En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 27 Août 2017

Renault F1 signe encore une belle 6e place
Renault a égalé son meilleur résultat pour la troisième fois de la saison avec la sixième place de Nico Hülkenberg à l'arrivée du Grand Prix de Belgique.

Les deux pilotes ont gagné des positions en course. Septième à l'extinction des feux, Nico effectuait une belle course et gagnait une place pour empocher huit points. L'équipe n'est plus qu'à une unité de la septième place du Championnat des Constructeurs.

"C'était une bonne journée, j'en suis heureux et agréablement surpris", commente l'Allemand. "J'ai pris un mauvais envol, mais j'ai pu rectifier cela dès le premier virage en plongeant à l'intérieur avant de défier Checo dans l'Eau Rouge. Les sensations étaient meilleures qu'hier et nous étions à nouveau la quatrième équipe du plateau. J'ai eu de belles passes d'armes avec Fernando. C'était assez dangereux d'être à trois de front avec Esteban et lui. Fernando effectuait un dépassement avec le DRS et une grosse aspiration avant qu'Esteban ne manque complètement son freinage. Je me suis dit à un moment que cela allait mal finir, mais c'était finalement une formidable bataille. Je suis sûr que c'était fantastique à regarder. Je suis vraiment en confiance avant d'aborder Monza."

Après un début de week-end prometteur, Jolyon Palmer rencontrait en qualifications un problème de boîte de vitesses nécessitant son remplacement, d'où une pénalité de cinq positions sur la grille de départ. Parti quatorzième en raison de la pénalité d'un autre concurrent, le Britannique gagnait une place pour finir treizième.

"Je pense que la course aurait pu mieux se passer. Nous savions que la pénalité nous obligeait à partir avec des gommes usées alors que tous les pilotes autour de moi étaient avec des pneumatiques plus frais. Cela nous laissait donc sur la défensive. Malgré cela, j'ai pris un bon envol et la voiture était bien meilleure dès que nous avons changé les pneus. Le problème était surtout d'être coincé dans le trafic une grande partie de la course. J'ai néanmoins eu de belles batailles, très amusantes, mais c'est dommage de ne rien avoir reçu en retour. Si nous étions partis septièmes, finir dans les points était clairement possible aujourd'hui."
source: Nextgen-Auto.com

Mallya - Les incidents répétés entre nos voitures deviennent un problème
Pour la deuxième fois après Bakou, Force India a hypothéqué un très bon résultat potentiel à cause d'un accrochage entre les deux pilotes de l'équipe. Après un premier contact plutôt violent dans le premier tour, Pérez et Ocon se sont touchés une nouvelle fois lorsque le Mexicain a bloqué le passage de son équipier et l'a envoyé dans le mur.

"Je suis ravi de notre performance globale cette saison car nos deux pilotes marquent des points et courent librement" a déclaré Vijay Mallya, pourtant peu habitué à prendre la parole après les Grands Prix. "Cependant, malgré tout le soutien que j'apporte à une compétition libre, les incidents répétés entre nos voitures deviennent un vrai problème. Devant ces circonstances, je n'ai aucun autre choix que de poser des consignes d'équipe dans l'intérêt de la sécurité de nos pilotes et pour protéger notre place au championnat."

Force India a provoqué cet incident indirectement en offrant à Pérez le premier arrêt alors que c'est Ocon qui était en meilleure position, permettant au Mexicain de se trouver dans le sillage de son équipier et de le doubler. Néanmoins, ce n'est pas la première fois qu'une telle chose se produit.

"Ce n'est pas le résultat que nous voulions et nous avons encore perdu des points à cause d'une collision entre nos pilotes" regrette Otmar Szafnauer. "C'est ce qu'il se passe quand on a deux pilotes très compétitifs qui signent des performances similaires dans une bonne voiture. C'est arrivé à d'autres dans le passé et ça nous arrive maintenant. Cependant, nous ne pouvons pas nous permettre de voir ça dans le futur et nous nous assurerons que l'équipe garde le contrôle sur ce qu'il se passe en piste."

"Nous avons donné à nos pilotes la chance de régler cela mais s'ils n'en sont pas capables, il faut mettre des règles en place et prendre le contrôle de la situation. C'est décevant de perdre tant de points alors que nous avions le rythme pour que les deux voitures terminent bien. Jusqu'à l'incident, nous étions très compétitifs et c'est rassurant avant d'aborder Monza, une autre piste de vitesse."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber classe Spa dans les nombreux Grands Prix à oublier
Le Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps a pris fin pour Sauber avec une 16ème place à l'arrivée pour Marcus Ericsson.

Pascal Wehrlein a dû se retirer de la course dès le troisième tour, après avoir eu des problèmes avec la suspension sur sa voiture.

"En arrivant sur cette course, nous savions que nous ne serions pas très compétitifs", commente Marcus Ericsson.

"Il y a eu de bonnes choses pour nous, surtout dans le secteur intermédiaire, celui où l'aéro compte. Cependant, le manque de vitesse de pointe dans le premier et le dernier secteur nous a rendu la course difficile. Bien que la piste de Monza soit également difficile en termes de moteur, nous allons faire de notre mieux pour nous battre pour le meilleur résultat possible."

Pascal Wehrlein ajoute que "ce week-end a été difficile pour moi. Nous avons eu un problème avec la suspension sur ma voiture, et, malheureusement, j'ai dû me retirer de la course. Je me concentre maintenant sur la prochaine course et j'espère avoir une nouvelle opportunité pour un meilleur résultat à Monza."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean savoure sa septième place
Romain Grosjean ne s'attendait à rien de bon après la première séance d'essais libres du vendredi, mais aujourd'hui en course, c'est la septième place qu'il décroche. C'est un résultat qu'il savoure à sa juste valeur.

"Quelle course", s'exclame Romain Grosjean. "Je suis vraiment très fatigué. Nous savions que nous pouvions être proches du Top 10 ici, mais nous ne savions pas que nous pouvions y entrer. Après quelques tours seulement, la voiture se comportait bien. Je n'ai pas pris un départ génial, mais après ça, j'ai poussé très fort. Nous ne dégradions pas beaucoup les pneus ultra tendres. Nous avions prévu de faire un seul arrêt et lorsque j'ai vu que Force India avait prévu de faire deux arrêts, je me suis dit que s'ils ne creusaient pas l'écart, cela allait être bon pour nous."

"Après la voiture de sécurité, j'ai essayé de dépasser la Renault devant moi, mais elle était trop rapide. Je suis très content du travail de l'équipe, j'en suis fier. Après la première séance du vendredi, je m'étais dit que cela allait être très difficile, mais nous avons bien récupéré. Il faudrait vraiment que nous ayons de meilleurs réglages dès le début du week-end", ajoute le pilote français.

