En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 30 Novembre 2017

Un championnat 100 % féminin? L'idée ne plaît déjà pas
Y aura-t-il, dès 2019, un championnat de sport auto 100 % féminin? C'est ce que croit savoir The Press Association, un regroupement des journaux de province anglais très respecté et très ancien.

Ce championnat comporterait six courses, aurait lieu l'été et la championne se verrait proposer un test en F1.

Un porte-parole de la société londonienne qui cherche à monter ce championnat n'a ni confirmé ni infirmé cette information:

"Il n'y aura aucune annonce pendant les prochains mois puisque nous menons actuellement en ce moment beaucoup de recherches pour compléter notre stratégie. Quand on part de zéro, cela prend beaucoup de temps ensuite pour tout régler."

Il y a deux ans, Bernie Ecclestone avait déjà songé à la création d'un championnat féminin. Mais pour lui, il ne pouvait s'agir d'une passerelle vers la F1 puisque "une femme n'aurait pas les capacités physiques pour conduire rapidement une F1 et elle ne serait pas prise au sérieux."

Certaines pilotes femmes, approchées pour donner leur opinion sur cette idée, aurait fait preuve de scepticisme selon The Press Association, estimant qu'un "championnat réservé aux femmes pourrait miner leur position au sein du sport."

Tel est aussi l'avis de Toto Wolff, l'époux de Susie, qui ne pense pas que ce serait le meilleur service à rendre aux femmes.

"Dans tous les championnats féminins, on abandonne l'idée de finalement faire concourir les femmes au plus haut niveau contre les gars en F1. Cela empêche les filles de faire ce qu'elles sont capables de faire. Quand il n'est question que de puissance physique, alors, il faut vraiment séparer les femmes et les hommes, mais en sport auto, c'est un peu comme en équitation, où nous nous battons avec les mêmes armes. Je crois que le sport auto est un sport où les femmes peuvent courir contre les hommes."

Susie Wolff a pris sa retraite de pilote en 2015, après avoir réalisé qu'elle n'aurait aucune chance d'obtenir un baquet en F1. Elle est depuis à la tête de la campagne "Dare To Be Different" pour promouvoir l'engagement féminin en sport auto.

"Ce dont nous manquons, c'est de femmes en karting" poursuit Toto Wolff. "Si vous prenez 100 enfants qui font du karting, il y aura trois filles parmi eux. Le but de Susie est d'encourager plus de filles à commencer le karting pour que ce ratio change, de 3 pour 97 à 20 pour 80. Nous avons vu, parfois, des filles être solides en sport auto, mais il nous en faut plus et alors, enfin, il y aura des filles concourant au plus haut niveau, et elles seront assez compétitives pour entrer en F1."

Pippa Mann, qui a pris le départ des dernières 500 Miles d'Indianapolis, pense aussi que l'idée de créer un championnat féminin est "ridicule."

"Je connais beaucoup de femmes pilotes, et plusieurs d'entre elles ont gagné des courses, dans des séries normales, sans ségrégation, qui ne sont plus capables de courir en raison de manque de fonds. Pourtant ces gens pensent que dépenser de l'argent pour installer une forme de ségrégation soit une réponse. Voici le problème, ce groupe a-t-il en fait autant d'argent pour aider et soutenir les femmes pilotes de course? Eh bien, utilisons cet argent pour soutenir des femmes talentueuses, pour les aider à rester dans le sport auto, à participer à des séries tout autour du monde."

On ne sait pas si cette idée sera soutenu par Liberty Media ou la FIA; une chose est sûre: l'accueil est froid!
source: Nextgen-Auto.com

Vasseur discute toujours des pilotes avec Ferrari
Sauber a annoncé son partenariat avec Alfa Romeo cette semaine mais toujours pas ses pilotes.

Frédéric Vasseur indique aujourd'hui que les discussions se poursuivent avec Ferrari. La Scuderia tente certainement toujours de placer ses deux jeunes pilotes et pas seulement Charles Leclerc.

