En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 29 Septembre 2017

La culture explique la disparition de Sepang au calendrier F1
Selon Daniel Ricciardo, l'arrêt du Grand Prix de Malaisie a beaucoup à voir avec "la culture"de ce pays d'Asie.

Ce week-end, après presque deux décennies de la présence de cette course au calendrier de la F1, la Malaisie va faire ses adieux à la catégorie reine, après avoir décidé de ne pas renouveler son contrat avec la Formule 1.

Un des arguments donné par le gouvernement malaisien est qu'il y a plus de spectateurs qui se rendent à Sepang pour venir voir le MotoGP chaque année. Fait qui ne surprend pas tant que ça le pilote Red Bull, Daniel Ricciardo.

"Je peux comprendre cela", affirme l'Australien.

"Cela a certainement à voir avec leur culture. Il y a beaucoup de trafic sur les routes ici et beaucoup de personnes sont à vélo ou en deux roues. Ils s'identifient donc probablement plus à cela."

"Le nombre de gens qui viennent voir le MotoGP a aussi à voir avec le coût des billets", ajoute le pilote de 28 ans qui pense au "pouvoir d'achat assez faible ici."

"C'est aussi amusant de regarder des courses de MotoGP, mais ce n'est pas mieux que la Formule 1. Valentino Rossi est vraiment bon, mais ce serait bien mieux si je pilotais en moto" plaisante-t-il pour conclure.
source: Nextgen-Auto.com

McLaren a hâte de débuter son partenariat avec Renault
McLaren vit ses dernières courses avec Honda, ce qui est vécu comme un véritable soulagement pour l'équipe de Woking, dont les résultats sont catastrophiques depuis l'association avec le motoriste japonais. La décision de se séparer était devenue inévitable, sans forcément qu'un événement ait précipité ce choix.

"Je ne pense pas qu'il y ait eu un moment en particulier, hormis les essais de pré-saison, où nous voulions améliorer nos résultats" explique Zak Brown. "Nous avons su que nous étions dans une mauvaise situation. Nous avons passé beaucoup de temps, ce qui a souvent été rendu public, à aider Honda afin de trouver un peu plus de performance, mais nous n'avons pas réussi à être plus compétitifs, mais je suis heureux qu'ils restent dans notre discipline."
.
Malgré tout, le directeur de McLaren ne cache pas la vérité des faits lorsqu'on lui demande à quel point les dernières années ont été frustrantes: "Très frustrantes. Quand vous comptez sur votre partenaire pour qu'il respecte sa partie de l'accord, c'est frustrant car il n'y a rien que nous aurions pu faire pour corriger cela nous-mêmes."

N'ayant aucune chance de signer un contrat avec Mercedes, son ancien fournisseur, ou Ferrari, sa rivale historique, McLaren a opté pour une association inédite avec Renault, qui s'est décidée tardivement et a causé de nombreux chamboulements dans le monde de la F1.

"Nous sommes ravis de ce partenariat avec Renault et de tout le travail que Cyril Abiteboul et son équipe ont effectué. Il a fallu la collaboration de Christian Horner, de Toro Rosso et Red Bull, puis de la FIA, de Ross Brawn et de Chase Carey. Il y a eu beaucoup de personnes impliquées pour que cela se produise et je crois que tout le monde a hâte d'être en Australie l'an prochain."

McLaren et Renault sont désormais liés pour trois saisons minimum, jusqu'à ce que le nouveau règlement moteur soit mis en vigueur et que d'autres motoristes viennent potentiellement s'engager en F1. En attendant, Brown espère que cette décision aidera McLaren à retenir Fernando Alonso.

"Personne ne sait ce que seront les règles en 2021 et je pense qu'il est difficile pour tout le monde de voir plus loin que 2020. Nous pensons que nous avons un partenariat à long terme, en tous cas les fondations pour qu'il se fasse à long terme. Renault a une grande histoire, ils ont gagné beaucoup de titres avec Red Bull, et avec cette équipe aussi, et nous sommes heureux de les rejoindre car nous pensons être compétitifs ensemble."

"Nous avons beaucoup parlé [avec Alonso]. Il attend de voir les solutions techniques que nous amenons. Il a gagné deux championnats avec Renault et il est heureux avec notre équipe tout autant que nous le sommes avec lui, donc je pense que nous arriverons à avancer dans un futur très proche et ce sera la dernière grande pièce du puzzle. Je dois encore trouver un sponsor avec notre équipe commerciale afin d'être prêts pour l'année prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Il y a une chose avec ces voitures qui surprend les pilotes
Daniel Ricciardo espérait plus de sa course de Singapour, surtout après s'être retrouvé deuxième au premier tour, derrière la Mercedes de Lewis Hamilton qui était censée être moins performante que sa Red Bull. Malheureusement pour lui, il n'a pas réussi à traduire ses performances sur un tour en un rythme de course suffisant pour aller chercher la victoire et estime que les nouvelles voitures sont plus difficiles à cerner que les précédentes.

"A Singapour, j'ai compris pourquoi nous n'avions pas un si bon rythme en course"" explique-t-il. "A la fin, nous avons perdu du temps sur Lewis à cause d'un problème de boîte de vitesses qui nous a coûté deux ou trois dixièmes au tour. Mais nous avions aussi réglé la voiture agressivement car après le vendredi, nous étions performants."

"Nous l'avons réglée pour une piste avec plus d'adhérence en vue de la course et les pneus tenaient bien, donc nous n'avons pas pris de pari mais nous avons continué dans cette direction. Lorsque la pluie est arrivée, la piste avait finalement beaucoup moins d'adhérence, ce qui a ruiné une bonne partie de nos réglages. Les voitures sont beaucoup plus sensibles cette année. Elles ont plus d'adhérence et elles devraient être plus faciles à piloter, on devrait mieux ressentir cette adhérence, mais il est facile d'aller trop loin et ça coûte du temps au tour."

L'Australien se rassure en expliquant qu'il n'est pas le seul et que Red Bull a compris lors du Grand Prix d'Autriche à quel point les voitures étaient délicates à régler et à maîtriser pleinement.

"Cette année a été une nouvelle piqûre de rappel pour nous, d'avoir débuté si difficilement. Je ne pense pas que ça se reproduira. J'aurais aimé que l'on démarre plus fort, l'équipe sait sûrement pourquoi nous étions en retrait en début d'année. Beaucoup de questions ont trouvé une réponse et depuis l'Autriche, nous comprenons nettement mieux la voiture."

"Nous pouvons attaquer un peu, atteindre un peu plus la limite sans que la voiture ne nous échappe immédiatement. Je ne sais pas si c'est à cause des pneus larges mais il y a une chose avec ces voitures qui surprend les pilotes. Les pousser à la limite peut non seulement être dangereux mais aussi moins rapide. Il s'agit de trouver le bon équilibre qui n'est jamais le même selon les pistes et selon les conditions météo, mais c'est la F1."

Malgré tout, Ricciardo n'est pas entièrement satisfait chez Red Bull et hésite encore pour 2019, se demandant si l'équipe saura le convaincre: "Je voudrais une chance de gagner le titre, c'est certain. Si j'avais plus de 35 ans, j'aurais sûrement des priorités différentes. J'aime la compétition et il n'y a rien de mieux que de se battre à l'avant de la grille."

"Je veux une voiture pour viser le titre. Il est trop tôt pour penser à des contrats en vue de 2019 et je verrai ce qu'il se passe l'an prochain. Je serai dans la même équipe et je peux voir la direction qui sera prise afin de tout évaluer pour prendre la bonne décision."
source: Nextgen-Auto.com

Haas reçoit une dispense pour les réparations
Les mécaniciens de Haas pourront réparer la monoplace de Romain Grosjean et ne pas respecter le couvre-feu, sans perdre l'un des jokers de l'équipe.

Romain Grosjean a eu un gros accident dans la deuxième séance d'essais libres à Sepang. L'accident a été provoqué par une grille d'évacuation d'eau.

