En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 15 Septembre 2017

Renault F1 démarre sur de bonnes bases à Singapour
Renault Sport Formula One Team a conclu la première journée du Grand Prix de Singapour de Formule 1 avec la cinquième place en 1'42"448 de Nico Hülkenberg, son meilleur classement en EL2 de la saison.

Jolyon a signé le douzième temps sur une piste légèrement humide en FP1. Il perdait du temps en effleurant le mur en FP2, il pouvait néanmoins poursuivre sa séance et l'achevait au quatorzième rang.

"Nous avons connu un vendredi classique et positif à Singapour. La performance durant les EL2 était plutôt bonne. Toute la journée, j'étais heureux au volant et c'est ce qui importe le plus à l'heure actuelle. J'étais clairement en osmose avec l'équilibre de la voiture. Nous pouvons toujours progresser, mais c'est assurément un bon début de week-end", commente Nico Hülkenberg.

"C'était une bonne séance dans l'ensemble", ajoute Jolyon Palmer. "Je suis assez satisfait et la voiture est bien équilibrée. J'ai touché le mur lors de la session nocturne, donc nous avons de légers ajustements à faire durant la nuit. Nous sommes bien placés pour demain."

Bob Bell, Directeur de la technologie, avait également le sourire ce soir.

"Nous avons connu une journée plutôt bonne durant laquelle nous avons pu accomplir le programme prévu, notamment du côté des pneumatiques afin de préparer notre stratégie de course. C'était globalement un vendredi très fluide et nous sommes confiants pour demain. Après un week-end décevant à Monza, nous sommes à nouveau bien placés et notre objectif est de poursuivre sur notre lancée à Singapour."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull et Renault refusent de confirmer une éventuelle séparation
Avec l'annonce des partenariats entre McLaren et Renault ainsi que Toro Rosso et Honda, la rumeur d'une rupture entre Red Bull et Renault fin 2018 et d'une association avec Honda à partir de 2019 a pris du poids dans le paddock de Singapour mais en conférence de presse, les patrons de Renault et Red Bull ont refusé de commenter leur éventuelle séparation.

"Comme je l'ai dit plusieurs fois ce week-end, tout ce qui est plus loin que 2018 n'est que pure spéculation que nous ne confirmons ni n'infirmons" a tranché Christian Horner. "La situation pour 2018 est totalement claire et tout ce qui est fait pour plus une date postérieure le sera derrière des portes closes et non au travers des médias."

"Je pense que la situation après 2018 est très claire, notre attention est pour le moment portée sur la conception d'une voiture qui doit être aussi bonne que possible. Nous aurons des moteurs TAG-Heuer fournis par Renault et tout le reste n'est que spéculation. Il y aura toutes sortes de rumeurs d'ici là, j'en suis certain."

Cyril Abiteboul n'a pas tenu à parler de l'après 2018 mais précise qu'il s'agira, pour Renault, d'en tirer un certain bénéfice.

"Nous avons plusieurs obligations auprès de la FIA en tant que motoriste. En tant que motoriste, notre rôle est de fournir des moteurs aux équipes mais pas sous des obligations ou des circonstances précises. Il faut que ça serve nos intérêts stratégiques et j'imagine que c'est ce dont nous discuterons à l'avenir."

"Ce qu'on peut confirmer, c'est que l'on travaille ensemble avec Red Bull en 2018, on fera ce qu'on peut pour les soutenir", ajoute-t-il.

"On aura vraiment une équité de traitement entre Red Bull, Renault et McLaren. La suite, on ne peut pas trop en parler. Red Bull le fera pour eux-mêmes et nous pour nous. Nous avons une filière pilotes, et le moteur est souvent un moyen d'emmener nos jeunes pilotes en Formule 1. C'est clairement quelque chose que nous n'aurions pas pu faire avec Red Bull et Toro Rosso."
source: Nextgen-Auto.com

Journée correcte mais perfectible pour Toro Rosso
Toro Rosso avait décidé d'offrir à Sean Gelael une séance d'essais dans une monoplace de Formule 1 aujourd'hui à Singapour et pour cela, a demandé à Carlos Sainz, qui voguera vers Renault en 2018, de laisser son volant à l'Indonésien. Revenu pour la deuxième séance, l'Espagnol est redevenu la référence au sein de son équipe.

"Après avoir été écarté pour la première séance, j'avais du temps à rattraper afin de m'habituer au circuit lors de la deuxième séance, et j'ai dû faire plusieurs tours au début pour rattraper le temps perdu" explique Sainz. "Je pense que nous n'avons pas totalement récupéré ce qui était perdu mais nous avons jusqu'à la qualification demain pour être prêts et je suis confiant que nous y parviendrons."

"Pour le reste, je suis heureux de ma performance dans la séance que j'ai disputée. Nous devons encore comprendre un peu mieux quelques petites choses introduites sur la voiture pour cette course car nous n'en sommes pas certains pour le moment, mais nous allons travailler ce soir pour y parvenir. Vivement demain!"

Daniil Kvyat avait signé un bon temps dans la première séance puisqu'il était dans le Top 10, mais n'est pas parvenu à rééditer sa performance l'après-midi, face à son équipier dont le déficit de roulage était évident.

"C'était un vendredi correct, nous avons fait un travail. Il nous faudra évidemment travailler ce soir sur l'équilibre de la voiture mais nous espérons régler cela pour demain de manière à améliorer notre rythme. Hormis cela, nous pouvons être satisfaits de notre début de week-end puisque nous avons bouclé beaucoup de tours et nous avons assez d'informations pour faire un pas en avant demain."

La journée a ressemblé à un matin de Noël pour Sean Gelael qui a pu tourner pour la première fois dans la STR12 en conditions de week-end de course et s'est amusé, à défaut d'être rapide. En effet, le pilote de F2 a concédé plus de trois secondes à Kvyat.

"Quelle grande expérience de piloter en essais libres et d'être si près de chez moi!" se félicite Gelael. "C'est un sentiment incroyable, Singapour est l'une des pistes les plus compliquées du calendrier et au départ, c'était humide, donc ce n'était pas l'idéal pour débuter ma carrière en F1, mais je me suis bien débrouillé finalement."

"J'ai pris du plaisir et j'ai pu boucler le programme, ce qui est positif. Bien évidemment, j'aimerais être plus proche de Daniil mais ce sera l'objectif plus tard dans la saison. Je suis satisfait de ma performance aujourd'hui et j'aimerais remercier l'équipe et toutes les personnes qui ont permis cet essai, j'ai hâte de rouler de nouveau en Malaisie dans deux semaines!"
source: Nextgen-Auto.com

Palmer a appris son éviction... par la presse
Les relations entre Jolyon Palmer et Renault ne sont pas au beau fixe. Le Britannique s'attendait sûrement à apprendre son remplacement par Carlos Sainz pour l'an prochain. En revanche, il aurait sans doute préféré l'apprendre autrement que par voie de presse!

"J'ai appris la nouvelle quand je l'ai lue sur internet, et ensuite, quand j'ai su que c'était vrai, j'ai parlé à quelques personnes. Et voilà."

"C'est un peu dommage, oui. Je ne sais même pas qui a envoyé l'information aux médias, mais les médias ont leurs propres manières de fonctionner, je sais. Cela ne change rien au dénouement, pour être honnête."

L'ancien champion de GP2 répète qu'il finira la saison dans son baquet, mais roulera désormais en tant que futur ex-pilote Renault. De quoi mettre l'ambiance dans le garage tricolore...

"Bien sûr, je savais qu'avec le travail que je fais cette année, l'équipe recherchait d'autres personnes, parce que c'est une année difficile. Mais vous ne savez jamais rien tant que ce n'est pas officiel. J'aurais pu penser la même chose [être écarté] l'an dernier plusieurs fois. Donc vous devez rester inflexible et faire du mieux possible, et je ferai toujours de mon mieux jusqu'à la fin de la saison."

"Je vais tout donner lors des sept prochaines courses, comme je l'ai dit, pour faire du mieux possible, et même si je ne resterai pas chez Renault, et que je n'ai aucune chance d'y rester, rien ne change du point de vue de la performance."

Jolyon Palmer devra effectivement marquer des points, enfin, cette saison, pour prouver qu'il peut encore courir pour une écurie de F1 dans le futur (Williams?), même s'il n'a qu'un infime espoir de rester dans la discipline en 2018.
source: Nextgen-Auto.com

Une première journée loin d'être idéale pour Williams à Singapour
Comme prévu, Williams a rencontré de grandes difficultés à Singapour ce vendredi, montrant un rythme catastrophique, grandement lié aux caractéristiques de son châssis qui n'aime pas les circuits sinueux, comme Monaco et Budapest l'avaient déjà montré. La première difficulté demain sera de s'extirper de la Q1.