Kevin Magnussen termine le Grand Prix de Belgique à la 16ème place après quelques mésaventures. "Après la voiture de sécurité, j'i tout simplement bloqué mes roues avec mes pneus et mes freins froids. Je suis vraiment désolé pour l'équipe. Nous aurions pu marquer des points avec les deux voitures. J'essayerai de faire mieux la semaine prochaine. Bien sûr, je suis content de voir que Romain a marqué des points, mais pour ma part, ce qui m'est arrivé est difficile à avaler. Le circuit de Mona est aussi très rapide et j'espère que nous serons aussi compétitifs là-bas."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz marque un point inespéré
Carlos Sainz a marqué le point de la dixième place aujourd'hui en Belgique et il doit bien l'avouer, il ne pensait pas être capable de faire ça avant de prendre le départ.

"Avant d'arriver à Spa, je voyais la zone des points comme un objectif très difficile à atteindre et c'est donc une surprise pour moi", affirme Carlos Sainz.

"Nous avions un bon rythme et ce point, nous le méritions. Spa est un circuit sur lequel j'ai toujours été à l'aise et je voulais donc faire une belle course."

Dimanche prochain, rendez-vous à Monza, un autre circuit qui s'annonce très difficile pour la Toro Rosso.

"Mes espoirs de marquer des points là-bas sont très faibles, ce sera pratiquement impossible. Pour y arriver, il faudrait quelques abandons, mais c'était aussi le cas ici. Nous avons marqué un point ici et nous pouvons être très contents de ça", ajoute le pilote espagnol.

Daniil Kvyat a fait une course assez anonyme, mais sans faute.

"Je ne marque pas de points aujourd'hui mais la 12ème place, après être parti 19ème, est un bon résultat selon moi", dit le Russe.

"Je n'avais rien à perdre aujourd'hui alors j'ai attaqué au maximum. Je ne finis pas loin de Carlos et je suis content qu'il ait pu marquer un point pour l'équipe. C'était un week-end difficile et le prochain, à domicile, le sera encore parce que Monza ne jouera pas en notre faveur. Nous ferons de notre mieux devant les fans italiens", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Week-end difficile pour Bottas
Valtteri Bottas avait une voiture qui devait lui permettre de s'assurer une place sur le podium, mais pour diverses raisons, c'est la cinquième place qu'il a décroché à l'arrivée du Grand Prix de Belgique.

"Ce week-end a été plutôt difficile", déclare le pilote Mercedes.

"Le seul point positif de cette course a été mon rythme lors du deuxième relais avec les gommes tendres. Durant ce relais, je me suis rapproché de Sebastian (Vettel) et Lewis (Hamilton). A la relance de la course, après la voiture de sécurité, j'étais encore en pneus tendres alors que les autres avaient les ultra tendres et ils étaient clairement plus rapides que moi. Je n'ai pas pu me défendre."

Valtteri Bottas n'a pas encore quitté la Belgique qu'il pense déjà à la prochaine course en Italie.

"Il est préférable de penser déjà à Monza afin d'oublier ce week-end le plus vite possible. Nous allons essayer de comprendre ce qui n'a pas bien fonctionné afin d'apprendre de nos erreurs", ajoute le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso menace de partir si Honda reste
Après avoir commenté sa course décevante et frustrante, Fernando Alonso a eu des mots très durs pour Honda.

Selon l'Espagnol, la seule porte de sortie de McLaren c'est de penser à changer de moteur. Ni plus, ni moins. Et cela lui permettrait certainement de prolonger son contrat.

"Il n'y a qu'un changement à faire dans l'équipe, pour être honnête", dit-il en référence à Honda.

"Je pense qu'il y a des solutions pour nous et nous devons les trouver. Elles ne viendront pas du ciel. Nous devons nous réunir, en parler et trouver la meilleure solution pour 2018."

"Nous allons voir ce qu'il peut se passer lors des prochaines semaines. McLaren est toujours l'une des meilleures équipes du monde et je serai heureux de travailler avec elle. Mais, pour ça, il faut des changements. Nous verrons comment les choses vont évoluer dans les deux prochaines semaines."

Alonso a beaucoup critiqué Honda en course. Est-il frustré par la Formule 1?

"Oui, c'est très embarrassant. Je ne me souciais pas des écarts. J'ai dit que c'était juste un test. Maintenant je m'amuse toujours en F1 et je pense que ma valeur n'a jamais été aussi importante quand je vois les offres reçues de la part de plusieurs équipes."

"Je peux tenir encore 7 ou 8 courses comme ça. Mais toutes les options seront confrontées si l'équipe ne peut pas convertir son excellent travail en résultats concrets."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso et Vandoorne ont tiré la langue aujourd'hui
Fernando Alonso avait réussi un très bon tour hier en qualification, mais aujourd'hui en course, on a très vite compris qu'il allait avoir du mal à marquer des points.

Sa McLaren manquait effectivement de vitesse de pointe et tour après tour, l'Espagnol dégringolait dans le classement avant que son moteur rende l'âme.

"J'ai subitement perdu de la puissance sans aucun avertissement", explique Fernando Alonso lorsqu'on lui demande s'il n'a pas fait exprès d'abandonner.

"De toute façon, cela aurait été très compliqué pour nous de marquer des points. C'est dommage, mais ce que je vais retenir de ce week-end, c'est mon chrono en qualification, mon départ d'aujourd'hui, mon premier tour... bon, il nous reste maintenant à faire mieux la prochaine fois, même si nous savons qu'à Monza, ce sera pareil qu'ici pour nous."

A un certain moment, Fernando Alonso a semblé très irrité que l'équipe lui parle à la radio.

"Tous les deux ou trois virages, ils me donnaient des indications sur les freins, le différentiel... et tout le monde me dépassait dans la ligne droite avant même la zone de DRS. Je leur ai donc demandé de me laisser tranquille, car j'avais assez de travail au volant de la voiture."

Quant à Stoffel Vandoorne, il partait depuis la dernière ligne de la grille de départ et étant donné la vitesse de pointe de sa McLaren, il ne pouvait pas s'attendre à faire une remontée d'anthologie dans le classement...

"Le départ était assez bon mais on était ensuite dans un train de DRS. On n'a pas pu utiliser la vitesse qu'on avait. C'est une course très difficile et frustrante pour nous car il manque beaucoup de performance en ligne droite. Dans les virages, par contre, on est assez rapide. On peut se rapprocher des autres mais nous n'avons pas l'occasion de les dépasser. En partant dernier, on a fait le maximum", a précisé le Belge au micro de la 'RTBF'.

"Monza, ce sera très compliqué. Singapour sera, je pense, la prochaine opportunité pour nous de vraiment jouer une place proche des points", conclut le jeune pilote.
source: Nextgen-Auto.com

Massa a réussi une incroyable remontée
Felipe Massa ne s'attendait certainement pas à finir dans les points aujourd'hui, après une mauvaise qualification hier à Spa.

Le Brésilien a toutefois su s'extirper rapidement du milieu de la grille lors du départ afin de jouer rapidement les points.

