En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 29 Août 2017

Les pilotes Force India se sont déjà tournés vers l'Italie
L'heure est à la réconciliation chez Force India, du moins publiquement, après les commentaires des deux pilotes dont l'un s'est excusé et l'autre a accepté les excuses. Après un week-end houleux, les deux pilotes préfèrent penser au Grand Prix d'Italie et oublier cet énième incident, certainement après des consignes très strictes de leur équipe en termes médiatiques.

"J'aime l'Italie et j'aime Monza" déclare Pérez. "C'est l'un de mes week-ends préférés de la saison et les tifosi sont incroyables, ils créent une ambiance particulière. La passion ressentie tout au long du week-end est unique et la piste est géniale, on y vit des vitesses réellement vertigineuses, on arrive très vite dans les virages avec très peu d'appui et ce sera intéressant dans les nouvelles voitures."

"Sur de nombreux points, l'Italie est similaire au Grand Prix du Mexique où la passion et l'ambiance sont les mêmes. J'ai vécu de belles choses à Monza aussi où j'ai fini sur le podium en 2012 en battant les deux Ferrari. Je pense que ce n'était pas génial pour les Tifosi mais j'avais reçu beaucoup de soutien lorsque j'étais sur le podium."

Estéban Ocon est également heureux de revenir à Monza, qu'il connaît très bien pour avoir vécu en Italie. Les longues lignes droites de l'autodrome devraient convenir à sa monoplace et lui permettre d'afficher des performances similaires à celles vues en Belgique.

"J'ai toujours des émotions particulières quand je visite Monza" explique Ocon. "J'ai vécu en Italie et je roulais pour une équipe italienne dans ma carrière avant la F1 donc je connais très bien le pays, je parle italien et j'adore la nourriture là-bas!""

"C'est l'un des tracés classiques de la Formule 1. Mes endroits préférés du circuit sont les deux virages de Lesmo et la chicane Ascari. Ce sont les virages qui peuvent vous faire réussir ou rater le tour. L'enchaînement des virages d'Ascari est fantastique dans une F1."

Comme son équipier, le Français encense le public transalpin dont il apprécie la passion: "L'ambiance est également spéciale, les fans italiens donnent tellement de soutien à tous les pilotes que l'on ressent leur énergie. Il y a beaucoup d'histoire et de tradition dans un pays qui est lié aux sports mécaniques et on le ressent à Monza."
source: Nextgen-Auto.com

Vasseur révèle pourquoi Sauber a cassé son contrat avec Honda
Frédéric Vasseur, le nouveau directeur de Sauber, a expliqué au site officiel de la Formule 1 l'une des raisons qui ont mené à la rupture de contrat avec Honda.

Selon le Français, il y avait trop d'incertitudes concernant la relation entre McLaren et Honda et cela aurait pu avoir un gros impact sur Sauber, comme il le révèle.

"Si on met de côté les problèmes actuels de Honda, en termes de fiabilité ou de performance, et je suis certain qu'ils s'en sortiront, notre plus grosse inquiétude était de ne pas pouvoir assurer la présence d'une boîte de vitesses dans notre prochaine voiture", explique Vasseur.

"Nous n'avons pas les ressources en interne pour construire notre propre boîte (fournie depuis des années par Ferrari, ndlr), alors nous savions que nous devions avoir un accord avec quelqu'un."

"Avec Honda, nous devions donc avoir un accord avec McLaren mais, à mon arrivée, je n'étais pas si confiant que McLaren allait continuer avec Honda. Cela aurait créé une situation étrange: demander à McLaren de nous fournir une boîte adaptée au moteur Honda alors qu'elle pourrait changer de motoriste."

"Ce genre de scénario ne me met absolument pas en confiance. Donc, revoir cet accord avec Honda était l'un des plus gros problèmes à résoudre pour Sauber."

Cela a toutefois eu un impact sur la voiture de 2018.

