En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 20 Février 2017

Massa avoue que revenir sur sa décision a été étrange
Retraité depuis la mi-novembre, Felipe Massa s'apprête à faire ce qu'on peut difficilement appeler un retour en Formule 1, toujours chez Williams. Après des adieux émouvants avec son public à Interlagos, le Brésilien reconnaît qu'être de retour est quelque peu étrange.

"C'est un peu bizarre pour moi car j'ai vécu une fin de carrière incroyable avec ces moments au Brésil devant mes fans" assume Massa. "J'ai ensuite eu un appel de celle qui était alors mon ancienne patronne, Claire Williams, qui m'a dit que l'équipe avait besoin de moi pour une saison supplémentaire. J'étais un peu surpris! Mes fans, ma famille et les autres m'ont tous dit de faire ce que je voulais, ce que mon cœur me disait de faire, et je l'ai suivi. Personne ne m'a dit de ne pas le faire."

"Je suis très motivé à continuer, nous aimons la course, la compétition. Je me sens toujours en forme et je suis prêt à faire une nouvelle saison. J'espère que la voiture sera bonne, les règles sont nouvelles pour tout le monde et ça peut très bien fonctionner, comme ce fut le cas en 2014, donc je suis très motivé."

Massa n'est pas un grand fan du simulateur et n'a d'ailleurs pu y essayer la nouvelle voiture que tardivement: "En vérité, le simulateur donne une idée, mais il faut piloter la voiture, comprendre comment elle se comporte, comprendre nos adversaires, et il faudra comprendre tout ce qui entoure ces nouvelles règles, que ce soit au niveau de l'aérodynamique que dans la partie mécanique. Le simulateur n'en donne qu'une petite idée."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel s'attend à un grand défi physique cette saison
Comme tous ses confrères, Sebastian Vettel s'attend à piloter des voitures très difficiles physiquement l'année prochaine. Le quadruple Champion du monde pense que la F1 sera plus compliquée qu'elle ne l'a jamais été avec les nouvelles règles.

"Les voitures seront nettement plus rapides" analyse l'Allemand. "Pas tant en ligne droite, je crois même qu'elles y seront plus lentes en vitesse de pointe. La vitesse en courbe sera bien plus élevée, ce qui veut dire que les forces que nous subirons le seront aussi. C'est un grand changement et ce sera un défi énorme."

Une telle évolution l'empêche de savoir à quel point les voitures seront plus rapides, même en ayant essayé des monoplaces hybrides l'an dernier, plus chargées en appui afin d'en simuler le niveau embarqué en 2017.

"Nous en avons eu un avant goût, je l'ai aperçu, mais il y aura encore beaucoup d'évolutions et les voitures seront totalement différentes des précédentes. Il y aura nettement plus d'appui que ce que nous avons essayé l'an dernier. Je pense qu'on se retrouvera à attaquer plus fort et plus longtemps en course, donc nous ne serons pas limités par les pneus."

"Quant à savoir si nous verrons plus de dépassements, je ne sais pas vraiment. Je ne pense pas qu'on en verra plus mais j'espère que les courses seront plus amusantes. Normalement, plus l'on va vite, plus l'on s'amuse."

Sa relation avec Ferrari est au centre de nombreuses attentions car la saison 2016 a été loin de répondre à ses attentes. Alors qu'on lui prête l'intention de se rapprocher de Mercedes en vue de 2018, l'Allemand assure que remporter le titre pour la Scuderia serait le sommet de sa carrière.

"Je pense que si l'on pilote pour Ferrari et que l'on a remporté des titres, ce qui est mon cas, il est naturel de vouloir en remporter d'autres, donc c'est notre objectif. C'est cependant difficile d'avoir des attentes ou de pronostiquer quoi que ce soit car tout est nouveau. Nous pensons avoir un bon niveau mais il est impossible de se situer précisément" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Williams veut remonter dans la hiérarchie en 2017
Troisième du classement des constructeurs en 2014 et 2015, Williams a connu une saison 2016 plus difficile et n'a terminé que cinquième, concédant du terrain à Red Bull, Ferrari et Force India, qu'elle avait réussi à dominer lors des saisons précédentes. Alors que la F1 s'apprête à changer de peau, l'équipe anglaise veut en profiter pour remonter dans la hiérarchie.

