En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 16 Décembre 2017

Kubica n'aurait pas été assez rapide pour convaincre Williams
Williams l'a donc annoncé il y a quelques heures: nous passerons, normalement, les fêtes de fin d'année 2017 sans connaitre l'intégralité du plateau pour la saison de Formule 1 de 2018.

L'équipe de Grove souhaitait faire savoir son choix avant Noël mais la décision a été reportée.

Qu'est-il arrivé? Beaucoup estiment que c'est principalement une histoire d'argent et de pression mise par la Russie. La Fédération Russe du sport auto, la banque russe SMP et le président Valdimir Poutine souhaitent que Sergey Sirotkin obtienne le volant. Ou, à défaut, Daniil Kvyat.

Pour cela, 15 millions d'euros ont été mis sur la table, contre 8 à 9 pour Robert Kubica, qui faisait office de favori.

Mais, selon des fuites (organisées?) chez Williams, la performance compte également dans la décision qui pencherait, actuellement, en faveur de Sirotkin.

Le Russe a été plus rapide que le Polonais lors des essais d'Abu Dhabi, avec des pneus plus durs en plus. Mais les conditions de piste étaient différentes, d'un jour à l'autre. Alors, après avoir corrélé toutes les données, il semble que l'écart soit encore plus en faveur de Sirotkin.

Ensuite, en comparant les données de Kubica et Stroll, il a été révélé que le Polonais n'a été plus rapide que le Québécois de façon assez marginale. Stroll avait été nettement devancé, sur l'ensemble de la saison, par Felipe Massa.

Kubica aurait lui-même exprimé en privé ses doutes quant au fait qu'il ait été assez rapide lors de ce test pour convaincre définitivement Williams de le signer. Même s'il a peu d'expérience de ces F1 de 2017, personne ne peut garantir qu'il serait en mesure de progresser autant que nécessaire en 2018 pour être au niveau attendu.

Toutes ces analyses ont suffi à semer le doute chez Williams et à considérer avec plus de bienveillance les offres faites pour garder un pilote russe en Formule 1.

Pourquoi attendre pour une annonce alors si Sergey Sirotkin a été plus rapide et, en plus, bien soutenu? C'est une question de communication dorénavant.

Williams sait qu'elle a un problème à gérer si elle finit, probablement, par annoncer un duo Sirotkin - Stroll. Stroll a eu beaucoup de mal à se défaire de son image de "fils de riche", même s'il a impressionné dans les catégories junior et bien progressé à partir du deuxième tiers de la saison 2017.

Quant à Sirotkin, il serait le pilote russe, fortement soutenu, qui a empêché un retour tant attendu par de nombreux fans, de Robert Kubica, l'un des meilleurs espoirs de la F1 avant son accident de 2011.

A Williams de prouver que le duo qui sera annoncé en janvier sera le meilleur et d'expliquer pourquoi elle a fait ce choix.
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc ne veut pas se comparer à Verstappen et Ocon
La Formule 1 possède sur sa grille des jeunes pilotes exceptionnels, à l'image de Max Verstappen et Esteban Ocon. Plus que prometteur en F2, Charles Leclerc va les rejoindre en F1 l'an prochain mais ne préfère pas se comparer à eux.

"C'est toujours difficile de se comparer aux autres car on n'a jamais couru ensemble en monoplaces", explique le Monégasque. "J'ai beaucoup couru contre eux en karting et nous étions tous proches, mais nous avons grandi depuis."

"L'évolution d'un pilote est très importante dans ces sports. Si un jour j'ai la chance d'avoir une voiture équivalente à la leur, il sera intéressant de voir les progrès effectués par chacun. Pour le moment, je suis ravi de les voir réussir aussi bien en F1."

Leclerc a effectué une transition en douceur entre F2 et F1, effectuant des essais de plus en plus nombreux avec Sauber au fil de la saison, tandis que son exercice de F2 se terminait. Il a pu établir une liste des différences entre les deux types de monoplaces.

"Les deux voitures sont totalement différentes, surtout cette année car les F1 ont beaucoup plus d'appui. Il y a aussi plus de puissance mais le niveau aérodynamique est tout bonnement incroyable face à une F3 par exemple."

