En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 15 Novembre 2017

Brawn prévient Ferrari - il restera ferme sur les règles moteur de 2021
La prochaine réglementation moteur entrera en vigueur en 2021 et tel est le principal chantier de Liberty Media pour le moment.

Des moteurs moins chers, plus bruyants, plus attractifs en somme: sur le papier, ce principe séduit beaucoup d'équipes... sauf Mercedes et Ferrari.

"Nous ne pouvons laisser la situation en l'état" confirme quoi qu'il en soit Ross Brawn, le manager des sports mécaniques pour Liberty Media.

"Le moteur actuel, c'est une pièce incroyable d'ingénierie, mais ce n'est pas un moteur de course formidable. Il est très cher, il ne fait pas de bruit, il cause trop de pénalités sur la grille, ce qui fait de la F1 une farce. Et il y a trop de différences de performance entre les motoristes. Enfin, avec ces moteurs, nous n'allons convaincre personne de venir en F1."

Liberty Media entend donc supprimer le MGU-H et introduire plus de standardisation dans les nouveaux V6, afin de baisser le coût et la complexité de l'ensemble. Pour autant, cette solution n'a pas recueilli l'unanimité des motoristes actuels, loin de là. Ferrari se méfie de la standardisation et de la simplification à outrance... et a même menacé de quitter la F1.

Ross Brawn s'est dit "un peu choqué par ces réactions".

"Mais ne perdons pas de vue ce que nous essayons de faire. Si la manière avec laquelle ces projets ont été présentés n'ont pas plu aux motoristes, alors, je dois dire ce n'était pas du tout l'intention."

La question décisive est la suivante: dans quelle mesure Ross Brawn est-il prêt à faire des compromis?

"Je suis ouvert d'esprit, du moment que ces principes que nous avons fixés puissent toujours être atteints. Si un manufacturer peut démontrer qu'il y a un meilleur moyen de faire ce qui a été proposé, avec des coûts moins élevés, tout en garantissant un spectacle plus attirant pour les fans et les entrants potentiels, alors, pourquoi pas? Nous ne sommes pas accrochés à des solutions spécifiques."

"Nous pensons que notre expertise et le travail que nous avons fait, garantissent que nos solutions peuvent marcher. Si quelqu'un suggère une autre solution, qui pourra, selon eux, atteindre les mêmes objectifs, alors, nous n'allons pas dire non."

On l'aura compris, Liberty restera ferme sur les fins, mais est plus flexible sur les moyens...

Ross Brawn doit désormais prendre son bâton de pèlerin et d'abord convaincre Ferrari, qui craint que trop de standardisation efface l'identité du Cheval Cabré sur un moteur.

"Je reconnais que c'est important de garder l'identité d'un moteur Ferrari ou Mercedes" poursuit Ross Brawn. "Ils doivent pouvoir dire: 'Voici notre moteur'. Je ne pense pas que nous ayons franchi cette frontière heureusement, mais désormais, la proposition est sur la table. Nous devons rencontrer ces gens et comprendre ce qui ne les plaît pas. Tous les motoristes ont fait beaucoup de propositions, mais ce ne sont pas les mêmes."

Toto Wolff, du côté de Mercedes, a une autre crainte: que les coûts de développement explosent, puisqu'il s'agit de développer un tout nouveau moteur...

"J'accepte de parler de nouveau moteur, mais je pense que les économies qu'il apportera justifient son introduction" argumente Ross Brawn.

Pour faire passer la pilule, Liberty Media entend augmenter les revenus de la F1 pour mieux les redistribuer. Mais là encore, Ferrari ne compte pas lâcher ses avantages historiques s'agissant des répartitions de prime... Ross Brawn veut encore une fois déminer le terrain.

"Nous serions idiots de tout gâcher en parlant de l'aspect commercial, parce que cela rend le business meilleur et plus soutenable. Pendant de nombreuses années, les gens ont critiqué le manque de développement de l'aspect commercial de la F1: les réseaux sociaux, l'attention portée aux fans... Et maintenant, nous le faisons, et cela va avoir un prix. Ces investissements vont nous rapporter dans les prochaines années."