"Il faut travailler pour changer les choses, et c'est ce que nous avons fait lors des mois précédents afin de nous restructurer" explique Claire Williams. "Je pense que le futur est brillant pour notre équipe mais je pense qu'il est difficile de dire où l'on se situera à cause du nouveau règlement. Nous ne savons pas où nous serons, mais il faut que nous fassions mieux que cette cinquième place."

Pour cela, Williams pourra compter sur Felipe Massa, alors que le Brésilien avait annoncé sa retraite à la fin de la saison précédente. Le départ de Valtteri Bottas chez Mercedes a changé la donne et Williams a réussi à faire revenir son pilote.

"Cette saison sera intéressante à beaucoup de niveaux, pas seulement grâce au nouveau règlement, et son expérience est importante pour nous. On peut comparer avec Valtteri l'an dernier et dire qu'il était plus rapide de trois à cinq dixièmes, mais je préfère avoir de l'expérience dans la voiture que de mettre un autre pilote peu expérimenté avec qui l'on ne sait pas à quoi s'attendre."

"Felipe était le meilleur choix pour nous. Lance Stroll a rejoint l'équipe, il va débuter et comme je l'ai dit, il nous fallait un pilote d'expérience dans l'autre voiture, et Felipe était le candidat idéal. Je ne savais pas qu'il comptait participer à d'autres championnats et c'était génial qu'il accepte de revenir car c'était vraiment la meilleure solution pour nous" conclut Claire Williams.
source: Nextgen-Auto.com

Lance Stroll - L'argent tout seul n'aide pas
Même s'il ne l'évoque pas directement, l'un des plus grands défis de Lance Stroll pour la saison de 2017 sera de prouver que son talent est la raison principale de sa titularisation en Formule 1.

Alors que beaucoup de jeunes pilotes ont leur carrière freinée voire stoppée par manque de trésorerie, le Canadien est confronté au problème inverse. Le fait d'être le fils d'un milliardaire a bien sûr ses avantages, mais a aussi l'inconvénient très gênant d'être mal vu dans la discipline.

Le jeune homme de 18 ans qui va prochainement faire ses débuts en F1 n'en démord pourtant pas: contrairement à ce que les gens peuvent penser, l'aide apportée par la fortune de son père ne pèse pas autant dans la balance que le talent.

Pour le jeune pilote, il est évident que le fait que son père possède l'équipe pour laquelle il a piloté en Formule 3 ne l'a pas aidé à remporter le titre de champion en 2016.

"Les 4 voitures étaient toutes pareilles" assure-t-il. "Il a fallu que je batte mes coéquipiers en qualifications et en course. En début d'année, Guenther et Cassidy me devançaient dans le championnat. J'ai alors travaillé plus dur dans les domaines où j'avais encore des faiblesses. C'est cela qui a fait la différence."

Le pilote Williams reconnaît que sa carrière a été avantagée par la fortune de son père, tout en relativisant la portée de l'aide financière dont il a bénéficié.

"Cela a été bien sûr important. Sans lui, cela n'aurait pas été possible. Tu as besoin de deux choses pour arriver tout en haut de ce sport. Le talent et l'argent. Les autres ont des sponsors, j'ai mon père. Au Canada, beaucoup de personnes ont un énorme talent, mais il leurs manque l'argent nécessaire pour emménager en Europe. J'ai eu besoin de mon père pour cela, et il a financé ma carrière. L'argent doit bien venir de quelque part."

Même si Lance Stroll ne conteste pas l'aide qu'il a reçu grâce à l'argent de son père, il tient à mettre les points sur les i: avoir de l'argent ne fait pas tout.

