En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 12 Novembre 2017

Les deux Sauber à l'arrivée mais loin des points
Avec quelques abandons mais des conditions normales, les pilotes Sauber n'ont rien pu faire pour finir dans les points. Ericsson et Wehrlein terminent aux 13ème et 14ème rangs après une course difficile.

"C'était une course amusante" juge Ericsson. "Le départ a été difficile mais j'ai réussi à passer au travers en gagnant quelques positions. Malheureusement j'ai eu des difficultés avec l'équilibre de la voiture durant le premier relais en pneus tendres. Après avoir changé pour les super-tendres, ça allait mieux et la voiture ainsi que l'équilibre étaient normaux. Mon deuxième relais a été bon et c'est dommage que je me sois retrouvé coincé derrière Lance."

Wehrlein a tenté le pari de passer les pneus tendres dès le début de course, lorsque la voiture de sécurité est entrée en piste, mais sans résultat: "C'est dommage de ne pas avoir mieux fini aujourd'hui. Nous avons progressé durant les dernières courses et nous avons pu nous battre en milieu de peloton."

"Malheureusement, les circonstances n'ont pas permis un meilleur résultat pour moi car j'avais des difficultés en fin de course avec les pneus. Je suis satisfait de mon travail et j'espère avoir une meilleure chance à Abu Dhabi."

Frédéric Vasseur confirme que la stratégie pour Wehrlein était un peu osée: "Le plan était d'atteindre la fin de course en pneus tendres, ce qui était un peu optimiste. Marcus a été solide et n'était pas loin de nos compétiteurs directs. Nous sommes capables de faire mieux, ce qui n'était pas visible dans nos résultats."
source: Nextgen-Auto.com

L'accrochage Magnussen - Vandoorne - Ricciardo classé sans suites
Beaucoup ont parié sur une sanction contre Kevin Magnussen suite à l'accrochage du départ, aujourd'hui lors du Grand Prix du Brésil.

Le pilote Haas s'est déporté sur la McLaren Honda de Stoffel Vandoorne, qui a touché en conséquence Daniel Ricciardo.

La course du Danois et du Belge s'est arrêtée là, Ricciardo a pu poursuivre par miracle et a fini 6ème du Grand Prix.

Les commissaires sportifs ont entendu Kevin Magnussen, Stoffel Vandoorne et Daniel Ricciardo après la course. Et ils ont été d'une clémence rare en classant l'accident comme un incident de course.

Derek Warwick, le commissaire pilote de ce Grand Prix, a tendance à favoriser le spectacle, ceci explique peut-être cela...
source: Nextgen-Auto.com

Stroll - Tout a été mauvais ce week-end pour moi
Lance Stroll a fini le Grand Prix du Brésil à la 16ème et dernière place, derrière Romain Grosjean.

Le Québécois a vécu une course très difficile, en partant du fond de grille suite à sa pénalité de 5 places pour changement de boîte de vitesses.

"Tout a été mauvais ce week-end. C'était très dur pour moi, car avec l'unité de puissance que nous avions changée après un problème en Libres 3, nous n'avions pas de mode de qualification", commente Stroll.

"J'ai roulé avec un ancien moteur je perdais du temps, tour après tour. J'ai ensuite calé au départ et je n'ai pas pu gagner de places. J'ai ensuite fait un plat sur un de mes pneus et je savais qu'il allait y avoir un problème pour aller au bout de mon relais."

"J'ai réussi à passer Grosjean avec des pneus usés, j'ai eu le DRS mais je n'avais pas assez de vitesse pour le passer facilement. Alors j'ai dû plonger dans le virage et le plat, ce qu'on risque dans ce cas... bah c'est exactement ce qui s'est passé."

"Dans l'ensemble, ce fut un week-end difficile et maintenant je suis impatient d'aller à Abu Dhabi."
source: Nextgen-Auto.com

Tout s'est joué au départ pour Perez
Sergio Pérez n'a peut-être pas fait les bons choix au départ ou alors il a manqué d'un peu de chance et c'est finalement à la 9ème place qu'il termine le Grand Prix du Brésil à un souffle de Fernando Alonso, celui qui l'a fait suer... au départ!

"J'ai pris un bon départ, j'ai gagné une position, mais Alonso a pris l'extérieur et j'ai perdu cette position", raconte Sergio Pérez. "J'ai récupéré ma position dans le deuxième virage, mais il m'a poussé dehors et Massa a failli me dépasser. Je me suis donc retrouvé entre Alonso et Massa et ce n'était pas facile de dépasser."

"Nous avons donc essayé une stratégie différente par rapport à eux, mais il m'a manqué un tour pour signer un meilleur résultat. Je pense que nous avons choisi la bonne stratégie. Nous avions un bon rythme, mais les conditions étaient difficiles. Il faisait très chaud et les pneus se dégradaient très vite. On ne pouvait pas attaquer dans tous les virages, car si on attaquait trop, on le sentait dans le virage suivant. La course s'est décidée au départ, mais au moins, nous marquons quelques bons points", ajoute le pilote mexicain.
source: Nextgen-Auto.com

Au Brésil, Hulkenberg marque son premier point depuis Spa
Nico Hülkenberg a retrouvé les points pour Renault F1 en se classant dixième d'un Grand Prix du Brésil chaud et rythmé.

Carlos Sainz a franchi la ligne six secondes et demie juste derrière lui. Tous deux ont perdu des places au départ avant de connaître des courses propres.

Septième sur la grille, Hülkenberg démarrait avec ses Pirelli Supertendres (rouge) issus des qualifications avant de chausser des Tendres (jaune) neufs au trentième tour.

"C'est bien de marquer mon premier point depuis Spa malgré une course sans histoire. Nous avons perdu des places au départ et il était difficile de remonter dans le peloton avec les retours d'Hamilton et de Ricciardo."

"D'un côté, c'est bien d'avoir rallié l'arrivée, mais de l'autre, nous manquions de rythme aujourd'hui. J'attaquais à fond, donc c'est dommage de ne pas avoir pu faire mieux. J'entends bien conclure en beauté à Abu Dhabi."

Sainz s'élançait depuis la huitième position avant de s'arrêter une boucle après Nico, lui aussi pour remplacer ses Supertendres par des Tendres.

"J'ai pris un excellent envol, mais mon fond plat a malheureusement été légèrement endommagé lorsque Felipe m'a emmené au large. Après cela, l'équipe a réalisé un arrêt au stand extrêmement rapide, mais il n'y avait pas grand-chose que nous puissions faire pour remonter. C'était une course assez processionnelle."

"La voiture offrait de bonnes sensations, mais nous manquions un peu de rythme. Le bilan est néanmoins positif: j'ai effectué un beau départ et j'ai pu aligner soixante-et-onze nouveaux tours précieux au volant. Il ne reste plus qu'une manche à disputer. J'ai été déçu de ne pas marquer de points au Brésil, donc je donnerai tout pour aller en chercher à Abu Dhabi."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly à l'arrivée, abandon pour Hartley
Une seule Toro Rosso est à l'arrivée du Grand Prix du Brésil, celle de Pierre Gasly, en 12ème position. Brendon Hartley a été contraint à l'abandon.

"Je pense que c'est ma meilleure course depuis que je suis arrivé dans l'équipe en Malaisie", déclare Pierre Gasly. "Nous savions que cette course allait être difficile en partant depuis la 19ème place, mais cette course a été positive finalement. Nous savions que le départ allait être crucial après avoir vu les précédentes courses ici. J'ai pris l'extérieur dans le premier virage et cela a bien fonctionné. Je crois que j'ai dépassé au moins trois voitures dans les deux premiers virages."