"Je suis très content de la course d'aujourd'hui, c'était comme une victoire. Super départ, supers dépassements, bon rythme de la voiture alors que cela nous posait des difficultés hier, donc, je suis vraiment heureux et satisfait aussi d'avoir été en mesure de garder les voitures derrière moi à la fin de la course."

"Je pense que la course d'aujourd'hui était très intense, mais je suis si heureux. Je sais que finir 8ème n'est pas une super position au regard de tout ce que j'ai accompli dans ma carrière, mais mon pilotage de la voiture aujourd'hui et la manière dont j'ai disputé la course, c'était absolument comme si c'était une victoire? J'en suis vraiment ravi."

"Bien sûr, il y a encore beaucoup à comprendre et à améliorer sur la voiture, comme par exemple, ce qui ne fonctionne pas depuis les 2 dernières courses, mais je suis content de la course parfaite que j'ai réalisée aujourd'hui."

Lance Stroll finit lui à la 11ème place, à la porte des points.

"C'était certainement mieux qu'hier, mais nous avons manqué les points, ce qui est regrettable. Nous avons été chanceux avec les abandons des autres voitures, mais cela a été vraiment mieux aujourd'hui. C'est dommage que j'ai eu des dégâts en dépassant Magnussen, lorsque que la voiture de sécurité est arrivée vers la fin. J'ai cassé une pièce de l'aileron avant et j'ai eu à tenir le coup jusqu'à la fin. Sans cela, j'aurais pu attaquer Sainz pour des points, mais cela a été une bonne course avec pleins de choses qui se sont passées et je me suis amusé. C'était génial de voir que la voiture fonctionnait mieux lors de la course que pendant les qualifications."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen estime sa pénalité trop sévère
Kimi Räikkönen pouvait prétendre à une place sur le podium aujourd'hui en Belgique, mais il n'a pas souhaité ralentir dans une zone sous drapeaux jaunes et cela lui a coûté 10 secondes de pénalité... et trois points de pénalité sur sa licence. Ses premiers.

Et c'est à cause de ça que Räikkönen a manqué le podium, pour le plus grand bonheur de Daniel Ricciardo.

"Les commissaires avaient certainement de bonnes raisons de me pénaliser, mais je ne pense pas avoir fait quelque chose de dangereux", déclare Kimi Räikkönen.

"La voiture de Verstappen était déjà à l'abri derrière les rails et la piste était donc libre. J'ai vu le drapeau jaune, mais selon moi, cette pénalité est trop sévère. Je ne sais pas si les autres ont levé le pied, mais pour ma part, je n'ai certainement pas été plus vite que lors des tours précédents. Parfois, les commissaires prennent des décisions étranges."

Après cette pénalité, Kimi Räikkönen est remonté en piste en septième position. Il a ensuite dépassé Ocon, Hülkenberg et Bottas, mais il a dû abandonner la plus petite marche du podium à Ricciardo.

"La Red Bull était très rapide en ligne droite. Après la voiture de sécurité, j'ai seulement dépassé Bottas et même si j'ai essayé de gagner encore une place jusqu'à la fin de la course, je n'y suis pas arrivé. Ce n'est pas le meilleur des résultats, mais cela aurait pu être pire. Nous allons essayer de faire mieux la semaine prochaine", ajoute Räikkönen qui pense déjà à Monza.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - C'est vraiment démotivant
Max Verstappen a dû abandonner pour la 6ème fois de la saison aujourd'hui, à Spa-Francorchamps, en Belgique, devant des dizaines de milliers de fans hollandais venus pour lui.

Le jeune pilote n'a pas caché sa frustration énorme à la radio. Mais combien d'abandons va-t-il encore supporter avant de reconsidérer son futur chez Red Bull?

"Je ne sais pas, mais pas trop", est la réponse cinglante du principal intéressé.

Verstappen n'avait effectué que 8 tours avant de devoir s'arrêter, moteur en rade.

"Je suis frustré, déçu et tout simplement pas heureux. Cela ne peut pas arriver dans une équipe de pointe. Au début, tu peux dire que c'est la faute à pas de chance, ce genre de choses arrive. Mais si cela arrive pour la 6ème fois cette année, tu ne peux plus dire que c'est de la malchance."

"Les fans ont acheté des billets très chers pour venir et regarder la course, et hop, après 8 tours, c'est fini. Donc c'est vraiment démotivant parce que tu travailles dur durant tout le week-end, tu réalises une super qualification et tu as hâte de disputer la course. Et puis au final tu dois abandonner au bout de 8 tours."

"Je ne sais pas quoi dire - c'est juste une année difficile."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton félicite Vettel pour sa belle course
Lewis Hamilton a remporté la victoire aujourd'hui en Belgique, mais cela n'a pas été sans mal. Sebastian Vettel l'a en effet mis sous pression du départ à l'arrivée.

"Ce fut un très bon week-end pour l'équipe et moi", déclare Lewis Hamilton.

"L'équipe a fait du très bon travail et je la remercie pour ça. Sebastian a livré une belle bataille, mais j'étais venu ici pour ça. Toutefois, j'ai eu l'impression d'être en NASCAR lorsqu'ils ont sorti la voiture de sécurité alors qu'il n'y avait de raison pour le faire."
.
"Les débris d'aileron ont été enlevés dès que nous avons ralenti et je pense donc qu'ils auraient pu mettre une voiture de sécurité virtuelle."

"Je pense qu'ils voulaient voir une bataille en tête de la course et c'est certainement pour ça qu'ils ont fait ça. En plus de ça, la voiture de sécurité était très lente et je suppose que c'était pour permettre aux autres pilotes de revenir. Comme j'avais les pneus les plus durs, c'était difficile pour moi de les maintenir à la bonne température."

A la relance de la course, Sebastian Vettel l'a attaqué immédiatement et a réussi à se mettre à la hauteur de la Mercedes dans la ligne droite, mais sans parvenir à passer.

"Il a eu une bonne aspiration, mais je crois qu'il était trop près de moi à la sortie du premier virage et il a certainement levé un peu le pied avant l'Eau Rouge. Il a fait une très belle course, il a été très contant."

"Cela a été très amusant de se battre contre un pilote d'une autre équipe, en particulier contre Sebastian qui était au meilleur de sa forme, comme sa voiture. Je pense qu'il était plus rapide que moi, mais heureusement, j'ai fait ce qu'il fallait pour rester devant lui", ajoute le champion britannique.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Ferrari a été plus rapide que prévu à Spa
Toto Wolff admet avoir eu très chaud lors du Grand Prix de Belgique. Sebastian Vettel a été menaçant, de manière constante, derrière Lewis Hamilton.

Et lorsque la voiture de sécurité est entrée en action, tout le monde a pensé que Mercedes avait fait une faute en faisant repartir Hamilton en tendres alors que Vettel avait chaussé des ultra-tendres.

Pourquoi ce choix?

"Tout simplement parce que nous n'avions plus d'ultra-tendres capables de tenir aussi longtemps. Nous les avions utilisés en qualification - Ferrari en avait un jeu en plus ici."

