En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 17 Avril 2017

Boullier - Je n'étais pas pour envoyer Alonso à Indy
Eric Boullier a confié au micro de 'Canal +', hier, quelques minutes avant le départ du Grand Prix de Bahreïn, qu'il n'avait pas soutenu l'idée commune de Fernando Alonso et Zak Brown d'aligner une voiture à Indy 500 pour l'Espagnol.

Le Français est contrarié par le fait que la course qui sera manquée par Alonso, celui de Monaco, est celui où beaucoup de choses peuvent se passer.

"Non, je n'étais pas forcément pour d'ailleurs", répond Boullier lorsqu'on lui demande si l'idée était aussi de lui.

"Mais au final c'est plutôt bien pour l'équipe, bien pour la F1, bien pour le sport automobile et bien pour Alonso."

"Cependant, ça me gêne parce que Monaco est un Grand Prix où nous avons quand même plus de chances de marquer des points. Vis-à-vis de l'équipe, aussi, c'était peut-être pour eux le seul moyen d'avoir un peu de plaisir, donc... Mais au final, c'est un projet qui, dans sa globalité, est plus intéressant."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas est passé de poleman à numéro 2 formel en 24 heures
Valtteri Bottas avait créé une petite sensation samedi à Bahreïn, en réalisant la première pole position de sa carrière. Un souffle devant Lewis Hamilton, le Finlandais annonçait semble-t-il la couleur: oui, il serait un concurrent sérieux à Lewis Hamilton, et non un faire-valoir comme d'aucuns auraient pu le penser. Voire un candidat au titre? La course à Bahreïn devait en décider.

Samedi, on pouvait légitimement penser que le week-end de Sakhir serait un tournant pour Valtteri Bottas. Un tournant dans le bon sens. Déjà, en Australie, le Finlandais avait grandement menacé la 2ème place de Lewis Hamilton en fin d'épreuve. Mais ici, il en allait tout autrement: Lewis Hamilton avait été battu par le soi-disant pilote numéro 2!

Pourtant, en course, Valtteri Bottas, malgré un bon départ, a nettement perdu toute occasion de s'affirmer face à son coéquipier. Pire, il a même dû subir, pour la première fois de la saison (et sûrement pas la dernière) une consigne d'équipe.

En effet, son rythme de course était particulièrement lent en comparaison de Lewis Hamilton, tant et si bien que Mercedes a enjoint Valtteri Bottas à céder sa position. Ce que le Finlandais, après avoir hésité pendant deux ou trois tours, a finalement fait.

"C'est la pire chose à entendre pour un pilote, probablement" confiait-il après l'arrivée.

Après la course, Valtteri Bottas avouait une certaine impuissance, même si tout ne tient pas à sa différence de talent par rapport à Lewis Hamilton. L'ancien pilote Williams ne s'est en effet jamais senti à l'aise dans sa monoplace - certainement un problème de réglages.

"Lors du premier relais, j'ai eu un gros problème avec les pressions des pneus, ce qui expliquait pourquoi j'avais tant de mal à tenir le train arrière en place. Mais même lors des autres relais, le train arrière a toujours été le facteur limitant de mon rythme."

Les chiffres sont pourtant accablants. Alors même que son coéquipier a écopé d'une pénalité de 5 secondes, Valtteri Bottas finit 14 secondes derrière lui. Il aurait même dû se faire rattraper par Kimi Räikkönen, si le pilote Ferrari n'avait pas été bloqué par Felipe Massa en début d'épreuve.

La course de Bahreïn aura donc bien été un tournant pour Valtteri Bottas - un tournant dans le mauvais sens. Le dimanche a démenti le samedi. Que ce soit par l'exécution d'une consigne d'équipe ou par la différence de points qui existe désormais au classement (Hamilton a 61 points, Bottas 38), une hiérarchie claire s'est installée chez Mercedes. A Bottas de réagir vite pour éviter "l'Irvinisation" qui lui pend au nez!
source: Nextgen-Auto.com

Gary Paffett de retour dans une Formule 1 pour Williams
Gary Paffett va faire son retour derrière le volant d'une Formule 1.