"Il m'a ouvert des possibilités, mais c'est moi qui ai dû accomplir les choses. Mon père ne pilote pas la voiture. Sans sa fortune, je n'aurai pas pu réaliser cette carrière, sauf si j'avais trouvé un sponsor. Vous voyez dans ce sport beaucoup de fils de riches, qui ont exactement les mêmes chances que moi, mais ils n'en tirent rien. J'ai gagné tous les championnats dans lesquels j'ai roulé jusqu'à maintenant."

Le Canadien n'est pas d'accord avec Lewis Hamilton, qui pense que les pilotes qui viennent d'un milieu modeste ont plus soif de victoire que les autres.

"Je ne le crois pas. Tu es toi-même responsable de ta propre motivation. Lorsque tu viens d'une famille riche, tu ne peux pas changer les choses. La pression que j'ai est celle que je me mets moi-même. J'ai toujours voulu gagner, peu importe ce que je dois faire pour. Quand tu es sanglé dans le cockpit et que tu portes ton casque, tes origines ne jouent aucun rôle. Il n'y a que le talent, le travail, la volonté, la soif de victoire, et à quel point tu veux t'investir dans ta carrière."

Le jeune pilote garde la tête froide et n'a pas vraiment de pression concernant son statut de "fils de".

"Bien sûr, les gens observent plus. Ils veulent savoir si je mérite la place que j'occupe. J'aurai pu tout aussi bien aller à l'université. Contrairement à pas mal d'autres amis, j'ai eu le choix. Mais je voulais absolument piloter. Je viens d'où je viens, et je ne veux pas le changer. Mon père est tout simplement un incroyable fan des sports moteur, oui il est riche, et il a rendu beaucoup de choses possibles. Je suis reconnaissant d'avoir eu ces chances, mais je crois aussi que j'en ai tiré le meilleur. J'ai eu aussi des moments difficiles. Il fallait absolument que je remporte le championnat de Formule 3. Je ne pouvais pas m'acheter mes points de super-licence. L'argent tout seul n'aide pas. J'avais besoin des titres de Formule 4 et de Formule 3. Et j'ai besoin de la foi que Williams a en moi, que l'équipe croit que je peux réussir."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Ce sera intéressant de savoir qui a réussi et qui s'est raté
Les équipes ont commencé le bal des présentations avec Williams en fin de semaine dernière et Sauber aujourd'hui. Après une semaine où l'on découvrira au moins une nouvelle monoplace chaque jour, Red Bull fera partie des dernières écuries à révéler leur arme pour 2017, après un hiver chargé.

"Les règles sont bien différentes cette année" explique Christian Horner. "Les voitures seront nettement différentes, plus agressives. Elles sont larges et ont de plus gros pneus ainsi que des appuis aérodynamiques plus élevés, on va certainement gagner quatre ou cinq secondes au tour. On repart d'une feuille blanche et pour les concepteurs, ainsi que pour les ingénieurs, c'est un défi fantastique."

"Les opportunités qui s'en dégagent sont ce qui nous enchante le plus. Ce sera intéressant de savoir qui a réussi et qui s'est raté. Ce sera également une course au développement, de Melbourne à Abu Dhabi, on devrait très vite voir des changements sur les monoplaces puisque le règlement est frais. Toute l'équipe va devoir travailler d'arrache-pied pour être plus efficaces, plus intelligents et mieux développer notre voiture que nos rivaux."

Tout comme les équipes, les pilotes seront également touchés par ces nouveautés: "Ce sera un plus grand défi physique et je suis curieux de savoir quel impact ça aura sur la compétition. Les courses promettent d'être fascinantes et l'on verra certainement une évolution dans la hiérarchie des pilotes car leurs compétences vont être mises à l'épreuve."

Red Bull sera la seule équipe à avoir deux vainqueurs de Grands Prix de la saison passée et pour Christian Horner, cela prouve de nouveau à quel point le duo de pilotes fait partie des meilleurs.