"C'était très difficile aujourd'hui" regrette Massa. "Nous savons que ce n'est pas la meilleure piste pour notre voiture. L'équilibre n'est pas un gros problème, contrairement à la vitesse. Nous sommes un peu trop lents en comparaison de nos adversaires. C'est un problème que j'attendais, je pense que la qualification sera le plus gros problème car nous n'avons pas le rythme pour nous battre, mais j'espère qu'en course, où beaucoup de choses peuvent se produire, nous tenterons tout notre possible. Si nous arrivons à marquer des points, ce sera du bon travail."

Lance Stroll ne se montre pas plus optimiste: "Ce n'était pas la meilleure journée pour l'équipe. C'était un vendredi difficile, surtout pour moi avec un souci de boîte de vitesses dans la première séance, sur une piste que je n'avais jamais essayée avant. Lors de la deuxième séance, il y a eu une voiture de sécurité virtuelle sur ma meilleure tentative et ça n'a pas aidé. J'ai adoré le circuit qui est très amusant et bosselé, donc cela le rend difficile. Je savais que la piste était étroite et j'y étais préparé mais c'est l'une des plus compliquées mentalement et physiquement."

Paddy Lowe se félicite, à l'inverse de ses pilotes, d'une bonne journée lors de laquelle Williams a pu faire la majeure partie du programme prévu: "Notre rythme a encore besoin de progrès mais nous avons beaucoup d'analyses à conduire ce soir. Je pense que nous pouvons faire progresser la voiture, ce sera très serré au milieu de peloton comme d'habitude et si nous pouvons trouver deux ou trois dixièmes, ils feront une grande différence."
source: Nextgen-Auto.com

Les deux McLaren dans le Top 10, Alonso va contacter Renault
Les McLaren sont dans le Top 10 à la fin de cette première journée d'essais libres du Grand Prix de Singapour et c'est donc un très bon résultat. Mais si Vandoorne pense beaucoup à la suite de son week-end, Alonso pense lui beaucoup à l'année prochaine...

Fernando Alonso est bel et bien à Singapour ce week-end, mais sera-t-il en F1 l'année prochaine au volant d'une McLaren Renault?

"Je ne le sais pas", affirme le champion espagnol. ""Je n'ai pas été informé sur les attentes concrètes de Renault et des améliorations qu'ils prévoient sur leur moteur de l'année prochaine. A partir de ce week-end, je vais me mettre en contact avec eux, je vais examiner leurs projets et ensuite, je prendrai une décision."

Avec le moteur Renault dans son dos, aurait-il pu se battre pour les premières places ce week-end?

"C'est difficile à savoir, c'est même impossible. Nous avons qu'au niveau du châssis, Red Bull est une référence. Je pense que les Ferrari sont aussi parmi les favoris ce week-end. Quant à la McLaren, on sait qu'elle va beaucoup évoluer entre aujourd'hui et mars de l'année prochaine, le projet va changer", ajoute Alonso.

Que s'est-il passé aujourd'hui?

"Nos performances d'aujourd'hui sont à la hauteur de ce que nous attendions. Nous savions que nous allions être plus compétitifs sur ce circuit, plus qu'à Spa et à Monza. Nos deux voitures sont dans le Top 10 aujourd'hui et j'espère que ce sera encore le cas demain et dimanche en course. Nous avons besoin de points. Nous sommes à la neuvième place dans le Championnat des Constructeurs et nus devrons donc saisir toutes les opportunités", conclut l'Espagnol.

Stoffel Vandoorne a lui aussi le moral après cette première journée d'essais libres.

"Cette journée a été très positive puisque je prends la sixième place cet après-midi alors que je n'ai jamais roulé sur ce circuit. En théorie, c'est donc une très bonne journée, mais on sait que les Ferrari ont eu des soucis et elles sont derrière nous. On peut supposer qu'elles vont faire mieux demain, mais quoi qu'il en soit, j'espère que nous pourrons être aussi compétitifs demain en qualification."
source: Nextgen-Auto.com

Honda vise (déjà) un Top 3 pour Toro Rosso l'an prochain
Si Toro Rosso n'avait pas accepté de passer de Renault à Honda, le motoriste japonais aurait-il pu tout simplement quitter la F1 par la petite porte?

Katsuhide Moriyami, en charge des opérations de communication chez Honda, assure, pour sauver les apparences, que la marque japonaise n'a jamais songé à profiter du divorce de McLaren pour quitter la F1.

"Pour Honda, la F1 a commencé avec le rêve de notre fondateur, Soichiro Honda, et nous avons une histoire de plus de cinquante ans en F1. La F1, c'est l'ADN de notre entreprise et une culture très importante pour elle."

"C'est vrai que nous traversons une situation difficile, et personne n'était satisfait des résultats actuels, en particulier le conseil d'administration. Nous avons participé à de nombreuses discussions, mais quitter la F1 n'était jamais une option pour nous. Notre but est de surmonter ce défi difficile et de revenir nous battre à l'avant, et l'esprit de Honda, c'est de réussir ce come-back."

Le responsable de la communication ne prend pas de pincettes et annonce un objectif qui pourra paraitre irréaliste à beaucoup. De McLaren à Toro Rosso, la communication n'a pas beaucoup évolué...

"L'an prochain, notre but est de nous battre pour le Top 3 à l'avant de la grille."

Le partenariat avec McLaren a pourtant été un échec cuisant. Avec le recul, comment Katsuhide Moriyami, maintenant plus libre de ses propos, l'explique-t-il?

"Nous ne pensons pas que le problème était une prise de risque insuffisante. Nous étions en retard [d'un an] quand nous sommes revenus en F1 et ce retard a été le plus gros problème. Pour réduire cet écart, Honda a fait du mieux possible, nous avons réussi à accélérer les processus autant que possible. Je crois que nous avons pu réduire cet écart mais nous comprenons qu'il y a plus à faire."

Masashi Yamamoto, manager général de la division Honda Motorsport, a révélé aujourd'hui à Singapour que le divorce avec McLaren était dans les cartons depuis longtemps. "Dès le début de la saison" selon lui, McLaren cherchait à aller voir ailleurs.

Le partenariat avec Toro Rosso le remplit évidemment d'optimisme, bien qu'il ne fixe pas d'objectifs précis.

"Même s'il ne reste pas beaucoup de temps d'ici le début de la saison prochaine, je sens que nous allons avoir une bonne saison et une bonne relation entre Honda et Toro Rosso. L'esprit de Toro Rosso, c'est le même esprit que celui de Honda. Je crois que nous pourrons travailler sans problème pour l'an prochain."

De son côté, Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, ne pense pas du tout que quitter Renault pour Honda est une si mauvaise nouvelle que cela pour son écurie. Mais il ne dit pas pour autant viser un Top 3 en 2018.

"Honda a des infrastructures formidables, et je pense qu'ils ont beaucoup appris sur cette unité de puissance. Je suis convaincu que dans les prochaines années, mais aussi à court terme, Honda améliorera spectaculairement ses performances. Ils ont déjà amené de bonnes évolutions cette saison - malheureusement, parce que McLaren est très proche de nous au classement des constructeurs."

"Je suis à 100 % convaincu que Honda fera de grands progrès dans un futur proche, et pour ces trois prochaines années. Je pense que 2018 sera une saison réussie pour Honda et Toro Rosso."
source: Nextgen-Auto.com

Brown assure que Renault n'est pas une solution à court terme
Il aura donc fallu une troisième campagne désastreuse entre McLaren et Honda pour que la séparation ait finalement lieu entre les deux constructeurs. Neuvième du championnat, l'équipe McLaren a fini par craquer mais son directeur reconnaît que les doutes datent d'il y a bien plus longtemps.

En réalité, ils sont apparus dès que la MCL32 a été posée sur la piste en février et l'idée de changer de motoriste a très vite fait surface. Le changement opéré est donc une idée réfléchie qui n'est pas, selon Brown, une solution à court terme.

"Je ne crois pas qu'il y ait eu un déclencheur précis, mais nous savions que nous étions en grande difficulté dès les essais de pré-saison" explique Zak Brown. "Nous devions améliorer nos résultats de 2016, nous avons donc su que la situation était difficile. Nous avons passé du temps pour que Honda devienne compétitif avec nous sans y parvenir, mais je suis heureux qu'ils restent en F1."

"Il est difficile de voir ce que seront les règles après 2020 mais nous avons un accord à long terme et Renault a une grande histoire en F1, ils ont remporté beaucoup de championnats récemment avec Red Bull et gagné des titres sous leur propre nom. Nous sommes heureux de nous associer à eux et je suis sûr que nous serons heureux ensemble."

Zak Brown tient à remercier toutes les personnes qui ont pu rendre ce changement possible, même s'il n'oublie pas Honda dont il tient à marquer la dévotion, à défaut d'en souligner les compétences.

"Je dois remercier beaucoup de monde car cela a été un processus plutôt public qui a impliqué beaucoup de monde et nécessité une grande coopération pour une issue que je considère comme la meilleure pour notre sport. Je commence par les fans de McLaren qui nous ont incroyablement soutenu durant ces trois difficiles années, j'ai hâte de passer à l'année prochaine et nous sommes heureux de faire équipe avec Renault."