"La direction assistée fait aussi une grande différence. En F2, on n'a pas de précision entre les roues et le volant. En Formule 1, c'est le cas. Il faut juste s'y habituer car c'est un ressenti très différent, mais les virages rapides sont bien plus impressionnants en F1."

Il ne compte toutefois pas changer ses méthodes d'entraînement: "Je pense qu'une monoplace de Formule 2 est plus physique qu'une Formule 1 car elle n'a pas la direction assistée et cela représente un gros défi physique. C'est difficile, pour nous en F2, de simplement tourner le volant alors qu'on peut tourner celui d'une F1 avec deux doigts."
source: Nextgen-Auto.com

Adrian Newey a des difficultés à différencier ses pilotes
L'équipe Red Bull ne fait pas partie du Top 3 des équipes de Formule 1 depuis 2009 sans raison. En plus d'un bon meneur de troupes en la personne de Christian Horner, elle possède en ses rangs Adrian Newey et engage un duo de pilotes qui fait partie des meilleurs du plateau.

Daniel Ricciardo et Max Verstappen ont remporté des courses lors des deux dernières saisons et ont magnifiquement tiré profit d'un matériel parfois perfectible. Néanmoins, Adrian Newey a des difficultés à dire si l'un est meilleur que l'autre.

"Je ne peux pas y répondre comme cela", botte-t-il en touche. "Max et Daniel sont tous les deux spéciaux de leur manière. La très bonne chose, de notre point de vue, est qu'ils attendent la même chose de la voiture, ce qui évite un conflit autour de son dessin."

Il compare ensuite les qualités de chacun des deux pilotes, en opposant leur approche respective de la course: "Daniel est un pilote très doux, très cool, qui ne fait quasiment jamais d'erreurs en course et qui est capable de garder le même rythme du début à la fin quand il le faut."

"Le pilotage de Max est palpitant, il est si bon qu'on en oublie parfois à quel point il est jeune. Il va probablement continuer son développement sur ces bases. Il est intéressant à regarder rouler et fait parfois quelques petites erreurs de jeunesse. Le jour où il s'en débarrassera, il sera vraiment très fort."
source: Nextgen-Auto.com

Prost rejette les budgets capés et veut revoir le règlement
Liberty Media prépare déjà les règles de la F1 pour l'après-2020. Les propriétaires de la discipline entendent introduire des V6 turbo moins complexes et donc moins coûteux, mais aussi mettre en place des budgets plafonnés pour réduire les différences de performance entre les écuries.

Comme écurie appartenant à un grand constructeur et comme motoriste, Renault est particulièrement concernée par ces propositions. Cyril Abiteboul avait d'ailleurs réservé un accueil très froid aux premières propositions de Liberty Media.

Alain Prost a-t-il une opinion divergente sur le sujet? Le Français se montre en réalité lui aussi très sceptique sur les budgets capés...

"C'est bien si les moteurs sont moins compliqués et moins chers. Je connais des gens [Christian Horner] qui aimeraient revenir aux V8 et aux moteurs atmosphériques. Pour un motoriste, c'est impossible de le justifier. Il faut trouver le bon compromis."

"Un budget plafonné? Je ne vois pas comment ça pourrait marcher. Quand j'avais ma propre écurie, j'aurais aimé avoir un budget plafonné. J'avais 250 employés. Chez McLaren, c'était 550. Le problème, c'était qu'en France, un employé coûtait plus cher qu'en Angleterre."

"D'abord, vous devriez prendre les pays un par un. Ensuite, l'autre problème, c'est qu'il faudra licencier des employés quand il faudra réduire les effectifs."

"J'aime la technologie de la F1, sauf l'aérodynamique, qui est devenue trop extrême. Nous dépensons aujourd'hui une fortune dans ce département et finalement, l'aérodynamique décide d'une victoire ou d'une défaite. Si vous décidiez de libérer totalement l'aérodynamique comme en Formule E, alors, tout l'argent serait dépensé dans ce département, parce que l'aérodynamique est plus efficace que le travail sur les batteries moteur pour gagner du temps sur un tour."

