En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 10 Janvier 2018

Le Grand Prix du Danemark pourra se faire avec ou sans Magnussen
La présence de Kevin Magnussen en Formule 1 est un avantage pour les négociations quant à un possible Grand Prix du Danemark. Chase Carey s'est rendu à Copenhague pour discuter d'un possible circuit urbain dans la capitale danoise récemment.

La présence d'un pilote danois serait un avantage pour ces négociations et pour la tenue d'une course au Danemark, mais l'investisseur principal autour de ce potentiel événement assure que ce n'est pas une condition obligatoire.

"C'est clairement un avantage d'avoir un Danois en Formule 1" explique Helge Sander. "Mais même s'il n'y a pas de Danois, l'intérêt du Danemark pour la Formule 1 est globalement élevé."

Il rappelle toutefois que la présence de Magnussen serait souhaitable, ce serait-ce que pour l'engouement populaire autour de l'épreuve: "Je préférerais évidemment qu'il y ait au moins un Danois, mais ce n'est pas crucial."
source: Nextgen-Auto.com

Un point sur les changements chez Ferrari
La saison 2017 a représenté pour Ferrari la meilleure chance de titre depuis 2010, lorsque Fernando Alonso avait été battu sur le fil par Sebastian Vettel à Abu Dhabi. Dix ans après son dernier titre constructeurs et onze ans après la dernière couronne des pilotes, Ferrari cherche à revenir au sommet et continue sa restructuration.

Les départs de Diego Ioverno, directeur sportif, et Dave Grenwood, ingénieur de piste de Kimi Räikkönen, ont été confirmés. Le premier va rejoindre plus globalement la division compétition de Ferrari tandis que le second va rejoindre le programme LMP1 de Manor.

Marco Matassa, ancien ingénieur chez Toro Rosso, pourrait le remplacer. Matassa a déjà rejoint Ferrari et va s'occuper de renforcer la direction de la Ferrari Driver Academy, toujours menée par Massimo Rivola et Luca Baldisserri.

Le rôle de Jock Clear pourrait être plus important et l'Anglais pourrait se voir attribuer une bonne partie des tâches anciennement accomplies par Diego Ioverno. Le reste de celles-ci serait alors redistribué parmi les ingénieurs du département.

L'un des départs les plus notables a été celui de Lorenzo Sassi, ancien directeur du département moteur de Ferrari, parti chez Mercedes. Enrico Cardile a rejoint le département aérodynamique de la Scuderia Ferrari, en provenance du programme GT.

Enfin, la division de gestion sportive de la Scuderia a vu l'arrivée de deux renforts issus du département moteur de la section GT, Guido Di Paola et Lucio Calogero.
source: Nextgen-Auto.com

La Formule 1 veut s'ouvrir à de nouveaux partenariats commerciaux
Murray Barnett a été recruté par Liberty Media pour mettre en place une nouvelle politique relationnelle avec les partenaires de la Formule 1. Très fermée sur elle-même dans le passé, la F1 s'ouvre aujourd'hui à de nouveaux partenariats commerciaux et à de nouvelles idées pour les mettre en avant.

Loin de lui l'idée de revenir sur la gestion de la F1 par Bernie Ecclestone, mais Barnett explique que le principal changement sur la gestion commerciale de la F1 s'effectue au niveau de l'approche, bien plus positive que dans le passé.

"Je ne veux pas trop parler de l'époque d'Ecclestone, mais notre vision est désormais d'approcher les sponsors en laissant la porte ouverte plutôt qu'en expliquant qu'on ne comprend pas la question. S'ils veulent se mettre en avant grâce à un défilé de mode pendant le week-end, nous acceptons l'idée plutôt que de la tuer immédiatement" explique-t-il.

"De nos jours, il faut travailler plus dur pour prouver la valeur d'un sponsor. Dans le passé, il fallait juste accueillir quelques personnes et signer la monoplace. Maintenant, les marques veulent une intégration authentique dans le sport et cela prend du temps à construire et développer."

