En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 12 Avril 2017

McLaren n'a pas encore choisi le remplaçant d'Alonso à Monaco
Fernando Alonso voulant conquérir l'Amérique fin mai lors du mythique Indy 500, McLaren se trouve dépourvue de pilote aux côtés de Stoffel Vandoorne pour le Grand Prix de Monaco. Plusieurs options existent, comme le confirme Zak Brown.

Jenson Button possède un contrat qui lui donne la priorité du roulage si l'un des titulaires doit venir à manquer, ce qui sera le cas pour la troisième fois en trois saisons pour Alonso. L'Anglais a d'ailleurs demandé sur Twitter pourquoi il avait autant d'appels manqués.

Toutefois, Lando Norris s'est également proposé avec humour sur le même réseau social puisqu'il fait partie du programme McLaren, tandis que des noms plus fantaisistes mais pas idiots doivent être envisagés.

"Le remplacement de Fernando n'est pas encore réglé, les discussions sont en cours" confirme-t-il. "Nous avons différentes options et nous officialiserons notre choix dès que nous l'aurons fait."

Des essais privés vont être effectués à Bahreïn en début de semaine prochaine, pourraient-ils servir de test grandeur nature pour l'éventuel pilote élu?

"C'est une décision qui revient à Eric Boullier, il n'est pas encore arrivé à Bahreïn. Je pense que Stoffel sera dans la voiture pendant une partie des essais" continue Brown.

Fernando Alonso a exprimé un regret de manquer Monaco mais ne s'inquiète pas du sort de sa voiture, quel qu'en soit le pilote dans la principauté. En attendant, l'Espagnol assistera à la course de Barber Motorsports Park en IndyCar, qui se disputera entre Bahreïn et le Grand Prix de Chine.

"Je suis triste de manquer Monaco, c'est un grand événement et celui que je préfère au calendrier. Les deux dernières années, avec notre voiture, nous y avions eu le meilleur résultat de l'année."

"Malheureusement, c'est la course qui coïncide avec l'Indy 500 et je suis certain que le pilote qui roulera dans la voiture, quel qu'il soit, fera du bon travail et nous permettra de signer un bon résultat à Monaco" conclut Alonso.
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein - Sauber a une structure au potentiel insoupçonné
Pascal Wehrlein va enfin pouvoir reprendre le volant de sa Sauber C36, comme il l'a annoncé hier avant que son équipe ne le confirme en fin d'après-midi.

L'Allemand est impatient, bien évidemment, même s'il sait que sa monoplace est l'une des moins compétitives du plateau... comme l'était sa Manor l'an dernier.

Le jeune pilote de Mercedes se déclare cependant ravi de faire partie de cette écurie, connue pour avoir fait débuter des pilotes devenus champions du monde, comme Michael Schumacher (en Endurance), Jacques Villeneuve ou Kimi Räikkönen.

"Quand j'ai découvert l'usine de Sauber, c'était juste incroyable. J'avais déjà entendu parler de leur usine et de leur soufflerie, très impressionnante. La première fois que je me suis rendu là-bas, j'en ai été bouche bée. Je me suis dit qu'il y a un potentiel énorme dans l'équipe. Mais pour cela, il faut aussi faire preuve de patience."

"La plupart des personnes parlent en allemand à l'usine. C'est un gros plus pour moi évidemment", ajoute Wehrlein.

"J'habite à deux heures de l'usine d'Hinwil. Cela crée aussi du lien. Même le dialecte de Zürich n'est pas vraiment différent de celui qui est parlé dans ma région d'origine, nous pourrions nous comprendre alors que d'autres auraient besoin de sous-titres! (rires). Mais en dehors de cela, Sauber est une équipe internationale hautement professionnelle."

Le pilote révèle aussi quand les négociations pour son transfert de Manor à Sauber ont commencé.

"Les premiers contacts ont eu lieu à l'été 2016, mais cela ne s'est concrétisé vraiment qu'autour du Grand Prix du Brésil (à la mi-novembre). A partir de là, nous sommes allés à l'essentiel. Ensuite il y a eu un doute, avec la retraite de Nico Rosberg. Mais lorsque j'ai eu le feu vert, je me suis senti soulagé."
source: Nextgen-Auto.com

Briatore - Je n'avais rien à voir avec le Crashgate
Cela fait 9 ans maintenant que le scandale portant le nom de "Crashgate" a secoué le monde de la F1.

En 2008, lors du Grand Prix de Singapour, l'accident au 13ème tour de Nelson Piquet Jr. a été au cœur d'une affaire qui a été lourde de conséquence pour le Brésilien, pour Fernando Alonso, pour Flavio Briatore, Pat Symonds et l'équipe Renault.

La FIA avait ouvert une enquête et était arrivée à la conclusion que Briatore, Symonds et Piquet Jr. avaient planifié l'accident afin de faire gagner Alonso.

L'Italien avait été exclu à vie du monde de la F1, puis avait obtenu gain de cause en faisant appel, pour enfin s'arranger à l'amiable avec la FIA.