"Il a fallu la collaboration de Cyril Abiteboul et son équipe mais aussi celle de Christian Horner, Toro Rosso et Red Bull. Enfin, je remercie Honda qui a été un grand partenaire. Nous n'avons pas eu les résultats que nous voulions en piste mais ils nous ont donné tout ce qu'ils avaient à donner. Nous avons senti qu'il était temps de passer à autre chose. Et enfin je remercie la FIA, Ross Brawn et Chase Carey, il a fallu beaucoup de monde pour que cela fonctionne."

Désormais, la page suivante prend la forme d'un losange et pour McLaren, l'important sera désormais de s'assurer les services de Fernando Alonso dont la décision dépendait en partie du changement de motoriste. Mais le pilote a dit qu'il pèserait plusieurs facteurs.

"Nous allons tourner notre attention vers Fernando maintenant. Nous avons beaucoup discuté et il attend de voir les solutions techniques que nous allons amener. Il a gagné deux championnats avec Renault et il est heureux d'être avec nous tout autant que nous sommes ravis de l'avoir à bord. Nous devrions pouvoir parvenir à un accord bientôt, ce sera la dernière pièce du puzzle. Il nous faudra ensuite trouver un sponsor afin d'être prêts pour 2018."

Un sponsor que Brown est confiant de pouvoir trouver maintenant que le principal problème de performance de McLaren est en grande partie résolu: "Nous sommes chanceux d'avoir des actionnaires très impliqués. Ils veulent que nous gagnions, que nous prenions les bonnes décisions et selon eux, le succès commercial suivra. Il sera plus facile de trouver des sponsors en étant à l'avant du peloton."

"Nous avons déjà beaucoup investi dans l'équipe commerciale, c'est une grande partie de mon expérience et je ne suis certainement pas responsable de la vitesse de la voiture. Je pense qu'il faudra un peu de temps mais nos actionnaires sont totalement dévoués et nous n'aurions pas pris cette décision si nous n'étions pas préparés à travailler avec la perte financière de l'absence de Honda."

Et d'assurer qu'il ne craint pas de voir Red Bull, qui pourrait devenir un partenaire privilégié de Honda en 2019, obtenir des succès avec le motoriste japonais: "Une association entre Red Bull et Honda est loin d'être notre plus gros souci, nous avons des soucis de budgets à gérer en priorité."

"La raison pour laquelle on voit des écarts dans le peloton actuellement est l'écart entre les budgets des grosses équipes et du reste du peloton. Un écart qui semble ne faire qu'augmenter et qui doit être réduit afin qu'il y ait plus de candidats à la victoire en 2021."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber est clairement en retard sur la concurrence
Malgré quelques nouveautés aérodynamiques aperçues ce vendredi, les Sauber sont toujours loin du compte à Singapour. Une seconde environ les sépare du reste de la concurrence, et c'est sans doute une élimination en Q1 qui se profile à la régulière pour les monoplaces suisses.

Marcus Ericsson s'est concentré sur des "tests mécaniques" selon Sauber. Il n'a au moins rencontré aucune alerte au niveau de la fiabilité.

"C'était une journée sans problème pour nous. Nous avons pu compléter le programme prévu et parcourir une bonne quantité de tours. Cependant, il y a un écart clair par rapport à nos rivaux directs, et nous devons continuer à faire de notre mieux pour maximiser la performance de la voiture."

Pascal Wehrlein a conduit de son côté des tests aérodynamiques tout en chaussent les trois gommes Pirelli.

"Le week-end se déroule assez bien pour nous. La voiture s'est mieux comportée en EL2 qu'en EL1. Nous avons pu aussi compléter le programme prévu rapidement, ce qui est positif. J'ai testé tous les composés de pneu, ce qui a permis d'établir une bonne comparaison. Les données collectées nous aideront à nous préparer pour les qualifications de demain et la course de dimanche."
source: Nextgen-Auto.com

Hamlton et Bottas ont encore de la marge
Les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont été devancées par les Red Bull aujourd'hui à Singapour. L'objectif est bien sûr d'inverser les positions dès demain en qualification et dimanche en course.

"Ce fut une bonne journée, nous avons bouclé les deux séances sans rencontrer le moindre problème", déclare Lewis Hamilton.

"Il a fait très chaud aujourd'hui, c'était assez dur. Mais l'adhérence en piste est très bonne. Nous étions assez proches des meilleurs aujourd'hui, mais nous avons encore des progrès à faire sur la voiture. Les Red Bull semblent très compétitives ici, mais les Ferrari aussi, j'en suis certain. Il nous reste donc du travail, mais rien n'est hors de notre portée."

"Nous avons sensiblement modifier les réglages entre la première et la deuxième séance, mais je n'ai pas encore trouvé la configuration idéale", explique Valtteri Bottas.

"Il nous reste encore beaucoup à faire après ce que nous avons appris aujourd'hui, car je manque d'adhérence et la voiture n'est pas bien équilibrée. La voiture est très nerveuse et il n'était donc pas facile de la pousser en toute confiance. C'est là-dessus que nous devons travailler afin que je puisse être en confiance."
source: Nextgen-Auto.com

Bon début de week-end pour Force India
Les Force India de Sergio Pérez et d'Esteban Ocon se sont classées dans le Top 10 aujourd'hui à Singapour et on est donc plutôt satisfait du côté des pilotes.

"Je suis très content de ma journée", se félicite Sergio Pérez qui a signé le huitième temps cet après-midi.

"Nous avons quelques nouveautés sur la voiture et tout semble très bien fonctionner. Ce fut probablement notre meilleur vendredi de l'année au niveau de ce que nous avons appris et des améliorations sur la voiture. Les qualifications sont très importantes ici et il ne faudra donc pas se louper. Nous pouvons encore améliorer certaines choses et je pense que nous allons être compétitifs en qualification."

Esteban Ocon a signé le dixième chrono cet après-midi et il n'a pas l'air mécontent de lui.

"Ma journée a été très chargée, car j'avais un tas de choses à tester. La première séance n'a pas été facile, mais nous avons trouvé la bonne voie pour cet après-midi et j'étais satisfait. La voiture a beaucoup progressé tout au long de la journée. Nous avons beaucoup aussi beaucoup préparé la journée de demain."
source: Nextgen-Auto.com

L'insatisfaction domine chez Haas après un vendredi alarmant
Ce n'est pas dans le décor nocturne de Singapour que Haas devrait briller ce week-end. Les monoplaces américaines végètent au fond du plateau, souffrent d'un manque d'équilibre général et ne devancent que les Sauber à la régulière.

Romain Grosjean ne cache pas l'ampleur des progrès que Haas devra réaliser d'ici demain. A la radio, le Français a paru agacé à de multiples reprises ce vendredi.

"C'était une journée difficile. Singapour est un défi en lui-même, pour les mécaniciens, les pilotes et les voitures, avec la chaleur et l'humidité. Nous avons souffert toute la journée pour tirer le meilleur de la voiture. Je pense que nous avons fait quelques progrès pour ce qui concerne le comportement de l'arrière de la voiture, mais nous devons toujours faire fonctionner l'avant. Sur les circuits urbains comme Monaco, nous sommes en difficulté avec l'avant de la voiture, mais nous avions alors trouvé une solution en qualifications. Je n'ai pas beaucoup de ressenti avec l'avant."

Kevin Magnussen n'a roulé qu'en soirée à Singapour. Le Danois a laissé son baquet à Antonio Giovinazzi, comme prévu. Et ce n'est pas en une heure et demie de roulage qu'il a pu trouver une solution miracle...

"Bien sûr, le rythme n'était pas formidable. Nous deveons y travailler pour voir si nous pouvons trouver plus de rythme. Autrement, ce sera difficile pour nous ce week-end. Je pense que nous avons des choses à travailler, il faut simplement savoir si ce sera suffisant. C'était amusant de conduire ici, mais notre première priorité, c'est d'être compétitifs."

En EL1, Antonio Giovinazzi s'est fait une belle frayeur en manquant de perdre l'équilibre de l'arrière de la voiture, mais il a autrement tenu son rang pour finir à seulement 3 dixièmes de Romain Grosjean.

"Tout d'abord, merci à Haas et à Ferrari pour cette opportunité. C'était une session importante pour moi. La dernière fois que j'avais conduit la voiture, c'était en août, donc remonter dans la voiture, sur un circuit difficile comme Singapour... c'était une expérience difficile, mais j'ai vraiment pris du plaisir sur cette piste. C'était impressionnant, je suis vraiment heureux. J'ai fait le meilleur travail possible pour l'équipe. Nous avons fait tous les tours que nous pouvions faire, donc je suis vraiment heureux de cette session. Bien sûr, rater Monza était décevant, puisque c'était une course devant mes fans, mais au final, je suis vraiment heureux d'avoir échangé Monza avec cette piste, parce que je vais apprendre un nouveau circuit et connaître une nouvelle expérience."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est proche du but
Max Verstappen se félicite de la compétitivité de sa Red Bull à Singapour, mais il aimerait encore peaufiner quelques détails afin de faire mieux demain, notamment mieux que son équipier Daniel Ricciardo qui a signé le meilleur temps aujourd'hui... devant lui!