Heineken s'est impliqué en Formule 1 cette saison, recouvrant les abords de trois circuits de son nom. Mais la marque de bière n'a pas fait que s'afficher, elle a aussi organisé des fêtes dans le paddock.

"De la manière dont je vois cela, on devrait pouvoir assister à un Grand Prix, ne pas voir de course pendant neuf heures et s'amuser quand même. C'est comme ça que je présente la chose aux marques" explique Murray Barnett.

Le défi rencontré par la Formule 1 est de promouvoir sa propre marque, tout en couvrant la mise en avant de 20 circuits, qui se vendent par la même occasion, mais aussi des 10 équipes qui y sont engagées, qui elles-mêmes doivent gérer la promotion de leurs partenaires.

Barnett explique que tout est de plus en plus lié: "Nous nous voyons comme l'un des 31 acteurs de la Formule 1. Il y a 10 équipes, 20 circuits, et nous au quartier général."

"Quand nous rencontrons des partenaires commerciaux, nous leur disons que si nous ne les intéressons pas personnellement, nous sommes ravis de leur présenter les équipes et les pilotes pour qu'ils puissent développer une relation avec. Si l'un d'entre nous y gagne, tout le monde y gagne."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn révèle que Liberty travaille déjà sur les prochaines monoplaces
La Formule 1 ne s'arrête jamais d'évoluer. Le règlement technique a drastiquement changé cette année avec l'arrivée de voitures plus larges et plus efficaces, tandis que le prochain règlement moteur est prévu pour 2021.

Toutefois, Liberty Media a déjà créé une commission chargée de réfléchir à la prochaine réglementation technique concernant les monoplaces, afin de corriger les défauts déjà révélés par les nouvelles monoplaces et de les rendre encore plus attirantes.

"Nous présentons certaines idées aux équipes mais une fois que cette phase sera terminée, j'aimerais les partager avec les médias car je pense que nous avons fait des voitures sensationnelles" explique Ross Brawn.

"Nous avons fait un très bon travail pour intégrer le HALO car actuellement, on dirait qu'il a été posé sur les voitures, et c'est réellement le cas. Mais nous avons engagé des designers pour travailler sur l'esthétique de la voiture depuis un bon moment."

Pour Ross Brawn, le degré de réussite dans l'innovation esthétique se verra dans les jeux vidéos: "Les voitures doivent avoir une belle apparence, comme si elles étaient dérivées d'un jeu vidéo. Ou même comme si les jeux vidéo prenaient leur inspiration de la Formule 1, et pas l'inverse. Je pense que nous aurons des F1 magnifiques à l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren a choisi de ne pas avoir de sponsor titre en 2018
La carrosserie des McLaren n'a pas affiché un grand nombre de sponsors ces dernières années et depuis 2013, l'équipe anglaise n'a plus de sponsor titre, suite au départ de Vodafone.

Lorsqu'il a rejoint l'équipe, Zak Brown a assuré qu'il se mettrait en quête d'un nouveau partenaire officiel, mais semble finalement opter pour une autre stratégie afin de mettre en avant la marque McLaren avant tout.

"Nous ne voulons pas de sponsor titre" explique Brown. "Le titre de l'histoire est différent de celle-ci et les gens ne vont malheureusement que lire le titre, mais je vais expliquer cela."

"Nous sommes McLaren et tout est ouvert à discussion, mais nous voulons avancer avec la marque McLaren et non pas faire comme en Nascar, où Jeff Gordon appelait sa voiture la DuPont Chevrolet, ou comme Fernando Alonso et Lewis Hamilton qui appelaient leur voiture Vodafone McLaren, ou encore Petronas Mercedes."

Le conflit commercial est évident selon Brown, et c'est justement ce qu'il veut éviter dans un souci de promotion de sa marque: "Nous voulons bâtir une marque, pas comme certaines équipes comme Williams ou Force India pourraient vouloir le faire, mais plutôt comme Mercedes. Cela ne donne pas tant de valeur au sponsor car la valeur est sur la marque de la voiture, pas sur le nom de l'équipe."