Aujourd'hui, de l'eau a coulé sous les ponts, mais l'ancien directeur d'écurie n'en démord pas: "Je n'étais en aucune manière impliqué dans ce crash."

"Dans le compte rendu d'enquête, il y n'a pas eu une seule preuve que j'étais mêlé à cet accident, Finito (sic). J'ai trainé la FIA devant la justice à Paris - et j'ai gagné. C'est tout! Le tribunal de Paris a bien étudié le compte rendu d'enquête. Et avec cela, la chose est selon moi réglée. Finito."

Briatore explique que l'exclusion à vie imposée par la FIA n'aurait pas été un problème pour lui.

"De toute manière, ça aurait été ma dernière année (en 2008). Renault le savait. J'ai gagné 7 championnats. Si tout s'était bien passé, j'en aurais remporté 1 ou 2 de plus, mais pour quoi faire?"
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Je n'ai pas de meilleur adversaire que Vettel
Comme l'a admis Helmut Marko, la lutte pour le titre mondial se résume pour le moment à un duel entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel. L'an dernier, Lewis Hamilton était déjà aux prises avec un autre pilote, mais il s'agissait cette fois-ci de son coéquipier, Nico Rosberg, et d'une personne qu'il connaissait bien pour l'avoir affronté de nombreuses années en monoplace.

Comme le rappelait d'ailleurs un peu sournoisement Lewis Hamilton à la fin de la saison dernière, Nico Rosberg ne l'aura battu qu'une fois en 18 ans de compétition - précisément pour le titre mondial, en 2016.

Le Britannique multiplie d'ailleurs les déclarations pour souligner à quel point un duel avec Vettel lui convient mieux. Le triple Champion du monde sous-entend ainsi que le pilote Ferrari est un adversaire davantage à sa hauteur...

"Le scénario que j'affronte en ce moment (me battre contre un quadruple Champion du monde) est ce que le combattant ultime veut toujours pour progresser. C'est la meilleure bataille qu'il puisse avoir. Parce qu'ensuite, quand vous finissez par triompher, alors, c'est encore plus de satisfaction."

Helmut Marko a cependant fait de son ancien protégé chez Red Bull, Sebastian Vettel, le favori du titre en 2017. C'est du reste la première fois depuis 2012 que Sebastian Vettel se bat véritablement pour le titre mondial, et Marko se réjouit de revoir ce combattant-né qu'est le pilote allemand.

"Si je devais choisir entre Vettel et Hamilton, alors je choisirais Vettel. Je le connais, et je sais que vous pouvez lui faire confiance quand il croit en ses chances. Il est aussi plus en phase avec sa voiture et son équipe."

"C'est un plaisir de le voir se battre de nouveau. Je pense qu'il aurait gagné la course en Chine s'il n'avait pas été malchanceux avec la voiture de sécurité, qui est sortie au mauvais moment."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - La pénalité de Grosjean était injuste
Romain Grosjean a été pénalisé en qualifications, le week-end dernier, pour n'avoir pas suffisamment ralenti alors que la voiture d'Antonio Giovinazzi était accidentée au milieu de la ligne droite d'arrivée, en fin de Q1. Le Français avait écopé d'une pénalité de cinq places et était donc parti en fin de grille à Shanghai le dimanche.

Pourtant, le pilote Haas a contesté cette sanction en rappelant que ses données (qu'il a postées sur Twitter) avaient prouvé qu'il avait bel et bien ralenti dans le dernier virage, en réaction aux drapeaux jaunes logiquement agités.

Günther Steiner, le directeur de Haas, prend aujourd'hui la défense de son pilote et voit même plus loin: pour lui, la FIA devrait s'inspirer de ce dossier pour adopter une meilleure approche à l'avenir.

"Vous ne pouvez faire appel de cette décision. (...) Les données que Romain a twittées... si vous n'ouvrez pas votre DRS ou si n'avez pas essayé de faire votre tour le plus rapide, ou si vous avez levé le pied... c'est difficile à dire. Je ne sais pas ce que les commissaires ont regardé dans tout ça; je pense que c'est assez injuste."

"Ce n'est pas ce qu'ils devraient faire. S'ils ont le moindre doute, ils devraient convoquer quelqu'un pour qu'il s'explique, et ne pas simplement arriver à des conclusions et dire, 'Hé, voici ce que nous pensons!' et pénaliser un gars, qui est parti 19ème pour finir 11ème."

"Nous serions partis de toute façon non pas seulement 17ème mais au moins 16ème puisque Antonio Giovinazzi a changé de boîte de vitesses. Le gars qui a causé tout ça est parti devant nous... Quelle est la vraie justice dans tout cela?"

"J'espère que la FIA apprendra de cela aussi. J'espère qu'ils se pencheront sur cela, qu'ils l'analyseront, et qu'ils verront ce que ces gars ont fait. Ce n'est pas de mon ressort, j'ai mon mot à dire, et c'est tout, il faut aller de l'avant ensuite."
source: Nextgen-Auto.com

Andretti - Un grand honneur de nous associer à McLaren et Alonso
L'annonce de la première participation de Fernando Alonso aux 500 miles d'Indianapolis a de quoi choquer, surtout qu'il manquera le Grand Prix de Monaco, mais on aurait tort de bouder notre plaisir à l'idée de le voir affronter le célèbre ovale face aux 32 autres pilotes qui composeront le peloton de l'IndyCar ce week-end là.

