En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 02 Janvier 2018

Steiner veut que Haas soit plus régulière en 2018
Pour sa deuxième saison en Formule 1, l'équipe Haas a réussi de belles choses et a surpassé ses résultats obtenus en première année. Néanmoins, la voiture a grandement manqué de régularité au fil de la saison et c'est ce que cherchera la structure en 2018.

"Nos fondations étaient là mais nous avons encore eu des hauts et des bas, mais moins en première partie de saison où nous avons marqué à plusieurs reprises"explique Günther Steiner. "Nous avons marqué des points à de plus nombreuses reprises cette saison que la précédente et cela signifie que nous avons progressé sur les hauts et les bas."

"Ce n'était toutefois pas assez régulier pour être dans les points à de nombreuses reprises et il faut être régulièrement dans les points pour progresser au classement. Les trois ou quatre courses ratées à cause de pannes nous ont coûté cher."

La fin de saison a été plus compliquée pour Haas, avec une monoplace peu développée qui semblait être très désavantagée sur certains terrains et dans certaines conditions.

"Avec les améliorations, nous attendions mieux mais encore une fois, nous étions totalement conscients que nous étions vite passés à la voiture 2018. Avec le recul, ferions-nous différemment? Nous développerions peut-être plus longtemps la voiture actuelle."

"Il y a un juste milieu et il n'y a pas de réponse précise. Il faut que l'on se concentre sur la prochaine voiture car la dernière chose que nous voulons est une grande chute des performances l'an prochain. Je suis assez confiant quant au fait que la prochaine monoplace sera meilleure, sans quoi nous n'aurions pas procédé ainsi."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo reconnaît prendre des risques en ne prolongeant pas son contrat
Daniel Ricciardo refuse pour le moment de prolonger son contrat avec Red Bull, ce qu'a déjà fait son équipier, car il souhaite pouvoir analyser les performances de son équipe en 2018 et potentiellement profiter du marché des transferts qui devrait être agité entre 2018 et 2019.

Il est toutefois conscient que ses propres performances seront un facteur décisif et qu'il prend un gros risque en ne prolongeant pas encore son contrat, alors que Red Bull désire ardemment le faire dès maintenant.

"Je suis très conscient du risque que je prends" déclare l'Australien. "Plus j'attends, plus je sais qu'un manque de performance pourra me rendre peu désirable auprès d'autres équipes. Mais c'est en ça que j'ai confiance en mon approche et en ce que je vais faire."

A l'approche de ses trente ans, Ricciardo reconnaît que chacune des décisions qu'il prend revêt de plus en plus d'importance puisqu'il décide de la suite de sa carrière et de son palmarès à venir.

"Nous verrons ce qu'il en est après le début de saison. Chaque saison représente une échéance et contrairement aux jeunes années de ma carrière, je ne me dis plus qu'il me reste plus de dix ans en F1, mais plutôt huit, six, quatre et ainsi de suite."

"Chaque saison est décisive mais je ne suis pas inquiet de mon niveau de performance. Je veux être Champion du monde avant d'avoir des cheveux blancs."
source: Nextgen-Auto.com

Button garde un excellent souvenir de sa rivalité avec Hamilton
Jenson Button a passé trois saisons aux côtés de Lewis Hamilton, chez McLaren entre 2010 et 2012. Les deux Britanniques ont cohabité et amené à l'équipe anglaise ses derniers succès en date, et Button se souvient avoir rejoint McLaren dans un contexte particulier, puisque les deux hommes possédaient à l'époque un titre chacun.

"Notre relation était intéressante" se souvient Button. "Je venais de Brawn GP où j'avais gagné le championnat en 2009 et lui avait gagné le précédent, en 2008, avec McLaren. J'ai débarqué dans son équipe, si vous voulez, et j'ai passé la porte avec le défi et l'objectif de me battre contre Lewis Hamilton."

"Nous sommes tous les deux Britanniques, nous étions dans une équipe britannique et champions du monde tous les deux, récemment couronnés, donc la pression était énorme et c'était amusant, j'ai adoré ce défi."

Jenson Button a côtoyé celui qui est désormais quadruple Champion du monde et ne peut que confirmer la vitesse de pointe de son compatriote, qui possède désormais le record du nombre de pole positions.

"Il est incroyablement rapide et sur un tour, je pense que c'est le gars le plus rapide qui ait pu courir en Formule 1. En course, j'arrivais à me mesurer à lui et nous pouvions nous battre pour la victoire."

