En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 26 Octobre 2016

Abiteboul - Les pilotes devraient être plus vieux en F1
Dans une longue interview à 'Road & Track', Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing, est longuement revenu sur la situation actuelle de la Formule 1 comme de l'écurie tricolore.

La technologie en F1, selon Cyril Abiteboul, ne se voit pas assez et laisse trop peu d'importance au pilote. Les fans ont bien du mal à comprendre à quel point la F1 est devenue un sport hautement technologique, à la pointe de l'industrie automobile.

"Oui, c'est quelque chose qui n'est absolument pas visible. Je suis vraiment fier de la F1, et particulièrement de notre équipe, pour sa capacité à réagir, à s'adapter aux circonstances. C'est juste incroyable. Je ne connais pas d'autre business qui est capable de changer son produit, de le revoir, de le redéfinir, si constamment. C'est un peu ce que fait Apple avec son iPhone, où chaque année vous pouvez avoir une nouvelle version d'iPhone. Nous faisons un peu la même chose, mais nous sommes dans une compétition. Les règlements changent d'année en année, et tous vos investissements, tout ce que vous avez fait, peut être annihilé avec un changement de réglementation. Et soudainement, vous devez réagir et vous adapter."

Le problème est que le public ne réalise pas cette formidable capacité d'adaptation... "Notre capacité à construire une nouvelle voiture avec un nouveau moteur, chaque année, est incroyablement impressionnante. Mais honnêtement, qui s'en soucie dans le public? La voiture est toujours jaune. Et si vous retiriez toutes les couleurs des voitures, elles auraient l'air identiques."

Or, pour Cyril Abiteboul, ce travail dans les coulisses, par les ingénieurs, masque peut-être le travail de ceux qui doivent être les véritables acteurs de la discipline. " Le pilote doit faire la différence. Le pilote doit rester le héros. Ce ne devrait pas être le directeur technique, ou quiconque d'autre. Et je ne pense que nous ne faisons pas un assez bon travail pour mettre le pilote dans cette position de héros, comme l'ambassadeur de tout ce que nous faisons. Je pense peut-être que la F1 est devenue trop complexe."

Il faudrait donc que les pilotes de F1 aient moins de procédures à apprendre, de règles à respecter. "Oui, absolument. Ils devraient régler leurs problèmes par eux-mêmes, même sur la piste."

Une des conséquences de cette plus grande autonomie serait une moyenne d'âge plus élevée dans le paddock. "Peut-être que nos catégories juniors devraient être un peu plus longues. Parce que oui, quand vous avez un pilote qui a 17 ans, il n'a pas beaucoup de choses à dire. Sa vie a été assez courte jusqu'ici. Je pense, en général, que nos pilotes sont trop jeunes. Si vous comparez les pilotes de la F1 aux sports américains, ces gars sont des mecs matures. Pensez à Senna, Prost. Cela manque. Nous avons signé Hülkenberg, qui a 29 ans, et beaucoup de gens ont pensé qu'il était trop vieux pour le job."

"Franchement, c'est n'importe quoi. Il est parfaitement équilibré, il a beaucoup de talent. Regardez l'un des pilotes les plus excitants sur la grille, Fernando Alonso. Il a 35 ans, c'est un homme mature, et il est très excitant. Il est le type de personne avec laquelle vous aimeriez dîner. C'est ce dont nous avons besoin."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Rosberg a autant de pression que Hamilton
Toto Wolff est déjà assuré de remporter les deux titres mondiaux avec Mercedes. Il va donc assister avec un peu plus de relâchement que d'habitude à la fin de la saison. Mais il continue à mettre la pression sur ses deux pilotes, qui s'apprêtent à se livrer un duel intense pour la couronne mondiale.

"Lewis a réalisé un week-end impressionnant à Austin. Après Suzuka, il est parti, a tout réglé, et est revenu plus fort, ce que nous avons vu plusieurs fois de sa part auparavant. Pour Nico, il s'agissait de limiter les dégâts, parce qu'il était dans une position difficile. Il a besoin d'aborder les week-ends un par un, ce qui a très bien marché pour lui cette année."

