En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 28 Septembre 2017

Räikkönen n'est pas certain que la Malaisie va lui manquer
La disparition du Grand Prix de Malaisie au calendrier de la F1, après la dernière course qui aura lieu ce week-end, ne préoccupe pas le moins du monde Kimi Räikkönen, alors que plusieurs pilotes ont eux déclaré être assez tristes de cela.

"Sincèrement, je ne sais pas si cela va nous manquer", lance le Finlandais.

"C'est un bon circuit mais les seules choses que l'on voit sont l'aéroport, l'hôtel à côté de l'aéroport et le circuit. Vous pouvez choisir à partir de là si ça vous manque ou pas."

"Après, je pense qu'il y a de bonnes courses qui se sont déroulées ici durant toutes ces années. Apparemment le tracé contribue à cela."

Max Verstappen déclare lui qu'il est un fan du circuit international de Sepang.

"J'ai toujours apprécié de rouler sur cette piste, c'est la chose qui va le plus nous manquer." "Par contre, la chaleur ne va pas trop nous manquer!"

Sebastian Vettel est quant à lui enchanté par plusieurs choses à Sepang et suggère que la Formule 1 pourrait un jour revenir en Malaisie.

"Je ne pense pas qu'il y a une seule chose en particulier qui va nous manquer, je pense que c'est un mélange de tout. C'est aussi bien le circuit que les conditions, le fait que la pluie puisse survenir à tout moment de la journée. Je pense que tout cela a contribué à avoir des bonnes courses. Je ne sais pas pourquoi nous n'allons plus rouler ici. Mais qui sait, peut-être nous reviendrons après 1 ou 2 ans de pause, je ne sais pas."

Le Grand Prix de Malaisie a été une étape au calendrier de la Formule 1, sans interruption, depuis 1999.
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean espère bientôt résoudre définitivement ses problèmes de freins
Les problèmes de freins de Romain Grosjean collent à la carrosserie de sa VF-17 comme le sparadrap au doigt du capitaine Haddock. Le Français alterne entre les Brembo et les Carbone Industrie cette saison. Même si les Carbone Industrie semblent avoir sa préférence, il a dû réutiliser des Brembo à plusieurs occasions cette saison, faute de pièces en nombre suffisant.

Carbone Industrie a apporté de nouveaux disques de freins et un nouveau système de refroidissement à Sepang. Si Romain Grosjean est satisfait par ces évolutions, il devrait conserver les Carbone Industrie (CI) jusqu'à la fin de la saison.

"Nous espérons pouvoir conserver les mêmes disques pour les prochaines courses s'il n'y a pas d'autre retard" confie le pilote Haas. "Toute l'équipe a très bien travaillé et a fait de bons progrès pour intégrer le design de freins différents."

"J'ai un meilleur ressenti avec les CI, même si j'ai dit que les Brembo avaient fait vraiment de bons progrès récemment. Si nous devions revenir aux Brembo, je ne serais pas trop inquiet, ce sera OK. J'ai une petite préférence pour les CI, mais encore une fois, tout le monde a très bien travaillé ensemble et l'équipe pousse aussi fort que possible. Entre Brembo et CI... je le redis, ce sont deux très bonnes entreprises, donc je suis assez confiant, nous allons voir bientôt la fin de cette histoire."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez assure être reparti d'une feuille blanche avec Ocon
La relation entre Sergio Pérez et Esteban Ocon a grandement pâti cette saison de nombreux accrochages en piste, mais aussi de certaines déclarations tonitruantes. Le Français avait ainsi accusé son coéquipier d'avoir "essayé de le tuer" après leur incident durant le Grand Prix de Belgique.

Maintenant que les deux pilotes ont été confirmés pour l'an prochain, Sergio Pérez veut profiter de cette occasion pour refonder sa relation avec Ocon sur de nouvelles bases, plus sereines.

A Monza ou à Singapour, il n'y a pas eu d'incidents entre les deux pilotes Force India. La voie de l'apaisement est ainsi ouverte.

"Je pense qu'à un moment donné, nous ne travaillions pas bien ensemble, c'était assez évident" reconnaît le Mexicain. "La situation a changé récemment. Je pense que nous avions atteint le point le plus bas dans notre relation à Spa, et depuis, nous sommes passés à autre chose. Nous ne pouvions plus que progresser après la Belgique. Maintenant, nous travaillons bien ensemble et c'est important pour les résultats de l'équipe."

"Après Bakou, nous n'avions jamais clarifié notre situation et je pense qu'il y avait toujours de la tension. Ce qui est arrivé ensuite était très particulier: un mauvais choix de mode de fonctionnement du moteur, un manque d'énergie, un accrochage... Tant de choses sont arrivées. La bonne nouvelle, c'est que maintenant nous avons clarifié la situation, et nous travaillons bien ensemble. En particulier pour l'an prochain, nous devons maximiser chaque point si nous voulons conserver notre 4ème place."

Sergio Pérez peut-il pour autant faire pleinement confiance à Esteban Ocon?

"Je pense qu'il comprend qu'on ne peut plus continuer ainsi. Au bout du compte, nous sommes juste des employés de l'équipe, et nous avons des centaines de pilotes qui travaillent très dur pour nous, donc il est important de maximiser le résultat de l'équipe."

Sergio Pérez est d'ores et déjà présent à Sepang, un circuit qu'il apprécie pour y avoir signé son premier podium en 2012. Pour autant, son attention comme son affection se portent davantage sur son pays natal, qui peine à se remettre du terrible séisme près de Mexico. La F1 se rendra d'ailleurs au Mexique dans un mois.

