En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 16 Juillet 2017

Hamilton ne s'est jamais senti aussi performant derrière son volant
Lewis Hamilton a régné sur "son" Grand Prix de Silverstone une quatrième fois consécutivement ce dimanche. Le pilote anglais, déjà auteur de la pole position, a assuré le spectacle devant son public et est même revenu à un petit point de Sebastian Vettel au classement. En conférence de presse, le pilote Mercedes était évidemment aux anges.

"C'était impressionnant, mon Dieu. C'est le jour le plus beau. J'avais un grand écart à combler [au classement]. L'équipe a fait un travail phénoménal et celui de Valtteri fut exceptionnel ce week-end."

"Les deux dernières courses n'avaient pas vraiment reflété le formidable travail de l'équipe et finalement, ce week-end, nous avons pu l'exploiter et le démontrer. Je sais que tout le monde est vraiment heureux."

Lewis Hamilton a définitivement mis fin à la polémique qui avait suivi son absence remarquée au F1 Live London.

"Je sais comment je dois me préparer, sinon je n'aurais pas toutes ces poles et ces victoires. Je sais que je dois me préparer moi-même et ce week-end l'a démontré. Je suis vraiment, vraiment heureux, après avoir été la cible de tant de critiques négatives, d'avoir pu performer ainsi. La course de ce dimanche fut sous contrôle et il n'y a pas eu un moment où j'ai manqué de concentration."

"Je sens que je n'ai jamais mieux conduit. Je sens que je suis à mon meilleur niveau et que si nous pouvons continuer à être aussi performant, alors, je sens que je pourrai trouver la bonne réponse au championnat. C'est notre objectif: continuer à nous battre pour le titre."

"Je pense que nous avons beaucoup grandi avec Toto, depuis notre réunion à la fin de la saison dernière. Je sens que nous avons grandi ensemble d'une manière très positive, et Valtteri amène beaucoup de positivité à l'équipe, et a chassé beaucoup de négativité - celle que nous avions auparavant."

Lewis Hamilton adresse donc un petit tacle au passage à son ancien coéquipier Nico Rosberg, sans citer son nom. Il appelle dans le même temps une nouvelle fois Mercedes à prolonger le contrat de Valtteri Bottas.

"Nous faisons partie d'une écurie qui gagne et nous ne devons rien changer au sein de l'équipe."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg marque de gros points, Palmer abandonne avant le départ
Renault F1 a égalé son meilleur résultat de l'année avec la sixième place de Nico Hülkenberg au Grand Prix de Grande-Bretagne. La R.S.17 de l'Allemand était partie du cinquième rang sur la grille - le plus haut de la saison - avant une bonne course rapportant huit points à l'équipe.

Hülkenberg était cinquième sur la grille avec ses Pirelli supertendres issus des qualifications. Au vingt-quatrième tour, il les troquait contre un train de tendres neufs. S'il s'inclinait d'abord face à Valtteri Bottas, il parvenait à distancer les Force India.

Alors qu'il semblait en mesure de finir cinquième, une fuite d'échappement provoquait la perte progressive du système de récupération d'énergie. Au volant de sa Red Bull, Daniel Ricciardo en profitait. Hülkenberg s'arrêtait peu après l'arrivée par précaution.

"Nous sommes ravis du résultat d'aujourd'hui. Cette sixième place est une grande victoire pour l'équipe. Nous avons pu réaliser un bon tour en qualifications avant de le concrétiser en course. Notre rythme était bon et nous avons pu rester devant les Force India, ce qui est positif. Sur la fin, nous avons perdu un peu de puissance, notamment en ligne droite. Cela a facilité la tâche de Daniel, mais nous avons pu récupérer une position quand Sebastian (Vettel) a rencontré son problème. C'est un résultat très positif dans l'ensemble. Les nouvelles évolutions ont très bien fonctionné, nous avons pu attaquer avec la voiture et je m'en réjouis pour l'équipe."

Jolyon Palmer s'élançait depuis le onzième rang avec un nouveau jeu de gommes supertendres. Lors du tour de formation, le Britannique signalait une chute de pression hydraulique avant de devoir renoncer avant le départ. Une journée décevante à domicile pour lui.

"C'est vraiment frustrant de devoir renoncer au départ. Nous avions une fuite hydraulique au premier tour. C'était assez rageant puisque je pense que nous étions bien placés. Nous partions onzièmes, avec des pneus neufs, une très bonne voiture et de nombreuses stratégies possibles... Tout était réuni pour avoir des points. J'ai reçu tant de soutien ce week-end que cela aurait été bien d'en marquer. Nous pouvons tout de même constater que la voiture a progressé, mais nous devons désormais nous occuper de la fiabilité."

Renault F1 pointe désormais à sept points seulement de la sixième position du Championnat des Constructeurs.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli enquête sur les soucis de pneus de Ferrari
Une performance dominatrice permet au pensionnaire de l'écurie Mercedes Lewis Hamilton d'égaler le record de victoires au Grand Prix de Grande-Bretagne. Le pilote local s'impose en effet depuis la pole position, après s'être élancé avec les pneumatiques super-tendres, avant d'opter pour les tendres sans jamais céder le commandement. La plupart des pilotes choisissent d'ailleurs de calquer leur stratégie sur celle du vainqueur.

La seule exception provient de son équipier Valtteri Bottas qui privilégie le choix tactique inverse en s'élançant avec les gommes tendres qui lui permettent d'allonger son premier relais, puis en profitant des super-tendres pour grimper dans la hiérarchie en fin de parcours.

A quelques encablures de l'arrivée, Ferrari rencontre deux problèmes sur les pneumatiques avant-gauche de Sebastian Vettel et de Kimi Räikkönen. Cela oblige ce dernier à effectuer un ultime arrêt aux stands, sans pour autant compromettre sa place sur le podium, tandis que Vettel rallie l'arrivée à vitesse contenue. La cause de ces soucis est actuellement en cours d'investigation, en collaboration avec l'équipe.

Silverstone est l'un des circuits les plus exigeants de la saison en terme de charge d'énergie appliquée dans la gomme, puisque les forces subies sont de l'ordre de 5G. Cela n'a cependant pas empêché les super-tendres de tenir parfaitement leur rôle. Daniel Ricciardo, par exemple, s'élançait depuis la 19ème place sur la grille en raison d'une pénalité, mais se classe en 5ème position sous le drapeau à damier.

"Ce Grand Prix de Grande-Bretagne s'est révélé compliqué pour les deux pilotes Ferrari, puisque tous deux ont été victimes de problèmes de pneumatiques en vue de l'arrivée. Ces problèmes ne semblent pas liés a priori", commente Mario Isola.

"C'est vraiment dommage, et avec les teams, nous mettons tout en œuvre pour comprendre ce qu'il s'est passé. La course s'est déroulée dans un rythme effréné, le meilleur chrono se révélant près de cinq secondes plus rapide que la référence établie en 2016 à conditions égales."
source: Nextgen-Auto.com

Pas de point mais de la satisfaction pour Vandoorne
8ème sur la grille de départ, Stoffel Vandoorne visait ses premiers points de la saison aujourd'hui à Silverstone.

Malheureusement pour le pilote McLaren Honda, c'est la 11ème place seulement à l'arrivée. Pas de point, un peu de déception mais de la satisfaction malgré tout après ce très bon week-end où le Belge a confirmé avoir redressé la barre.

"C'est dommage de ne pas marquer nos premiers points ici, on en était très proche. Je pense qu'en termes de rythme de course on était en compétition avec les Force India et la Williams, on a terminé très près d'eux mais malheureusement je pense qu'un pit stop un peu trop lent nous a coûté la dixième place même si globalement, le week-end est positif pour nous. On a été compétitif en essais libres, en qualifications et de nouveau en course... C'est juste dommage qu'on n'ait pas pu marquer ce point", confie-t-il à la 'RTBF'.