"L'avis de James Allison était que les tendres étaient les meilleures gommes pour notre voiture pour les 13 ou les 14 derniers tours et que ce serait un avantage si nous réussissions à nous maintenir en tête à la reprise de la course - et le résultat a prouvé que c'était la bonne décision."

Concernant le rythme de Ferrari, Wolff admet: "nous avons été surpris. Ils ont fait du bon travail en apportant des évolutions qui marchent."

"C'est un circuit qui doit bien leur convenir, tout comme Silverstone, et ils ont été beaucoup plus proches de nous que nous l'imaginions. Ils nous faut simplement garder notre capacité de développement, continuer à apporter des pièces sur la voiture et performer de manière irréprochable."

Ferrari devient plus forte que prévue sur les circuits rapides. Et qu'en est-il des difficultés rencontrées par Mercedes sur certains circuits?

"Nous n'avons pas étés bons sur les circuits à forts appuis. Tout comme Ferrari a réussi à nous rattraper sur des circuits comme celui de Spa, il nous faut les rattraper sur des circuits comme celui de Silverstone. Ce ne sera pas une promenade de santé."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez admet sa responsabilité...
Sergio Pérez et son équipier Esteban Ocon vont très probablement se faire gronder en cette fin d'après-midi, car ils ne se sont pas accrochés une fois, mais deux!

Pour le premier accrochage, juste après le départ, Sergio Pérez admet sa responsabilité.

"Le premier accrochage est totalement de ma faute", reconnaît Pérez. "J'accepte ma responsabilité et j'en suis désolé. C'est au départ que j'ai fait une erreur. Je suis parti trop tard à cause d'une fausse manœuvre et cela m'a privé de la moitié de la puissance. Je ne l'ai pas vu."

Pour le deuxième accrochage, celui qui a provoqué l'intervention de la voiture de sécurité, Sergio Pérez rejette en partie sa responsabilité.

"Pour ce qui concerne le deuxième incident, je pense qu'Esteban s'est montré très optimiste, car il n'y avait pas la place pour deux voitures à cet endroit. Il avait toute la ligne droite qui suivait pour effectuer sa manœuvre et c'est donc dommage que nous nous sommes touchés. Nous avons ruiné notre course", ajoute le pilote mexicain.

"Je suis très déçu de moi aujourd'hui, c'est la première fois que je fais quelque chose de mal et je dois le dire", finit par reconnaitre Pérez.

"La première collision, j'assume. Pour la 2ème je pense que c'était limite, Esteban n'avait pas la place. Cela aurait pu être évité. Il va falloir parler, comme après Bakou."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Pérez va devoir se calmer sinon ça va mal se passer pour lui
Esteban Ocon était très en colère à la sortie de sa Force India.

Selon le Français, son équipier Sergio Pérez est totalement fautif des deux collisions entre eux lors de ce Grand Prix de Belgique, au moment du départ puis à l'entame du dernier tour de la course.

"Il va y avoir beaucoup de choses à expliquer après cette course, honnêtement je reste toujours calme mais je n'étais pas calme dans la voiture pour une fois. Ce qu'il fait c'est inacceptable! C'est dangereux à plus de 300 km/h! Ca aurait pu être très dangereux pour nous deux, j'aurais pu m'envoler, au premier tour comme lors du deuxième incident. Donc il va falloir qu'il se calme sinon ça va mal aller pour lui, je pense", lance Ocon.

"Lors du premier tour je ne pouvais rien faire, si je freinais on partait en tête-à-queue, je n'avais qu'à essayer de rester au même niveau pour ne pas avoir de différence de vitesse. C'était limite mais c'est passé. On aurait pu rester tous les deux sur le carreau. D'ailleurs c'est ce qui lui est arrivé lors du 2ème accrochage. Mais il faut que l'équipe fasse quelque chose pour régler ça."

"Après, pour l'incident du 1errr tour j'accepte que ça puisse arriver parce qu'il m'a vu mais il avait aussi une voiture à sa gauche. Cependant, me pousser dans le mur ce n'est pas professionnel. Il avait de la marge."

"Le 2ème incident, là c'était trop. Quel est l'objectif en me tassant autant vers le mur? Il a risqué ma vie, la sienne. Il n'a pas montré qu'il était un grand professionnel aujourd'hui."

"Forcément on essaye de se battre l'un l'autre, il faut déjà qu'on rediscute pour savoir pourquoi il s'est arrêté avant moi, et il ne faut pas que ce genre de choses se reproduise parce qu'on perd beaucoup de points aujourd'hui pour l'équipe. J'aurais pu faire septième, c'était des gros points pour nous, je limite encore la casse en faisant neuvième mais c'est pas idéal."

Que va faire Ocon maintenant?

"Lui dire la vérité. Je n'ai pas peur de lui, je vais lui parler. Si les mots doivent être durs, ils le seront."

"Je comprends la position de l'équipe de ne plus nous laisser nous battre après aujourd'hui. Mais Sergio a 28 ans, il a 7 ans de F1 derrière lui. Il doit réfléchir à ce qu'il fait sinon nous ne pourrons rien prouver de notre professionnalisme à nos patrons."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - J'ai saisi ma chance pour ce podium
Daniel Ricciardo est monté sur un podium inattendu aujourd'hui à Spa.

Grâce à la voiture de sécurité et à la pénalité de Kimi Räikkönen plus tôt dans la course, l'Australien et sa Red Bull ont réussi à se défaire des deux Finlandais du plateau, Räikkönen et Valtteri Bottas finissant derrière lui.

"J'avais un très bon rythme en course aujourd'hui, surtout lors du dernier relais", confie Ricciardo.

"C'est sûr que nous avons été aidés par la voiture de sécurité, elle est sortie au bon moment pour nous. Nous avons aussi profité du stop & go de Kimi. Au restart, j'ai tout donné, une opportunité s'est présentée pour doubler Valtteri et je l'ai saisie."

"Je ne suis pas du genre à laisser passer ma chance alors je suis heureux de ce podium. Toute l'équipe était derrière moi après l'abandon de Max (Verstappen). Merci d'ailleurs à tous les fans hollandais de ne pas être partis après ça. Ils m'ont aussi soutenu. Je suis certain qu'ils auraient préféré voir Max gagner, alors j'apprécie leur enthousiasme et leur soutien."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est déçu mais pas trop
Sebastian Vettel a décroché la deuxième place aujourd'hui en Belgique, derrière son rival Lewis Hamilton. Le champion allemand ne semble toutefois pas abattu, d'autant plus qu'il reste en tête du Championnat du monde.
"Je me suis bien amusé", se réjouit Sebastian Vettel. "Ce fut très intense, car j'ai attendu du début à la fin que Lewis commette une erreur, mais cela n'est pas arrivé. Il a probablement lui aussi espéré que je fasse une erreur, mais ce n'est pas arrivé non plus."

