En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 20 Décembre 2017

Williams s'apprête à ternir définitivement son image de marque
Williams est donc la seule équipe à ne pas avoir annoncé ses deux pilotes pour 2018 et semble traîner à prendre cette décision car elle n'arrive pas à décider qui de Robert Kubica ou Sergey Sirotkin sera l'équipier de Lance Stroll l'année prochaine.

Le premier présente des séquelles de son énorme accident de rallye subi en février 2011 tandis que le deuxième n'offre pas de garantie de résultats en conditions de course, malgré des essais dont on dit qu'ils ont été convaincants à Abu Dhabi.

Dès lors, Williams a des difficultés à jauger la performance de ses deux candidats et intègre à sa réflexion l'aspect financier, indispensable pour une équipe qui a eu des difficultés à développer sa monoplace en 2017 à cause d'un manque de fonds.

Pour Sirotkin, le budget de 10 millions de dollars offert à Williams s'est transformé en une enveloppe de 15 millions grâce au soutien de Boris Rotenberg, fondateur et patron de la banque SMP et magnat russe du gaz. Cet argent comblerait le trou creusé par la location du moteur Mercedes pour l'année et il se murmure que Rotenberg ferait monter les enchères à 22 millions si besoin.

De l'autre côté, Robert Kubica proposait entre 10 et 11 millions de dollars pour la saison complète. Voyant qu'il était loin du budget de Sirotkin, les managers de Kubica ont décidé de proposer à Williams une enveloppe de 7 millions de dollars et un contrat pour 7 courses!

De ce fait, Williams toucherait de l'argent à hauteur d'un million de dollar par course jusqu'à Montréal et déciderait ensuite de conserver Kubica ou non, sur des critères que ses managers espèrent sportifs.

Cela pourrait poser un premier problème, puisqu'il faudrait définir conjointement entre Kubica et l'équipe les critères de poursuite de leur collaboration après cette période d'essai géante.

S'il venait à décevoir, Williams serait alors autorisée à jeter son dévolu sur Sirotkin pour les deux tiers de saison restants, puisque la saison comportera 21 courses. On peut alors penser que le Russe et ses soutiens offriraient deux tiers du budget initial, soit 10 millions de dollars au moins.

Un tel assemblage financier permettrait à Williams de toucher un minimum de 17 millions de dollars grâce à son deuxième baquet, ce qui serait la meilleure solution d'un point de vue financier. Néanmoins, il est permis de se demander ce qu'il resterait de l'image de l'équipe si elle venait à faire ce choix consciemment, puisqu'elle y réfléchit actuellement.

En effet, malgré son glorieux passé, Williams deviendrait alors une équipe qui aligne trois pilotes payants en une saison et rejoindrait une liste qui comporte, dans l'histoire la plus récente, HRT, Manor ou Caterham.

Les équipes citées ci-dessus réussissaient à aligner des pilotes tels que Kamui Kobayashi, Vitantonio Liuzzi, Pedro De la Rosa ou Jules Bianchi, ce qui n'a rien à envier aux pilotes que prévoit d'aligner Williams l'an prochain.

Les trois hommes ne sont pas mauvais, loin de là, mais il est logique de se poser la question des ambitions sportives quand elle souhaite engager deux pilotes dont on ne connaît pas les capacités actuelles en course, aux côtés d'un pilote qui a eu des difficultés à progresser en termes de rythme tout au long de la saison 2017.

Si Williams vient à faire ce choix pour la saison 2018, il ne faudra pas que ses dirigeants s'étonnent de l'image qui lui collera ensuite à la peau. Car malgré l'utilisation du meilleur moteur du plateau et le recrutement de l'ancien directeur technique de Mercedes, Paddy Lowe, il lui faudra aussi des pilotes au niveau pour lutter contre les duos alignés par Force India, McLaren ou Renault.

Enfin, il est impossible pour l'équipe de ne pas s'alarmer des liens étroits entre les soutiens de Sirotkin et Vladimir Poutine, ce qui ferait de l'un de ses principaux mécènes un allié pas franchement recommandable. Un autre cas de figure qui ferait un peu plus vaciller l'image de Williams.
source: Nextgen-Auto.com

Horner assure que Red Bull veut voir Ferrari rester en F1
Le possible départ de Ferrari inquiète un peu les dirigeants de la Formule 1 mais pose également problème aux rivaux de la Scuderia. En effet, Christian Horner estime qu'un départ du constructeur italien serait grandement dommageable, puisque Red Bull perdrait l'un de ses concurrents les plus valeureux.