Pour celui qui est devenu pilote de développement en simulateur pour Williams, l'an dernier, ce sera le premier test depuis Silverstone en 2013, lorsqu'il était alors pilote d'essais chez McLaren.

Le Britannique de 36 ans roulera mercredi à Bahreïn sur la Williams FW40 et aura donc en charge de vérifier que les sensations et les données du simulateur correspondent bien à ce qu'il perçoit en piste. Quatre ans après son dernier test, cela risque de lui faire drôle!

Paffett n'a jamais roulé en Grands Prix, il est considéré comme un jeune pilote et entre ainsi dans les critères de la FIA, qui oblige les équipes à faire rouler des pilotes ayant couru 2 Grands Prix au maximum lors de 2 des 4 journées d'essais privés prévus en cours de saison.

Williams a décidé de partager la première journée, celle de mardi, entre ses deux titulaires: Lance Stroll roulera le matin, Felipe Massa l'après-midi.
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Il n'y aura pas de solution rapide pour McLaren
L'équipe McLaren est allée d'humiliation en humiliation à Bahreïn. Après le non-départ de Vandoorne, Alonso a déclaré qu'il n'avait jamais manqué autant de puissance avant de finir par abandonner.

L'équipe est aujourd'hui dixième et dernière du championnat et Zak Brown reconnaît qu'une solution sera très difficile à trouver à court terme, voire même à moyen terme.

"Nous avons eu de nombreux problèmes ce week-end et je me sens mal pour Stoffel qui n'a pu courir" regrette Brown. "Nous devons résoudre nos problèmes, notre partenaire doit résoudre ses problèmes et nous devons le faire vite. Malheureusement, il n'y a pas de solution rapide dans notre sport."

"Menacer n'est pas une bonne approche dans la vie. Nous avons de nombreuses réunions avec Honda, le président était là pour les trois premières courses. Il faut vite résoudre le problème mais ces courses hors de l'Europe compliquent d'éventuelles solutions. J'aimerais être plus optimiste pour la Russie mais ce sera pareil."

Honda aura besoin d'au moins un mois pour résoudre les problèmes de vibrations qui parasitent toutes les performances de la monoplace depuis le début du mois de février et les premiers essais de Barcelone.

"Nous verrons de nouvelles choses sur la voiture et le moteur en Europe dont nous espérons qu'elles amélioreront notre situation. Il faudra quelques courses mais ce sera réalistement à la mi-saison."

Avec un Fernando Alonso en fin de contrat quand la saison touchera à sa fin, il apparaît difficile pour McLaren de trouver les arguments nécessaires à une prolongation. Il en va de même pour attirer un autre pilote de pointe.

"Si nous donnons à Fernando une bonne voiture, je suis confiant quant à notre capacité à le garder. Il aime cet environnement de travail, c'est génial de travailler avec lui. Il est frustré mais il joue en équipe et nous aide à être motivés, nous voulons que lui et Stoffel disposent d'une bonne voiture."

"Tout le monde dans le paddock a une place pour lui et aimerait lui parler. Nous ne mettons pas tous nos œufs dans le même panier, ce serait irresponsable, mais il est celui que nous voulons dans la voiture et nous en discuterons cet été quand nous aurons une meilleure vue d'ensemble de notre situation."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 confirme son planning pour les essais privés
Renault F1 a confirmé à son tour son programme pour les essais privés de Bahreïn, qui commenceront demain.

Nico Hülkenberg sera le premier à rouler sur le circuit de Sakhir, lors de la première journée d'essais.

La deuxième sera dévolue à Sergey Sirotkin, le Russe qui a été promu pilote de réserve pendant l'hiver.

Sirotkin a roulé plusieurs fois à bord de la Renault l'an dernier (Russie, Angleterre et Brésil) mais il n'a pas encore eu l'occasion de piloter la RS17 de cette année.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes entre satisfaction et déception
Malgré un rythme effréné en qualifications, Mercedes a dû reconnaître la supériorité de Ferrari et de Sebastian Vettel en course à Bahreïn, où l'Allemand a remporté sa deuxième victoire en trois courses.