"J'aurais peut-être dû rentrer pour mon arrêt au stand un peu plus tôt... On pensait qu'on avait du rythme pour ressortir devant les Sauber mais finalement on est sorti derrière et du coup on avait perdu toutes les positions. C'est un peu dommage mais on peut retenir plein de bonnes choses de ce week-end."

"Je pense que c'est encourageant de terminer si proche des points sur un circuit comme Silverstone où on savait que ça allait être très compliqué sur les lignes droites... On a de nouveau vu aujourd'hui que sur les lignes droites il nous manque vraiment beaucoup. On est compétitif dans les virages mais malheureusement on a un déficit beaucoup trop important comparé aux voitures devant. Donc je pense que faire onzième sans vraiment d'abandon devant nous c'est un bon résultat."

"Les dernières courses allaient déjà dans la bonne direction pour moi, même si ça ne s'était pas forcément vu sur le papier, j'étais déjà très très proche d'Alonso il y a quelques courses. C'est sûr que pour moi c'était un très bon week-end et je pense qu'on sera capable de continuer ça sur la deuxième partie de saison."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber n'avait aucune chance de marquer des points
Les pilotes Sauber ont vécu une course difficile en manquant de s'accrocher mais surtout, en devant subir un déficit de performance exceptionnel. Le châssis de la C36 n'est pas parfait et le moteur vieux d'un an ne fait que mettre en lumière ses problèmes, ce qui pousse Marcus Ericsson à se dire que sa course n'était pas mauvaise, compte tenu du contexte.

"C'était une course plutôt bonne pour moi" explique le Suédois qui a fini 14ème. "J'ai optimisé les performances de la voiture et mes temps au tour étaient corrects, surtout durant la deuxième moitié de la course. Nous aimerions terminer plus haut et nous battre pour les points mais notre rythme était trop lent ce week-end. Nous avons réussi à en tirer le maximum, l'équipe a fait du bon travail pour améliorer les réglages de la voiture tout au long des séances."

Pascal Wehrlein termine 17ème après avoir tenté un coup de poker au niveau de la stratégie qui s'est révélé totalement raté, le poussant à passer trois fois par la voie des stands.

"La course ne s'est pas passée comme nous l'espérions" regrette l'Allemand. "Quand la voiture de sécurité est sortie au début de course, nous avons décidé de faire l'arrêt obligatoire et de changer pour les pneus médiums. Par la suite, je suis repassé aux stands pour mettre le gommes tendres avec le but d'aller au bout de la course. Malheureusement, les pneus ont perdu beaucoup d'adhérence, ce qui nous a poussé à changer une nouvelle fois."
source: Nextgen-Auto.com

Williams - Massa était plus rapide que les Force India en fin de course
Après des qualifications difficiles, Williams est quelque peu parvenu à remonter la pente ce dimanche en obtenant le point de la 10ème place, grâce à Felipe Massa. Mais Lance Stroll a fini largement hors des points, et l'écurie de Grove a laissé ainsi Renault et Force India marquer plus de points à Silverstone.

Paddy Lowe, le directeur technique, explique la stratégie de son équipe.

"Nous avions prévu de ne faire qu'un arrêt, en commençant en pneus tendres. Des 14ème et 15ème places, cela semblait le meilleur moyen d'essayer de gagner quelques places. Le rythme était raisonnablement conforme au plan. Le seul problème, c'est que les supertendres ne se sont pas dégradés comme nous l'aurions espéré pour tous ceux qui étaient partis en supertendres. Dans le cas contraire, nous aurions eu un avantage dans les derniers tours. Felipe a pu défier les deux Force India à la fin, mais n'a pas pu dépasser. La course de Lance fut bonne, solide, mais sa carrosserie était endommagée et à la fin il perdait trop de temps, il dégradait ses pneus arrière. Nous l'avons rappelé au stand, mais il a souffert pour rallier l'arrivée. Dans l'ensemble, c'est un résultat décevant pour notre course à domicile. La voiture était plus rapide que notre résultat pourrait l'indiquer."

Felipe Massa est passé proche de dépasser les deux monoplaces roses, mais a dû se résoudre à finir à la 10ème place.

"Je suis vraiment heureux de cette course après être parti 14ème. J'ai eu un très bon départ et à la fin du premier tour, j'étais 10ème. Bien sûr, le plus difficile, c'était de dépasser les deux Force India à la fin. J'étais plus rapide, mais peut-être pas assez pour avoir l'opportunité de dépasser. Je ne suis toujours pas heureux de nos qualifications hier. Quand vous commencez à cette place, tout devient beaucoup plus difficile. Peut-être qu'aujourd'hui, nous aurions pu nous battre pour plus de points. Malheureusement, commencer de la 14ème place ne nous a pas permis d'y arriver, mais je suis heureux de ma course. Nous devons simplement nous assurer de partir d'une meilleure position lors de la prochaine course."

Lance Stroll a vécu une course anonyme en raison de plusieurs dégâts causés sur sa Williams.

"Ce ne fut pas une bonne course pour nous. Le départ fut bon et j'ai progressé jusqu'à la 12ème place. Le premier relais fut aussi bon, et ensuite, au départ du deuxième relais, je crois qu'un déflecteur s'est cassé. J'ai commencé à sentir que quelque chose n'allait pas. Nous avons suspecté que c'étaient les pneus et je me suis arrêté de nouveau. Cependant, cela n'a servi à rien, et les choses se sont même ensuite empirées. J'ai juste ramené la voiture à la maison, mais certains dégâts sur notre voiture ont détruit notre course."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon a gardé Pérez derrière lui pendant toute la course
Esteban Ocon a résisté à la pression de son coéquipier Sergio Pérez ce dimanche à Silverstone pour s'offrir la 8ème place finale. Le Français a affirmé ses positions au sein de l'écurie, même s'il n'avait pas le rythme pour suivre Nico Hülkenberg.

"J'ai effectué un départ brillant et j'ai pu gagner deux places, mais j'en ai perdu une sur Nico Hülkenberg à la fin du premier tour. Après, j'ai eu une bonne bataille contre mon coéquipier pendant la majorité de la course, et l'équipe nous a laissé courir, comme au Canada. Sergio était rapide et me mettait sous pression, mais j'ai pu rester devant. C'est très satisfaisant de marquer de nouveau des points avec nos deux voitures. Notre constance est notre force cette année, sur tous les circuits où nous avons une bonne vitesse, nous marquons des points. Nous devons conserver cet élan durant la deuxième moitié de la saison."

Sergio Pérez a passé le plus clair de son temps dans la roue de son coéquipier et nourrit des regrets à l'arrivée.

"Ce fut une course difficile et j'ai le sentiment que nous n'avons pas montré notre véritable rythme. Nous aurions dû finir plus haut, mais finalement, nous ramenons toujours des points à la maison avec les deux voitures. J'ai eu un départ médiocre et cela a compromis le reste de la course. Silverstone est l'une des pistes les plus difficiles quand il faut dépasser, et même si j'ai passé toute ma course à moins d'une seconde d'Esteban, je n'ai jamais eu vraiment l'opportunité de le dépasser. Être si proche de la voiture devant moi a endommagé mes pneus et m'a coûté beaucoup d'appui, donc je ne pouvais rien faire de plus. A la moitié de la saison, mon sentiment est très positif sur notre performance. J'espère que nous pourrons être de retour à notre vrai niveau lors de la prochaine course."
source: Nextgen-Auto.com

Dimanche difficile pour Haas
Kevin Magnussen et Romain Grosjean ont terminé le Grand Prix de Grande-Bretagne respectivement en 12ème et 13ème positions et c'est décevant, car ils espéraient faire mieux, surtout le Français après sa bonne qualification d'hier.