"Nous voulons courir contre Ferrari" lance Horner. "C'est l'une des marques les plus prestigieuses en F1. Est-ce que la F1 survivrait sans Ferrari? Bien sûr qu'elle y parviendrait. Mais nous préférons très nettement disputer une Formule 1 avec Ferrari que sans elle. La question est aussi de savoir si le fait de quitter la F1 serait dommageable pour Ferrari."

Pour le directeur de Red Bull, il est important que Liberty Media juge exactement la valeur de Ferrari pour la F1 et décide ensuite de l'attitude à adopter envers son patron, Sergio Marchionne. Les revenus sont toujours un sujet sensible, tout comme la prime donnée à Ferrari, qui semble trop injuste.

"C'est une question pour les propriétaires des droits commerciaux de la F1, à savoir s'ils veulent donner à Ferrari un tel avantage. Veulent-ils mettre tout le monde au même niveau, ou veulent-ils un plateau biaisé qui ne soit pas une compétition juste?"
source: Nextgen-Auto.com

Le dernier titre de Hamilton est le meilleur selon Newey
Adrian Newey n'a pu que constater la supériorité de la Mercedes face à la machine qu'il a conçue, la Red Bull RB13, cette saison. L'ingénieur a observé Lewis Hamilton aller chercher son quatrième titre et estime sans hésiter que c'est le plus beau des sacres de son compatriote.

"Je pense que ses premiers titres étaient faits de hauts et de bas" juge Newey. "Mais le championnat qu'il vient de remporter est sans aucun doute, selon moi, son meilleur."

"Il a réussi une campagne très solide, sans aucune course ratée. Il a su quand batailler pour gagner et quand perdre des positions plutôt que de risquer la sortie de piste ou l'abandon."

Difficile de donner tort à Newey, dont il est probable qu'il aurait préféré voir Daniel Ricciardo ou Max Verstappen remporter la couronne mondiale.
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Liberty Media doit revoir ses priorités
La présence des grid girls en Formule 1 continue de faire parler et n'a pas échappé à la journée de fin d'année de Ferrari. Maurizio Arrivabene a abordé le problème tout en essayant de relativiser par rapport à ce sujet qui s'avère extra-sportif.

"Le sujet est intéressant" s'amuse ironiquement le directeur de la Scuderia. "Cette année, il y avait aussi des gars sur la grille de départ à Monaco. Nous devons rappeler à Ross Brawn que c'est une habitude qui a toujours été dans la Formule 1, mais surtout qu'il y a des sujets plus complexes et plus importants à traiter."

Des choses paraissent plus importantes telles que le spectacle, encore critiqué malgré l'arrivée de nouvelles voitures. Bien que les monoplaces elles-mêmes soient plus spectaculaires, le manque de dépassement continue de poser problème.

"Sur ce sujet, nous devrions nous poser quelques questions sur la conception des circuits. Prenons l'exemple d'Abu Dhabi et demandons aux pilotes, ils vous diront tous que Yas Marina est parmi les circuits les plus ennuyeux qui existent."

"Dès les essais du vendredi, nous savons que ce sont des circuits qui offrent moins de spectacle, quel que soit le type de machines qui sont amenées sur la piste. Au final, les circuits qui ont donné le plus de spectacle cette année étaient les circuits historiques."

Pour lui, l'amélioration du spectacle passerait par la modification de certains circuits mais aussi du fonctionnement de certaines choses qui y sont liées: "Par exemple, vous pouvez changer l'utilisation du DRS."

"S'il n'y avait pas à attendre un tour ou qu'il n'était pas limité à quelques zones, le talent et le courage du pilote pourraient faire la différence et le spectacle serait meilleur. Donc avant de penser aux grid girls, il y a d'autres choses à réfléchir."