"C'est un grand honneur de nous associer à McLaren pour courir cette 101ème édition de l'Indy 500 et de faire venir Fernando dans l'une de nos voitures Andretti Honda" a déclaré Michael Andretti, patron de l'équipe et grand artisan de ce rapprochement inattendu. "Je veux remercier Zak Brown, Honda et McLaren pour cette opportunité incroyable. Nous avons travaillé étroitement à la préparation de ce partenariat et je pense que nous avons bâti les fondations d'un mois de mai victorieux."

"Nous sommes heureux de donner à Fernando la chance d'atteindre l'un de ses plus grands buts en carrière en remportant l'Indy 500. Son manque d'expérience sur les ovales n'est pas une inquiétude pour moi. A vrai dire, je pense que l'Indy 500 est le meilleur endroit pour débuter car il y a énormément de temps en piste et d'essais avant la course, et nous avons démontré qu'un débutant peut la gagner."

Andretti ne tarit pas d'éloges au sujet de celui qui sera son pilote pour une course: "Fernando a un talent immense et j'ai une grande confiance quant à sa capacité à représenter McLaren, Honda et Andretti Autosport. Son ajout à l'équipe porte notre écurie à six voitures pour cette course et ce partage d'expérience et de connaissances est le fondement d'Andretti Autosport."

Si l'Espagnol espère profiter du savoir-faire de ses partenaires pour s'acclimater vite à l'IndyCar, la discipline américaine espère profiter de la popularité de l'Espagnol pour s'offrir une image plus importante en Europe. Dans tous les cas, un tel évènement est une bonne chose pour une discipline qui se réinvente depuis dix ans et cherche à faire grimper sa cote de popularité auprès du public.

"L'entière communauté de l'IndyCar, à savoir les compétiteurs, les fans ou encore les médias, sont heureux à l'idée des débuts d'un pilote aussi brillant que Fernando dans notre discipline" déclare pour sa part Mark Miles, directeur de l'IndyCar. "Pour couronner le tout, il fera ses débuts dans la plus grande course de la saison, le mondialement célèbre Indy 500. Et quelle voiture pilotera-t-il? Eh oui, la une voiture de l'équipe Andretti Autosport motorisée par Honda, la même qui a gagné la course l'an dernier. Le scénario peut-il se répéter? On a vu des choses plus étranges arriver."

"Que Fernando gagne ou non cette année, je suis ravi que le nom de McLaren fasse son retour à Indianapolis. L'Indy 500 a été gagné trois fois par une voiture construite par McLaren dans les années 70, dont deux par Johnny Rutherford qui, j'en suis sûr, viendra encourager son ancienne équipe."

Miles n'oublie pas le fondateur de l'équipe, qui n'a jamais vu son équipe triompher sur le Brickyard, puisqu'il est décédé trois jours seulement après la première participation de McLaren à la mythique course: "Nous devons tous nous souvenir de Bruce McLaren, le fondateur de l'équipe, qui était un brillant pilote, ingénieur et entrepreneur et qui est mort tragiquement en testant une McLaren M8D Can-Am il y a 47 ans. Il a finalement été introduit à l'Indianapolis Hall of Fame cette année."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull aura 'une nouvelle voiture' à Barcelone, annonce Marko
Red Bull voisine à une seconde (voire une seconde et demie) de Ferrari et de Mercedes en ce début de saison. Pour le moment, comme l'admet Helmut Marko, le responsable de la filière jeunes, les deux pilotes de l'écurie limitent les dégâts... avec un certain succès comme en Chine, le week-end dernier.

"Les pilotes sont notre avantage pour le moment. Nous avons la meilleure paire de pilotes, la plus équilibrée. Max comme Daniel font un travail formidable et sont absolument à leur meilleur niveau. Tant que nous ne serons pas capables de concurrencer Vettel et Hamilton, nous pourrons laisser Räikkönen et Bottas derrière nous. C'est ce que nous pouvons faire de mieux pour limiter les dégâts pour le moment. Nous avons besoin de prendre autant de points que possible avant le début de la saison européenne à Barcelone, pour que l'écart ne soit pas trop grand."

Mais l'espoir demeure dans l'écurie autrichienne. L'ouverture de la saison européenne est attendue avec une vive impatience. En effet, alors qu'une sensible évolution du moteur Renault est attendue pour le Grand Prix du Canada, le châssis devrait largement évoluer en mai prochain, à Barcelone, toujours selon Helmut Marko, qui annonce la couleur.