"La pression est sur eux deux, de différentes manières. Nico a été très fort à Singapour, Lewis en Malaisie, Nico encore une fois au Japon et Lewis est revenu au sommet aux Etats-Unis. Cela continue de s'équilibrer entre eux deux, donc je suis vraiment curieux de voir comment les choses vont se passer pour la suite..."

A entendre le directeur de Mercedes, il n'y aurait que deux monoplaces en F1. Mais il se méfie tout autant de la concurrence, assure-t-il du moins... "Ensuite, il y a le défi posé par nos rivaux, ce qui augmentera l'intensité des dernières courses. Nous avons été chanceux avec la voiture de sécurité à Austin. Nous avions le rythme, mais Daniel Ricciardo en particulier était très rapide, donc il y a toujours une menace. Plus longtemps un règlement dure, plus il y aura une convergence des performances. Rien de particulier n'a changé sur le châssis ces deux dernières années, donc Ferrari et surtout Renault, du côté moteur, ont fait un bon travail pour se rapprocher de nous."

Et il y a en perspective un grand bouleversement l'an prochain... "Le combat pour 2017 a d'ores et déjà commencé, donc quand vous prenez en compte tous ces facteurs, nous nous attendons à une fin de saison et à une bataille pour le titre palpitantes."

Si Paddy Lowe, directeur technique de Mercedes trouve l'ambiance du circuit du Mexique tout à fait formidable, il n'en oublie pas les nombreux défis techniques... "Le facteur-clef de cette piste est l'altitude élevée de Mexico, ce qui donne une pression atmosphérique de moins de 80 % par rapport au niveau normal. Cela entraîne une réduction des forces aérodynamiques, que ce soit l'appui ou la traînée, alors que le turbo est toujours capable de délivrer son niveau de puissance habituel."

Par conséquent, le circuit mexicain sera plus dur pour les pneus, étant donné le faible niveau de grip, ainsi que pour les freins, en raison de la nature du circuit, fait de longues lignes droites et de virages serrés.

"Dans le même temps, c'est aussi délicat pour les pilotes, puisqu'ils courent pour l'essentiel avec un niveau d'appui équivalent à Monza sur un circuit qui a bien davantage de virages. Cela leur cause quelques maux de tête au volant, mais cela donne aussi le potentiel pour une course formidable" poursuit Paddy Lowe.

Mercedes sera attentive à tout faire pour assurer une compétition loyale entre ses deux pilotes... "Nous serons concentrés pour s'assurer que nous serons en bonne forme pour la course niveau fiabilité et performance. Notre priorité, ce sera de conserver les meilleures conditions possibles pour une compétition loyale entre Nico et Lewis alors que la bataille pour le titre arrive à un crescendo excitant..."
source: Nextgen-Auto.com

Hulkenberg adore les effets de l'altitude sur les F1
La dernière saison de Nico Hülkenberg avec Force India n'est pas la plus simple. L'Allemand a réussi à se reprendre et afficher des performances plutôt bonnes, après un passage à vide, notamment en réalisant avec Sergio Pérez en qualifications. Toutefois, alors qu'il avait battu le Mexicain à Austin, il a encore été impliqué dans un accident au premier virage, comme à Singapour quelques courses auparavant.

"Je suis heureux de revenir à Mexico" explique le futur pilote Renault. "La course était fabuleuse l'an dernier et l'on sentait la joie des Mexicains qui voyaient la F1 revenir après plus de 20 ans d'absence. La joie et l'enthousiasme étaient incroyables, j'ai eu des frissons quand j'ai pris la piste pour la première fois et que j'ai vu toute la foule. J'espère que ce sera similaire cette année, je sais que ce ne sera pas simple mais je leur fais confiance."