L'objectif de Ross Brawn est aussi d'attirer de nouveaux motoristes en F1. Pour ce faire, un motoriste devrait toujours s'allier avec un sponsor pour trouver les fonds nécessaires (surtout si le motoriste est indépendant).

"C'est toujours un projet possible. Pour le moment, la F1 n'est viable pour aucun entrant potentiel. Je crois que nous pouvons créer un environnement qui devienne viable" plaide Ross Brawn.

L'ancien ingénieur de Ferrari et Mercedes veut surtout se débarrasser de ces places de pénalité sur la grille (plus de 700 cette saison) qui ternissent l'attractivité du sport.

"Je ne sais pas comment sortir de ces pénalités avec les moteurs actuels, parce que les composants sont très chers, et l'idée était de limiter leur nombre, pour réduire les coûts et éviter le gaspillage" concède-t-il.

Enfin, le nouveau moteur devra avoir une certaine corrélation avec les technologies des voitures de série pour ne pas être déconnecté du marché. C'était d'ailleurs le but principal de la réglementation introduite en 2014.

"La FIA a reconnu qu'avoir cette technologie ultime était peut-être trop coûteux, même en F1" avance Ross Brawn.

L'idée serait donc de faire un pas en arrière pour trouver le bon équilibre entre coût et technologie.

"La FIA a reconnu qu'il fallait trouver une formule équilibrée entre l'utilité pratique pour les voitures de série, la technologie, et ce qui est le plus raisonnable pour avoir en F1, parce que le moteur actuel a vraiment coûté trop cher."

Liberty Media et la FIA "travaillent ensemble" désormais pour faire évoluer ces propositions, confirme Ross Brawn.

"J'ai senti que Liberty Media devrait s'impliquer avec la FIA et nous voulons avec la FIA analyser et réglementer le sport."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne tire beaucoup de positif d'une année compliquée
Stoffel Vandoorne attendait sa première saison en F1 avec impatience et il était attendue pour cela, mais ses espoirs ont rapidement été douchés par le niveau catastrophique de la McLaren, dès les essais hivernaux. Le Belge arrive toutefois à relativiser.

"Je vois les choses comme cela: tout au long de ma carrière, j'ai eu de la pression à gérer. Je n'avais pas d'argent familial pour m'aider à progresser dans les catégories inférieures mais j'ai été aidé par la Fédération Belge au départ, et ils ont été clairs sur le fait que je devais gagner afin de remporter de l'argent. Donc l'échec n'a jamais été une option!" avoue Vandoorne.

"Tous les problèmes rencontrés au fil de la saison ne m'ont pas traumatisé mais m'ont plutôt permis de donner tout pour aller chercher le meilleur résultat possible et d'en apprendre le maximum à chaque tour que je faisais dans la voiture, même si parfois je roulais moins que prévu."

Il préfère réduire l'importance de la saison d'un débutant en F1: "Je pense que c'est surestimé. Quand on arrive en F1, on a de nombreuses années de courses dans les pattes et nos ambitions restent les mêmes, car sans succès, on ne parvient pas en F1."

"J'ai plutôt réussi contre Fernando, les résultats n'étaient pas ceux attendus, mais le fait d'avoir un équipier très fort est une valeur ajoutée dans le paddock."

McLaren n'est que l'ombre de ce qu'elle fut à un époque, mais l'espoir de voir l'équipe revenir sur le devant de la scène est toujours bien présent. Vandoorne reconnaît que c'est une source d'espoir pour l'avenir.

"McLaren est toujours l'une des plus grosses équipes en Formule 1. Il est vrai que les dernières années ne le reflètent pas bien, nous savons tous ce qui a été le facteur limitant. Mais nous changeons, il y a déjà eu des changements cette saison et d'autres arrivent pour 2018."