"Dure journée de boulot", déclare Romain Grosjean. "Nous n'étions pas très compétitifs aujourd'hui, peu importe avec quels pneus. Je me suis retrouvé dans le trafic et cela a tué mes pneus super tendres. Je suis rentré pour chausser des tendres et je me suis encore retrouvé dans le trafic. En fin de course nous avons parié sur un nouvel arrêt pour prendre des super tendres en espérant que quelque chose arrive devant nous, mais cela n'a pas été le cas. Nous devons maintenant essayer de comprendre pour quelle raison nous n'avons pas été aussi compétitifs qu'en qualification."

"Je crois qu'une Toro Rosso a touché l'un de mes pneus arrière au départ, mais il ne m'est rien arrivé", raconte Kevin Magnussen. "Mon premier tour n'a pas été très bon, mais c'est toujours difficile lorsque vous avez une stratégie différente puisque j'étais avec les pneus les plus durs. Je suis sorti de la zone des points lors de ce premier relais. Je suis un peu remonté en fin de course, mais pas assez. Lorsque vous êtes hors de la zone des points, la course est moins intéressante. Le point positif, c'est que nous étions rapides en course."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat n'a plus que trois points sur son permis mais se dédouane encore
Daniil Kvyat se rapproche dangereusement d'une course de suspension après l'incident du premier tour lors duquel il a provoqué l'abandon de son équipier, Carlos Sainz, après un sous-virage qui l'a propulsé dans l'autre Toro Rosso.

Malgré son message à la radio qui expliquait sans vergogne que Sainz s'était rabattu sur lui, Kvyat a été accusé d'avoir "quitté la piste et d'y être revenu d'une manière non sécurisée" et a été jugé "entièrement responsable" de l'accident.

En plus du drive through dont il a écopé lors de la course, le Russe a perdu deux points sur son permis attaché à sa Super Licence pour la deuxième fois de suite puisqu'il avait déjà provoqué un accident au départ en Autriche, la semaine dernière. Son total perdu sur les 12 derniers mois monte à neuf points et roulera avec seulement trois points jusqu'au mois d'octobre, ce qui lui interdira de reproduire de telles manœuvres sous peine d'être suspendu.

"Nous sommes rentrés dans le virage 11 et je suis passé sur la trajectoire sale, ce qui m'a amené du sous-virage" déclarait-il après la course. "Puis la voiture prend de la vitesse et avec le sous-virage, si votre équipier ne vous vois pas et traverse la piste comme ça, vous avez un accident."

Kvyat ne semble donc pas comprendre pourquoi il a été reconnu entièrement coupable de l'incident et insiste sur l'injustice de sa pénalité: "Ma frustration vient de la pénalité. Les commissaires nous disent de faire la course et des choses pareilles se produisent. Ma course était déjà compromise, la sienne aussi, et ils me pénalisent. Je ne sais pas ce qu'ils cherchent."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso abandonne et n'en fait pas un drame
Fernando Alonso a abandonné aujourd'hui pour la septième fois en neuf courses (il n'a pas participé au GP de Monaco) et c'est donc une sorte de routine qui s'est installée pour lui.

"J'ai eu une perte de pression dans le réservoir d'essence. Nous n'étions de toute façon pas dans le zone des points et cet abandon est donc moins douloureux", commente Fernando Alonso. "Ce week-end a été compliqué, car je prenais le départ depuis la dernière ligne avec ma pénalité. La Q1 de la qualification a été le moment le plus amusant de mon week-end (il avait signé le meilleur temps). Il est temps maintenant de penser à la course de Budapest avec l'espoir que cela se passera mieux là-bas."

Quel sera l'objectif en Hongrie? "Nous n'aurons aucun objectif. Nous allons essayer de faire une bonne course, mais nous n'allons pas bouleverser la hiérarchie ou le championnat. Il y a deux Mercedes, deux Ferrari et deux Red Bull et la septième position est ce que nous pouvons viser de mieux. La seule révolution qui pourrait avoir lieu en Hongrie, c'est que nous terminions la course à la 7ème place", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Toto Wolff savoure le succès de Mercedes à Silverstone
Toto Wolff peut avoir le sourire, Mercedes a signé un doublé inattendu à Silverstone et repart en position de force avant la dernière course de la première partie de saison, prévue en Hongrie dans deux semaines. Lewis Hamilton a comblé quasiment l'intégralité de son retard et Ferrari décroche au classement des constructeurs.

"Il a fallu beaucoup de malchance pour Ferrari et au final, beaucoup de chance de notre côté" reconnaît Wolff. "Nous avions des performances solides et nous avons eu pas mal de malchance cette année avec l'appuie-tête notamment. A la fin de l'année, tout s'équilibre."

"Lewis nous a prévenu des cloques sur ses pneus. C'était bizarre que trois voitures souffrent de cloques qui ont fait crever les pneus. On tire le maximum de performance possible et parfois, ça se passe mal. Valtteri connaissait la fenêtre de température à viser et même quand il a vu Sebastian, il ne s'en est pas trop rapproché afin de ne pas excéder cette cible."

Wolff glisse donc subtilement qu'il ne s'agissait pas que de chance: "La chance, ou l'intelligence, joue son rôle. Il faut tirer de la performance mais ne pas aller trop loin comme nous l'avons peut-être fait il y a quelques semaines, je pense que nous devons avoir le bon équilibre entre les circuits urbains et les circuits traditionnels comme Silverstone."

Wolff, à la manière de son pilote, remet les pendules à l'heure en revenant sur le procès d'intention qui a été fait à Hamilton cette semaine après son absence à l'événement londonien.

"Je ne peux pas comprendre pourquoi vous avez besoin de détruire l'image du héros avant sa course à domicile avec un non-sens qui n'était même pas vrai. Certains médias s'en sont pris à lui sans raison et la conséquence est celle-ci: il en ressort plus fort."
source: Nextgen-Auto.com

Résultat satisfaisant pour Red Bull
Max Verstappen et son équipier Daniel Ricciardo décrochent respectivement les 4ème et 5ème positions à l'arrivée du Grand Prix de Grande-Bretagne? Est-ce un résultat satisfaisant? Pas vraimment. Mais cela aurait pu être pire.

"Je crois que cette cinquième place est ce que je pouvais espérer de mieux", déclare Daniel Ricciardo qui a pris le départ depuis la dernière ligne. "Je n'aurais pas pu me rapprocher plus de ceux qui étaient devant moi. Ce fut une course folle! Je me suis battu du début à la fin et j'ai adoré ça."

"Je voulais prendre un maximum de temps TV à Lewis (Hamilton), c'était mon seul objectif, me mettre en évidence pour la télévision. J'attends maintenant avec une grande impatience la nouvelle évolution de notre moteur en Hongrie. Le circuit de Budapest est génial", ajoute l'Australien.

Le début de course de Verstappen n'a pas été des plus simples avec les attaques de Vettel. Ce duel a-t-il été correct selon Verstappen?

"Oui, c'était correct. Je savais que j'étais un peu plus lent que lui, mais j'essayais seulement de rester devant lui en utilisant tous les moyens à ma disposition. Il ne m'a ps dépassé en piste et je suis très content de ça. Ce fut une journée positive pour nous. Nous avons été plus compétitifs en course qu'en qualification et cette quatrième place est un bon résultat", raconte Verstappen qui a été obligé de changer ses pneus dans l'avant-dernier tour sans que cela ne le pénalise trop.
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes Mercedes sont d'accord, c'est un week-end parfait!
Les pilotes Mercedes ont fait la course parfaite à Silverstone. Lewis Hamilton l'a menée de bout en bout et Valtteri Bottas, pourtant parti neuvième, a profité de la malchance des Ferrari et d'une course très propre pour lui pour aller signer le doublé pour l'équipe allemande.

