En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 18 Mai 2017

Brawn dément les accusations d'Ecclestone
L'ancien président de la FOM, Bernie Ecclestone, avait prétendu le mois dernier que Ross Brawn s'est assuré qu'il soit définitivement écarté. Celui qui coiffe désormais la casquette de directeur général pour tous les aspect techniques et sportifs pour le compte du nouveau propriétaire de la F1, Liberty Media, affirme que ce n'est pas le cas.

Selon celui qui a été le Grand Argentier de la F1, Brawn ne voulait pas travailler avec lui. Ecclestone est persuadé que Brawn a exigé "qu'aussi longtemps que je suis là, il ne fera pas le travail" et l'homme de 87 ans a affirmé que "cela figure même sur son contrat."

Ce n'est un secret pour personne dans le paddock que la relation entre Ecclestone et Brawn est tendue depuis des années. Malgré tout l'ingénieur de génie ne se laisse pas perturber par les allégations de son aîné.

"Cette histoire est fausse et je l'ai récemment dit dans une interview" a-t-il confirmé à Barcelone.

"Ne pas travailler avec Bernie n'a jamais fait partie de mes conditions. Je crois même avoir dit que cela aurait pu être très amusant de le faire. Ce que je sais c'est que ma philosophie, celle de l'avenir, n'aurait probablement pas été compatible avec celle de Bernie. Il était dans la réaction, je suis dans la réflexion."
source: Nextgen-Auto.com

Force India - Et maintenant, cap sur Red Bull et la 3ème place!
Force India a parfaitement négocié son début de saison en marquant à chaque fois des points avec ses deux voitures. Désormais, l'écurie indienne est confortablement installée en 4ème position au classement des constructeurs, et se retrouve même à 19 points de Red Bull.

De quoi donner... des ailes à Force India. Et pourquoi pas aller chercher Red Bull et la 3ème place du championnat? Le directeur des opérations piste, Otmar Szafnauer, assure désormais que son écurie voit plus haut.

"Nous sommes 19 points derrière eux maintenant, après la fin du premier quart de la saison. Il reste encore les trois quarts de la saison. 19 points, ce n'est pas insurmontable, donc c'est toujours un objectif atteignable. Mais pour ce faire, nous avons besoin de plus de rythme. Red Bull est plus rapide que nous, ils vont nous battre, c'est aussi simple que ça si les choses restent en l'état."

"Donc si nous pouvons améliorer le rythme de notre voiture et la développer à un rythme plus soutenu que Red Bull, alors, puisque nous sommes seulement 19 points derrière eux, nous pourrions réussir à les battre. Mais je ne sais pas si ça arrivera. Si la situation actuelle reste la même, en termes de performances relatives, ils nous battront."

"Nous n'avons pas maximisé ou optimisé tout ce que nous pouvions faire, mais nous sommes proches de Red Bull et c'est satisfaisant. Mais ce n'est pas arrivé par chance. Il faut avoir une voiture qui soit au rendez-vous quand il le faut, et nos pilotes en extraient tout ce qu'ils peuvent. Vous avez besoin d'un bon développement de la part des gars à l'usine, et de bons pilotes."

Ces trois dernières courses, Force India a marqué 43 points, et Red Bull seulement 35. Cependant, le budget de l'écurie autrichienne devrait faire la différence en cours de saison - même si la fiabilité et la puissance moteur plaide plutôt en faveur de Force India.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff loue le travail d'équipe de Bottas en Espagne
Lewis Hamilton doit une bonne partie de sa victoire espagnole à son coéquipier Valtteri Bottas. Laissé en piste plus longtemps que prévu par Mercedes, le Finlandais a ensuite joué sa carte... et servi à bloquer pendant plusieurs tours Sebastian Vettel, permettant ainsi à Lewis Hamilton de gagner 5 bonnes secondes sur le pilote allemand.

Valtteri Bottas a donc parfaitement joué son rôle d'équipier modèle - les plus sceptiques diront de "bon lieutenant" voire de numéro 2.