Les dégâts sont importants sur la Haas et les réparations prendront plusieurs heures. L'équipe aurait peut-être dû briser le couvre-feu et utiliser l'un de ses deux jokers pour la saison. Puisque la cause de l'accident est totalement externe, un problème sur la piste, Haas a reçu une dispense. L'équipe ne perdra donc pas l'un de ses jokers.

"Les commissaires estiment les circonstances qui ont causé l'accident de la voiture (de Grosjean) étaient totalement et clairement hors du contrôle du pilote et de l'équipe (et de tout autre pilote ou équipe) et ils les considèrent 'exceptionnelles'", précise la FIA.

La FIA a bien précisé que cette dispense ne concerne que le travail sur la monoplace de Romain Grosjean, et pas sur celle de Kevin Magnussen.

Le couvre-feu est imposé pour éviter une charge de travail trop grande pour les mécaniciens.
source: SportAuto.fr

Une journée compliquée pour Vandoorne
Stoffel Vandoorne n'a pas pu profiter de conditions idéales pour découvrir le circuit de Sepang aujourd'hui, lors des essais libres.

Le pilote belge de McLaren a dû s'adapter pour trouver les bonnes trajectoires.

"Cela a été une journée compliquée entre une première séance marquée par la pluie et une deuxième séance qui s'est arrêtée plus tôt que prévu. On n'a pas pu faire le programme comme on souhaitait le faire. Cela a été pareil pour tout le monde et j'espère que samedi, on aura de meilleures conditions", déclare Vandoorne à la 'RTBF'.

Il était de plus assez loin de Fernando Alonso mais il n'avait pas les évolutions de l'Espagnol.

"On roule avec des réglages différents en termes de diffuseurs. Je ne sais pas si je vais pouvoir bénéficier des mêmes évolutions demain. Celles-ci semblent être performantes."

"J'espère qu'on sera proche du Top 10 en qualifications. Cela devrait être l'objectif. On va faire le maximum et on verra bien le résultat."
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc a découvert la Sauber sous la pluie
Comme toutes les équipes, Sauber a été perturbée par la pluie ce matin et n'a pas effectuer tout le programme prévu.

Charles Leclerc était tout de même la grande attraction de la journée. Le Monégasque, qui s'installait dans la C36 pour la première fois, a bouclé 10 jours, se classant d'un cheveu devant Pascal Wehrlein au classement.

"Je suis très heureux de cette première expérience avec Sauber. En dépit des conditions délicates et humides, j'ai pu compléter dix tours, et j'ai pris du plaisir à piloter sur ce circuit. Le plus important, c'est que l'équipe a été satisfaite de mon travail. J'ai hâte de conduire de nouveau à Austin."

Cette première expérience en EL1, très rassurante, augure-t-elle d'une future titularisation en F1?

"Ferrari et Nicolas Todt, mon manager, parlent beaucoup, mais pour être honnête, ils ne veulent pas vraiment me tenir informés pour le moment parce qu'ils veulent que je me concentre sur la F2. Et j'en suis très heureux. Je ne veux pas beaucoup en parler. J'ai un but, gagner le championnat de F2 cette année, et ensuite, tout arrive petit à petit. Mais je suis sûr que Ferrari et Nicolas travailleront aussi dur que possible pour moi pour me trouver la meilleure place possible en 2018. Je crois que si je fais le travail, comme je l'ai fait depuis le début de l'année en F2, alors, j'espère qu'ils me trouveront une place."

Marcus Ericsson n'a pu rouler que l'après-midi et a éprouvé naturellement des difficultés à rattraper le temps perdu.

"J'ai dû rattraper ce que j'avais manqué en EL1. J'ai réussi à faire une bonne quantité de tours en EL2. Cependant, nous n'avons fait fonctionner les pneus comme il le faut. Nous devons analyser nos données ce soir et essayer de nous améliorer pour demain."

Pascal Wehrlein a lui aussi souffert, mais plutôt avec son système de freinage. Une fois de plus, le week-end s'annonce difficile pour Sauber...

"Cette journée n'était pas idéale. J'ai eu des problèmes avec les freins en EL1, que nous avons résolus durant la session. C'était cependant intéressant de conduire sous le mouillé, c'est toujours un peu d'excitation en plus. En EL2, c'était un peu mieux, mais il y a toujours un écart sur nos rivaux directs."
source: Nextgen-Auto.com

Haas préfère nettement les tendres aux supertendres
Rien ne s'est passé de manière parfaite pour Haas ce vendredi. La journée a été marquée par l'accident de Romain Grosjean cet après-midi. Le Français n'y est cependant pour rien. Une plaque d'évacuation est venue enfoncer un vibreur et perforer le pneu arrière droit de sa Haas. Plus de peur que de mal, certes, pour Romain Grosjean au final, mais du temps précieux en piste a été perdu.

"Je pense que nous avons beaucoup appris aujourd'hui. Il pleuvait le matin et la piste était sèche l'après-midi. Je pense que notre compétitivité en pneus tendres était vraiment bonne. Nous avons un peu souffert en supertendres, mais il faut y travailler. Malheureusement, nous n'avons pas fait beaucoup de longs relais en raison de la pluie et du crash, qui a mis fin à notre journée. Je pense qu'il y a quelques aspects positifs. Nous avons fait quelques changements sur la voiture qui ont assez bien fonctionné. Je me sens désolé pour les gars, puisqu'ils vont devoir travailler dur pour réparer la voiture, mais je sais qu'ils le feront bien. Nous allons essayer de trouver des solutions décisives pour les réglages afin d'aller plus vite demain. Je pense que les gars peuvent y arriver."

Kevin Magnussen a pris part à la séance de l'après-midi, après avoir cédé sa place à Antonio Giovinazzi le matin. Le Danois s'est classé 18ème.

"Tout le monde a déjà fait une session sous la pluie et pas moi, donc ce n'est pas idéal. S'il pleut, je serai derrière, clairement. La voiture se comporte bien sous le mouillé. Les pneus pluie et les intermédiaires sont différents des précédentes générations de pneus. Nous en apprenons toujours beaucoup, mais dans l'ensemble le ressenti est bon. Nous avions l'air pas mal en tendres. J'étais assez bien dans la voiture. Ensuite nous avons passé les supertendres et nous avons perdu un peu de performance, en particulier à l'avant. Nous allons y travailler."

Antonio Giovinazzi a un sentiment doux-amer après son roulage de ce matin perturbé par la pluie. Il n'a bouclé que six tours à Sepang...

"Ce n'était bien sûr pas une longue session. C'est un peu décevant parce que c'est Sepang, l'une de mes pistes préférées. J'aurais aimé conduire plus que six tours avec les inters, mais c'est une petite expérience de plus pour moi, une autre session en EL1. Je suis heureux, cependant. J'ai fait le travail que m'avait demandé l'équipe."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli va revoir toute sa gamme de pneus l'an prochain
Critiqué pour avoir développé des pneus dans l'ensemble trop durs cette saison, Pirelli a reconnu avoir adopté une approche conservatrice avec l'introduction du nouveau règlement. L'an prochain, le manufacturier milanais compte rectifier le tir et fera sa (petite) révolution.

Un sixième train de pneus sera ajouté à la gamme complète des pneus proposés aux écuries. Pirelli produira également des pneus plus tendres que cette année. Toute la gamme actuelle va être revue afin d'être moins conservatrice.

"Nous avons fourni aux équipes les données [des pneus 2018] le premier septembre dernier" a confirmé Mario Isola chez Pirelli. "Nous avons redéfini la structure avant et arrière des pneus, et nous donnerons plus d'informations prochainement."

"Bien sûr, nous travaillons sur de nouveaux composés parce que l'objectif est d'avoir des pneus plus tendres. Cette année, nous le savons, nous avons été assez conservateurs mais ce n'était pas facile de développer des pneus avec de nouvelles tailles pour de nouvelles voitures, donc nous avons décidé d'adopter une approche conservatrice. Le pneu tendre actuel sera le nouveau pneu médium l'an prochain."

Le pneu dur n'a été utilisé que lors du Grand Prix d'Espagne cette année, et encore, aucune équipe ne l'a adopté en course. Depuis lors, on ne l'a plus revu.