"Nous avons l'un des duos les plus solides sur la grille" poursuit-il. "C'est génial de suivre l'évolution de Max Verstappen à mesure qu'il engrange de l'expérience et de la confiance. Quant à Daniel Ricciardo, il a été pour moi le pilote de l'année 2016 car il a sorti des performances phénoménales et a gardé son meilleur niveau toute la saison."

"Leur principale force? Il faudra que ce soit leur cou car il y aura beaucoup de forces appliquées dessus! Ce sont tous les deux des compétiteurs acharnés qui sont dédiés à la course et passionnés par elle. La dynamique entre eux est bonne, ce qui est bien pour l'équipe, et je ne pourrais pas voir une meilleure paire de pilotes pour nous."

Les premiers éléments de réponse au sujet de la hiérarchie tomberont la semaine prochaine mais Horner assure que ce sera loin de représenter les forces en présence définitives. Red Bull avait d'ailleurs rencontré des difficultés en 2016 lors des essais hivernaux avant de se révéler comme la deuxième force du plateau.

"C'est toujours génial de présenter une nouvelle voiture. Les gens cherchent toujours à savoir les temps effectués, la quantité de carburant embarquée et le pilote qui a établi le temps, mais ce n'est pas pertinent! Il faut se concentrer sur son propre programme, mettre les œillères et travailler au rythme prévu car tout changera d'ici à Melbourne."

Comme tout le monde, le directeur de Red Bull est également intéressé par l'aspect esthétique des voitures et des nouvelles règles et assure que la RB13 sera une jolie monoplace: "C'est l'une des plus belles voitures que nous ayons jamais conçue, et je pense que la géométrie des formes imposées par ces nouvelles règles leur donne de très bonnes proportions. Elles semblent agressives et rapides."

Dernier élément, que Red Bull ne maitrise pas: le moteur. Horner est confiant que Renault a bien travaillé cet hiver.

"C'est un tout nouveau moteur pour cette année, un changement de philosophie. Renault a eu un hiver très chargé. Nous espérons un bon pas en avant en performance et, s'il est là, nous pourrions bien donner du fil à retordre à Mercedes et Ferrari. Mercedes reste l'équipe à battre, ils sont triples champions du monde et ils ont placé la barre très haut."
source: Nextgen-Auto.com

Marko plutôt optimiste concernant le spectacle en 2017
Le docteur Helmut Marko, consultant pour le sport automobile de Red Bull, est, pour une fois, plutôt optimiste concernant l'impact du changement de règlement sur le show procuré par la Formule 1.

Avec des voitures plus rapides et plus larges, les craintes sont nombreuses concernant les dépassements.

"Je pense au contraire que nous allons voir des dépassements spectaculaires. Le dire est une chose, le vouloir également, mais j'espère que nous y parviendrons", explique Marko.

"A en juger par les simulations, différents scénarios sont possibles. Nous verrons bien mais je suis plutôt optimiste. Parce que, quoi qu'il arrive, le talent des pilotes sera beaucoup plus mis en valeur."

Marko estime que tout dépendra essentiellement du travail de Pirelli sur les pneus larges.

"S'ils sont vraiment de très grande qualité, alors ils permettront aux pilotes de se suivre sans dégrader les gommes. Avant ce n'était pas possible. Pirelli a beaucoup travaillé là-dessus."
source: Nextgen-Auto.com

Domenicali confirme que Lamborghini n'entrera pas en F1
Beaucoup de fans de Formule 1 rêveraient de voir une plus grande diversité de constructeurs dans la discipline. Pour l'heure, avec Mercedes, Ferrari, Renault et Honda, il n'y a que 4 motoristes pour fournir des V6 turbo.

L'arrivée d'un nouveau concurrent serait une alternative très séduisante pour le sport, et pourrait bousculer un peu l'ordre établi.