Même s'il a dû finalement abandonner sur problème moteur, sa performance a entièrement réjoui son management. Toto Wolff loue aujourd'hui le travail d'équipe de son pilote.

"Valtteri a joué un rôle important dans la victoire de Lewis parce qu'il était 3ème avant son problème moteur. Il ne pouvait pas vraiment en faire plus. Sa voiture a été probablement endommagée après le contact avec Kimi Räikkönen au virage 1, et il s'est accroché pour ramener des points précieux pour lui et pour l'équipe, mais malheureusement, nous avons eu ce problème moteur."

"C'était du vrai travail d'équipe. Il ne faut pas oublier Valtteri, qui est resté en piste parce que c'était sa stratégie, et il a fait perdre à Sebastian Vettel du temps précieux - cinq ou six secondes. C'est la course! Dans l'ensemble, c'était un résultat d'équipe formidable, pour le pilote, son coéquipier, l'équipe, pour tout le monde."

C'est à un autre moment de la course que Valtteri Bottas a révélé son fair-play. Plus rapide et en pneus neufs, Lewis Hamilton fondait sur lui dans la ligne droite d'arrivée et le Finlandais s'est écarté sans ciller. L'Anglais n'a ainsi perdu aucun temps.

De plus, au premier virage de la course, Bottas n'a pas tenté un dépassement hasardeux sur Lewis Hamilton, même s'il s'était un peu mieux élancé. Toto Wolff, là encore, en fut particulièrement rassuré.

"Vous n'avez pas besoin de prévenir Valtteri. Il était presque côte à côte avec Lewis, et il aurait pu plonger à l'intérieur, mais c'était trop risqué d'entamer une telle manœuvre contre votre coéquipier, et ensuite, il a réalisé, que Kimi Räikkönen arrivait de l'extérieur, qui était assez agressif. Donc je pense que dans l'ensemble, le départ de Valtteri et sa manœuvre de protection de Lewis au virage 1, étaient assez bons."

Après un problème moteur rencontré sur le nouveau V6 évolué de Valtteri Bottas, Mercedes avait décidé de repasser au moteur initial, qui avait disputé les premières courses de la saison. Un moteur usé et qui était à la limite... Toto Wolff ne regrette-t-il pas de ne pas avoir monté un moteur totalement neuf sur la voiture de Bottas?

"C'était un risque. Le problème a commencé quand nous avons installé le nouveau moteur, et nous avons découvert un problème et nous savions que c'était malheureux... ça a fini par nuire à Valtteri."
source: Nextgen-Auto.com

Si Red Bull avait tenu ses promesses, Vergne aurait remplacé Vettel en 2015
La carrière de Jean-Eric Vergne aurait pu prendre une toute autre tournure si Red Bull ne l'avait finalement pas écarté en 2015 de Toro Rosso. Pourtant, une nouvelle place s'était libérée dans l'écurie autrichienne en 2015 puisque Sebastian Vettel avait annoncé, dans le cadre du Grand Prix du Japon 2014, en septembre, qu'il quitterait Red Bull pour Ferrari.

Cependant, même avec cette défection, Jean-Eric Vergne avait été écarté de chez Toro Rosso au profit de Carlos Sainz. Et Daniil Kvyat avait finalement fait le grand saut pour l'écurie-mère.

Or, Red Bull, à la mi-saison 2014, avait confié à Vergne qu'il grimperait chez Red Bull uniquement si Sebastian Vettel décidait de quitter l'écurie autrichienne. Mais cette promesse n'a jamais été tenue, confie aujourd'hui JEV.

"Durant l'été 2014, j'ai reçu un appel de Red Bull en disant qu'ils mettraient Max Verstappen dans ma voiture. Je l'ai alors parfaitement compris. Je me disais, d'accord, Toro Rosso est une sorte d'école pour Red Bull, et donc, puisqu'il n'y a pas de place chez Red Bull, alors c'était sympathique de leur part de me prévenir si tôt dans la saison."