"A Barcelone, nous arriverons avec une nouvelle voiture. Une course plus tard, à Montréal, Renault proposera un nouveau moteur, plus puissant. Alors, ce devrait être possible pour nous de gagner grâce à notre propres capacités, et de faire de cette lutte à deux [Hamilton-Vettel] une lutte à quatre."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren et Honda sont fiers d'aller disputer l'Indy 500
La nouvelle est tombée de manière surprenante ce midi, Fernando Alonso va disputer les 500 miles d'Indianapolis en IndyCar avec McLaren, Honda et Andretti Autosport. Zak Brown est heureux de soutenir son pilote face à cet immense défi et se montre satisfait de ramener Mclaren à Indianapolis. L'équipe y a participé il y a très longtemps et c'est le retour d'un nom mythique sur l'ovale américain.

"En tant qu'Américain, un qui est tombé amoureux de la Formule 1 au plus jeune âge, j'ai toujours considéré l'Indy 500 comme une course fantastique" se félicite Brown. "C'est pour cette raison que je suis particulièrement heureux de ramener McLaren à Indianapolis lors de ma première saison en tant que directeur. Michael Andretti est un vieil ami et je le respecte énormément, et l'équipe Andretti est l'une des meilleures dans la discipline."

"Michael est un gagnant, son équipe a remporté l'Indy 500 l'an dernier avec Alexander Rossi qui sera l'un des équipiers de Fernando le mois prochain, et je ne pourrais pas être plus heureux que je ne le suis en voyant Fernando faire ses débuts dans l'une des voitures de Michael."

Brown remercie évidemment Honda qui a fait le lien entre les deux entités puisque le motoriste est l'un des deux engagés en IndyCar, aux côtés de Chevrolet, et équipe donc les quatre monoplaces Andretti engagées à plein temps. Il confirme également une livrée toute orange pour Alonso sur le mythique circuit.

"Ce projet n'aurait jamais vu le jour sans le soutien et les encouragements de Honda. Notre voiture sera ornée du fameux orange papaya avec la même livrée que celle de Johnny Rutherford lorsqu'il a remporté l'Indy 500 en 1974 et 1976 pour McLaren. Est-ce que Fernando peut gagner? Je ne serais pas fou au point de parier dessus mais je m'attends à ce qu'il soit dans le peloton. Voyez cela comme ça: l'équipe pour laquelle il court a remporté la course l'an dernier avec le même moteur Honda et il est le meilleur pilote du monde. C'est une combinaison encourageante."

Brown reconnait également le travail qui attend son pilote: "Certes, il aura peu de temps pour s'acclimater à la vitesse des super speedways, mais la qualité du pilote compte dans toutes les disciplines, et Fernando est un pilote de qualité. Il est couillu (sic) et courageux, et les différences entre Formule 1 et IndyCar sont moins importantes que par le passé, leur poids est quasi similaire et les F1 développent une puissance supérieure."

"Je serai à Indianapolis pour voir le retour de McLaren sur le Brickyard et j'en suis heureux, mais je serai en contact permanent avec Eric Boullier qui dirigera les opérations pour McLaren à Monaco."

Mansour Ojjeh, directeur du comité exécutif de McLaren et figure historique de l'équipe anglaise, se félicite d'une telle décision et est heureux de pouvoir assister pour la première fois à la participation d'une McLaren à l'Indy 500 en tant que membre du comité.

"Bien que j'ai été actionnaire et directeur de McLaren depuis 30 ans, je suis arrivé après notre première ère majeure en IndyCar" explique-t-il. "Néanmoins, j'ai déjà assisté à l'Indy 500 et je suis très impressionné par l'échelle de cet évènement ainsi que par l'enthousiasme des centaines de milliers de fans."

"McLaren a disputé la course pour la première fois en 1970, nous n'avions pas fait de bonnes choses cette année là car c'était l'année du décès de notre fondateur, Bruce McLaren. En 1971, Mark Donohue avait qualifié sa McLaren M16 en pole position et l'année suivante, il avait remporté la course dans une M16B privée engagée par Roger Penske, pour ce qui était la première victoire d'une McLaren là-bas. Johnny Rutherford l'a également fait en 1974 et 1976 au volant d'une McLaren officielle à la célèbre livrée orange."

Ojjeh ne ferme pas la porte à un retour régulier pour la plus grande course automobile des Etats-Unis, voire plus: "Ce sera notre seule course d'IndyCar cette saison mais il est possible qu'on le refasse dans les prochaines années et pourquoi pas voir la viabilité d'un programme complet en IndyCar pour McLaren. Nous pourrions aussi courir le Mans, que nous avons remporté en 1995, mais nous n'avons aucun plan à ce sujet."

Honda s'est donc impliqué dans cet engagement incroyable et reconnaît une grande satisfaction à voir ce projet se réaliser comme le confirme Katsuhide Morimaya, directeur des opérations et de la communication de Honda Motor: "Nous sommes heureux de pouvoir courir le mythique Indy 500 en tant que McLaren-Honda-Andretti afin de réaliser le rêve de Fernando. Nous sommes honorés que Honda soit un partenaire privilégié de ce projet ambitieux et nous remercions monsieur Andretti de nous offrir cette offre. Fernando est l'un des meilleurs pilotes au monde et je pense qu'il peut signer une très belle performance sur cette course historique qu'est l'Indy 500."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso a 32 millions de raisons de ne pas quitter McLaren selon Watson
Face aux performances une nouvelle fois lamentables de McLaren-Honda, Fernando Alonso devrait-il mettre fin à son aventure à Woking dès la fin de cette saison 2017? On sait qu'un baquet Mercedes pourrait se libérer à la fin de l'année, et cela n'est pas sans attirer toutes les convoitises...