Stefano Domenicali a plusieurs fois évoqué par le passé son désir de voir Lamborghini s'engager en catégorie reine. L'ancien directeur de Ferrari, nommé depuis 2016 à la tête de la marque au taureau d'or, laisse à présent entendre qu'il est peu probable de voir la structure active en F1... pour l'instant.

"Ce n'est en ce moment pas une priorité pour Lamborghini. Peut-être dans quelques années."

"Nous sommes une petite entreprise, qui veut encore grandir, mais pour cela, nous devons nous donner le temps nécessaire et aborder les choses calmement."

L'homme de 51 ans, qui a été de 2008 à 2014 le directeur de l'équipe de Maranello, sait très bien ce qu'implique d'être en F1.

"Un tel projet signifierait de très grands changements au sein de notre entreprise. Il n'est donc pas question de songer à construire une Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

La Sauber C36, une belle opportunité pour les Suisses de remonter
Monisha Kaltenborn, la directrice de Sauber, fonde de gros espoirs sur la nouvelle Sauber C36, dévoilée ce matin, pour que l'équipe suisse remonte la pente.

Grâce à de nouveaux règlements et une feuille blanche, Sauber cherchera à faire mieux que la 10ème - et dernière place, depuis la disparition de Manor - en 2017.

"Grâce à Longbow Finance, les nouveaux propriétaires, nous avons de belles opportunités pour être compétitif à nouveau et retrouver nos succès du passé en Formule 1", déclare Kaltenborn.

"Nous voulons nous positionner avec une nouvelle approche et nous avons déjà posé les premières pierres de fondations solides pour l'avenir."

L'objectif pour la C36 est de retrouver le milieu du peloton.

"Nous devons clairement progresser", ajoute-t-elle. "Avec la Sauber C36 Ferrari nous avons également une base solide et, cette fois, les ressources pour développer en cours de saison. Ce sera important de se repositionner en milieu de grille."
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne a retenu la leçon de 2016
Il y a un an, Sergio Marchionne a provoqué beaucoup de perplexité en affichant une assurance inflexible, lorsqu'il proclamait que Ferrari allait gagner le titre de 2016.

Ces déclarations, affirmant comme certaine la victoire de l'équipe de Maranello, ont rendu les résultats encore plus amers pour tous les tifosis. L'écurie mythique n'a même pas remporté la moindre course la saison dernière.

Marchionne reconnaît aujourd'hui qu'il est dangereux de mettre la charrue avant les bœufs.

"L'honnêteté intellectuelle est importante, mais je dois admettre que j'ai eu l'air ridicule" avouait-il la semaine dernière.

Pas question donc de donner des objectifs pour le moment.

"Cette année, je ne tomberai pas dans le piège. Voyons ce qu'il va se passer lorsque les feux s'éteindront au départ de la saison."

"A Noël, les gars n'ont eu que 2 jours de congé, et à présent ils travaillent jour et nuit" révèle-t-il.

Marchionne semble enthousiasmé des premiers fruits du travail de Ferrari.

"La voiture est belle et le moteur fonctionne bien."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber présente sa C36 Ferrari
Sauber a présenté ce matin sa C36 à moteur Ferrari, en dévoilant quelques photos sur son site Internet.

La nouvelle livrée, bleue et blanche, laisse de la place aux sponsors, depuis le départ de Banco do Brasil.

Sauber indique avoir maximisé la réduction de la trainée aérodynamique, pour compenser l'introduction des pneus larges. Le poids minimum de 728 kilos a aussi pu être respecté.

Jorg Zander, le directeur technique, explique que "nous avons vraiment travaillé sur la stabilité aérodynamique plutôt que la recherche d'appuis à n'importe quel prix. Cela arrivera avec le développement, en cours d'année."

La C36 embarque le moteur Ferrari de la saison 2016. (voir la présentation)

photo
source: Nextgen-Auto.com

Paul Di Resta prolonge en tant que pilote de réserve de Williams
L'équipe Williams a confirmé ce matin que Paul Di Resta avait prolongé son contrat en tant que pilote de réserve.