"Nous avons tiré le maximum de la voiture aujourd'hui. Au début de mon premier relai, j'étais très proche de Carlos (Sainz), mais ensuite, nous avons eu des problèmes avec la dégradation de nos pneus. Je ne pense pas que nous pouvions faire mieux aujourd'hui", ajoute le pilote français.

"Cela risque d'être chaud à Abu Dhabi pour terminer devant Renault au Championnat des Constructeurs", reconnait Gasly. "Nous avons encore 4 points d'avance, mais ce sera dur parce qu'ils peuvent compter sur deux pilotes rapides. On espère quand même faire une bonne course là-bas et conserver l'avantage au classement final."

"Dommage de ne pas avoir terminé cette course", commente Brendon Hartley de son côté.

"J'ai pris un bon départ, mais peu après, Stroll a presque calé devant moi. Pierre m'a dépassé durant le premier tour, ce qui ne m'a pas fait plaisir, mais après ça, j'ai fait une belle course. Je crois que j'aurais pu terminer cette course juste derrière Pierre si je n'avais pas eu un souci de consommation d'essence. Je savais depuis un moment que ce serait difficile pour moi d'arriver à la fin de la course et c'est ce qui est arrivé. J'espère faire une meilleure course à Abu Dhabi afin de terminer la saison sur une bonne note."
source: Nextgen-Auto.com

Horner s'est ennuyé pendant le Grand Prix du Brésil
Christian Horner s'attendait à un Grand Prix passionnant et il l'a été... sauf pour ses voitures.

Parties devant, les Ferrari et la Mercedes de Bottas n'ont laissé aucune chance à Max Verstappen, 4ème sur la grille. Le Hollandais a même perdu cette place face à Lewis Hamilton, auteur d'une superbe remontée.

Daniel Ricciardo a aussi bien rattrapé l'accident du premier tour pour remonter à la 6ème place.

"Pour être honnête avec vous, ce fut un après-midi très long pour nous", commente le directeur de Red Bull Racing.

"Nous avons eu du mal pour bien gérer les gommes avec Max. Il a essayé de rester avec le groupe de tête, mais lorsque vous pilotez la voiture si durement sur une course à un stop, malheureusement, à la fin des relais, nous étions avec des pneus usés jusqu'à la corde. Il a dû faire un 2ème arrêt, c'était un peu décevant même s'il n'a pas perdu de place."

Horner révèle que Renault a demandé aux équipes clientes de faire tourner le moteur moins vite aujourd'hui, pour des raisons évidentes de fiabilité, suite aux nombreux problèmes rencontrés ces derniers temps.

"Nous avons roulé avec des réglages prudents pour les moteurs. Apparemment, la fiabilité a été préoccupante pour Renault. Nous avions 25 ou 30 chevaux de moins que Mercedes et Ferrari."

"Nous entendons dire que Renault est en train de progresser à l'usine. S'ils peuvent le faire durant l'hiver, et le plus important, s'ils peuvent améliorer la fiabilité, je suis sûr que nous pourrons donner à nos pilotes une très bonne voiture l'an prochain."

Red Bull a aussi du travail sur son châssis.

"Le tracé de la piste est juste un peu plus dur pour nous que celui de Mexico, mais nous n'avons pas réussi à faire les temps attendus dans le 2ème secteur, le plus sinueux. Nous devons étudier ça."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen a pris le départ et puis c'est tout...
Kevin Magnussen n'a pas terminé le premier tour du Grand Prix du Brésil et il n'a toujours pas compris pourquoi. Il doit revoir les images et voir ce qui s'est réellement passé entre lui, Daniel Ricciardo et Stoffel Vandoorne.

"Je dois vraiment étudier ces images", déclare le pilote danois, qui fait partie des pilotes qui seront entendus par les commissaires de la FIA.

"Selon moi, nous avons abordé ce virage à trois de front. Il y a eu un contact avec Stoffel (Vandoorne) et lui-même a touché Ricciardo. J'ai cassé ma suspension avant, ce qui n'est pas l'idéal."

"Si j'avais réalisé plus tôt que Ricciardo était à l'extérieur de Vandoorne, j'aurais certainement laissé plus de place. Mais lorsque j'ai vu Ricciardo, c'était trop tard. C'est dur et très frustrant lorsque cela arrive, mais c'est comme ça dans le sport automobile", ajoute Magnussen.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff confirme que Lewis Hamilton a utilisé son moteur à fond
L'un des secrets de la remontée fulgurante de Lewis Hamilton de la dernière place à la 4ème, aujourd'hui à Interlagos, n'était évidemment pas la météo.

Le pilote Mercedes n'a pas bénéficié de la pluie mais de la puissance maximale de son moteur neuf, monté après les qualifications ratées par le quadruple Champion du monde.

Comme ce 5ème moteur ne doit durer que deux courses (celle qui vient de se terminer et Abu Dhabi), Hamilton a pu utiliser la pleine puissance de son V6 hybride lorsque c'était nécessaire pour dépasser un à un ses rivaux.

"Le moteur de Lewis était neuf, il a tout exploité et les gars de notre usine moteur à Brixworth ont bien travaillé pour sa cartographie pour la course. Il a pu dépasser facilement et on avait l'impression d'entendre tous ses pistons hurler à chaque fois sur la ligne droite", explique Toto Wolff, le directeur de Mercedes F1.

"Le pilotage de Lewis a été exceptionnel. Il a vraiment le vent en poupe et a terminé la course à 5 secondes de celui qui menait la course, alors qu'il est parti des stands, c'est incroyable."

Cette joie est évidemment contrastée par la perte de la victoire au profit de Ferrari.

"Valtteri a perdu la course dès le départ. La première impulsion était bonne, en fait meilleur que celle de Vettel, mais il a eu par la suite beaucoup trop de patinage et il s'est fait passer au 1err virage. Ensuite, c'est très difficile de dépasser avec ces voitures quand elles ont le même rythme."

Mercedes a tenté d'arrêter Bottas un peu plus tôt.

"L'undercut a été un peu une tentative désespérée. Nous savions qu'il nous manquerait une demi-seconde si Ferrari réagissait au tour suivant. C'est ce qu'ils ont fait. Mais nous devions le tenter."

Wolff reconnait que l'histoire aurait pu être différente avec Hamilton à sa vraie place au départ.

"Oui, je pense qu'en termes de rythme pur, Lewis a été le plus rapide aujourd'hui et il aurait probablement mérité de gagner. Mais Sebastian gérait le rythme en tête. Je pense qu'il était sur la réserve durant la course même s'il dit le contraire. Peut-être pas à la fin mais il a géré à mon avis."

"À la fin de la course, Ferrari a sûrement tout donné. Ils ont sélectionné le mode 1 du moteur, et c'est leur mode qualif."

Pour Wolff la surprise c'était de voir que "Red Bull était absente de la course aujourd'hui. Verstappen était presque dans le bon rythme mais je m'attendais à mieux de leur part."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso marque des points et s'inquiète pour... Toro Rosso!
Fernando Alonso a marqué les quatre points de la huitième place aujourd'hui au Brésil et il n'hésite pas à dire que c'est le meilleur week-end de McLaren depuis le début de la saison. Ces points lui permettent de dépasser son équipier Vandoorne au championnat et il devait probablement y tenir beaucoup.