A noter que le règlement de la FIA ne limite pas le nombre de composés maximal pouvant être proposé sur l'ensemble d'une saison, ce qui ouvre la voie à Pirelli pour d'autres autres introductions de nouvelles gammes si besoin. L'an prochain, il y aura donc six composés disponibles pour toute la saison (trois maximum à chaque course).

"Ce n'est pas encore fixé, mais nous aurons probablement l'an prochain plus de composés pour nous donner plus de liberté pour chaque Grand Prix" confirme Mario Isola. "Il n'y a pas de modification du règlement donc il y aura toujours trois composés par événement. L'objectif est d'avoir plus de flexibilité."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly a été le meilleur pilote Toro Rosso lors de chaque session
Pierre Gasly est monté dans la Toro Rosso ce vendredi matin, mais pour la première fois de sa carrière, ce n'était pas seulement pour les EL1. Le Français s'acclimate à sa monoplace en vue de son premier week-end de Grand Prix et il s'est montré plutôt compétitif pour son entrée en matière. Il a même devancé chacun de ces coéquipiers dans les deux séances (9ème puis 15ème!).

"C'était une journée fantastique! Mon premier jour en tant que pilote de F1, mes premiers essais libres... C'était une journée spéciale! Ce matin, quand je suis sorti du garage pour la première fois, c'était beaucoup d'émotion. Je suis super content mais en même temps, je me suis concentré sur mon travail avec l'équipe, en essayant d'être aussi compétitif et professionnel que possible dès le début. Je pense que c'était une journée positive. Le matin, nous avons eu des conditions délicates, mais j'ai réussi à bien me débrouiller sous la pluie. L'après-midi, en EL2, j'ai continué à apprendre, à m'habituer à la voiture, à toutes ses procédures; je dois dire que je me sens de plus en plus à l'aise, tour après tour. Bien sûr, j'ai toujours besoin de temps pour devenir encore plus confiant, mais nous progressons bien et nous y allons étape par étape. Nous allons maintenant travailler dur ce soir pour nous concentrer sur demain... J'ai hâte de remonter dans la voiture!"

Carlos Sainz, seulement 16ème en EL2, a une excuse tout à fait valable pour expliquer son chrono relativement décevant: il a dû laisser sa place ce matin à Sean Gelael.

"Ce week-end n'a pas vraiment commencé comme nous l'aurions souhaité... Bien sûr, laisser ma place en EL1, lors d'un roulage sous la pluie, n'est pas idéal, puisque la course pourrait probablement se dérouler sous la pluie. Cet après-midi, en EL2, nous avons eu des problèmes avec la stabilité du train, ce qui a affecté notre souplesse de conduite et notre vitesse de pointe. Nous n'avons donc pu tirer le maximum de cette deuxième session non plus. Nous avons donc beaucoup de travail à faire demain pour récupérer ce temps perdu en piste aujourd'hui. Mais je suis confiant, nous pouvons y arriver."

Sean Gelael a effectué 13 petits tours ce matin, pour signer le 14ème chrono le plus rapide. Avec un grand soleil à Sepang, il aurait pu effectuer beaucoup plus de boucles...

"C'est dommage d'avoir roulé sous la pluie ce matin. En vérité, je voulais avoir une session sèche, pour vraiment pousser la voiture, puisque c'est une piste que je connaissais déjà (j'y ai conduit l'an dernier en F2). Mais c'est ainsi, et, au rayon des bonnes nouvelles, on peut dire que c'est toujours utile d'avoir un peu de roulage dans ces conditions, donc je suis bien préparé pour le futur. Au bout du compte, nous étions assez bons, notre rythme était OK, et dans l'ensemble, je suis heureux de cette journée."
source: Nextgen-Auto.com

Trois pilotes en piste pour Renault aujourd'hui
Renault F1 a aligné trois pilotes durant la première journée du Grand Prix de Malaisie de Formule 1.

Les titulaires Jolyon Palmer et Nico Hülkenberg étaient rejoints par Sergey Sirotkin, troisième pilote et pilote de réserve.

Prenant le volant de la voiture de Nico lors de la séance du matin disputée sur piste mouillée, Sergey effectuait dix tours tout en réalisant le dixième temps le plus rapide.

L'après-midi, Nico récupérait son baquet sur le sec pour signer le neuvième meilleur effort. Jolyon connaissait un vendredi calme en se classant onzième des deux sessions.

"Dans l'ensemble, je suis assez content de la séance d'aujourd'hui", commente Sergey Sirotkin. "Notre programme a été quelque peu compromis par les fortes averses du début de journée, mais j'ai pu rapidement m'adapter aux conditions dès que la voiture était en piste. Cela faisait un moment que je n'avais pas piloté sur le mouillé. C'était même une première au volant d'une F1 contemporaine, donc c'était parfait pour acquérir un peu d'expérience. Je pense que nous avons pu effectuer de beaux relais avec un bon rythme. Nous avons aussi obtenu des informations dans des conditions humides, ce qui pourrait aider au cours du week-end."

"Tout allait bien l'après-midi. Nous avons essayé d'en apprendre autant que possible en un court laps de temps. Nous n'avons pas pu effectuer beaucoup de tours et bien évidemment, le drapeau rouge nous a également coûté un peu de temps. Nous devons travailler sur l'équilibre durant la nuit, mais nous y arriverons d'ici demain", ajoute Nico Hülkenberg.

Jolyon Palmer poursuit: "Je suis très content de ce qui a été accompli. Je pense que nous sommes raisonnablement bien placés, mais il nous reste clairement du travail sur la voiture. Comme le rythme n'était pas mauvais, c'est encourageant. Nous devons nous concentrer sur l'équilibre avec les pneus Pluie. Nous allons y travailler et je suis sûr que nous arriverons à les exploiter pleinement de notre côté."

"En raison des conditions humides en EL1, nous n'avons pu effectuer notre programme prévu sur le sec, mais nous avons réalisé de longs relais avec nos deux monoplaces en pneus intermédiaires", conclut Nick Chester, directeur technique châssis.

"Sergey a fait du bon travail et il était rapide en Intermédiaires. Sergey et Jo nous ont offert un premier aperçu des conditions, ce qui sera précieux si le circuit est à nouveau détrempé ce week-end. L'après-midi, nous avons pu mener à bien notre programme en EL2 sur piste sèche. La voiture était mieux équilibrée en Supertendres qu'en Tendres et nous travaillerons sur les réglages durant la nuit afin d'en améliorer l'équilibre sur les deux types de gommes d'ici les EL3. La voiture était compétitive en EL2 et nous avons hâte à demain, qu'il pleuve ou non."
source: Nextgen-Auto.com

Affaire Budkowski - la F1 se dirige vers une crise majeure selon Horner
La potentielle arrivée chez Renault de Marcin Budkowski à compter du premier janvier prochain remplit de surprise et de stupeur la plupart des directeurs d'écuries. Ce gros coup de l'écurie française constituerait, selon les autres écuries, une violation flagrante des principes de concurrence loyale et d'éthique dans le sport. Le directeur technique de la FIA (démissionnaire) est en effet dépositaire d'un certain nombre de secrets techniques de toutes les écuries.

Marcin Budkowski est autorisé à rejoindre une écurie de F1 après une période d'inactivité forcée de seulement trois mois. Christian Horner, le directeur de Red Bull, trouve sans surprise ce délai beaucoup trop court et évoque une rupture du lien de confiance avec la Fédération.

"Nous allons au devant d'un problème majeur s'il signe dans une autre équipe. Bien sûr, vous placez en ces personnes énormément de confiance. Dans le rôle qu'il occupait, Marcin était quelqu'un de responsable, parce qu'il était dans une position extrêmement privilégiée, et jusqu'à très récemment, il a visité les souffleries des équipes, il s'est penché sur les détails les plus intimes des designs des voitures de l'an prochain."

"Je pense qu'un préavis de trois mois pour lui est entièrement inapproprié. J'espère certainement que ce n'est pas le cas. Je suis sûr que ce point sera discuté assez sérieusement lors de la réunion du Groupe stratégique."