"Je ressens une chose difficilement descriptible. C'est incroyable d'être encore sur la plus haute marche ici, je suis très fier de voir tous ces drapeaux partout, le soutien de ce week-end a été immense. Je suis très fier d'avoir pu faire tout cela pour vous" expliquait Hamilton face au public.

"Même si cela semble facile, avec une belle avance sur mes rivaux, ce n'est jamais facile de gagner. L'équipe a fait un week-end sans faute, Valtteri a fait un travail incroyable et c'est un week-end parfait pour nous. La saison est encore longue, on vise le titre maintenant!"

Hamilton tient également à préciser qu'en dépit de son petit faux pas mercredi, lorsqu'il était absent à la journée pour les fans, sa préparation a payé.

"Il n'y a aucun besoin de questionner ma préparation. Mes performances passent avant tout, si vous ne voyez pas que mes préparations sont à leur plus haut niveau maintenant, vous ne le verrez jamais. La semaine prochaine, je m'entraînerai dur et je serai au moins deux semaines à l'usine en Grande-Bretagne."

Valtteri Bottas a donc effectué une remontée parfaite, bien aidé par les crevaisons des Ferrari, et surtout celle de Räikkönen puisqu'il était parti pour terminer devant Vettel.

"Ce n'était pas simple de partir neuvième mais l'équipe a appliqué une stratégie absolument parfaite" explique le Finlandais. "J'ai gardé la tête baissée, j'ai continué et à la fin, j'ai eu de la chance avec la crevaison de Kimi."

"Mais je suis vraiment heureux de cette deuxième place. C'est la conclusion parfaite d'un week-end qui n'aura pas été simple, et félicitations à Lewis pour sa victoire devant son public."
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen sauve le podium à Silverstone
Kimi Räikkönen a subi une crevaison en toute fin de course à Silverstone, comme son équipier, Sebastian Vettel.

Heureusement le Finlandais a pu changer son pneu et sauver une place sur le podium, la 3ème, alors qu'il était assuré de finir 2ème.

Le Finlandais est très déçu à l'arrivée.

"Je n'ai rien touché, je ne sais pas ce qui s'est passé. J'ai eu de la chance et de la malchance", commente-t-il.

"Je ne pouvais pas gagner, Lewis était plus rapide que moi. Les Mercedes étaient un peu plus rapides que nous aujourd'hui en fait."

"Il faut malheureusement reconnaitre que nous sommes poursuivis par la malchance ces derniers temps. Encore une fois nous nous retrouvons dans des situations délicates comme avec cette crevaison en fin de course."

"Quel dommage de rencontrer ce genre de problème toute à la fin d'une course. Heureusement, la voiture a résisté et est restée en un seul morceau."

"Que dire... je ne suis pas content de tout de ce qui m'est arrivé. L'équipe a cependant su tirer le meilleur alors que la situation semblait désespérée."
source: Nextgen-Auto.com

Un tour et demi de trop pour Vettel
Sebastian Vettel était sur le point de conquérir la quatrième place, lorsque son pneu avant gauche a commencé à partir en lambeaux dans l'avant-dernier tour de la course. C'est finalement la septième place qu'il décroche.

""Je crois que personne n'est à blâmer", déclare Vettel à propos des crevaisons sur sa voiture et celle de Räikkönen dans les derniers instants de la course. "Kimi a eu le même problème que moi et pourtant ses pneus étaient cinq ou six tours plus frais que les miens. Ce fut une grande surprise pour nous."

""Ce week-end aurait pu mieux se passer pour nous, c'est certain, mais je ne pense pas que ce soit un désastre. Nous avions une voiture très compétitive, surtout dans les virages. Mes feins ont pris feu peu avant le départ et après ça, ma course n'a pas été facile. Ensuite j'ai pu dépasser Max (Verstappen) après notre arrêt. Je pensais pouvoir terminer à la 3ème ou 4ème place, car il était clair que Bottas allait me dépasser. Ce fut un après-midi très animé."

"Mon duel avec Max? Cela ne m'a pas du tout aidé. Je suis persuadé que c'était amusant vu de l'extérieur, mais moi je voulais le dépasser et c'était vraiment très délicat. J'ai tout essayer", ajoute le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

La haine s'installe entre Sainz et Kvyat
Carlos Sainz et Daniil Kvyat ne s'aimaient plus beaucoup avant ce Grand Prix de Grande-Bretagne, mais il est sûr qu'après leur accrochage d'aujourd'hui, peu après le départ, la haine s'est installée entre les deux équipiers de l'équipe Toro Rosso...

Sainz et Kvyat se sont en effet accroché dès le premier tour de la course, ce qui a entraîné l'abandon immédiat du pilote espagnol. C'est le pilote russe qui a été reconnu coupable de cet incident et sans le dire clairement, Sainz semble penser que son équipier n'a plus rien à faire dans l'équipe.

"C'est malheureux d'abandonner avant la fin du premier tour, ce n'est vraiment la chose que vous souhaitez", raconte Carlos Sainz. "Nous allons régler ce problème en interne, pas besoin de s'épancher devant les micros, cela ne sert à rien."

"Il ne me reste plus qu'à penser au Grand Prix de Hongrie. Je reste optimiste, car je pense que j'aurais pu faire une belle course. Nous (lui et Kvyat) avons eu un problème lors des deux dernières courses et c'est quelque chose qui va s'arrêter bientôt. Nous devons tourner cette page très rapidement", ajoute Sainz.
source: Nextgen-Auto.com

GP de Grande-Bretagne - Course
Lewis Hamilton a accompli une vraie démonstration ce dimanche à Silverstone, pour aller décrocher sa cinquième victoire sur ses terres. Auteur d'un départ parfait, le pilote Mercedes a contrôlé dans le premier relais la Ferrari de Kimi Räikkönen et la Red Bull de Max Verstappen.

Derrière ce trio, Sebastian Vettel (Ferrari), auteur d'un envol moyen, a rapidement mis sous pression le Néerlandais de Red Bull, sans parvenir à passer son adversaire en piste. Il faudra attendre le passage par les stands pour voir la Ferrari SF70H prendre l'avantage sur la Red Bull RB13.

Valtteri Bottas (Mercedes), pénalisé de cinq places sur la grille pour un changement de boîte de vitesses, vient alors se placer dans le sillage de Vettel, après avoir dépassé Esteban Ocon (Force India) et Nico Hülkenberg (Renault).

En tête, les arrêts aux stands des leaders modifient légèrement la donne, puisque Hamilton précède désormais Bottas, qui n'a pas observé son arrêt avec sa stratégie pneus décalée, et un départ en gommes tendres. Räikkönen devance Vettel et Verstappen.

Au 32ème tour, Bottas passe finalement par la voie des stands pour chausser les gommes super-tendres. Séparé par moins de six secondes de la Ferrari de Vettel, alors troisième, le Finlandais de Mercedes entame une chasse effrénée pour revenir sur le leader du championnat. La jonction s'effectue au 42ème tour, avant que Bottas ne dépasse dans la ligne droite de retour la Ferrari n°5 impuissante face à la Flèche d'Argent.

On se dit que Vettel va limiter les dégâts au championnat avec une quatrième place, mais les événements se précipitent dans le clan Ferrari. C'est tout d'abord Räikkönen qui voit son pneu avant-gauche partir en lambeaux, l'obligeant à observer un nouvel arrêt.

