En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 26 Décembre 2017

Norris va débuter en F2 en même temps que la nouvelle monoplace
Auréolé d'un titre en F3 européenne et d'un podium au Grand Prix de Macao, Lando Norris va disputer le championnat de F2 l'année prochaine. Ce sera la première saison des nouvelles monoplaces dans la discipline, qui leur confèrent des propriétés plus proches de celles des monoplaces de Formule 1.

"C'est toujours génial de piloter une nouvelle voiture", déclare un Norris enthousiaste. "Parfois, il s'agit plus du niveau du peloton, mais c'est aussi une chance pour les équipes de trouver un élément qui peut aider. C'est toujours bien de faire partie d'un nouveau projet."

Pourra-t-il gagner en F2 avec la maîtrise qui fut la sienne pour remporter la F3 cette saison?

"Nous verrons. C'est un peu difficile à dire tant que je n'ai pas officiellement signé (il a depuis décidé de rester avec Carlin, ndlr), mais au final, je veux gagner des courses et le championnat si possible, donc je ferai de mon mieux pour y parvenir."

En attendant la F2, Norris va disputer les 24 heures de Daytona, manche du championnat IMSA, au volant de la même voiture que Fernando Alonso: "Je n'ai jamais fait d'endurance, j'ai hâte d'y être. Je vais avoir deux très bons équipiers avec moi et ce sera très différent de ce à quoi je suis habitué."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly - Nous pourrions créer la surprise avec Honda
Il est facile de penser que Toro Rosso a fait la mauvaise opération en récupérant le moteur Honda, ancienne propriété de McLaren, en échange du Renault pour l'équipe anglaise. Néanmoins, Pierre Gasly pense que la revanche que doit prendre Honda permettra au motoriste de faire de belles choses.

"Leur objectif est de prouver à tout le monde qu'ils peuvent faire des moteurs rapides", déclare Gasly à 'GPUpdate'.

"Nous serons les seuls à avoir leurs moteurs et nous sommes surs qu'ils donneront tout pour que nous soyons traités au mieux, sans compromis. Je pense que c'est positif car ils auront trois ou quatre mois de plus pour progresser avant le début de saison."

Gasly pense sincèrement que Honda pourra fournir de très bonnes prestations en voyant ce que McLaren arrivait à tirer du bloc propulseur en fin d'année, mais ne se fixe pas d'objectifs trop élevés.

"Pour le moment, ils progressent vraiment. Les McLaren étaient vraiment meilleures en fin de saison que six mois auparavant. S'ils arrivent à garder cette dynamique, ce sera une bonne chose pour nous et je pense que nous pourrions surprendre positivement. Je ne m'attends pas à une saison façon Brawn GP mais ce serait bien de nous voir créer la surprise!"
source: Nextgen-Auto.com

Branson voit la Formule E dépasser la F1 dans dix ans
La Formule E a été créée pour que les sports mécaniques aient une alternative complète au moteur thermique et c'est cette image propre qui attire les gens qui s'y impliquent.

Engagé en Formule 1 entre 2009, avec Brawn GP, et 2011, avec l'équipe Virgin, Richard Branson avoue qu'il a vite cédé aux sirènes du championnat électrique lorsqu'une alliance lui a été proposée.

"Alex [Tai, désormais directeur de l'équipe] est venu me voir et m'a dit que nous ne devrions plus nous impliquer en Formule 1 et que la Formule E allait être le fer de lance de l'énergie propre, et j'étais d'accord", explique Branson.

Un championnat qui se développe plutôt régulièrement, ce qui laisse penser à Richard Branson que son avenir sera meilleur que celui de la Formule 1. Un avis dont on peut toutefois se permettre de douter.

"C'est très intéressant, ça grandit vite et chaque saison amène ses nouveautés. Je pense que dans 10 ans, la Formule E aura dépassé la F1 si cette dernière continue dans sa voie actuelle. Ce serait une bonne chose car le monde a besoin de voitures propres. Nous devons nous débarrasser des voitures sales et la Formule E peut y aider."

Toutefois, la discipline électrique peine à convaincre complètement et s'avère très coûteuse pour les organisateurs. C'est précisément la raison pour laquelle la manche de Montréal a été annulée et Branson pense que les gouvernements devraient soutenir les municipalités.