"C'est un rôle important et il est vital que les équipes aient confiance, aient foi en les instances dirigeantes, afin qu'elles puissent partager leur savoir-faire technique, en discuter sous tous les aspects - car cela coûte des millions et des millions de livres. Il faut avoir confiance dans le fait que ce genre d'informations ne pourra finir dans les mains d'une équipe rivale."

Le propos est clair et vise à mettre la pression sur la FIA et sur Charlie Whiting. Dans sa croisade désormais pressante, Christian Horner a été rejoint par plusieurs autres dirigeants, dont Frédéric Vasseur chez Sauber.

"Nous devons savoir où va aller Marcin, mais c'est un gros problème. La FIA est pleinement informée des projets de chaque équipe dans tous les détails, et si nous ne pouvons être ouverts avec la FIA, c'est une situation délicate. C'est important de savoir où va aller Marcin."

Le directeur des opérations de Force India, Otmar Szafnauer, est sur la même longueur d'onde.

"Connaître cette période minimale de préavis aurait été sympathique. Trois mois... je ne pense pas que ce soit assez long. Si nous l'avions su auparavant, peut-être que nous l'aurions engagé. Mais trois mois, ce n'est pas vraiment pas du tout assez long..."

"Cette période doit être assez longue pour que Marcin sache que cette technologie soit devenue, si ce n'est obsolète, du moins guère pionnière. Je pense que certains points dans le règlement nous interdisent de vendre des voitures de cette année, exactement pour la même raison. Les voitures doivent au moins être vieilles d'un an avant de pouvoir les vendre. C'est pour cela. Je pense que les périodes de préavis devraient s'inscrire dans la même philosophie."

Christian Horner va même plus loin que son homologue de Force India puisqu'il considère qu'un préavis compris entre 12 et 18 mois serait "le standard" à considérer dans l'industrie.

Renault n'a toujours pas voulu confirmer à l'heure actuelle le recrutement de l'ingénieur polonais.
source: Nextgen-Auto.com

Un potentiel gros coup de Renault affole les écuries
Voici un recrutement qui risque de faire du bruit. Renault serait sur le point de s'attacher les services de Marcin Budkowski dès le début de la prochaine année civile. Or, il était jusqu'à présent le directeur technique de la FIA. Le Polonais est donc dans le secret des caractéristiques techniques de toutes les monoplaces cette saison.

Marcin Budkowski, sous contrat avec la FIA depuis octobre 2014, a donné sa démission lundi dernier. Charlie Whiting, le directeur de course de la FIA, a d'ores et déjà demandé aux écuries d'arrêter de transmettre leurs renseignements sensibles, et leurs interrogations sur le futur design des voitures, à Marcin Budkowski - qui était effectivement chargé de s'assurer que les évolutions sur les monoplaces soient en conformité avec le règlement, en particulier sur le plan moteur.

Marcin Budkowski aura le droit de rejoindre une écurie de F1 seulement trois mois après avoir quitté la FIA - cette période de préavis est bien plus longue dans le droit anglais.

Renault n'a pas souhaité commenter cette rumeur, mais la grogne commence à monter parmi les autres écuries, convaincues que l'écurie tricolore est bien décidée à finaliser cette arrivée. Ce serait en effet un avantage certain pour la saison prochaine, quitte à être discutable sur le plan éthique.

Le Groupe Stratégie, visiblement remonté contre cette perspective, aurait prévu de faire de ce sujet une des priorités de sa prochaine réunion. Les six écuries du Groupe se sont réunies en urgence dans l'hospitalité Williams aujourd'hui à Sepang pour faire le point sur la situation.

La FIA a pour le moment confié la responsabilité de ce dossier à Charlie Whiting. En attendant, les autres écuries continuent de faire pression sur la FIA pour que tous les renseignements les plus sensibles demeurent secrets. Comment la FIA s'y prendra-t-elle juridiquement pour empêcher Marcin Budkowski de rejoindre Renault? Pourquoi ce flou juridique n'a-t-il pas été clarifié auparavant? Ce sera sans doute un dossier épineux à l'avenir...

Il y a deux semaines, Jérôme Stoll annonçait des recrutements qui allaient faire "du bruit" pour Renault. Il a visiblement tenu ses promesses.
source: Nextgen-Auto.com

Le record absolu du circuit de Sepang battu dès les Libres 2
Le record du circuit de Sepang, vieux de 12 ans, est battu après seulement dix minutes durant la deuxième séance d'essais libres.

Sebastian Vettel, relevé en 1'31"261, se montre ensuite le plus rapide de cette première journée à bord de sa Ferrari chaussée des pneumatiques P Zero super-tendres, nominés ce week-end aux côtés des tendres et des mediums.

Son chrono se révèle 1"6 plus performant que la pole position établie l'an passé, et en amélioration de 3"7 par rapport au meilleur temps réalisé en EL2. Les EL1 avaient auparavant démarrés tardivement en raison des averses, et les concurrents n'ont ainsi bénéficié que d'une heure de roulage, privilégiant les gommes intermédiaires après avoir effectué quelques tours d'installation avec les maxi-pluie.

Cet après-midi, les EL2 débutèrent avec des températures de 30°C dans l'air et de 37°C sur la piste, puis grimpèrent au fur et à mesure de la séance.

"En dépit du manque de grip dû à une piste encore "verte" en raison des pluies matinales, il n'aura fallu que quelques minutes en EL2 pour que le précédent record soit effacé, et ce avec une gomme qui n'était pas la plus tendre proposée ce week-end", commente Mario Isola.

"Avec le peu de roulage effectué ce matin, et le drapeau rouge qui mit un terme à la session de l'après-midi, les écuries n'ont pas encore été en mesure de jauger le niveau de dégradation des différents mélanges. Mais pour la première fois cette saison, les EL3 se dérouleront à la même heure que la course, constituant ainsi une formidable opportunité de recueillir de précieuses données pour imaginer différentes stratégies."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson reconnaît qu'il doit faire mieux s'il veut piloter en 2018
Marcus Ericsson semblait être un pilote intouchable malgré un niveau pas toujours flamboyant, du fait du soutien que lui apporte le propriétaire de Sauber, Longbow Finance. Il semble toutefois que les connexions liant l'équipe suisse à Ferrari soient plus fortes puisque Leclerc et Giovinazzi pourraient être placés par la Scuderia. Ericsson avoue aujourd'hui qu'il va devoir hausser son niveau s'il veut garder sa place.

"Rien n'est fait pour moi, pour le moment" reconnaît le Suédois. "Je dois continuer à faire le maximum et je dois réussir de bons résultats, afin de prouver que je mérite d'être en F1 l'an prochain. C'est important, même si nous avons des difficultés en tant qu'équipe pour rester au niveau des autres, mais ce seront des courses importantes pour moi, un grand coup d'accélérateur sera nécessaire."

Sauber court actuellement avec un moteur Ferrari datant de 2016 et comme prévu, l'équipe rencontre des difficultés pour tenir la cadence de développement des autres équipes avec un moteur qui n'a pas évolué depuis la fin de saison dernière.

"Nous savions que la deuxième moitié de saison serait difficile avec l'ancien moteur et nous avons vraiment constaté lors des dernières courses que nous manquons de performance, c'est difficile. Mais nous devons continuer à travailler dur et à rester motivés afin d'optimiser nos performances et de compter sur de possibles courses folles."

"A Singapour, il y avait une chance avec tout ce qu'il s'est passé, avec la pluie, et ce sont ces circonstances qui peuvent jouer en notre faveur. Ici, en Malaisie, la météo peut aussi jouer un grand rôle. Nous devons saisir toutes les occasions et il est important de rester motivés et de continuer à travailler."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso espère un peu de pluie demain et dimanche
Fernando Alonso a signé le cinquième chrono cet après-midi et l'Espagnol est donc content de sa journée, même s'il se doute qu'il faudra confirmer cette belle forme demain en qualification et que ce ne sera pas forcément facile.

"Cette journée a été positive", déclare Fernando Alonso. "Ce matin, nous avions des choses à tester et nous sommes donc sortis en piste lorsqu'il y avait moins d'eau. Je me suis classé en troisième position et c'est toujours très agréable. Cet après-midi, notre voiture s'est bien comportée sur piste sèche, mais nous verrons bien ce que nous pourrons faire demain. Il est clair qu'avec les Mercedes, les Force India, les Renault, etc... la Q3 sera comme toujours difficile à atteindre."