"A-t-on déjà entendu parler de Lewis Hamilton et de sa Mercedes Petronas? Nous l'appelons simplement une Mercedes. Je pense que cela ne fait que brouiller la promotion de la marque sans apporter de valeur au sponsor. Ce que je veux vendre, c'est du sponsoring avec autant de visibilité."

"Je suis ouvert d'esprit et je ne refuserai pas à tout prix. Je ne dis pas que nous n'accepterons jamais, je dis juste que ce n'est pas notre voie favorite. Nous avons plus le modèle économique d'un partenaire principal, d'un second partenaire principal, d'un partenaire majeur et d'autres partenaires associés."

Brown a déjà annoncé que McLaren avait signé avec de nouveaux partenaires pour 2018, qui devraient être annoncés ce mois-ci. Il reconnaît que la position de McLaren peut paraître faible, avec l'absence d'un partenaire majeur, mais le spécialiste commercial qu'il est assure que c'est par choix que McLaren suit cette voie.

"Les gens pourront toujours dire que nous n'avons pas réussi à avoir un sponsor titre, mais c'est mon domaine de prédilection. Je veux que la voiture ressemble à ce qu'elle était lors des bons vieux jours de Vodafone et Marlboro, mais je ne veux vraiment pas un nom placé avant celui de McLaren."

"Car lorsque l'on se présente sur le marché par la suite en voulant développer la marque McLaren, on doit amener un autre nom avec nous qui peut changer dans trois ou cinq ans. Ils ne restent pas éternellement, un coup vous avez West, ensuite vous avez Marlboro, puis Vodafone, mais je préfère simplement être McLaren."
source: Nextgen-Auto.com

Daniil Kvyat signe chez Ferrari!
Daniil Kvyat s'est fait bien discret depuis son éviction de la filière Red Bull et de son baquet chez Toro Rosso, juste avant le Grand Prix des Etats-Unis.

Mais le Russe a réussi à rebondir et à garder une place en Formule 1: le pilote de 23 ans a signé chez Ferrari et il devient pilote de développement pour la saison 2018.

Voilà qui permettra à Ferrari d'avoir de belles comparaisons avec ce qui se pratique chez Red Bull, notamment en termes de simulations puisque Kvyat agira en support de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen.

Kvyat devrait aussi devenir le pilote de réserve de Ferrari au cas où il arrive quelque chose à l'un des titulaires.
source: Nextgen-Auto.com

McLaren n'abandonne pas l'idée de fabriquer ses moteurs
McLaren n'a pas mis de côté l'idée de développer son propre moteur si le règlement adopté à partir de 2021 permet d'avoir une chance de bien figurer sans investir trop d'argent. Les déboires avec Honda ont poussé l'équipe à réfléchir en ce sens, même si le projet est pour le moment embryonnaire.

"En Formule 1, McLaren n'a jamais fait son propre moteur" explique Jonathan Neale, directeur des opérations, à 'F1 Fanatic'. "Nous avons signé un accord avec Renault mais le règlement va changer et seulement la moitié de la carte a été révélée pour le moment, donc nous ne savons pas où se fera le voyage."

McLanren doit d'abord identifier l'intérêt commercial d'une telle idée, puisque les ventes de voiture et l'augmentation de ces ventes sont relatifs par rapport à un engagement en tant que motoriste en Formule 1.

"Pour le moment ce n'est pas clair. Il y a des grosses équipes comme Mercedes qui dépensent une quantité significative d'argent avec une organisation et une infrastructure qui en dépendent. Ferrari vend 35000 moteurs par an grâce à d'autres marques comme Maserati, et 8000 pour elle. Ce genre de volumes, tout comme nous qui sommes à moins de 5000 voitures à l'année, restent des chiffres de constructeur de niche."