"Il faut que les gouvernements apportent leur soutien. Il y aura des victoires et il y aura des défaites mais plus les villes réaliseront l'importance de la Formule E, mieux ce sera."

En attendant, DS Virgin Racing fait son trou dans la discipline et a remporté plusieurs courses, dont la double manche de New York l'an dernier, mais aussi la manche d'ouverture de la saison 4 avec Sam Bird. Le Britannique roule aux côtés d'Alex Lynn cette saison, Jose Maria Lopez ayant quitté la discipline.

"J'étais à New York quand Sam [Bird] a remporté nos premières courses l'an dernier et c'était génial de voir l'équipe gagner, on ne peut pas dire le contraire. Nous avons deux pilotes excellents, des techniciens fantastiques et l'équipe a de bonnes chances de bien figurer cette année."

Ce n'est certainement pas le milliardaire lui-même qui prendra le volant, après une expérience désastreuse: "J'ai essayé de courir une fois à Silverstone et je me rappelle avoir été si loin à la dernière place que j'espérais que le public penserait que j'étais premier. Mais je ne crois pas que ça ait fonctionné."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton révèle la source de ses progrès après la pause estivale
La première partie de saison avait été décevante pour Lewis Hamilton et le Britannique a eu besoin de se ressourcer pendant la pause estivale. Il révèle avoir pris du temps pour penser à autre chose que la Formule 1 afin de remettre son esprit dans de bonnes conditions, mais avoir aussi cherché à comprendre ce qui n'allait pas dans son pilotage.

"J'ai fait quelques études durant l'été, pour analyser où j'en étais avec la voiture et cela m'a permis de tirer des conclusions simples", explique Hamilton. "J'ai vu ce que la voiture voulait et comment j'avais besoin de la piloter, puis je l'ai fait tout au long de la saison."

"Cette voiture était l'une des pires à piloter de ma carrière. Certains problèmes étaient présents depuis longtemps et nous avons seulement réalisé qu'il fallait agir. La dynamique des pneus était différente et nous a posé des problèmes. C'est une très bonne voiture mais elle a été compliquée à faire fonctionner."

Les effets de ces études se sont immédiatement fait sentir puisque Hamilton a enchaîné trois victoires au retour de la pause estivale, ce qui lui a permis de prendre la tête du championnat pour ne plus la quitter par la suite.

"Il faut réussir à extraire le maximum, ce que les autres ne parviennent pas à extraire. Je pense que c'est là où je me distingue car il faut souvent dépasser la limite pour tirer ce potentiel, mais c'est un équilibre précaire."

"Les gens ont dit que nous avions la meilleure voiture et elle était évidemment bonne, mais elle avait des problèmes qui se sont déclarés durant ces courses et qu'il a fallu gérer. Comprendre la voiture m'a permis d'en tirer son potentiel, voire un peu plus. J'ai donc réussi à obtenir plus que ce que j'espérais, même lors des courses difficiles."

Il est en tous cas sous le charme des nouvelles monoplaces: "J'ai enfin l'impression de piloter aujourd'hui. C'est une chose que j'aime et qui m'a plu cette année. En tant que pilote, il ne faut pas seulement être rapide mais aussi être régulier, dans tous les domaines, afin que les pièces du puzzle soient à la bonne place."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas veut garder l'impulsion d'Abu Dhabi en 2018
Valtteri Bottas a vécu une première saison contrastée chez Mercedes. Rapide et solide en première partie de saison, il n'a pas réussi de pole position ou de victoire entre l'Autriche et le Brésil. Toutefois, il a réussi à Abu Dhabi son premier hat trick et compte utiliser ce week-end fantastique comme marqueur pour sa saison 2018.

"C'est très important pour moi, après les difficultés rencontrées après la pause estivale", explique le Finlandais. "J'ai travaillé dur avec l'équipe et j'ai l'impression d'avoir réussi à grandement progresser dans mon pilotage et à être plus rapide."

"C'est ce qui me donne le plus de confiance pour l'année prochaine. Réussir la pole et gagner à Abu Dhabi, alors que Lewis était à son maximum, m'a grandement satisfait et j'aimerais continuer sur cette lancée à Melbourne."