Que pense Alonso des améliorations aérodynamiques sur sa McLaren?

"Il est un peu tôt pour avoir un avis définitif, il faudra d'abord analyser les données ce soir. Ce circuit offre beaucoup d'adhérence lorsque nous avons les pneus les plus tendres et il est donc difficile d'identifier les éventuels problèmes."

Fernando Alonso a-t-il envie qu'il pleuve demain?

"Les conditions de piste changeantes génèrent une plus grande incertitude, comme à la loterie. Mais cela ne tourne pas toujours en votre faveur. Sur le sec, nous nous battrons pour entrer en Q3 et ensuite nous essayerons de marquer des points si tout va bien. S'il pleut, on peut tout perdre ou en tirer un grand avantage. Nous n'avons rien à perdre et je dirais donc qu'un peu de pluie ne nous gênerait pas", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Williams un peu plus à l'aise à Sepang qu'à Singapour
Les Williams de Felipe Massa et Lance Stroll sont plus compétitives en Malaisie qu'à Singapour, c'est certain.

Ce n'est pas encore la joie toutefois selon le Brésilien, après les deux premières séances d'essais libres.

"Ce ne fut pas une super séance sur le mouillé ce matin, parce qu'il y a eu un problème hydraulique sur la voiture. Et puis, cet après-midi, nous n'avons pas passé beaucoup de temps sur la piste, je n'ai fait que deux relais, mais lorsque j'ai commencé mon long relais, le drapeau rouge est survenu. Je suis heureux que Grosjean n'a pas été blessé dans l'accident, j'étais tout juste derrière lui et j'ai vu ce qu'il s'est passé. Cela me rappelle la Hongrie en 2009 (son accident)", dit-il.

"C'est difficile de dire où nous nous situons pour le moment parce que nous avons perdu beaucoup de tours aujourd'hui. Il y a tellement d'équipes qui luttent dans une si petite fenêtre de performances, donc il faudra voir comment cela ira pour nous demain."

De son côté, Lance Stroll a apprécié de rouler à Sepang avec sa Williams de 2017, après l'avoir déjà découverte en essais à huis clos avec une voiture 2014.

"La piste a un bon rythme. J'ai vraiment apprécié piloter ici et c'est comme si la voiture prenait vie avec les règles de cette année. J'ai pris beaucoup de plaisir à piloter aussi bien sur le mouillé que sur le sec. C'était un bon jour et je me suis senti pas mal à l'aise sur le mouillé ce matin, mais ce n'est pas encore parfait."

"Le point fort d'aujourd'hui a été sur le mouillé, c'était plutôt prometteur, mais le point faible est que j'ai bloqué les roues dans le dernier virage de mon meilleur tour en Libres 2, sur ce qui avait l'air d'être un bon tour. Ce qu'il va se passer demain va dépendre de la météo."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez et Ocon sont confiants pour la suite
Force India a commencé sa préparation du Grand Prix de Malaisie et après cette première journée d'essais libres, Pérez et Ocon semblent confiants.

"Cette journée n'a pas été idéale à cause des interruptions ce matin et cet après-midi", commente Sergio Pérez. "Nous n'avons pas pu boucler le programme prévu et nous ne sommes donc pas préparé aussi bien que nous le voulions. Ce qui est positif en revanche, c'est que notre voiture semble compétitive. Je suis content de l'équilibre de la voiture, mais il y a encore une marge de progression."

"Ce fut une journée étrange", raconte Esteban Ocon. "On ne pouvait rien faire contre les conditions météos ce matin alors que cet après-midi, il y a eu le terrible accident de Grosjean qui nous a tous coût du temps. La voiture se comportait bien et j'attends la suite avec impatience. C'est un circuit très agréable, nos voitures sont très rapides dans les virages. Le temps jouera un rôle important demain, mais pour moi, peu importe qu'il pleuve ou pas. Toutefois, la pluie pourrait nous offrir de plus belles opportunités."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton et Bottas sont un peu inquiets chez Mercedes
A l'issue de la première journée d'essais libres du Grand Prix de Malaisie, les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas pointent aux 6ème et 7ème positions. Est-il utile de préciser qu'on est plutôt inquiets chez Mercedes?

"Ce fut une journée très difficile", déclare Lewis Hamilton. "J'ai eu des difficultés avec la voiture aujourd'hui et il va donc falloir chercher ce qui ne va pas avec nos réglages. J'espère que nous allons trouver une solution ce soir afin de repartir sur une bonne base dès demain."

"Ces deux séances ont été très délicates pour nous nous", confirme Valtteri Bottas. "Nous avons très peu roulé à cause de la pluie ce matin. J'ai aussi fait une erreur ce matin qui m'a coûté du temps. Il est certain que nos performances ne sont pas bonnes. Les Ferrari et les Red Bull sont très rapides ici et il faudra donc se retrousser les manches si nous voulons nous placer sur la première ligne demain."

"La voiture semble bien équilibrée, mais nous manquons d'adhérence. Ce soir, il faudra se concentrer sur la meilleure utilisation possible de nos pneus sur un tour rapide", ajoute le finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull est dans le coup à Sepang mais...
Pour Red Bull, c'est une bonne première journée à Sepang.

Les deux pilotes ont dominé la première séance sous la pluie mais ont terminé derrière les Ferrari lors de la deuxième séance, sur le sec.

Pour Daniel Ricciardo, pas de doute: "apparemment, Ferrari a l'air d'être un peu plus forte que nous le pensions."

"Je pensais que Mercedes allait mener le peloton et que nous serions plus proches de Ferrari, mais manifestement, Mercedes a quelques problèmes. J'ai vu les vidéos de la caméra embarquée de Lewis, et on dirait qu'ils luttent avec la voiture. Peut-être qu'ils roulent avec 80 kilos de carburant à bord!"

"Nous avons encore un peu de travail devant nous, mais nous sommes OK, cela n'a pas l'air si mal après une première journée."

Max Verstappen ne se voit pas battre les Ferrari si les choses n'évoluent pas d'ici demain.

"Pour le moment sur le sec, non, ce n'est pas possible. Sebastian a été vraiment rapide. De notre côté, j'ai essayé quelques pièces sur la voiture et cela n'a pas vraiment fonctionné avec les pneus neufs. Demain sera certainement mieux, mais nous avons besoin de nous améliorer pour battre Ferrari."

Leur patron, Christian Horner, le reconnait aussi: "Ferrari avait l'air d'être rapide dans cette 2ème séance."

"Nous devons faire arranger des choses ce soir, mais de manière générale, ce fut une journée plutôt décente, notre voiture a été un petit plus rapide que les autres ce matin sur le mouillé. Je pense que nous avons un peu de travail en ce qui concerne le sec."

"Durant l'été, nous avons passé en revue toute la voiture et je pense que le châssis est vraiment compétitif à présent."

Autrement dit: avec un moteur Renault qui serait au niveau, les Red Bull seraient bien devant les Ferrari...
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Mercedes n'est pas au niveau (pour le moment) à Sepang
Toto Wolff n'est pas très content de la première journée de Mercedes en Malaisie... mais vraiment pas content.

Le directeur de l'équipe allemande s'inquiète déjà.

"Cela a été une séance très difficile pour nous. Nous nous sommes démenés pour y arriver ce matin sur le mouillé, sur le sec... avec tous les types de gommes. Nous devons trouver où se situe le problème durant la nuit."

"Il y a un loup dans la voiture", affirme l'Autrichien.

"Singapour et la Malaisie sont deux circuits très différents. Vous pouvez un peu comparer la Malaisie avec Silverstone, où nous avons été bons. Nous avons été bons en vitesse de pointe là-bas, et ici, nous ne sommes pas complètement bons dans ce domaine."

"Il y a une problème fondamental avec la voiture, problème que nous avons besoin de découvrir. Et les voitures sont vraiment complexes, donc cela peut être un tout petit détail qui perturbe la voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Je n'ai pas vu la plaque de drainage
Romain Grosjean est violemment sorti de la piste à Sepang, lors des essais libres 2.