L'Ecossais, qui avait débuté sa carrière en Formule 1 en tant que pilote d'essais de Force India en 2009, a effectué trois saisons pour le compte de l'équipe indienne, entre 2011 et 2013, après avoir remporté le titre DTM en 2010.

Di Resta était devenu pilote de réserve de Williams l'année dernière. Il sera appelé à piloter la FW40 cette année en cas de problème pour Felipe Massa ou Lance Stroll.

"Je suis ravi de rester chez Williams en tant que pilote de réserve pour la saison 2017. Je suis impatient d'apprendre les procédures et les systèmes de la FW40 et comprendre les nouvelles règles. Merci à Claire et à Williams pour leur soutien."

"C'est bien pour nous de pouvoir garder quelqu'un d'expérimenté comme Paul", ajoute Claire Williams. "Sa connaissance de la Formule 1 sera précieuse, notamment pour les nouvelles règles mises en place cette année. Paul a été un bel atout de notre équipe l'an dernier et c'est super de pouvoir continuer à travailler avec lui en 2017."
source: Nextgen-Auto.com

Toto Wolff et Niki Lauda prolongent leurs contrats chez Mercedes
La direction de Mercedes en Formule 1 ne changera pas jusqu'en 2020: Toto Wolff et Niki Lauda, tous les deux actionnaires de l'équipe de Brackley, resteront à la tête de Mercedes AMG F1.

Cette nouvelle était attendue depuis quelques semaines. Mercedes superpose ainsi les contrats de ses deux directeurs avec celui de sa présence en Formule 1, garantie jusqu'en 2020 par les Accords Concorde actuels (signés en 2012).

Wolff dispose de 30% de parts de Mercedes F1, Lauda 10%.

Dieter Zetsche, le grand patron de Daimler Benz, confirme: "en 2013, nous avons restructuré notre management avec le but très clair d'améliorer notre performance."

"Et depuis, les résultats ont plus que dépassé nos attentes. Une des clés de ce succès a été la combinaison des talents d'entrepreneur de Toto et de l'expérience de Niki."

"Le renouvellement de leur implication donne à notre programme en Formule 1 une continuité importante pour les 4 prochaines années."

La semaine dernière, Mercedes avait annoncé le remplacement de Paddy Lowe par James Allison.
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein pourrait aussi manquer Melbourne
Il n'est pas certain, à l'heure actuelle, que Pascal Wehrlein soit de retour dans une Formule 1 pour les seconds essais de Barcelone, du 7 au 10 mars.

Le jeune pilote de Mercedes, qui roulera chez Sauber cette année, a déjà annoncé lui-même qu'il ne serait pas présent lors des premiers essais de la C36, à cause de douleurs dans le dos suite à son accident à la Course des Champions en janvier.

Wehrlein, qui a expliqué "être désolé pour son équipe", pourrait donc manquer tous les essais mais aussi le début de saison à Melbourne.

Selon 'Auto Motor und Sport', les douleurs au dos de l'Allemand l'empêchent de reprendre l'entrainement totalement, notamment celui du cou.

Sauber n'a toujours pas commenté le forfait de son pilote pour les premiers essais. Elle le fera probablement aujourd'hui, lors du lancement de la C36 à moteur Ferrari. L'équipe suisse devrait confirmer que Wehrlein sera remplacé, en attendant, par le 3ème pilote de la Scuderia, Antonio Giovinazzi.
source: Nextgen-Auto.com

Newey - La puissance moteur jouera un rôle supérieur cette saison
Adrian Newey n'est pas vraiment de l'avis de ceux qui pensent que la saison 2017 et son nouveau règlement vont à nouveau jouer en faveur de Red Bull, grâce à une part plus importante accordée à nouveau à l'aérodynamique.