"Mais durant cet appel, j'ai dit: 'Et si Vettel s'en va?'. Alors on m'a répondu, 'Tu seras dans la voiture'."

"J'avais fait une saison formidable jusqu'à présent, c'était bien. Ils savaient le déficit de poids [Vergne pèse plus lourd que Kvyat] que j'avais dans la voiture face à Kvyat. Mais, quand Vettel est parti, j'ai compris plus tard qu'il semblait qu'ils étaient revenus sur leur décision. C'était vraiment une situation frustrante. Ensuite, toute l'équipe Toro Rosso a voulu me garder aux côtés de Max et au bout du compte, le dénouement fut le même. Ils ne sont pas revenus sur leur décision."

Quelques semaines après, JEV rebondissait en Formule E avec Citroën DS - il court aujourd'hui pour Techeetah.
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Prouver à Alonso que McLaren peut gagner en 2018
Fernando Alonso n'a pas caché en conférence de presse, en Espagne, son désir d'aller voir ailleurs en 2018 - si McLaren ne montrait pas de francs signes de progrès d'ici l'été. Le pilote espagnol s'est ainsi dit "très ouvert" à des discussions avec d'autres écuries en septembre, s'il trouvait l'opportunité d'aller dans une équipe capable de jouer des victoires.

McLaren a donc commencé une course contre la montre pour tenter de retenir son pilote numéro 1. Zak Brown, le directeur exécutif, est conscient de l'ampleur de sa tâche, mais n'abdique pas pour autant.

"Je comprends totalement son point de vue. Il est un double Champion du monde qui veut gagner un troisième titre, et ce sera possible seulement dans une voiture qui peut gagner. Comme il l'a dit, il adorerait rester chez McLaren, et nous lui apportons un environnement formidable. Il apprécie vraiment d'être ici, mais nous devons lui donner une voiture capable de gagner."

"C'est difficile de savoir quand ce sera le cas. Mais nous avons déjà conçu de nombreuses voitures gagnantes. Nous avons aussi vu d'autres moteurs faire des progrès significatifs durant la saison. Si vous regardez la situation de Renault il y a deux ans, et si vous voyez où ils ont commencé et où ils ont fini..."

Tout se jouera vraisemblablement en septembre pour Fernando Alonso.

"Il va attendre jusqu'à la fin de la pause estivale, nous sommes vraiment tombés d'accord là-dessus" confirme Zak Brown.

"Je pense que tout ce que nous pouvons faire pour le moment, en attendant qu'il soit prêt à prendre sa décision, c'est de continuer à travailler. Il nous faut essayer de démontrer que nous serons capables de viser la victoire l'an prochain."

McLaren est pour le moment la seule équipe du plateau à ne pas être rentrée dans le Top 10. Viser la victoire en partant de cette situation semble être un objectif très ambitieux pour Zak Brown, mais le directeur exécutif de McLaren a-t-il vraiment le choix?
source: Nextgen-Auto.com

Marko - Liberty nous fait plus confiance que Bernie
Depuis que la F1 est passée des mains de CVC à Liberty Media, et donc de Bernie Ecclestone à Chase Carey, la discipline reine du sport automobile a décidé de devenir plus accessible, moins secrète pour les fans.

C'est ainsi que dimanche dernier, en Espagne, le petit Thomas, le fan qui pleurait après l'abandon de Kimi Räikkönen, a été invité par la FOM et Ferrari à rencontrer son idole dans les stands de la Scuderia.

Cette belle histoire n'aurait probablement pas été possible sous l'ère Bernie, assure aujourd'hui Helmut Marko.

"Je ne sais pas si quelque chose de ce genre aurait été vraiment possible sous l'ancienne direction".

L'exemple de Thomas n'est que l'iceberg remonté à la surface. C'est ainsi qu'à Barcelone, une vieille Minardi bi-place (photo) a fait le show entre les séances. Pour le responsable de la filière jeunes de Red Bull, il est très appréciable que Liberty apporte de nombreuses animations les week-end de Grand Prix.

