet, le temps de 90 minutes, au pilote d'essais et de réserve de l'équipe, Alfonso Celis Jr.

Le jeune pilote Mexicain roulera donc devant son public, au côté de son compatriote, Sergio Pérez.

Rappelons que Force India bénéficie de beaucoup de soutiens de la part des sponsors mexicains de Pérez et Celis Jr.
source: Nextgen-Auto.com

Taffin - Renault est déjà bien concentrée sur 2018 côté moteur
Alors qu'il ne reste plus que trois courses au calendrier, Rémi Taffin, directeur technique moteur de Renault F1, nous explique que l'attention se porte déjà sur 2018 malgré l'inlassable chasse aux points, à la puissance et à la performance.

Renault possède même quelques mois d'avance sur son programme moteur, comme l'explique le Français.

"À Viry, nous sommes bien avancés sur notre programme 2018 car tant de travail est à faire avant de voir le groupe propulseur en piste. Nous avons d'ailleurs introduit certains éléments pertinents pour notre spécification 2018 en piste dès maintenant. Nous serons bien occupés les quatre mois précédant la présentation des monoplaces 2018 comme chaque année", dit-il.

Quelles sont les implications pour Renault d'être associé avec une nouvelle équipe partenaire, McLaren, l'an prochain?

"C'est toujours intéressant de collaborer avec un nouveau partenaire technique. Tout le monde peut apporter quelque chose de différent. Tout comme Red Bull, McLaren possède une histoire incroyable dans la discipline et de formidables installations avec lesquelles travailler. Nous allons apprendre à travailler avec McLaren tout en continuant à optimiser notre collaboration avec Red Bull."

Avant de penser à 2018, il y a encore 3 courses à disputer donc, à commencer par le Mexique. Quels sont les défis du Circuit Hermanos Rodriguez pour un motoriste?

"C'est un tracé intéressant avec des vitesses élevées sur les longues lignes droites où l'air moins dense à haute altitude offre moins de résistance. Le turbo doit ainsi accélérer ses rotations afin d'introduire plus d'oxygène dans le moteur à combustion interne. Il tourne environ 8 % de plus au Mexique qu'à Abu Dhabi. De même, la consommation sur un tour est assez basse. La récupération d'énergie est donc moins cruciale au Mexique que sur d'autres pistes."

Que peut faire Renault F1 pour maximiser ses chances de points en cette fin d'année?

"L'enjeu reste le même: nous voulons un maximum de performances et de fiabilité! Depuis toujours, c'est l'objectif même du sport automobile. Nous investissons tous énormément d'énergie et de moyens pour y parvenir. Nous avons fait de gros progrès sur la performance durant la saison. Nos groupes propulseurs ont atteint le podium, mais nous avons trop souffert du manque de fiabilité. Il s'agit clairement d'un domaine sur lequel nous nous focalisons chaque jour un peu plus."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz veut continuer sur sa lancée après la 'perfection d'Austin'
Septième à Austin, Carlos Sainz a réalisé des débuts de rêve chez Renault. L'Espagnol a désormais hâte de retrouver dès vendredi le volant de sa R.S.17 au Mexique.

"Mexico, c'est l'un de mes week-ends préférés de l'année et c'est le cas de beaucoup de pilotes. Nous y ressentons toute la ferveur de la foule. Cela se distingue d'autres rendez-vous. Le tracé est difficile avec les faibles appuis qui rendent la voiture très légère, de longues lignes droites qui corsent le défi et des virages sinueux très durs à négocier parfaitement. Mes qualifications ont été plutôt bonnes ici, puisque j'ai atteint Q3 l'an passé", commente Sainz.

Il admet apprécier l'ambiance typique de Mexico.

"Les sensations sont intenses au moment de la parade. C'est vraiment particulier de saluer plus de 200 000 personnes. On peut véritablement palper la passion et l'amour des fans envers la F1 et nous adorons voir cela. Nous savons que ce sera un week-end à part. C'est génial d'avoir un tel rendez-vous au calendrier. La section du Stadium est exceptionnelle, mais même les tribunes à l'opposé du circuit sont toujours bondées!"

Aime-t-il la culture mexicaine?

"Même si je ne suis pas friand des plats épicés, tout le monde doit absolument essayer la cuisine mexicaine. Je me tourne d'habitude vers les quesadillas. Ce n'est pas très fort, mais c'est délicieux. C'est d'ailleurs étrange d'être surnommé Chilli par mes amis... Quelque chose ne colle pas! Mexico est aussi une ville extrêmement bouchonnée. Il faut donc un bon chauffeur connaissant quelques astuces pour se rendre rapidement quelque part."

Sainz aborde en tout cas cette course avec un moral gonflé à bloc grâce à ses points marqués dimanche à Austin. Avec le recul, que pense-t-il de ses débuts avec l'équipe française?