"Je ne suis pas totalement satisfait de ma relance après la voiture de sécurité. J'ai tout le temps eu peur de ne pas être assez proche de Lewis et finalement, je me suis retrouvé trop près de lui. Je me suis retrouvé sur la trajectoire extérieure et je n'ai rien pu faire. Je pense que nous avions un bon rythme, nous étions bien plus compétitifs ici par rapport à Silverstone", ajoute le champion allemand.

"Maintenant je croise les doigts pour Monza, notre course à domicile."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon et Pérez n'auront plus le droit de se battre
Sergio Pérez et Esteban Ocon ne seront plus autorisés à se battre en course, après deux nouvelles collisions aujourd'hui lors du Grand Prix de Belgique.

Les deux hommes se sont touchés au départ et, après, dans la descente vers l'Eau Rouge. Cela a coûté encore beaucoup de points à Force India.

Le directeur des opérations, Otmar Szafnauer, est furieux à l'arrivée.

"Je n'ai vu que ce que vous avez vu à la télévision et il semble que Sergio a tassé Esteban dans le mur. Il est le perdant de cette connerie de sa part", lance-t-il.

"Maintenant, ils n'auront plus le droit de se battre. Nous les avons laissé faire jusqu'à maintenant. S'ils ne peuvent pas se battre d'une manière qui est bonne pour l'équipe alors ils ne sont plus autorisés à le faire."

"Ils ne doivent pas se toucher. Aujourd'hui ils l'ont fait. Deux fois. Ils ont eu leur liberté, maintenant c'est terminé. Nous leur avons dit que si ce qui s'était passé à Bakou se reproduisait, ce serait fini."

"Nous ne mettons pas en danger notre place au championnat mais nous avons perdu des points."

"Les fans veulent voir des pilotes se battre. Mais quand la sécurité n'est plus là, qu'il y a des accidents, nous devons reprendre la main."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Belgique - Course
Après une 68ème pole en carrière samedi, record de Michael Schumacher égalé, Lewis Hamilton (Mercedes) a dû résister à Sebastian Vettel (Ferrari) ce dimanche pour décrocher son 58ème succès en carrière à Spa en Belgique.

Le Britannique avait bien maîtrisé son envol face au quadruple Champion du monde, en résistant à la SF70H dans la ligne droite de Kemmel dans le premier tour et en maintenant l'écart avec le pilote allemand durant tout le premier relais.

L'ordre dans le quatuor de tête n'a pas évolué au départ puisque Valtteri Bottas (Mercedes) restait devant Kimi Räikkönen (Ferrari). Derrière les Red Bull de Max Verstappen et Daniel Ricciardo, le grand gagnant du départ se nomme Fernando Alonso (McLaren), remonté en sixième position.

Mais le pilote espagnol devra rapidement céder des positions, en premier lieu face à Nico Hülkenberg (Renault), puis face aux Force India de Esteban Ocon et Sergio Pérez, qui sont allées au contact dans le premier tour.

Le peloton perd rapidement la Red Bull de Max Verstappen, victime d'un souci technique sur sa monoplace, avec une perte de puissance. Le Néerlandais est contraint d'immobiliser sa monoplace en bord de piste dans la ligne droite de Kemmel.

La hiérarchie n'est pas modifiée après les premiers arrêts des leaders peu après le 12ème tour. Kimi Räikkönen est toutefois sanctionné d'un stop&go de 10" pour ne pas avoir respecté les drapeaux jaunes durant l'évacuation de la monoplace de Max Verstappen.

Au 27ème tour, Fernando Alonso (McLaren) abandonne à son tour, suite à un souci moteur, avant qu'un contact entre les Force India d'Esteban Ocon et Sergio Pérez ne vienne relancer les débats. Les deux pensionnaires de la structure de Vijay Mallya se sont percutés dans la descente vers l'Eau Rouge, Ocon cassant son aileron avant, alors que Pérez doit rentrer au ralenti avec une crevaison à l'arrière-droit. La voiture de sécurité est déployée pour nettoyer la piste des débris.

Les seconds arrêts aux stands se réalisent durant la neutralisation, et Vettel choisit de passer les gommes ultra-tendres, quand les Mercedes chaussent les pneus tendres. A la relance, Vettel reste dans le sillage immédiat d'Hamilton et se décale dans la ligne droite de Kemmel.

Mais l'Allemand ne peut réaliser le dépassement décisif et laisse Hamilton se construire une petite avance d'un peu plus d'une seconde, que le Britannique conserve jusqu'à l'arrivée. Vettel termine deuxième et précède finalement Daniel Ricciardo, qui a profité de la relance pour passer Valtteri Bottas. Le Finlandais abandonne également une position face à Kimi Räikkönen, quatrième à l'arrivée devant la Mercedes F1 W08.

Nico Hülkenberg (Renault) suit en sixième position devant Romain Grosjean (Haas), Felipe Massa (Williams), Esteban Ocon et Carlos Sainz (Toro Rosso). Lance Stroll (Williams) échoue à la porte des points et devance Daniil Kvyat (Toro Rosso), Jolyon Palmer (Renault), Stoffel Vandoorne (McLaren), Kevin Magnussen (Haas) et Marcus Ericsson (Sauber). Sergio Pérez a abandonné juste avant l'arrivée, alors que Pascal Wehrlein (Sauber) avait été le premier pilote à renoncer en début de course.

Hamilton revient ainsi à sept points de Vettel avant le Grand Prix d'Italie à Monza la semaine prochaine. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Cinq places de pénalité pour Palmer, la grille change à nouveau
Comme pressenti hier après les qualifications, Renault F1 n'a pu éviter de changer la boîte de vitesses de Jolyon Palmer, tombé en panne lors de la Q3.

Le Britannique écope donc d'une pénalité de cinq places juste avant le départ du Grand Prix de Belgique, qui sera donné à 14h.

Qualifié dixième, Palmer s'élancera 15ème. En conséquence 5 pilotes profite de cette pénalité: Fernando Alonso, Romain Grosjean, Kevin Magnussen, Carlos Sainz et Lance Stroll gagnent tous une place.
source: Nextgen-Auto.com

Il y a au moins une option encore pour Wehrlein selon Wolff
Pascal Wehrlein ne semblait pas très optimiste à Spa-Francorchamps pour la suite de sa carrière en Formule 1 l'an prochain.

Faute de baquets disponibles et suite au renforcement des liens entre Sauber et Ferrari, l'Allemand pourrait bien se retrouver sans place de titulaire.

Toto Wolff, le directeur de Mercedes F1 et qui gère la carrière des jeunes pilotes de la marque à l'étoile, ne veut pas se montrer aussi pessimiste que cela pour l'Allemand.

"Selon moi, tout dépend encore beaucoup de ce que Pascal peut faire. Il peut encore démontrer de belles choses à Sauber en cette fin d'année."

"Après, peut-être que la porte de cette équipe lui sera fermée à cause de la relation plus étroite avec Ferrari. Mais, selon moi, il a encore au moins une autre option pour rester en F1."