"Nous travaillons d'arrache-pied afin de remettre l'équipe sur les rails. Nous y parviendrons, nous reviendrons à un standard digne de Woking! Je sais que j'ai ma place ici et que c'est l'endroit où être."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen sera au tribunal en janvier
Après avoir perdu son baquet McLaren au bout d'une seule saison seulement, Kevin Magnussen avait décidé de se séparer de Dorte Riis Madsen, qui gérait sa carrière depuis de nombreuses années.

C'est ainsi que le Danois avait négocié, seul, son contrat avec Renault pour la saison 2016. Pour négocier son contrat chez Haas, il fut en revanche assisté par Anders Holch Povlsen, qui est aussi son sponsor (Jack Jones).

Or, la rupture entre Kevin Magnussen et son ancienne manager ne s'est pas faite sans heurts ni rancune et son dénouement aura même lieu devant un tribunal.

Le procès devait s'ouvrir à Copenhague le 1err juin mais a été reporté, d'un peu plus de 6 mois, à la demande de Magnussen. Celui-ci aura donc lieu en janvier, lors de l'intersaison.

"Nous avons essayer de trouver un arrangement à l'amiable mais sans succès", confirme l'avocat de la manager.

Dorte Riis Madsen souhaite 20% des revenus du Danois de septembre 2015 jusqu'à juin 2021, comme convenu dans le contrat signé à l'époque. Elle réclame aussi des dommages et intérêts.

"Le procès se tiendra sur 3 jours en janvier", confirme l'avocat du pilote Haas F1, Kristian Paaschburg.

"J'ai cru comprendre qu'il y aura aussi une tentative d'arrangement à l'amiable par la cour de justice cette fois, mais je ne sais pas quand elle aura lieu."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen favorable à un Grand Prix dans son pays mais...
Max Verstappen est évidemment favorable à un retour du Grand Prix de Hollande.

Et le pilote Red Bull semble soutenir Zandvoort, qui a récemment publié une étude de faisabilité qui était favorable à un retour de la Formule 1 sur son circuit, à remettre aux normes, si un ou plusieurs investisseurs se présentent.

Verstappen pense en effet qu'un circuit permanent serait mieux qu'une course dans les rues d'Amsterdam ou Rotterdam, deux autres projets récemment évoqués.

"Je pense qu'un retour de mon GP national est possible. Mais il faut prendre en compte tout ce qui entoure le lieu qui sera choisi. Le circuit de Zandvoort pourrait être revu pour avoir plus de lignes droites parce que ces F1 en ont besoin."

"De la même façon il faut revoir les zones de dégagement pour la sécurité, les infrastructures et les garages. Il y a aussi les routes qui mènent au circuit, qu'il faut revoir. Reste à savoir si tout cela peut être financé et par qui."

"C'est en tout cas mon projet préféré parce que nous avons déjà assez de circuits en ville", ajoute le Néerlandais.

"Vous ne pouvez pas dépasser sur la plupart d'entre eux. J'ai du mal à voir des circuits aussi exigeants que Spa ou Suzuka. Un vrai circuit, c'est ce que je préfère. En qualifications, vous pouvez vraiment vous donner à fond. Sur un circuit en ville, vous avez toujours cette petite prudence à garder dans un coin de votre tête."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg-Hamilton - de la 'haine' farouche à l'amitié ressuscitée?
La vieille amitié entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton n'a pas résisté à leur rivalité chez Mercedes entre 2014 et 2016. L'animosité était évidente entre les deux hommes, et il semble que nous étions même en-dessous de la réalité selon Niki Lauda.

"Hamilton et Bottas ne sont pas amis. Mais il n'y a pas de haine, comme c'était le cas entre Lewis et Nico. C'était mauvais pour l'équipe mais pas pour eux, parce que cela les poussait à aller plus vite."

Les tensions sont moins vives depuis que Nico Rosberg a pris sa retraite. L'Allemand est prêt à se réconcilier avec celui qu'il côtoyait dès le karting...