Cependant, John Watson, ancien pilote McLaren dans les années 1980 (et ancien coéquipier d'Alain Prost), estime que Fernando Alonso a "près de 32 millions de raisons de rester chez McLaren-Honda" dans une référence évidente au salaire annuel du double Champion du monde - le mieux payé du plateau.

"Il pourrait vouloir à un moment donné, lors de sa phase de déclin - et il n'est certainement pas dans cette phase en ce moment - partir, et faire quelque chose d'autre, comme courir au Mans. C'est une option pour lui. Mais pas pour le moment" disait-il avant que l'on apprenne, il y a moins d'une heure qu'Alonso allait piloter à Indianapolis! (lire notre information parue précédemment).

Un autre ancien pilote de Woking, Mark Blundell, a abondé dans le sens de John Watson. Fernando Alonso ne devrait pas quitter McLaren selon lui sans avoir eu le sentiment du devoir accompli.

"Je ne pense qu'il soit bon pour Alonso d'aller ailleurs. C'est un pilote de qualité, il a le calibre d'un double Champion du monde et c'est pour cette raison qu'il a besoin de puiser au fond de lui-même pour aider l'équipe à progresser. C'est pourquoi McLaren l'a engagé. Ils l'ont engagé pour toutes ces raisons et je ne pense pas qu'il devrait regarder ailleurs. Il devrait rester et faire le travail."

"Pour se sortir de cette situation, McLaren a besoin de quelqu'un avec de l'expérience, et Alonso est l'homme qui a besoin de faire vraiment le travail pour McLaren. Fernando a besoin de porter l'équipe, de les guider, d'être la force de motivation qu'il est. Nous avons vu quelques commentaires de sa part, comme une sorte d'auto-célébration au sujet de sa performance. La F1 est un sport d'équipe."

Fernando Alonso a pourtant déjà claqué la porte de McLaren. C'était à la fin de la saison 2007, à la suite d'une année lourde de mésententes entre lui et son coéquipier d'alors, Lewis Hamilton. Mais John Watson ne pense pas que les deux situations soient comparables.

"Je pense que ce qui est arrivé chez McLaren en 2007 était davantage le résultat de ce que je décrirais comme un mauvais management de la situation. C'est une situation différente maintenant parce qu'il y a un nouveau management chez McLaren et la situation repose fondamentalement sur l'unité de puissance Honda, qui n'a pas été performante en trois ans. La pression est clairement sur Honda et tout ce que Fernando peut faire, c'est utiliser cette capacité à créer des dissensions dans une équipe (ce dont il a été accusé par le passé) pour faire travailler l'équipe encore plus dur."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Fernando Alonso va disputer l'Indy 500 et manquer Monaco!
La nouvelle est tombée pratiquement en même temps que les rumeurs qui grandissaient autour de ce coup de tonnerre, Fernando Alonso va faire une petite escale aux Etats-Unis à la fin du mois de mai et disputer les 500 miles d'Indianapolis en IndyCar!

Il sera au volant d'une Dallara DW12 engagée sous la bannière de McLaren-Honda-Andretti, puisque l'équipe de l'ancien pilote de Formule 1 engagera l'Espagnol en tant que cinquième monoplace de son équipe. Alonso y épaulera les pilotes habituels Ryan Hunter-Reay et Marco Andretti, mais aussi les anciens pilotes de F1 qui sont aujourd'hui pilotes pour Andretti, Takuma Sato et Alexander Rossi.

McLaren a annoncé que l'Espagnol manquera donc le Grand Prix de Monaco, prévu la même journée, et que ce sera le seul évènement qu'il manquera cette saison. Si Jenson Button est le grand favori pour le remplacer, l'équipe doit communiquer plus tard à ce sujet.

"Je suis très heureux de courir l'Indy 500 avec McLaren, Honda et Andretti Autosport" a déclaré Alonso. "C'est l'une des courses les plus célèbres au monde et seules les 24 heures du Mans et le Grand Prix de Monaco peuvent rivaliser, et je regrette de ne pas pouvoir être à Monaco, mais ce sera la seule course que je manquerai cette saison, je serai de retour dans le cockpit de la MCL32 au Canada début juin."

"Je n'ai jamais couru en IndyCar avant, ni sur un ovale, mais je suis confiant quant à ma capacité d'adaptation. J'ai regardé énormément d'IndyCar à la télé et en ligne et il est évident qu'une grande précision est requise pour courir à plus de 350 km/h avec autant de proximité (à Indianapolis, les vitesses atteintes avoisinent en fait les 370 km/h.)"