"Notre voiture était fantastique durant toute la course, mais nous ne pouvions pas dépasser", explique Fernando Alonso. "Notre manque de puissance était incroyable, comme au Mexique. J'étais souvent très proche de Felipe (Massa) dans le dernier virage et je me disais à chaque fois que c'était le bon moment et que j'allais le dépasser, mais même avec mon DRS ouvert, il s'en allait! Ce manque de puissance est inquiétant pour Toro Rosso l'année prochaine."

"Pour nous, ce fut un très bon week-end. J'ai pris le départ depuis la sixième place, j'étais cinquième dans le premier virage et ensuite je termine dans les points. C'est certainement notre meilleur week-end jusqu'à présent. Renault a été le meilleur motoriste ces 15 ou 20 dernières années, je pense donc que nous ne devons pas nous inquiéter", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne n'a rien pu faire pour éviter l'accident au départ
La course de Stoffel Vandoorne n'a duré que deux virages aujourd'hui à Interlagos.
Le pilote belge a abandonné dans le premier tour du Grand Prix du Brésil, percuté par la Haas de Kevin Magnussen, ce qui l'a projeté sur Daniel Ricciardo.

La McLaren Honda a été trop endommagée dans le choc pour continuer. Cet incident va être étudié par les commissaires de course.

"Ce n'était pas un départ idéal pour nous. Le départ était bon car j'avais presque dépassé la Force India et la Haas. Au virage numéro deux, j'avais une voiture sur ma gauche et une autre sur ma droite. J'étais pris en sandwich, je ne pouvais pas faire grand chose. Je n'ai pas encore revu l'incident mais je ne savais rien faire car il n'y avait pas d'espace pour passer", déclare Vandoorne à la 'RTBF'.

"C'est dommage car on avait le potentiel pour terminer dans les points. Après les essais libres vendredi, on savait que notre rythme de course était bon. J'avais envie de voir ce qu'on pouvait faire en course aujourd'hui. Je pense que notre réglage allait bien fonctionner avec les températures élevées."

Le Belge pense donc déjà à la dernière course, à Abu Dhabi, la dernière avec Honda.

"On fera le mieux possible, en espérant ne pas avoir de pénalité et un week-end propre."
source: Nextgen-Auto.com

Massa ravi de conclure sa carrière en F1 avec un tel résultat au Brésil
Felipe Massa vivait aujourd'hui au Brésil son avant-dernier Grand Prix en Formule 1, son dernier à domicile.

Après avoir vécu son hymne national sur la grille avec son fils, il a réalisé une course brillante pour finir "le meilleur des autres", à la 7ème place, résistant à Fernando Alonso et Sergio Pérez revenus à moins d'une seconde de lui dans le dernier tour.

Ses premiers mots ont été pour le public brésilien.

"Je suis vraiment ému aujourd'hui à cause de vous tous, les fans. Merci pour tout ce que nous avons vécu ensemble, pour votre soutien", a-t-il lancé sur le podium, invité à s'exprimer devant son public pour son dernier Grand Prix à domicile.

"L'énergie que j'ai ressentie aujourd'hui ici m'a aidé a réaliser la meilleure course que je pouvais faire. Je suis si heureux de ma course, d'avoir réussi à signer cette 7ème position. C'était le meilleur résultat possible."

"Merci beaucoup à vous tous. Je vous aime. Merci infiniment."

Après être redescendu de podium d'honneur, il en dit plus aux médias.

"Il est si difficile d'expliquer mes sentiments aujourd'hui. J'ai eu un départ incroyable. Puis j'ai réussi à dépasser quelques voitures après la voiture de sécurité, j'ai réussi à passer Alonso ce qui était très important pour moi parce que je savais qu'il aurait un meilleur rythme que moi."

"J'ai réussi à le garder derrière moi. J'étais tellement ému quand j'ai vu le drapeau à damier. Ce fut une course très difficile pour moi. Je l'ai vécu comme pleins de victoires. J'ai réalisé une course parfaite, du début à la fin. J'ai bien géré les pneus, géré tout ce qu'il fallait sur la voiture ainsi que le rythme de course."

Massa reconnait qu'il ne pouvait rêver mieux pour finir sa carrière. L'an dernier c'était un abandon, mais sa retraite a été partie remise. Et c'est finalement tant mieux!

"Aujourd'hui, ça a été comme remporter une victoire! Terminer la course et ressentir l'émotion des gens après une telle course... J'avais à l'esprit que l'an dernier j'ai reçu tant d'amour et d'émotion de la part des fans, mais je n'avais pas fini la course comme je le voulais. Aujourd'hui, j'ai terminé comme je le désirais. C'est la raison pour laquelle j'ai fait une année de plus."

"Ce fut une course que je ne vais jamais oublier. Vous allez certainement tous me manquer. Nous avons été ensemble durant 16 ans. Merci."
source: Nextgen-Auto.com

Les Red Bull dominées par les Ferrari et les Mercedes
Max Verstappen et Daniel Ricciardo n'espéraient pas trop devancer les Mercedes ou les Ferrari ce dimanche au Brésil et cela s'est passé comme ils le redoutaient. Même Lewis Hamilton qui s'est élancé depuis la voie des stands a pris le dessus sur les Red Bull...

"C'est ce que nous pouvions espérer de mieux aujourd'hui", déclare Max Verstappen, cinquième à l'arrivée. "Nous n'étions pas assez rapides en ligne droite et vous avez pu le voir lorsque Lewis (Hamilton) m'a dépassé. Nous n'avions aucune chance sur ce circuit, c'était très dur."

"Le point positif, c'est que nous avons été très compétitif lors des 10 ou 15 premiers tours. Mais en voulant compenser ce que nous perdions en ligne droite, nous devions peut-être en demander trop à nos pneus", ajoute le Néerlandais.

Daniel Ricciardo décroche la sixième place après une belle remontée. «C'était bouché dans le deuxième virage et j'ai donc été obligé de prendre l'extérieur, ce qui est toujours risqué. Le départ reste toutefois le meilleur moment de la course pour gagner quelques positions et je ne regrette pas d'avoir pris ce risque. Heureusement, il n'y a pas eu de dommages sur ma voiture et j'ai pu remonter dans le classement. Pas aussi vite que Lewis, mais selon les possibilités de ma voiture. Je sis content de ma course."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda n'en veut pas trop à Bottas et félicite Hamilton
Niki Lauda ne semble pas trop déçu de la victoire manquée aujourd'hui à Interlagos par Valtteri Bottas.

Le directeur non exécutif de Mercedes a plutôt été impressionné par la remontée météorique de Lewis Hamilton, sur le sec.

"Je pense que c'est un bon résultat d'ensemble. Vettel a été le plus rapide, il n'y a aucun doute là-dessus", reconnait l'Autrichien.

"C'est certain que le départ osé de Vettel ne nous a pas aidé mais il a eu raison de saisir sa chance. Il est très difficile de juger Valtteri parce que je pense que Vettel l'a joué tranquille devant lui. Il n'avait pas besoin de pousser. Il a fait le bon choix en s'arrêtant juste après Valtteri et a gagné la course. Valtteri mérite d'être à la 2ème place", admet Lauda, fair-play.