Cette option serait un baquet chez Williams, si Fernando Alonso ne le prend pas. D'autres voient aussi un transfert chez Force India, au cas où Renault réussirait à récupérer Esteban Ocon. Des discussions auraient démarré en ce sens à Spa.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes va adapter ses consignes course après course
Alors qu'elle possède actuellement l'avantage de mener une bataille à deux pilotes contre un au championnat, l'équipe Mercedes pourrait voir cet avantage se retourner contre elle au moment où les deux pilotes risquent de se prendre des points.

Pour le moment, aucune consigne n'a été donnée et Lewis Hamilton a joué le jeu en Hongrie en rendant la troisième place que Bottas lui avait offerte quelques tours plus tôt pour essayer d'aller chercher le podium.

"Certaines personnes disent que nous avons été naïfs à Budapest" explique Toto Wolff. "Mais notre règle est de dire que les deux pilotes ont la même chance pour le titre et nos deux pilotes savent qu'on tient notre parole. C'est important pour l'esprit d'équipe."

La différence entre cette saison et les précédentes se situe dans le fait que le rival n'est pas l'autre pilote Mercedes, mais un pilote Ferrari: "Nous ne voulons évidemment pas perdre le championnat parce que nous avons été trop sportifs. Le fait est qu'il n'y a pas de trophée pour le fair play. La Formule 1 est plus difficile que ça et nous devrons adapter nos principes."

Cette adaptation verra donc l'équipe ajuster ses décisions au fur et à mesure des courses, en se basant sur le déroulement de celles-ci, de manière à optimiser les chances de titre de l'un ou l'autre des pilotes et évidemment, de l'équipe.

"Nous avons beaucoup pensé à cela dernièrement et je peux dire que nous voulons laisser le maximum de liberté à nos pilotes. Il est impossible d'anticiper ce qu'il se passera et de prévoir chaque scénario mais Ferrari a un avantage du fait que Sebastian est leur leader évident et que Kimi le couvre."

"Dans les dernières années, nous n'avons pas pris cette approche et à chaque fois qu'une situation se présentera en course, nous prendrons des décisions qui dépendront de leur effet sur l'issue du championnat" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Le contrat de Bottas sera prêt la semaine prochaine
Le marché des transferts devrait se verrouiller encore davantage avant la prochaine course, à Monza.

Selon les informations recueillies à Spa, le contrat de Valtteri Bottas chez Mercedes pour la saison 2018 sera prêt à être signé dès la semaine prochaine.

L'annonce pourra être faite à Monza ou même avant.

Toto Wolff admettait hier soir que "cela semble très logique de continuer l'année prochaine avec Valtteri."

"C'est une question de détails et de paperasse maintenant. Il y a de grandes chances qu'il soit encore avec nous l'an prochain."

Mercedes ne se fermera toutefois pas d'options pour 2019: le nouveau contrat ne sera que pour une année, afin d'aligner la fin de contrat de Bottas sur celui de Lewis Hamilton.
source: Nextgen-Auto.com

Lauda clarifie ses propos sur ses discussions avec Vettel
Hier soir, Toto Wolff a tenu à démentir que Mercedes avait discuté de contrat avec Sebastian Vettel lors des derniers mois.

Comme nous vous le rapportions, cela sonnait comme une grosse contradiction avec les affirmations de Niki Lauda, plus tôt dans la journée.

Le triple Champion du monde a donc tenu à s'expliquer.

"Je ne comprends pas toute cette excitation autour de cette histoire avec Vettel. Bien entendu que je discute avec lui. Ce sont des discussions, pas des négociations", affirme Lauda.

"On peut toujours discuter afin de savoir qui pense faire quoi. Et de notre côté nous avons toujours pressenti qu'il resterait chez Ferrari. La seule question était de savoir pour combien de temps."

"Maintenant nous savons que c'est pour 3 ans. Il va certainement prendre sa retraite avec eux."
source: Nextgen-Auto.com

Claire Williams serait ravie d'avoir Alonso
Fernando Alonso et Williams, est-ce une histoire qui peut fonctionner?

Aucune des deux parties n'a démenti les discussions en cours, l'Espagnol affirmant avoir eu plusieurs offres autres que celles de McLaren lors des deux derniers mois.

Celle de Williams figure évidemment parmi les plus intéressantes.

Claire Williams a reconnu de son côté que "ce serait génial d'avoir Fernando."

"Mais ce serait génial pour n'importe quelle équipe. Nous serions ravis de l'avoir. Mais, pour l'instant, nous nous concentrons sur cette année."

"Le sujet des pilotes pour 2018 arrivera un peu plus tard. Alonso serait probablement un bon pilote pour Williams. Et il aurait aussi l'air bien dans une combinaison Williams, non? Nous verrons bien."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne sent pas d'intérêt de la part de Ferrari pour lui
Beaucoup de gens ont prédit un avenir en rouge à Daniel Ricciardo. Mais, avec la prolongation de contrat de Sebastian Vettel pour 3 ans et celle de Kimi Räikkönen pour 1 an, rien ne va changer dans l'immédiat.

L'Australien comprend cette décision et admet qu'il ne sent pas d'intérêt de la part de la Scuderia pour lui.

"Quand j'ai vu la prolongation de contrat de Kimi pour un an, je n'ai pas été surpris par la suite, le contrat de Seb. Le contrat de Kimi est un peu comme une assurance pour garder Seb. Je sais que Seb aime bien travailler avec Kimi", explique Ricciardo.

"En même temps, Seb mène le championnat, il est en bonne position. Il était assez évident qu'il allait faire ce choix. La seule autre meilleure place est chez Mercedes et il semble qu'ils vont continuer avec les deux pilotes qu'ils ont."

"Nous verrons bien en ce qui me concerne, Ferrari me fait rêver. Mais quand on me pose la question sur la Scuderia, j'ai l'impression que l'intérêt vient plutôt des fans et des médias, pas nécessairement de Ferrari. Tant que Seb sera chez Ferrari, je ne vois pas de vraies chances pour moi. Peut-être que les gens veulent me voir en rouge, certaines personnes, mais celles qui comptent (chez Ferrari), je n'en suis pas vraiment certain."

"Nous verrons, pour être honnête je n'en sais rien. Plus rien n'arrivera de toute façon avant 2019 maintenant. C'est trop loin pour commencer à y penser."
source: Nextgen-Auto.com

Un calendrier à 25 courses comporterait avantages et inconvénients
Liberty Media a démarré une mue de la Formule 1 depuis son rachat en début d'année et l'un des dossiers principaux auxquels les Américains veulent s'attaquer est le calendrier qui, selon eux, n'est pas forcément bien agencé et coûte beaucoup d'argent et d'énergie aux équipes et à leurs membres avec 20 courses.

L'idée pour eux serait de passer à 25 courses par an et de les agencer par zone géographique, en regroupant les manches asiatiques d'un côté, les courses européennes ensuite et isoler la tournée américaine, afin de limiter les déplacements. Toutefois, il faudrait accepter des enchaînements plus nombreux de courses et accepter un tel nombre de courses.