"Les installations du circuit sont belles même si la piste n'est peut-être pas l'une des plus exigeantes. Le premier secteur est amusant, les trois premiers virages sont un ensemble lent en course mais très intéressant en qualifications avec plus d'adhérence et moins de carburant". L'altitude rend les réglages intéressants, nous avons beaucoup d'appui sur la voiture mais la pression atmosphérique donne un niveau d'appui similaire à celui de Monza. La voiture semble flotter, elle est très légère et très rapide en ligne droite, nous avons dépassé les 360 km/h l'année dernière. Nous y avions fait un beau résultat et l'on peut faire encore mieux."
source: Nextgen-Auto.com

Météo - Les pilotes devraient rester au sec au Mexique
Les équipes et les pilotes ne devraient pas être perturbés par la pluie, ce week-end, à Mexico.

Selon le service météo officiel de la Formule 1, Ubimet, la météo devrait rester au sec.

Demain, pour la journée médias, le soleil et quelques nuages accueilleront les pilotes sur le circuit mexicain.

Ce type de météo persistera pour les trois jours de la course, avec des températures plutôt fraiches pour la saison toutefois, entre 16°C et 19°C dans l'air au maximum.

Ubimet prévient que quelques averses attendues en fin d'après-midi ou en soirée vendredi et samedi pourrait balayer le dépôt de gomme sur la piste, sans toutefois perturber les essais libres ou les qualifications.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne veut pas compter sur un problème de fiabilité pour Rosberg
Lewis Hamilton dit qu'il ne peut pas compter sur le fait que Nico Rosberg rencontre de potentiels problèmes de fiabilité pour augmenter ses chances de décrocher un éventuel 4ème titre.

Malgré le fait qu'il a remporté le Grand Prix des Etats-Unis le week-end dernier, Hamilton reste 26 points derrière son coéquipier chez Mercedes, qui a fini à la 2ème place à Austin. Rosberg peut se permettre de terminer deuxième lors des trois dernières courses de cette année. Etant donné la domination des Mercedes, le but semble à sa portée, à moins que des problèmes techniques rentrent en jeu.

"Jusqu'à présent, tout a été fiable à cent pour cent de son côté" déclare Hamilton qui a souffert un bon nombre de fois de revers de fiabilité de son moteur cette année, dont un abandon très coûteux à Sepang.

"Mais il n'est pas rare de voir des saisons où la voiture a été fiable à cent pour cent. Est-ce que cela va être le cas de celle Nico? Seul le temps le dira. Je ne peux pas rester fixé là-dessus. Je dois me concentrer sur moi, et j'espère que j'aurai une fiabilité de cent pour cent pour ces trois dernières courses - ce serait vraiment une bouffée d'air frais. Je vais essayer de piloter comme je l'ai fait aux Etats-Unis."

Un retournement de situation lors du dernier volet du championnat n'est pas si rare que ça, Hamilton en avait fait l'amère expérience en 2007, lorsque Kimi Räikkönen, qui roulait chez Ferrari, a su prendre le titre au Britannique et à Alonso, alors équipiers chez McLaren.

"Je n'essaie pas de comparer ma situation à celle-là" répond Hamilton quand on lui rappelle cette année.

"L'histoire a montré de nombreux hauts et de bas, et si tu regardes de plus près l'histoire, il y a des fois où c'est bien mort et d'autres où ça peut changer. C'est la raison pour laquelle je dois garder la tête froide et continuer d'essayer de faire le travail que j'ai réalisé le week-end dernier, ce que je suis sûr de pouvoir faire. Je ne peux pas contrôler ce qui n'est pas de mon ressort. C'est déjà passé. Tout ce que je peux faire, c'est terminer cette saison en sachant que j'ai tout donné."
source: Nextgen-Auto.com

Sepang rassure sur la tenue de son Grand Prix en 2017
La Malaisie a admis hier que l'organisation de son Grand Prix de Formule 1 était tout sauf assurée pour les années à venir.