"Nous savons qu'il (Ricciardo) est très fort ici et quant à moi, je n'ai jamais réussi à faire un tour parfait. J'ai donc encore de la marge", affirme Max Verstappen.

"Nous avons bien débuté ce week-end. Nous sommes compétitifs ici et je suis content de ça. Cette journée n'a donc pas été trop négative, même si au niveau de l'équilibre de la voiture, nous pouvons faire mieux et je suis persuadé que nous y arriverons."

"Il est certain que les Mercedes et les Ferrari seront plus proches de nous demain. Il faudra donc continuer à améliorer notre voiture avant la qualification. Daniel est très rapide ici, nous le savons tous."

"En plus de ça, j'ai dû avorter mon meilleur tour, car Grosjean est parti en tête-à-queue. A cause du drapeau rouge, je n'ai pas pu utiliser mon DRS. Il faudra aussi optimiser le fonctionnement de notre moteur, car nous sommes trop lents en vitesse de pointe par rapport à la concurrence", ajoute le jeune pilote néerlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - Ca ira mieux demain
En signant le neuvième temps cet après-midi à Singapour, Kimi Räikkönen a fait mieux que son chef de file Sebastian Vettel, mais bien sûr, le Finlandais espérait faire beaucoup mieux.

"J'ai eu des problèmes pour faire monter mes pneus en température et cela n'a donc pas été la journée idéale", raconte Kimi Räikkönen.

"De nombreuses choses n'ont pas fonctionné, il nous reste donc beaucoup à faire. Nous devons trouver les bons réglages, c'est une priorité, et ensuite nous devrons faire fonctionner au mieux les pneumatiques. Finalement, ce n'est pas différent ici par rapport à d'autres circuits."

"J'espérais bien sûr un début de week-end plus simple, mais cela ne s'est pas passé comme ça. Demain sera un autre jour", ajoute le champion finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est encore dans le flou
Sebastian Vettel a signé le 11ème temps cet après-midi à Singapour et bien sûr, le champion allemand n'avait pas sa tête des bons jours.

"Nous n'avons pas encore trouvé les bons réglages", déclare Sebastian Vettel.

"Cela n'a pas été une journée idéale. J'ai perdu l'arrière de la voiture dans le deuxième secteur, mais dans l'ensemble, je ne peux pas être satisfait, car il nous manque quelque chose au niveau de l'équilibre de la voiture. Et de ce fait, je ne suis pas en confiance."

"Nous avons trouvé quelques pistes pour les réglages, mais je ne suis pas encore persuadé que ce soit la voie à suivre. Nous verrons bien ce que nous pourrons faire demain."

"Nous avons besoin d'un peu de temps pour tout analyser, mais il est clair que nous ne sommes pas particulièrement satisfaits pour le moment. Nous devons faire mieux, mais nous avons assez de temps pour analyser les données et ensuite pour trouver une solution", ajoute le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo persuadé de pouvoir rester devant tout le week-end
Daniel Ricciardo a dominé la première journée d'essais libres à Singapour avec sa Red Bull RB13.

Si cela peut constituer une surprise pour beaucoup, ça ne l'était pas pour lui.

"Je savais que nous venions ici avec une bonne voiture et j'avais indiqué mes ambitions dès hier: gagner ce week-end", commente-t-il en sortant de sa monoplace.

"Je me suis bien préparé lors de ces deux séances donc je ne suis pas surpris de notre performance finale aujourd'hui."

"Bien entendu, il est important maintenant de conserver ce rythme demain mais je crois vraiment que nous pouvons rester devant tout le week-end."

Ferrari ne semble pourtant pas avoir montré son vrai rythme, loin de là.

"Seb était plus rapide lors des Libres 1, donc je pense qu'ils vont remonter. Ils avaient certainement un autre programme lors des Libres 2. Je suis certain que la hiérarchie sera plus serrée demain mais je m'attends quand même à ce que nous restions devant."

Sur un autre sujet, Ricciardo a été prié de commenter les spéculations selon lesquelles Renault F1 souhaitait d'abord avoir ses services plutôt que ceux de Carlos Sainz.

"Je ne suis pas surpris, je suis beau et rapide!" conclut-il en riant.
source: Nextgen-Auto.com

Chase Carey se félicite des accords annoncés aujourd'hui
La journée a été marquée dans le paddock de Singapour par la multitude d'annonces au sujet des motoristes et de leurs clients pour 2018. McLaren et Toro Rosso ont échangé leurs deux motoristes. Les efforts faits par chacun permettent à McLaren de rompre son contrat avec Honda sans que le motoriste japonais ne se retrouve à la porte.

"Nous sommes heureux que les équipes et les constructeurs impliqués dans ces discussions complexes et intenses aient réussi à atteindre un accord satisfaisant pour toutes les parties", a déclaré Chase Carey, le patron de la F1. "Nous nous sommes mis à leur disposition pour aider à atteindre la meilleure issue possible pour tout le monde."

"C'est particulièrement important pour Honda, l'un des principaux constructeurs dans l'industrie automobile, et une entreprise qui a joué un rôle important dans l'histoire des sports mécaniques, et qui sera encore en Formule 1 dans les prochaines années. Nous avons hâte de travailler avec les équipes et les constructeurs pour rendre notre sport encore plus intéressant et spectaculaire pour tous nos fans."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Singapour - Essais libres 2
Daniel Ricciardo a amélioré de plus d'une seconde sa référence de la matinée aux essais du GP de Singapour en signant un chrono de 1'40"852 dans la deuxième séance. Les Red Bull sont aux avant-postes puisque son coéquipier Max Verstappen est le plus proche avec une demi-seconde de retard.

Les RB13 ont devancé les Mercedes F1 W08. Lewis Hamilton s'est classé à un dixième de la seconde Red Bull, tandis que Valtteri Bottas a fini la séance à plus d'une seconde de la référence. Les Flèches d'Argent ont néanmoins semblé souffrir d'une forte dégradation des pneus sur les longs relais. Nico Hülkenberg complète le top cinq sur sa Renault R.S.17 qui a devancé les McLaren de Stoffel Vandoorne et Fernando Alonso.

Sergio Pérez finit encore premier pilote Force India avec la huitième place en deux dixièmes d'avance sur son coéquipier Esteban Ocon. Les VJM10 entourent la Ferrari de Kimi Räikkönen. Les monoplaces de la Scuderia ont été discrètes puisque Sebastian Vettel ne s'est classé que 11ème après n'avoir pas réussi à boucler un tour chrono en gommes ultra tendres. Le prétendant au titre a perdu du temps en endommageant sa SF70H suite à un contact avec le mur qui a provoqué la mise en place de "virtual safety car", un panneau publicitaire étant tombé sur la piste.

Sebastian Vettel devance les Toro Rosso de Carlos Sainz et Daniil Kvyat, tandis que Jolyon Palmer (Renault) suit au 14ème rang devant les Williams de Felipe Massa et Lance Stroll. Les Haas de Kevin Magnussen et Romain Grosjean ne devancent que les Sauber de Pascal Wehrlein et Marcus Ericsson. Le Français s'est fait une frayeur en partant en tête-à-queue et en évitant de justesse un choc contre le mur. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Prost - C'est bien McLaren qui est venue vers nous
Alain Prost, le consultant de Renault F1, a confirmé au micro de 'Canal+' que ce n'est pas Renault qui a poussé pour entamer une collaboration avec McLaren, mais bien l'équipe de Woking qui se cherchait un nouveau motoriste pour remplacer Honda.

Renault, sans le vouloir, collabore donc avec une nouvelle équipe prestigieuse de la Formule 1, un bon point de référence comme l'évoquait plus tôt Cyril Abiteboul.

"A la base, ce n'était pas notre décision, c'est d'abord McLaren qui est venu vers nous. Dans la stratégie que nous avons pour les années qui viennent, il y a eu beaucoup de négociations. Je suis très heureux que Renault ait fait ce choix", se félicite finalement Prost.

Le quadruple Champion du monde a piloté et remporté trois titres avec McLaren.

"Cette équipe représente ce qu'il y a de plus beau dans la Formule 1. Ils ont eu des très grands pilotes, pas toujours par la taille", ajoute-t-il, en plaisantant.

"En dehors de Ferrari, c'est vrai que c'est une marque incroyable, et c'est important pour Renault de s'associer avec une marque prestigieuse. C'est vrai que mon histoire avec McLaren peut aider en termes de relations, mais c'est la technique qui compte. On voudra éviter tout ce qu'on a vécu par le passé avec des critiques difficiles à accepter pour un constructeur. On espère des relations apaisées et constructives avec McLaren, aussi bien sur le plan technique que sur le plan marketing."