"La semaine dernière, une présentation des futurs programmes de Liberty Media a été faite à toutes les équipes ainsi qu'aux responsables commerciaux et aux responsables marketing. Ils ont résumé leur vision de la saison passée et il faudra voir comment ça se déroule car jusqu'ici, c'était la lune de miel."

Liberty Media n'a pas caché son idée de s'adapter au modèle des ligues sportives américaines, qui fonctionnent par franchises. Pour Arrivabene, c'est une chose impossible à faire car le rapport entre la fédération et les équipes n'est pas le même que celui entre les équipes de basket ou de foot américain et leur ligue respective.

"Liberty Media parle d'adopter un modèle qui est utilisé en NBA et en NFL mais n'oublions pas que les ligues sont la propriété des équipes. Il s'agit aussi de revoir le statut des petites équipes. On parle des coûts pour la fourniture des moteurs, mais personne ne parle des coûts auxquels Ferrari, Mercedes, Honda et Renault font face dans la recherche et le développement des moteurs."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Lewis ne partira pas du jour au lendemain
Mercedes négocie toujours avec Lewis Hamilton pour prolonger le contrat du Britannique, puisque ce dernier s'arrête fin 2018. Toto Wolff joue un rôle actif dans la prolongation du Britannique dans l'équipe et veut rassurer ses troupes sur le fait qu'il ne décidera pas de partir au dernier moment, comme l'a fait Rosberg en 2016.

"Je pense que Lewis a l'esprit libre" explique Wolff. "Il ne veut pas être mis dans une boîte où il lui est dit comment il doit se comporter et ce qu'il doit faire pour être un pilote. L'une des clés pour lui est sa liberté et sa capacité à prendre ses décisions. Garder plusieurs options ouvertes lui permet d'avoir moins de pression."

"Il pourrait faire quelque chose de totalement différent dans un an ou deux, ou même trois, j'en suis conscient, mais je pense qu'il protégera l'équipe et ne se dira pas qu'il veut en partir du jour au lendemain. Mais c'est l'une de ses forces actuellement."

Wolff confirme également l'avancée des discussions pour la prolongation de contrat du pilote et compare l'officialisation de la décision avec l'élection d'un nouveau pape: "Les discussions ont débuté et sont en bonne voie. Nous verrons quand la fumée blanche sort de la cheminée."

Hamilton a vu sa position fragilisée par les querelles incessantes avec Nico Rosberg en 2016, qui avait finalement réussi à remporter le titre mondial. Le Britannique a toutefois bien rebondi après le départ de l'Allemand et en remportant son quatrième titre mondial au sein d'une équipe Mercedes qu'il côtoie depuis plusieurs années.

"Nous travaillons maintenant ensemble depuis cinq ans et nous sommes des frères d'armes. Nous partageons les mêmes objectifs, nous voulons gagner autant de courses que possible et autant de championnats que nous pouvons et cela nous lie ensemble."

"Il y a eu quelques frustrations l'an dernier à cause de la rivalité entre Nico et Lewis ainsi que du fait des problèmes de fiabilité sur la voiture, et nous avons parlé librement. Nous avons reconnu nos frustrations mutuelles et c'est un pas en avant important dans toute relation, avec de comprendre d'où vient l'autre."
source: Nextgen-Auto.com

Pour Max Chilton, la F1 n'est pas vraiment un sport
Max Chilton a signé pour une nouvelle saison en IndyCar, avec l'équipe anglaise Carlin, mais continue de regarder la Formule 1. Celui qui y a disputé deux saisons regrette qu'il n'y ait pas plus d'équité dans la discipline et pointe, selon lui, le pire problème actuel.

"Actuellement, il y a un écart de quatre secondes entre la meilleure voiture et la dernière, ce n'est pas vraiment du sport. Un sport proposerait un plateau au niveau homogène" lance le Britannique.

"Le sport mécanique est difficilement comme cela, c'est souvent impossible, mais l'IndyCar proposera quelque chose de très proche l'an prochain. Tout le monde aura le même kit aérodynamique et il y aura peu de différences entre les moteurs, donc la compétition devrait être plus serrée."

Chilton plaint aussi les pilotes de F1 qui doivent voyager autour du globe, tandis que l'IndyCar ne quitte pas le continent américain. Selon lui, cela offre une meilleure qualité de vie aux pilotes et employés des équipes entre deux courses.