Le promoteur et le gouvernement ont souligné l'audience en forte baisse dans le pays, ce qui fait que l'évènement coûte chaque année de plus en plus cher aux finances publiques.

Des spéculations sont alors nées quant au fait que Sepang pourrait décider d'arrêter dès maintenant l'organisation de sa course.

Le directeur du circuit, Razlan Razali, dément.

"Il y aurait des conséquences légales si nous cassions notre contrat avant l'heure. Nous l'avons signé l'an dernier et il court jusqu'en 2018", dit-il.

"Sepang reverra sa situation quand le contrat se terminera en 2018. Il n'y a aucun doute sur le fait que nous organiserons notre course l'année prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Force India se rapproche de son objectif
La saison approche de son terme et Force India tient toujours le meilleur résultat de son existence avec la quatrième place au classement des constructeurs. L'antépénultième manche de la saison se dispute au Mexique, d'où sont originaires Sergio Pérez et ses sponsors, qui ont un rôle important pour l'équipe indienne.

"Cette course est déjà devenue l'une des préférées du monde de la F1" déclare Vijay Mallya au sujet du Grand Prix du Mexique. "L'an dernier, c'était une grande fête de notre sport et nous avons hâte de retrouver ce même niveau de passion. C'est l'une des courses importantes de la saison, nous avons beaucoup de partenaires mexicains et nous avons envie de leur offrir un beau résultat. Nous avons aussi Checo, les fans étaient déjà derrière lui à Austin et nous savons qu'il est très populaire chez lui."

"Du côté de la piste, ce sera une course comme les autres, nous devons nous concentrer sur le travail à accomplir et faire un pas supplémentaire vers notre objectif qui est la quatrième place du championnat. Le circuit devrait nous convenir et j'attends que l'on se batte pour les points."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez - Avec Hulkenberg, nous tirons Force India vers le haut
Sergio Pérez aura très bientôt un nouveau coéquipier chez Force India, puisque Nico Hülkenberg partira chez Renault l'an prochain. Ce sera la fin d'une relation saine et profitable à l'écurie indo-britannique, ainsi que le confirme le Mexicain lui-même.

"Je pense que la relation entre Nico et moi était bonne. Je pense que notre niveau était vraiment proche, à chaque session d'essais libres. Cela signifie beaucoup pour l'équipe, parce que nous nous poussons en avant et cela profite à l'écurie. J'ai toujours su que si je ne faisais pas un tour parfait en qualification, il me battrait, et vice-versa. Et de même, course après course, donc cela aide simplement l'équipe parce que, si nous avons eu des bonnes et mauvaises voitures selon les saisons, il est toujours important de s'assurer que nous en tirons le maximum."

C'est un hommage appuyé qu'a rendu Sergio Pérez à Nico Hulkeberg: "Je pense vraiment que Nico était le coéquipier le plus fort que j'aie jamais eu en F1. J'ai travaillé pendant trois saisons avec lui, et je pense que j'ai beaucoup appris de lui. J'ai hâte d'avoir un nouveau coéquipier pour apprendre encore davantage d'un nouveau pilote."

Au cours de sa carrière, Sergio Pérez a eu comme coéquipiers Jenson Button et Kamui Kobayashi. Son prochain partenaire pourrait se nommer Felipe Nasr, Esteban Ocon ou Pascal Wehrlein: l'émulation positive dans l'écurie en sortira-t-elle intacte?
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - Le titre est toujours possible pour Hamilton
Max Verstappen pense que ce serait une erreur de faire une croix sur les chances de titre de Lewis Hamilton pour la saison 2016.

Beaucoup d'observateurs pensent qu'avec ses 26 points d'avance et avec seulement 3 courses restantes, Nico Rosberg est presque sûr de gagner le titre.

En effet, Rosberg va avoir sa première "balle de match" pour le championnat ce week-end à Mexico, mais le jeune Néerlandais pense que Hamilton a toujours ses chances.