"Sauber avait déjà commencé le design de la prochaine voiture avant que je prenne cette décision. C'est pourquoi nous avons bouclé très vite un nouvel accord (avec Ferrari) afin de ne pas gâcher de l'argent sur des projets abandonnés. Le design était en cours, ensuite il y a eu la fermeture de l'usine pour la pause estivale. Il fallait donc prendre une décision avant."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - C'est bien aussi qu'on ne soit pas tous les mêmes
Au contraire de son rival pour le titre pilotes, Lewis Hamilton, Sebastian Vettel est une personne beaucoup plus discrète en dehors des circuits.

Le pilote allemand fuit toujours autant les réseaux sociaux et n'expose pas sa vie hors de la Formule 1 sur Facebook, Twitter ou Instagram.

Le pilote Ferrari assume totalement et y voit un avantage pour les journalistes (et les fans...).

"En tout cas cette différence entre nous est une bonne chose pour vous, les médias. Cela vous fait des choses à raconter aussi. C'est sûr que tout le monde est différent et que Lewis fait des choses très différentes de moi durant ses temps libres. Mais c'est bien aussi qu'on ne soit pas tous les mêmes", dit-il au micro de Gaëtan Vigneron, pour la 'RTBF'.

Vettel ne ressent pas l'intérêt de multiplier les activités comme son rival, qui semble déjà se chercher d'autres défis pour sa vie après la Formule 1.

"J'ai la chance de ne jamais me lasser de piloter. Quand j'étais enfant, j'ai essayé pas mal de choses: j'ai joué au football, au tennis de table, au tennis,... Et puis j'ai commencé la course car je m'ennuyais dans les autres sports. Au final, j'ai l'impression que c'était la bonne décision."

Lorsque le journaliste lui fait remarquer qu'en piste il offre parfois un tout autre visage, quelqu'un qui réagit de manière excessive comme au Mexique l'an dernier, ou à Bakou cette année, Vettel répond:

"Je ne sais pas trop si j'ai deux facettes à ma personnalité. C'est sûr que je ne peux pas retirer ou modifier ce que j'ai fait dans le passé. J'adore ce que je fais, je suis un passionné et parfois quand la passion est trop forte, cela peut engendrer certaines réactions, mais c'est humain. C'est vrai qu'il y a certaines choses que j'aimerais effacer si je pouvais, d'autres pas. Mais cela fait partie de la vie."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull compte toujours sur sa filière de jeunes pilotes
Filière de jeunes pilotes implacable et impitoyable dans les années 2000, Red Bull a permis l'émergence de nombreux très bons pilotes dont les deux exemples les plus parlants sont Sebastian Vettel, quadruple Champion du monde, et Daniel Ricciardo qui a remporté cinq victoires en carrière pour le moment.

Après eux, la filière semble s'essouffler puisque Max Verstappen n'en est pas issu et que ses deux derniers atouts, Sainz et Kvyat, peinent à devenir des vainqueurs en puissance. La question est de savoir si Red Bull développe encore cet aspect de ses deux équipes, alors que McLaren, Mercedes ou Ferrari ont sous leur aile des pilotes très prometteurs qui devraient rapidement accéder à la F1.

"Nous y prêtons toujours attention" assure Christian Horner. "Nous avons Pierre Gasly qui vient de remporter sa première course de Super Formula au Japon, nous avons Dan Ticktum en Formule Renault, ainsi que Verschoor et Verhagen. Il y a des cycles de pilotes incroyables qui arrivent dans notre discipline et si l'on regarde en dehors de la F1, il semble y avoir un écart entre les deux générations."

"Il y a plusieurs pilotes très bons en F2 et de bons pilotes en GP3, mais il semble y avoir un vide. Nous allons chercher encore plus loin, dans le karting où nous supportons de tous jeunes pilotes. Mais on ne voit pas arriver des talents comme Max Verstappen, Sebastian Vettel ou Daniel Ricciardo tous les ans."

