En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 24 Décembre 2017

Van der Garde - Une bonne chose que Kaltenborn soit partie!
Giedo Van der Garde n'a toujours pas digéré les manières d'opérer de Monisha Kalteborn.

Plusieurs décisions prises par l'ancienne directrice de l'écurie Sauber ont été fatales pour la carrière en F1 du Néerlandais, qui avait un contrat en tant que pilote titulaire avec l'équipe suisse pour la saison 2015.

Finalement, le pilote n'a jamais pu s'assoir dans le cockpit de la Sauber C34 et a dû renoncer à la catégorie reine.

Presque trois ans après la fameuse saga de Melbourne, même si son opinion n'a pas changé vis-à-vis de ce qu'il s'est passé, le pilote de 32 ans explique qu'il a mis un peu d'eau dans son vin.

"J'ai fait l'impasse sur 2014 après Caterham et reculer d'un pas pour aller dans une équipe bien meilleure en 2014 (chez Sauber, en tant que 3ème pilote d'abord), afin de pouvoir mieux montrer mon potentiel", relativise-t-il.

vBien sûr, ce qui est arrivé début 2015 n'est pas correct. Cela n'a pas été simple d'avoir à faire face à cela, mais tout le monde sait que nous étions dans notre droit dans cette affaire. Nous avions un contrat pour disputer des courses. Malheureusement, il y a eu des gens qui ont plus d'argent. Contre cela, nous n'avions plus aucune chance de disputer des Grands Prix."

"Lorsqu'on quitte la Formule 1 de cette manière, ce n'est pas facile. On doit regarder les courses depuis chez soi, on a d'un seul coup plus rien à faire. De plus, j'avais attendu cela depuis l'année précédente. Les premiers mois ont été plutôt difficiles, mais la vie continue. Dans la vie, il n'y a pas que la Formule 1, mais beaucoup d'autres choses, c'est ce que j'ai appris ces dernières années, et je suis à présent vraiment une personne bien plus heureuse."

Un des coups de théâtre de la saison 2017 a été l'éviction soudaine de Monisha Kaltenborn juste avant le Grand Prix de Bakou. C'est Frédéric Vasseur qui lui a succédé, le mois suivant, chose que Van der Garde apprécie.

"Ce qu'elle a fait avec moi n'est pas acceptable. Ce n'était pas bien de sa part. L'équipe a vu qu'elle pouvait être une personne dure, mais également une personne injuste. Ils ont vu, avec les nouveaux propriétaires (Longbow Finance), la vraie Monisha et ont alors dit que peut-être, c'est le moment d'agir et de faire autre chose. C'est la raison pour laquelle j'ai été content, lorsque j'ai vu la nouvelle."

"Sauber a une grande histoire, il y a là-bas de très gentilles personnes, j'avais de bons rapports avec les employés, avec les mécaniciens, avec les ingénieurs. C'est bien qu'elle soit partie, c'est une très bonne chose que Vasseur soit là. Je le connais très bien, j'espère qu'il arrivera à faire sortir l'équipe de son rôle d'écurie de fond de grille, et qu'ils parviennent tous à se développer dans la bonne direction. Ils le méritent."
source: Nextgen-Auto.com

Partager ses avis sur la Formule 1 est important pour Nico Rosberg
Nico Rosberg n'a pas coupé les ponts avec le paddock de la Formule 1 malgré une distance certaine mise par sa retraite en tant que pilote. L'Allemand continue d'assister à certaines courses et s'est même improvisé consultant pour la chaîne britannique 'Sky Sports', avec un certain succès.

"J'ai beaucoup aimé le faire et je suis frustré quand je regarde un Grand Prix tout seul car j'ai l'œil averti, donc je vois plus de choses que certaines personnes", juge le Champion du monde 2016.

L'Allemand n'a pas tardé avant de devenir un observateur très actif sur les réseaux sociaux, commentant durant les courses mais aussi depuis le paddock, dans lequel il fait souvent des vidéos en direct pour montrer ses activités.

"Sur Twitter, je suis vite devenu Nico 'C'est certain' Rosberg, car je dis toujours 'c'est certain' à chaque phrase et je m'en rends compte. C'était difficile de changer cela à la télé car il a fallu que j'évite de garder cette mauvaise habitude."

"J'aime partager avec les gens ce que je fais dans le paddock, pour leur montrer ce que j'y vis et pour interagir avec les caméras. Je m'amuse mais il n'y a pas d'objectif précis, ça me permet juste de partager tout cela avec ceux qui m'ont soutenu depuis le début."
source: Nextgen-Auto.com

Sirotkin, une image injustement ternie par son apport financier?
Williams semble contrainte de choisir des pilotes ayant un budget pour 2018, ce qui explique en partie pourquoi les noms de Robert Kubica et Sergey Sirotkin sont les finalistes dans cette compétition pour la dernière place libre sur la grille de l'année prochaine.

Toutefois, il paraît beaucoup trop réducteur, dans le cas des deux hommes, de s'arrêter à leur simple apport financier. Il est évident que si Williams avait le choix, elle paierait les 30 millions d'euro annuels que coûte un Fernando Alonso ou les 40 nécessaires à la venue de Lewis Hamilton.