"Ce Grand Prix donnera beaucoup d'énergie au pays. Je pense que c'est bon pour les gens d'avoir une distraction, d'avoir ce moment de bonheur. La F1 a pris beaucoup d'importance à Mexico donc je pense que c'est bon d'avoir cette course près de la capitale. L'ambiance a toujours été incroyable mais je pense que même cette année ce sera toujours impressionnant. J'ai plus de motivation. J'espère vraiment que mon dimanche sera magnifique ici et à Mexico, pour mon peuple."
source: Nextgen-Auto.com

Siroktin pilotera la Renault RS17 demain matin
Sergey Sirotkin va avoir droit à une nouvelle séance d'essais libres 1 au volant de la Renault RS17.

L'équipe française a confirmé à Sepang que le Russe, pilote de réserve cette saison, va remonter dès demain dans le baquet, pour la première fois depuis les essais libres 1 en Autriche.

"Je suis impatient de piloter demain", commente Sirotkin. "Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas pu piloter la voiture de cette année."

"J'ai pu faire pas mal d'essais toutefois, récemment, avec la Lotus E20 de 2012."

"Cela va donc être bien de voir quels progrès je peux faire avec la RS17."

Il y aura pas mal de remplaçants en piste demain, en plus de Sirotkin: Charles Leclerc testera la Sauber, Antonio Giovinazzi sera de retour dans la Haas et Sean Gelael dans la Toro Rosso.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas veut changer son style mais pas son objectif
Depuis quelques Grands Prix, Valterri Bottas se fait damer le pion par Lewis Hamilton, qui se démarque parfois largement (une demi-seconde) du Finlandais. Cette situation pourrait bien changer, maintenant que le coéquipier du triple Champion du monde sait sur quoi il doit travailler.

Bottas ne s'alarme pas vraiment de cette situation, puisqu'il a selon lui identifié la source du problème.

"Certaines choses dans mon style de pilotage naturel ne convient pas à la voiture", explique-t-il à Sepang.

"La manière dont on doit maîtriser les gommes est un peu plus délicat pour nous. Beaucoup de difficultés sont liées à la température des pneus et à la manière dont cela affecte les performances et l'adhérence. Sur certains circuits, j'ai plus de travail à faire en temps que pilote."

À Singapour du point de vue du chrono, Bottas a été au niveau d'Hamilton, même s'il admet qu'il lui "manquait du rythme sur le mouillé" et que cela s'est ressenti "après quelques tours" sur chaque relais.

"J'ai observé beaucoup de choses et il y a vraiment pas mal de trucs que j'aurais pu mieux faire, si j'avais pu refaire cette course. C'est bien sûr trop tard, mais je le saurai à l'avenir."

Le Finlandais va donc devoir adapter sa manière de piloter à la Flèche d'Argent, s'il veut donner du fil à retordre à son coéquipier, ce qui ne semble pas le déranger outre mesure.

"Je pense que je peux changer mon style de pilotage d'une certaine manière, et je n'ai pas le choix - c'est toujours ainsi en sport automobile. En compétition, vous avez toujours différents types de voitures et vous devez toujours extraire le meilleur de votre package. Vous ne pouvez pas juste vous reposer sur votre style de pilotage et conduire la voiture de cette manière. Ce n'est pas la façon la plus rapide."

Bottas ne rejette aucunement la faute sur les évolutions récemment apportées sur la W08.

"Il n'y a rien eu qui a vraiment changé la voiture ou son fonctionnement. Donc ce n'est pas vraiment l'explication."

Quant aux réglages, qui ont été très différents entre les deux Mercedes à Singapour, le pilote de 28 ans rappelle que ce cas de figure arrive très rarement.

"Le fait d'avoir réglé les voitures de manière aussi différente à Singapour était une exception. Je n'ai tout simplement pas pu piloter une voiture réglée comme celle de Lewis. Au niveau de la performance, la direction que j'ai prise n'était pas idéale mais, au moins, j'ai pu continuer à piloter la voiture de cette manière. Mais généralement, cette année, nos réglages ont été très similaires, sans grandes différences notables."

Résoudre ces problèmes permettra au Finlandais de progresser dans la hiérarchie.

"Comme je l'ai dit, mon prochain objectif c'est de passer Vettel au championnat. Il a 23 points d'avance. Et je ne veux pas abandonner l'idée de pouvoir décrocher le titre. Je sais que ça sera difficile mais ça n'aurait aucun sens d'abdiquer. La situation peut basculer en une seule course. Comme pour Vettel à Singapour. Je ne souhaite rien de mal à mon équipier mais, en Formule 1, tout peut arriver."

"L'an prochain je saurai comment aborder la saison: je connais l'équipe, les gens, la voiture. Mais, en attendant, je veux finir cette saison au mieux. Avec le titre pour l'équipe et si possible, le doublé au Championnat des Pilotes."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer ne va pas tout miser sur le baquet Williams
Jolyon Palmer a réussi à survivre au jeu des chaises musicales entre Toro Rosso, Red Bull et Renault. Le Britannique va finir la saison au sein de l'équipe française mais il n'a toujours pas de solution pour 2018.

Remplacé par Carlos Sainz, Palmer négocie toutefois avec une autre équipe de Formule 1, Williams, mais aussi ailleurs que dans la catégorie reine.

"Si je me retrouve hors de la F1 à la fin de la saison, alors ce sera un nouveau chapitre à écrire pour moi. Dans ce cas, je veux évidemment que ce soit pour le long terme", explique Palmer à Sepang.

"La Formule 1 est bien sûr géniale, et je veux y rester, mais si chaque année vous ne pouvez pas assurer votre place dans un bon baquet, alors c'est beaucoup de pression et peu de fun. Je veux juste pouvoir apprécier de courir et avoir une chance de bien figurer dans un championnat sur le long terme."

Palmer reconnait que la voie choisie par Max Chilton, son compatriote, était une possibilité.

"L'Indycar? Oui c'est possible, il se débrouille bien. Ce n'est toutefois pas ma seule option. Il y en a d'autres que je préfère."