"Mais c'est Lewis qui a réalisé un travail incroyable. Malheureusement à la fin, il n'a pas pu atteindre la 3ème place pour fêter sa remontée sur le podium. Il l'aurait mérité mais il a fait tout ce qu'il a pu. Nous ne pouvons pas nous plaindre."
source: Nextgen-Auto.com

Une course à oublier pour Grosjean, pénalisé pour avoir sorti Ocon
C'est une course à oublier pour Romain Grosjean, qui avait une chance de marquer des points aujourd'hui à Interlagos.

Le Français a été pénalisé par les commissaires de la FIA de 10 secondes de stop & go avant son arrêt pour changement de pneus (le seul de sa course) parce qu'il a été jugé responsable de l'accrochage avec Esteban Ocon lors du premier tour.

Le pilote Haas a défendu sa position face à son compatriote mais la VF-17 est part en survirage dans le virage 6, entrainant la Force India dans sa dérive. Ocon a dû abandonner, deux roues crevées, Grosjean a pu poursuivre mais il n'a fini que 15ème.

"Je ne ferai pas de commentaire à chaud sans avoir vu les images", dit-il à 'Canal+'.

"Ce qui s'est produit, c'est que j'ai été victime d'un contact dans le premier virage et que ma voiture a subi une crevaison lente à l'arrière gauche. Dès lors, dans le premier virage à droite, j'ai perdu l'arrière..."

Cela explique donc pourquoi sa voiture est partie en survirage et il ne comprend donc pas vraiment sa pénalité.

"Ma course était morte dès cet instant. J'ai cependant apprécié le dernier relais avec les gommes super tendres parce que l'équilibre de l'auto était vraiment bon, même si le fond plat était endommagé. Nous allons essayer de conserver ces bons réglages pour tenter de finir en beauté à Abu Dhabi."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton s'est amusé autant que nous
Lewis Hamilton a pris le départ du Grand Prix du Brésil depuis la voie des stands et on se disait qu'il allait quand même marquer quelques points, mais c'est au pied du podium qu'il a terminé cette course.

Et dans les trois derniers tours de la course, il a senti comme une odeur de champagne, celui qu'il allait recevoir et donner sur le podium, mais Räikkönen l'a finalement privé de ce bonheur.

"Je me suis bien amusé", déclare Hamilton. "Cela m'a rappelé mes années passées en karting lorsque je partais souvent de l'arrière. Hier j'ai fait une erreur et cela m'a mis dans la pire des positions. J'étais assez rapide pour remporter la victoire en partant de la pole, mais cela n'est pas arrivé et cela m'a un peu compliqué la vie."

"Lorsque je me suis levé ce matin, je me suis dit que je devais me racheter de mon erreur en qualification. Je voulais vraiment marquer quelques points. Je voulais la troisième place, mais en fin de course, je n'avais plus de pneus. J'ai quand même apprécié cette course, j'ai aimé toutes ces batailles. J'espère avoir démontré à tout le monde et à moi-même que j'ai encore le feu sacré en moi. Je suis encore jeune dans mon coeur et j'ai encore de très nombreuses courses à disputer", poursuit-il.

Lewis Hamilton s'est amusé, mais les fans du monde entier aussi. "Je remercie tous les fans qui ont voté pour que je sois le pilote du jour. J'espère qu'ils ont apprécié le spectacle", conclut le Champion du monde.
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari avait de la performance en réserve selon Jock Clear
Jock Clear, l'ingénieur de piste en chef de Ferrari, assure que Sebastian Vettel n'a pas été aussi menacé que ça en course par le rythme de Valtteri Bottas.

Selon lui, l'Allemand a pu gérer le Finlandais en tête de la course, après le départ, et il disposait de la réserve nécessaire. Ferrari a enfin réussi à remettre bout à bout sa performance pour renouer avec la victoire.

"Nous avons toujours eu une réserve de performance à notre disposition. Nous avons toujours été présents ou à peu près, en qualifications comme en rythme de course", confie Clear à l'arrivée.

"Les incidents en Malaisie et au Japon nous ont mis dans une mauvaise posture. Le rythme a toujours été là, même sur ces courses, et aujourd'hui, nous avions enfin pu exploiter sans problème une voiture qui reste rapide et nous avons été capables de rester devant Bottas et aussi de contrôler le rythme."

Clear concède que Ferrari n'a pas la voiture la plus rapide sur un tour et a donc du mal à jouer les pôles cette année.

"La course, ce n'est pas juste une question de voir à quel point votre voiture est rapide, c'est de réaliser tous les tours le plus rapidement possible. Nous apprenons tout le temps pour optimiser cela, et aujourd'hui, nous avons mis ça en application. Nous avons gagné et nous allons en profiter avec une belle fête, j'en suis sûr."

"C'est un bon coup de boost pour le moral avant la dernière course et avant de commencer la pause hivernale. Nous allons revenir l'année prochaine encore plus forts."
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen a dû aller le chercher ce podium!
Kimi Räikkönen a décroché la troisième place aujourd'hui au Brésil, mais il s'en est fallu de peu que Lewis Hamilton le prive de ce podium dans les derniers instants de la course.

"L'équilibre de ma voiture était un peu délicat avec le premier train de pneus, mais cela s'est amélioré par la suite. Et avec le second train, ma voiture se comportait très bien", raconte Kimi Räikkönen.

"J'ai pu me rapprocher des gars devant moi, mais les dépassements sont impossibles ici lorsque les voitures ont des performances comparables."

"Lewis (Hamilton) est revenu très près de moi en fin de course alors que moi je me suis rapproché de Sebastian (Vettel) et Valtteri (Bottas), mais je n'étais pas trop inquiet. Je sortais en effet très bien du dernier virage", ajoute le Finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas est très déçu d'avoir manqué la victoire
En loupant son départ et la victoire face à Sebastian Vettel aujourd'hui à Interlagos, Valtteri Bottas était évidemment très déçu à l'arrivée, sur le podium.

Sa pole n'a pas été concrétisée et, avec 22 points de retard sur Vettel maintenant, la 2ème place du championnat est presque perdue pour lui.

"Je ne voulais pas être pris en sandwich au départ mais c'est comme ça. J'ai pris un mauvais départ, ce qui a permis à Sebastian de me dépasser d'entrée de jeu", commente Bottas.

"Nous sommes partis de la pole, donc le seul objectif était de gagner la course aujourd'hui. C'est vraiment décevant d'avoir perdu dès le départ de la course."

Bottas reconnait, comme Vettel, que sa voiture et la Ferrari avaient le même rythme aujourd'hui.

"Après le départ, cela a été très serré entre nous. J'ai essayé de mettre la pression sur Sebastian mais cela n'a rien apporté de plus."

La W08 semblait pourtant capable d'aller bien plus vite: Hamilton, parti dernier, finit à peine à plus de 5 secondes de Vettel et à 3 secondes de Bottas!

"Oui, Lewis a effectué un retour génial", constate, amer, le Finlandais.

"Il a marqué pas mal de bons points. Rendez-vous à Abu Dhabi..."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Le départ a été crucial pour gagner
Sebastian Vettel a réussi à gagner le Grand Prix du Brésil en ne lâchant rien lors du départ, en s'imposant face à Valtteri Bottas.

Les deux hommes ayant eu un rythme très similaire à Interlagos, cette phase a donc été la clé du succès de l'Allemand.

"Oui, le départ a été crucial", reconnait Vettel sur le podium.

"J'ai eu une très bonne impulsion au départ, ensuite j'ai un peu patiné et j'ai cru que j'avais manqué ma chance. Mais je pense que Valtteri a souffert encore plus sur la ligne pour trouver de la motricité et cela a suffi pour que je puisse m'infiltrer à l'intérieur au premier virage. Un peu à sa surprise je crois!"