"Nous avons encore eu une preuve que nous sommes dans une situation très différente de la saison dernière, face à Ferrari, et je suis confiant que nous affronterons ce défi en équipe" a déclaré Toto Wolff.

"Après un hiver de changement de règlement très important, nous avons été en lutte pour la victoire durant chaque week-end et c'est très positif. Nous devons toutefois tout faire parfaitement pour réussir, c'est un défi très intéressant, et le rythme de la voiture était très bon."

"Nous avons d'abord eu un contre-temps sur la grille lorsqu'un problème sur un générateur a contraint Valtteri à démarrer avec des pressions trop élevées, ce qui l'a empêché de rouler à un rythme élevé dans son premier relais. Avec Lewis derrière Vettel, nos possibilités stratégiques étaient limitées et nous étions dos au mur quand Ferrari a parfaitement géré l'undercut."

Et de là, les problèmes ont continué pour Mercedes et ses pilotes: "Nous avons été chanceux car la voiture de sécurité nous a donné une chance de nous reprendre mais un souci avec les pistolets pneumatiques nous a fait perdre du temps avec les deux voitures. Avec des pneus différents, nous avons été contraints de donner la consigne peu populaire à Valtteri de laisser passer Lewis, ce n'est pas quelque chose que nous aimons faire mais quand la victoire est en danger, nous devons le faire."

"Après cela, nous avons essayé de donner à Lewis l'opportunité de se rapprocher de Sebastian dans les derniers tours mais après avoir respecté la pénalité de cinq secondes, il y avait trop d'écart. Nous quittons Bahreïn avec bien plus de connaissances sur la voiture et il y a encore du travail afin de pouvoir convertir nos performances en victoires" conclut Wolff.

Du côté de James Allison, la frustration est évidente quand une course n'est pas remportée alors que les deux voitures partaient en première ligne.

"C'est toujours décevant de ne pas convertir nos places de grille en bon résultat. Nous avons eu des petits problèmes qui nous ont coûté cher. Dans une saison où la lutte est très serrée en course, ces erreurs nous empêchent de saisir nos chances de victoires. Le plus important est de voir que le rythme est bien là et nous espérons faire en Russie ce que nous avons raté à Bahreïn" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso au Mans en 2018? C'est une invention, assure-t-il
Fernando Alonso a encore abandonné hier à Bahreïn et semble de toute évidence extrêmement mécontent de la régression de McLaren-Honda cette saison. A la radio hier, il a passé plusieurs messages inamicaux à l'attention de Honda. Il s'en est expliqué après-course, le plus simplement du monde.

"Quand les lumières rouges s'éteignent, vous êtes motivés et vous commencez à lutter. Mais quand vous êtes si loin derrière en ligne droite, vous ne pouvez pas défendre votre position, vous ne prenez pas de plaisir dans la bataille. Maintenant, concentrons-nous sur les 500 Miles. Cela me fera aussi du bien de reposer un peu ma tête."

Les rumeurs d'un départ d'Alonso continuent par conséquent à enfler (pour rappel, le contrat de l'Espagnol expire à la fin de cette saison). Le double Champion du monde discuterait en ce moment avec Renault, mais la presse espagnole l'annonce également en négociations avec Porsche, pour disputer la saison 2018 du championnat d'endurance. On sait que Fernando Alonso, qui courra aux 500 Miles le mois prochain, convoite la triple couronne - et il faut pour cela remporter Le Mans...

McLaren pourtant ne désespère pas de conserver son protégé pour la saison prochaine. "Tout le monde a ses petits tours quand il s'agit de négocier" a confié à ce sujet Eric Boullier, le directeur de la compétition.

Hélas pour Eric Boullier, le discours de Fernando Alonso ne s'est assagi qu'en apparence ce lundi. Il considérait hier que son coéquipier, qui n'a pas pu prendre le départ en raison d'un problème moteur, n'a finalement pas été si malchanceux!