"Nous étions très bons amis par le passé, et ça pourrait être de nouveau le cas dans le futur. Nous ne sommes plus rivaux, je suis complètement en dehors de la F1, donc je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas bien nous entendre après un certain temps."

"Lewis vit comme il vit et j'ai beaucoup de respect pour lui, c'est une qualité formidable. Beaucoup de gens n'aiment pas ce qu'il fait, sa manière d'être, mais ce ne sont que des opinions. Je pense que c'est sympathique de le voir vivre sa vie comme il l'entend" poursuit l'Allemand, décidé à faire un pas en direction du Britannique.

Nico Rosberg et Lewis Hamilton sont voisins à Monaco, mais il reste encore du chemin avant qu'ils prennent l'apéritif sur le Rocher... Le champion 2016 confirme qu'il n'a toujours pas eu au téléphone son ancien coéquipier.

"Nous n'en sommes pas encore là."
source: Nextgen-Auto.com

Horner et Steiner défendent Liberty Media contre Lauda
Les plans de Liberty Media pour introduire les budgets plafonnés et la prochaine réglementation moteur, qui entrera en vigueur en 2021, ont "inquiété" Niki Lauda chez Mercedes. En revanche, du côté de Red Bull, l'accueil est plus positif.

Selon Christian Horner, Niki Lauda a même été "un peu injuste" et ses commentaires seraient "infondés."

"Liberty Media investit dans le business. Nous étions habitués à quelque chose de différent" poursuit Christian Horner, taclant la gestion passée de CVC par la même occasion.

Günther Steiner défend lui aussi la vision de Liberty Media - une entité américaine, comme l'est du reste Haas. Pour le patron de Romain Grosjean et de Kevin Magnussen, on est toujours facilement plus rétif au changement, même quand il est positif...

"Niki Lauda et Bernie Ecclestone ont passé 60 années ensemble, donc probablement, le changement est plus difficile à accepter pour eux que pour d'autres."

Ce qui est certain, c'est que la vive opposition de Mercedes et de Ferrari aux plans de Liberty Media ont paru décontenancer la FOM elle-même, et son manager des sports mécaniques, Ross Brawn, qui s'est dit "un peu choqué" par ces réactions.

"En y repensant, peut-être que nous aurions pu présenter différemment la chose" reconnaît Brawn. "Mais je n'avais pas anticipé une réaction aussi forte. Alors je m'excuse, s'il faut rassurer le plus de monde possible."
source: Nextgen-Auto.com

La sécurité des personnes sur les GP sera débattue au Conseil Mondial
La FIA a publié un communiqué de presse ce matin à la suite des braquages à mains armées dont plusieurs équipes, Pirelli et elle-même ont été victimes ce week-end à Interlagos.

Le sujet sera débattu lors du dernier Conseil Mondial de l'année, le 6 décembre.

"La FIA a demandé à ce que les rapports sur ces incidents soient recensés par la FOM et présentés aux membres du Conseil Mondial de la FIA lors de sa prochaine réunion", indique la Fédération.

Il n'est a priori pas question de mettre le Brésil à l'amende mais de voir quelles solutions déployer sur toutes les courses.

"Dans un esprit de collaboration positif avec la Formule 1, le Conseil discutera de quelles façons consistantes et efficientes de nouvelles procédures de sécurité peuvent être appliquées à tous les évènements du calendrier de la F1."

"Les résultats seront aussi partagés avec tous les autres organisateurs de courses des championnats gérés par la FIA, pour maximiser l'impact positif sur tout le sport automobile."

"La sécurité est un effort collectif et la FIA verra comment travailler avec la Formule 1 et ses différentes parties pour maintenant un environnement sécuritaire pour n'importe quelle personne qui se rendrait sur un Grand Prix."
source: Nextgen-Auto.com

Montezemolo avertit Ferrari
Deux anciennes sommités de la F1 freinent l'optimisme de Ferrari à la suite de la victoire de Sebastian Vettel au Brésil.