Reparti derrière Bottas et Vettel, le Champion du monde 2007 va profiter de la crevaison, également à l'avant-gauche de Vettel dans l'avant-dernier tour. Repassé par les stands, Vettel terminera sous le drapeau à damier en septième position, conservant un point d'avance au Championnat des Pilotes.

Hamilton l'emporte devant Bottas et Räikkönen. Les Red Bull de Verstappen et Ricciardo suivent au classement. L'Australien, parti 19ème, a été l'auteur d'une superbe remontée, malgré un passage dans l'herbe en début d'épreuve. Nico Hülkenberg place sa Renault R.S.17 en sixième position devant Sebastian Vettel. Le Top 10 est complété par les Force India d'Ocon et Pérez et la Williams de Massa.

Longtemps dans les points, Stoffel Vandoorne échoue à la porte des points avec sa McLaren-Honda. Kevin Magnussen (Haas) suit en 12ème position devant son équipier Romain Grosjean. Marcus Ericsson (Sauber), Daniil Kvyat (Toro Rosso), pénalisé d'un drive-through en course après son contact dans le premier tour avec son équipier Carlos Sainz, éliminé dans la manœuvre, Lance Stroll (Williams) et Pascal Wehrlein (Sauber) sont les derniers pilotes classés.

Fernando Alonso, victime d'une perte de puissance sur le Power Unit Honda et Jolyon Palmer (Renault), dont la R.S.17 n'a pas passé le tour de formation, perclue de problèmes hydrauliques, ont également abandonné (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Dix places de pénalité en plus pour Daniel Ricciardo
Red Bull a profité du fait que Daniel Ricciardo soit relégué en fond grille (à la 19ème place) pour changer le moteur Renault de sa RB13.

C'est donc une nouvelle pénalité de 10 places sur la grille de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne pour l'Australien, qui avait eu un problème de turbo hier lors des qualifications.

Ricciardo est dans son quota concernant les composants moteur (4 chacun) sauf pour le MGU-H, il s'agit du 5ème, ce qui explique les 10 places de pénalité.

Le pilote Red Bull avait déjà reculé de 5 places suite à un changement de boîte de vitesses avant l'heure.

Comme Fernando Alonso a 30 places de pénalité, Ricciardo reste à la 19ème place avec ses 15 places de pénalité.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Pour son shoey, Bottas avait besoin de vodka dans sa chaussure!
Depuis qu'il arpente les podiums de F1, Daniel Ricciardo a importé une tradition toute australienne, celle du shoey, qui consiste à boire le champagne dans sa propre chaussure...

Or sur le podium, peu de pilotes partagent fort étrangement l'enthousiasme de l'Australien! Lance Stroll goûta ainsi au mélange à Bakou, mais Valtteri Bottas réussit à y échapper en Autriche. Le pilote Red Bull, interrogé en conférence de presse, a avoué que cette coutume commençait à le dépasser quelque peu.

"Eh bien, pour la plupart des derniers shoeys, ce sont les autres qui en ont fait la demande, pas les pilotes, mais les intervieweurs. Ils voulaient qu'il y ait des shoeys. Je n'avais honnêtement pas prévu d'en faire un, même à Bakou. Mais David Coulthard a enlevé mes chaussures. Et en Autriche, Martin Brundle bavait presque pour en avoir! Donc je sens qu'il y a vraiment des petits couillons par ici! Alors il n'y aura plus de shoeys."

"Je n'ai jamais pensé que les shoeys continueraient ainsi. Même hier, les gens criaient pour en avoir un. Je marchais simplement, je pensais à mes affaires et ils criaient 'fais un shoey'. Je n'ai pas enlevé ma chaussure alors que je marchais sur le circuit. Je sens que ça amuse. Je veux dire que ça suit son cours. Nous verrons ce qui se passe dans le futur mais j'ai entendu que les Finlandais sont plutôt portés sur la boisson, je l'ai vraiment entendu. Mais Valtteri ne l'a pas vraiment prouvé dimanche dernier. Honte à lui! Il avait besoin de vodka pour son shoey, donc je suis déçu de Valtteri."

Lewis Hamilton a soigneusement évité tout shoey jusqu'à présent et le pilote anglais compte bien poursuivre son abstinence.

"Je m'y tiendrai, absolument. Le jus de pied, ce n'est pas quelque chose que je veux boire, en particulier le pied de quelqu'un d'autre!"

Ce à quoi Daniel Ricciardo a rétorqué au tac-au-tac: "Tout le podium pourrait finir à l'hôpital pendant une semaine, oui!"
source: Nextgen-Auto.com

Carey veut rester à Silverstone mais pense aussi à Londres
François Dumontier, le promoteur du Grand Prix du Canada, est présent ce week-end dans le paddock de Silverstone. Alors que sa course à Montréal connaît un franc succès chaque année, l'avenir du rendez-vous britannique est en revanche dans la tourmente. Les promoteurs de Silverstone ont cassé leur contrat avec la FOM, pour en renégocier un plus arrangeant. Mais rien ne dit que Liberty Media consentira à être plus conciliant. Le Grand Prix de Silverstone pourrait ainsi disparaître à brève échéance.

François Dumontier serait-il prêt à apporter ses réseaux, son concours, son expérience, à ses homologues de Silverstone? Le Canadien veut rester très prudent.

"Je peux comprendre leurs inquiétudes" réagit-il simplement. Il ne veut en vérité pas froisser Liberty Media, pour qui il a beaucoup d'estime.

"Il y a un certainement un vent de changement en F1. Liberty veut que chaque Grand Prix soit comme un Super Bowl, et je suis en faveur de ces initiatives, même si Montréal est déjà une référence pour les festivités durant un week-end de Grand Prix."

Si François Dumontier est très prudent, c'est aussi parce que Liberty a haussé le ton contre le British Racing Drivers' Club, les propriétaires du circuit de Silverstone.

"Je sais que nous ne les traitons pas injustement" témoigne le grand patron, Chase Carey. "Nous les traitons de la même manière que les autres. Notre préférence va à Silverstone mais le Grand Prix de Grande-Bretagne ne doit pas certainement pas absolument être ici. D'autres villes nous ont fait part de leur intérêt, mais je n'essaie pas de jouer un circuit contre l'autre."

En marge du F1 Live London cette semaine, le maire de Londres a publiquement fait part de son souhait de voir un Grand Prix urbain se disputer dans sa ville. Voilà qui n'arrange pas les affaires de Silverstone...
source: Nextgen-Auto.com

McLaren - Neale reconnaît que 'tout le monde parle avec tout le monde'
Directeur de l'exploitation de McLaren Technology Group, Jonathan Neale est avec Zak Brown l'une des têtes pensantes de l'écurie anglaise au niveau de la stratégie. La question centrale en ce moment pour McLaren est bien entendu l'avenir de la relation avec Honda: faut-il abandonner le motoriste japonais en pleine campagne et retourner chez Mercedes? Est-ce que l'avenir du contrat dépendra des progrès effectués par Honda avant la fin de cette saison?

A cette dernière question, Jonathan Neale répond par un clair "non".

"Je ne peux pas clarifier le processus de décision ou le calendrier parce qu'il n'y a rien de défini. Nous avons un contrat avec Honda et nous travaillons pour relever les défis que nous avons, et je ne peux faire abstraction de ce problème à la fois pour Honda et pour McLaren. Nous ne sommes pas où nous voulons être, et c'est à la fois un défi et une frustration. Hasegawa était ici la semaine dernière et l'a aussi reconnu, et c'était très honnête de sa part. Il y a toujours beaucoup de chemin à parcourir pour Honda pour être au niveau des concurrents."