Alors que Pierre Gasly peine à être considéré comme l'avenir de Red Bull en Formule 1, malgré une saison totalement honorable au Japon qui a suivi une très belle saison en GP2, Red Bull semble avoir du mal à situer l'avenir de sa filière qui fut pourtant très prolifique, et Toro Rosso peine à faire des choix pour essayer de nouveaux pilotes.

"Je pense que Red Bull est dans une situation fantastique car il y a quatre pilotes capables de gagner des courses avec Ricciardo, Verstappen, Sainz et Kvyat" explique Franz Tost. "Nous avons également le champion GP2 en titre, Pierre Gasly, qui est dans le réseau et qui rencontre un beau succès au Japon. Cela signifie que Red Bull a construit une filière très solide, pourquoi changerait-on quelque chose?"

"Il faudrait prendre en considération que quelque chose peut se produire chez Red Bull, un accident ou autre, et un pilote Toro Rosso peut être appelé. C'est pour cela que sont préparés les pilotes Toro Rosso, pour rejoindre Red Bull. Des jeunes pilotes arrivent mais il faut encore deux ou trois ans avant de les amener en Formule 1 et je crois que Red Bull est dans une position très favorable au sujet de ses pilotes."

Si l'avenir de Carlos Sainz semble se dessiner au sein de Toro Rosso, qui a activé l'option de l'Espagnol pour une quatrième saison, celui de Daniil Kvyat reste flou. Les partenaires du Russe et sa visibilité en Russie sont bénéfiques pour Red Bull, mais les performances du pilote sont catastrophiques et son comportement n'est pas irréprochable. La question pour Toro Rosso est d'évaluer son mérite d'une nouvelle chance ou d'étudier un potentiel remplacement.

"Nous verrons, comme je l'ai dit avant, Red Bull est dans une très bonne situation. Pourquoi devrions-nous nous séparer de pilotes talentueux? Red Bull a financé la carrière de Carlos Sainz jusqu'ici et il est désormais prêt à gagner des courses s'il a la bonne voiture, donc pourquoi le donner à une autre équipe ou à un rival?"

"Daniil a été un peu malchanceux car à de nombreuses reprises, nous n'avons pas pu lui fournir une voiture fiable et rapide, et je suis convaincu que lorsque ce sera plus souvent le cas, il pourra nous rappeler son talent qu'il a déjà montré dans le passé en remportant le championnat GP3 ou en signant un podium pour Red Bull. Il n'y a pas forcément de nécessité de changement, mais une décision sera prise dans les prochains mois" conclut Tost.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Ferrari est un rêve qui ne se réalisera probablement pas
Sebastian Vettel et Lewis Hamilton sont maintenant tous les deux plus proches de leur fin de carrière en Formule 1 que de leur début.

Et la prolongation de contrat de trois ans qu'a signé l'Allemand avec Ferrari signifie probablement que le Britannique ne pourra pas finir sa carrière en rouge.

C'est ce qu'il a reconnu à Spa, après avoir pourtant indiqué quelques jours auparavant qu'il ne se voyait pas piloter pour une autre équipe que Mercedes.

"Ferrari c'est définitivement un rêve pour tous les pilotes, y compris moi", confie Hamilton.

"Est-ce que j'y serai un jour ou pas... je pense définitivement que non, en tout cas pas dans les 4 prochaines années, ou trois prochaines."

Hamilton avait en effet révélé que Sebastian Vettel "ne souhaite pas m'avoir comme équipier. C'est pour cela qu'il ne viendra pas chez Mercedes tant que j'y serai. Ce qu'il réussit à faire avec son équipe, chez Ferrari, il ne peut pas le reproduire chez nous."

D'après les rumeurs Sebastian Vettel n'a, cette fois, plus de clause lui permettant d'empêcher un pilote de venir chez Ferrari. Le précédent contrat le protégeait ainsi d'un retour de Fernando Alonso.

Alors Hamilton serait-il prêt à signer chez Ferrari aux côtés de Vettel? Il esquive...