Bien que le Cheval Cabré a perdu le titre 2017, Vettel a été au moins capable de battre la Mercedes de Valtteri Bottas lors du dernier week-end de Grand Prix à Interlagos. Cette victoire a su remonter le moral des troupes de Maranello.

"Le dimanche au Brésil a été un jour génial pour nous", déclare Vettel.

"À présent, j'espère que nous serons bien à Abu Dhabi et que nous pourrons gagner le titre mondial l'année prochaine."

De son côté, Maurizio Arrivabene affirme que cette victoire démontrait les vraies qualités de la SF70H cette année.

"Déjà aux qualifications, la SF70H était la plus rapide et la mieux équilibrée. Voir nos deux pilotes sur le podium à l'arrivée démontre que Seb et Kimi disposent d'une bonne voiture et que l'équipe a fait du bon travail sur son développement, tant sur la piste qu'à l'usine, tout au long de la saison."

"Nous sommes déterminés à finir sur une très bonne note à Abu Dhabi. On se donnera à fond jusqu'au dernier tour, tout en restant pleinement concentré sur la conception de la monoplace 2018. Ferrari part désormais sur des bases solides, nous savons ce que nous devons rectifier pour être encore plus compétitif la saison prochaine."

L'ancien président de Ferrari, Luca di Montezemolo, est le première à tenter de calmer les ardeurs, malgré la victoire de Vettel au Brésil, et rappelle que Mercedes va rester un obstacle majeur pour Ferrari en 2018.

"Je suis soulagé de la victoire de Ferrari", avoue Di Montezemolo, qui est entré en conflit avec son successeur Sergio Marchionne lorsqu'il a quitté ses fonctions.

"Mais, tout comme les finances et l'économie, le sport n'est pas une science exacte. On ne peut pas prédire l'année suivante en se basant sur l'année en cours. Il est facile de parler mais il est beaucoup plus difficile de gagner. Ferrari a eu une bonne saison, mais malheureusement, n'a pas gagné le titre. Et je pense que Lewis Hamilton aurait gagné au Brésil s'il était parti de la pole."

"J'ai eu assez de chance pour gagner 19 titres pilotes et constructeurs avec Ferrari", rappelle l'Italien. "Mais j'ai aussi vécu beaucoup de défaites. Le but de Ferrari l'an prochain sera clairement les titres mais je sais aussi que Ferrari n'a pas gagné depuis très longtemps..."

Flavio Briatore est tout à fait d'accord avec le point de vue de son compatriote et ami.

"Nous sommes tous heureux de la victoire de Ferrari, mais nous ne devons pas oublier que le protagoniste principal (Hamilton) était hors jeu. Et nous avons tous pu voir sa superbe remontée."
source: Nextgen-Auto.com

Williams douterait toujours des capacités physiques de Kubica
On sait que Robert Kubica est actuellement le mieux placé pour ravir un baquet à Grove la saison prochaine, même s'il ne faut pas écarter les pistes menant à Daniil Kvyat, Pascal Wehrlein ou Paul Di Resta. Le Polonais sera certainement de nouveau testé par Williams lors des essais privés d'Abu Dhabi, après le dernier Grand Prix de la saison.

Le co-fondateur de Williams, Sir Patrick Head, n'aura pas son mot à dire pour choisir le successeur de Felipe Massa. Mais à l'entendre, son écurie fétiche devrait faire le bon choix et opter pour Robert Kubica, sous réserve que ses capacités physiques soient confirmées.

"Robert était l'un des pilotes les plus remarquables en F1 ces dernières années. La grande difficulté est de savoir s'il a toujours l'endurance et le cœur nécessaires pour courir. Seul lui sait ça. Et est-il physiquement apte? Il a certainement un bras très endommagé et Williams veut bien sûr savoir s'il est apte. Si c'est le cas, il sera un très bon choix."