"Nous devons être un peu patients. Les trois ou quatre prochaines courses vont être difficiles. Ce qui est impressionnant, c'est que l'autre voiture n'était pas même en course. Comme je l'ai dit, je ne sais pas si c'était une chance ou non pour Stoffel... Donc nous devons faire quelque chose, mais je ne sais pas si l'équipe en a la moindre idée. Nous devons trouver une solution dès que possible."

Seule bonne nouvelle pour le management de McLaren en ce lundi de Pâques: Fernando Alonso a officiellement démenti les rumeurs l'envoyant en WEC l'an prochain.

"Il n'y a pas de plan pour cela. Ce n'est pas vrai, c'est une invention."
source: Nextgen-Auto.com

Massa s'échauffe avec Verstappen: 'Fais attention à ce que tu dis!'
Max Verstappen s'est plaint, avant-hier, d'avoir été gêné par Felipe Massa dans son tour rapide de qualification. Le Red Bull boy ne s'était finalement qualifié qu'à la 6ème place, alors que Daniel Ricciardo pointait au 4ème rang.

A chaud, le Néerlandais avait eu des mots déplaisants à l'attention de son homologue brésilien...

"Il est Brésilien, donc il n'y a pas beaucoup de choses à rajouter."

Du haut de son expérience, Felipe Massa était ensuite allé parler à Max Verstappen pour avoir quelques explications sur cette déclaration. Le pilote Williams raconte son entrevue.

"Je lui ai dit 'Fais attention à ce que tu dis, parce que tu dois toujours te rendre au Brésil pour y courir. Fais attention à ce que tu dis.' De toute évidence, ce n'était pas bien de parler des Brésiliens sans y connaître grand-chose."

Felipe Massa assure aujourd'hui n'avoir aucunement gêné en qualifications Max Verstappen.

"Je ne l'ai même pas stoppé. Peut-être que j'étais son bouc émissaire, parce qu'il n'a pas pu être devant son coéquipier, donc quelqu'un devait être accusé. C'était la même chose entre moi et Nico Hülkenberg, mais est-ce que vous avez-vu l'un d'entre nous se plaindre de l'autre?"

En réalité, les querelles entre Max Verstappen et Felipe Massa datent du Grand Prix de Monaco 2014. Le Néerlandais avait été alors qualifié de "pilote dangereux" par le Brésilien...
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - ce championnat 2017 est très excitant
On dit souvent que le circuit de Melbourne n'est pas représentatif du reste de la saison. Il était donc particulièrement important pour Sebastian Vettel et Ferrari de l'emporter à nouveau ce week-end à Bahreïn, afin de prouver que le succès australien n'était pas que le coup d'un dimanche.

"Nous sommes maintenant complètement confiants pour dire que notre victoire n'était pas seulement un one-shot" se réjouit aujourd'hui le pilote allemand, au lendemain de son succès dans le désert.

C'est la première fois depuis 2012 qu'il y a match au sommet entre deux écuries. Du côté de Mercedes, Toto Wolff en est lui aussi certain: la lutte est très ténue tout en haut de la grille.

"Je pense que nous sommes à égalité [avec Ferrari]. Peut-être que sur un tour, nous avons un léger avantage, mais la Ferrari fait mieux fonctionner les pneus."

Les victoires se jouent désormais à des petits riens. Niki Lauda pense ainsi que Mercedes aurait pu l'emporter hier.

"Il y a eu plusieurs facteurs qui nous ont empêché d'en faire plus. Nous avons eu un problème aux stands. Lewis a reçu une pénalité de 5 secondes et Valtteri avait trop de pression sur ses pneus. Mais pas de discussion possible: Vettel était le meilleur et Ferrari avait la meilleure stratégie. Il semble que nous ayons un Championnat du monde très excitant."

En début d'épreuve, le match à deux était même un match à trois, puisque les Red Bull étaient étonnamment rapides et pouvaient suivre le rythme des leaders. Sebastian Vettel en est autant étonné qu'excité.