"Je réalise qu'il faudra que j'apprenne vite mais je vais directement aller à Indianapolis après le Grand Prix d'Espagne pour m'entraîner dès le 15 mai au volant de notre McLaren Honda Andretti, en espérant engranger les kilomètres, et je sais que les gars de chez Andretti sont très bons. C'est une fierté de courir pour eux et je compte m'imprégner de leur savoir-faire pour m'aider."

Alonso a déjà gagné à Monaco et le niveau de sa McLaren ne lui promettait de toute façon pas de grands résultats: "J'ai remporté deux fois le Grand Prix de Monaco et mon ambition est de gagner la Triple Couronne (Grand Prix de Monaco, Indy 500 et 24 heures du Mans), ce que seul Graham Hill a accompli dans l'histoire. C'est un grand défi mais je me sens prêt. Je ne sais pas quand je courrai au Mans mais j'en ai l'intention, je n'ai que 35 ans."
source: Nextgen-Auto.com

Rendre publiques toutes les données des écuries - La nouvelle idée de Brawn
Le manager des sports mécaniques de la F1, Ross Brawn, chargé des relations entre Liberty Media et les écuries du paddock, ne manque pas d'idées pour améliorer le spectacle en F1.

La dernière trouvaille de l'ancien ingénieur? Que les équipes libèrent totalement leurs données, afin de permettre aux autres écuries de les copier pour progresser! Charges en essence, usure des pneus, réglages moteurs... tout pourrait être disponible pour les autres équipes, et pour les fans, via une application dédiée. Les spectateurs en tribune pourraient aussi avoir accès à ces données grâce à un Wifi gratuit installé sur les circuits.

Mais il faudra auparavant convaincre les équipes... Ross Brawn entend bien relever ce grand défi.

"Si nous franchissons cette barrière du secret, pour rendre toutes ces informations disponibles, alors je pense qu'une grande partie de fans enthousiastes adoreraient vraiment voir tout cela, à la fois en direct et après-coup. Nous savons que les équipes ont besoin de se battre l'une contre l'autre, mais si nous pouvons franchir cette barrière et dire que ce que nous voulons, c'est un business bien plus important... Et si nous le faisons tous, personne ne va être désavantagé ou avantagé."

Ross Brawn prend l'exemple des communications radio, désormais disponibles pour tout le monde et qui font parfois le sel des retransmissions TV.

"C'était juste un changement d'état d'esprit - que les radios de tout le monde soient disponibles."

Ouvrir les données des écuries, ce serait aussi permettre aux équipes privées de refaire leur retard plus rapidement. La compétition serait ainsi plus serrée... Ross Brawn avoue s'être inspiré de la NASCAR sur ce point.

"Quelqu'un m'a dit l'autre jour qu'en NASCAR, à une certaine étape de la saison, vous pouvez aller voir la voiture de quelqu'un d'autre, la démonter, et voir ce qu'il y a à l'intérieur. Et c'est leur moyen pour garder tout le monde compétitif. Et personne ne s'y oppose, personne n'a de problème. C'est une philosophie à laquelle nous devrions vraiment penser."
source: Nextgen-Auto.com

Horner place beaucoup d'espoir dans la deuxième moitié de saison
Red Bull est une des déceptions de ce début de saison. La monoplace autrichienne est à plus d'une seconde de Mercedes et de Ferrari en performance pure, et le bât blesse du côté du châssis comme du moteur.

Cependant, cette saison sera une course au développement et Red Bull a encore toute la latitude pour revenir sur les meilleurs. Même si son équipe accuse déjà un sérieux retard sur Mercedes et Ferrari, Christian Horner pense ainsi qu'il ne faut pas déjà tirer une croix sur les ambitions initiales.

"Je pense que la philosophie que nous avons poursuivie et adoptée est légèrement différente de celle de nos concurrents et nous croyons toujours en son potentiel. Je ne pense pas que nous ayons réussi à extraire la performance du potentiel de la voiture selon nous. Le travail de développement devrait nous permettre de le concrétiser. Chapeau bas à Mercedes et Ferrari, ils sont arrivés avec des voitures très solides, mais j'ai confiance, nous pourrons rentrer dans cette lutte un peu plus tard dans la saison."

"Je pense que le règlement est si jeune qu'il y a un énorme potentiel de développement dans tous les domaines de la voiture. Bien sûr, c'est une course au développement depuis le début jusqu'à la fin de l'année. Il y a beaucoup d'attention portée sur l'avant, sur le milieu, sur l'arrière de la voiture et il y aura une progression course après course. Vous pouvez vraiment voir la manière avec laquelle les Ferrari et Mercedes font fonctionner leurs pneus, c'est très efficace."

Red Bull devrait progresser grâce à ses propres évolutions, attendues pour Barcelone, mais également grâce à une sensible évolution du moteur Renault, attendue elle pour le Grand Prix du Canada. Le directeur de l'écurie autrichienne en attend visiblement beaucoup.

"Je pense que cela va prendre probablement jusqu'à la mi-saison. Et j'espère que durant la deuxième moitié de la saison, nous serons bien plus compétitifs que durant la première".

Dès Bahreïn, ce week-end, Christian Horner s'attend à voir une Red Bull plus compétitive, grâce aux températures plus élevées du circuit du désert.