Evidemment le travail pour 2018 ne doit pas tarder. Il a même déjà commencé.

"Il y a déjà eu des échanges d'informations, notamment pour la conception de la voiture pour 2018, qui a déjà commencé."

Cyril Abiteboul a confirmé lui que McLaren disposerait du même moteur que Renault F1 et Red Bull.

"Nous n'avons pas la même politique que Mercedes. Tout le monde a le même moteur chez nous. Les équipes doivent juste s'adapter à l'intégration que nous avons choisi pour notre voiture."

"Equiper McLaren, c'est une grosse décision, une vraie décision stratégique, pas juste un mouvement tactique pour essayer de gagner de l'argent ou d'avoir accès à un pilote. C'est aussi un choix marketing, McLaren est une marque prestigieuse et c'est une association qui n'avait jamais existé. Pourquoi pas le début d'une longue histoire. Le travail est en cours à Viry, nous sommes même en avance par rapport à l'an dernier. On sait que le moteur sera au niveau des attentes. La performance est là, la fiabilité devrait être là. On a des raisons de penser que ce devrait être une association qui va bien fonctionner."

Abiteboul fait évidemment référence à Alonso. Il espère évidemment que l'Espagnol sera de la partie en 2018, ce qui est certain à 99,9% selon les dernières informations du paddock.
source: Nextgen-Auto.com

Horner suggère un moteur Aston Martin pour Red Bull Racing
Christian Horner l'a affirmé à Singapour: il n'y aura pas d'annonce concernant Red Bull Racing et son moteur pour les saisons 2019 et les suivantes.

Renault n'a pas (encore?) confirmé qu'elle ne souhaitait plus motoriste l'équipe autrichienne après la fin de la saison 2018.

"2019 est encore loin. Mais nous avons plusieurs options", affirme le directeur de l'écurie.

"Nous ferons une annonce bientôt et ça ne sera ni Porsche, ni Honda. Nous avons déjà une relation avec un constructeur."

Tous les yeux se tournent évidemment vers Aston Martin, qui a un partenariat commercial et technique avec Red Bull Racing et Red Bull Technology, dont la conception d'une hypercar, la Valkyrie.

Mais Aston Martin, qui s'est intéressé aux règles moteur pour 2021, ne va pas concevoir un moteur pour 2019 qui durera deux saisons seulement. Alors que va bien pouvoir annoncer Red Bull?
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso, consciente des défis à venir, a confiance en Honda
Renault, désormais associé à McLaren, ne pouvait fournir des moteurs à plus de trois écuries. Par conséquent, Toro Rosso, poussé par Red Bull, a dû se séparer de Renault pour se replier vers Honda.

A noter que l'accord entre Toro Rosso et Honda est conclu pour "plusieurs saisons", sans mention du nombre d'années.

Dans le communiqué officiel, Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, préfère parler de l'héritage historique de Honda plutôt que du passé immédiat du constructeur japonais en F1.

"Tout le monde dans notre équipe a vraiment très hâte de travailler avec Honda. Le sport automobile a toujours été au cœur de l'identité de l'entreprise dès sa fondation par Soichiro Honda et sa participation à des courses moto. C'est un défi très excitant et j'espère que les deux parties profiteront beaucoup de cet accord que nous développerons ensemble. Honda a une longue histoire en F1, qui remonte à 1964, première année de participation de Honda avec sa propre équipe en F1. Comme motoriste, Honda a remporté cinq titres de Champion du monde des Pilotes et six titres de Champion du monde des Constructeurs. Cet héritage, et la pleine confiance que nous avons dans les capacités de Honda à réussir, me font fermement penser que notre partenariat sera fructueux."

James Key, le directeur technique, devra maintenant intégrer au mieux, et en un temps limité, le moteur Honda dans le châssis 2018 de Toro Rosso. Le défi n'est pas mince et l'hiver sera assurément mouvementé.

"Nous sommes très heureux de notre nouveau partenariat avec Honda, et des opportunités que cela représente. Nous allons commencer à travailler immédiatement. Nous allons davantage adapter nos plans plutôt que tout changer à grande échelle. Nous sommes en train de replanifier nos activités de design et de production en concertation avec Honda pour nous assurer que nous tiendrons les délais impartis. Il y a quelques défis à relever, puisque nous sommes en septembre, mais Toro Rosso a toujours fait face à de nombreuses tâches difficiles relatives au timing par le passé, et a toute la flexibilité pour traiter ces problèmes."

"Nous travaillerons dur non seulement pour reconcevoir l'intégration du Power Unit (PU) mais aussi pour nous assurer que cette intégration aura des effets très réduits - ou aucun effet - sur le développement en cours pour 2018. C'est notre objectif actuel. L'architecture de la voiture changera en ligne avec les exigences du PU et les designs de notre châssis et de notre boîte de vitesses sont actuellement en train d'être étudiés pour être adaptés correctement. De la même façon, nous travaillons étroitement avec Honda pour s'assurer de maximiser le potentiel du package via l'intégration du PU dans le châssis. Nous avons hâte d'établir un partenariat solide, stable et proactif avec nos collègues de Honda."

Takahiro Hachigo, Président et Directeur Délégué de Honda Motor, a personnellement pris la parole pour saluer la mise en place de ce nouveau partenariat.

"Toro Rosso est une équipe expérimentée. Elle peut compter sur son énergie juvénile et historiquement, elle a fait grandir les stars du futur. Tout le monde chez Honda a hâte de travailler avec Toro Rosso, et nous sommes excités de commencer ce nouveau chapitre dans notre histoire en F1 avec eux. Je voudrais faire part de ma reconnaissance envers Liberty Media et la FIA pour leur coopération dans l'aboutissement de ce partenariat. Honda et Toro Rosso travailleront comme une seule équipe pour s'efforcer de progresser et pour connaître un futur plein de succès ensemble. Nous apprécions le soutien de nos fans alors que ce nouveau défi commence."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Sainz, prêté par Red Bull, roulera chez Renault F1 en 2018
Renault a confirmé également que Carlos Sainz rejoindra l'équipe en tant que pilote titulaire pour la saison 2018.

A 23 ans, Carlos a disputé 53 courses de Formule 1 depuis ses débuts au Grand Prix d'Australie 2015. Il a à ce jour marqué 100 points, avec quatre sixièmes places pour meilleurs résultats. Avant la Formule 1, Carlos a remporté la Formula Renault 3.5 Series en 2014, ainsi que la Formula Renault 2.0 NEC en 2011.

"Je suis très heureux de rejoindre Renault Sport Formula One Team. Etre pilote de Formule 1 pour l'équipe officielle d'un constructeur est un honneur et j'espère répondre à la confiance de Renault avec de très bonnes performances sur la piste", confirme Sainz.

"La progression de Renault Sport Formula One Team est prometteuse et je suis fier de les rejoindre à un moment aussi important de leur histoire. Je suis impatient de travailler avec tout le monde à Enstone et à Viry, et de piloter aux côtés de Nico Hülkenberg. J'ai toujours été proche de Renault - aussi bien au début de ma carrière qu'en Formule 1 - et je connais leur motivation et leurs capacités. C'est le début d'un nouveau chapitre très excitant de ma carrière. Je voudrais remercier Red Bull pour leur confiance et leur support, et également pour me laisser saisir cette opportunité. Enfin, je veux vraiment remercier tous les gens qui travaillent chez Toro Rosso. C'est une fantastique équipe de professionnels et je leur souhaite le meilleur pour l'avenir."

Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing, confirme lui qu'il s'agit bien d'un prêt de la part de Red Bull.

"Carlos Sainz est un pilote très prometteur. Il est dans notre radar depuis un certain temps, plus particulièrement depuis ses succès dans les formules de promotion Renault. C'est très positif pour nous d'être en mesure de confirmer Carlos pour 2018. C'est un choix en phase avec notre plan stratégique à moyen-terme. Nous avons le sentiment que Nico et Carlos seront complémentaires, sur la piste comme en dehors. Cette association devrait nous aider à progresser dans la hiérarchie. Je voudrais remercier Helmut Marko pour le prêt de Carlos pendant cette période. Nous devons aussi remercier Jolyon Palmer pour son travail continu avec l'équipe et ses efforts ces deux dernières saisons. C'est un pilote dévoué et nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de sa carrière."

Le Dr Helmut Marko, Consultant Red Bull Racing Motorsport, se dit "heureux d'avoir trouvé un accord permettant à Carlos de piloter pour Renault Sport Formula One Team en 2018. Il a un énorme talent et ce sera bénéfique pour lui de travailler avec une équipe constructeur, aux côtés d'un pilote très expérimenté. Ce sera un challenge différent pour Carlos et nous surveillerons attentivement sa progression, puisqu'il reste membre de la famille Red Bull. C'est une très bonne nouvelle, à la fois pour Carlos et pour Renault Sport Formula One Team, qui nous permettra en outre d'amener un nouveau talent en Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren et Renault, 'un partenariat stratégique qui vise la victoire'
Renault Sport Racing et McLaren Racing ont enfin annoncé leur accord de partenariat pour la fourniture moteurs pour les saisons 2018, 2019 et 2020. Renault Sport Racing fournira ses moteurs de Formule 1 à McLaren, tout en établissant une étroite collaboration avec les ingénieurs et techniciens de cette équipe.