"Si nous voulons économiser de l'argent en F1, nous devrions bannir les souffleries. Cela simplifierait l'aérodynamique. Je suis ouvert à des budgets plafonnés, mais je suis franchement pessimiste sur leur efficacité. Si ça ne fonctionne pas, ce sera pire que par le passé. La clef, c'est de donner aux petites équipes une chance de n'être pas trop loin des meneurs. Au moins de temps à autre."

Bannir les souffleries est une proposition radicale. Alain Prost a-t-il d'autres idées à soumettre à Liberty Media?

"La seule manière de rapprocher les performances, c'est de changer les règles techniques et sportives, de permettre plus de liberté sur des choses qui coûtent peu d'argent. Une liberté limitée coûte cher, comme dans le domaine aérodynamique. Nous devons changer totalement les règles, autrement, ce sera impossible pour les nouvelles équipes de rentrer en F1. Les équipes établies ont maintenant accumulé tant de connaissances... Aucune nouvelle équipe ne pourrait entrer en F1 et devenir compétitive par conséquent."

"J'ai les idées claires. Malheureusement, personne ne veut m'écouter parce que tout le monde protège ses propres intérêts", finit par regretter le Français.
source: Nextgen-Auto.com

Kevin Magnussen revient sur sa saison 2017
Kevin Magnussen expliquait il y a quelques jours avoir trouvé chez Haas une équipe entièrement concentrée sur les résultats sportifs et non sur l'aspect politique et commercial qui lui déplaît tant. Il revient maintenant sur ses performances personnelles, qu'il estime en progrès.

"Je pense que c'était ma meilleure saison, surtout les dimanches", déclare le Danois. "Cela n'a pas été ma meilleure saison en termes de qualifications. La voiture est un peu survireuse en entrée de courbe et ce n'est pas ce que je préfère comme équilibre de la voiture. J'ai des difficultés quand il y a du survirage."

"Il ne me dérange pas en courbe et en sortie de courbe, même à haute vitesse, mais si je ne peux pas freiner avec l'arrière de la monoplace qui reste stable, ça me met en difficulté et ça a été le cas cette saison. Cela s'atténuait un peu en course, avec le carburant."

Il analyse un peu plus ses problèmes d'équilibre en fonction des conditions inhérentes à la monoplace elle-même: "C'est souvent pire en gommes ultra-tendres qu'en pneus super-tendres et en course, on roule le plus souvent avec le composé plus dur, ce qui aide."

"C'est une chose sur laquelle je dois travailler personnellement pour l'année prochaine, afin de régler un peu mieux la voiture dès les essais hivernaux. Cette saison, j'ai d'abord dû identifier le problème avant de commencer à travailler dessus. Je comprends mieux les choses en vue de l'année prochaine et je pourrai m'y atteler dès les premiers tours de roue."
source: Nextgen-Auto.com

La Red Bull RB14 sera bien une création d'Adrian Newey
L'implication d'Adrian Newey en Formule 1 est totale depuis 1988, date à laquelle il est arrivé dans la discipline chez March. Auparavant, il avait travaillé avec le constructeur dans le championnat américain CART, dans lequel il avait dessiné la voiture championne en 1985 et 1986.

Après de nombreuses années dans la discipline, Newey a voulu se concentrer sur d'autres projets mais assure qu'il a totalement participé à la création de la future RB14, dont il encadrera le développement jusqu'au début de la saison prochaine.

"J'ai pris un peu de recul sur les dernières années pour travailler sur différentes choses et notamment la voiture de route qui sera développée par Aston Martin et dont j'ai fait le concept de base", déclare l'ingénieur.

"J'ai ensuite atteint le moment où il ne restait que des détails à peaufiner et je suis revenu vers la Formule 1. Depuis le mois de mars, je suis entièrement concentré sur la F1 et ça sera le cas jusqu'au début de saison prochaine, afin de créer une très bonne voiture."

Ces libertés de création que lui offre Red Bull seraient-elles comparables à l'autorisation obtenue par Fernando Alonso de la part de McLaren? En effet, l'Espagnol a eu le droit de disputer l'Indy 500 cette année et pourrait aller au Mans l'an prochain, tout en restant sous contrat McLaren.