"On me pose la question au moins 200 fois par jour concernant nos baquets. Mais oui, c'est à moi de choisir, et je prendrai une décision très bientôt."

"Nous avons besoin de pilotes qui correspondent à nos plans. Nous n'avons pas besoin d'un pilote qui croit qu'il peut devenir Champion du monde avec nous l'an prochain!" ajoute le Français.

Vasseur admet que les discussions vont continuer avec Ferrari concernant les pilotes.

"Nous allons nous réunir et en discuter."

En clair Marcus Ericsson n'a pas encore gagné sa bataille contre Antonio Giovinazzi!
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes apprécient les changements apportés par Liberty
La saison 2017 aura marqué un grand tournant de la Formule 1 à tous les niveaux. En piste elle a marqué l'apparition de monoplaces plus rapides que les F1 ne l'ont jamais été.

Hors piste, elle aura vu la fin de l'ère Ecclestone, remplacé par le trio de Liberty Media, composé de Chase Carey, Sean Bratches et Ross Brawn. Les trois hommes ont déjà instauré de nombreux changements, notamment dans le domaine du contenu numérique.

"Je pense que c'est positif" juge Lewis Hamilton. "C'est génial de pouvoir piloter et attaquer avec ces voitures. Il y a encore du travail mais la F1 a fait un bon pas en avant avec l'arrivée de Liberty Media qui a fait un travail exceptionnel cette année. J'ai hâte de voir ce qu'ils vont faire pour continuer à avancer."

"J'espère que des changements seront effectués sur la manière dont sont prises les décisions qui concernent les voitures. C'est actuellement joué entre Mercedes et Ferrari et les autres ont moins leur mot à dire, et ça ne devrait pas être comme ça donc j'espère que ce sera amélioré."

Malgré les progrès effectués sur la piste, Hamilton en veut plus: "J'espère des dépassements plus faciles. Tout du moins, pouvoir se suivre de près, car on en a besoin. Plus il y a de dépassements, plus c'est amusant pour les gens qui regardent. J'espère qu'il y aura les trois équipes actuelles aux avant postes ainsi que McLaren qui pourra se mêler à la lutte, le championnat serait encore plus amusant."

Pour Sebastian Vettel, c'est la manière dont un pilote peut attaquer qui créé l'amusement: "Les voitures sont amusantes cette année, comme elles l'étaient quand Lewis et moi sommes arrivés, et peut-être plus Lewis car à cette époque, j'étais un peu de côté. C'est génial, c'est ce que nous voulons. Les voitures ne sont jamais rapides car on se plaint toujours mais c'est génial de voir qu'elles sont plus rapides."

Daniel Ricciardo estime qu'à certains moments, ces F1 ont posé problème et terni le spectacle à cause de la prépondérance de l'aérodynamique, qui empêche parfois deux monoplaces de se suivre.

"Il n'y a eu aucun changement sur certains circuits par rapport à l'an dernier, mais sur d'autres, il fallait un gros avantage en termes de rythme pour pouvoir se rapprocher. Mais c'est la configuration de certains circuits qui veut ça" explique Daniel Ricciardo.

"Les voitures plus larges sont jolies et nous donnent plus d'adhérence mais elles prennent plus de place sur la piste, ce qui perturbe un peu plus aérodynamiquement lorsque l'on se suit."

"Tout ce qui a été fait hors piste est génial, cela a débloqué pas mal de choses et le paddock est devenu une zone où les fans peuvent s'amuser. Les gens ont un endroit où aller dans le paddock et il y a une bonne ambiance là-bas. Ils expérimentent et les choses vont dans la bonne direction."

Fernando Alonso n'a pas aimé la manière dont les pilotes ont été appelés sur la grille de départ à Austin: "Hormis cela, c'étaient de bonnes initiatives. Je suis satisfait de ce qu'ils font, des choses qu'ils pensent pour l'avenir. Les fans se rapprocheront un peu de notre sport et des équipes, afin qu'ils puissent toucher les voitures et vivre pleinement la F1 Experience. Il y a eu de bonnes choses donc ça va dans la bonne direction."