"C'était donc très crucial parce qu'après nous avons été à fond, tous les deux. J'ai essayé de créer un petit écart et de contrôler la course mais je n'ai jamais pu prendre une grande avance sur lui."

Pour Vettel et Ferrari, ce retour à la victoire est une bonne chose.

"Je suis très heureux pour moi et toutes les personnes dans l'équipe, ici et à Maranello. Elles ont travaillé très dur et, bien sûr, les dernières semaines ont été difficiles pour nous. C'est donc bien d'avoir ce succès aujourd'hui, avec les deux voitures sur le podium. Nous voulions finir cette saison du mieux possible et nous l'avons prouvé."

"C'est un grand soulagement, après une journée difficile, une course difficile. Encore une fois, avec Mercedes, nous avions le même rythme à peu de choses près. C'était donc difficile et il n'y avait aucune marge pour faire la moindre erreur."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Grosjean n'a pas été très malin...
Esteban Ocon espérait bien marquer quelques points aujourd'hui au Brésil, mais Romain Grosjean l'a sorti dès les premières secondes de la course. Ocon ne verra pas la fin du premier tour alors que Romain Grosjean a poursuivi sa course avec une pénalité à la clé pour cet accrochage.

"Il n'a pas été très malin, Romain, sur ce coup-là", déclare Esteban Ocon à 'Canal +'.

"Je vais à l'extérieur, mais j'étais devant lui dans le virage. C'était assez glissant à l'extérieur, mais moi je la rattrape et lui ne l'a pas rattrapée, il m'a tapé."

"C'est à cause de ça que j'abandonne parce que ça casse ma jante arrière et ma jante avant. C'est à cause de lui qu'on ne passe pas le virage. Il a une pénalité [de 10 secondes, ndlr], mais ça ne change rien au fait que ma course est morte. La voiture ne tournait pas, ce n'était pas possible de la ramener, je l'aurais encore plus endommagée."

A-t-il appris aujourd'hui de son premiers abandon? Non, et la réponse est cinglante.

"Ce n'est pas de l'apprentissage. Je n'apprends pas, parce que ce n'est pas moi qui ai fait l'erreur. Là, il n'y a rien à apprendre", ajoute le Français.
source: Nextgen-Auto.com

GP du Brésil - Course
Après sept courses sans succès, Sebastian Vettel a renoué avec la victoire au Brésil. Le pilote Ferrari devance la Mercedes de Valtteri Bottas et son équipier de Maranello Kimi Räikkönen. Un succès notamment construit dès le départ.

Dès l'extinction des feux, Vettel prend en effet le meilleur sur Bottas au premier virage, mais la direction de course doit rapidement interrompre l'épreuve après plusieurs incidents dans le peloton.

Daniel Ricciardo (Red Bull) est ainsi impliqué dans un accrochage avec Stoffel Vandoorne (McLaren) et Kevin Magnussen (Haas). Si l'Australien peut poursuivre sa route en repassant par les stands pour changer de gommes, le Belge et le Danois sont contraints à l'abandon.

Quelques mètres plus loin, les deux Français Romain Grosjean (Haas) et Esteban Ocon (Force India) s'accrochent. Le pilote de l'écurie de Vijay Mallya ne peut ramener sa monoplace aux stands, victime de deux crevaisons et doit abandonner. Grosjean sera pénalisé de 10" en étant jugé responsable de l'accident.

Après cinq tours sous régime de voiture de sécurité pour nettoyer la piste, la course reprend avec Vettel en pointe devant Bottas, Räikkönen, Max Verstappen (Red Bull), Fernando Alonso (McLaren), Felipa Massa (Williams), Sergio Pérez (Force India), les Renault de Nico Hülkenberg et Carlos Sainz et Pierre Gasly (Toro Rosso), grand bénéficiaire du départ.

Dès le neuvième tour, Lewis Hamilton, parti depuis les stands après sa sortie en qualifications, revient dans le Top 10 en prenant l'avantage sur Pierre Gasly. Le Britannique pointe au septième rang au 15ème passage après avoir pris le dessus sur les Renault et la Force India de Sergio Pérez et pointe à une quinzaine de secondes du leader Vettel. L'Allemand conserve les commandes de la course avec environ deux secondes d'avance sur Bottas.

Parmi les leaders, Bottas est le premier à s'arrêter à la fin du 27ème passage et chausse les gommes tendres. Un tour plus tard, Vettel et Verstappen s'immobilisent et suivent la même stratégie. Vettel réussit à ressortir de justesse devant la Mercedes de Bottas.

Räikkönen passe aux stands un tour après, laissant Lewis Hamilton s'emparer de la première place. Le Champion du monde s'immobilise finalement à la fin du 43ème tour, tout comme Ricciardo pour son deuxième arrêt. Reparti cinquième, Hamilton se lance ainsi une nouvelle fois à l'assaut des pilotes le précédant.

Max Verstappen, en délicatesse avec ses gommes, ne pourra pas résister à la Mercedes n°44 au 59ème tour. L'ancien pilote McLaren garde la Ferrari de Kimi Räikkönen dans son viseur et si l'on pense voir le Britannique venir s'immiscer sur le podium, il ne pourra attaquer la SF70H n°7 et échoue au pied du podium derrière Vettel, Bottas et Räikkönen.

Repassé par les stands pour chausser un dernier train de gommes neuves, Max Verstappen termine cinquième et précède son équipier chez Red Bull Daniel Ricciardo. Felipe Massa suit en septième position devant Fernando Alonso, Sergio Pérez et Nico Hülkenberg qui marque un point important pour Renault dans sa lutte au Championnat des Constructeurs face à Toro Rosso.

Carlos Sainz prend la 11ème place devant Pierre Gasly, Pascal Wehrlein (Sauber), Marcus Ericsson (Sauber) et Romain Grosjean. Lance Stroll est le dernier pilote classé avec sa Williams, après avoir vu son pneu avant gauche se délaminer suite à un blocage de roue au premier virage. Brendon Hartley (Toro Rosso) a rejoint la liste des abandons dans la seconde moitié de l'épreuve. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Lowe - Trop de disparités dans les revenus et les primes
La Formule 1 doit vraiment réussir à faire sa révolution économique pour garantir plus de compétitivité entre les équipes à l'avenir. Que cela passe par la réduction des coûts ou l'arrivée de budgets plafonnés, il faut un terrain de jeu plus égal pour tous.

C'est ce qu'affirme à nouveau Paddy Lowe, dans le paddock du circuit d'Interlagos, qui presse Liberty Media d'agir aussi sur un 3ème paramètre: les primes données aux équipes.

"Cela fait 30 ans que je suis en F1. J'ai commencé par Williams, une équipe alors très forte. Mais les budgets étaient loin d'être ceux d'aujourd'hui", explique-t-il.

"Je suis ensuite passé notamment chez McLaren et Mercedes. Nous avons gagné des titres mais, pour y arriver, il fallait disposer d'un très solide compte en banque. Et la situation ne s'est pas arrangée."

"Il suffit de regarder les écarts entre les équipes. On dirait deux divisions de foot doivent s'affronter en permanence, entre les top teams et les autres."