Une plaque de drainage située dans un vibreur a été soulevée par le passage de la Mercedes de Valtteri Bottas.

Le Français, qui arrivait derrière le Finlandais dans le virage 13, l'a percuté directement, ce qui a fait exploser son pneu arrière droit.

Grosjean n'a pas vu la plaque de métal qui sortait du vibreur de quelques centimètres.

"Je vais bien, c'est la chose la plus importante", explique Grosjean après son accident.

"Je viens de voir la vidéo, apparemment une plaque de drainage est sortie. Je ne l'ai pas vue, j'étais sur la trajectoire et, tout à coup, j'ai senti un grand impact à l'arrière droit."

"Ensuite j'ai vu que mon pneu avait disparu et je suis parti en tête-à-queue directement vers le mur."

La séance n'a pas pu être relancée, avec 20 minutes de roulage qui manquaient.

"Ils vont régler cela. C'est dommage parce que nous perdons du temps de piste précieux sur le sec alors que les conditions météo ne sont pas faciles. J'espère que nous pourrons trouver un bon réglage pour demain et que les plaques de drainage resteront en place."
source: Nextgen-Auto.com

C'est bien parti pour Ferrari
Ce sont les Ferrari de Sebastian Vettel et de Kimi Räikkönen qui ont signé les meilleurs temps aujourd'hui en Malaisie. Mais on n'a pas beaucoup roulé sur le sec aujourd'hui et il faudra donc confirmer cette hiérarchie demain.

"C'est toujours un peu plus facile sur le sec, ce matin c'était plus délicat", raconte Sebastian Vettel.

"Nous n'avons pas autant roulé que ce que nous voulions cet après-midi à cause des drapeaux rouges. Ceci mis à part, tout s'est bien passé. Il y a toutefois encore des choses que nous pouvons améliorer."

"Les Red Bull semblaient très rapides ce matin avec des pneus intermédiaires sur piste mouillée. Quoi qu'il en soit, cette journée m'a semblé plutôt bonne. Nous verrons bien comment cela se passera demain", ajoute le champion allemand.

"Cela ne s'est pas trop mal passé aujourd'hui", déclare Kimi Räikkönen. "Je pense que ma voiture n'était pas trop mauvaise, mais nous n'avons pas fait de nombreux tours rapides. Je pense que nous pourrions être bien plus rapides."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne comprend que Honda ralentisse son développement
Stoffel Vandoorne se dit à l'aise avec l'approche choisie par Honda pour les 6 dernières courses qui vont clore l'aventure avec McLaren.

Après que la séparation entre le motoriste et l'écurie britannique a été annoncée à Singapour, le directeur de Honda, Yusuke Hasegawa a déclaré que la marque japonaise allait ralentir le rythme sur les améliorations apportées au moteur, ce qui offrirait en même temps à McLaren l'occasion d'éviter les pénalités.

Vandoorne, qui va rouler avec un moteur Renault à bord de sa McLaren à partir de l'année prochaine, comprend tout à fait Honda.

"Oui, parce que nous voulons réussir à décrocher les meilleurs résultats possibles durant les courses restantes."

"Il est difficile de dire quelle approche est la meilleure, mais nous voulons juste terminer les 6 dernières courses aux meilleures positions possibles et, si possible, marquer quelques points."

Auparavant, la rumeur courait que Honda était en train de préparer sa "Spec 4", une amélioration pour sa course à domicile à Suzuka, mais à présent Fernando Alonso n'est pas trop certain de savoir si cela va arriver ou non.

"Il faut d'abord que le moteur soit prêt", fait remarquer l'Espagnol. "Puis nous aurons à déterminer si le gain en puissance est suffisant pour justifier une pénalité. Honda souhaite bien faire les choses à Suzuka, mais si c'est seulement l'affaire de quelques chevaux en plus et que nous partons du fond de grille, ce ne sera pas possible."

Le Belge sait toutefois que les occasions de briller pour McLaren sont maintenant limitées.

"Sur les 6 circuits qui restent au menu, cela va être difficile d'avoir des opportunités comme ce fut le cas à Budapest, Monaco ou Singapour mais on ne sait jamais. Il y a des circuits où il peut pleuvoir comme ici en Malaisie."

"Donc, en interne, cela bouge beaucoup et l'équipe travaille intensivement sur la saison prochaine. On peut dès maintenant développer la voiture avec laquelle on va rouler la saison prochaine. Maintenant, il reste encore 6 Grands Prix cette année et on va essayer de faire le maximum et peut-être marquer encore quelques points. On pourrait ainsi terminer la saison sur une bonne note."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Malaisie - Essais libres 2
La deuxième séance d'essais s'est terminée à un quart d'heure du drapeau à damier suite à un étrange accident. Romain Grosjean (Haas), 17ème de la séance, a vu son pneu arrière-droit exploser suite au passage sur un vibreur au niveau du virage n°13 où une plaque s'est détachée. La Haas VF-17 de l'ancien champion GP2 a subi des dégâts importants en heurtant le mur de pneus, mais le Français est indemne.

Les commissaires ont dû déployer le drapeau rouge, les réparations à effectuer étant trop importantes. Cet arrêt prématuré a empêché les équipes de compléter leur programme de simulation de course.

La Scuderia Ferrari a réalisé les meilleurs temps avec un chrono référence de 1'31"261 réalisé par Sebastian Vettel qui a devancé de six dixièmes son coéquipier Kimi Räikkönen. Les SF70H ont devancé les Red Bull de Daniel Ricciardo et Max Verstappen, tandis que Fernando Alonso (McLaren) s'est mis en évidence en complétant le top cinq devant les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas. Les F1 W08 ont semblé en difficulté puisque les deux pilotes de l'écurie étoilée sont partis à la faute en sortant dans le bac à graviers. Le Finlandais a notamment dû patienter aux stands le temps que ses mécaniciens réparent le fond plat de sa monoplace.

Nico Hülkenberg a placé la première Renault au neuvième rang en terminant entre les Force India de Sergio Pérez et Esteban Ocon. Jolyon Palmer (Renault) suit au 11ème rang devant Felipe Massa (Williams), Stoffel Vandoorne (McLaren) et Lance Stroll (Williams).

Pierre Gasly (Toro Rosso) s'est encore illustré en signant le 13ème temps et en devançant de moins d'un dixième son coéquipier Carlos Sainz malgré une inquiétude en début de séance lorsque sa STR12 a dégagé une épaisse fumée dans les stands. Kevin Magnussen (Haas) a devancé les Sauber de Pascal Wehrlein et Marcus Ericsson. (voir les résultats et le résumé)
source: Nextgen-Auto.com

Tost - Le bon moment pour Gasly, le choc pour Kvyat
Franz Tost, le directeur de l'équipe Toro Rosso, est heureux d'accueillir le Français Pierre Gasly au sein de son équipe.

Le pilote Red Bull junior a enfin eu sa chance et il remplace Daniil Kvyat pour le Grand Prix de Malaisie et du Japon pour commencer. La suite de son programme sera connue après Suzuka.

Selon le directeur autrichien, c'était le meilleur moment pour Gasly pour faire ses débuts officiels en F1.

"Je pense que c'est le bon moment pour lui. Comme vous le savez, cela fait longtemps que Pierre était dans le tuyau de nos talents prêts à accéder à la F1. C'est un pilote très talentueux. Je pense qu'il est maintenant bien préparé et c'était vraiment le meilleur moment pour le tester et savoir s'il pilotera pour nous dans l'avenir ou pas", confie Tost.

"Il y a de belles attentes le concernant, évidemment. Mais les attentes sont sur le papier. En sport automobile, et en F1 en particulier, cela se concrétise parfois de façon différente."

"En attendant, nos attentes c'est qu'il se familiarise avec la voiture, avec l'équipe et je suis convaincu qu'il délivrera une très grande performance."

Evidemment la titularisation de Gasly fait un malheureux, Daniil Kvyat. Même si tout le monde pense que le Russe, fortement soutenu par des sponsors et son pays, sera de retour au pire en 2018.