Pour Valtteri Bottas, c'est clairement la proximité restaurée avec les fans qui est la bonne direction suivie par Liberty: "C'est bien de les ramener plus près du sport et de leur laisser un plus grand accès. C'est positif et le temps indiquera la direction que le sport doit prendre. L'une des meilleures choses est de voir autant de tribunes pleines, surtout en Europe. Elles étaient très souvent pleines et c'est un bon signe."

Max Verstappen est le plus jeune des pilotes s'étant exprimés sur le sujet mais n'est pas celui qui est le plus intéressé par les réseaux sociaux. Le Néerlandais veut lui aussi ramener les fans à proximité des équipes et des pilotes.

"Je suis d'accord avec Valtteri. Je pense que c'est toujours bien de rapprocher les fans du paddock plutôt que de les laisser dans les tribunes car ils ne savent ensuite pas ce qu'il se passe et ne prennent pas la température de la Formule 1. Ils vont dans une bonne direction et continuent à penser à de nouvelles choses" conclut Verstappen.
source: Nextgen-Auto.com

A contre-courant de Ferrari et Mercedes, Horner soutient Liberty Media
Ferrari et Mercedes n'ont pas caché pas leur mécontentement quant au tournant qu'est en train de prendre la Formule 1 sous la direction de Liberty Media.

Selon Mercedes les choses n'ont pas vraiment bougé cette année et Ferrari critique déjà les règles moteur de 2021, comme Renault d'ailleurs. Ce petit monde se plaint surtout de ne pas avoir de vision d'ensemble pour pouvoir débattre en toute connaissance de cause de l'avenir.

Pour corroborer le tout, il y a eu une baisse des revenus de la F1 lors du dernier trimestre. Alors les deux équipes de pointe ont même menacé plus ou moins clairement de quitter la catégorie reine d'ici 3 ans.

Liberty a déjà répondu à cette dernière inquiétude en prêtant de l'argent sans intérêt aux équipes qui le demanderaient. Ainsi, Force India aurait sollicité 2 millions de dollars.

Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing, a lui choisi une autre voie: montrer son soutien à Liberty Media.

"Il était logique que nous ayons finalement des nouveaux propriétaires qui allaient investir dans le sport. Je ne vois rien de mal à cela", dit-il pour justifier la baisse des revenus.

"Espérons que nous en verrons les bénéfices, mais cela ne sera pas avant 2019-2021", ajoute Horner, qui souhaiterait un climat "plus constructif" pour les débats à venir.

Cela changerait aussi de l'ère de Bernie Ecclestone, qui reste l'ami de Christian Horner.

"Bernie était un one man show à lui tout seul et il était aussi irremplaçable!"
source: Nextgen-Auto.com

Brawn cite les 3 constructeurs qu'il souhaite voir en Formule 1
Ross Brawn, le directeur sportif de la Formule 1, espère bien attirer davantage de constructeurs en Formule 1, avec l'apparition de nouvelles règles moteur en F1.

Hier, Alfa Romeo a annoncé son arrivée dans le sport mais ce n'est pas vraiment ce que souhaite Brawn. Tout comme Aston Martin, la marque italienne n'est qu'un sponsor titre, qui, au mieux, pourrait rebaptiser un V6 Ferrari qui existe déjà.

Brawn souhaite clairement l'implication de constructeurs qui seraient aussi motoristes. Comme nous vous le rapportions cette semaine, Aston Martin envisage cela si les règles de 2021 vont dans le bon sens.

"Il y a plusieurs constructeurs premium que je souhaite voir en Formule 1. Il y a Porsche mais aussi Aston Martin et Lamborghini", dit-il.

"C'est pourquoi nous devons créer un environnement qui soit attractif pour ces marques."