Mais puisqu'il lui faut avoir les moyens de ses ambitions, Williams se doit d'établir un bon rapport entre l'aspect sportif et le côté financier, inévitable pour assurer la survie de la structure. Si Lance Stroll n'a pas été le pilote le plus performant pour Williams cette saison, son très fort apport financier et les 40 points qu'il a marqués ont été très valeureux pour l'équipe.

A l'inverse, Felipe Massa a marqué trois unités de plus et certainement contribué à développer plus rapidement et plus efficacement la FW40, mais le Brésilien a coûté le double de son salaire de 2016 à son équipe, soit 12 millions de dollars. Dès lors, il apparaît normal de se demander la pertinence d'un recrutement à prix fort quand un pilote talentueux possède une enveloppe non négligeable, ou qu'il permet des économies.

On pense évidemment au duo engagé par Force India, puisque Sergio Pérez apporte ses propres sponsors mexicains, tandis qu'Esteban Ocon est au centre de l'accord entre la structure indienne et son motoriste Mercedes, qui pilote la carrière du jeune Français. Force India reçoit donc de l'argent de Carlos Slim, mécène de Pérez, et bénéficie d'une belle réduction sur le prix du bloc propulseur grâce à Ocon.

Sergey Sirotkin n'a pas dominé la GP2 comme ont pu le faire des pilotes comme Charles Leclerc ou Stoffel Vandoorne ces dernières années, mais le Russe a tout de même terminé troisième de ses deux saisons dans la discipline.

De plus, son travail a été loué par Renault, qui a toujours vanté sa capacité d'adaptation et ses retours techniques. Renault n'ayant jamais caché les problèmes rencontrés par Jolyon Palmer notamment, il est peu probable que Cyril Abiteboul se serait forcé à faire des compliments au sujet de Sirotkin, ce qu'il a fait récemment.

L'équation est donc simple pour Williams car le pilote dont le contrat serait le plus lucratif pour l'équipe est aussi celui qui apparaît avoir remporté le duel lors des essais d'Abu Dhabi en fin de saison.

Sirotkin est le sujet de beaucoup de critiques ces derniers jours mais il n'y aurait rien de scandaleux à voir un pilote de 22 ans, deux fois sur le podium du GP2, accéder à la Formule 1 contre une certaine somme d'argent. S'il n'est pas un Champion du monde en puissance, rien ne dit que le pilote russe n'aurait pas sa place en F1.

Quant à Williams, elle aurait tort de se priver d'un pilote talentueux qui lui apporterait des garanties financières supplémentaires, à l'aube d'une saison qui s'annonce difficile pour elle, et y sacrifierait moins de son image que si elle engageait deux pilotes pour une même voiture, comme cela a été évoqué récemment.
source: Nextgen-Auto.com

Marko refuse d'admettre qu'il préfère Verstappen à Ricciardo
Dans la plupart des déclarations de Helmut Marko, le responsable de la filière des jeunes pilotes chez Red Bull, on a pu sentir que Max Verstappen était davantage complimenté que Daniel Ricciardo... Est-ce que Helmut Marko assume aujourd'hui ce choix en faveur du Néerlandais?

"Je ne l'ai pas favorisé! Mais en qualifications, il était la plupart du temps plus rapide. Avec sept abandons, sa saison ne fut pas une promenade de santé et parfois son moral était vraiment bas. Mais ce fut une saison d'apprentissage pour lui. Et il en est sorti meilleur qu'avant. Ses deux victoires en furent la preuve."

"Nous n'avons pas un numéro 1 dans l'équipe. Nos deux pilotes sont traités de la même manière et c'est à eux de définir qui sera devant. J'aimerai toujours le plus rapide!"

A l'inverse, Helmut Marko n'a pas vraiment apprécié la saison de Daniil Kvyat, renvoyé à ses études après une dernière sortie de piste à Singapour. Le Russe a-t-il craqué sous la pression?

"Oui, et malheureusement nous ne savons pas pourquoi... Peut-être qu'il n'est jamais arrivé à soigner ce défaut... Lors de sa première année en F1, il fut une révélation, il était souvent plus rapide que Daniel Ricciardo, et c'est pourquoi nous l'avons transféré chez Red Bull. Mais ensuite soudainement, il a régressé. Cela arrive parfois, malheureusement. Nous lui avons donné plusieurs chances, mais il n'a pas su utiliser son potentiel."

Brendon Hartley a été appelé à la dernière minute pour remplacer Daniil Kvyat et certains ont pu croire que le Néo-Zélandais était surtout un bouche-trou, faute de meilleur pilote disponible... Que répond Marko à cette accusation?

"Red Bull est différent, donc pourquoi ne pas avoir un rookie mature? Et nous n'avions aucun pilote junior prêt, donc nous avons commencé à regarder ailleurs. Le fait est que Brendon a l'air d'avoir vingt ans, peut-être que nous pourrions dire qu'il est un ado! Néanmoins oui, engager Brendon était inhabituel, mais nous sommes satisfaits de lui."
source: Nextgen-Auto.com

Les coups durs ont fait grandir Leclerc
Malgré son titre de Formule 2 remporté cette saison, Charles Leclerc a eu une année 2017 éprouvante, avec, notamment, le décès de son père avant la manche de Bakou.

