En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 22 Décembre 2017

Mercedes réfléchit à 2019, Ricciardo sur la liste des candidats
Mercedes possède avec Lewis Hamilton et Valtteri Bottas un duo de pilotes solide, pas forcément homogène mais très complémentaire. Si l'équipe arrive à faire prolonger à Hamilton son contrat, elle pourrait vouloir lui trouver un équipier à long terme, dont il faudra établir le profil.

"Si l'on m'avait posé cette question il y a un an, j'aurais dit que le duo parfait était composé de Lewis et Nico [Rosberg], deux pilotes rapides avec une rivalité ouverte et se poussant à être meilleurs, en faisant progresser la voiture" explique Toto Wolff.

"Nous avons réalisé que la dynamique positive entre Valtteri et Lewis, dans une saison aussi difficile que celle qui vient de s'achever, était un atout. J'aimerais donc que cette association continue et nous sommes impliqués avec eux pour 2018, mais 2019 sera une nouvelle année."

"Il y a des jeunes pilotes qui deviennent expérimentés et il y aura de très bons pilotes disponibles, comme Daniel" poursuit l'Autrichien, plaçant discrètement Ricciardo sur la liste des candidats.

"Nous voulons voir le déroulement du premier tiers de la saison, si notre voiture est assez forte et assez rapide, et c'est ce sur quoi nous nous concentrons actuellement. Ensuite seulement, nous analyserons la situation en espérant prendre les bonnes décisions."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton se méfiera de Bottas l'an prochain
Valtteri Bottas a rejoint Mercedes cette année et malgré une saison compliquée, n'a pas failli à aider Lewis Hamilton et son équipe. Le Finlandais a remporté trois succès et Hamilton juge très positivement la première saison de Bottas chez Mercedes.

"Valtteri a été un équipier incroyable cette année" lance le quadruple Champion du monde. "Ce n'est pas du tout facile d'arriver dans une équipe pour la première fois, surtout quand vous aviez comme plan d'être ailleurs. Il n'a eu qu'une petite période de temps pour s'habituer à l'équipe et tout apprendre."

"Cela prend du temps d'apprendre à manipuler la voiture afin d'en extraire de la performance, et il s'est vite mis dans le bain. Il a aussi découvert la pression de se battre pour un championnat, ce qui n'est pas la chose la plus facile."

Pour Hamilton, piloter une Mercedes n'était pas garantie de réussite pour son nouvel équipier: "Il y a des pilotes qui se mettent le rythme mais qui ne tiennent pas la longueur, et qui ne se relèvent pas de ce combat mental. Il est solide et il a réussi à revenir et à très bien finir la saison."

"Je pense qu'il sera plus fort la saison prochaine et je vais m'assurer d'être sur mes gardes face à lui."

Il n'est pas sûr qu'il en serait de même si les performances de Bottas étaient au niveau de celle de Hamilton, mais ce dernier assure que l'ambiance dans l'équipe est parfaite depuis un an.

"Il y a un respect incroyable entre nous et notre éthique de travail est similaire, je pense aussi que nos valeurs familiales sont les mêmes. Nous voulons gagner de la bonne manière en étant les plus rapides en piste et il n'y a rien derrière tout cela."

"Nous voulons être les plus rapides en piste, il n'essaie pas de le faire d'une autre manière que par son talent et il voit qu'il en est de même pour moi, ce qui permet que ce soit très simple de s'entendre."
source: Nextgen-Auto.com

Felipe Massa porte un regard fier sur sa carrière en F1
Felipe Massa a terminé sa carrière par deux courses réussies, dont l'une chez lui à Interlagos. Le Brésilien peut désormais regarder dans le rétro et y voir une carrière bien remplie, dont il affirme qu'elle le rend fier.

"Je suis heureux de ce que j'ai accompli en Formule 1" avoue-t-il. "J'ai piloté au meilleur niveau et pour des équipes historiques comme Ferrari et Williams. J'ai remporté 11 Grands Prix dont deux à Interlagos, chez moi, ce qui n'a pas de prix pour un Brésilien. J'ai aussi été proche de remporter un titre mondial."

L'adversité rencontrée en Formule 1 l'a changé, tant il a vécu des hauts et des bas en F1. Son accident est l'un des pires moments de sa carrière mais il reconnaît beaucoup de positif: "Il y a eu des moments difficiles, sportivement et en dehors, qui m'ont permis de grandir et de devenir plus fort en tant que pilote et en tant qu'homme."

"Ce que j'ai le plus aimé cette année, de ma première retraite à la vraie, est ce sentiment d'affection et de respect de la part de beaucoup de personnes en Formule 1, pas seulement celles que je connais bien ou avec qui j'ai travaillé, mais de beaucoup d'autres."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo pense qu'il aurait dû accepter les faiblesses de sa monoplace
Daniel Ricciardo n'a pas vécu une saison de tout repos en 2017. En dépit de performances personnelles toujours positives, il a subi à de nombreuses reprises la domination de Max Verstappen en qualifications ainsi que plusieurs problèmes mécaniques. Une adversité qui fait progresser, selon lui.