Brawn estime qu'il est donc crucial de simplifier le moteur 2021, quoi que puisse en penser le panel des motoristes actuels (Ferrari, Mercedes, Renault et Honda).

"Je peux vous le garantir: si nous conservons une base trop proche du moteur actuel, aucun constructeur ne s'intéressera à lancer un programme. C'est pourquoi nous devons le rendre plus simple et moins cher."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari n'est pas prête pour la Formule E selon Agag
Le patron de la Formule E, Alejandro Agag, ne pense pas que Ferrari puisse sérieusement s'aventurer dans la discipline dans un futur proche.

Contrarié par la direction de la F1 avec Liberty Media aux commandes, le président de Scuderia Sergio Marchionne a prévenu que la marque légendaire pourrait quitter la catégorie reine pour aller concourir ailleurs. Et la Formule E n'était pas une piste qu'excluait l'Italien il y a quelques mois.

Lorsqu'il lui est demandé si cela pourrait être en Formule E, Agag se montre réaliste.

"Ce serait fantastique!" reconnaît-il.

"Mais je pense que là, tout de suite, ce serait un énorme changement culturel pour eux."

"Marchionne a indiqué qu'il avait un œil sur notre discipline, mais pas pour Ferrari à mon avis... plutôt Maserati, peut-être."

"Mais je ne lui ai jamais parlé. Je ne pense pas que cela soit imminent. J'ai vu la nouvelle Tesla Roadster qui monte de 0 à 100 km/h en 1,9 seconde, et je n'ai rien vu de comparable dans les projets de Ferrari qui pourrait justifier un engagement en Formule E à court terme."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Une année sabbatique pourrait faire du bien à Kvyat
Selon Daniel Ricciardo, Daniil Kvyat, qui a été son coéquipier chez Red Bull, pourrait revenir en Formule 1, même dans le cas où ce dernier devrait faire une croix sur un baquet en 2018.

Après avoir été remercié par la marque de boissons énergisantes, le Russe n'aurait qu'une seule chance de disputer la prochaine saison de Formule 1, avec l'écurie Williams, dont une des places a été récemment libérée par la nouvelle mise à la retraite de Felipe Massa.

"Je pense que cela pourrait faire du bien à Daniil, si jamais il manquait une saison", commente Ricciardo, de passage à Bakou.

"Il est très talentueux, naturellement, ce que j'ai souvent reconnu lorsque nous étions coéquipiers. Il était souvent très rapide."

"Mais il est également encore très jeune, et je pense qu'il a encore une chance de prouver sa valeur en Formule 1. Il a juste besoin d'un nouveau départ."

On dit le Russe fragile sur le plan mental depuis son arrivée en Formule 1. Ricciardo le confirme à demi-mot

"Disons qu'à cet égard, je suis sûr que quitter Red Bull va même lui faire du bien."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn - Il n'y aura rien d'artificiel pour resserrer les performances
Maintenant que la saison est terminée, il semble un peu plus facile de s'attaquer à Liberty Media et à ses plans pour l'avenir.

Les Américains souhaitent clairement rapprocher les performances des équipes à moyen terme, en standardisant certaines choses afin de réduire les coûts ou, encore, en plafonnant les budgets.

Mais Ross Brawn tient déjà à rassurer les fans et les équipes qui craignent une F1 qui tendrait un peu trop vers l'Indycar ou la Nascar: il n'est pas question de niveler artificiellement les performances.

"Je pense que nous avons le devoir d'essayer de rendre le championnat le plus équilibré possible, sans à avoir recours à des moyens artificiels ou improvisés", confirme le directeur sportif de la Formule 1.

"C'est la raison pour laquelle nous travaillons en premier lieu, depuis des mois, avec la FIA et les écuries, et nous avons examiné des idées pour rendre le sport que nous adorons tous plus intéressant."

"C'est ce que veulent les fans, au regard de ce qui a été constaté à l'issue des recherches que nous avons effectuées ces derniers mois, et les fans nous rappellent bien, indirectement, qu'ils sont l'atout le plus important du sport et qu'il ne faut pas les perdre."