"Bien entendu, cette nouvelle a été un choc pour lui", reconnait Tost. "Mais, pour l'équipe, nous avions à prendre des décisions pour l'avenir, comment nous continuons, avec quels pilotes. Daniil est toujours dans notre programme et nous verrons ce que le futur lui réserve."

"Théoriquement, l'associer avec Gasly l'an prochain est possible mais ce n'est pas confirmé encore. C'est une décision qui viendra de Red Bull. Je suppose que nous en saurons plus d'ici la fin octobre, quand nous déciderons quel duo aura Toro Rosso."

Tost a confirmé que Carlos Sainz restera bien dans son baquet jusqu'à la fin de la saison. Il n'y a plus de possibilité de le transférer chez Renault à la place de Jolyon Palmer avant l'heure.

"J'apprécie la confiance que Franz place en moi. Je sais maintenant que je vais finir la saison chez Toro Rosso et il n'a pas besoin de s'inquiéter, je vais faire de mon mieux."

Sainz pourrait en effet contribuer à ce que Toro Rosso finisse devant Renault, son prochain employeur, au Championnat des Constructeurs!
source: Nextgen-Auto.com

Stroll espère avoir un bon équipier chez Williams en 2018
Williams dispose maintenant du baquet le plus convoité de la Formule 1, si on considère que McLaren devrait réussir à prolonger avec Fernando Alonso.

Les candidats au volant de la prochaine Williams sont nombreux, à tel point que Lance Stroll a reconnu à Sepang qu'il n'avait "aucune idée" de qui serait son équipier en 2018.

Les favoris se nomment Felipe Massa, Robert Kubica et Paul Di Resta. Mais Jolyon Palmer et Marcus Ericsson ont aussi des arguments financiers qui ne laissent pas l'équipe de Grove indifférents.

"Je n'ai aucune idée de qui sera à mes côtés en 2018. J'espère évidemment quelqu'un de bon. Moi, mon travail c'est de piloter la voiture. A l'équipe de décider quel est le pilote qui sera dans l'autre voiture", commente le jeune pilote québécois.

Felipe Massa mettait en avant son expérience hier, le Brésilien affirmant qu'il avait le soutien de "ceux qui connaissent le sport auto chez Williams". Massa aurait aussi bien joué son rôle de mentor mais Stroll dément.

"Je ne considère pas Felipe comme un mentor. Pour moi il est juste un très bon point de référence."

"Selon moi, la chose la plus importante sera d'avoir quelqu'un qui a un vrai esprit d'équipe. Qui marque des points, qui sait travailler avec l'autre pilote et avec l'équipe pour signer les meilleurs résultats. Et, c'est vrai que c'est ce qui se passe avec Felipe."

"Nous verrons ce qu'il en sera en 2018. Bien évidemment, si j'ai un nouvel équipier, la situation changera. En mieux ou en pire, nous verrons bien."
source: Nextgen-Auto.com

Pierre Gasly ne craquera pas sous la pression pour ses débuts en F1
Contrairement à plusieurs champions du GP2 qui ont fait directement le grand saut vers la Formule 1, Pierre Gasly a fait une escale au Japon, comme Stoffel Vandoorne avant lui, en disputant le championnat de Super Formula. Maintenant qu'il tient enfin une opportunité en F1, le Français veut être à la hauteur.

"Les gens pourraient penser que je risque de craquer sous la pression, mais c'est tout le contraire", assure Gasly. "J'ai travaillé très dur depuis plusieurs années pour arriver en F1, pourquoi craquerais-je maintenant? Cette chance est fantastique, j'ai rêvé de ce moment depuis que je suis enfant. J'ai travaillé très dur et j'ai sacrifié plusieurs choses que font les enfants, mais j'y suis!"

"Depuis que j'ai commencé à piloter, j'ai été compétitif, que ce soit en Formula Renault 2.0, en 3.5, j'ai été champion de GP2 et je suis deuxième en Super Formula avec un demi point de retard sur le leader Hiroaki Ishiura. Je peux dire que j'ai été compétitif partout où je suis passé, donc pourquoi pas en F1! C'est une voiture différente et il y a plus de monde, mais ce sont les mêmes circuits et un pilotage similaire. Tout va plus vite, mais c'est la cerise sur le gâteau pour un pilote."

Gasly remplace, pour au moins deux courses, Daniil Kvyat, qui n'a marqué que quatre points cette saison. Le Français n'apporte pas de garantie supplémentaire que le Russe puisque pour ses premières courses, il ne s'agira pas de marquer des points mais de découvrir ce nouvel environnement.

"Nous ne parlons pas de position précise, ce serait trop tôt. Nous ne connaissons même pas le potentiel de la voiture sur ce circuit. J'ai parlé avec Carlos et il s'attend à ce que le week-end soit difficile pour nous. Mon objectif est d'apprendre aussi vite que possible et d'être proche de Carlos, qui est à son meilleur niveau en ce moment et qui fera un très bon baromètre. Je veux surtout faire un week-end propre, sans erreur, et ce ne sera pas évident compte tenu des pièges que tend ce circuit."

"Je me suis beaucoup entraîné ces derniers mois, notamment parce qu'il faut être physiquement affûté quand vous êtes pilote de réserve pour Red Bull. Je suis un compétiteur et j'ai vraiment hâte de disputer mon premier Grand Prix dimanche. Je veux faire au mieux et je suis rarement satisfait de ce que j'accomplis car j'estime toujours que je peux faire mieux. Je veux prendre ce week-end séance par séance et tout analyser avec mes ingénieurs. Je suis sûr que je me mettrai dans le rythme et j'essaie de rester calme."

Hors de question pour lui de faire des plans à long terme, puisqu'il préfère déjà réussir son entrée dans la discipline: "Tout ce qui se passe après ce week-end, nous verrons ce qu'il en est. J'espère que je courrai aussi à Suzuka une semaine plus tard, d'autant qu'il y a la course de Super Formula sur ce circuit le 22 octobre, lorsque la F1 est à Austin, et je verrai combien de courses de F1 je fais dans les prochains mois. C'est à Red Bull que revient la décision."

Trois pilotes français seront au départ dimanche et potentiellement, ils pourraient être trois l'an prochain puisque Grosjean et Ocon ont déjà signé une prolongation avec leurs équipes actuelles et que Gasly a toutes ses chances chez Toro Rosso.

"N'est-ce pas un bon timing?", interroge ce dernier. "Avec le retour du Grand Prix de France au calendrier, j'espère que ça amènera beaucoup de fans français de F1 au Paul Ricard! Je connais très Romain Grosjean et Esteban Ocon. J'ai débuté avec Esteban en karting, nous avons pour ainsi dire grandi ensemble jusqu'en 2013 avec la Formula Renault 2.0, lorsque j'avais remporté le championnat et qu'il avait terminé troisième. Nous avons passé de nombreuses années dans le même paddock et je sais comment le battre!"
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Nouveau contrat pour le GP de Chine et un changement de date
Le circuit international de Shanghai continuera à accueillir le Grand Prix de Chine pour trois années supplémentaires, soit jusqu'en 2020 au moins.

C'est ce qu'a confirmé aujourd'hui Formula One Management (FOM) et le promoteur, Shanghai Juss Sports Development.

La Chine voit donc sa date confirmée pour 2018, avec, comme nous vous le rapportions, un échange avec Bahreïn.

Ainsi les équipes se rendront de l'Australie à Bahreïn et ensuite en Chine. Sakhir devient donc la 2ème manche du championnat 2018 au lieu de la 3ème.

Chase Carey, le patron de la F1, s'est réjoui de ce nouvel accord avec la Chine, un marché stratégique pour le sport qui cherche à reprendre son développement en Asie.

"Ce grand pays a déjà démontré un superbe intérêt pour la Formule 1 et nous pensons qu'il y a encore beaucoup de potentiel inexploité là-bas", dit-il.

"C'est pourquoi cet accord renouvelé est si important dans notre stratégie de développement dans cette partie du monde. Nous voulons rendre le Grand Prix de Chine plus spectaculaire, avec nos partenaires, et faire en sorte que les Chinois soient plus proches du sport."