"J'ai appris des choses à mon sujet" explique Ricciardo. "C'est le cas chaque année, mais je pense que cette année était plus éprouvante que les précédentes. Je pense que les voitures, surtout la notre, étaient difficiles à piloter."

"Je pense qu'en début de saison, j'aurais dû accepter de gérer cela, alors que nous avons tenté de la changer pour qu'elle soit parfaite. Dès que nous avons accepté et reconnu qu'elle n'était pas parfaite, nous avons pu avancer."

Ricciardo reconnaît que c'est un travail qu'il aurait dû faire sur lui-même, afin d'accepter de piloter une voiture qui comportait de nombreux défauts: "Peut-être ai-je été trop sensible."

"C'était l'une de mes forces dans le passé, je ressens beaucoup de choses avec la voiture et j'arrive à me servir de ce ressenti pour dicter les réglages, mais ça s'est un peu retourné contre moi cette année."

"J'imagine que parfois, j'étais un peu frustré. Les qualifications sont normalement l'une de mes forces mais elles ne se sont pas bien passées. J'ai eu plusieurs accidents et j'ai laissé la frustration s'emparer de moi. Ce sont des choses normales et elles ne m'empêcheront pas d'avancer, j'en ai réglé une partie et je ferai en sorte de tout avoir réglé en 2018."

Ricciardo espère maintenant se servir de ces difficultés pour progresser en 2018 et reprendre la main sur Max Verstappen, qui s'est montré à plusieurs reprises nettement supérieur à l'Australien en qualifications.

"Je pense que mes courses étaient le point fort de ma saison. Mon désir de réussite, peu importe comment s'étaient passées les qualifications. Je me suis toujours présenté sur la grille avec l'esprit libre, en mettant les qualifications derrière moi et en tentant de transformer un week-end moyen en bon week-end. Certains ont été vraiment fantastiques."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton et Mercedes négocient toujours pour 2019
Les négociations vont toujours bon train pour une prolongation du contrat qui lie Lewis Hamilton à Mercedes, dont le terme est prévu à la fin de la saison 2018. La fin de saison n'empêche pas les deux parties de discuter et d'essayer de trouver un terrain d'entente.

"Il a évidemment cela en lui, il veut être le meilleur et faire mieux dans tous les domaines, mais il a également un esprit libre, il veut garder plusieurs options ouvertes, qu'il reste pilote de course en 2019 ou qu'il devienne entrepreneur dans la mode" lance Wolff.

"Nous sommes en négociations pour un contrat à long terme et j'espère que Lewis pourra rester avec nous pour plusieurs années supplémentaires. C'est le souhait de tout le monde. Il veut être avec nous et nous voulons le garder, mais je pense qu'il doit trouver une paix de l'esprit dans sa décision."

Wolff assure que son pilote n'en a pas fini avec la F1, pour laquelle il a toujours une grande passion: "Pour l'instant, il aime la Formule 1 et ne veut rien faire d'autre. Les autres choses ne sont que des passions mais peut-être que dans trois ou quatre ans, cela changera."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen ne disputera pas de course d'endurance en 2018
La rumeur selon laquelle Kevin Magnussen allait disputer les 24 heures de Daytona et ainsi suivre les chemins tracés par Fernando Alonso et Lance Stroll s'est avérée fausse, selon le pilote lui-même.

Magnussen a confirmé qu'il ne disputera pas de manche d'endurance, qu'il s'agisse des 24 heures de Daytona ou du double tour d'horloge du Mans.

"Il y a eu des discussions avec une équipe, mais pour diverses raisons, il n'y a pas eu d'accord. Il faudra que ce soit une autre fois. Il n'y a également aucune chance que je participe au Mans la saison prochaine" confirme le pilote.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est prêt à battre Hamilton selon Van der Garde
Les progrès de Max Verstappen ont été impressionnants en 2017, que ce soit en qualifications ou en maturité. Ils ne sont pas passés inaperçus et c'est l'un de ses compatriotes qui le note à son tour, Giedo Van der Garde.

"Je pense que Max a grandi en tant que personnalité, car il a eu à affronter les déceptions en piste" explique l'ancien pilote de F1. "Je pense qu'il a considérablement évolué en tant que pilote, il a fait un pas important en qualifications"."

Pour Van der Garde, Verstappen a trouvé ce qu'il lui manquait pour aller chercher la couronne des mains de Lewis Hamilton: "Hamilton est évidemment un très bon pilote, comme on l'a encore vu cette année, mais je pense que Max peut supporter cela."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff estime que Vettel a perdu le contrôle de ses émotions
Toto Wolff estime que le plus gros problème pour Sebastian Vettel dans sa tentative de battre Lewis Hamilton pour le titre a été la gestion de ses émotions.