Malgré une présence commune en Formule 1 depuis 1977 (814 grands prix pour McLaren Racing et 591 pour Renault en tant que motoriste), les deux entités n'avaient jamais eu l'occasion de collaborer.

Pour McLaren Racing, la raison de ce partenariat est évidente: Renault a démontré sa capacité à construire des moteurs capables de remporter des titres mondiaux, aussi bien pour son écurie usine que pour des équipes clientes.

Pour Renault Sport Racing, cet accord permet de travailler avec une seconde écurie de premier plan et capable de produire un retour au meilleur niveau dans le cadre du développement de son moteur

McLaren Renault est un partenariat qui vise la victoire.

"Il s'agit d'une décision stratégique pour Renault Sport Racing. C'est la première fois que nous allons travailler avec McLaren et nous sommes fiers d'être parvenus à un accord avec une structure possédant un tel historique en Formule 1. L'alliance ne sera pas seulement technique et sportive: elle s'accompagnera également de bénéfices sur le plan du marketing et de la communication. Nous savons que McLaren nous poussera dans nos derniers retranchements sur la piste et cette compétition sera bénéfique pour tous", commence Jérôme Stoll, Président de Renault Sport Racing.

Cyril Abiteboul, Directeur général de Renault Sport Racing poursuit:

"Nous sommes heureux de confirmer un nouveau partenariat pour Renault Sport Racing et McLaren Racing. C'est très excitant de se lancer dans cette nouvelle relation entre deux marques historiques de la Formule 1 qui coopéreront pour la première fois. Cet accord est parfaitement en phase avec notre stratégie à moyen-terme et notre ambition de devenir une équipe candidate à la victoire en 2020. Nous sommes impatients de voir la marque Renault s'afficher sur la McLaren de la saison prochaine et d'affronter nos nouveaux partenaires sur la piste! McLaren est une équipe inspirante, avec des pilotes talentueux qui devrait non seulement épauler nos efforts sur le développement moteur mais également nous servir de référence et d'exemple pour la construction toujours en cours de notre activité châssis. C'est un nouveau départ pour une équipe multiple championne du Monde, impatiente de retrouver la gloire."

Le Sheikh Mohammed bin Essa Al Khalifa, Président exécutif et Directeur du comité exécutif, McLaren Group, ajoute:

"Renault est un constructeur qui, comme McLaren, a la Formule 1 profondément ancrée dans son ADN. Renault a introduit le concept de la suralimentation dans la Formule 1 moderne en 1977, a remporté des Grands Prix avec et sans turbo, et a toujours été un pionnier dans le développement de nouvelles technologies pour la Formule 1."

"Une McLaren propulsée par Renault Sport Racing est un concept nouveau et excitant pour la Formule 1. Mais le plus important dans ce partenariat est que nous aurons la possibilité de rivaliser à armes égales avec les autres équipes motorisées par Renault."

"Chez McLaren, nous avons la motivation, le désir et les ressources pour être compétitifs en 2018. Maintenant, la force de Renault nous donnera la possibilité de faire un bond significatif vers le haut de la grille. L'annonce du jour marque le début d'un nouveau chapitre dans l'histoire de McLaren. Nous sommes impatients que cela commence."

"Cette annonce nous donne la stabilité nécessaire pour avancer sur notre châssis et notre programme technique pour la saison 2018, sans plus d'hésitation", conclut Zak Brown, Directeur exécutif de McLaren Technology Group.

"En tant qu'organisation, McLaren a toujours travaillé extrêmement dur pour former des partenariats durables avec ses fournisseurs techniques. Nous sommes convaincus que nous pouvons apporter une réelle valeur ajoutée, en travaillant aux côtés de Renault Sport Racing pour développer l'actuelle unité de puissance et en faire une mécanique régulièrement victorieuse."

Pas un mot pour l'instant, mais c'était prévu, de la prolongation de contrat éventuelle de Fernando Alonso.
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Honda reste en Formule 1 avec Toro Rosso!
L'association entre McLaren et Renault, discutée depuis peu mais finalement réalisée, présentait deux problèmes: l'incapacité de Renault à fournir trois équipes (en plus de la sienne) et les difficultés de Honda à trouver un autre client. Deux problèmes qui ont été résolus avec une seule solution qui est l'association entre Toro Rosso et Honda.

Le départ du giron Renault pour Toro Rosso signifie qu'une place y est disponible pour McLaren tandis que Honda évite de repartir par la petite porte en trouvant refuge avec l'écurie italienne qui avait pourtant refusé de travailler avec le motoriste japonais.

Il s'avère que Franz Tost et ses troupes n'ont pas franchement eu le choix puisque Red Bull a un plan avec Honda et celui-ci passe par le développement d'un moteur qui est pour le moment très insuffisant en termes de performance et de fiabilité auprès de Toro Rosso. L'idée est d'avancer conjointement avec Honda et Ilmor, qui est désormais impliqué dans le projet du motoriste, et de développer le moteur de manière à ce qu'il soit au niveau de la concurrence en 2019 pour équiper Red Bull qui récupérerait alors le statut d'équipe privilégiée qu'elle aura du mal à trouver avec Renault.

En attendant, c'est Toro Rosso qui essuie les plâtres et évite à Red Bull de subir ce que vient de vivre McLaren pendant trois ans. Si toutefois ces trois dernières années commencent à payer, Toro Rosso pourrait limiter la casse et McLaren se mordre les doigts d'avoir quitté Honda une année trop tôt.

Si toutefois les difficultés se poursuivent, Toro Rosso aura été la grande perdante de ce jeu de chaises musicales en récupérant le moins bon moteur du plateau et en perdant en même temps son meilleur pilote, Carlos Sainz, qui va s'engager avec Renault. Il faut donc espérer pour la petite Scuderia que Honda fera des progrès notables d'ici à 2018, quitte à frustrer McLaren de s'être précipitée dans les bras de Renault.
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - McLaren et Renault s'associent pour trois ans!
Après une association avec Honda qui n'aura été que l'ombre de la réussite historique des années 80, McLaren a donc décidé d'écrire une nouvelle page bien plus tôt que prévu lorsque le contrat avec Honda avait été signé en 2013. Et comme attendu, cette nouvelle page va s'écrire avec Renault, au moins jusqu'en 2020!

Le motoriste au losange et l'équipe de Woking n'ont jamais collaboré mais cette dernière retrouve un moteur français, 22 ans après avoir collaboré avec Peugeot. Une association qui avait été infructueuse à cause d'un moteur encore peu développé et surtout d'un châssis catastrophique de la part de McLaren.

Avec cette nouvelle association, McLaren arrête les frais après trois saisons catastrophiques durant lesquelles son meilleur résultat, sauf miracle d'ici à Abu Dhabi, aura été une cinquième place. Un bilan largement insuffisant et imputable en majorité à Honda qui n'a pas su produire un moteur performant et fiable en trois ans. Et surtout, un bilan qui a poussé Fernando Alonso à poser un ultimatum à son équipe: il ne resterait pas si la collaboration avec Honda continuait.

Ceci dit, les dernières déclarations de l'Espagnol laissent penser qu'il n'est pas encore certain de continuer avec McLaren mais l'équipe marque un point en lui proposant, en plus d'un châssis qui semble très bon, un moteur qui représente un pas en avant, d'autant que McLaren a signé un contrat qui lui promet une version identique du bloc propulseur à celle qu'utiliseront l'équipe officielle Renault ainsi que Red Bull.

Bien que le moteur français ne soit pas le meilleur actuellement, en dessous des Mercedes et Ferrari, il offre toutefois un niveau de performance largement meilleur si le châssis suit, comme le montrent les résultats de Red Bull. En revanche, avec un meilleur moteur et deux équipes en comparaison directe, McLaren n'aura aucune excuse derrière laquelle se cacher si les résultats ne sont pas ceux attendus!
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - McLaren et Honda vont se séparer fin 2017
Comme prévu, l'annonce a été faite de l'arrêt de la collaboration entre McLaren et Honda à la fin de la saison 2017. Il reste donc sept courses au duo pour faire mieux que la cinquième place qui reste, aujourd'hui, son meilleur résultat en deux saisons et demie.

Trois années qui auront été vécues sous le signe du tumulte et de l'échec, alors que Honda était arrivé comme motoriste exclusif de McLaren en 2015, un an après la nouvelle réglementation moteur. Néanmoins, le retard accumulé n'a jamais pu être comblé et ce n'est pas le nouveau moteur introduit cette année qui a changé la donne.