"Ferrari a toujours été très loyale avec les pilotes qu'elle a. Pour tous les pilotes, et particulièrement ceux qui ne sont pas dans une Mercedes et une Ferrari, il y aura une place à prendre en 2019 chez eux parce que Kimi ne va pas continuer indéfiniment. Je suis certain qu'il va y avoir beaucoup de candidats pour cette place."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - J'ai dit à Red Bull que je n'étais pas content
Max Verstappen s'est entretenu avec Helmut Marko après le Grand Prix de Belgique et lui a fait connaitre sa façon de pensée concernant la fiabilité du package dont il dispose cette année.

C'est ce qu'il révèle à la télévision hollandaise, lors de l'émission 'Peptalk'.

"J'ai parlé à Helmut encore une fois et je lui ai dit que je n'étais pas content. Le fun commence à s'en aller", explique le Hollandais, qui a dû abandonner pour la 6ème fois de l'année à Spa.

"Vous partez en vacances, vous vous requinquez après une première partie de saison déjà horrible, vous arrivez à Spa, devant vos fans, et ça recommence..."

"Quand vous signez avec Red Bull, c'est pour avoir un package capable de gagner. Ce n'est pas le cas en ce moment, je leur ai dit que je n'étais pas content. Je sais que ça n'est pas de la faute de Red Bull, mais vous dépendez du package global."

Verstappen menace-t-il vraiment de partir? Non, pas à court terme en tout cas.

"Nous verrons, à la fin du contrat. Ce n'est pas possible de le déchirer. Le problème en Formule 1 c'est que les différences sont trop grandes entre les équipes. Sinon ce serait bien de passer de Toro Rosso à Red Bull, comme je l'ai fait. Il y a du progrès mais, pendant l'année, ça n'avance pas. C'est frustrant."

Le Hollandais a eu droit aux excuses de Renault. Mais cela n'a pas suffi.

"Je préférerais que les moteurs partent en fumée! Après la course, ils ont réussi à redémarrer le moteur, parce qu'il y a une sécurité mise en places après les cases du début de saison. Renault a eu à changer la bougie et a pu redémarrer. Renault préfère jouer la sécurité et ne pas casser le moteur. Mais ce n'est pas normal que le moteur se coupe et redémarre après, comme ça."

Renault avait indiqué à Red Bull que la sécurité s'était mise en place à cause d'un capteur qui a détecté une pression anormale dans la chambre de combustion du 4ème des 6 cylindres.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes va avoir un avantage moteur pendant 4 à 5 courses
Mercedes a obtenu une clarification de la part de la FIA en sa faveur, concernant la consommation d'huile moteur.

L'équipe allemande aurait rompu un accord à l'amiable avec les autres motoristes en introduisant à Spa un nouveau moteur, et non à Monza. En conséquence les moteurs de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas auront le droit de consommer 1,2 litre d'huile tous les 100 kilomètres, au lieu de 0,9, et ce tout au long de leur cycle de vie, c'est-à-dire y compris à Monza et lors des courses suivantes.

En effet, à partir de ce Grand Prix d'Italie, tout nouveau moteur introduit par Mercedes, Ferrari, Renault ou Honda devra se contenter de la nouvelle norme, y compris les Mercedes de même spécification que Spa qui arriveront sur les Williams et Force India.

Lorsque Mercedes devra remplacer les moteurs de ses propres pilotes, elle devra aussi respecter la consommation de 0,9 litre d'huile aux 100 kilomètres. En attendant, Mercedes dispose donc de 4 à 5 courses avec l'ancienne norme... et donc un peu plus de chevaux!
source: Nextgen-Auto.com

Mallya veut voir Force India et ses pilotes repartir du bon pied à Monza
Vijay Mallya est très déçu de ce qui s'est passé à Spa-Francorchamps, entre les deux pilotes de son équipe, Force India.

Il espère, maintenant que les avertissements ont été donnés à Sergio Pérez et Esteban Ocon, qu'il n'y aura plus d'incidents jusqu'à la fin de la saison. A commencer par Monza, ce week-end, un autre circuit prometteur pour de bons résultats pour la VJM10 à moteur Mercedes.