Il ne souhaite pas redevenir 3ème pilote. "Non, je veux courir."

Il se dit qu'il aurait ses chances chez Williams, la seule option qui semble rester pour lui en F1.

"Il n'y a qu'un seul baquet et beaucoup de pilotes le veulent. Il y a une chance mais je ne vais pas tout miser là-dessus. Je vais faire de mon mieux et on verra ce que l'avenir nous réserve. Je n'ai pas toutes les cartes en main."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen espère jouer le titre avec Red Bull en 2018
Max Verstappen sait que les spéculations vont bon train quant à son avenir, le Hollandais ayant clairement laissé entendre qu'il envisagerait un départ de Red Bull Racing si la prochaine saison se révélait aussi frustrante.

Alors, l'idéal, c'est bien sûr que l'équipe autrichienne retrouve au plus vite la position qu'elle occupait dans le passé: un top team capable de gagner des courses et jouer le titre mondial.

"Il est certain que cette année n'était pas la mienne en termes de résultats et d'arrivées à la fin des courses. Mais il faut savoir rester positif. La vitesse est là et, en Malaisie ici, nous allons voir à quel point nous serons compétitifs. L'an dernier nous étions bien ici, nous verrons bien", commence Verstappen.

"Mais l'idéal, maintenant, c'est bien sûr que l'équipe et moi nous puissions gagner l'an prochain. Je veux gagner, Red Bull veut gagner. C'est notre priorité, nous verrons si cela se produit."

"L'objectif c'est évidemment que l'histoire continue. Je veux au moins que nous ayons une chance de nous battre pour le titre. Si je gagne une victoire et le titre, ça me va!" ajoute le pilote Red Bull.

Verstappen ne veut en tout cas plus trop évoquer 2019.

"Je ne veux pas en parler. Nous verrons à Melbourne l'an prochain dans quelle position nous serons. Pour l'instant je veux essayer de finir au mieux cette saison et commencer au mieux la prochaine. Alors 2019 c'est vraiment loin!"
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton veut décrocher le titre sans erreurs et sans aide
Lewis Hamilton a maintenant une avance confortable de 28 points à la tête du championnat, ce qui peut lui permettre de disposer d'un joker (faute ou abandon) lors des 6 courses restantes.

Mais le Britannique ne veut pas compter sur la chance ou sur les faiblesses des autres pour assurer son 4ème titre mondial.

"Nous avons tous des points faibles. Cela fait aussi partie du jeu que de savoir exploiter celles des autres, tout en vous protégeant de ce qui pourrait vous nuire. Que ce soit la fiabilité ou votre talent en piste", explique-t-il à Sepang.

"La fiabilité a été bonne jusqu'à maintenant. Mais tout peut arriver. On l'a vu pour moi, l'an dernier, ici-même (casse moteur). Ca m'avait coûté très cher. De mon côté je veux juste faire le travail, être le pilote le plus complet possible dans tous els domaines et ne pas montrer de faiblesses si possible. Avec un peu peu de chance cela peut faire la petite différence avec un autre pilote."

Hamilton fait évidemment référence à Sebastian Vettel.

"C'est un quadruple Champion du monde. Alors il est difficile de savoir comment il va réagir après son accident à Singapour. Je ne sais pas comment il a pris cette erreur. Mais les meilleurs savent rebondir et je m'attends à ce qu'il le fasse dès ce week-end."

"Je ne me rappelle pas quand je l'ai vu craquer sous la pression pour la dernière fois. En 2014 peut-être. Le temps nous dira s'il ressentira cette pression."

Mercedes semble être l'équipe en forme du moment, avec trois victoires d'affilée. Hamilton espère-t-il gagner le titre le plus vite possible?

"Je n'ai pas pensé une seconde à ça. La question n'est pas de savoir quand mais de savoir si. Ce qui compte c'est de l'avoir lorsque la saison se termine. On ne peut pas savoir en F1. A Singapour, je voulais limiter les dégâts et, au final, tout a tourné en ma faveur. Il y a eu un tournant, j'ai maintenant la tête du championnat mais il peut y en avoir encore beaucoup d'autres. Ce que je veux c'est être en tête après le dernier GP."

Vettel va pouvoir compter sur l'aide accrue de Kimi Räikkönen à partir de ce Grand Prix, le Finlandais n'ayant plus de chance réaliste de décrocher le titre mondial. La situation n'est pas la même toutefois chez Mercedes. Bottas veut encore y croire. Qu'en pense Hamilton?

"Valtteri prendra sa propre décision, s'il sent qu'il n'est plus en lutte pour le titre. De mon côté, je vais faire en sorte de ne pas avoir besoin de son aide ou de consignes en restant devant. Parfois Valtteri est devant moi, nous verrons bien."

"En Hongrie, il m'a dit qu'il ne s'attendait pas à ce que je lui rende sa place, après avoir pris 7 secondes d'avance. Mais j'ai su que c'était la bonne décision même s'il aurait compris que je ne le fasse pas. Il y aurait pu y avoir des histoires si ça n'avait pas été le cas. Mais nous avons une superbe relation."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso se décidera en octobre, entre Suzuka et Austin
Fernando Alonso est sur le point de prendre une décision définitive quant à son avenir. La réponse tant attendue par McLaren tombera le mois prochain, durant la pause entre le Grand Prix du Japon et celui des Etats-Unis. Il confirme ainsi les spéculations que nous vous rapportions ce matin.

Le contrat de trois ans que l'Espagnol a avec l'équipe de Woking expire à la fin de la saison et ces derniers mois, il a laissé entendre à plusieurs reprises qu'il évaluait toutes les options, aussi bien en Formule 1 qu'en dehors.