"En Amérique, nous courrons parfois dans des endroits un peu tristes et tout le monde a son motorhome. Il y a une belle camaraderie entre les pilotes et nous nous entendons tous bien."

"Nous avons plus de temps pour nous connaître et il y a plus d'amitié. Le problème de la F1, c'est qu'elle est tellement intense et qu'elle implique tellement de voyage, qu'elle laisse peu de temps pour profiter de ce qu'elle offre."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff demande à Liberty de ne plus provoquer Ferrari
Les tensions ne cessent de croître entre Liberty Media et les équipes de pointe, pourtant pas les plus mal loties, ces derniers jours. Sergio Marchionne a comparé Ross Brawn à Moïse lisant les 10 commandements et maintenant, c'est Toto Wolff qui vient soutenir la Scuderia en demandant à Liberty d'arrêter ses provocations.

"Nous avons actuellement un moteur qui est le plus puissant et le plus efficient de l'Histoire" explique le patron de Mercedes. "Avec ces nouvelles règles, on pourrait encore faire mieux. Mais développer un nouveau moteur qui ne corresponde pas aux aspects de haute technologie d'électrification, d'efficience et de puissance n'est pas ce que nous voulons."

"Je suis détendu car Ferrari est la Formule 1 et inversement. Mais si j'étais Liberty Media, j'arrêterais de provoquer Marchionne avec des suggestions inacceptables ou des demandes de changements qui n'ont aucun sens."

Wolff explique un peu plus son propos et tout comme Ferrari, refuse de niveler la F1 par le bas: "Je parle d'amener de nouvelles règles ou des éléments de spectacle qui font de la F1 un divertissement de bas étage."

"La F1 doit rester dans sa structure basique, telle qu'elle était et qu'elle est encore. Il faut les améliorer et faire face à ce nouvel environnement médiatique. Il faut une évolution et non une révolution naïve."

L'Autrichien ajoute également qu'il aurait aimé voir Bernie Ecclestone impliqué dans la définition de l'avenir de la discipline, quitte à ce que ce dernier décide par lui-même de ne plus gérer la discipline avec sa volonté d'imposer sa loi en F1.

"J'aurais aimé qu'il comprenne cela il y a trois ou quatre ans, afin de prendre un autre poste sans tout perdre. Un poste qui aurait permis de bâtir une nouvelle ère en F1. Il ne l'a pas fait, et avec son expérience en tant que compétiteur et homme d'affaires, c'est le seul reproche que j'ai à lui faire."
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne - Brawn est comme Moïse qui lit les 10 commandements
La tension grandit entre Sergio Marchionne et Ross Brawn. Le patron de Ferrari avait déjà montré un certain agacement envers Liberty ces derniers temps et a précisé ses pensées en jugeant surtout les actions du directeur technique de Liberty Media.

"J'ai une bonne relation avec Chase Carey" explique Marchionne. "Nous nous sommes vus il y a 10 jours et nous avons eu une discussion ouverte. Ce qui ne m'intéresse pas, c'est quand Ross Brawn vient et nous explique que les grid girls doivent disparaître, et comment le châssis et le moteur devraient être."

"Il se comporte comme Moïse qui lit les 10 commandements. Et quand j'appelle le patron de Moïse, il me dit que ce n'était qu'un avis personnel."

Un parallèle qui veut surtout montrer l'aspect inapproprié de certains interventions de Brawn: "Je ne veux pas participer à cela. Je veux m'asseoir et parler aux parties impliquées. Il n'est pas utile d'impliquer les médias."
source: Nextgen-Auto.com

Kubica serait soutenu par les anciens propriétaires de la F1
La situation chez Williams ne cesse de devenir de plus en plus floue. Il apparaît quasiment certain que l'heureux élu pour le deuxième volant dans l'équipe anglaise sera Robert Kubica ou Sergey Sirotkin.

Une rumeur voudrait que les deux puissent piloter pour Williams en 2018, le premier cité possédant un contrat pour sept courses avant de laisser son volant au second si les performances n'étaient pas au rendez-vous.