"En F1, ce sont les meilleurs au monde qui sont vos concurrents, et la compétition est rude et ne pardonne pas. Nous en discutons avec Honda, et ce ne sont pas des discussions très confortables comme vous pourriez l'imaginer. Il vaut mieux le faire en coulisses. Je prends acte de cette spéculation, c'est la F1. Tout le monde parle avec tout le monde. Les pilotes parlent à tout le monde, les équipes aussi, donc je ne veux pas esquiver ce fait. Mais nous travaillons sur nos problèmes avec Honda. Nous devons les régler. La situation actuelle n'est pas soutenable."

Jonathan Neale reconnaît donc que tout le monde parle à McLaren et que McLaren parle à tout le monde. Il s'entretient avec Renault, Ferrari, Mercedes... à qui irait alors sa préférence?

"C'est comme du speed dating, non? Vous ne pouvez pas déchirer des contrats... Il n'y aucune garantie au niveau des performances. Donc bien sûr, nous avons tous des plans, pour le châssis, pour les pilotes, pour le moteur, mais le niveau de progression n'est pas garanti. Comme je l'ai dit, il n'y a pas un calendrier ou un processus de décision fixé, ce n'est pas réaliste je pense. Je pense que nous sommes à un tournant dans notre relation avec Honda, et nous nous demandons en interne, que faire à partir de là. Que faire de différent pour retrouver de la compétitivité? Il y a des contraintes et des règles qui sont claires... Pour fournir plus de trois équipes clientes, un motoriste a besoin de l'accord de la FIA. Ferrari a par exemple fourni quatre équipes par le passé... mais ce que nous voulons faire, c'est nous assurer que nous fassions tout de manière professionnelle, et que ce soit aussi bon pour le sport."

"C'est bon d'avoir Honda en F1 et tout le monde souhaite qu'ils aient du succès. Et je le dis en faisant abstraction du contexte actuel. Honda investit beaucoup et met beaucoup de ressources dans leur programme, et nous travaillons très dur avec eux, mais la réalité, c'est que nous ne faisons pas le boulot étant donné notre position actuelle au classement des constructeurs. Donc il y a des contraintes réglementaires, comme je l'ai déjà dit. Tout le monde parle avec tout le monde, nous nous assurons que nous maintenons nos bonnes relations avec la FOM et la FIA durant ce processus - et nous travaillons dans un contexte difficile."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton prédit 'une éruption' si le Grand Prix de Grande-Bretagne disparaît
L'avenir de Silverstone est en suspens. Les promoteurs du BRDC ont cassé le contrat le liant à la FOM et cesseront d'accueillir le Grand Prix au-delà de 2019, si un nouveau contrat, plus arrangeant financièrement, n'est pas signé d'ici-là. Londres pourrait ainsi organiser un Grand Prix urbain en remplacement, mais la Grande-Bretagne pourrait aussi tout simplement perdre sa course.

Silverstone est un Grand Prix historique en F1, chargé de souvenirs, et il n'est pas question pour certains de ne plus le voir au calendrier. C'est ainsi le cas de Lewis Hamilton, qui a eu des mots très forts sur ce point.

"Je ne crois pas une seule seconde que nous perdrons le Grand Prix de Grande-Bretagne, parce que le monde entrerait en éruption je pense. Tout le monde du sport. Je l'ai dit à de nombreuses reprises, je sens que ce pays est la maison du sport automobile. Nous avons bien sûr beaucoup d'écuries basées ici. Vous pouvez voir la foule que nous avons à chaque Grand Prix. Il n'y a pas de raison pour ne pas avoir un Grand Prix. Je pourrais comprendre si cette course coûtait beaucoup d'argent, mais les fans économisent et dépensent tant d'argent lors de ce week-end... Je pense que ce serait vraiment dommage de perdre le Grand Prix."

Lewis Hamilton veut même que son pays natal accueille à l'avenir plus d'un Grand Prix par an.

"Nous avons énormément de circuits formidables en Grande-Bretagne. Ce serait formidable de pouvoir utiliser Silverstone et un autre circuit. Avant, il y avait deux courses en Espagne, donc ce serait sympathique d'utiliser un autre circuit formidable en Angleterre. Qui sait?"
source: Nextgen-Auto.com

Force India - Une autre affaire judiciaire inquiète l'écurie
Le sponsoring enetre Force India et BWT donne pour le moment entière satisfaction à Vijay Mallya. Outre une manne financière confortable pour une écurie privée (environ 15 millions d'euros), le look rose des monoplaces, exigence de BWT, est un joli coup marketing supplémentaire.

"Au bout du compte, je trouve la couleur rose assez séduisante" témoigne ainsi le propriétaire de l'écurie Vijay Mallya.

Cependant cet accord est sous la menace d'une requête en justice. Selon la presse allemande, une agence ayant joué le rôle d'intermédiaire réclamerait une commission significative à Force India.

Vijay Mallya et son écurie pourraient être ainsi poursuivis en justice prochainement. Bild précise que le plaignant voudrait prouver que Force India n'a signé aucun contrat en bonne et due forme, mais simplement un engagement écrit - sans plus de précision. Un vice de forme qui pourrait coûter in fine une belle somme d'argent à l'écurie.

Dans le même temps, Vijay Mallya essaie de profiter de sa présence dans les paddocks. Sous la menace d'une extradition vers l'Inde (le gouvernement lui reproche de n'avoir pas payé ce qu'il devrait à l'État indien), l'homme d'affaires ne peut quitter le Royaume-Uni. La demande d'extradition sera jugée prochainement par un tribunal britannique.

"Certainement, des courses comme Monaco et Singapour me manquent" confie le milliardaire. "Mais je m'y suis rendu pendant huit ans et demi. Maintenant, je suis de retour au bureau, mais c'est aussi important."

Toujours selon Mallya, cette affaire judiciaire en cours ne serait pas à l'origine du prochain changement de nom de Force India - qui devrait abandonner toute référence au sous-continent.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - Je n'ai jamais douté
Chez McLaren Honda, il y avait un pilote avec un grand sourire hier et, pour une fois, c'était Stoffel Vandoorne.

Le Belge est parvenu à se hisser en Q3 (comme à Monaco) et à y participer cette fois. En Principauté, il avait en effet percuté les rails à la fin de la Q2 et n'avait pu rouler lors de la phase suivante des qualifications.

Selon Vandoorne, ce résultat démontre que les choses vont enfin dans la bonne direction en ce qui le concerne.

"C'était une très bonne qualif pour nous. Je pense que lors des dernières courses on a petit à petit avancé dans la bonne direction... je pense qu'à Bakou et en Autriche j'ai fait un vrai pas en avant. On a vraiment fait jeu égal avec Fernando", confie-t-il à la 'RTBF'.

"C'était pareil en commençant le week-end ici, je suis parvenu à être très proche de lui, on a fait de bons réglages vendredi soir et samedi, j'étais très confiant dans la voiture, je me sentais à l'aise. Je suis très content d'être en Q3, je ne m'attendais pas vraiment à ça ici à Silverstone vu la longueur du circuit mais ça montre que le travail qu'on a fait va dans la bonne direction."

De manière plus générale, ce résultat permet aussi à Vandoorne de retrouver la confiance qui lui manquait, selon son patron, Eric Boullier. Mais il tient à relativiser.

"Je n'ai jamais douté en fait, mais le début de saison n'a pas été facile pour nous après tous les problèmes qu'on a eus pour commencer, il a fallu aussi changer la relation avec l'équipe en termes de réglages de la voiture, d'avancer un peu plus dans ma direction... Dernièrement je pense qu'on a été dans une bonne direction pour moi, je me sens de plus en plus à l'aise et confiant. Je pense que les derniers week-ends l'ont montré, il n'y a pas de raison que cela ne continue pas."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes et Petronas poursuivent leur collaboration
Les rumeurs lancées il y a quelques semaines au sujet d'un retrait de Mercedes suite à la perte éventuelle de Petronas avaient mis Toto Wolff en colère contre Eddie Jordan, qui avait grandement insisté sur ces bruits de couloir. A Silverstone, le pétrolier malaisien et le constructeur ont confirmé la poursuite de leur collaboration.