"Je ne sais pas ce qui est leur arrivé, mais je m'attendais à ce qu'elles soient plus rapides en course. C'est formidable. Contrairement aux précédentes années, il y a maintenant une lutte pour la victoire."

Fernando Alonso observe malheureusement ces batailles pour la première place du fond du peloton, tant sa McLaren est peu compétitive en ce début de saison. L'ancien pilote Ferrari ne regrette-t-il pas d'avoir quitté la Scuderia? Il assure que non.

"Nous sommes heureux de voir Ferrari gagner. Mercedes était trop habituée à gagner, donc c'est une bonne nouvelle de voir Ferrari devant maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton se sent un peu 'désemparé' après Bahreïn
Battu deux fois en trois courses par une autre voiture qu'une Mercedes! Cela faisait longtemps que Lewis Hamilton n'avait pas connu une pareille situation. A Bahreïn hier, l'Anglais a été incapable de rattraper Sebastian Vettel, qui a filé tout droit vers la victoire. Il est vrai que le pilote Mercedes a écopé d'une pénalité de cinq secondes pour avoir trop ralenti avant de rentrer aux stands, gênant ainsi la Red Bull de Daniel Ricciardo.

Hamilton (qui a fini seulement 6,6 secondes derrière Vettel) aurait-il gagné sans cette pénalité? Lui-même préfère ne pas répondre.

"J'aurais possiblement été en meilleure position, mais avec des si..."

"Je suis un peu désemparé. Ferrari a fait un travail formidable. Mais en dernier ressort, vous vous fixez comme objectif de progresser et de bien faire pour l'équipe. Et je n'ai pas le sentiment que j'ai tout fait de la manière que je pouvais. Nous serons de retour au combat. Perdre des points est définitivement douloureux."

Au classement des pilotes, Sebastian Vettel mène de 7 points face à Lewis Hamilton. Le duel s'annonce haletant cette saison, à la plus grande joie de Lewis Hamilton.

"Être si proche au début de la saison, c'est formidable. Je souhaite juste que ces voitures puissent se suivre de plus près, pour que nous jouions plus ensemble."

"Ferrari est solide en rythme de course et nous souffrons particulièrement avec l'arrière. C'est difficile à expliquer. Ils ont fait un travail formidable et nous devons nous améliorer. C'est très ténu, quelques pourcentages qui feront la différence entre la victoire et la 2ème place. C'est formidable de savoir que nous avons une voiture solide, capable de se battre pour des victoires. C'est toujours formidable de se battre pour des victoires."

Lewis Hamilton refuse donc d'admettre que Ferrari ait pour le moment l'avantage sur Mercedes, même s'il reconnaît que l'écart est très faible. Et du côté de Sebastian Vettel?

"Peut-être pour le moment. Mais nous avons toujours beaucoup de travail devant nous. La voiture est très bonne en course mais pas assez rapide pour les concurrencer en qualification. Il y a beaucoup de travail devant nous, mais ce genre de résultat aide certainement. Les gens sont très heureux, ils sont passionnés et pleins d'énergie pour continuer à travailler plus dur."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul - Des points pour Renault F1, oui mais...
Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport, attendait les premiers points de Renault F1 à Bahreïn.

C'est finalement bien ce qui s'est passé, après un très bon week-end de Nico Hülkenberg, qui a été solide en qualifications comme en course. Le pilote allemand a toutefois eu beaucoup de mal à se maintenir dans le Top 10 et a marqué 2 points seulement.

"A Bahreïn, nous marquons nos premiers points à l'issue d'une très bonne course de Nico. Nous avons peut-être perdu une place par rapport à la stratégie optimale, mais le plus important pour nous est de comprendre pourquoi nous avons une telle différence entre notre performance en qualifications et notre rythme de course", reconnait Abiteboul.

Pour Palmer, également qualifié en Q3, la course s'est révélée être désastreuse. Il s'est constamment bagarré en fin de peloton.