"Si l'on regarde le calendrier de la saison prochaine, nous avons un enchaînement de trois courses suivi, deux semaines plus tard, par deux courses de suite, donc selon moi le calendrier est à son point de saturation" explique Christian Horner. "Je pense que 21 courses sont l'absolue limite et qu'au delà, je pense qu'on tire trop sur la corde des ingénieurs et des équipes, ainsi que du personnel qui voyage."

"Sinon, il faut opérer en rotations et si l'on part dans cette direction, les coûts deviendront exponentiels car il faudra une force opérationnelle bien plus importante. Evidemment, tout est possible mais tout a un prix et il en serait largement augmenté."

Pour Horner, il est préférable de faire un choix plutôt que d'accepter toutes les candidatures: "Je préfère choisir parmi les courses qui sont moins rentables ou moins bonnes et les remplacer par de meilleures pour avoir une compétition sur un championnat plus limité que sur 25 courses."

Günther Steiner ne refuse pas en bloc cette possibilité mais assure qu'il faudrait faire de nombreux aménagements pour pouvoir envisager une saison aussi longue, que ce soit sur le format de la saison ou des courses.

"Cela a du sens sur le plan économique, de la manière dont Chase Carey veut le faire, et je pense que ça peut être fait" explique Steiner. "Je pense qu'il faudrait à la fois que la saison soit plus longue et à la fois qu'elle comporte plus d'enchaînements de courses car sinon, on n'aurait que des courses qui se suivraient et ce n'est pas possible."

"Peut-être qu'il faudrait raccourcir les week-ends et le temps de montage des garages par exemple, et contrôler tout cela. Pour le moment, Chase en parle mais n'a jamais amené l'idée devant le Groupe Stratégie. Je pense qu'il en parlera d'abord afin d'avoir des réponses au sujet de ce que peuvent faire les équipes et de ce qu'elles ne peuvent pas faire."

"Il ne va pas organiser quelque chose qu'on ne pourra finalement pas faire. Je pense que c'est un plan mais je pense qu'il y a de nombreuses manières de le faire et une manière de ne pas le faire. L'une des manières serait de faire une saison plus longue avec des week-ends plus courts, mais il faut d'abord qu'il vienne en parler car il faut qu'on sache ce qu'il se passera si ça coûte de l'argent et si aucun revenu ne rentre."

Cyril Abiteboul rejoint l'avis selon lequel 25 courses feraient une trop longue saison: "Je pense qu'il s'agit de qualité et non de quantité et je me concentrerais plutôt sur la qualité que la quantité. Je pense que nous avons besoin de courses iconiques, de courses fabuleuses et de quelque chose qui créé une attente. En regardant dans le passé, on voit qu'il n'y a pas besoin d'avoir beaucoup de courses pour rendre la F1 populaire donc c'est ma réponse, en plus du fait qu'il ne faut pas sous-estimer le facteur économique."

La saturation dont les trois hommes parlent pourrait aussi s'appliquer au public, c'est en tout cas la crainte des directeurs d'équipe qui se demandent si le public aura l'envie et le temps de se consacrer sur autant de manches.

"Il faut reconnaître que c'est à double tranchant" poursuit Steiner. "Certaines personnes veulent plus de courses, d'autres veulent rester au nombre actuel et enfin, d'autres en veulent moins. Je pense que l'avantage d'en avoir beaucoup, c'est de pouvoir décider si l'on regarde ou non. S'il manque des courses, vous ne pouvez pas faire de choix."

Quant à lui, Christian Horner craint que ce changement n'amène que de la confusion aux spectateurs: "Je ne peux déjà pas me rappeler ce qu'il s'est passé en début de saison, imaginez si l'on monte à 25 courses. C'est comme un bon livre, on peut en faire un avec de très bons chapitres mais il peut aussi y avoir de moins bons passages alors que certains vous scotcheront, mais on atteint un point où l'on peut en faire trop. Je pense que comme le disait Cyril, il faut choisir les meilleurs événements et les promouvoir afin d'avoir plus de qualité que de quantité."

"Je veux juste ajouter que nous devons être prudents" reconnaît Abiteboul. "Nous n'atteindrons jamais le nombre d'événements annuels de sports américains tels que la Nascar ou la NBA. Ce sont des centaines de matchs pour cette dernière donc passer de 21 à 25 n'aura pas un impact sur le profil de la F1. Cela reste assez limité et je ne pense vraiment pas qu'il faudrait travailler sur la quantité mais bien sur la qualité."

Enfin, ce sont bien les pilotes qui pourraient avoir leur mot à dire dans cette décision puisque l'allongement de la saison leur donnerait forcément plus de difficultés physiques, même si les voyages sont limités par le regroupement de courses par zones géographiques.

"Je ne connais aucun sportif qui n'a pas besoin de repos mais je n'ai pas l'impression qu'ils soient particulièrement fatigués après un enchaînement de deux courses" assène Abiteboul. "Cela ne fera pas une grande différence mais comme toujours, je pense que chaque personne qui travaille en F1 a une motivation énorme pour réussir le meilleur en termes de performances sportives."

Quant à Christian Horner, il préfère justifier la facilité d'adaptation par leur âge: "La plupart de ces gars ont 20 ou 30 ans et la plupart d'entre eux touche plusieurs millions d'euros pour piloter les meilleures voitures du monde, 21 week-ends par an. Je n'ai pas l'impression que ce soit horrible. Ils ne font plus d'essais donc il y a moins d'exigences envers les pilotes, en comparaison avec celles d'il y a dix ou quinze ans, où ils seraient partis directement d'un Grand Prix pour trois jours d'essais à Jérez avant d'aller sur la course suivante."

"La vie de pilote de Grand Prix est nettement plus concentrée sur la course et ils ont bien plus de temps libre qu'avant, et comme je le dis, on parle de dix ou quinze ans en arrière."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly - Mes chances d'aller en F1 sont bonnes
Pierre Gasly, le champion en titre du GP2, attend toujours de pouvoir faire ses débuts en Formule 1 chez Toro Rosso.

Le Français a récemment moulé son baquet mais il n'est pas question pour lui de remplacer Daniil Kvyat en cette fin de saison. Cela a été fait par précaution puisque le Russe risque une suspension pour un Grand Prix s'il obtient encore 2 points de pénalité sur sa licence d'ici Austin.

Gasly devrait bientôt savoir de toute façon de quoi sera faite sa campagne 2018. Si le Russe est à nouveau retenu ou si Carlos Sainz est finalement libéré par Red Bull (contre une belle somme d'argent) pour aller chez Renault.

"A l'heure actuelle, mes chances d'aller en F1 sont bonnes. Mais tant que le contrat n'est pas signé, rien n'est fait. Je dois rencontrer Helmut Marko ce week-end. Je parle d'ailleurs tous les week-ends avec lui, à chaque fois que je le vois", confie Gasly à Spa.