Une chose est sûre: quel que soit le pilote choisi par Williams, il fera équipe avec le jeune Lance Stroll. Que pense d'ailleurs Sir Patrick Head de la saison du Canadien?

"On a demandé à Lance Stroll quel coéquipier il préfèrerait et il a répondu, en plaisantant, Lewis Hamilton. Bien sûr, il a beaucoup appris cette année et pour être bien estimé dans le paddock, alors, le type dans l'autre voiture doit lui aussi avoir une belle réputation. Vous êtes toujours évalué par rapport à votre coéquipier."

"Lance veut que le pilote dans l'autre voiture soit le plus fort possible. Il y aura toujours des points d'interrogation à propos de Robert Kubica en raison de ses limitations physiques, jusqu'à ce qu'il prouve que ce n'est pas le cas. Peut-être que le test à Abu Dhabi montrera, en interne, s'il a ces capacités physiques."

Marc Priestley, ancien chef mécanicien de McLaren, est quant à lui plus sceptique sur les capacités de Robert Kubica. Selon lui, le fait que Williams veuille de nouveau le tester à Abu Dhabi montre que l'écurie n'est toujours pas sûre de ses capacités physiques. C'est aussi pour cette raison que Renault a finalement choisi Carlos Sainz pour remplacer Jolyon Palmer...

"Williams, comme n'importe quelle équipe de F1, a une obligation: celle de marketer et de vendre n'importe quel pilote qui arrive dans l'équipe, et l'histoire de Robert Kubica sera fascinante à raconter."

"Le fait qu'ils aient déjà testé Robert et Paul Di Resta, signifie qu'ils n'ont toujours pas pris de décision, ou au moins qu'ils ne l'ont toujours pas annoncée publiquement. Et ils vont tester de nouveau Robert. Cela veut dire, pour moi, qu'ils doutent toujours dans une certaine mesure..."

"Ils savent ce que Paul peut faire, il a couru pour eux cette année et il a fait du très bon travail. Et il doit y avoir un certain doute sur ce que Robert peut physiquement gérer, sur chaque circuit..."

Une solution serait d'annoncer un duo innovant Robert Kubica - Paul Di Resta. L'Ecossais pourrait courir là où le Polonais ne le pourrait pas. Mais Marc Priestley ne pense pas que ce serait un bon choix pour Williams.

"Je ne l'espère pas parce que ce n'est pas ainsi que l'on devrait courir en F1. Vous voulez avoir le meilleur pilote dans votre voiture durant toute la saison."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo ne 'rêve' pas de Ferrari pour 2019
Daniel Ricciardo n'a toujours pas prolongé chez Red Bull, à l'inverse de Max Verstappen. Il pourrait donc logiquement quitter la marque autrichienne à l'issue de la saison prochaine... alors même que Kimi Räikkönen devrait prendre sa retraite.

L'état-major de Red Bull a pourtant annoncé qu'il préférerait conserver l'Australien jusqu'en 2020 au moins.

"C'est très sympathique de leur part" réagit le principal intéressé dans la presse brésilienne. "Ils veulent me conserver, de même que Max, dans l'équipe, mais je ne suis pas pressé. J'ai beaucoup de respect pour Red Bull mais je dois d'abord tout analyser."

En 2019, deux options alléchantes pourraient s'ouvrir pour Daniel Ricciardo: remplacer Valtteri Bottas chez Mercedes ou Kimi Räikkönen chez Ferrari... Dans ces conditions, on comprend qu'il ne veuille pas se précipiter.

Partir chez Ferrari, n'est-ce au fond pas le rêve de tout pilote? Daniel Ricciardo veut pour l'instant rester prudent sur la question...

"Si je dis que ce n'est pas mon rêve, alors, je ne paraîtrai pas intéressé. Mais le mot 'rêve', c'est un peu trop. Mon rêve, c'est de gagner le Championnat du monde dans la meilleure voiture, donc je ne sais pas ce que je peux dire d'autre."