L'arrivée du moteur Renault à Woking en 2018 doit faire remonter McLaren dans la hiérarchie et par la même occasion, donner au Taureau des Asturies de meilleures chances de se battre sur la piste. Ce dernier a évoqué il y a deux semaines à Singapour qu'il allait discuter avec l'équipe, mais que la priorité était la course en Malaisie.

Lorsqu'on lui demande s'il en sait plus quant à son avenir, Alonso avoue ne pas en savoir "beaucoup plus", avant d'assurer que la prochaine pause de deux semaines, qui se trouve entre les courses au Japon (le 8 octobre) et à Austin (le 22 octobre), sera le bon moment pour prendre sa décision.

"Ce sera bien de prendre une décision définitive lors de la prochaine pause. Je ne pense pas que ce sera le cas entre la Malaisie et le Japon, nous allons être occupés avec ces deux courses à la suite, mais je vais sans aucun doute me décider après le Japon."

"C'est la date butoir pour voir ce qu'il se passe et choisir ce que je pense être le mieux. Je pense que l'ai déjà répété à plusieurs reprises, je veux être compétitif l'année prochaine, je veux revenir sur le podium, je veux de nouveau embrasser la victoire, je veux me battre de nouveau pour le championnat."

"J'ai encore besoin de quelques informations en plus pour prendre ma décision, mais en même temps, je reste optimiste parce que McLaren est l'une des meilleures, voire, la meilleure écurie de l'histoire de la Formule 1. Donc je pense que nous avons toutes les chances de notre côté pour que cela fonctionne."

Avec le nombre de pilotes dont le contrat expirera en 2018, il se murmure qu'Alonso va signer avec McLaren pour seulement 1 an afin de garder le plus grande nombre d'options ouvertes pour 2019.

Toutefois, Alonso précise que ce n'est pas "vraiment important" d'être libre pour la saison 2019 en ajoutant: "je pense que mon point de vue et l'idée que je me fais de mon propre engagement en sport automobile sont bien plus grands que cela."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz est mécontent de manquer encore une fois les Libres 1
Carlos Sainz est frustré de ne pas rouler lors des Libres 1 pour la deuxième fois de suite.

L'Espagnol va en effet devoir faire l'impasse sur cette séance puisque Sean Gelael va conduire sa monoplace, comme cela a été le cas à Singapour. Pierre Gasly, qui a pris le baquet de Daniil Kvyat, sera quant à lui logiquement favorisé pour ses débuts dans la deuxième voiture de l'équipe de Faenza.

"Disons qu'en ce moment, je ne suis pas l'homme le plus heureux du monde, étant donné que je vais manquer pour la deuxième fois consécutive les premiers essais libres", reconnaît Sainz à Sepang.

"Apparemment, cela n'a pas été un problème à Singapour parce que nous avons réussi à aller en Q3 et être 4ème. Mais lors d'un week-end plus rude, comme ici en Malaisie, je m'attends à avoir pas mal de travail à réaliser en Libres 2 et 3. J'espère que nous pourrons faire de notre mieux et être forts, comme nous l'avons été à Singapour."

Toutefois, l'Espagnol admet qu'il était vraiment heureux du meilleur résultat réalisé dans sa carrière à Singapour, même s'il a manqué la première séance des essais libres.

"Cela a été un week-end génial dans tous les domaines. D'abord, toutes les bonnes nouvelles le vendredi pour mon avenir, puis la Q3 le samedi, la 4ème place le dimanche. C'était probablement le meilleur week-end que j'ai pu vivre en Formule 1."

Sainz ne semble pas penser que son transfert imminent chez Renault lui a insufflé l'énergie nécessaire pour livrer son meilleur pilotage.

"Cela ne m'a pas vraiment influencé. Sincèrement, j'ai fait tout ce que je pouvais cette année, c'est juste que cela a été mon meilleur résultat en Formule 1, ce qui est plutôt sympa à avoir durant le même week-end. Je suis très fier de cela. Nous avons fêté cela dimanche, mais en même temps, dès le lundi, je regardais des vidéos de l'année dernière en Malaisie et j'ai tourné très vite la page."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari ne perd pas la course au développement selon Räikkönen
Depuis Silverstone ou le Grand Prix de Belgique, Ferrari semble avoir perdu en compétitivité par rapport à Mercedes. Lewis Hamilton vient par exemple de remporter les trois dernières courses, même si sa victoire à Singapour fut plutôt chanceuse. L'équipe allemande serait-elle en train de faire la différence au niveau du développement?

Tel n'est pas le sentiment de Kimi Räikkönen. Le Finlandais, rassurant, explique cette différence de performances par la nature particulière de chaque tracé.

"A Singapour, Sebastian était premier et moi quatrième en qualifications, donc nous étions meilleurs que les Mercedes. Ensuite, nous n'avons pas participé au Grand Prix [accident au premier tour]... Je ne sais pas pourquoi l'on voit tout cela de manière si négative. Il y a des hauts et des bas. Certains circuits sont meilleurs pour vous, d'autres non... Donc c'est normal, il y a beaucoup de raisons qui l'expliquent."

"Pour cette saison, il faudra compter les points à la fin. Cela ne sert à rien de regarder une course séparément. C'est l'ensemble de la saison qui importe."

Ferrari pourra-t-elle ainsi redresser la barre dès ce week-end à Sepang?

"Nous espérons le meilleur résultat possible. Demain, nous aurons un aperçu... Mais pour être honnête, lors de certains week-ends, nous commençons un peu mieux que les autres, et tout devient plus facile; et lors d'autres week-ends, vous devez un peu souffrir pour trouver le bon chemin à suivre. Mais ensuite, le samedi ou le dimanche, normalement, c'est OK pour nous. C'est impossible de vraiment répondre. J'ai le sentiment que nous devrions être pas mal ici, mais il se pourrait que j'aie tort... ou raison."