"Au fil de ces trois saisons, nous avons beaucoup gagné et certaines de ces victoires étaient parmi les meilleures de ma carrière, car j'étais obligé de battre Lewis pour y parvenir."

Lors des trois saisons où ils ont collaboré chez McLaren, Button et Hamilton ont remporté 18 courses et signé 3 doublés. Ils restent aujourd'hui les derniers pilotes à avoir triomphé au volant d'une McLaren.
source: Nextgen-Auto.com

Le moral n'a pas baissé chez McLaren en 2017
McLaren a vécu une nouvelle saison catastrophique en 2017 malgré un nouveau règlement dont elle voulait profiter pour se relancer. Le moteur Honda, redessiné de zéro, était catastrophique et a grandement handicapé la monoplace, mais l'équipe s'est battue.

"Le moral n'est jamais tombé bas" explique Zak Brown. "C'est une chose incroyable ici, quand on déambule dans ces couloirs, on y voit une équipe qui a remporté 20 championnats et tout le monde est très fier. Je n'ai jamais vu un lieu où les gens identifient autant leur vie à leur équipe, et où les gens ont fait de McLaren leur but professionnel ultime."

"Je ne suis pas certain que beaucoup d'entreprises provoquent un tel niveau d'enthousiasme chez leurs employés. Si vous prenez des entreprises parmi les plus puissantes, je ne suis pas certain par exemple que vous entendiez quelqu'un vous dire qu'il a voulu travailler toute sa vie pour Coca-Cola. Je ne veux pas me montrer irrespectueux envers Coca-Cola, mais ces choses-là sont plutôt visibles chez McLaren, ou chez Ferrari, des entreprises de passionnés."

L'ambiance chez McLaren ne s'est jamais gâtée et Brown assure que la frustration n'a jamais empêché chacun des départements de l'équipe de travailler d'arrache-pied afin de produire une monoplace toujours plus évoluée.

"Ils étaient plus frustrés que démoralisés mais n'ont jamais abandonné. La voiture a été de plus en plus rapide au fil de la saison et c'était dû essentiellement au châssis. Le moteur a progressé mais nous avons travaillé comme si nous nous battions pour le championnat. Nous avions cet état d'esprit et nous n'avons jamais abandonné."

"Le moral a toujours été bon mais il n'y avait pas cette excitation, car il n'y avait rien d'excitant par moments. Le niveau d'excitation était bas car nous allions courir, week-end après week-end, en sachant ce que le résultat serait. On se demandait à quel point ce serait difficile et combien de pénalités on allait prendre."

"Le moral était toujours haut et le désir de revenir sur nos années victorieuses est encore supérieur. Tout le monde a faim de succès et je pense que c'est un bon état d'esprit pour l'équipe. Une équipe McLaren qui a soif de succès, c'est une bonne chose."

La séparation avec Honda et le début de collaboration avec Renault offre évidemment des perspectives intéressantes à toute l'équipe et Zak Brown a déjà remarqué du mieux dans le moral des troupes.

"L'énergie et l'enthousiasme sont au plus haut. Le moral est bon, les gens travaillent dur et nous sommes heureux. Nous allons avoir une nouvelle livrée, de nouveaux garages, un nouveau motoriste, et nous avons les deux pilotes que nous voulions."

"Tout le monde travaille en parfaite harmonie, Eric Boullier est heureux de ce qu'il a dans l'équipe. Je lui ai demandé l'autre jour s'il avait besoin de quelque chose d'autre et il m'a répondu qu'il avait tout ce dont il avait besoin. On a tous de plus en plus hâte de démarrer la nouvelle saison, j'aimerais que l'Australie soit demain."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton veut terminer toutes les courses en 2018
Lewis Hamilton a été très régulier en 2017, en plus d'avoir affiché des performances particulièrement réussies. Le Britannique a réussi le tour de force de finir chacune des 20 courses dans les points, ce qui constitue un record. Le pilote Mercedes souhaite reproduire cela l'année prochaine.

"Nous comptons parcourir chaque tour, c'est notre objectif" déclare Hamilton. "Ce sera évidemment plus difficile pour nous, mais c'est ce que nous souhaitons accomplir. Je crois en l'équipe et en leur capacité à le faire, c'est une tache immense et il est possible que 2017 ait été une saison hors du commun, mais nous comptons y parvenir de nouveau."

Hamilton admet que la nouvelle réglementation limitant les pilotes à trois moteurs par saison pourrait jouer de nouveau un rôle important dans les résultats.