C'est le président du McLaren Group, Mohammed bin Essa Al Khalifa, qui se désole le premier de cet échec: "Honda est une bonne entreprise qui est, comme McLaren, en Formule 1 pour gagner. Bien que notre partenariat n'ait pas amené le succès désiré, cela ne fait pas oublier la grande histoire que nous avons partagée ensemble, ni les efforts continus pour réussir ensemble. Actuellement, il est de l'intérêt de tous de poursuivre ces ambitions séparément."

C'est également le grand patron de chez Honda qui s'est exprimé, Takahiro Hachigo, et non Hasegawa qui est pourtant le directeur du programme F1 de Honda: "Il est malheureux que nous nous séparions avec McLaren avant d'avoir rempli nos ambitions mais nous avons pris cette décision en étant convaincus que c'est la meilleure décision pour nos futurs respectifs."

"De la part de Honda, je veux exprimé ma gratitude aux fans qui nous ont soutenu et ont soutenu l'équipe et ses pilotes, ainsi que les membres de l'équipe et tous ceux qui ont été impliqués et ont partagé nos joies et déceptions depuis le début de la préparation du retour effectué en 2015. Honda continuera à se battre aux côtés de McLaren en 2017 et continuera en Formule 1 en 2018 et après."

Zak Brown, qui est plus souvent en première ligne, a également tenu à commenter la conclusion de cette histoire: "Il n'y a jamais eu de doute quant à l'engagement de Honda et à l'énergie dépensée pour atteindre le succès en Formule 1. Pour un ensemble de raisons, notre partenariat n'a pas accouché des résultats que chacun souhaitait. Ce n'est pas à cause d'un manque d'efforts de la part de Honda ou McLaren, mais il est temps de choisir différentes directions. Nous espérons voir le grand nom de Honda au sommet de notre sport et je sais que tout le monde le souhaite."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Renault met fin à son partenariat avec Toro Rosso
Voila le bal des annonces est parti avec un premier court communiqué de la part de Renault:

"Renault Sport Racing confirme qu'un accord mutuel mettra fin à son partenariat avec la Scuderia Toro Rosso à la fin de la saison 2017", dit ce communiqué.

"Renault Sport Racing a été associé à la Scuderia Toro Rosso lors des saisons 2014, 2015 et 2017. Au cours de cette période, 137 points ont été marqués. Les deux quatrièmes places obtenues par Max Verstappen en 2015 sont les meilleurs résultats."

On attend maintenant la suite des annonces de la part de McLaren et Toro Rosso.
source: Nextgen-Auto.com

Pas de changement pour les pénalités sur la grille à court terme
Il n'y a pas eu de solution trouvée à court terme pour éviter les pénalités stupides sur les grilles de départ des Formule 1.

Plus la saison avance et plus les pilotes approchent (ou dépassent largement déjà) le quota d'éléments moteur disponible pour les 20 courses.

Les pénalités se multiplient donc et, à Monza, près de la moitié des pilotes ont été pénalisés. Une situation inacceptable.

Des discussions ont eu lieu, en coulisses, pour tenter de trouver une réforme avec la FIA, à appliquer dès Singapour. Mais les propositions faites n'ont pas été satisfaisantes. Il faudra donc attendre encore un peu, probablement 2018, pour voir des changements.

"Ce n'est pas un drame, c'est comme ça depuis des années et c'est OK", commente le team manager de Force India, Andy Stevenson.

"Ce qui est arrivé à Monza n'était pas normal, parce que c'est aussi un circuit particulier et beaucoup d'équipes ont profité de ça pour changer des éléments. Normalement, il n'y a qu'une ou deux pénalités sur la grille par course, et les gens peuvent le comprendre."

La FIA souhaiterait, en attendant un nouveau système, au moins mieux expliquer au grand public comment et pourquoi les pénalités sont appliquées.
source: Nextgen-Auto.com

GP de Singapour - Essais libres 1
Après avoir redécouvert la piste de Marina Bay dans des conditions séchantes, Daniel Ricciardo (Red Bull) a réalisé le nouveau record du tour au GP de Singapour avec un chrono de 1'42"489. Les pneus ultra tendres ont déjà été à l'honneur lors de cette première séance d'essais privilégiés par une grande partie des pilotes.

Sebastian Vettel (Ferrari) a été le plus proche de la référence en se classant à un dixième, devançant de quelques millièmes la seconde Red Bull emmenée par Max Verstappen. Kimi Räikkönen (Ferrari) a été plus en retrait en se classent septième.

Lewis Hamilton a placé la première Mercedes au quatrième rang. Les F1 W08 sont séparées par la Force India de Sergio Pérez alors que son coéquipier Esteban Ocon s'est classé au 13ème rang à plus d'une seconde du Mexicain.

Fernando Alonso (McLaren) a fini la séance au huitième rang en précédant Nico Hülkenberg (Renault), tandis que Daniil Kvyat (Toro Rosso) a complété le top dix devant Stoffel Vandoorne (McLaren) et Jolyon Palmer (Renault).

Williams a vécu une séance difficile. Felipe Massa pointe en 14ème place tandis que Lance Stroll a terminé 17ème derrière les Haas de Romain Grosjean et Antonio Giovinazzi (qui a remplacé Kevin Magnussen) après avoir rencontré des problèmes moteur. Sean Gelael, le remplaçant de Carlos Sainz dans cette séance, s'est classé 18ème devant les Sauber de Marcus Ericsson et Pascal Wehrlein. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Rosberg devient le manager de Robert Kubica
Robert Kubica peut maintenant compter sur un allié de poids pour son retour en Formule 1: il a signé un accord avec Nico Rosberg, le Champion du monde en titre, ambassadeur de Mercedes.

L'ancien pilote allemand n'a jamais écarté la possibilité de devenir manager et cela se concrétise avec un premier pilote sous contrat.

"Je suis très excité à l'idée de travailler avec Robert sur son retour en Formule 1", commente Rosberg.

"Lui et Lewis Hamilton étaient les deux pilotes les plus rapides que j'ai eus à affronter lors de ma carrière."

Robert Kubica ne pourra pas rejoindre Renault en 2018, le baquet semblant être promis à Carlos Sainz maintenant. Mais le Polonais aurait une grande chance de rejoindre Williams, une équipe partenaire de Mercedes. Le hasard fait parfois bien les choses.

En juillet dernier, Toto Wolff affirmait lui aussi qu'il aimerait bien voir Kubica de retour en F1 "parce qu'il le mérite vraiment".
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes apprécient la chance qu'offrent les réseaux sociaux
Liberty Media souhaite rapprocher les pilotes des fans et compte utiliser toutes les plateformes à sa disposition pour y arriver. La première est évidemment l'ensemble des réseaux sociaux à disposition, bien que les pilotes ne soient pas toujours les plus assidus sur ces supports numériques.

"Je ne suis pas sur Twitter", explique Lance Stroll, qui n'a pas voulu se confronter au flot de critiques dont il a été le sujet en début de saison.

"Détrompez-vous, j'adore les fans, mais j'essaie de rester loin du bruit. J'aime évidemment Instagram, poster des photos pour que les gens voient ce que je fais, c'est toujours bien. Je pense que c'est bien que la Formule 1 puisse montrer aux fans ce qu'il se passe, il s'agit juste de trouver un bon équilibre."

Un avis que partage Daniel Ricciardo, qui estime qu'un équilibre a déjà été trouvé.

"Je pense que c'est équilibré, la bonne chose est que nous en gardons le contrôle. Je contrôle mes pages et nous pouvons y mettre ce que nous voulons en gardant pour nous ce que nous voulons. Nous contrôlons les réseaux sociaux, d'autres en montrent plus sur leur vie privées. J'ai fait une sorte de vidéo sur ma journée de course à Spa, dans ma loge de pilote, je ne pense pas que beaucoup de monde avait déjà vu cette pièce et ça donne une bonne idée."

"J'ai adoré ce que la F1 a fait à Monza, ils ont mis une GoPro sur la bouteille de champagne de Lewis afin de montrer ce que c'est de monter sur le podium, j'aime les petites choses comme cela. Personnellement, j'ai déjà trouvé ça cool donc j'imagine que pour un fan, c'est génial. Je pense qu'ils font de bonnes choses et que ça ne peut que s'améliorer. Tant que nous contrôlons nos contenus, je ne pense pas qu'il y ait un quelconque danger donc c'est bien."

Les deux hommes voient leur avis partagé par Kevin Magnussen qui estime que la Formule 1 va dans le bon sens.

"Je suis d'accord, il y a eu un changement positif dans ce que la F1 donne aux fans, notamment sur les réseaux sociaux, et je pense que c'est très bien."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen espère retrouver un top team un jour
Kevin Magnussen affirme que Haas, son équipe, agirait pour lui comme pour Romain Grosjean: il serait libéré d'un éventuel contrat en cours s'il avait une nouvelle offre de la part d'un top team.

Le pilote danois a clairement laissé passer ses chances chez McLaren puis chez Renault et s'est retrouvé au sein de l'équipe américaine cette année, en milieu de peloton.