"Il est difficile de regarder derrière soi, sur la course de Spa, sachant que nous avons eu le rythme pour marquer beaucoup de points, et que nous en sommes revenu avec seulement deux", regrette encore l'Indien.

"Au moins, nous sommes de retour en piste dès ce week-end et nous avons une chance immédiate de nous concentrer à nouveau. Monza est une autre piste rapide sur laquelle nous nous attendons à bien faire: comme à Bakou et à Montréal, la nature de la piste devrait jouer en notre faveur", ajoute Mallya, en référence claire aux anciens incidents entre ses deux pilotes.

"À ce stade de la saison, il est essentiel que nous tirions le meilleur parti de toutes les occasions de marquer des points. Nous avons sensibilisé les deux pilotes à la nouvelle politique d'équipe conçue pour éviter que des incidents comme ceux de Spa ne se reproduisent."

"En tant qu'équipe, nous avons la responsabilité de défendre notre position et je suis sûr que nous allons terminer la saison sans autre problème. Nous avons été compétitifs sur toutes les pistes jusqu'à présent et nous avons l'intention de continuer notre saison avec une autre bonne performance à Monza."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas veut encore croire au titre
Toto Wolff et Mercedes ont admis avant Spa, et ont réaffirmé pendant ce Grand Prix, que l'approche pour la bataille pour le titre pilotes allait être repensée course après course.

Mais Valtteri Bottas a perdu gros dimanche: il est maintenant à 41 points de Sebastian Vettel et à 34 de son équipier Lewis Hamilton.

Wolff l'a reconnu: la situation devient de plus en plus délicate pour le Finlandais, d'autant plus que Vettel continue à marquer le maximum de points chez Ferrari. L'Autrichien ne devrait plus tarder à donner la priorité à Hamilton, même s'il reste encore 8 courses et 200 points possibles.

Bottas veut encore y croire et, entre les lignes, demande à son équipe d'attendre encore un peu pour faire son choix.

"Si je suis performant, il reste 8 courses et c'est donc un gros capital de points qui sont possibles. Les gars devant moi n'ont pas eu un seul abandon, heureusement pour notre équipe d'ailleurs, mais cela pourrait arriver."

"Je ne veux pas penser de cette façon de toute manière, je ne veux pas penser à des choses négatives. Je comprendrai que l'équipe décide, à un certain moment, qui doit aller chercher le titre chez nous. Mais, selon moi, c'est encore un peu tôt. Continuons à avancer course après course, parce que chacune d'elles peut mener à une situation bien différente."
source: Nextgen-Auto.com

Force India n'écarte pas un changement de pilotes pour 2018
Après avoir menacé de suspendre l'un ou l'autre de ses pilotes en cours de saison si les tensions ne se calmaient pas entre Esteban Ocon et Sergio Pérez, Force India brandit une autre menace: celle de devoir constituer un autre duo pour la saison 2018.

L'équipe indienne va déjà imposer des consignes d'équipe et elle espère que celles-ci seront respectées. Sinon des changements seront à prévoir, pour le bien de l'harmonie.

"Nous allons devoir attendre de voir ce qui se passe. Mais j'espère que nous n'aurons pas à changer notre duo de pilotes", explique Otmar Szafnauer, le directeur des opérations.

"Soit nous devons avoir un meilleur duo en 2018, soit tout se calme et nous nous assurons qu'ils terminent tous les deux correctement la saison sans se rentrer dedans à nouveau."

Cette situation tendue intervient au plus mauvais moment pour Force India, qui doit finaliser l'accord pour le contrat de Pérez avec ses sponsors mexicains. Certains voient déjà Renault en profiter, en récupérant Pérez ou Ocon. A noter que ce dernier a mis de l'eau dans son vin hier, en s'excusant pour ses mots un peu forts envers son équipier.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso et Verstappen déjà pénalisés sur la grille de Monza
Fernando Alonso a terminé le Grand Prix de Belgique avec un nouvel abandon, sur un problème de moteur selon lui.