"Je ne suis toutefois pas du genre à me plaindre ou à abandonner. Nous voulons progresser de manière significative par nous-mêmes, chez Williams, afin de combler une partie de l'écart de deux secondes qui séparent les top teams de nos équipes. Pour cela nous ne pouvons nous baser que sur des équipes extrêmement efficientes avec nos ressources plus limitées."

"Mais le gros problème du sport c'est de le rendre plus compétitif pour tout le monde. Encore une fois, ce n'est pas une question de moteur. Il s'agit vraiment de la très grande disparité des revenus et des primes qui sont donnés en F1. Tout le monde le sait, et les nouveaux propriétaires encore plus."

La FOM doit en effet verser un chèque de 80 millions d'euros à Ferrari, juste pour sa présence en Formule 1. C'est deux tiers du budget annuel de Force India. Mercedes en aurait près de 40, comme Red Bull. Renault aurait obtenu 15 millions par an lorsqu'elle a négocié son retour en tant qu'équipe, fin 2015.
source: Nextgen-Auto.com

Haas s'inquiète d'un éventuel départ de Ferrari
Les menaces de Ferrari sont plus ou moins devenues récurrentes au fil des ans, mais elles n'en sont pas moins rassurantes pour certains des partenaires de la Scuderia. C'est le cas de Haas qui, avec les transferts de technologie que Ferrari effectue, s'inquiète de devoir trouver un nouveau partenaire et veut une réponse avant la fin 2018.

Lorsqu'on demande à Günther Steiner si Haas pourrait s'en sortir sans l'appui de Ferrari, la réponse est très claire: "Vous rendez cela beaucoup trop simple!"

"J'espère que d'ici à l'année prochaine, nous saurons ce que Ferrari veut faire car nous aurons des décisions à prendre de notre côté. Nous ne serions pas prêts à tout faire de notre côté, ce serait très difficile voire impossible."

"Ceci dit, ils seront là l'an prochain, je le sais, mais je ne veux pas attendre la dernière minute pour prendre une décision. S'ils prennent une décision, je dois la respecter. Je n'ai pas de voix à donner mais j'espère qu'ils resteront, pas seulement dans mon intérêt, mais pour notre sport."

Le contexte de la Formule 1 ces derniers jours s'inscrit plutôt dans la plainte et la menace, puisque trois des quatre constructeurs ne sont pas satisfaits des règles envisagées pour 2021 dans leur forme actuelle. Haas est conscient de sa position d'équipe privée et ne veut pas s'en mêler.

"Je leur laisse celle-ci, je ne veux pas prendre parti à la bataille. Chacun lutte pour son camp, je ne m'implique pas du côté de Liberty ou de Ferrari, je ne veux juste pas me mêler de ça, mais ça serait une grande perte en ce qui concerne Ferrari."

"Nous devrions trouver un moteur, une porte se ferme, l'autre s'ouvre, c'est la vie. Pour le moment je ne regarde pas d'alternatives à Ferrari, j'espère et je crois que Ferrari restera en F1 pour le bien de la F1, pas simplement pour nous donner un moteur, et ils voudrons que la F1 les aide. J'espère qu'ils pourront rester et faire progresser le sport, plutôt que de le voir régresser."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli voudrait agrandir sa gamme et la rendre plus tendre
La réflexion se prolonge encore du côté de Pirelli qui souhaiterait, avec l'accord de la FIA, pouvoir donner le choix aux équipes de sélectionner trois composés de pneumatiques de leur choix, dans une gamme existante. Pour cela, le manufacturier va procéder à des essais et pourrait fabriquer jusqu'à huit types de pneus différents.

"Nous avons d'autres composés à tester et cela nous donnera une décision finale sur la gamme complète" explique Mario Isola, au sujet d'un test qui sera effectué par Stoffel Vandoorne et Lando Norris à Interlagos.

"Après ce test, nous aurons toutes les informations pour définir notre gamme de l'année prochaine, si évidemment il ne pleut pas. Nous ne savons pas encore combien exactement, mais l'idée est d'offrir plus de flexibilité afin d'avoir des choix qui soient plus ciblés, de manière à avoir trois composés utilisables réellement à chaque course. Nous voulons améliorer nos produits."

Les équipes ont très régulièrement mis un composé de côté cette saison, notamment le dur qui n'a jamais été exploité réellement, et le médium qui n'a pas toujours rencontré de succès. Dans tous les cas, leur dénomination et le code couleur seront toujours d'actualité.

"Leur donner différents noms seraient comme perdre un peu la tradition, perdre ce que l'on a fait depuis sept ans. Les gens savent maintenant que le super-tendre est rouge, que le tendre est jaune, et ainsi de suite. Ce serait dommage de perdre cette association entre nom et couleur. Si nous devons étendre la gamme, nous réfléchirons évidemment à d'autres codes."

"Dans la gamme actuelle, le tendre sera le médium. Donc si vous appliquez cette logique à toute la gamme, l'ultra-tendre sera un cran plus tendre que l'actuel, tout en ne changeant pas les noms ni les couleurs. Si nous avons à ajouter des pneus plus tendres ou plus durs, nous devrons considérer des super-durs ou quelque chose du genre. Nous ne voulons pas de révolution. On pourrait les appeler, A, B ou C mais nous partirions de zéro. Et nous perdrions la tradition."

Le débat se porte maintenant sur le nombre de composés: "Ce sera entre cinq et huit. Cela pourrait être plus, ce n'est pas parce que je ne veux pas vous le dire. Cinq est le nombre que l'on a cette saison, il est vrai que le dur a été utilisé une seule fois à Barcelone et nous avons décidé de ne pas le réutiliser."

"L'an prochain, en allant vers le plus tendre, nous aurons une gamme qui sera plus simple à utiliser, y compris le nouveau dur, donc cela nous ferait une gamme utile."

"Nous voulons agrandir la gamme pour avoir plus de flexibilité et c'est pour cela que nous allons sûrement en homologuer plus de cinq. On pourrait en homologuer 50 mais faire un choix deviendrait compliquer. Si l'on exagère, cela donnera l'impression que l'on se perd un peu, donc il faut choisir un nombre qui soit juste assez pour apporter de la flexibilité."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Bottas doit gagner, Hamilton a une montagne à gravir
Chez Mercedes, la séance de qualifications d'hier a été très tendue du côté de Toto Wolff.

Le directeur autrichien de l'équipe championne du monde est resté médusé par l'accident de Lewis Hamilton, sorti de la piste dès son premier tour lancé en Q1. Heureusement Valtteri Bottas a redonné le sourire à Wolff en fin de séance.

"Ce fut une séance inhabituelle", commente-t-il. "Cela a commencé vraiment mal et cela s'est terminé vraiment bien!"

"Tout d'abord, ce fut un travail superbe de la part de Valtteri. Sebastian Vettel a réalisé un tour magnifique en Q3, alors Valtteri a eu à sortir le grand jeu pour conquérir la pole position. Et il l'a fait. Après une nuit difficile pour quelques uns de nos gars suite à l'incident (braquage à mains armées) de vendredi, c'était la récompense parfaite pour leur professionnalisme et leur dévouement."

"Evidemment, ce fut une séance rude pour Lewis et il est très inhabituel de ne pas le voir établir un temps en qualification. Mais plus que l'accident, j'ai été frappé de son geste, celui de revenir directement au parc fermé pour être le premier à féliciter Valtteri pour sa pole position. C'est un petit exemple de l'esprit qui règne dans notre équipe et la confiance entre les deux coéquipiers."