"Il y a des nouvelles idées à chaque course. Chez Red Bull, nous avons souvent des idées qui n'étaient pas soutenues, mais les choses, désormais, ne sont plus imposées d'en haut. C'est en coopération que nous rendons l'ensemble de l'événement plus attractif."

Red Bull a d'ailleurs une situation particulière puisque la marque de boissons énergisantes est aussi le promoteur du Grand Prix d'Autriche. C'est ainsi que Sean Bratches, qui s'occupe des relations avec les promoteurs des courses, s'est déjà entretenu avec la direction de Red Bull pour voir comment rendre l'expérience du Red Bull Ring plus excitante.

"Nous lui avons présenté une liste d'idées et en l'espace d'une heure, tous nos dix points étaient avalisés" témoigne Marko. "C'est une ambiance différente, mais dans le même temps, il y a aussi des discussions très intenses sur les nouvelles règles à propos du règlement, du moteur, des finances..."
source: Nextgen-Auto.com

Jos Verstappen va bien repérer les talents du futur pour Red Bull
Jos Verstappen compte bien mettre à profit son expérience dans les formules de promotion au service de l'employeur de son fils, Red Bull.

Après avoir joué le rôle officieux de "manager de Max Verstappen", le père du jeune pilote Red Bull va désormais occuper des fonctions officielles, comme l'a maintenant annoncé Helmut Marko.

Le responsable de la filière jeunes a confirmé l'information que nous vous donnions il y a quelques jours en primeur: Jos sera un recruteur spécial de Red Bull. Il se chargera de repérer les talents de demain dans les compétitions de promotion.

"C'est une bonne coopération, et une bonne expansion pour le Red Bull junior team" s'est réjoui le Dr Marko.

"C'est surtout en raison de mon agenda, puisqu'il y a parfois deux courses junior en même temps, donc je ne peux pas y assister. Donc nous avons demandé à Jos s'il avait le temps et le désir d'assister à certaines courses pour nous."

La première tâche de Jos Verstappen sera d'assister au fameux Grand Prix de Pau, le rendez-vous F3 qui se déroule chaque année dans la ville du nouveau Garde des Sceaux. Mais le rôle de Jos Verstappen ira encore au-delà.

"Jos a toujours été profondément impliqué dans le karting" poursuit Marko. "Il peut non seulement coacher les pilotes avec son expérience, mais aussi s'occuper des équipes. Son succès, dans la phase de développement de Max, est évident."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli abandonne le pneu dur pour Silverstone
Pirelli a annonce aujourd'hui sa sélection de mélanges pour la dixième manche de la saison 2017 de Formule 1 en Grande-Bretagne (14-16 juillet).

Et la pression des pilotes a fonctionné: le pneu dur ne sera pas de la partie! Il ne devrait d'ailleurs pas être revu avant Suzuka.

Sont donc nominés les pneus super-tendres, tendres et mediums.

Chaque pilote doit conserver un train du mélange le plus tendre, parmi les trois nominés, pour la Q3. Ces gommes doivent être retournées à Pirelli à l'issue de la séance qualificative pour les concurrents classés dans le Top-10. Les autres peuvent quant à eux les garder pour la course.

Chaque pilote doit avoir un train de tendres et un train de mediums disponibles pour la course et doit en chausser au moins l'un des deux.

Les équipes sont libres de choisir parmi les 10 trains restants à leur disposition (à l'exception des cinq premiers Grands Prix, jusqu'en Espagne, où Pirelli alloue chaque set), aux nombres de 13 pour le week-end.
source: Nextgen-Auto.com

Un plan B pour aider Honda avec son V6
Il y a maintenant deux équipes qui sont officiellement opposées à ce que Mercedes puisse, éventuellement, porter assistance à Honda pour le développement de son moteur, dans le cadre de la convergence des performances souhaitée par la FIA.