"Notre voiture semble raisonnablement rapide en ligne droite, donc j'espère des températures plus élevées à Bahreïn, sur un tracé où nous avons eu des performances respectables par le passé. Encore une fois, j'espère que nous aurons quelques petites pièces à installer sur la voiture, et nous pourrons ainsi combler un petit peu ce déficit ce week-end."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon se sent dans une spirale positive avant Bahreïn
Esteban Ocon espère poursuivre sur sa bonne série, après avoir marqué ses premiers points de l'année lors des deux courses d'ouverture du championnat 2017, en Australie et en Chine.

Le Français compte bien y parvenir ce week-end, sur le circuit de Sakhir, une piste qu'il connait déjà pour y avoir roulé en GP3 il y a deux ans.

"J'ai l'esprit positif après avoir inscrit encore un point en Chine. Malgré le manque de roulage le vendredi et la déception des qualifications, nous avons été capables de revenir fortement lors de la course. Je continue à croire que nous n'avons pas maximisé nous opportunités, et nous avons analysé tout ce qui s'est passé. Nous avons vu ce que nous aurions pu faire mieux. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous pouvons construire pour devenir plus forts au fil de la saison", déclare le Français.

Ocon va maintenant retrouver une piste qu'il connait, celle de Sakhir.

"Bahreïn dispose d'une piste fantastique et j'ai vraiment hâte de disputer la première course de nuit de la saison. Sakhir est un circuit que j'apprécie et j'ai un bon palmarès là-bas - j'étais en pole position en GP3 en 2015, donc j'espère signer une autre performance solide ce week-end."

Et lorsqu'on lui demande quelle partie du circuit il préfère, le pilote Force India n'hésite pas beaucoup.

"Il y a beaucoup de bonnes sections sur cette piste, mais, ma préférée, c'est la combinaison de virages 5, 6 et 7: une chicane rapide puis l'épingle, très difficile à négocier, dans un freinage en appui. Ce n'est pas facile d'avoir le bon réglage pour cette partie du tour, mais quand c'est le cas et que tu pilotes parfaitement, c'est une sensation extraordinaire."

"Sakhir est un circuit dur avec les pneus, les freins et les moteurs, avec des grandes zones de freinage et de longues lignes droites. Il teste aussi les pilotes parce que tu dois rester hydraté même quand l'eau peut devenir vraiment chaude dans ta bouteille", précise Ocon.

"Je suis en tout cas très content que nous ayons des courses sur des week-ends consécutifs. Chaque fois que je m'installe dans la voiture, je me sens plus à l'aise et avec l'équipe aussi. Cela démontre le bon travail que nous effectuons. A ce stade de la saison, c'est important de marquer des points à chaque fois et cela reste l'objectif à Bahreïn."
source: Nextgen-Auto.com

Marko - La RB13 a été plus facile à régler en Chine
Depuis les tests de Barcelone, Red Bull a une certitude: l'écurie autrichienne n'est pas là où elle devrait être. C'est avec un travail acharné et minutieux que le Taureau Rouge essaie de rattraper le retard, afin de pouvoir prétendre être un concurrent sérieux dans la lutte pour le titre, comme beaucoup l'attendaient pendant la pause hivernale.

Consultant pour l'équipe de Milton Keynes, le Docteur Helmut Marko reconnaît avoir déjà vu quelques améliorations depuis le dernier Grand Prix à Shanghai.

"La voiture s'est laissée réglée plus facilement. La fenêtre de réglages exploitables est devenue plus grande", révèle-t-il. "Avec plus de carburant dans le réservoir, lorsqu'il y a plus de poids, nos pneus arrivent plus vite et mieux dans la fenêtre des températures requises."

En rythme de course, c'est donc plus facile. Mais sur un tour rapide "nous n'avons pas assez de rendement. C'est maintenant la priorité. Les lumières à Milton Keynes ne sont jamais éteintes. Le temps de tout résoudre et nous en serons à Barcelone (mi-mai)."

Marko avoue que son personnel technique ne s'est pas rendu compte de ces problèmes pendant la pause hivernale et en explique-les raisons.

"Nous ne connaissions pas les données de la concurrence. Et nous nous sommes laissés induire en erreur par certaines valeurs lors des essais privés."

Marko se montre toutefois toujours aussi satisfait des prestations de son poulain, Max Verstappen, qui a su briller en Chine, en montant sur la 3ème marche du podium.

"C'est tout simplement le "facteur Verstappen" sur le mouillé. Ce qui est étonnant, ce n'est pas seulement qu'il double la moitié du peloton au premier tour, mais qu'il compte aussi les voitures qu'il a dépassées. Il y en avait exactement 9. Max réussit toujours à avoir une vue d'ensemble incroyable de la course."
source: Nextgen-Auto.com

Perez impatient de tester les premières évolutions de la VJM10
Sergio Pérez avait prévenu son équipe avant le Grand Prix de Chine: la Force India VJM10 n'est pas encore assez performante.