Kubica a longtemps été cité comme le principal candidat et le chiffre de 10 ou 11 millions de dollars offerts à Williams a été avancé. Une rumeur étrange puisque son sponsor Lotos n'avait jamais fourni un telle somme par le passé. Toutefois, l'accord possible avec Williams ne serait pas directement lié à un partenaire polonais.

L'ancien propriétaire de la Formule 1, CVC Capital Partners, a vendu la discipline mais garde en haute estime le pouvoir commercial de celle-ci. Et le fonds d'investissements possède justement deux attaches en Pologne. La première est une chaîne d'épiceries nommée Zakba, et l'autre est une entreprise active dans l'énergie, PKP Energetyka.

PKP Energetyka distribue de l'électricité au réseau ferroviaire polonais et à d'autres professionnels et travaille également dans la revente d'électricité et de gaz. Autant dire qu'elle aurait largement de quoi rivaliser avec SGM, la multinationale spécialisée dans l'énergie des frères Rotenberg.

Cette dernière pourrait devenir l'un des principaux soutiens de Sergey Sirotkin puisque son co-fondateur Boris Rotenberg souhaite investir dans la carrière du pilote au travers de la banque SMP, une autre de ses propriétés. Sirotkin pourrait être choisi par l'équipe anglaise grâce à un soutien de 22 millions de dollars de Rotenberg, qui a également des liens avec Vladimir Poutine.

C'est toutefois là que le bât blesse, puisque Williams pourrait réfléchir à plusieurs reprises au moment de s'associer avec un proche de Poutine. En effet, SMP Bank fait partie des entreprises sanctionnées en 2014 suite à la crise ukrainienne.

Si SMP Bank est sur la liste noire aux Etats-Unis et au Canada, ses cofondateurs sont personæ non gratæ à plusieurs endroits du monde financier et politique, ce qui n'aiderait en rien à l'image de Williams.

C'est certainement là que les hésitations de Williams se posent. Si Alessandro Alunni Bravi et Nico Rosberg, les managers de Kubica, arrivent à convaincre Zabka et PKP Energetyka de s'aligner sur l'offre de Sirotkin, c'est bien le Polonais qui pourrait emporter l'affaire. Et ce, malgré des essais de Yas Marina moins convaincants que ceux de Sirotkin.
source: Nextgen-Auto.com

Le circuit d'Assen va obtenir son homologation pour la F1
Avec la ferveur populaire provoquée par Max Verstappen, les Pays-Bas veulent surfer sur la vague pour obtenir l'organisation d'un Grand Prix. Le circuit de Zandvoort, terrain historique pour la Formule 1, était sur les rangs, mais les promoteurs du circuit d'Assen se sont agités en coulisses.

Le circuit TT Circuit Assen a initialement été conçu pour accueillir la moto et il est au calendrier du Championnat du monde depuis la première saison, en 1949. Assen est à la moto ce que Silverstone est à la Formule 1.

D'une longueur de 4,55 km, le circuit néerlandais a demandé son homologation au grade 1 de la FIA, lui permettant d'accueillir toutes les disciplines de la FIA, y compris la Formule 1.

Arjan Bos, le patron du circuit, assure que la FIA a produit "un rapport positif" sur Assen.

"Nous sommes presque prêts à 100% pour la F1. Bien entendu, je souhaite tous le succès à nos amis de Zandvoort et j'admire comment Bernhard van Oranje, son propriétaire, souhaite lui aussi tout faire pour avoir la F1. Mais la réalité c'est qu'Assen est bien plus avancé dans ces plans que Zandvoort."

D'après la presse hollandaise, il apparaît que le circuit va bien obtenir son grade 1 et devrait le confirmer bientôt. Dès lors, il n'y aura plus franchement d'obstacle à l'arrivée des Pays-Bas au calendrier de la Formule 1, si ce n'est le manque de place dans une saison qui comptera déjà 21 courses.

Néanmoins, avec les difficultés de l'Allemagne à organiser une course chaque année, puisque le Nürburgring n'a plus les fonds nécessaires, une alternance pourrait être trouvée, de manière à éviter d'en installer une avec Spa-Francorchamps.

Les projets du circuit d'Assen seront certainement plus précis dès lors que l'annonce de l'homologation sera officielle.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.