"Il est clair que je pourrais retourner dans un top team si on m'en donnait la chance", affirme-t-il à Singapour.

"Je pense que Haas comprendrait. Et elle serait même probablement fière de m'avoir permis de décrocher une telle opportunité à nouveau. Mais, avant que cela arrive éventuellement un jour, je suis vraiment très heureux chez Haas."

Magnussen est en tout cas heureux de poursuivre une 2ème année de suite dans la même équipe.

"Je n'ai plus de manager, c'est donc maintenant ma responsabilité. Mais il est clair que, dans l'avenir, je ne pourrai pas continuer tout seul. J'ai au moins besoin d'être conseillé. Quoi qu'il arrive, c'est bien de ne pas faire partie de toutes ces spéculations pour la saison 2018!"
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein aurait une 'petite' chance de garder son baquet
Pascal Wehrlein aurait-il finalement une petite chance de rester chez Sauber en 2018?

Alors qu'il semblait bien pessimiste il y a deux semaines à Monza, il semblerait que l'Allemand ait encore la possibilité de rester, en étant associé à un jeune pilote de Ferrari, Charles Leclerc.

Marcus Ericsson, pourtant sponsorisé et protégé par les propriétaires de Sauber, aurait en effet la possibilité d'intégrer une autre équipe. Sans que le nom de cette dernière n'ait été mentionnée, certains évoquent Williams, en recherche active de financements.

"J'ai entendu ces rumeurs comme vous mais je ne peux rien dire pour le moment", commente Pascal Wehrlein.

"Il y a des discussions en cours et, de toute façon, je n'écarterai jamais catégoriquement la possibilité de continuer chez Sauber en 2018. Il ne faut jamais dire jamais."

"Evidemment je veux rester en Formule 1 pour courir et il y a des possibilités pour cela. Mercedes fera de son mieux pour moi pour que j'ai un baquet."
source: Nextgen-Auto.com

Singapour prolonge son Grand Prix pour 4 ans
Les bons mots de Chase Carey, le patron de la Formule 1, pour Singapour étaient un signe annonciateur de l'arrivée d'un nouvel accord. Et c'est ce qui a été confirmé aujourd'hui, avant le début des essais libres 1.

La ville-état a choisi de prolonger son Grand Prix pour 4 années supplémentaires, ce qui lui permettra de rester au calendrier de la Formule 1 jusqu'en 2021. Singapour avait organisé son premier Grand Prix en 2008 et avait prolongé pour 5 années son contrat en 2012. Il arrivait donc à échéance cette année.

"Comme je l'ai dit, Singapour est une course 'signature' de la Formule 1 et nous sommes donc très heureux de voir qu'elle sera encore là pour 4 ans au moins", commente aujourd'hui Chase Carey.

"Cette toute première course de nuit est l'un des évènements les plus excitants de l'année, avec en toile de fond l'impressionnante Marina Bay. Toutes les parties ont fait un excellent travail pour que cet évènement mobilise toute la ville."

"Nous allons offrir notre soutien pour rendre les 4 prochaines années encore plus spectaculaires et excitantes."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg - L'ère Sutil est finie, bienvenue dans la mienne!
Nico Hülkenberg a préféré plaisanter à Singapour du nouveau record qu'il devrait, sauf miracle, voler à Adrian Sutil, son compatriote, ce week-end.

Hülkenberg pourrait décrocher le record du plus grand nombre de courses disputées sans aucun podium en F1. Sa 129ème, ce week-end, contre 128 en tout pour Adrian Sutil.

"J'ai dû travailler longtemps et vraiment très fort pour enfin arriver à ce moment et prendre ce titre à Adrian afin d'avoir le record. Je suis impatient!", lance-t-il en plaisantant.

"L'ère Sutil sera finie ce week-end, l'ère Hülkenberg va démarrer. J'ai hâte d'y être."

Hülkenberg est passé près du podium à deux reprises notamment.

"Probablement l'an dernier, à Monaco (avec Force India). Et il y a évidemment le Brésil en 2012 (avec Williams). Ce sont les deux plus grandes opportunités (ratées) qui me viennent à l'esprit."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Red Bull Honda? Des spéculations pour le moment
Christian Horner n'a rien voulu confirmer ou démentir à Singapour, avant les annonces tant attendues aujourd'hui concernant McLaren et Toro Rosso... et, peut-être, son équipe.

Il se dit que Renault a signifié à Red Bull qu'elle ne lui fournirait plus son V6 après la fin de la saison 2018. Cela précipiterait Red Bull dans les bras de Honda, un an après le début de la collaboration avec Toro Rosso. Logique mais...

"Je pense que tout ce qui peut se passer après 2018 est, pour le moment, de la pure spéculation. Nous avons un contrat avec Renault en 2018. Après 2018, cela reste de la rumeur de paddock jusqu'à nouvel ordre", dit-il.

Horner n'écarte aucune piste, même celle d'une association avec Honda. Il y aura une seule condition à respecter, toujours la même: "nous voulons juste être dans une position compétitive".

"Depuis l'arrivée de ces moteurs hybrides, cela a été frustrant pour nous de bien des façons. Nous n'avons jamais été à la hauteur", ajoute Horner, dans un nouveau tacle pour Renault.

"Pour nous, la chose la plus importante est de trouver un moyen d'être compétitif entre maintenant et la fin de cette règlementation en 2021."

Et ce sera important pour retenir Daniel Ricciardo ou Max Verstappen, qui ont lancé quelques avertissements ces derniers jours...
source: Nextgen-Auto.com

Bottas n'a pas encore officiellement le rôle de n°2
Valtteri Bottas est arrivé à Singapour avec le titre toujours en tête.

Selon le Finlandais, malgré les appels très clairs de Niki Lauda, il n'y a toujours pas eu de décision officielle chez Mercedes destinée à privilégier Lewis Hamilton dans la course au titre pilotes lors de ces 7 dernières courses de la saison.

Bottas a 38 points de retard sur son équipier mais il veut continuer à y croire.

"Tout est toujours possible en Formule 1, avec 7 courses encore à disputer", dit-il.

"Mais il est vrai que j'ai vraiment besoin de commencer à finir devant Lewis et Sebastian si je veux continuer à faire vivre mon espoir de titre. Et je dois le faire rapidement."

Pour lui, il est normal d'afficher cette ambition.

"Je ne suis pas là pour finir 3ème. Je veux définitivement me battre pour le titre tant qu'il y a des possibilités pour ça. Je veux tirer le meilleur de cette fin de saison, je me fixe toujours les objectifs les plus élevés. Finir 3ème n'est pas dans mes objectifs."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren, Toro Rosso... et Red Bull? Le grand jour des annonces
Si les très fortes spéculations du paddock de Singapour se réalisent, c'est aujourd'hui, entre les Libres 1 et les Libres 2, soit entre 12h et 14h30 (heure française), que nous aurons enfin une confirmation officielle concernant l'échange de moteurs entre McLaren et Toro Rosso.

McLaren a choisi il y a plusieurs semaines maintenant de divorcer de Honda, qui a produit un moteur trop peu performant et fiable en l'espace de 3 années de présence en F1. La seule solution de secours disponible était un moteur Renault. Pour trois ans, jusqu'à l'arrivée de la règle des moteurs de 2021... et, peut-être, de nouveaux motoristes.

Afin de garder Honda dans le sport, la gouvernance de la Formule 1 a également œuvré en coulisses pour que Toro Rosso accepte ce moteur. Là aussi, pour 3 ans. Par effet de ricochet, l'équipe mère, Red Bull Racing, n'aura plus de moteur Renault non plus, mais à partir de 2019. Elle devra se tourner vers Honda mais il n'est pas certain que cela soit annoncé dès aujourd'hui, même si cela permettrait à Honda de préserver davantage son image.

Ces changements de moteur auront deux effets importants très attendus: la prolongation de Fernando Alonso chez McLaren et le transfert de Carlos Sainz chez Renault.

En ce qui concerne le double Champion du monde, une annonce n'est pas attendue dès aujourd'hui. Alonso a fait savoir qu'il attendrait que McLaren annonce sa décision. Cela permet aussi, médiatiquement, de ne pas lier le départ de Honda et l'arrivée de Renault à la volonté de l'Espagnol.

Il se dit aussi qu'Alonso continue à examiner attentivement l'offre de Williams-Mercedes, une équipe qui pourrait se redresser de manière rapide avec son nouveau directeur technique Paddy Lowe, qui connait tous les secrets de la Mercedes de cette année.

Dans le cas de Carlos Sainz, à moins qu'il puisse effectivement remplacer Jolyon Palmer dès Sepang dans le baquet de la Renault R.S.17, il est probable que l'annonce attende également encore un peu en ce qui concerne 2018. Mais, à Singapour, le clan Palmer a clairement fait savoir à Renault qu'il n'est pas question d'accepter une rupture de contrat avant l'heure, même avec un dédommagement.

Les heures à venir vont nous apporter beaucoup de réponses!
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.