Le Mexicain était donc heureux de marquer de bons points à Shanghai, encore une fois, mais il attend maintenant de voir comment se comporteront les premières évolutions de sa monoplace, qui seront en piste ce week-end à Bahreïn.

"Je suis assez heureux de la manière dont nous avons commencé l'année. 8 points en 2 courses est une belle réussite pour moi et montre que nous travaillons bien en tant qu'équipe. Je continue à penser qu'un meilleur résultat était possible en Chine, mais nous ne pouvons pas nous plaindre de notre position à l'arrivée parce que ce ne fut pas une course facile étant donné à quel point il a fait froid et humide", commente Sergio Pérez.

C'est maintenant un tout autre défi qui attend le Mexicain. Le circuit de Sakhir lui a laissé de bons souvenirs par le passé.

"Bahreïn est un circuit qui m'amuse toujours autant et je pense que faire la course de nuit a rendu l'évènement encore plus excitant. Je souris encore lorsque je me rappelle de notre podium en 2014 - c'est l'un de mes meilleurs souvenirs en Formule 1. Ma belle bataille en piste avec Jenson Button chez McLaren en 2013 est aussi quelque chose dont je me souviens."

"De manière générale, Sakhir est un circuit qui donne de bonnes courses et offre de bonnes opportunités de dépassements. Par le passé, il a toujours fallu se soucier des pneus arrière parce qu'il y a beaucoup de zones d'accélération, mais peut-être qu'il n'y aura pas à faire autant attention à ce facteur cette année avec les gommes plus larges", ajoute-t-il.

Comme Vijay Mallya l'a annoncé, la VJM10 sera équipée de quelques évolutions ce week-end.

"Avec les règles de 2017, la courbe d'apprentissage est très grande", reconnait Pérez.

"L'équipe travaille vraiment dur sur le développement de la voiture et nous avons fait quelques progrès en Chine. Nous aurons nos premiers développements à venir ce week-end et nous espérons que nous allons en ressentir les bénéfices immédiatement. Cela va mettre une pression supplémentaire lors des essais de vendredi, afin de comprendre toutes les nouvelles pièces et comment en sortir le maximum de performance."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton craint Ferrari sous la chaleur de Bahreïn
Lewis Hamilton s'attend à avoir la vie dure face à Ferrari ce week-end, lors du Grand Prix de Bahreïn.

Le pilote Mercedes a bien constaté, lors des deux premiers Grands Prix, que la Scuderia exploitait mieux les pneus Pirelli et était capable de moins les user lors des longs relais en essais libres ou en course.

C'est un avantage qui pourrait se révéler décisif sous la chaleur de Bahreïn.

"Sakhir est très souvent une course où il fait chaud et Ferrari est très bonne dans ces conditions. En Chine, avec moins de 15°C, nous avions de bonnes conditions pour notre voiture. Mais quand les températures augmentent, comme on l'a vu à Melbourne, nous ne sommes pas encore à leur niveau dans l'utilisation des pneus. Nous continuons à les apprendre", explique Hamilton.

L'Anglais n'abdique pas encore cependant pour la victoire.

"Ce sera mieux qu'à Melbourne pour nous, clairement. Ferrari sera très rapide mais il y a aussi plus de lignes droites à Sakhir et, je pense, que nous avons toujours le moteur le plus puissant sur la grille. Cela jouera à notre avantage, c'est certain."

Et qu'en pense Vettel?

"Si nous pouvons à nouveau défier Mercedes, ce sera évidemment une très bonne nouvelle. Ce sera une confirmation pour nous parce qu'ils restent très, très forts. Ils ont produit une très bonne voiture pendant 3 ans et cette année c'est encore le cas."

"Alors si nous pouvons être proches d'eux, ce sera bien. Nous devons nous occuper de nous-mêmes, il y a des choses que nous pouvons faire mieux encore, beaucoup mieux même. Nous pouvons progresser. J'aime les surprises, quand elles sont bonnes. Mais, pour l'instant je n'ai pas vraiment d'attente pour la prochaine course."
source: Nextgen-Auto.com

Un accord de principe pour le retour du GP de Turquie
La Turquie souhaite revenir au calendrier de la Formule 1 et, pour cela, une rencontre a eu lieu hier au palais présidentiel entre Chase Carey, le nouveau patron de la F1 et représentant Liberty Media, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le directeur du circuit d'Istanbul, Vural Ak.

Le Grand Prix de Turquie s'est tenu de 2005 à 2011 puis a été abandonné par le gouvernement, faute de financements.

Selon Vural Ak, la confiance règne maintenant après cette réunion de travail, même si rien n'a été signé.

"J'espère que, grâce à l'aide du président, le circuit d'Istanbul Park pourra à nouveau accueillir le Grand Prix de Turquie. Ces réunions ont été très intenses, cependant rien n'est signé pour l'instant. Il y a un accord de principe. Mais effectivement, il ne manque plus qu'une signature."

Le retour éventuel du GP de Turquie (en 2018?) est évidemment perçu comme un geste politique avant tout, afin de replacer Erdogan sur la scène internationale. Il avait mal vécu la perte des JO de 2020 en faveur de Tokyo.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.