"C'était génial! J'y suis allé en douceur pour prendre la mesure et j'ai gagné en confiance au fil du week-end. Nous nous sommes vraiment bien amusés, surtout dimanche. J'ai réalisé un départ prudent, mais nous avons pu attaquer les Force India rien qu'en haussant le rythme. Je chassais Esteban (Ocon) et c'était une belle bataille le temps que ça a duré. Le plaisir était au rendez-vous tout au long des trois jours. C'était vraiment bien de marquer six points et nous avons vécu un week-end complet de la première séance d'essais jusqu'au dernier tour de course. L'équipe a fait de l'excellent travail pour me faciliter la tâche. Notre première collaboration était proche de la perfection. Nous devons poursuivre ainsi."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn souhaite une meilleure utilisation de la vidéo pour les pénalités
Ross Brawn, le directeur sportif de la Formule 1, estime que l'affaire de la pénalité de Max Verstappen à l'arrivée du Grand Prix des Etats-Unis remet à nouveau sur la table le sujet des pénalités appliquées dans le sport.

Pour l'ancien directeur technique et patron d'écurie, le système doit être revu... mais il ne faut pas réagir à chaud.

"Cette pénalité a été dure mais correcte, selon moi. Je crois qu'il faut attendre que la poussière retombe sur cet épisode et, ensuite, il sera bon de revoir tous les cas qui ont posé problème dans l'année avec tout le monde, la FIA et les équipes", explique Brawn.

"Dans chaque sport, la technologie prend de plus en plus de place pour aider les arbitres ou les commissaires à prendre les décisions les plus justes et le plus rapidement possible. Cela arrive même dans le foot, où la vidéo a été mise en place dans certaines ligues comme la Bundesliga en Allemagne ou la Série A en Italie."

"En Formule 1, nous avons déjà un système de vidéos exceptionnel en place mais je pense que nous devons voir comment mieux l'utiliser afin d'avoir des décisions correctes mais aussi constantes."

Le sport est en tout cas conscient de la valeur d'un pilote comme Verstappen.

"Il a été élu pilote du jour par les fans, c'est une petite consolation, mais je pense que c'est mérité. Il a encore une fois montré à quel point il est talentueux."
source: Nextgen-Auto.com

Marko - La Formule 1, c'est fini pour Daniil Kvyat chez nous
Le docteur Helmut Marko, consultant pour le sport automobile de Red Bull et responsable de la filière jeunes pilotes a discuté avec Daniil Kvyat à l'issue du Grand Prix des Etats-Unis.

Le sort du pilote russe est désormais scellé, mais pas seulement pour le prochain Grand Prix du Mexique: sa carrière en Formule 1 est terminée du côté de Red Bull et Toro Rosso.

"Kvyat ne reviendra plus. Nous ne croyons plus qu'il sera capable de renverser la situation sur le long terme. La F1 c'est fini pour lui chez nous", confirme Marko.

Toro Rosso a annoncé lundi soir que Pierre Gasly et Brendon Hartley rouleraient au Mexique.

"Ils finiront même la saison", ajoute l'Autrichien. "Ensuite, pour 2018, nous verrons ce qui arrivera."

Toro Rosso doit en effet trouver un pilote pour épauler Pierre Gasly. Avec l'annonce de Marko, Hartley est maintenant dans la position de favori mais l'équipe pourrait recruter ailleurs, le temps d'une saison si nécessaire.

Jenson Button a ainsi révélé dans sa dernière autobiographie que l'équipe de Faenza lui avait proposé un volant pour un an en 2009. Il avait finalement choisi Brawn GP, avec tout le succès qu'on connait.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen met (un peu) d'eau dans son vin suite à ses insultes
Max Verstappen a mis de l'eau dans son vin lors d'une interview à la télévision de son pays, concernant les insultes proférées contre Gary Connelly, un des commissaires de la FIA.

Selon le Hollandais, ce commissaire l'aurait pris en grippe depuis l'an dernier et n'hésiterait pas à le pénaliser. Ce qui expliquerait pourquoi il a si rapidement perdu son podium dimanche.

Le pilote Red Bull n'a pas hésité à le qualifier "d'idiot" et même de "mongol."

Probablement conscient qu'il risque d'être convoqué par la FIA pour atteinte à l'image du sport (comme a pu l'être Sebastian Vettel suite à son coup de roue à Bakou), Verstappen explique que "cela a été dit dans l'excitation du moment."

"Je ne voulais pas, évidemment, dire de choses méchantes. Sur le moment, c'est juste sorti, comme ça. Je ne cherchais pas à blesser quelqu'un."

"Je ne suis plus du tout en colère. J'ai fait une super course et c'est le sentiment qui domine maintenant. Mais, oui j'ai qualifié le commissaire d'idiot et je ne vais pas retirer ça."

Verstappen se veut donc plus constructif en rappelant que "pas mal de personnes souhaitent maintenant que la FIA change le système de pénalité."

"Dans mon cas, ce n'était pas correct, et ridicule parce qu'avec cette pénalité, on ne peut pas protester et se faire entendre par les commissaires."

"C'était injuste. Et c'est mon devoir en tant que pilote de dire si quelque chose en Formule 1 est une grosse erreur. Et c'est une grosse erreur de ne pas pouvoir faire appel et s'expliquer après la course dans ces cas-là."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.