Pour Brawn, la démonstration est depuis longtemps faite qu'il faut agir, quelles que soient les réticences des plus grandes équipes.

"Le Grand Prix d'Abu Dhabi a confirmé, en des termes non équivoques, l'énorme écart entre les trois équipes de pointe (Mercedes, Ferrari et Red Bull) et le reste du plateau. Après 10 tours, Nico Hülkenberg, qui était 7ème, était déjà à 19,170 secondes derrière Bottas en tête, et cet écart a augmenté jusqu'à 85 secondes à la fin de la course."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton se dit ravi d'avoir battu Vettel à son meilleur niveau
Pour la première fois en quatre saisons, Mercedes a rencontré une opposition sérieuse de la part d'une autre équipe, puisque Vettel était en tête du championnat jusqu'à la pause estivale, et Hamilton estime que l'équipe entière a augmenté son niveau de jeu.

"On veut toujours se battre contre les meilleurs" a déclaré Hamilton. "Tout le monde a son opinion à savoir qui est le meilleur mais en termes de titres mondiaux, Sebastian serait une cible pour tout le monde."

"Le battre à son meilleur niveau, car je pense qu'il a été exceptionnellement bon, et réussir à battre Ferrari qui a effectué des performances fantastiques, cela montre nos forces et la manière dont nous avons augmenté notre niveau."

Hamilton a fait le voyage direct d'Abu Dhabi, après son test de mardi, vers Kuala Lumpur, où se déroulait un événement promotionnel avec Petronas, et en a profité pour rendre hommage à la gestion de Mercedes tout au long de la saison, en dépit d'une voiture parfois très capricieuse.

"Il y a eu des problèmes fondamentaux que nous avions déjà avec la voiture précédente et qui ont pris une place plus importante sur cette voiture plus grande" explique le Britannique.

"Certaines courses ont été très difficiles pour nous. La voiture de Ferrari fonctionnait partout et elle était très constante alors que nous avons eu des hauts et des bas en termes de performance."

"En seconde partie de saison, nous avons réussi à contrer ces faiblesses. Regardez Singapour, nous en sommes partis bien mieux placés que nous l'avions prévu, grâce à la faute de nos rivaux, alors que c'était notre pire week-end en termes de performances. Et nous avons pris un maximum de points."

"Il y a eu d'autres occasions comme la Malaisie ou nous nous attendions à souffrir mais où le résultat a été bon. La bonne chose est que nous avons appris énormément et que nous avons progressé. Nous avons vraiment compris les forces de la voiture ainsi que ses faiblesses et nous travaillons désormais à entretenir ces forces tout en corrigeant les faiblesses."

Hamilton reconnaît aussi ne pas avoir encore vraiment assimilé le fait d'être désormais quadruple Champion du monde, bien qu'il ait assuré le titre il y a déjà quatre semaines au Mexique.

"Ce n'est pas encore le cas. Je suis arrivé ce matin en Malaisie et me trouver ici, aux les tours jumelles de Kuala Lumpur, avec des employés de Petronas et des fans, cela m'aide évidemment à réaliser ce que j'ai accompli. C'est génial d'avoir une telle réponse des gens lors de journées comme celle-ci."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull travaille déjà pour aider Honda
Red Bull travaille déjà de manière étroite avec Honda, pour Toro Rosso évidemment, mais aussi pour une éventuelle motorisation de Red Bull Racing en 2019.

C'est ce que confirme Helmut Marko, le consultant au sport automobile de la marque autrichienne. C'est la division Red Bull Technology, chapeautée par Adrian Newey, qui conçoit une partie des éléments nécessaires pour Toro Rosso et en apprend donc déjà pas mal sur le V6 japonais.

"A l'heure actuelle, nous travaillons dur avec Honda pour rendre compétitif le futur package avec Toro Rosso. Nous les soutenons grâce à nos infrastructures chez Red Bull Technology", explique Marko.