Sauf que, selon Honda, les premières données récoltées à Spa ne font état d'aucun problème visible. Des investigations sont en cours.

Eric Boullier a toutefois tenu à défendre son pilote: "il a vraiment eu une sensation étrange avec sa voiture."

Quoi qu'il arrive, Alonso devait disposer d'un nouveau moteur pour Monza, peut-être le Spec 4 qui était attendu dès Spa. Il partira donc en fond de grille, sur un circuit qui ne devait de toute façon pas être propice à un bon résultat pour McLaren Honda.

Le plan est bien sûr de mettre Alonso dans les meilleures dispositions possibles pour le Grand Prix qui suit, à Singapour, qui conviendra bien mieux aux qualités de la McLaren et sollicitera moins les moteurs.

De son côté, cela n'a pas encore été confirmé par Red Bull, mais Max Verstappen devra probablement utiliser un nouveau moteur Renault à Monza. Même si le circuit italien n'est pas le terrain de jeu favori de l'équipe autrichienne, elle y a toujours fortement limité les dégâts. C'est donc une grosse tuile pour le Hollandais.
source: Nextgen-Auto.com

Mateschitz - Verstappen n'a pas d'autre équipe où aller
Le grand patron de Red Bull, Dietrich Mateschitz, est monté en personne au créneau suite aux messages de frustration lancés par le clan de Max Verstappen, après un nouvel abandon à Spa-Francorchamps ce week-end.

Le Hollandais a déclaré après la course ne pas être encore à la limite de ce qu'il peut endurer mais que celle-ci était désormais "très proche." Une menace de partir? L'Autrichien ne voit pas bien où Max pourrait aller.

"Il est vrai qu'un taux d'abandon de 50% n'est pas acceptable", déclare Mateschitz à Speed Week.

"Mais où irait-il à l'heure actuelle? Nous savons toutefois que nous ne pourrons pas garder Max à l'avenir si nous ne lui donnons pas une bonne voiture."

Encore une fois Renault a été pointé du doigt, par Christian Horner.

"Rien n'a changé pour nous", admet-il. "Nous ne pouvons pas avoir un moteur Mercedes ou Ferrari. Et un moteur Honda ne nous aiderait pas."

Helmut Marko ajoute lui aussi que "nous sommes la seule meilleure équipe qui reste pour Max."

Cela n'a pas empêché le jeune Hollandais de faire de l'humour... en citant le PSG, le club de foot de la capitale parisienne qui fait les gros titres en ce moment avec des transferts à sensation.

"Le Dr Marko situe ma valeur à 100 millions d'euros. Alors qui sait? Je peux peut-être viser le Paris Saint-Germain!"
source: Nextgen-Auto.com

Alain Prost est désolé pour Max Verstappen
Christian Horner a révélé à l'arrivée du Grand Prix de Belgique que le consultant de Renault F1, Alain Prost, était venu s'excuser en personne pour l'abandon de Max Verstappen ce dimanche à Spa.

Le quadruple Champion du monde admet être désolé pour ce qui arrive au jeune Hollandais mais rappelle que Renault n'est pas le seul fautif sur l'ensemble des 12 courses déjà disputées.

"Je pense que nous en sommes à six abandons pour Max cette saison. Mais ils ne sont pas tous dus de notre côté, mais beaucoup en tout cas. Je suis allé m'excuser auprès de lui, auprès de Red Bull, au nom de Renault. C'est norma", explique Prost à 'Canal+'.

Jos Verstappen, le père de Max, démentait que son fils maltraitait plus sa voiture que Daniel Ricciardo.

"Souvent dans une équipe, en tout cas là on le voit parmi les équipes que nous fournissons, il y a toujours un ou deux pilotes qui ont plus de problèmes que d'autres, et c'est le cas pour lui", ajoute Prost, sans aller plus loin dans cette théorie.