Déjà en 2015, le jeune homme a eu à surmonter un grand choc lorsque Jules Bianchi a succombé à ses blessures après plusieurs mois de coma suite à son accident lors du Grand Prix de Suzuka 2014.

Le pilote français était non seulement un grand soutien pour Leclerc, mais également un ami très proche.

Malgré tout, le jeune Monégasque évoque les difficultés rencontrées avec beaucoup de maturité.

"Ca m'a fait beaucoup grandir", explique-t-il à 'Motorsport Magazin'.

"Ca a été une période très difficile. Déjà, perdre Jules a été vraiment très dur. Puis ce fut mon père. Ca a été aussi extrêmement dur."

Le jeune homme de 20 ans a su tirer le meilleur parti de ces situations tragiques, en ayant à présent une approche plus réaliste de la compétition.

"Tout ça m'a rendu plus fort, du moins, je le pense. Ce qui est très important pour mon mental et aussi pour mon naturel. Je regarde les sports mécaniques d'un autre œil. Je sais maintenant qu'il y a dans la vie des choses plus importantes que le sport auto. C'est une bonne chose. Bien sûr, je préfèrerais que mon père et Jules soient toujours près de moi. Mais, d'un autre côté, d'un point de vue professionnel, ça m'a fait grandir mentalement et ça m'a aidé à gagner le titre cette saison."

Place à la Formule 1 maintenant pour lui, Leclerc ayant eu la confiance de Ferrari pour lui permettre d'accéder à un baquet chez Alfa Romeo Sauber.
source: Nextgen-Auto.com

Villeneuve révèle ce qui l'a déçu cette saison
Jacques Villeneuve n'est pas du genre à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

L'ancien pilote de Formule 1 est même plutôt célèbre pour ses critiques caustiques. Pourtant, quant il s'agit de faire part de ses déceptions de la saison 2017, le Canadien s'avère être un détracteur qui arrive encore à surprendre.

2017 n'a décidément pas été l'année de Jolyon Palmer, qui a perdu son baquet chez Renault alors que le championnat n'était pas encore terminé. Le niveau des performances du Britannique n'était pas assez satisfaisant pour que le Losange le garde plus longtemps.

Cependant, Villeneuve ne définit pas le pilote comme la déception de l'année.

"Non, car nous savions déjà qu'il n'était pas bon", affirme-t-il face à 'Motorsport Magazin'.

"Pourquoi? C'est vrai que tu ne peux être déçu que lorsque tu attends quelque chose de génial et que cela n'arrive pas. Personne ne s'attendait à le voir aller vite face à Hülkenberg. Les pilotes qu'on s'attendait à voir lents ont été lents."

Le Champion du monde 1997 adopte la même philosophie quand il s'agit d'évoquer les résultats du moteur Honda, qui a été le cauchemar de McLaren tout au long de la saison.

"Cela aurait été étonnant s'ils avaient été bons. Ils se sont retrouvés au point où ils ont toujours été, donc selon moi, ce n'est pas une surprise."

L'ancien pilote fait toutefois preuve d'une certaine clémence quand le châssis de Red Bull est évoqué, surtout celui du début de saison.

"Oui, c'est peut-être ça la déception de l'année. Nous nous attendions tous à ce que Red Bull soit compétitive. C'était un peu décevant en début d'année, mais ils ont par la suite bien réagi."
source: Nextgen-Auto.com

Le gala de fin d'année de la FIA, un moment important pour un jeune pilote
Comme tout jeune pilote auréolé de son premier succès en karting, Lando Norris avait été invité au gala de la FIA, en partenariat avec la Commission Internationale de Karting, pour recevoir son trophée. Il y avait alors côtoyé des pilotes de F1 et notamment Lewis Hamilton.

"Quand vous êtes jeune, c'est génial de voir des pilotes de F1", se rappelle le Britannique. "On a l'impression de se rapprocher du sommet. Il est difficile de dire si je me sentais vraiment connecté à la F1 à ce moment car je venais du karting et le pilotage est très différent."

Un gala auquel il a de nouveau assisté quelques années plus tard, cette fois après son titre en Formule 4 britannique. Il se souvient avoir eu un meilleur ressenti, en se percevant comme mieux intégré dans ce monde.

"Je me sentais bien mieux quand j'ai roulé en F4 britannique et que j'ai assisté au gala de la FIA après l'avoir remportée. Cela m'a donné une confiance supplémentaire car j'ai vu que tout le monde n'était pas capable d'une telle performance. C'est un gain de confiance de voir des pilotes de F1 en étant soi-même pilote de monoplace."

Et cette année, Norris était de nouveau présent pour recevoir son trophée pour son titre en Formule 3.

"Je vais essayer de revenir pour la Formule 2... et, un jour j'espère, pour un titre en F1!"
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.