"Même si les faits désignent déjà Nico comme le vainqueur, je dis juste que Lewis est extrêmement rapide et un grand combattant, qui n'abandonne jamais. Donc je pense que ça va être encore passionnant jusqu'à la dernière course" déclare le pilote Red Bull.

Pour Verstappen, l'identité des deux meilleurs pilotes actuels en F1 est très claire: Hamilton et Alonso.

"Ils sont tout simplement les meilleurs en ce moment" dit-il.

Sans surprise, des deux pilotes Mercedes, il s'identifie le plus à Hamilton.

"Je suis Max Verstappen" insiste-il. "Mais si je devais répondre à la question, je suis plutôt du type "Hamilton". Mais ça ne veut pas dire que Nico n'est pas très rapide."

Mais s'il était au volant d'une Mercedes, le jeune homme de 19 ans pense qu'il remporterait un duel roue contre roue face à Hamilton.

"Absolument. Un pilote a besoin de cette confiance en soi" dit Verstappen. "Et je le crois vraiment."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone soutient Ron Dennis pour rester à la tête de McLaren
McLaren Group devrait bientôt changer de président, à en croire toutes les spéculations rapportées à Austin.

Grâce à l'union de Mansour Ojjeh et de Mumtalakat, qui représentent à eux 75% des actions, Ron Dennis serait débarqué à la fin de l'année de son mandat de dirigeant.

Pour Bernie Ecclestone, c'est une mauvaise idée.

"Si je devais gérer une équipe, j'aimerais avoir Ron avec moi", confie-t-il à Reuters. "Je pense qu'il fait du bon travail. Tous ceux qui l'enterrent sont stupides. Il est vraiment impliqué. Je pense que nous devons le soutenir afin qu'ils ne le renvoient pas."

"Ce serait dommage de le voir partir. Il fait partie des bons anciens de la Formule 1", ajoute Ecclestone.

La presse britannique rapporte des frictions de plus en plus grandes entre Ron Dennis et les autres actionnaires même si chez Mumtalakat, on ne confirme qu'avoir une grande admiration pour Ron Dennis... en espérant qu'il reste. Mais dans quel rôle?

Pour remplacer Ron Dennis, plusieurs noms ont circulé comme ceux de Ross Brawn ou Martin Whitmarsh. Un nouveau a été évoqué depuis quelques heures: Zak Brown, le spécialiste du marketing de la Formule 1.
source: Nextgen-Auto.com

Marko souligne une faiblesse de Verstappen
Max Verstappen n'a pas enchanté Helmut Marko à Austin.

Le responsable de Red Bull, qui d'habitude couvre de compliments le jeune Néerlandais, trouve à redire sur le style de conduite de son pilote. En effet, Verstappen, qui a déclaré par radio lors du Grand Prix des Etats-Unis "je ne suis pas là pour finir 4ème", a multiplié les tours à l'attaque et n'a pas économisé ses gommes.

Pour Marko, cette manière de rouler n'est clairement pas la bonne. "Ce n'est pas comme ça que tu gagnes une course, ce n'est pas comme ça que tu gagnes un championnat" dit-il.

Pour l'Autrichien, Verstappen a encore des progrès à faire dans la gestion de ses pneus.

"En comparaison avec Daniel Ricciardo, Max use bien plus ses pneus. Il n'est pas allé plus vite avec ça. Il faut qu'il trouve le bon équilibre entre l'attaque et la patience."

Et il y a bien sûr eu l'épisode de l'arrêt au stand non prévu. Une théorie circule déjà: un ingénieur de Mercedes, qui a tenu à rester anonyme, pense que Verstappen l'a fait exprès.

"Il a prévenu son équipe qu'il arrivait dans la voie des stands. Ce n'est pas quelque chose que tu fais normalement parce que l'équipe peut voir ta position sur la carte GPS. Et tu le fais encore moins quand on t'a demandé de rentrer pour changer de gommes. Pour moi, il l'a fait exprès parce qu'il pensait pouvoir passer Ricciardo ainsi. Mais il a juste fichu en l'air la possibilité pour Red Bull de finir 2ème dimanche. Pour moi, c'est inacceptable. Verstappen est incroyablement rapide mais il doit se conformer aux exigences de son équipe."