Le calendrier définitif (voté en décembre à Paris) de la saison 2018 devient donc:

25 Mars - Melbourne - Australie
8 Avril - Sakhir - Bahreïn
15 Avril - Shanghai - Chine
29 Avril - Bakou - Azerbaïdjan
13 Mai - Barcelone - Espagne
27 Mai - Monaco - Monaco
10 Juin - Montréal - Canada
24 Juin - Le Castellet - France
1 Juillet - Spielberg - Autriche
8 Juillet - Silverstone - Grande-Bretagne
22 Juillet - Hockenheim - Allemangne
29 Juillet - Budapest - Hongrie
26 Août - Spa-Francorchamps - Belgique
2 Septembre - Monza - Italie
16 Septembre - Marina Bay - Singapour
30 Septembre - Sotchi - Russie
7 Octobre - Suzuka - Japon
21 Octobre - Austin - USA
28 Octobre - Mexico City - Mexique
11 Novembre - São Paulo - Brésil
25 Novembre - Yas Marina - Abu Dhabi
source: Nextgen-Auto.com

McLaren doit assumer sa décision de quitter Honda, selon Brown
McLaren a décidé de rompre son contrat avec Honda après trois années de laborieuse collaboration et bien que le moteur Renault semble un choix intéressant, il n'est pas exclu que le bloc Honda soit bien meilleur l'an prochain. Néanmoins, McLaren devra assumer cette décision en dépit de tout regret que l'équipe pourrait éprouver.

"Je pense que, dès lors que vous prenez une décision, vous vous demandez toujours si elle va s'avérer être mauvaise", explique Zak Brown. "Je pense qu'il faut bien travailler et cette décision était une décision commune qui n'est pas venue rapidement ou facilement, donc c'est fait."

"C'est comme notre participation à Indianapolis. Certaines personnes nous ont demandé ce qu'il se passerait si Fernando se blessait, ou si nous n'allions pas rater une bonne occasion de résultat, mais finalement il a été parfait et ne s'est pas blessé, tandis que Jenson a démarré depuis les stands, comme l'aurait fait Fernando, donc je crois qu'il faut regarder vers l'avant et non vers l'arrière. Evidemment, s'ils gagnent des courses l'an prochain et que nous non, nous serons un peu ridicules, mais je pense qu'il faut accepter de prendre des décisions et de s'y tenir en acceptant ce qui en découle."

Brown ne croit pas qu'il restait des options inexplorées à McLaren pour tenter d'améliorer cette relation qui n'a pas fonctionné durant trois saisons et estime que tout a été fait avant d'envisager une séparation qui a finalement eu lieu.

"Nous avons fait tout ce que nous pouvions. La relation, contrairement à tout ce qui a été dit à son sujet, a été très saine. Ils sont autant frustrés et déçus que nous le sommes et il n'y a jamais eu de doigts pointés, de cris ou de hurlements. Cela n'a pas fonctionné et ils sont les premiers à en convenir."

"La relation reste saine et nous allons faire un barbecue en équipe au Japon, comme nous le faisons toujours, et tout se passe comme d'habitude, il n'y a pas de ressentiment. Ils ont tenté leur chance, ils mettent beaucoup d'argent dans ce projet et nous sommes heureux qu'ils restent en F1."

Les mauvaises langues diront que faire un barbecue autour d'une McLaren Honda n'est pas la chose la plus difficile à faire...
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein beaucoup plus optimiste pour son avenir en F1
Pascal Wehrlein estime que ses chances de rester en Formule 1 l'année prochaine ont bien remonté et sont même "plutôt bonnes" maintenant.

Le pilote allemand aurait le soutien de Frédéric Vasseur, le directeur de Sauber, qui souhaiterait l'associer à Charles Leclerc l'année prochaine, un des deux jeunes pilotes de Ferrari.

Ainsi, Vasseur ne favoriserait pas une solution avec laquelle Ferrari placerait ses deux jeunes pilotes (Antonio Giovinazzi est le second) dans les baquets de la Sauber de 2018.

Les négociations sont en cours avec Ferrari, mais aussi avec les partenaires de Marcus Ericsson, qui sont liés à Longbow Finance, les propriétaires de Sauber. Pas simple!

"Pour l'instant il n'y a rien de neuf pour moi", confirme Pascal Wehrlein à Sepang. "Cependant je pense qu'une décision sera prise dans les toutes prochaines semaines. Cette année, je n'aurai pas à attendre autant que l'an dernier."

"Je pense que mes chances de rester sont plutôt bonnes", ajoute-t-il lorsqu'on lui demande s'il est plus optimiste que ces dernières semaines.

"Mais durant la saison, j'essaie de penser uniquement à la compétition. Je reste évidemment toujours informé par Mercedes sur les nouveaux développements concernant ma carrière. Toto (Wolff) me tient au courant des coups de fil importants et je parle constamment avec Fred (Vasseur)."

"Je pense que je serai en Formule 1 l'année prochaine", conclut l'Allemand avec un large sourire.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton va commencer à parler de son nouveau contrat
Lewis Hamilton a confirmé à Sepang qu'il allait entamer les démarches avec Mercedes pour une prolongation de son contrat.

Le Britannique semble donc maintenant décidé à poursuivre son aventure en Formule 1, probablement pour 2 ou 3 années de plus. Il avait pourtant multiplié les messages concernant une possibilité de départ à la retraite.

"Ce n'est pas une contradiction. C'est juste que la compétition me donne plus de plaisir que jamais. Mais il faut toujours penser à l'avenir. Je pense donc maintenant aux décisions que je vais prendre dans le futur", explique Hamilton.

"Plus longtemps je repousserai mon départ du sport, plus tard commencera ça... comment le dire... ma prochaine vie."

"J'essaye donc de tout peser dans ma décision. En attendant je continue ma carrière en Formule 1."

Alors lorsqu'on lui demande s'il est bien prêt à prolonger jusqu'à la fin de la saison 2020 (date de fin d'engagement de toutes les équipes avec la Formule 1), il répond:

"Oui, à un certain moment, dans un avenir très proche, il va être temps de commencer à en parler. Je pense même que c'est le bon moment pour commencer les négociations parce que je suis en grande forme. Vous souhaitez toujours négocier quand vous gagnez et quand vous menez le championnat", conclut-il avec le sourire.

Hamilton ne dirait en effet pas non à quelques millions de dollars de plus!
source: Nextgen-Auto.com

GP de Malaisie - Essais libres 1
La première séance du week-end a démarré avec une demi-heure de retard à cause de la pluie tropicale s'abattant sur le circuit de Sepang. Comme à l'accoutumée avec les pneus Pirelli, une fois la pluie arrêtée, les pilotes favorisent les pneus intermédiaires plutôt que les pneus pluie.

Après une heure de drapeau vert, c'est Max Verstappen (Red Bull) qui a réalisé le meilleur temps en 1'48"962. Il devance de sept dixièmes son coéquipier Daniel Ricciardo. Sorti uniquement en fin de séance pour un tour rapide, Fernando Alonso (McLaren) a établi le troisième temps à 1"6 de la référence.

Les Ferrari de Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel devancent ensuite dans le classement les Mercedes de Lewis Hamilton et de Valtteri Bottas, relégué à trois secondes du Néerlandais. Lance Stroll place sa Williams en 8ème place devant Pierre Gasly (Toro Rosso) qui signe un 9ème temps comme première marque en séance officielle.

Sergey Sirotkin (Renault) est 10ème à la place de Nico Hülkenberg et devant Jolyon Palmer (Renault). Stoffel Vandoorne (McLaren) signe le 12ème temps devant Esteban Ocon (Force India) et Sean Gelael (Toro Rosso) qui a pris la place de Carlos Sainz en EL1. Sergio Pérez (Force India) reste en 15ème place.

Charles Leclerc, pour sa première séance d'EL1 de l'année avec Sauber devance son coéquipier Pascal Wehrlein, lequel a commis une erreur dans son tour rapide. Les Haas de Romain Grosjean et Antonio Giovinazzi complètent le classement chronométré puisque Felipe Massa (Williams) n'a effectué que 3 tours sans établir de marque. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.