"L'extension sur plusieurs années du contrat de sponsoring titre va cimenter un partenariat de plus de dix ans entre Mercedes et Petronas" explique la firme à l'étoile.

"Nous comptons suivre la même route" explique le président de Petronas, Datuk Wan Zulkiflee Wan Ariffin. "Ce partenariat nous a donné de très bons résultats depuis plusieurs années et je suis heureux d'annoncer l'extension du contrat avec l'équipe."

Mercedes confirme que, contrairement à ce qui avait été dit, le retrait du Grand Prix de Malaisie n'a pas influé sur cette décision: "Bien que nous ferons cette année notre dernière visite à Sepang dans un futur proche, Petronas continue à s'impliquer en F1 et avec Mercedes à long terme."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas ne fera plus de pari au départ
Valtteri Bottas l'avait admis à son arrivée dans le paddock jeudi, à Silverstone: son départ en Autriche a plus tenu du pari que d'une maitrise exceptionnelle de sa voiture et de son temps de réaction.

Le Finlandais s'est certainement fait un peu remonter les bretelles par Toto Wolff, son patron. Parce qu'un faux départ entraine une lourde pénalité en course (en général un drive through).

Bottas promet donc de ne plus prendre un tel risque.

"Je n'essayerai plus de refaire cela. Je vais prendre un bon départ mais je ne ferai plus de pari", souriant du coin des lèvres lorsqu'on lui demande s'il s'est un peu fait taper sur les doigts par Wolff.

En attendant, Valtteri Bottas devra peut-être prendre un plus grand risque pour se faufiler entre les voitures tout à l'heure, puisqu'il a eu une pénalité de 5 places sur la grille de départ à cause d'une nouvelle défaillance de la boîte de vitesses Mercedes (après celle de Hamilton en Autriche).

"Nous essayons de maximiser notre potentiel dans chaque domaine mais, parfois, nous allons trop loin", admet Wolff. "C'est la nouvelle réalité de la Formule 1 de cette année, nous devons chercher de la performance partout pour contrer Ferrari."

"Nous savons toutefois d'où vient le problème et il ne se posera plus avec les nouvelles boîtes de vitesses dont disposent Lewis et Valtteri maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat veut connaître les plans de Toro Rosso pour 2018
Daniil Kvyat ne verrait pas d'un mauvais œil de poursuivre sa collaboration avec Toro Rosso en 2018, bien que l'équipe B de Red Bull ne représente pas franchement une grosse perspective d'évolution. Mais le Russe est heureux de la considération que lui portent ses patrons et aimerait en savoir plus sur leurs intentions.

"Tout d'abord, j'apprécie les gentils mots de Christian", explique Kvyat. "Je ne vois aucune raison de ne pas coopérer mais je veux des réponses." En effet, les dernières rumeurs prêtent à Toro Rosso l'envie de se lier à Honda et Kvyat aimerait savoir ce qu'il en serait.

"S'ils ont des plans, je veux les connaître dès que possible car à ce stade de la saison, on commence à vouloir savoir ce que nous réserve l'avenir. Ce serait génial d'en savoir plus dès que possible mais je ne vois pas de raison de ne pas continuer à travailler ensemble. Je pense qu'ils réalisent que plus un pilote connaît son avenir tôt, plus il se concentrera sur ses performances."
source: Nextgen-Auto.com

Une rumeur lie Toro Rosso à Honda pour 2018
La relation entre McLaren et Honda continue de se dégrader, en dépit des efforts et des évolutions apportés par le motoriste, et en cas de divorce, puisque Honda veut équiper deux équipes, il se dit désormais que Toro Rosso pourrait vouloir un moteur japonais à l'arrière de ses monoplaces.

La rumeur s'intensifie et une décision devrait être prise dans l'été, sans qu'il n'y ait de lien avec celle que McLaren prendra, du moins sur le papier, comme l'explique Zak Brown: "Ce qu'il se passe avec les autres équipes ne nous regarde pas."

Liée à Mercedes depuis quelques semaines, McLaren aurait également discuté avec Renault et aurait même assuré à Fernando Alonso la présence d'un moteur de haut niveau s'il restait en 2018.

"Nous avons partagé un bon dîner et Fernando a même réglé l'addition", poursuit Brown. "Il se sent à l'aise avec nous et nous nous comprenons bien. Il a été très clair sur sa volonté de rester en Formule 1 l'an prochain."

"McLaren doit rompre avec Honda pour garder Fernando. Sur un plan personnel, je m'entends très bien avec eux, mais je pense que tout le monde comprend que nous avons besoin d'un bien meilleur moteur et c'est pour cela que tout ça se passe."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff trouve ridicule de remettre la motivation de Hamilton en cause
L'absence de Lewis Hamilton à l'événement organisé par la Formule 1 à Londres mercredi ne cesse de faire parler d'elle. Beaucoup de personnes ont remis en question la motivation de l'Anglais, ce que trouve ridicule son directeur.

"Il a pris une décision pour son championnat et la manière dont l'ont traité certains médias n'est pas correcte et pas juste» explique Toto Wolff. "Avant sa course de Silverstone et après un week-end difficile en Autriche à cause de la pénalité et après un week-end encore plus difficile où il a perdu la course à Bakou, le traiter de cette manière est contre ma vision des choses."

"La personne qui a dit que 19 pilotes étaient présents est Christian Horner. Il essaie toujours de mettre un peu de désordre et c'est le jeu, il y a eu des sifflets de 20000 personnes qui étaient devant moi, je les ai vus. Si vous posez la question dans le bon sens et que la personne n'est pas là, les gens ne sont pas heureux. Je ne serais pas heureux si j'y allais et que le gars pour qui j'y vais n'était pas là."

"Questionner l'absence d'un gars qui a battu le nombre de pole positions de Senna et qui va s'attaquer au record de Schumacher et sous-entendre qu'il ne sait pas comment se préparer est une insulte" insiste Wolff.

L'Autrichien s'amuse tout autant des rumeurs selon lesquelles l'absence de Lewis Hamilton aurait pu être causée par le fait qu'il s'était rendu à la fête d'anniversaire de Sebastian Vettel.

"Il y a eu de sales histoires qui faisaient état de problèmes relationnels entre Lewis et l'équipe et entre Lewis et moi, mais non! Je lui donne la liberté d'organiser ses journées comme il le souhaite et il sent que s'éloigner de l'environnement de la F1 et prendre du temps avec des amis l'aide à passer outre les mauvais week-ends et a gagner de la performance ici. Je suis d'accord avec ça et je l'ai toujours été, nous avons prévenu que ça pourrait être un risque de ne pas y aller mais ce n'est pas pour cela qu'il y a un problème entre nous."

Toutefois, le directeur de Mercedes constate que cette absence n'a changé en rien la verve des fans du pilote Britannique qui continuent d'encourager leur champion lors de ce week-end de course.

"C'est le seul pays où les gens l'encouragent à chaque meilleur secteur, je suis caché dans le fond des garages et j'entends la foule l'applaudir dans les tribunes, donc il a du soutien. Nous devons être prudents à ne pas faire prendre une trop grande ampleur à tout cela. Il a son public, probablement le plus grand en F1 et les gens qui viennent à Silverstone l'adorent. Il y aura toujours des gens qui l'aiment et d'autres non, mais ce qu'il veut, c'est être heureux et performant en piste."