Le patron de Mercedes assure que le pilote Ferrari n'est pas aussi calme qu'il semble être, étant "très émotif sous cette apparence. Cela lui a permis de remporter des titres dans le passé mais cette année, ça lui a causé du tort."

"Lewis, en revanche, a grandi en tant que personne et en tant que pilote et ça l'a rendu très fort."

Wolff fait évidemment référence aux deux plus grosses erreurs de Vettel cette saison, d'abord à Bakou, où il a volontairement percuté Hamilton, puis à Singapour où il a provoqué un accrochage en voulant défendre sa première place.

"Nous avons immédiatement regardé les données [à Bakou] pour voir s'il y avait eu un essai de freinage de Lewis et nous n'avons rien vu de tel. Les émotions et la colère de Sebastian se sont envolées à ce moment. Il serait le premier à admettre que s'il pouvait remonter dans le temps, il ne le ferait pas."

"Je ne sais pas si c'était la pression, mais à Singapour, il savait que pour gagner, il devait mener dès le départ. Il a essayé de garder la main et avec le manque de visibilité de ces voitures, il a déclenché une réaction en chaîne."

Niki Lauda a également remarqué l'emportement émotionnel de Vettel et le fait savoir dans son style habituel: "Pourquoi Vettel est toujours en train de geindre et de se plaindre? Est-ce qu'il devient de plus en plus méchant au fil du temps? Pourquoi est-il si émotif? Il n'était pas comme ça avant. Les émotions l'ont distrait d'un pilotage rapide et d'une concentration sur les vrais batailles."

Le principal intéressé est le premier à admettre qu'il est allé trop loin à Bakou, et en a plaisanté avec Hamilton lors de la conférence de presse d'Abu Dhabi. Il est plus mesuré sur son erreur de Singapour.

"C'est à Bakou où j'ai vraiment foiré, ce n'était pas nécessaire. Nous y avons perdu des points. Est-ce que ça a fait la différence? Je ne pense pas que ça soit le problème, en regardant en arrière je me dis simplement que j'ai laissé tomber l'équipe, mais à part cela, notre saison a été bonne."

"Tout ne s'est pas toujours bien passé. Des choses comme Singapour nous ont coûté énormément mais cela arrive. Si vous arrêtez de piloter à la limite, il vaut mieux partir. L'intention n'était pas de ne pas finir la course, mais ça arrive parfois. Pour les autres courses, nous avons fait plus ou moins ce dont la voiture était capable."
source: Nextgen-Auto.com

Du 'désastre' à l'optimisme, Ericsson a tout connu en 2017
Sauber fut l'écurie la moins compétitive cette saison. La situation financière de l'équipe, en 2016, a lourdement hypothéqué les résultats de cette saison. Le châssis n'a pu être développé autant que prévu; et surtout, le moteur utilisé fut un vieux V6 Ferrari datant de l'an dernier, sans évolution possible.

Marcus Ericsson avait pressenti dès le début de l'année que 2017 ne s'annonçait pas sous les meilleurs auspices.

"Quand j'ai appris que Sauber utiliserait le vieux V6 en 2017... alors, nous avons su que la saison ne serait pas bonne. Tout le monde a pu voir ce que Toro Rosso avait expérimenté en 2016 avec un V6 Ferrari de 2015."

"Vous avez beau regarder la situation d'un point de vue plus positif et dire que l'équipe pourra ainsi mieux se concentrer sur le châssis - ce que nous avons fait effectivement... Mais bien sûr, avoir un vieux moteur, c'est un gros handicap."

Seul pilote ayant disputé une saison complète à ne pas avoir marqué de points, Marcus Ericsson, distancé aux points et en vitesse pure par son coéquipier Pascal Wehrlein, peut néanmoins trouver quelques motifs de satisfaction dans ce marasme. En un mot, l'équipe, dans l'adversité, a fait preuve de résilience.

"J'ai été assez impressionné par l'équipe, par les gars à l'usine: ils ont pu continuer à pousser, sans abandonner. Après la pause estivale, vraiment, la saison semblait un désastre, nous étions très loin des autres écuries, à près d'une seconde par tour... la situation semblait vraiment, vraiment mauvaise. Il aurait été facile d'abandonner totalement et de penser seulement à l'an prochain. Mais l'équipe a continué à pousser. A l'usine, le travail de développement s'est poursuivi et de nouvelles pièces ont été apportées à la voiture."

Ce travail a permis à Sauber de relever un peu la barre en fin de saison - ce qui est très encourageant pour l'an prochain.

"Lors des trois ou quatre derniers week-ends, nous étions en fait de nouveau dans le peloton, et nous avons battu en qualifications comme en course d'autres voitures, à la loyale. C'est un grand accomplissement pour l'équipe et cela montre qu'elle a de nombreuses qualités, à la fois sur la piste mais aussi à l'usine."

Marcus Ericsson a bien sûr un dernier point de satisfaction: il a réussi à sauver sa peau pour la saison prochaine. Il fera équipe avec Charles Leclerc au sein de la nouvelle structure Alfa Romeo-Sauber.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.