"Nous sommes très heureux des progrès que Honda réalise et nous allons continuer à en faire jusqu'à ce que la saison démarre."

Il est important pour Red Bull de voir Toro Rosso aussi performante que possible l'an prochain, avec le moteur Honda. Au bout de quelques courses elle décidera en effet s'il est opportun de se passer du moteur Renault pour Red Bull Racing pour 2019.

"Après l'hiver, Red Bull Technology prendra un peu de recul parce que nous avons nous aussi une voiture à développer. Nous ferons un bilan après quelques courses avec Toro Rosso et Honda et nous déciderons alors de ce que nous ferons l'année suivante."

Reste à savoir si Honda acceptera un contrat de deux ans avec Red Bull Racing: Aston Martin, le sponsor titre de Red Bull Racing, se dit maintenant très intéressée par les règles moteur de 2021.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel et Bottas s'ajoutent aux avis positifs sur le Pirelli hyper-tendre
Les avis positifs continuent de tomber au sujet du nouveau pneu hyper-tendre proposé par Pirelli. Après Lewis Hamilton et Romain Grosjean, c'est Sebastian Vettel qui s'avoue satisfait d'un pneu grâce auquel Pirelli estime avoir gagné un seconde au tour.

"Ce nouveau pneu est une vraie surprise" reconnaît Vettel. "C'est un vrai pas en avant mais c'est à Pirelli de décider sur quelles pistes nous l'utiliserons. Il est très rapide sur un tour et se dégrade plus nettement que les autres, mais ça reste acceptable. C'était un essai intéressant dans l'ensemble."

Un avis partagé par Valtteri Bottas qui se range lui aussi derrière l'avis général et explique avoir "vraiment senti la différence. C'était une journée très intéressante avec l'essai des nouveaux pneumatiques Pirelli et la découverte des différences entre les pneus de cette année et de l'année prochaine."

"J'ai vraiment pu sentir les différences et c'était bien d'en avoir une première idée maintenant et non l'année prochaine. Nous avons essayé tous les composés et nous avons appris beaucoup de choses. J'ai appris beaucoup de choses sur le style de pilotage à adopter avec ces nouveaux pneus."
source: Nextgen-Auto.com

Williams ne veut pas commenter la vitesse de Kubica
Paddy Lowe, le directeur technique de Williams a refusé de commenter en détails le test de Robert Kubica à Yas Marina.

Le Polonais a repris le volant de la FW40 hier pour 28 tours et a pu signer quelques tours rapides avec les pneus hyper tendres. Il a devancé Sirotkin mais les conditions de piste n'étaient pas les mêmes et le Russe a signé son chrono en tendres. De quoi rendre difficile toute comparaison directe sans avoir le nez dans les données.

"Je ne vais pas parler de sa vitesse. C'est un sujet complexe", commente Lowe.

"Je suis certain que vous voulez que je vous donne des réponses mais ce n'est pas quelque chose dont nous voulons discuter en public. C'est un sujet compliqué que celui de la performance d'un pilote. Lire une feuille de temps est particulièrement trompeur. Donc je ne vais pas en parler d'autant plus que nous n'avons même pas pu lancer encore nos propres analyses."

La seule chose certaine est que le physique de Kubica ne sera pas un frein à son retour.

"Il n'a aucun problème. Il va vraiment très bien. Il pilote de manière constante, il ne se plaint pas, il n'a pas de problèmes. Tout s'est bien passé", ajoute Lowe.

"Nous avions déjà beaucoup de bonnes informations à ce sujet après son test de la voiture 2014 à Silverstone et au Hungaroring. Il a fait un travail fantastique. C'est un pilote qui travaille de manière très professionnelle, qui a beaucoup de connaissances et d'expérience. Cela a été d'un grand bénéfice lors de ces évaluations. Il nous manquait des informations sur Robert au volant d'une voiture actuelle, avec les pneus actuels et c'était intéressant de voir ça ici."