Une Mercedes en pole, l'autre dans les stands au départ... Qu'attend Wolff de cette course?

"Lewis a une montagne à gravir - mais si quelqu'un peut le faire, c'est bien lui. Et pour Valtteri, il ne peut y avoir qu'un seul objectif (la victoire). Cela va être excitant, cela va être une course serrée mais nous allons essayer de nous en sortir sur la plus haute marche."

Andrew Shovlin, le responsable de l'ingénierie piste, ajoute que la tâche ne sera pas facile pour le Finlandais.

"Nous nous attendons à ce que Ferrari et Red Bull soient vraiment proches de nous au niveau du rythme de course. Interlagos donne toujours lieu à un Grand Prix excitant et nous ne nous attendons pas à autre chose aujourd'hui."
source: Nextgen-Auto.com

Chez Red Bull on promet déjà un Grand Prix très impressionnant
Chez Red Bull Racing, Christian Horner prédit déjà un Grand Prix du Brésil très excitant, et il pourrait même être impressionnant selon lui.

"Si les conditions plus chaudes prévues pour la course sont bien là, nous pourrions bien voir un Grand Prix énorme", lance le Britannique, qui dirige l'équipe autrichienne.

"Nous sommes qualifiés à peu près là où nous nous attendions, évidemment Daniel Ricciardo devra remonter sa pénalité de 10 places mais je ne fais pas de souci. Les qualifications étaient la partie la plus difficile de notre week-end, nous nous y attendions.

"Mais, pour la course, avec Max Verstappen en 2ème ligne, nous pourrions surprendre s'il fait plus chaud. Parce que nous savons que Mercedes a toujours plus de mal avec ses pneus quand il fait chaud. C'est une chance pour nous et pour Ferrari."

"Si Valtteri réussit à prendre un bon départ et à rester devant, je suis certain que ce sera excitant, impressionnant même parce que les Ferrari seront rapides et Max est vraiment très motivé en ce moment! Nous pourrions avoir un futur GP classique de la Formule 1 ce dimanche."

Voilà qui promet beaucoup selon Horner. Qu'attend-il pour Daniel Ricciardo?

"Comme Lewis, il va devoir remonter et ça nous promet beaucoup de bagarre dans le peloton. Ce sera un élément de plus pour l'excitation dans cette course. Je suis certain que Daniel arrivera à remonter rapidement 5 ou 6 places. Après, ce sera aussi une question de stratégie."

"Selon la chaleur, il pourrait être plus intéressant de faire un arrêt de plus. Il y a vraiment beaucoup d'inconnues avant cette course!"
source: Nextgen-Auto.com

Un ou deux arrêts attendus par Pirelli en course
Malgré les prévisions qui annonçaient de la pluie en qualifications, la séance est restée sèche, mais avec des températures de piste 20°C plus basses que celles enregistrées vendredi.

Pensionnaire de l'écurie Mercedes et chaussé des pneumatiques super-tendres, Valtteri Bottas décroche la pole position, tandis que Daniel Ricciardo, à bord de sa Red Bull, fut le seul pilote à utiliser les gommes tendres en Q2. Il s'élancera donc avec ce mélange au départ du Grand Prix.

Sous le coup d'une pénalité sur la grille, l'Australien espère ainsi pouvoir progresser dans la hiérarchie en bouclant un premier relais plus long. La Toro Rosso de Brendon Hartley rétrogradera elle aussi sur la grille mais, tactiquement, il a choisi de ne pas boucler de tour chrono en Q2.

Moins en réussite, le nouveau Champion du monde Lewis Hamilton fut pour sa part victime d'une sortie de piste au volant de sa Mercedes dès la Q1 et s'élancera par conséquent en fond de grille (depuis la voie des stands). Il aura néanmoins l'avantage de pour choisir avec quel train de pneumatique prendre le départ.

"Avant le début des qualifications, le meilleur chrono du week-end était toujours celui réalisé par Hamilton, vendredi, en EL1. Les températures ont en effet été plus fraîches, ce qui aida à élever le niveau de performance des super-tendres, avec un nouveau record établi en Q3 par Bottas", souligne Mario Isola, le responsable de Pirelli F1.

"En course, un pit-stop devrait être privilégié, mais deux sont également envisageables en fonction de la tenue et de la dégradation de la gomme. Les prévisions annoncent des conditions sèches et un thermomètre en légère hausse, et c'est précisément ce facteur qui influencera le choix de la stratégie d'un ou deux arrêts."

"Plusieurs pilotes subissant une pénalité, les performances étant très proches et le tour très court, nous devrions assister à un Grand Prix passionnant et animé."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen met en exergue le manque de performance du V6 Renault
Avec un moteur Renault un peu plus puissant, Max Verstappen est certain qu'il aurait pu jouer la pole position à Interlagos, hier.

Le pilote hollandais a constaté les dégâts sur la télémétrie et révèle l'ampleur de l'écart.

"J'ai regardé les données GPS des voitures et nous perdons clairement une demi-seconde dans les lignes droites. C'est l'écart qui nous sépare de la pole", affirme le pilote Red Bull.

Voilà une nouvelle petite attaque sur le moteur Renault, après les tensions nées entre le motoriste français et Toro Rosso.

Verstappen a enfoncé le clou quand on lui parle de fiabilité: "si le moteur explose, il explose. Que peut-on y faire?"

"Mais, pour le moment tout a l'air de bien fonctionner et je pense que ça ira pour la course. Nous savions que nous aurions plus de mal ici avec la puissance, parce que, si on regarde les secteurs sinueux, nous sommes au niveau de Mercedes et Ferrari. En course, nous serons plus proches. Mais assez pour gagner, je ne sais pas."

Daniel Ricciardo étant pénalisé sur la grille, Max Verstappen sera encore l'homme fort de Red Bull ce week-end. Pour celui qui a prolongé son contrat jusqu'en 2020, sent-il que l'équipe se tourne de plus en plus vers lui alors que son équipier souhaite attendre 2018 pour faire son choix?

"Ce sont les circonstances qui veulent ça. Si Daniel était à mes côtés sur la grille, il n'y aurait pas de différence. En tout cas je ne ressens rien de tout ça. Je pense que nous avons le même traitement, le même matériel. L'équipe travaille dur pour moi comme pour lui."

"Je ne veux de toute façon pas d'un statut de numéro 1. Parce qu'un pilote veut toujours battre son équipier à la régulière, avec les mêmes pièces sur la voiture. Cela rend les choses tellement plus satisfaisantes à la fin."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 a retrouvé sa performance en qualifications
Alan Permane, le directeur sportif de Renault F1, est particulièrement satisfait des performances de la Renault RS17 hier en qualifications.

Les deux pilotes, Nico Hülkenberg et Carlos Sainz, partiront en 7ème et 8ème position tout à l'heure, profitant chacun d'un gain d'une place suite à la pénalité infligée à Daniel Ricciardo.

"Nous sommes contents de notre performance en qualifications. Nous avons réussi à placer nos deux voitures en Q3, dans le top dix et nous avons connu une journée très linéaire durant laquelle nos pilotes ont bien fait leur travail", commente Permane.

Encore une fois, la course c'est ce qui compte. Et pour transformer ces bonnes performances en points, il faudra être à l'arrivée. La 6ème place au championnat, occupée par Toro Rosso, est l'objectif.

"La fiabilité est primordiale à nos yeux", reconnait Permane. "Notre objectif est de rallier l'arrivée et de marquer des points afin de remonter au championnat."