Bob Fernley, le directeur adjoint de Force India, avait déjà fait connaitre sa position lors du week-end du Grand Prix d'Espagne.

"En tant que client de Mercedes, nous payons pour nos moteurs mais aussi pour ses développements. J'aurais certainement un avis très négatif si nous devions partager cette technologie avec une autre équipe, qui est concurrente de la nôtre."

Le docteur Helmut Marko, qui représente Red Bull, motorisée par Renault, fait aussi connaitre la position de l'équipe autrichienne.

"Je ne sais pas si c'est vrai (que Mercedes pourrait aider Honda) mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Il y a déjà des règles très, très strictes en matière de coopération, sur les châssis."

Devant les critiques, Mercedes ne semble plus disposée à vouloir aider Honda, comme l'admet Toto Wolff.

"Honda est une grande marque, prestigieuse, qui est certes dans une situation difficile à l'heure actuelle. Au final, je suis persuadé qu'ils vont réussir à s'en sortir et qu'ils n'ont pas besoin de notre aide."

Afin de ne pas laisser Honda seul, un plan B a été pensé ces derniers jours: la compagnie autrichienne AVL, qui a déjà aidé Renault avec son V6 ces dernières années, pourrait être mobilisée pour aider les Japonais à surmonter leur crise, tant du côté de la fiabilité que des performances.

"Passer par des ingénieurs indépendants de toutes les équipes est certainement la meilleure solution", conclut un ingénieur motoriste, qui souhaite rester anonyme.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull remet (encore) de la pression sur Renault
Red Bull attend maintenant très clairement que les choses bougent du côté de Renault, et il n'y a presque pas une journée qui passe sans que l'équipe autrichienne ne mette la pression sur son motoriste, d'une façon ou d'une autre.

Cela se passe cette fois dans le rapport du debriefing après le Grand Prix d'Espagne.

"Max était à 6 dixièmes seulement de la pole à Barcelone, ce qui est bien plus proche que lors des dernières semaines. De manière plus significative, notre voiture avec ses évolutions arrêtent de jouer la diva est est bien plus constante, dans une plus grande variété de conditions. Cela est de bon augure pour la suite de la saison quand nous aurons un moteur compétitif", peut-on lire chez Red Bull.

L'évolution du moteur Renault était tout d'abord attendue pour le Canada mais elle est repoussée, pour des raisons de fiabilité.

Un ingénieur de Red Bull confiait que, si le moteur Renault était libéré à son plein potentiel, il serait au niveau du Mercedes et du Ferrari.

"Nous avons réduit un peu plus de 60% de notre écart sur les deux équipes de tête", ajoute Helmut Marko. "Nous aurons de grosses évolutions en Autriche, en juillet, où nous espérons disposer du nouveau V6 de Renault."

"Bien entendu, nous espérons que cette évolution puisse arriver avant notre Grand Prix à domicile."

Vous avez dit pression?
source: Nextgen-Auto.com

Alonso ne se sent pas encore à l'aise sur piste ovale
Fernando Alonso poursuit son apprentissage de l'ovale aux essais des 500 Miles d'Indianapolis et le moins que l'on puisse dire, c'est que tout se passe sans accroc pour le moment.

Le pilote de 35 ans a bouclé, lors de la séance d'essais hier, 39 tours, avec une vitesse moyenne de 352 km/h, soit le total le plus élevé de son écurie Andretti et la 4ème vitesse la plus élevée de la séance.

"C'était délicat" a réagi Alonso après sa 3ème séance, disputée sous conditions venteuses. "Il y a eu très peu de roulage pour les gros noms, mais pour moi, courir dans n'importe quelle condition est une bonne leçon. Aujourd'hui, il s'agissait de ça: une leçon pour apprendre comment conduire malgré de forts vents, pour apprendre comment régler la voiture virage après virage. Tout s'est passé selon le plan. L'équipe, je pense, a utilisé ces relais aussi pour tester quelque chose à l'arrière de la voiture, pour le moteur, pour les réglages, donc je pense que c'était aussi une journée productive."