"Nous avons pourtant un programme de F1. Nous ne sommes pas un constructeur à grande échelle, mais nous gardons l'esprit ouvert et nous regardons la phase suivante pour la Formule 1 en nous disant qu'il y a la possibilité d'utiliser notre capital de manière plus intelligente. Mais nous n'avons pas d'autres plans immédiats que de retrouver une bonne santé sportive et de bien travailler avec Renault"."

Neale reconnaît aussi qu'un contrat d'usine avec un motoriste, tel que celui qu'ils avaient avec Honda ou qu'ils possédaient, jusqu'en 2012, avec Mercedes, est la solution idéale pour avoir les ressources nécessaires au titre mondial.

"J'aimerais revenir sur ce que Ron [Dennis] a dit. Ron dit que la meilleure situation est d'être une équipe avec un contrat moteur d'usine, car ça permet d'avoir la force et la puissance d'un fournisseur officiel, qui possède lui-même un gros budget marketing, tout en ayant accès à une technologie importante et à un gros capital d'investissement. Cela permet d'avoir la souplesse d'une grosse équipe en gardant l'esprit d'un constructeur de sport automobile."

"Je pense toujours qu'il a raison et que ce serait la situation idéale. Les dernières années n'ont pas été à la hauteur de nos espérances et nous avions besoin de changer de stratégie afin que les affaires reprennent, donc nous verrons" conclut Neale.
source: Nextgen-Auto.com

Les bouchons seront de la partie pour le Grand Prix de France
Le circuit du Paul Ricard, qui n'a pas accueilli la Formule 1 depuis 28 ans, est en train de s'adapter à l'organisation d'un tel événement. Si la piste, le paddock et les tribunes ont été revus, ce sont les abords du circuit qui inquiètent un peu.

Malgré des travaux entrepris pour faciliter l'accès autour du circuit, les promoteurs préfèrent prévenir dès maintenant qu'il sera difficile d'échapper aux bouchons au moment de quitter la zone en voiture.

"La police, les autorités locales travaillent avec nous pour gérer l'important trafic" explique Aurélie Letellier, la directrice marketing du circuit du Castellet à F1 Fanatic. "Il y a des plans pour une route circulaire autour du circuit qui serait une voie à sens unique menant directement aux autres routes, afin de fluidifier le vidage des parkings."

"D'autres mesures seront prises pour rediriger le trafic local et nous pensons ouvrir des routes qui ne le sont pas habituellement. Nous aurons quelques événements pour tester diverses solutions, comme le Bol d'Or qui a un bon nombre de visiteurs. Ce n'est pas la même chose car il y a beaucoup de motards mais on peut se servir de cette course comme d'un essai grandeur nature."

D'ores et déjà, il faudra prévoir des bouchons pour arriver sur le circuit mais aussi en partir: "Il y a toujours des gens qui se plaindront et ne comprendront pas, mais il faut malheureusement du temps pour accéder à un circuit qui se situe au pied des montagnes et possède une vue sur la mer."

"Des bouchons sont malheureusement attendus à l'entrée de l'enceinte mais nous travaillons pour trouver une solution qui permettra de fluidifier le trafic" conclut-elle.
source: Nextgen-Auto.com

Sean Gelael poursuit avec Toro Rosso en 2018
Sean Gelael va poursuivre sa collaboration avec l'équipe Toro Rosso cette année.

C'est ce qu'annonce directement le pilote de 21 ans, soutenu par sa famille qui dirige la filiale indonésienne de KFC.

Gelael, pilote de Formule 2, avait roulé lors d'essais privés et de plusieurs séances d'essais libres le vendredi matin en 2017.

"Travailler avec Toro Rosso a complètement changé ma vie. Cette année, je travaillerai encore avec eux", annonce Gelael.

"Notre but est de continuer ensemble notre collaboration, cela avait été décidé lors des derniers essais à Abu Dhabi."

Gelael roulera toujours en Formule 2 cette année après avoir terminé 15ème du championnat l'an dernier.