"Max est aussi très impatient, c'est quand même un pilote très talentueux qui a envie de se battre devant, donc ce n'est pas toujours facile à gérer."

"C'est dommage, et nous devons régler ce problème. Mais ça nous conforte dans le fait que gagner en performance ne doit pas se faire au détriment de la fiabilité."
source: Nextgen-Auto.com

Jos Verstappen - Ca ne pourra plus durer longtemps comme ça
Max Verstappen était très frustré par son nouvel abandon au Grand Prix de Belgique.

Ce dernier a été causé par un problème sur le moteur Renault, et même si le Hollandais n'a pas voulu s'en prendre directement au motoriste, il a préféré répéter, à plusieurs reprises, que ces prestations n'étaient pas dignes d'un top team.

Le jeune pilote est donc très impatient de sortir de cette mauvaise passe, comme le reconnait son père, Jos Verstappen.

"Ce n'est pas le bon moment pour se poser des questions sur sa loyauté envers Red Bull", dit-il.

"Mais il est vrai que Max commence à se poser des questions sur tout. J'ai bien vu que Max était très déçu. C'est dur de rester motivé tout le temps quand les abandons vous attendent régulièrement."

"Il fait de son mieux en qualifications, il est même une demi-seconde plus rapide que son équipier à Spa, et juste derrière les Ferrari. Ensuite, après 6 ou 7 tours, il est de nouveau contraint de s'arrêter en bord de piste."

"Je suis d'accord avec lui: ça ne devrait pas arriver, pas dans un top team."

Ce qui semble fou c'est que Daniel Ricciardo semble lui relativement épargné.

"Je vois où vous voulez en venir mais un pilote de F1 ne peut pas sur-piloter. Il y a des protections sur le matériel. Il n'est pas plus dur qu'un autre avec sa voiture. Ce serait stupide de le dire. Max ne fait rien de mal, il a juste beaucoup de malchance."

"Pour cette année il n'y a rien à faire. Il va se calmer, il en a besoin et peut-être qu'il va falloir parler avec l'équipe parce que ça ne pourra plus durer longtemps comme ça."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - Il n'y a que quatre baquets pour gagner une course
Romain Grosjean n'a jamais caché son envie et son espoir de rejoindre Ferrari un jour, bien que les opportunités de réaliser ce rêve soient peu nombreuses, avec l'émergence de pilotes tels que Leclerc et Giovinazzi dans la filiale italienne.

Le Français regrette toutefois qu'il y ait très peu de places disponibles qui offrent accès à la victoire.

"Il n'y a que quatre baquets pour gagner une course" lance-t-il. "On en veut forcément un mais, parfois, il faut attendre pour avoir ce que l'on veut. J'imagine qu'il faut être au bon endroit au bon moment et que tout s'aligne pour avoir une chance de gagner une course ou un championnat."

Pour lui, le concept de monoplaces clientes, à la manière de ce qui se fait en MotoGP, pourrait être une des solutions pour niveler les performances en F1. En effet, la MotoGP voit les constructeurs louer des motos des années précédentes à des équipes dites satellites.

"Il y a des milliers d'idées, je suis sûr que tout est envisagé. Je pense que nous voulons le maximum de candidats à la victoire et au podium mais ce n'est pas le cas actuellement. Peut-être que certains changements pourraient mener à cela dans un avenir proche."

"Si l'on regarde la MotoGP, Yamaha a son équipe officielle et il y a une autre équipe qui est Tech3 qui a gagné des courses avec Zarco et presque gagné avec Folger (en réalité, Zarco a signé une pole mais pas de victoire, ndlr). Ils ne sont pas une équipe officielle mais ils sont en position de viser la victoire. Il y a cette idée, il y a aussi la troisième voiture ou encore les budgets capés. Les idées ne manquent pas."

Le Français souffle ainsi certaines idées déjà lancées par Bernie Ecclestone à Liberty Media...
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.