"Je pense que ça se jouera entre nous, Ferrari et les clients de Renault, entre les équipes puissantes, et ce sera certainement déterminant pour le championnat. Mais nous comptons finir toutes les courses."

"Nous avons eu une fiabilité plus élevée que jamais, ce sera encore plus dur d'accomplir ce que nous avons accompli mais nous travaillons avec la même approche en se disant qu'on en est capables."
source: Nextgen-Auto.com

Stoffel Vandoorne tire des enseignements positifs de sa saison
Stoffel Vandoorne s'attendait certainement à moins souffrir pour sa première saison en Formule 1. Le Belge a rencontré de grosses difficultés en début d'année et lorsqu'il a haussé son niveau de jeu, a été contraint de subir le manque de fiabilité et de performance de la McLaren et du moteur Honda.

"C'était une saison avec des hauts et des bas" reconnaît l'ancien champion GP2. "Ce n'est pas la saison que je voulais mais il y a eu plein de positif à en tirer. Le développement de la voiture, les perspectives pour l'année prochaine, tout va dans la bonne direction. L'implication était la même en fin d'année qu'en début de saison."

Pour ses débuts, il a pu profiter d'un bon mentor en la personne de Fernando Alonso qui l'a aidé à progresser et à tirer le meilleur parti de sa monoplace: "C'était bien de travailler avec Fernando cette saison car il est sûrement la meilleure référence sur la grille."

"Je pense que c'était très bien d'être à ses côtés, d'apprendre et de voir comment il construit son week-end, comment il travaille avec l'équipe pour régler la voiture et pour se préparer pour les courses. J'ai gagné beaucoup d'expérience que j'ai hâte d'utiliser l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes envisage l'idée d'une équipe B à son tour
Le partenariat entre Ferrari et Haas a fait des vagues l'année dernière, lorsque la petite équipe est arrivée en Formule 1 et s'est montrée immédiatement au niveau. Deux ans après, Toto Wolff reconnaît la très bonne gestion de Ferrari.

"Je pense que ce que Sergio Marchionne et Maurizio Arrivabene font est très intelligent" a déclaré l'Autrichien. "Ils ont une bonne relation avec Haas. Cela a aidé Haas et ça a aidé Ferrari."

"Ce qu'ils font avec Sauber est très visionnaire. Fred Vasseur est en face d'eux et il connaît très bien le fonctionnement de ce business, c'est une alliance qui peut être dangereuse pour nous."

Si cela vient à renforcer Ferrari à long terme, ce dont on peut toutefois douter en impact immédiat, Mercedes pourrait envisager d'utiliser une autre équipe comme équipe B afin d'améliorer ses performances.

"C'est une chose que nous envisageons. Ce n'est pas simple car on ne veut pas perturber notre organisation avec une autre équipe de l'autre côté. Nous ne sommes pas les seuls à avoir des idées intelligentes et nous discutons, mais rien n'est fait."
source: Nextgen-Auto.com

La Ferrari 2018 sera plus longue
Les règles techniques imposées en Formule 1 en 2017 sont encore "jeunes" et permettent aux équipes de nombreuses optimisations.

Après avoir étudié les monoplaces des uns et des autres l'an dernier, les différentes équipes vont reprendre les meilleures idées et essayer de les adapter.

Selon 'la Gazzetta dello Sport', l'empattement (distance entre l'axe du train avant et celui du train arrière) de la Ferrari de 2018 sera ainsi un peu plus long et se rapprochera de celui de la Mercedes W08 de l'an dernier.

La Ferrari SF70-H avait été performante mais n'était pas au niveau de sa rivale.

Rappelons que la Ferrari de 2018, au nom inconnu, sera présentée le 22 février.
source: Nextgen-Auto.com

Romain Grosjean devient papa pour la 3e fois
Romain Grosjean est devenu papa pour la 3ème fois juste avant le début de la nouvelle année.

Le pilote français de Haas F1 a confirmé le 31 décembre la naissance de sa fille, Camille.

Marion Jollès Grosjean, sa femme, écrit sur Twitter: "Camille a attendu la première heure du dernier jour de l'année pour venir bouleverser nos vies! Elle fait déjà le bonheur de Romain, celui de ses frères et le mien."

Les Grosjean étaient déjà les parents de Sacha, 4 ans et demi, et Simon, 2 ans et demi.

"Sacha, Simon, Marion et moi sommes très heureux de vous annoncer la naissance de notre petite Camille en ce dernier jour de 2017! Tout le monde se porte à merveille", ajoute pour sa part Romain Grosjean.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.