Le directeur technique a plusieurs fois insisté sur le fait que la lutte pour le baquet Williams ne se résumait pas aux pilotes qui avaient été testés.

"Nous avons des informations sur d'autres pilotes (Kvyat, Wehrlein et Di Resta). Nous prendrons notre décision quand nous aurons tout analysé, quand nous serons prêts. Ce test était avant tout un test de pneus, c'était aussi une opportunité de tester deux autres pilotes qui n'ont pas roulé en F1 cette année. Mais cela ne veut pas dire que notre choix se limitera entre les deux pilotes que nous avons testés ici."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli estime avoir gagné une seconde au tour avec l'hyper tendre
Les équipes de Formule 1 ont conclu hier sur l'asphalte de Yas Marina leur saison 2017, avec un test chapeauté par Pirelli, qui a fait essayer sa gamme de pneus 2018 aux 23 pilotes présents.

Le bilan est très positif selon le manufacturier italien. Les pilotes se sont montrés enchantés par la direction empruntée, à savoir des enveloppes un cran plus tendre que cette saison. Et même deux crans pour l'hyper tendre, qui est environ 1 seconde plus rapide au tout que l'ultra-tendre selon Pirelli.

"Nous venons de vivre une saison 2017 passionnante, marquée par l'introduction de pneumatiques 25% plus larges, de vitesses au tour encore jamais atteintes, et nous la concluons avec deux journées de travail sur la piste d'Abu Dhabi, durant lesquelles les écuries ont eu l'opportunité de tester pour la première fois la gamme 2018", commente Mario Isola, Responsable de Pirelli F1.

L'Italien revient sur la méthodologie de ces tests.

"Lors de cette séance, chaque équipe disposait de 20 trains de pneumatiques: 12 choisis par Pirelli (des gommes 2018, pour la plupart, mais également des 2017 en guise de comparaison), et 8 sélectionnés par les différentes formations. Au total, 23 pilotes ont ainsi pu se concentrer sur de longs runs, et non des simulations de qualifications."

Pour Pirelli, le bilan est très positif.

"Les caractéristiques du circuit de Yas Marina permirent d'évaluer les mélanges allant du medium à l'hyper-tendre, et les tests, ainsi que les pilotes, n'ont révélé que des choses très positives."

Le pneu le plus attendu et le plus utilisé a bien entendu été le nouveau pneu hyper-tendre. Les gains ont été conséquents d'après Isola.

"La nouvelle enveloppe hyper-tendre s'est montrée conforme à nos attentes, et les chronos furent environ une seconde plus rapides que ceux établis avec l'ultra-tendre. Ce constat mérite néanmoins d'être confirmé sur les autres tracés."

"Conformément à la demande des teams, tous les pneumatiques 2018 sont un cran plus tendres que leurs équivalents de cette année, et l'hyper-tendre (qui complète la gamme) l'est deux fois plus que l'ultra-tendre de 2017."

"Nous sommes désormais impatients de reprendre la piste à l'occasion des essais d'intersaison qui seront organisés à Barcelone du 26 février au 1err mars 2018."
source: Nextgen-Auto.com

Santander quitte Ferrari... et la Formule 1
Ferrari va bien se retrouver avec un trou dans ses caisses d'environ 35 millions d'euros l'an prochain.

La banque espagnole Santander a confirmé les rumeurs: elle met un terme à son sponsoring de Ferrari mais aussi à toute autre activité liée à la Formule 1.

En effet, certaines rumeurs annonçaient un retour chez McLaren ou une association directe avec Fernando Alonso, mais elles ne se sont pas confirmées.

Santander préfère à nouveau miser sur le football, avec trois ans de contrat avec l'UEFA et la Ligue des Champions

"Nous arrêtons notre sponsoring à succès avec Ferrari, que notre banque a soutenu lors des huit dernières saisons. Nous mettons aussi fin à nos autres accords de sponsoring avec la F1, qui ont permis de faire connaitre au monde entier Santander lors des 11 dernières saisons."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.