Le Scandinave Kimi Räikkönen conclut donc son analyse par une réponse de Normand. Pour autant, les deux longues lignes droites et les virages larges et à haute vitesse de Sepang pourraient davantage convenir aux Flèches d'Argent. La pluie devrait enfin se mêler à la fête pour troubler tous les pronostics...
source: Nextgen-Auto.com

Kubica - La possibilité d'un retour à plein temps est assez faible
Robert Kubica cherche à revenir en Formule 1 l'année prochaine et alors que les portes de Renault se sont fermées il y a deux semaines pour lui, il espère décrocher un volant chez Williams. Il est prévu qu'il fasse un essai avec l'équipe anglaise, de la même manière qu'il a déjà roulé pour Renault cette saison, allant même jusqu'à faire une séance d'essais privés en Hongrie sur une voiture de la saison en cours.

Pour lui, ce test représentait déjà un succès puisqu'il a réussi à surmonter les difficultés après son très grave accident de rallye, il y a plus de six ans. Le Polonais avait percuté un rail de sécurité qui avait traversé sa voiture, lui arrachant quasiment le bras au passage. Dix-sept opérations et de nombreux mois de convalescence plus tard, il pouvait reprendre le volant et essayer des catégories de plus en plus contraignantes, malgré le manque de mobilité de son bras.

"Après l'accident, je ne voulais pas assister à un Grand Prix dans le paddock ou à des essais, malgré le nombre d'invitations reçues" explique-t-il. "Les gens pensaient que je ne voulais pas accepter ma nouvelle situation, mais la vérité est que j'avais décidé de ne revenir que lorsque je me serais senti prêt à redevenir un pilote de Formule 1."

Bien que Renault ne lui ait pas offert un volant pour 2018, le Polonais reste très reconnaissant envers le constructeur français de lui avoir offert un programme de réadaptation à la Formule 1, d'abord lors d'essais privés sur une vieille monoplace, puis cet été à Budapest, où il a pu faire 142 tours en une journée sur l'un des circuits les plus intenses en termes de pilotage.

"La chance offerte par Renault a été incroyable et de plus, j'ai senti une grande affection. Il y a un ADN spécial à Enstone, le sentiment qu'il s'agit d'une vraie équipe et c'est une chose qui n'a pas changé au fil des ans. Même les employés que je ne connaissais pas m'ont offert un accueil chaleureux et c'était très important pour moi car ce n'était pas acquis. Nous sommes tous des humains et il aurait été normal qu'ils doutent."

Kubica tient toutefois à rester réaliste et ne se berce pas d'illusion quant à son possible retour. Les six dernières années lui ont appris à relativiser et à ne pas s'emballer puisque son avenir n'a jamais été certain depuis l'accident qui a fauché sa carrière.

"Je suis très réaliste et je sais que la possibilité d'un retour à plein temps est assez faible. Chaque jour, je découvre mes nouvelles limites, mais j'ai toujours espéré que j'aurais au moins la chance de le tenter. J'ai fait beaucoup de kilomètres dans le simulateur et j'ai piloté dans d'autres catégories, mais je savais que piloter une F1 me donnerait ce sentiment unique, et ça a été le cas."

"Le 6 juin, quand j'ai piloté à Valence, était l'un des plus beaux jours de ma vie même si je n'ai rien gagné ni terminé sur un podium. Il ne m'a fallu que quelques tours pour retrouver ce ressenti incroyable qui m'a fait réaliser pourquoi j'aime autant ce sport. Je ne suis pas facilement émotif mais ce jour-là, je l'ai été car j'ai réalisé que piloter une Formule 1 était ce qui me rendait heureux et je me suis senti en paix."

Kubica ne mâche pas ses mots quand il s'agit d'expliquer les difficultés, notamment psychologiques, rencontrées depuis son accident: "La vie m'avait donné énormément et en un instant, elle m'a tout repris. On dit que le temps guérit tout mais ce n'était pas le cas pour moi, en réalité ça m'a fait souffrir encore plus. Je pensais retrouver rapidement toutes mes fonctions mais ça n'a pas été le cas et les progrès que j'espérais ne sont pas venus. C'était dur mais j'ai réalisé que je devais l'accepter. Une fois que j'ai fait cela, j'ai pu ouvrir un nouveau chapitre."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier - Le langage corporel d'Alonso est positif
Fernando Alonso aurait, semble-t-il, poussé McLaren à cesser son partenariat avec Honda pour se tourner vers un moteur Renault pour 2018.

Mais le journal espagnol AS rapporte que la décision d'Alonso de rester oui ou non au sein de l'équipe de Woking peut prendre encore un mois avant qu'elle ne soit révélée au public.

"Septembre était le mois choisi par Alonso pour décider, mais selon nos sources, le communiqué officiel sera fait à la fin octobre, bien qu'il espère que cela puisse se faire plus tôt", révèle Manuel Franco.

Le directeur de McLaren, Eric Boullier, a une petite idée concernant les intentions du double Champion du monde.

"Alonso veut rester. Vous pouvez le voir à son langage corporel et à ses commentaires."

Boullier est confiant dans le fait que McLaren va réaliser un pas en avant considérable l'année prochaine.

"Nous savons que la voiture est performante avec un bon moteur à son bord, c'est la raison pour laquelle nous avons décidé de nous tourner vers Renault.

"Nous avons aussi besoin d'un top-pilote, donc garder Alonso est important", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Brawn - Le championnat 2017 n'est pas encore terminé
Les espoirs de titre de Sebastian Vettel ont pris un sacré coup à Singapour, avec la collision survenue au premier virage, ce qui a creusé l'écart entre lui et Lewis Hamilton de 25 points supplémentaires.

Mais il reste encore 6 courses au calendrier pour rattraper ces 28 points et le directeur sportif de la F1, Ross Brawn, est persuadé que l'Allemand peut retourner la situation, comme le pilote Ferrari l'a confié ce matin.