"Les prévisions météorologiques font actuellement état d'une course sur piste sèche. Cela signifie moins de variables puisque nous devrons juste nous concentrer pour tirer le maximum de chaque opportunité. Nous visons une bonne prestation et des résultats concrets."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Cela arrive de commettre des erreurs
L'ambiance était mitigée chez Mercedes après les qualifications du Grand Prix du Brésil hier, puisque Valtteri Bottas a décroché la pole alors que la séance de qualification a tourné court pour Lewis Hamilton, relégué en fond de grille à Interlagos, après son accident.

Le Britannique en profitera d'ailleurs pour partir des stands et changer de moteur (lire notre information parue plus tôt).

Le directeur non exécutif de Mercedes, Niki Lauda, n'en veut pas à son pilote "star".

"Cela arrive de commettre des erreurs. Il est certain que Lewis était furieux contre lui-même sur le coup. Il n'a pas répondu tout de suite à la radio, cela en dit long sur sa propre déception. Mais ce genre de choses arrivent", relativise l'Autrichien.

Finalement, l'équipe de Brackley a eu de quoi se réjouir en fin de séance puisque c'est bien une Mercedes qui partira en pole.

"Pour Valtteri, c'est un résultat fantastique et qui est aussi génial pour sa confiance en lui. Cette qualification... c'était tellement serré! Nous sommes positivement surpris de ce qui s'est passé au final. Valtteri est revenu au meilleur de sa forme."

Reste à savoir si Bottas aurait pu battre Hamilton pour la pole, à la régulière, en Q3...
source: Nextgen-Auto.com

La sécurité au Brésil, un sujet qui préoccupe
Les derniers incidents violents impliquant du personnel de F1 est la preuve que le Brésil "doit évoluer."

C'est l'avis de Felipe Massa, après que des vols à mains armées aient été commis auprès du personnel de Mercedes, Williams et de la FIA alors qu'ils se rendaient du circuit d'Interlagos à leurs hôtels se trouvant dans l'immense ville Sao Paolo vendredi soir.

Le Champion du monde en titre Lewis Hamilton n'a pas caché sa colère sur les réseaux sociaux après que des membres de son équipe ont été touchés par le drame.

"J'ai été horrifié", ajoute le Britannique face aux journalistes. "Le plus triste est que cela fait 10 ans que je suis en Formule 1, et chaque année, au moins une personne du paddock est victime de cela."

"C'est aussi la responsabilité de la Formule 1. Il faut qu'ils fassent quelque chose pour s'assurer que chaque personne soit en sécurité. Il ne faut pas assurer que la sécurité des patrons ou des pilotes", insiste Hamilton.

La FIA a répondu à cet appel en annonçant que "de grands renforts policiers" ont été déployés pour le reste du week-end.

Le directeur de l'écurie Mercedes, Toto Wolff, a aussi réagi aux évènements.

"Le Brésil est un pays merveilleux, mais nous ne devrions pas avoir recours à des voitures blindées pour être sûrs que le trajet entre l'hôtel et le circuit se fasse sans danger. Heureusement tout s'est bien terminé mais, psychologiquement, c'est incroyablement dur pour les personnes qui ont été impliquées."

Massa, qui pilotera jusqu'à la fin de la saison pour Williams et qui est né à São Paulo, a avoué hier qu'il n'a aucune intention de revenir vivre avec sa famille dans ce pays où la violence fait rage.

"C'est tellement triste, pas seulement pour ceux qui ont été touché par le problème, mais aussi pour les Brésiliens. Mais cela montre juste combien le pays a besoin d'évoluer."

"J'adore le Brésil", rappelle-t-il, "mais en ce moment, je ne reviendrai pas y vivre. Mon fils est scolarisé à Monaco, il parle 3 langues ce qui est important pour son avenir. Peut-être que, dans le futur, j'adorerais revenir dans un pays qui sera plus sûr et meilleur."

Le Grand Prix d'Interlagos est menacé de ne plus figurer au calendrier de la F1, cependant, Massa rappelle que ces récents malheureux évènements ne doivent pas être la raison pour laquelle les hautes instances du sport doivent cesser leur association avec le Brésil.

"Nous roulons à Mexico, nous avons roulé en Inde, et je ne sais pas si c'est plus dangereux ici qu'à ces endroits. Mais c'est un problème pour les personnes qui sont en charge du sport de permettre à chacun d'entre nous d'être en sécurité lorsque l'on se rend quelque part."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe souhaite se fournir davantage chez Mercedes
Paddy Lowe a maintenant eu un peu plus de 6 mois pour analyser les forces et les faiblesses de Williams, une équipe dont il est devenu actionnaire et directeur technique.

Pour celui qui a conçu 4 monoplaces championnes du monde chez Mercedes, de 2014 à 2017 (il a supervisé la W08 mais est parti ensuite), le constat est assez clair: certaines choses doivent changer chez Williams.

Lowe admet qu'il pourrait demander à Frank et Claire Williams de mettre de côté une partie du savoir-faire de l'usine de Grove.

"Une des idées est de ne pas seulement se fournir en moteurs chez Mercedes mais leur prendre aussi la transmission, la boîte de vitesses et le train arrière", admet-t-il à Interlagos.

"Cela nous aiderait à progresser rapidement", ajoute Lowe.

Mais le débat ferait déjà rage en interne: de nombreux employés se retrouveraient au chômage et cette perte de savoir-faire pourrait se révéler délicate à retrouver si, dans 3 ans, Williams ne collaborait plus avec Mercedes.

Massa évoquait récemment le manque de moyens financiers de Williams, qui va devenir son ancienne équipe d'ici quelques semaines. Reste à savoir si les grands patrons vont suivre l'avis de Lowe...
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton partira des stands avec un moteur neuf
Lewis Hamilton n'ayant signé aucun temps hier en qualifications, il était assuré de partir dernier aujourd'hui pour le Grand Prix du Brésil, derrière tous les autres pilotes pénalisés (Ricciardo, Stroll et les deux pilotes Toro Rosso).

Mercedes a donc décidé de profiter de cette 20ème et dernière place de son pilote pour le faire partir de la voie des stands tout à l'heure, en changeant des pièces ainsi que son moteur.

Hamilton pourra donc adopter les meilleurs réglages à la dernière minute, au cas où les conditions de piste viendraient à changer. Il aura aussi un 5ème moteur neuf pour faire deux Grands Prix uniquement, celui-ci et le dernier, à Abu Dhabi.

"Je vais partir de la voie des stands, ce n'est pas le plus excitant mais je vais tout donner pour remonter", confirme Hamilton.

Le Britannique a aussi cherché à comprendre ce qui lui était arrivé.

"J'ai été pris par surprise mais si vous regardez bien le ralenti, on voit que le fond plat de la voiture touche un peu plus le sol que d'habitude dans le virage. Cela peut arriver quand les pneus sont un peu trop froids. Mais je prends toute la responsabilité de cette erreur."

Hamilton admet que "cette erreur est moins douloureuse parce que le championnat est joué mais cela me fait autant mal que si ce n'était pas le cas. Ce serait arrivé plus tôt dans la saison, j'en aurais souffert autant."

"Vous savez, je tire une grande fierté de mon pilotage, je n'ai pas fait une erreur de l'année. Cela faisait longtemps que je n'avais pas mis ma voiture dans un mur! Mais ça arrive. Ca ne sert à rien de cogiter quand cela arrive. Il faut aller de l'avant."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.