On sait ce qui pourrait bloquer le transfert de Daniel Ricciardo chez Ferrari: la présence de Sebastian Vettel dans l'autre voiture de la Scuderia... L'Allemand n'aurait pas tellement envie de recréer le duo de Red Bull lors de la saison 2014...

"Je ne suis pas sûr que Vettel m'accepterait" admet Daniel Ricciardo. "Je ne sais pas s'il a le pouvoir de choisir son coéquipier, mais je ne vais pas y penser. Tout ce que je vais faire, c'est continuer à conduire à ce haut niveau, et c'est ce qui déterminera mon destin."

Pour être toujours attractif sur le marché, Daniel Ricciardo doit cependant battre Max Verstappen, dont la courbe de progression paraît ascendante en cette fin de saison.

"Il s'est beaucoup amélioré cette année. L'an dernier, il avait fait plusieurs erreurs, mais sa confiance est élevée pour le moment. Dans le même temps, j'ai un peu souffert avec les caractéristiques de la voiture, qui fonctionne seulement dans une fenêtre étroite. Je dois sentir chaque mouvement de la voiture, des pieds jusqu'à la tête, mais cette année, ce fut un peu plus difficile que l'an dernier" confie Ricciardo.

On sait donc que l'Australien veut "la meilleure voiture" pour remporter le titre mondial. Avec les progrès de Red Bull cette saison, n'est-il pas dans la meilleure équipe pour les prochaines années?

"Le développement accompli cette année fut incroyable. Si nous commençons la saison prochaine au même niveau que Mercedes et Ferrari, nous serons les favoris. Mes performances ont pu ne pas être parfaites, mais tout ce que j'ai appris cette année me servira pour 2018. Et cela me rend très confiant: je peux être très solide l'an prochain. Mais nous verrons" conclut Daniel Ricciardo.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton a été plus fort que sa voiture selon Lauda
Niki Lauda a une théorie qui explique les deux nouveaux titres mondiaux, pilotes et constructeurs, décrochés par son équipe Mercedes, cette année.

Toto Wolff a souvent qualifié la W08 de "diva", difficile à comprendre et à régler en début de saison, et qui continuait à jouer encore quelques tours sur les circuits les plus sinueux en milieu de saison.

Cela fait dire au directeur non exécutif de Mercedes que la Mercedes n'était pas la meilleure voiture.

"Cette année, Lewis était plus fort que jamais! Pourquoi? Parce que la Mercedes n'était pas la meilleure voiture. En 2014 et 2015, Hamilton était le plus fort, mais il avait également la monoplace la plus performante. Cette saison, Ferrari était au-dessus, pourtant Lewis a gagné le championnat", explique Lauda à la 'RTBF'.

"Voilà pourquoi nous avons vu cette année un Lewis Hamilton encore plus fort que les saisons précédentes. Bien sûr les erreurs de Vettel et Ferrari ont aidé à certains moments, mais Lewis a réalisé le job parfait."

Lauda souligne la qualité du travail du Britannique.

"Si vous voulez être plusieurs fois Champion du monde, vous devez vous améliorer chaque année, et cette saison Hamilton est encore parvenu à franchir un palier par rapport à l'année dernière et encore davantage si l'on compare à 2015. Si vous voulez continuer à décrocher des titres, il faut sans cesse évoluer, et cette année, Lewis a encore fait un pas en avant."

Quant au 4ème titre constructeurs d'affilée, "la clé du succès chez Mercedes est sans aucun doute l'esprit d'équipe."

"Notre rôle à Toto Wolff et moi-même est de placer les bonnes personnes au bon endroit pour que cela constitue le puzzle parfait afin que tout le monde se motive et pousse dans la même direction. C'est ce que nous avons réussi de mieux au cours des trois dernières saisons. En tout cas 2017 aura été le championnat le plus difficile jusqu'ici, mais nous l'avons remporté!"
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton a adoré utiliser son moteur 'à fond'
En sortant de la piste en Q1 lors des qualifications du Grand Prix du Brésil, Lewis Hamilton s'est lui-même condamné à partir du fond de la grille.