Comme il le confie lui-même, Fernando Alonso n'est pas encore tout à fait devenu familier avec le circuit en ovale.

"Je suis heureux aujourd'hui... mais je ne suis définitivement pas à l'aise. Bien sûr, si vous faites toute votre carrière en F1, en Europe, et que vous arrivez ici, pour des courses sur ovale, le ressenti de la voiture n'est pas naturel, parce que la voiture tourne à gauche par elle-même. C'est un petit peu étrange quand vous approchez le virage 1 pour votre premier tour."

"Mais j'ai eu une bonne préparation dans le simulateur, beaucoup d'informations de la part de l'équipe ces deux dernières semaines. Donc je pense que j'arrive un petit peu préparé pour ressentir ce que je dois ressentir. Les tours d'apprentissage, hier, dans le trafic, furent très utiles. Je suis toujours dans le simulateur le matin, dans la voiture l'après-midi. Donc c'est beaucoup de temps de roulage. Je ne suis pas encore prêt, mais je pense que je le serai quand ça comptera vraiment."

Fernando Alonso s'est également entraîné à bien négocier l'entrée des stands - même s'il a utilisé pour le moment l'entrée réservée aux essais libres et non à la course.

"Nous avons employé le milieu de la journée pour nous entraîner aux arrêts, pas seulement pour moi mais aussi pour les gars. Nous avons appris deux ou trois choses de leur côté comme du mien... comment approcher la ligne des stands, etc, parce que bien sûr, durant les essais libres, c'est OK, mais durant la course, quand 33 voitures rentrent aussi, il y aura beaucoup de trafic."
source: Nextgen-Auto.com

La Mercedes W08 est toujours un peu trop lourde
La Mercedes W08 est toujours un peu trop lourde: Toto Wolff a confirmé que c'était encore le cas après les évolutions apportées lors du Grand Prix d'Espagne.

Selon certaines spéculations, grâce à des évolutions mécaniques, Mercedes aurait réussi à gagner pas moins de 5 kilos sur le poids total de sa voiture à vide. Mais l'Autrichien dément que son équipe a réussi une telle prouesse.

"Nous avons essayé d'améliorer notre efficience aérodynamiques avec nos évolutions et aussi réduit le poids. Mais on ne parle pas de 5 kilos", explique Wolff.

"En Formule 1, il est difficile de faire des pas aussi énormes que ça. Quand il y a des progrès, ils sont tous petits. Notre unité de progrès c'est plutôt le gramme que le kilogramme."

Wolff n'a pas voulu confirmer le poids gagné.

"C'est évidemment un secret que nous ne souhaitons pas livrer à nos concurrents. Nous avons reconnu que notre voiture était trop lourde et nous travaillons, nous travaillerons toutes l'année, pour réduire son poids."

L'objectif est de permettre à l'équipe de pouvoir placer à nouveau du lest dans sa voiture, où elle le souhaite, afin de jouer sur l'équilibre du châssis. Cela permettrait aussi à Lewis Hamilton d'emporter une gourde pleine d'eau sans arrière pensée!
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Je veux être champion du monde
Esteban Ocon est maintenant en Formule 1 depuis près d'un an et il compte bien en gravir toutes les marches.

Grâce à Force India, il a déjà l'occasion de jouer les points à chaque Grand Prix. Après sa 5ème place obtenue dimanche à Barcelone, le Français se fixe maintenant un objectif ambitieux à atteindre: son premier podium.

"Oui, bien sûr, c'est mon objectif. C'est ce que je voudrais réussir à faire cette année. Après je sais que ça va être difficile d'y arriver. Mais je pense que sur une course où il y aura un peu de rebondissements, des conditions difficiles, je pense que ce sera possible. Et puis je ne vais rien lâcher pour y arriver", confie-t-il à 'RTL'.

Ocon voit toutefois plus loin: se battre un jour pour la victoire et le titre. Pourquoi pas avec Mercedes, dont il est membre de la filière jeunes.