"Bien entendu, après avoir gagné le GP2 l'an dernier, le seul objectif pour le moment, la seule chose à laquelle je pense, c'est être sur la grille de départ en Formule 1. C'est ma vie, mon rêve et la seule voiture que je veux piloter en 2018."

"Je vais faire de mon mieux et avec un peu de chance j'y serai."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul attend des confirmations aujourd'hui pour Renault F1
Nico Hülkenberg a encore été le meilleur des autres hier, en qualifications, en hissant sa Renault F1 à la 7ème place à Spa, derrière les Mercedes, Ferrari et Red Bull.

Mais cette place aurait pu, pour une fois être occupée par Jolyon Palmer, qui a été plus rapide que l'Allemand jusqu'en Q2, avant qu'un problème de boîte de vitesses ne l'empêche de défendre ses chances lors de la Q3.

Mais à part cette exception qui confirme la règle, Cyril Abiteboul reconnait que Nico Hülkenberg a l'avantage en termes de performance pure.

"Je ne pourrais pas vous dire où se situe la différence entre eux. Mais il est vrai que Jolyon n'a pas le même rythme, en général, que Nico le samedi", dit-il.

"Nico est clairement incroyable en qualifications. Peut-être l'un des meilleurs sur la grille dans cet exercice. Ce n'est pas toujours visible parce qu'il n'a pas la voiture pour le démontrer mais c'est vraiment incroyable ce qu'il réussit à faire. Jolyon n'a peut-être pas toujours le rythme le samedi mais il arrive toujours à tirer plus de sa voiture le dimanche."

"Nous verrons bien. La voiture progresse et cela aide probablement. Elle est maintenant la 4ème la plus rapide, derrière les 3 top teams. C'est ce que nous voulions à ce stade de la saison. Notre position au championnat n'est toutefois pas celle-là, c'est ce sur quoi nous devons nous concentrer."

Abiteboul souhaite en effet que la performance du samedi se transforme maintenant plus constamment en gros points le dimanche. Selon lui, c'est possible.

"Nous avons commencé la saison avec un bon rythme le samedi, que nous ne réussissions pas à convertir en points le dimanche. Donc, à ce moment-là et comme nous attendions des grands développements qui sont arrivés plus tard dans la saison, nous avons favorisé les performances en course dans les réglages. Cela nous a donné quelques points."

"Ensuite, à Silverstone, nous avons réussi à apporter ce grand développement auquel je me suis référé. Donc, cette tendance de sous-performance le dimanche par rapport au samedi n'est plus si vrai. Nous devrons voir ici si ce cap passé dans les performances le samedi et dimanche le à Silverstone, et qui s'est confirmé à Budapest, deux pistes très différentes, est confirmé ici ou non."
source: Nextgen-Auto.com

Haas a déjà ses pilotes pour 2018 et ne pense pas encore à 2019
Haas a confirmé pendant l'été ses deux pilotes actuels, Romain Grosjean et Kevin Magnussen, pour une année de plus. L'équipe américaine était pressentie pour engager l'un des pilotes de la Ferrari Driver Academy, Giovinazzi et Leclerc, mais n'en fera rien.

"Nos pilotes ont eu des contrats quand nous les avons signés" rappelle Günther Steiner. "Romain s'était engagé pour trois saisons il y a deux ans et Kevin a signé un contrat de deux ans l'an dernier, donc ce que nous faisons est logique. Il n'y a aucune idée derrière cela, nous voulions à ce moment-là les meilleurs pilotes disponibles pour marquer autant de points que possible et c'est pour cela qu'ils sont chez nous."

"J'ai toujours dit que la question des pilotes était réglée pour 2018. Concernant 2019, nous ne savons pas et nous n'en avons pas encore parlé. Effectivement, Charles et Antonio ont tous les deux testé pour nous. Charles l'a fait l'an dernier et Antonio cette saison, qui doit d'ailleurs faire d'autres séances d'essais libres, mais il n'y a aucun plan pour 2019. Nous savons juste qu'Antonio doit encore faire six séances cette saison et nous verrons ce que nous ferons l'an prochain."

En dehors des pilotes, Haas développe encore son côté opérationnel puisque l'équipe ne vit que sa deuxième saison en Formule 1. La question est désormais de savoir si d'autres recrutements sont nécessaires et le cas échéant, dans quels domaines ils doivent être opérés.

"Je pense que nous en avons besoin un peu partout. Il n'y a pas spécialement de vide à combler pour développer l'équipe, nous sommes encore une petite équipe, peut-être la plus petite car nous n'avons pas plus de 200 personnes actuellement. Nous devons nous renforcer dans tous les domaines, et c'est ce que nous faisons."

"Nous cherchons des employés pour l'an prochain car cela prend du temps de recruter des bonnes personnes, mais nous comptons augmenter nos effectifs de 10 à 15%. Nous continuons, non pas à devenir plus grands, mais nous essayons d'être meilleurs sans forcément devenir plus grands, et c'est très difficile, mais nous essayons d'être efficaces."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren estime que c'est à Honda de convaincre Alonso
McLaren a reconnu que le niveau devait être relevé de manière drastique pour convaincre Fernando Alonso de s'engager pour une saison de plus avec la formation de Woking. Zak Brown reconnaît que les performances actuelles sont loin de satisfaire aux désirs de son pilote.

"Il n'a pas vraiment confiance en ce moteur et nous devons lui montrer rapidement, ou tout du moins Honda doit lui montrer rapidement qu'il va y avoir des améliorations drastiques" explique Brown. "Mais nous avons travaillé dessus durant toute la pause estivale et nous espérons avoir rapidement des effets de ce pas en avant."

Malheureusement pour Brown, il va déjà falloir éteindre l'incendie des qualifications du Grand Prix de Belgique où Alonso, surprenant candidat à la Q3, était trahi lors de son deuxième tour rapide par sa mécanique et un manque de puissance. Brown était pourtant confiant après avoir passé la matinée avec l'Espagnol.

"J'ai pris le petit-déjeuner avec lui ce matin et tant que l'on peut le rassurer sur le fait que notre voiture sera fiable l'an prochain, je pense que Fernando roulera pour nous."

McLaren et Honda ont reformé leur partenariat en 2015 et en deux saisons et demies, le meilleur résultat obtenu est une cinquième place. Mercedes et Ferrari ne fourniront pas l'équipe et Renault a reconnu des discussions sans toutefois estimer qu'un partenariat est envisageable.

"Renault fait de bons moteurs et avant la domination de Mercedes, c'était une ère de domination de Renault" rappelle Cyril Abiteboul. "Nous sommes amis avec tout le monde dans le paddock et nous essayons d'évaluer nos options pour que les choses se passent au mieux pour tout le monde, et c'est assez compliqué."

Brown confirme toutefois que, quelles que soit les décisions prises par McLaren concernant le moteur ou les pilotes, elles devront rapidement être prises: "C'est le moment, c'est pour tout le monde le mois où les décisions doivent être prises afin d'être bien préparés techniquement pour 2018."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.