Pour le consultant qui a supervisé la nouvelle RB13, présentée dimanche prochain, ce sera même le contraire.

"La combinaison de l'augmentation de l'adhérence mécanique (pneus plus larges), des appuis aérodynamiques et du poids de la voiture signifient que le temps passé chaque tour à fond sur l'accélérateur sera encore plus grand qu'avant", explique-t-il.

"Cela veut certainement dire que c'est encore plus qu'avant une Formule 1 où la puissance compte énormément."

"Ce qui m'inquiète, cependant, c'est que cette F1 dominée par les moteurs n'est pas très saine. Nous devons réussir à trouver le bon équilibre entre le moteur, le châssis et le pilote."

Newey souligne toutefois que le pilote reprendra de l'importance.

"Avec toutes ces forces G en plus, les pilotes vont devoir travailler beaucoup plus pour y résister. Nous étions tous habitués, ces deux ou trois dernières années, à entendre les pilotes à peine essoufflés à la radio, pendant une course. On avait l'impression qu'ils regardaient la course sur leur canapé comme vous et moi!"

Le point négatif? "Ces appuis supplémentaires pourraient coûter pas mal de possibilités de dépassements et des voitures qui ne pourraient plus lutter de manière aussi proches en piste."

A quoi s'attend Newey pour Red Bull cette année?

"C'est difficile de dire si quelqu'un va dominer et qui. Honnêtement j'espère que ce changement de règlement va bousculer un peu la hiérarchie et permettre à des équipes de venir bousculer Mercedes, nous y compris, évidemment. La vérité c'est que personne ne sait."

"Notre RB13 sera prête pour les premiers essais, nous savons ce que nous avons fait pendant l'hiver. Mais nous ne savons pas ce que les autres ont fait. C'est pourquoi les premiers essais sont toujours très importants, pour commencer à deviner les choses."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - A la place des fans, je voudrais Alonso chez Mercedes
A une semaine des premiers essais d'intersaison, Toto Wolff a tenu à réitérer sa confiance en Valtteri Bottas, son nouveau pilote, et à assurer qu'il ne regrette aucunement le choix du Finlandais pour remplacer Nico Rosberg. Même si, en tant que fan de F1, il aurait bien aimé un autre pilote...

"Recruter un nouveau pilote en la personne de Valtteri, qui est très éloigné des polémiques, nous permet de nous concentrer sur d'autres domaines que la gestion des pilotes" a déclaré Wolff, sans toutefois envisager que Bottas ne se laisse faire par Hamilton.

"On ne peut pas vouloir un chien de garde dans la voiture et espérer un chiot en dehors, je ne me fais aucune illusion et je sais que ce sera difficile par moments. Valtteri a remporté les catégories inférieures et a été très compétitif, et ce n'est pas le genre de choses qui arrivent parce qu'un pilote est facile à gérer. Je ne m'attends donc pas à ce que ce soit un long fleuve tranquille, mais Valtteri est celui qui remplace le mieux Nico."

"Nous avions le choix de jeunes pilotes, ce qui est intéressant mais ne nous apportait pas l'expérience voulue. Nous avions également quelques grands noms sur la liste mais Valtteri est le meilleur choix possible afin de conserver une bonne dynamique entre nos pilotes et nous aider en même temps à développer la voiture" justifie l'Autrichien.

Wolff admet enfin qu'il a sérieusement envisagé le recrutement de Fernando Alonso, une option risquée quand on connaît le passif entre l'Espagnol et Hamilton.

"Si je me mets à la place des fans, j'aimerais que Fernando vienne chez Mercedes et que leur rivalité de 2007 soit de retour. Mais du point de vue de l'équipe, ça n'aurait simplement pas fonctionné. Il y a l'histoire, et l'année en question avait été déjà difficile pour Mercedes qui était partenaire de McLaren à l'époque. Ceci dit, les gens changent et grandissent et cette perspective était très palpitante, mais un peu trop pour nous."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.