Quand on rappelle au Français que la dernière victoire remonte à Olivier Panis, en 1996, à Monaco, il réagit.

"Et puis ce Grand Prix de Monaco, il l'a gagné l'année où je suis né. Donc il faut remédier à cela. Il faut qu'un Français gagne à nouveau un Grand Prix. Ce serait génial. Donc j'y travaille, très dur. C'est mon objectif. Je veux aussi à terme pouvoir me battre pour le Championnat du monde, et dans le futur, être Champion du monde. Donc je vais travailler très dur pour y arriver."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe - Stroll ne doit pas être paralysé par la pression
Pour sa première saison en F1, la tâche est rude pour Lance Stroll. Plongé dans le grand bain de Williams, le Canadien est censé marquer des points à chaque course avec une voiture compétitive. Mais faute d'avoir trouvé le rythme nécessaire ou bien apprivoisé les Pirelli, il n'est encore jamais rentré dans le Top 10. A 18 ans, est-il vraiment prêt pour résister à toute cette pression?

Le prochain Grand Prix de Monaco sera d'ailleurs l'épreuve la plus problématique pour lui - c'est même son coéquipier Felipe Massa qui l'a d'ores et déjà prévenu. Le Canadien s'attend lui aussi à un Grand Prix particulièrement exigeant.

"Ce sera très difficile, pour sûr. De manière réaliste, on peut dire que ce sera rude. J'espère que cela changera, mais notre voiture n'a pas été non plus impressionnante à Monaco par le passé. Mais vous ne savez jamais. Vous devez toujours être positif et c'est l'une de ces courses où tout peut arriver."

Pour le moment, le début de saison de Lance Stroll ne porte pas l'enthousiasme. En Chine, il s'est qualifié à la 10ème place mais s'est accroché avec Sergio Pérez dans le premier tour. A Bahreïn, Carlos Sainz, fautif et pénalisé pour cette manœuvre, lui est rentré dedans. En Russie, Lance Stroll a fait un tête-à-queue derrière la voiture de sécurité alors qu'il jouait les points. Enfin, en Espagne, qualifié 18ème, il a fini la course 16ème, très loin des points.

"L'une des choses les plus difficiles pour Lance est cette énorme pression placée sur lui" a confirmé Paddy Lowe, le directeur technique de Williams, qui ne manque pas une occasion de prendre la défense de son jeune pilote.

"Il est un pilote dont on attend beaucoup - pas seulement les gens qui l'entourent, mais tous les gens dans le paddock je pense, parce qu'il y a beaucoup de projecteurs braqués sur lui. On se demande comment il est parvenu en F1 et s'il mérite vraiment ce volant..."

"Les pilotes de course sont, par leur nature même, super-compétitifs, ils sont les meilleurs et aussi les pires quand il s'agit d'être très exigeant avec eux, s'ils pensent qu'ils ne performent pas comme ils le devraient. Donc cela crée un effet boule de neige et encore plus de pression. Il n'y a pas de solution facile pour se défaire de cette pression."

Pour aider Lance Stroll, l'aide du vétéran Felipe Massa est aussi régulièrement sollicitée. Paddy Lowe prodigue aussi quelques conseils à son rookie.

"J'ai conscience de la situation difficile dans laquelle il est, donc j'essaie de l'aider. Ce qui est important, c'est simplement de prendre du plaisir. Les gens adorent conduire des voitures rapides et en fait, si vous ne prenez pas de plaisir, ça n'ira pas bien. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire, avec toute cette pression."

Fils de milliardaire, Lance Stroll apporte des millions à l'écurie Williams. Il reconnaît qu'il n'a pas encore prouvé qu'il n'était pas un pilote payant.

"Je ne veux pas dire exactement quand je serai capable de montrer à tout le monde que je ne suis pas ici grâce à l'argent, parce que cela dépend de tellement d'autres choses, de détails qui vont se mettre en place. Mais je ne vais pas m'inquiéter de mes affaires."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.