En revanche, Marko n'a rien à redire sur le pilotage de Ricciardo, qui a fini à la troisième place à Austin. "C'est la force de Daniel, qui peut aller très vite sans surmener ses pneus."
source: Nextgen-Auto.com

Brembo mis en cause dans le dernier abandon de Haas
Brembo a confirmé qu'un nouveau défaut avait été relevé sur les disques de freins utilisés par Haas F1 lors du Grand Prix des Etats-Unis.

C'est ce qui a conduit à l'abandon d'Esteban Gutiérrez.
La marque italienne va procéder à une enquête et admet regretter ce nouvel incident.

Gunther Steiner n'est évidemment pas très content puisque les problèmes de freins handicapent son équipe depuis de nombreuses courses déjà. Romain Grosjean s'en est plaint à de nombreuses reprises.

"Nous allons tester d'autres disques", confirme-t-il. "Je ne sais pas ce qui se passe sinon nous aurions déjà réglé ce problème. Brembo mène l'enquête et nous verrons bien ce qu'ils trouvent. De notre côté nous devons aussi agir."

Haas F1 continuera à utiliser des freins Brembo lors du Grand Prix du Mexique mais compte tester, dès le Brésil, les disques de Carbone Industrie.
source: Nextgen-Auto.com

Un nouveau circuit aux normes de la Formule 1 en Russie
Hermann Tilke, l'architecte semi-officiel des circuits de Formule 1, travaille sur un nouveau projet en Russie.

L'Allemand a été missionné par la Fédération Russe pour concevoir un circuit aux normes de la F1 près de Saint Petersbourg.

SPB Racing Team a dévoilé une illustration de ce que pourrait être le circuit sur sa page Facebook.

Le circuit ferait 4,8 kilomètres de long, comporterait neuf virages à droite et huit à gauche. La piste serait d'une largeur allant de 12 à 15 mètres selon les endroits. Une dénivellation de 20 mètres existe entre le point le plus bas et le point le plus haut.

La construction est prévue près de la station de ski d'Igora, à 60 kilomètres au nord de Saint Petersbourg.
source: Nextgen-Auto.com

Nico Rosberg aborde le Mexique comme une course normale
C'est sa première balle de match, mais il ne veut certainement pas y penser! Avec 26 points d'avance sur Lewis Hamilton avant d'arriver à Mexico, Nico Rosberg pourrait être champion ce week-end s'il signait une victoire et que Lewis Hamilton ne faisait pas mieux que dixième. Un scénario peu probable qui pousse l'Allemand à ne pas faire de plans sur la comète, une semaine après s'être incliné face à son équipier au Texas.

"J'avais une bonne chance de victoire dimanche mais ça n'a pas fonctionné et je l'accepte" se remémore Rosberg. "Mon but est de gagner ici, à Mexico, tout autant que ça l'était lors des courses précédentes. Bien sûr, être en lutte pour le championnat à la fin de l'année est une chose fantastique et j'en suis très heureux. Mais je veux garder une approche simple, tant de choses peuvent se produire durant un week-end et on ne les contrôle pas, c'est donc mieux de ne pas y penser et de se concentrer sur un travail précis."

"C'est ce qui a le mieux fonctionné pour moi et je me sens à mon meilleur niveau. Je suis heureux de revenir à Mexico, on se croirait sur une piste de kart avec tous ces virages serrés et l'ambiance dans le stadium est phénoménale. Y monter sur le podium l'année dernière était l'un des meilleurs moments de ma carrière et j'espère pouvoir le vivre à nouveau. Il nous reste trois courses au volant de ces fabuleuses Flèches d'Argent et je compte bien profiter de chaque instant."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.