"Absolument, il peut le faire!" confirme le Britannique.

"Mercedes a fait une belle course et réalise un superbe travail, mais l'issue du championnat n'est pas encore décidée. Ce qu'il s'est passé à Singapour est un accident de départ typique, mais Vettel est un guerrier qui n'abandonne jamais. S'il réussit, ce sera alors plus que mérité."

Concernant cette saison 2017, Brawn se dit "vraiment heureux" de ce qu'il voit.

"Trois écuries sont en train de lutter pour des victoires, ce qui est génial. Bien sûr, je me rappelle du temps partagé avec Michael (Schumacher) au sein de Ferrari avec une certaine tendresse, mais la domination d'une équipe est toujours mauvaise pour le sport."

"Nous avons à présent une vraie compétition, Lewis face à Sebastian, ce qui attire de nouveau les fans. Nous avons assisté à certains nouveaux records lors de plusieurs courses. Et si l'an prochain nous assurons plus de contenu internet, nous allons nous élever encore à un autre niveau."

Brawn fait maintenant partie de la nouvelle ère de la F1, dirigée par Liberty Media, alors qu'il a été un personnage clé de Ferrari et de Mercedes par le passé. Ainsi, il suit avec une attention toute particulière le duel entre le Cheval Cabré et les Flèches d'Argent, comme nous, sur les télévisions du centre de retransmission.

"Je suis dans ce centre en tant que passionné, mais j'essaye également de m'impliquer. Si je me rends compte qu'une certaine stratégie de course se met en place, je vais le faire remarquer au directeur de la diffusion afin d'informer les téléspectateurs."

L'homme de 62 ans pense qu'il y a bien d'autres choses que la discipline peut améliorer.

"Nous avons réellement besoin de plus de voitures capables de remporter des victoires, quelques circuits différents en plus. Le moteur fait actuellement trop la différence. Mais dans un laps de temps limité, nous ne pouvons pas faire grand chose."

"Sur du plus long terme, nous allons simplifier les moteurs et plafonner le budget pourrait aussi aider."
source: Nextgen-Auto.com

Massa - Ce sera Williams ou rien
Felipe Massa a confié à Sepang qu'il pensait être la meilleure option pour Williams pour 2018, alors que l'équipe de Grove hésiterait entre lui, Jolyon Palmer, Marcus Ericsson, Paul Di Resta et, évidemment, Robert Kubica.

Le Brésilien est, de loin, le pilote le plus expérimenté et il reste motivé. Mais il ne s'offusquera pas s'il n'est pas retenu pour une saison de plus.

"Nous sommes en discussions avec Williams. Ils savent très bien ce que je vaux et ce que je peux apporter à l'équipe", confie Massa.

"Je sais qu'il y a d'autres pilotes en lice. Je suis certain que pas mal de personnes dans l'équipe sont de mon côté, notamment les ingénieurs, mais, au bout du compte, il n'y a pas que le talent et l'expérience qui décident."

"Je suis assez relax: je sais ce que je peux donner, je suis totalement motivé pour faire une autre année. Si c'est le cas, je serai à fond. Si non, je ferai autre chose."

"Je n'attendrai pas jusqu'en décembre mais je n'ai pas de date limite non plus. J'espère que cela se fera dans les prochaines semaines. Je n'ai pas envie d'arriver à Interlagos en ne sachant pas de quoi sera fait 2018, que je reste ou non en F1."

Massa a confirmé également que "ce sera Williams ou rien."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly ne sait pas encore combien de courses il va disputer
Pierre Gasly s'apprête à disputer ce week-end son premier Grand Prix de Formule 1 en carrière chez Toro Rosso et le Français enchaînera avec le Grand Prix du Japon à Suzuka la semaine prochaine, sur un circuit qu'il connaît bien grâce à la Super Formula. Néanmoins, il n'a pas d'informations quant à la suite de sa saison, alors qu'il joue le titre au Japon.

"Pour le moment, je ne sais pas combien de courses je ferai en F1" explique Gasly ce matin à Speang. "Il n'y a rien de confirmé, l'équipe m'a dit de me concentrer sur ce week-end et je vais faire de mon mieux."

La finale de Super Formula aura lieu en même temps que le Grand Prix des Etats-Unis de F1 et il est probable que Toro Rosso reprenne Kvyat pour cet événement, de manière à ce que Gasly puisse essayer de remporter la discipline japonaise. Pour les courses suivantes, cela dépendra certainement du déroulement de ses premières courses en F1.

"Je n'ai pas eu la chance de discuter avec Kvyat, mais malheureusement notre sport fonctionne comme ça. Ma position m'a fait attendre une chance et je dois la saisir aux dépens de quelqu'un d'autre. Je me sens désolé pour lui et je sais que c'est un pilote très talentueux. Malheureusement c'est comme cela et je vais prendre sa place, mais je suis sûr qu'on le verra revenir sur la grille et on verra ce qu'il se passe dans le futur."

Le Français va maintenant devoir s'adapter à un environnement qu'il connaît un peu pour avoir fait des tests en essais privés, mais doit découvrir le cadre d'un Grand Prix et s'adapter face à un équipier, Carlos Sainz, très rapide. Néanmoins, il ne s'inquiète pas trop et pense pouvoir se mettre dans le bain très vite.

"J'ai été compétitif dans les autres séries. J'ai gagné l'Eurocup 2.0, j'ai terminé deuxième derrière Carlos en Formule Renault 3.5, j'ai remporté le GP2 et je cours au Japon cette année en me battant pour le championnat alors qu'il ne reste qu'une course."