"Jolyon a connu un dimanche plus difficile, nous allons également devoir comprendre pourquoi, particulièrement après sa première qualification dans le Top 10 samedi. Heureusement, nous allons enchaîner avec des essais, qui nous aideront à progresser dans notre compréhension des problèmes clairement identifiés."

"Nous introduirons également les premières évolutions majeures d'une saison qui sera rythmée par de nombreux progrès et améliorations."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - Plusieurs variantes de la même stratégie à Sakhir
Sebastian Vettel, à bord de sa Ferrari, a remporté hier le Grand Prix de Bahreïn, avec une stratégie à deux arrêts et après s'être élancé depuis la troisième place sur la grille.

A l'exception de Pascal Wehrlein (Sauber), tous les pilotes se sont calqués sur le même choix tactique, son équipier Marcus Ericsson se démarquant pour sa part en chaussant des pneumatiques tendres à l'extinction des feux.

Dans la douceur nocturne de Bahreïn, la dégradation s'est révélée contenue avec les deux mélanges, permettant aux pilotes d'attaquer du début à la fin de leur relais.

"La stratégie fut au cœur de la course, et influencée par l'intervention du Safety Car au début du Grand Prix. Mais quoi qu'il en soit, deux passages par la voie des stands constituaient la meilleure option à la vue des conditions", analyse Mario Isola.

"Nous avons toutefois observé plusieurs variantes, en fonction du classement des concurrents et de la manière dont ils ont utilisé les tendres et super-tendres. Comparées aux deux autres journées, les températures ont été plus fraîches, et la dégradation fut par conséquence plus limitée pour les tendres, et plus constante pour les tendres."
source: Nextgen-Auto.com

Difficile de ne pas avouer le fiasco de Bahreïn chez McLaren
McLaren déçoit depuis maintenant cinq ans mais a tout de même réussi un exploit, celui d'aggraver son cas, course après course! Fernando Alonso n'était pas dans le rythme hier à Bahreïn alors que l'autre MCL32 a subi son troisième problème moteur du week-end et n'a pas pris le départ.

"Que puis-je dire?" se désole Eric Boullier. "Fernando a échoué à finir tandis que Stoffel a carrément échoué à prendre le départ. C'était une mauvaise journée pour l'équipe et il n'y a aucune raison de dire le contraire."

"Le week-end de Stoffel a atteint son paroxysme de malchance quand, lors du tour de mise en grille, son moteur a subi un défaut de pression d'eau alors qu'il avait déjà eu des problèmes de MGU-H vendredi. Nous n'avons pas eu d'autre choix, en conséquence, que de ne pas lui faire prendre le départ. Malgré la frustration de cette série de problèmes, il a rejoint nos ingénieurs dans le garage afin d'offrir son soutien et ses conseils, c'est un gars bien."

"Fernando a encore fait une course courageuse en domptant sa voiture malgré un déficit de vitesse de pointe jusqu'à ce que quelque chose se produise dans le 55ème tour. Avec les problèmes déjà rencontrés ce week-end, nous avons décidé de le faire abandonner. Nous devons trouver le problème. Nous sommes déçus d'avoir signé une performance aussi mauvaise pour nos invités de Bahreïn dont la course a été très bien organisée. Cette 13ème édition en fait désormais l'un des événements les plus appréciés du calendrier."

Chez Honda, on essaie encore de garder la tête haute, sans vraiment y croire. Le moteur Honda rendait près de 15 km/h en ligne droite et a connu quatre pannes en trois jours. Un bilan qui parle de lui-même.

"Nous avons encore eu une journée décevante" avoue Yusuke Hasegawa. "Le problème rencontré par Stoffel est encore sous enquête interne mais nous pensons qu'il était similaire à celui de vendredi. Fernando a fait une belle course en dépit des circonstances avec de beaux dépassements. A deux tours de l'arrivée, il y a eu un souci sur sa voiture. Nous avons deux journées d'essais à Bahreïn, nous voulons améliorer la fiabilité du moteur et ses performances en testant des pièces améliorées."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.