"J'espère que ma saison sera pleine de succès et que je pourrais décrocher les points nécessaires à ma super licence. C'est ce qui me donnera la possibilité de participer à plusieurs séances F1 le vendredi matin."

L'Indonésien sait que les places sont chères en Formule 1 mais il n'a pas hésité à apporter son soutien à un rival, Antonio Giovinazzi. L'Italien, pilote au sein de la Ferrari Academy, n'a pas réussi à obtenir une place de titulaire chez Sauber.

"Il méritait d'avoir sa place cette saison. Je pense que lorsqu'on voit qu'un tel pilote ne peut pas avoir sa chance en Formule 1, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas avec le système."
source: Nextgen-Auto.com

Pas de commentaire de la part du sponsor de Siroktin
Tout le monde s'attend maintenant à une annonce rapide de la part de Williams concernant le 2ème pilote qui occupera le baquet de la FW41, aux côtés de Lance Stroll, en 2018.

Avant les fêtes de fin d'année, Robert Kubica semblait avoir été mis hors course par les performances comme par les soutiens de Sergey Sirotkin, qui avait été lui aussi testé à Yas Marina.

Cette piste, qui mène à une titularisation du Russe, n'a fait que se renforcer ces derniers jours et SMP Racing, la structure qui doit permettre à Sirotkin de rouler en F1 grâce à un apport financier d'environ 15 millions d'euros, est en train de mettre les derniers détails en place.

Preuve que les choses bougent du côté de la banque russe, c'est un ancien pilote de F1, Mika Salo, qui est maintenant le directeur sportif de la division dédiée à la compétition de SMP.
Le Finlandais, qui a piloté pour Lotus, Ferrari et Toyota notamment en Formule 1, n'a pas voulu confirmer les dernières informations, qui promettent une annonce avant le 20 janvier.

"Je ne peux rien commenter, sur quoi que ce soit", a simplement répondu Salo.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes a reçu le feu vert pour agrandir son usine de Brackley
Mercedes a menacé récemment de suivre Ferrari si la Scudera quittait la Formule 1, mais les dernières nouvelles en provenance de l'équipe allemande vont plutôt dans le sens inverse d'une telle annonce.

L'équipe a reçu l'autorisation pour agrandir son usine de la part du South Northamptonshire Council, qui gère le cadastre de Brackley et ses alentours. Les plans présentent un bâtiment d'accueil agrandi, tout comme celui contenant la soufflerie.

"La proposition est un ajout modeste à leur espace au sol, mais cela leur donnera plus de place, un espace de travail plus flexible, et ça leur permettra de réorganiser leur zone de déchets" explique Rebecca Breese, présidente du conseil régional.

"Mercedes montre une implication à long terme à Brackley et si leurs propositions sont honnêtes pour le district, nous continuerons à faire tout ce que nous pouvons pour les soutenir."

Ce site étant proche de celui de Brixworth, où sont conçus les moteurs de F1 du constructeur, tout se met en place pour une implication à long terme de la marque en Formule 1.
source: Nextgen-Auto.com

Une nouvelle livrée confirmée pour McLaren en 2018
McLaren a entamé une mue en 2017, avec le changement de nom de sa monoplace ainsi que l'utilisation d'une livrée empruntant une bonne partie de couleur orange, classique du constructeur.

Néanmoins, il se pourrait que la teinte utilisée en 2018 soit la traditionnelle 'papaya orange' que Fernando Alonso a arboré sur sa monoplace lors de l'Indy 500 en mai 2017.

Toujours dans l'optique de redonner un second souffle à une équipe qui semble avoir dépassé le creux de la vague, le changement complet de livrée va intervenir cette saison afin de tourner la page sur la collaboration avec Honda.

"Je pense que les fans vont aimer l'apparence qu'auront nos voitures" déclare Zak Brown. "Nous aurons de nouveaux partenaires avec nous. Nous en avons signé plusieurs qui seront bientôt annoncés, mais la voiture n'aura pas l'apparence qu'elle avait en 2017."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.