"Le rythme viendra, ce sera mon premier Grand Prix de Formule 1 mais je n'ai pas franchement d'objectif. Je suis ici pour apprendre aussi vite que possible et signer de belles performances pour l'équipe, mais je pense que j'ai besoin de prendre les étapes les unes après les autres, apprendre au maximum avec Carlos et ensuite je verrai où j'en suis."

Gasly réalise son rêve, touché du bout des doigts l'an dernier après son titre en GP2, et repoussé de quelques mois à cause du manque de baquets disponibles chez Toro Rosso..

"J'ai rêvé de ce week-end tellement de fois et j'y suis enfin. Je suis heureux, je suis dans un esprit de compétition, je veux signer de belles performances mais je dois aussi être objectif. Je débarque avec six courses restantes dans la saison et énormément de choses à apprendre, donc je dois faire au mieux pour apprendre au plus vite."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Gasly ne devra pas être jugé sur les courses à venir
Pour les deux prochains Grands Prix, au moins, la France aura trois pilotes représentés sur les grilles de départ puisque Pierre Gasly remplace Daniil Kvyat chez Toro Rosso.

Il rejoint donc Esteban Ocon et Romain Grosjean alors que le Championnat du monde tire à sa fin. Cela va être l'occasion pour Red Bull d'évaluer Gasly avant 2018 mais Grosjean rappelle que ce n'est pas facile pour un pilote d'arriver en F1 ainsi.

Il avait eu à gérer la même chose en 2009, lorsqu'il a dû remplacer Nelson Piquet et faire équipe avec un certain Fernando Alonso chez Renault.

"C'est une super nouvelle pour Pierre, je suis évidemment très heureux pour lui. Il a fait tout ce qu'il devait faire, en gagnant le GP2 l'an dernier. Mais c'est difficile d'arriver ainsi dans le dernier quart de la saison", commente le pilote Haas F1 à Sepang.

"Il a beaucoup progressé avec Red Bull, je pense qu'il a pu passer plus de temps dans une Formule 1 que moi avant que j'arrive dans le sport. Pour moi, quand on arrive ainsi en fin de saison, c'est pour apprendre, pas pour être jugé."

"Ensuite il aura tout l'hiver pour se préparer. Malheureusement cela n'a pas été mon cas et cela a failli me coûter ma carrière. Je pense que Toro Rosso a une autre approche: le préparer pour une saison complète en 2018 et être aussi prêt que possible dès la 1ère course."
source: Nextgen-Auto.com

L'accident de Singapour, une affaire classée pour Vettel
La 1ère conférence de presse du jour de la FIA était attendue puisqu'elle réunissait les trois acteurs de l'accident du départ à Singapour: Sebastian Vettel, Max Verstappen et Kimi Räikkönen.

La Fédération a peut-être tenté de relancer les débats mais les pilotes ont plutôt calmé le jeu de leur côté. Il est temps de passer à autre chose, c'est en tout cas ce que pense Sebastian Vettel.

"Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'en discuter encore. Quand des choses comme ça arrivent, que pouvez-vous faire?"

"Si nous avons un problème majeur avec la voiture qui cause ça ou si j'avais fait une énorme erreur, alors l'histoire aurait été différente. S'il y a quelque chose à changer, c'est réagir plus rapidement encore pour être certain que ça n'arrive pas à nouveau."

"Après avoir pris du recul, ce qu'on peut dire c'est que c'est une course, la première, dans laquelle je n'ai pas vu l'arrivée. Cela ne nous aide certainement pas que Lewis Hamilton a marqué beaucoup de points mais c'est ainsi."

Vettel estime qu'il aurait eu plus de mal à accepter un crash plus tard dans la course.

"Les conditions étaient difficiles. Et cela aurait été plus difficile pour moi d'accepter un abandon plus tard dans la course, si j'avais fait une erreur de pilotage."

Les commissaires de la FIA ont jugé qu'il s'agissait d'un incident de course, ce que Max Verstappen et Kimi Räikkönen ont accepté.

"Ca fait partie de la course", ajoute Vettel. "Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive et ça ne sera probablement pas la dernière. Cela ne sert à rien de revenir sur le passé sans cesse. Il vaut mieux dépenser son énergie à aller de l'avant."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Je suis 3 à 4 dixièmes plus rapide que Ricciardo
Max Verstappen continue son offensive médiatique.

Après avoir clamé hier qu'il était 100% convaincu qu'il serait Champion du monde avec une Ferrari ou une Mercedes à sa disposition, le Hollandais souhaite remettre les points sur les "i" concernant ses performances pures.

"Oui, les résultats ne sont pas de mon côté cette année. Mais j'ai eu des pannes et de la malchance. Mais, ce que je peux vous révéler c'est que je suis bien plus rapide que Daniel (Ricciardo)", lance-t-il.

Et Verstappen avance même des chiffres.

"La vitesse est là. Nous pouvons voir sur la télémétrie que Daniel est très rapide. Il a toujours été reconnu comme un excellent pilote en qualifications. Mais, cette année, je suis plus rapide que lui."

"De 3 ou 4 dixièmes. C'est beaucoup!"

La réponse de l'Australien est maintenant attendue.
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 et McLaren inquiètent Perez pour 2018
Même si Renault F1 dispose aujourd'hui de la 4ème voiture la plus rapide du plateau, l'équipe française est trop loin pour menacer la 4ème place au Championnat des Constructeurs de Force India pour 2017.

Mais la saison 2018 sera bien différente et Sergio Pérez a admis aujourd'hui à Sepang son inquiétude concernant Renault, autant par l'équipe d'usine que par McLaren, qui disposera du V6 français.

"Renault sera une menace. Mais j'avoue être encore plus inquiet par McLaren. McLaren sera très forte si tout ce qu'on entend sur leur châssis est vrai. Ils devraient être très compétitifs l'année prochaine", confie le Mexicain.