Mercedes, son équipe, y a cependant vu une opportunité: le faire partir de la voie des stands avec un moteur neuf. Et comme il ne restait que deux Grands Prix à disputer (celui du Brésil et le prochain à Abu Dhabi), Hamilton peut exploiter presque tout le potentiel de ce moteur conçu pour tenir 5 courses en temps normal.

Et le Britannique a évidemment adoré! Un signe de plus pour la FIA et Liberty Media concernant les futurs moteurs?

"Ces moteurs sont géniaux quand vous pouvez utiliser tout leur potentiel sur une course, sans vous inquiéter de la gestion de la puissance ou de la consommation! C'est la première fois dans que j'ai pu pousser autant un moteur comme ça. Et j'ai adoré!" explique le quadruple Champion du monde.

"Normalement, vous devez gérer vos moteurs. Même si les motoristes testent leurs créations aux limites sur les bancs, ils vous les donnent ensuite et vous pouvez aller jusqu'à une limite, un peu inférieure, de temps en temps."

"Chez nous, nous avons le droit de faire un certain nombre de tours en course à cette limite. Et jusqu'à présent, j'avais toujours été bien, bien en dessous de ce nombre de tours. Cette année, j'ai toujours géré un peu plus mon moteur que ce qui est réclamé par les ingénieurs."

Hamilton explique pourquoi: il est toujours traumatisé par son abandon sur casse moteur en Malaisie l'an dernier, qui lui a certainement coûté le titre face à Nico Rosberg.

"Oui j'ai toujours cette peur de pousser un peu trop et de casser mon moteur comme en Malaisie en 2016. Alors, de moi-même, je baissais souvent la puissance moteur en course cette année. Et mes ingénieurs ne cessent de me dire de la monter à nouveau! Je leur dis que non, que je vais trouver un moyen de trouver du temps ou de rattraper les autres d'une autre façon."

"Mais le Brésil, c'était vraiment spécial. J'ai adoré!"
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne - Red Bull mettra de la pression positive sur McLaren
Stoffel Vandoorne a récemment admis, comme Fernando Alonso, avoir une plus grande confiance pour la campagne 2018 de McLaren.

L'excellent châssis de 2017 servira en effet de base à la MCL33 de la prochaine saison, qui accueillera le V6 Renault. Le moteur français, qui n'est toujours pas au niveau de Mercedes et Ferrari, est toutefois bien supérieur au V6 Honda qu'il va remplacer. Sans compter les progrès qui seront effectuer dans l'hiver.

Le Belge est donc confiant, mais que lui a-t-on dit pour justifier cette confiance?

"Pour être honnête... pas grand chose jusqu'à maintenant! Bien entendu toute l'équipe à l'usine est déjà concentrée à 100% sur la voiture de 2018 et tout ce que j'ai entendu jusqu'à maintenant est positif", indique Vandoorne.

"La qualité de notre voiture ne sera pas compromise par l'intégration du moteur Renault, même si cela représente une gros changement."

"Enfin ce que nous avons vu de Renault, en voyant les résultats de Red Bull, leurs victoires et leurs podiums, est prometteur."

Cela va mettre de la pression sur McLaren?

"Oui, bien sûr, mais de la pression positive parce que nous aurons enfin une référence solide."

McLaren a récemment annoncé que Jenson Button laissait sa place à un nouveau 3ème pilote, un jeune aux dents longues: Lando Norris. Le pilote de 18 ans va certainement courir en Formule 2 ou en Super Formula en 2018. Et si les résultats suivent, il visera la Formule 1...

"Nous n'avons pas un trio normal avec Fernando, moi et Lando? Fernando est un double Champion du monde, j'ai moi-même gagné plusieurs séries et Lando est une star montante. Est-ce que cela ne ressemble pas à l'ancien moule de McLaren? On dirait 'Retour vers le futur'..."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.