Il a précédemment qualifié cette saison d'échec, car il n'a pas réussi à se mêler à la lutte pour le titre mondial après la pause estivale. Il tempère aujourd'hui ses propos, conscient que ces difficultés lui auront permis de progresser.

"Nous reviendrons sur cette saison, sur les points que je dois améliorer et sur mes principales faiblesses. En janvier, le processus continuera et nous regarderons vers l'avenir, tout en essayant de faire disparaître mes faiblesses."

"C'est toujours le principal objectif, ce n'est jamais possible complètement mais on peut approcher la perfection et c'est ce pour quoi je travaillerai. Si je travaille encore plus dur cet hiver, j'espère pouvoir être bien meilleur l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull fait de Ricciardo sa priorité pour 2019 et après
Christian Horner veut toujours réussir à prolonger le contrat de Daniel Ricciardo, malgré les hésitations de ce dernier. Il est conscient que l'Australien voudra voir le potentiel de la RB14 avant de prendre sa décision mais reconnaît aussi qu'il a une liste de candidats à son remplacement s'il venait à trop laisser passer de temps.

"Nous venons de finir une saison longue et difficile, et la dernière chose que nous voulons faire est de plonger dans des discussions profondes au sujet des contrats", reconnaît Horner.

"Mais en tout début d'année, une fois que nous aurons vu les performances de la voiture et la manière dont les choses se déroulent, notre priorité sera de nous assurer que Daniel reste au moins jusqu'en 2020."

"Le scénario est nouveau pour lui, c'est la première fois qu'il est libre de tout contrat et c'est un moment critique dans sa carrière, car il a 28 ans. La prochaine étape sera cruciale pour lui et nous voulons nous assurer de lui donner une voiture qui lui permettra de montrer tout son potentiel."

S'il venait à céder aux sirènes d'une autre équipe, Ricciardo serait possiblement remplacé en interne: "C'est toujours bien d'avoir des options. Nous avons beaucoup investi dans le programme de développement des jeunes pilotes et nous avons des grands talents dans ce programme. Nous ne manquons pas d'options."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren veut garder une relation saine avec son motoriste
McLaren et Honda n'ont pas vécu une collaboration aisée mais les dirigeants de l'équipe se sont toujours évertués à conserver une relation constructive avec le motoriste japonais, en dépit des prestations catastrophiques de ce dernier. Zak Brown a même déclaré qu'il serait ouvert à travailler de nouveau avec Honda à l'avenir.

"Au fil des difficultés traversées, et il y en a eu de nombreuses, notre relation est restée forte. Ils étaient frustrés autant que nous l'étions", se souvient Brown. "Il n'y a jamais eu d'accusation bête et méchante, je sais qu'il y a eu un article pris hors contexte qui le laissait penser mais Honda a directement reconnu ses torts, ce qui évite des tensions."

"Rien de tout ça n'est arrivé et nous voulions vraiment qu'ils restent dans le sport car la F1 voulait vraiment qu'ils restent, et nous avions quelques petites choses à faire pour les aider à cela. Nous l'avons fait, car c'était la bonne chose à faire."

McLaren a évidemment joué son image au travers de cette relation houleuse. Son image sportive d'abord, écornée par des résultats en berne, mais aussi son image politique qui découlait directement de sa gestion des difficultés rencontrées avec Honda.

"Nous savions que nous serions jugés sur notre gestion de la relation avec Honda", confirme Brown. "Je pense que nous l'avons bien gérée et que l'on s'en est tenus strictement aux résultats, sans y mêler des émotions. Je ne pense pas que nous ayons été irrespectueux."

"Je pense que nous avons simplement établi ce que tout le monde pouvait voir et ça a atteint un point de rupture de notre côté. Pour toutes ces raisons, nous voulons être capables de travailler avec eux à l'avenir si c'est une option viable, et nous travaillons encore beaucoup avec eux via McLaren Applied Technologies, dont ils sont clients."

Pour Brown, le meilleur exemple d'une relation malsaine est celle qui lie Red Bull à Renault. Les deux parties s'y retrouvent sportivement grâce à des résultats corrects, sans qu'aucun côté ne pénalise l'autre, mais leur relation n'a pas réussi à être au beau fixe durant une saison complète.