"Quand vous avez une exposition médiatique et que tout ce que vous faites est observé, vous avez besoin de réfléchir sur ce qui est important pour vous, et votre public à domicile l'est énormément. Il y a aussi plein de choses qu'il fait et qui ne sont pas visibles et je dois dire que nous devons lui donner un certain crédit pour ça" conclut Wolff.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli: L'intérêt est dans la décision de Bottas
Des conditions mixtes ont caractérisé hier les qualifications à Silverstone, la séance débutant avec les pneumatiques intermédiaires, avant que la piste ne s'assèche.

Pratiquement tous les pilotes privilégient ce type de gomme en Q1, à l'exception notable de Fernando Alonso et de sa McLaren qui optent pour les super-tendres en toute fin de segment pour finalement se montrer les plus rapides.

Cette enveloppe est ensuite chaussée par l'ensemble des concurrents pour la fin des qualifications, mais le pilote Mercedes Valtteri Bottas - qui sait d'ores et déjà devoir écoper de cinq places de pénalité sur la grille - prend la décision stratégique de choisir le mélange tendre en Q2.

Son équipier Lewis Hamilton décroche pour sa part une pole position extraordinaire en toute fin de Q3, son chrono de 1'26"600 (le plus rapide du week-end) se révélant plus de 2"5 plus rapide que la pole établie l'an passé, plus d'une seconde devant ses rivaux.

"Stratégiquement, le gros intérêt des qualifications s'est porté sur la décision de Valtteri Bottas de disputer la Q2 avec les tendres afin de profiter d'une option différente en course", note Mario Isola, manager de Pirelli en F1.

"Il devrait ainsi être en mesure d'effectuer un premier relais plus long que ses rivaux directs, en course, pour tenter de progresser dans la hiérarchie. Les températures n'ayant que peu excédé 20°C ce samedi, et la pluie s'étant invitée en début de séance, les pneumatiques ont rencontré quelques difficultés pour monter en température et proposer un grip optimal. Cela n'a pas empêché Lewis Hamilton de boucler un tour sensationnel, effaçant une nouvelle fois le record de cette configuration du circuit de Silverstone."

"La stratégie d'arrêts aux stands devrait varier en course entre un et deux arrêts, en fonction du degré de dégradation des pneumatiques super-tendres."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly à la place de Sainz, l'Espagnol chez Renault
Dietrich Mateschitz, le grand patron de Red Bull l'avait encore répété récemment: "si un pilote ne veut pas rester, cela ne sert à rien de le forcer à le faire".

Cet adage devrait s'appliquer finalement à Carlos Sainz. L'Espagnol a continué à manœuvrer avec son management en coulisses et aurait fait craquer Helmut Marko, qui aurait accepté de le libérer, avec effet immédiat, pour qu'il puisse rejoindre Renault à la place de Jolyon Palmer.

Selon 'Auto Bild', il n'est toutefois pas question pour Red Bull de céder son pilote sans contrepartie. Ainsi Renault devrait verser une somme avoisinant les 7 millions d'euros.

Si un accord est trouvé rapidement sur cette somme, Carlos Sainz remplacerait le Britannique dès la Hongrie, ce qui permettra à Pierre Gasly, le Français, de faire ses débuts.

Sainz deviendrait évidemment pilote officiel Renault pour les saisons 2018 et suivantes.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes répond aux rumeurs et va chercher à prolonger Hamilton
Des rumeurs apparues en début de week-end à Silverstone faisaient état d'une envie de Lewis Hamilton de finir sa carrière chez Ferrari, en signant avec la Scuderia à partir de 2019, à la fin de son contrat actuel avec Mercedes.

Toto Wolff n'a pas cherché à confirmer ou à démentir ces rumeurs, mais le patron de Mercedes F1 est clair: il apprécie beaucoup le triple Champion du monde et il pense que la réciproque est vraie.

"Nous avons une très bonne relation et nous parlons évidemment de l'avenir ensemble. Mais c'est un championnat qui est très difficile et s'annonce très serré, donc nous nous concentrons sur la compétition pour le moment", commente l'Autrichien.

"Lewis est cependant très lié à Mercedes et nous l'apprécions beaucoup en tant que pilote. Je pense que c'est la même chose pour lui alors nous allons essayer de trouver, quand le temps sera venu, un accord pour le futur."

Wolff a aussi tenu à répondre à Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing, qui aurait suggéré à travers les médias de ne prolonger qu'une seule année chez Ferrari afin de se laisser la porte ouverte pour 2019 (pour aller chez Mercedes).

"Christian aime bien mettre son grain de sel quand il s'agit de McLaren et nous ou Ferrari et nous. Nous avons une stratégie pour les pilotes qui est très claire: nous adorons nos deux pilotes actuels, Lewis et Valtteri. Ils fonctionnent très bien ensemble et si la décision était purement la mienne, que je pouvais choisir seul, je leur dirai de piloter pour nous de nombreuses années."
source: Nextgen-Auto.com

Permane salue l'excellent travail de la part de l'équipe Renault
La sixième place de Nico Hülkenberg, obtenue hier à Silverstone, représente le meilleur résultat de l'écurie Renault F1 en qualifications cette saison.

Pour Alan Permane, le directeur sportif, c'est de la fierté mais aussi un soulagement.

"Nous nous en réjouissons bien sûr. Les évolutions aérodynamiques étrennées ce week-end ont bien fonctionné et Jolyon a manqué la Q3 pour une différence infime. Nico est bien placé pour la course et Jolyon pourra librement choisir ses pneus. Nous avons hâte d'être à la course pour convertir ce résultat en points."

À quel point les intempéries ont-elles rendu la journée de samedi difficile?

"La pluie est arrivée juste avant le début de la séance, d'où une situation complexe à gérer. Nous étions vraiment contents de nous extirper de la Q1 et de ses conditions qui évoluaient très vite."

"Nous avons ensuite poursuivi sur notre lancée pour les deux sessions suivantes. Nos deux pilotes et l'équipe ont réalisé un excellent travail dans ces conditions très variables et difficiles."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Grosjean devrait être heureux d'être encore en Formule 1...
Romain Grosjean a continué à pester contre Lewis Hamilton, hier, lorsqu'il a appris que le Britannique ne serait pas pénalisé pour l'avoir bloqué dans son tour rapide.

Selon le Français, Hamilton était trop lent et méritait une pénalité. Grosjean a affirmé que les commissaires ont probablement été cléments parce que le pilote Mercedes joue le championnat.

Ces propos n'ont pas plu à Toto Wolff, le patron de Mercedes F1.

"Il y a des pilotes qui se plaignent tout le temps", répond Wolff, en référence aux nombreux commentaires à la radio de Grosjean lorsque sa voiture et / ou ses freins ne lui conviennent pas.

"Qu'ils continuent de se plaindre, je n'ai même pas envie de commenter ça. Si Romain Grosjean sort de sa réserve et commence à demander des pénalités pour les autres pilotes, on devrait alors s'intéresser à ses propres manœuvres (du passé). Il devrait être heureux d'être encore ne Formule 1."

La bataille s'est propagée jusqu'au patron de Grosjean, Gunther Steiner.

"Posez-vous simplement la question de ce qui se serait passé si c'est Romain qui avait bloqué Hamilton. Je pense que cela répond clairement à la situation. S'il l'avait fait, il aurait été pénalisé, ça nous aurait coûté des points. Donc Romain n'a pas intérêt à faire ça."

"Alors il faut que la situation soit traitée à égalité. Il y a toujours matière à discuter et il semble qu'il n'y ait aucune constance avec les pénalités. Il semble qu'on regarde toujours qui est impliqué. Hamilton est Champion du monde, il peut piloter mieux que ça."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.