"Nous aurons à nous battre avec les Renault, les McLaren, les Williams... Le prochain championnat ne sera pas facile. Mais j'ai toujours dit que le personnel de Force India avait été sous-estimé. Nous avons un bon potentiel."

Pérez était en négociations avec Renault F1 l'an dernier et cette année encore. Il restera finalement un an de plus chez Force India.

"Il sera important de commencer l'année de manière très compétitive afin de saisir toutes les opportunités. Je veux continuer à maximiser le potentiel chaque semaine, sur-performer et continuer à marquer des bons points. C'est comme ça que nous avons très bien consolidé notre 4ème place cette saison mais, je pense, que nous ne sommes pas totalement satisfaits de nos performances."

"Il y a un gros écart avec les trois top teams. Nous devons le réduire avant la fin de l'année parce que tout pourra servir sur la prochaine voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Il reste assez de Grands Prix pour rattraper mon retard
Sebastian Vettel reste convaincu qu'il peut viser le titre mondial cette année malgré l'accident de Singapour.

Le pilote Ferrari a perdu 25 points d'un coup sur son grand rival, Lewis Hamilton, qui vient de remporter trois courses de suite.

Avec 28 points de retard, la mission sera difficile mais pas impossible.

"Il reste assez de Grands Prix (six) pour rattraper ce retard", affirme le pilote Ferrari avant le rendez-vous de ce week-end en Malaisie.

"Je vais prendre les courses les unes après les autres et je crois fermement que nous pouvons toujours gagner ce championnat. Ce revers, nous devons le mettre derrière nous. Parce que je vais continuer à me battre."

Comment l'Allemand a-t-il vécu le fait que, même s'il n'a pas été sanctionné, tout le monde l'a pointé du doigt comme responsable de la collision au départ, entre lui, Max Verstappen et Kimi Räikkönen?

"Je peux vivre avec les critiques. C'est toujours facile de se former une opinion de l'extérieur. Dans ce cas, on parle d'un incident qui est arrivé en l'espace de 5 secondes."

"J'essaie toujours de tirer le meilleur d'une situation et, oui, sans essayer de tout foutre en l'air. Mais je ne suis pas quelqu'un qui prend les points sans se battre. Je n'ai jamais été comme ça."

"Ne vous méprenez pas, je ne suis pas non plus un drogué de la 1ère place et qui ferait tout pour être devant. S'il y a une chance de garder sa place, ou de la défendre, vous devez le faire. C'est mon credo."

Pour se relancer, l'idéal serait évidemment de gagner dimanche en Malaisie, avec Kimi Räikkönen derrière lui pour prendre le maximum de points à Hamilton et Mercedes.

"Je crois que nous avons une excellente voiture et nous sommes plein de confiance. Même si les résultats nous manquent depuis 3 courses, même si nous avons perdu la tête du championnat, mon équipe me donne toujours de l'espoir. La voiture est rapide et je sais que nous avons pas mal de choses prévues pour elle, ce qui fait que je crois en nous."
source: Nextgen-Auto.com

Retour au bleu pour Renault F1 en 2018
Les représentants de l'écurie Renault e.dams, Alain Prost et Jean-Paul Driot co-propriétaires, Jérôme Stoll et Cyril Abiteboul respectivement Président et Directeur Général de Renault Sport Racing, ont présenté les nouvelles couleurs de la monoplace destinée à défendre les titres en Formule E.

La livrée fait la part belle au bleu et devrait être vue, dans une certaine mesure, en Formule 1 l'année prochaine.

C'est ce que confirme Cyril Abiteboul.

"Depuis quarante ans, l'activité de motoriste a été le fil conducteur de l'engagement de Renault en sport automobile, en Formule 1 et maintenant en Formule E. Seul constructeur actuellement impliqué dans les deux disciplines, Renault a développé de nombreuses synergies entre les deux programmes. C'est d'abord le cas sur le plan technique, avec une ingénierie commune. Je crois d'ailleurs que notre suprématie en Formule E s'explique en grande partie par l'expertise développée pour la Formule 1 depuis l'apparition des systèmes hybrides en 2009. Pour la saison 4, le défi de Renault Sport Racing consistera à équilibrer les ressources entre la défense des trois titres Équipes - en fournissant un service qui devra être particulièrement exemplaire dans cette saison de stabilité technique - et la préparation de la Saison 5, qui sera marquée par une évolution majeure de la réglementation. Ces synergies s'expriment aussi sur l'image: ainsi, la nouvelle livrée de la Renault e.dams préfigure déjà l'évolution de notre identité en Formule 1 pour la saison 2018."

Alain Prost ajoute être "ravi de lever enfin le voile sur les couleurs que nous utiliserons pour défendre notre titre en cette nouvelle saison. Notre objectif reste identique aux trois dernières années: remporter les championnats équipes et pilotes. Nous avons pu voir que la concurrence sera de plus en plus rude, des grands constructeurs automobiles nous ont rejoints au championnat mais nous avons une très bonne équipe et un très solide partenariat technique avec Renault."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren connaitra son vrai niveau en 2018 selon Alonso
Fernando Alonso n'a pas encore officiellement signé une prolongation de contrat avec McLaren mais il évoque déjà 2018 comme si c'était le cas.

L'Espagnol estime que McLaren pourra connaitre son vrai niveau l'an prochain, face aux autres top teams, une fois muni d'un moteur presque aussi puissant que les meilleurs: le Renault.

"L'année prochaine sera un bon test pour McLaren", dit-il.

"Avoir le même moteur que Red Bull permettra à McLaren de connaitre la vérité sur les qualités de son châssis, s'il est bon ou non."

"Les trois dernières années, nous avons été la seule équipe avec des moteurs Honda donc il a été difficile de nous comparer. Mais les ingénieurs font des simulations sur tout et nous croyons que nous avons une bonne voiture."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.