"C'est une très bonne comparaison. Cela arrive à un moment, certainement autant pour Fernando que pour moi, où nous avons déjà une carrière fantastique. J'ai été assez chanceux pour rencontrer le succès et je voulais un nouveau défi."

"Mon précédent défi était d'arriver chez Red Bull, sur les ruines de Jaguar, et d'aider Christian à en faire une équipe qui réussisse à triompher. Nous l'avons fait, cela fait 11 ans que je suis chez Red Bull et c'est ma plus longue collaboration avec une équipe, donc j'avais besoin de nouveauté."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Ron Dennis a toujours vu les intérêts de McLaren
Zak Brown a grandement œuvré pour McLaren lors de ses débuts à la tête de l'équipe, réorganisant la structure afin de la faire remonter au sommet de la hiérarchie.

Parmi les décisions prises, la plus importante reste celle de se séparer de Honda, afin de ne pas subir une fuite des cerveaux, des sponsors et des pilotes à Woking. Une bonne idée puisqu'elle a effectivement poussé Fernando Alonso à rester.

Malgré les attaches de McLaren avec Honda, Brown reste persuadé que tout dirigeant de l'équipe aurait pris cette décision, y compris Ron Dennis dont les liens avec le constructeur nippon étaient solides.

"Je pense qu'il l'aurait fait", réagi Brown à la question de savoir si Dennis aurait lui aussi rompu le contrat liant McLaren et Honda.

"Il était présent lorsque les conversations ont eu lieu et je pense que Ron a toujours vu et verra toujours les intérêts de McLaren au plus profond de lui. Il est Monsieur McLaren. Cela le ronge autant que nous de ne pas nous voir gagner des courses."

Brown a compris dès les essais hivernaux que sa patience serait mise à bout et que le mariage avec Honda se terminerait rapidement: "Nous savions que nous avions des problèmes à Barcelone et nous avons travaillé dur, six mois durant, afin de trouver des solutions qui nous permettraient d'être plus compétitifs en 2018."

"Finalement, après avoir essayé plusieurs choses de plusieurs manières, nous avons compris que nous n'y parviendrions pas. Trois saisons représentent une longue durée en Formule 1 et nous avions besoin de changer de direction afin de ramener l'écurie au sommet."

Un changement de direction qui a été finalement officialisé en septembre, lorsque McLaren et Renault ont annoncé leur union pour trois saisons, tandis que Honda a rejoint Toro Rosso. Brown confirme que les deux parties se sont séparées en bons termes.

"Nous sommes reconnaissants envers Honda. C'est une belle entreprise avec des gens intéressants. Notre relation a toujours été forte et l'est encore, ce qui fait que nous n'écartons pas l'idée de travailler ensemble dans le futur. Nous leur souhaitons le meilleur mais nous avions besoin de prendre des décisions délicates dans notre meilleur intérêt."

"Cette relation était bien plus solide que les gens le pensaient. Nous avons tous travaillé ensemble, vécu les mêmes frustrations ensemble, mais nous ne nous sommes jamais hurlé dessus et au final, nous avons quand même partagé un barbecue au Japon et des toasts et du champagne à Abu Dhabi."
source: Nextgen-Auto.com

Williams officialise le report de sa décision
Comme nous vous le rapportions hier matin, la bataille pour le 2ème volant de Williams, le dernier disponible sur la grille de F1 2018, n'est pas encore gagnée pour Sergey Sirotkin.

Le clan de Robert Kubica, dirigé par son père, Artur, a relancé les négociations avec l'équipe de Grove avec l'arrivée potentielle de nouveaux sponsors personnels.

Ces derniers ont été présentés à Williams jeudi, à l'usine, et cela a permis au Polonais d'obtenir un délai supplémentaire.

Un porte-parole de Williams a ainsi confirmé que la décision ne serait plus prise avant Noël, comme espéré. "Nous ne comptons pas faire notre annonce avant janvier", indique-t-il.

Les spéculations vont donc continuer pendant encore deux semaines au moins, sachant que Daniil Kvyat est aussi dans la course et soutenu par la Russie.

Pour être certain de battre Sirotkin et son sponsor, SMP, Kubica devrait réunir près de 15 millions d'euros. Le Polonais en aurait les deux tiers à ce stade.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.