"Nous pourrions collaborer de nouveau avec Honda un jour et les gens veulent voir comment nous nous comportons, car tout le monde veut voir comment McLaren gère les problèmes, qu'il s'agisse de Renault ou d'un autre constructeur."

"Si l'on regarde les autres relations de Renault en Formule 1, je ne pense pas qu'elles soient saines. Ils gagnent des courses mais il y a des échanges tendus en public. De l'autre côté, nous ne terminons pas les courses mais nous sommes capables de serrer la main des dirigeants de Honda."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley se souvient des moments importants de sa carrière
Brendon Hartley a vu sa carrière s'accélérer cette saison, au moment même où il était sur le point de se retrouver sans volant. Son opportunisme, qui l'a poussé à appeler Helmut Marko à plusieurs reprises ces dernières années, a fini par payer lorsque Toro Rosso a recherché un pilote pour pallier à l'absence de ses deux titulaires.

"Il y a eu quelques années cruciales dans ma carrière depuis la signature du contrat Red Bull il y a près de dix ans" se remémore le Néo-Zélandais. "L'année 2006, avant cela, était ma première hors d'Europe. La signature du contrat avec Porsche, tout comme la perte du soutien de Red Bull, ont été des moments importants pour moi, et ce dernier événement arrivait après avoir été malheureux et avoir un peu craqué sous la pression."

"Mais j'ai beaucoup appris grâce à cela et je suis plus fort aujourd'hui. Je pense toutefois que la saison 2017 est la plus importante et celle qu'il sera difficile de battre puisque j'ai gagné au Mans, j'ai remporté le Championnat du monde et j'ai fait mes débuts en F1."

Des débuts en Formule 1 qui n'ont pas été simples, puisqu'il est arrivé pour le dernier quart de la saison et que Toro Rosso était aux prises avec de nombreux problèmes de fiabilité. Ces derniers ont parfois mené à des situations très frustrantes.

"Je pense que Mexico était le pire car j'étais passé en Q2. Je pense que j'avais personnellement le rythme pour me qualifier 11ème ou 12ème et les points étaient jouables. Le moteur a ensuite lâché en Q2, je n'ai pas pu faire un seul tour et j'ai dû m'élancer du fond de grille, c'était frustrant car c'était un moment important et j'aurais pu marquer mes premiers points en F1."

"Mais les gens avaient besoin de savoir le boulot que je pouvais faire et ce qu'il fallait pour réussir un week-end de F1 complet, sans réelle préparation, et ils l'ont su. Je n'étais pas trop inquiet car il y avait assez d'ingénieurs pour analyser la qualité de mon travail."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone savoure sa retraite
Bernie Ecclestone semble être très satisfait de sa vie actuelle, qui diffère beaucoup de ce qu'il a pu vivre par le passé, ayant été pendant des décennies le président de la FOM.

Beaucoup de figures de la F1 se demandaient comment Mister E. allait encaisser son départ d'une discipline à laquelle il a tant contribué, mais le Britannique assure que tout va bien dans le meilleur des mondes.

"Je n'ai jamais été aussi heureux", affirme-t-il.

"Ma vie n'a jamais été si tranquille en plus de 50 années de courses!"

Malgré tout, le naturel revient au galop, et l'ancien grand argentier de la F1 avoue tout de même vouloir "un peu plus de drames" dans sa vie. Il s'en explique: "avant, tous les pilotes prenaient d'assaut mon motorhome quand ils avaient un problème. Cela me manque."

Celui qui a été l'homme le plus puissant du paddock pendant des années révèle quel pilote a été selon lui le plus remarquable et ce n'est pas Ayrton Senna ou encore Michael Schumacher.

"Pour moi, Alain Prost était le meilleur pilote de tous les temps. Avec un peu plus de chance de son côté, il aurait eu 6 titres de Champion du monde."

Concernant sa vision du management de la catégorie reine, Ecclestone n'a pas changé d'avis: il est toujours contre la direction que Liberty Media a choisie en divisant les pouvoirs entre Chase Carey, à la tête de la F1, Sean Bratches pour l'aspect commercial et Ross Brawn pour la partie sportive et technique.

"Comme je l'ai dit récemment, la démocratie n'a pas sa place en F1. Liberty Media va en prendre conscience rapidement", dit-il, en référence claires aux discussions qui s'engagent pour 2021.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.