En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 09 Novembre 2017

Verstappen espère un bon début de saison en 2018
Max Verstappen est enfin sur une bonne dynamique et reste sur trois podiums, dont deux victoires, en quatre courses. Le Néerlandais a repris confiance en son équipe et en Renault, ce qui le pousse à espérer une Red Bull compétitive dès le début de saison en 2018.

"Nous n'avons pas encore le meilleur ensemble mais ce qui m'importe le plus, c'est le châssis" explique le jeune pilote. "Tout le monde peut gagner des championnats avec un moteur très puissant mais j'espère que dans les deux prochaines années, nous serons plus proches en puissance afin de pouvoir gagner des courses."

Selon lui, la qualité du châssis de Red Bull peut lui permettre de lutter à armes égales avec une voiture à laquelle elle rendrait 20 à 30 chevaux.

"Nous avons appris de nos erreurs et j'espère que nous aurons une meilleure voiture dès le début de saison car les règles seront les mêmes. Ce n'est pas une intersaison lors de laquelle nous gagnerons beaucoup d'appui, mais ça devrait aller."

Verstappen a rencontré plusieurs problèmes de fiabilité avec sept abandons en dix-huit courses et ne regrette rien: "Daniel a eu des problèmes récemment. Si nous pouvions contrôler cela, ça aurait été mieux, mais on voit que ça arrive des deux côtés du garage. Daniel était mieux de ce côté-là en début de saison mais ça n'a rien à voir avec le pilote."

"La saison n'est pas ce que nous voulions car il me manque des points à rattraper. Je ne suis pas heureux en ce sens car je suis encore sixième au classement. De l'autre côté, cela n'a pas d'importance d'être deuxième ou sixième, puisque ce n'est pas la première place."
source: Nextgen-Auto.com

Valtteri Bottas aimerait terminer vice-champion du monde
Avec 15 points de retard sur Sebastian Vettel dans la bataille pour la place de vice-champion, Valtteri Bottas admet qu'il sera difficile de rattraper l'Allemand pour finir deuxième du Championnat du monde.

"Je pense que c'est une belle cible pour l'équipe" reconnaît-il. "Nous avons remporté le Championnat des Pilotes avec Lewis et celui des constructeurs, donc c'est toujours bien de se fixer un nouvel objectif. Pour moi, finir deuxième sera toujours meilleur que troisième, même si ce n'est pas la première place."

"En tant qu'équipe, nous voulons terminer aux deux premières places du championnat mais ça ne sera pas simple. Nous avons vu Ferrari être rapide sur tous les circuits, Sebastian a été fort toute la saison et nous devons être performants si nous voulons ces résultats."

Bottas ne se fait pas d'illusion quant à une aide de Lewis Hamilton pour lui permettre de finir deuxième: "Le connaissant, je suis certain qu'il voudra remporter les deux courses qu'il reste. Nous voulons tous les deux gagner et j'espère que nous pourrons nous battre en piste."

"Je ne sais pas, cela dépendra de lui et de sa volonté de m'aider à assurer la deuxième place. En tant qu'équipe, nous voulons terminer aux deux premières places du championnat mais cela dépendra car chaque situation est différente."
source: Nextgen-Auto.com

Sebastian Vettel accepte sa part de responsabilité pour l'échec de Ferrari
Amené à s'exprimer sur les raisons qui ont coûté les titres à Ferrari, Sergio Marchionne a mis sur un pied d'égalité les problèmes de fiabilité et les erreurs de ses pilotes. Un postulat qu'accepte sans broncher Sebastian Vettel.

"Je pense que c'est assez juste" affirme l'Allemand. "Je pense qu'il y a toujours des choses que l'on pourrait faire différemment. Globalement, je pense que nous pouvons tous être d'accord sur le fait que la saison n'a pas été celle qu'elle aurait dû être pour plusieurs raisons."

Vettel est toutefois satisfait de la saison de la Scuderia, dont il estime que l'appétit pour la victoire pourrait être satisfait lors des deux dernières courses, au Brésil et à Abu Dhabi.

"Je pense que nous avons des chances de victoire. Nous devrions toujours chercher les chances qui se présentent à nous et je crois que nous en avons une. Cela dépendra du déroulement des faits, de la manière dont le week-end se passe et comme je l'ai dit, je suis toujours ravi d'avoir une chance de victoire."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll reconnait qu'il doit travailler sur ses qualifications
Lance Stroll a été dans les points lors de 4 des 6 derniers Grands Prix et il est à présent 10ème au classement des pilotes.

Il a réalisé pas mal de superbes relais en course, de très bons départs mais serait-il exact de dire que les qualifications sont le point sur lequel il doit engager le plus d'efforts dans sa préparation pour la saison 2018? C'est ce que laissait entendre le directeur technique de Williams, Paddy Lowe, ces derniers jours.

"Oui j'ai fait des bonnes courses dernièrement. Nous avons marqué pas mal de points lors de ces Grands Prix. Je suis vraiment heureux de comment cela s'est déroulé. Il ne fait aucun doute que nous devons ajuster des petites choses en qualifications", reconnait le Québécois.

"Il s'agit principalement de petites erreurs ici et là, et de ne pas avoir été capable de capitaliser sur notre plein potentiel. Mais je pense qu'avec du temps et de l'expérience, et en analysant des petits détails, nous pourrons améliorer cela, et je crois qu'avec les personnes avec qui je travaille ainsi que l'équipe, nous pourrons régler pas mal de ces problèmes et sans aucun doute les améliorer à l'avenir."

"Mais ce qui est sûr, c'est que lorsqu'il s'agit des courses en elles-mêmes et des points que nous avons inscrits, je suis extrêmement fier du travail que nous avons accompli, et nous devons tout simplement continuer ce que nous avons réalisé."

C'est maintenant certain: il va avoir un nouveau coéquipier la saison prochaine. Quel profil recherche-t-il dan l'idéal? Quelqu'un de jeune, quelqu'un d'expérimenté, ou selon lui, est-ce que l'équipe devrait faire un pari?

"La décision revient finalement à l'équipe. Mon travail est de piloter ma voiture. J'espérais qu'Hamilton nous rejoigne, mais il n'est pas vraiment joignable ces derniers jours. Je plaisante. La décision revient complètement à l'équipe. Comme je l'ai dit, mon job est de conduire ma voiture et ils vont s'occuper du reste."

Durant cette année qui a été sa première en tant que pilote titulaire, en quoi a-t-il trouvé la F1 différente?

"La Formule 1 est vraiment différente de bien des manières, comparée aux autres catégories. Il y a beaucoup plus d'activité qui se passe en dehors de la piste, et la voiture en elle-même est très différente à piloter, au point qu'au niveau technique, au niveau du pilotage, au niveau du travail avec les ingénieurs et avec l'équipe, les week-ends sont beaucoup plus chargés que dans les autres catégories."

"Il y a beaucoup plus de choses à faire un peu partout, donc vous avez à porter votre attention sur tellement de petits détails sur lesquels vous n'avez pas à vous occuper dans les autres catégories. Et puis, comme je l'ai dit, en dehors de la piste, il y a beaucoup plus de choses qui se passent, tellement d'activités avec les médias et des engagements divers auxquels vous devez participer."

"Donc, je dirais juste que les week-ends sont généralement plus chargés. Mais cela devient de plus en plus facile à chaque fois. Plus j'ai d'expérience et plus il y a de week-ends où je peux faire mes preuves, ça devient de plus en plus naturel. C'est juste une partie du processus d'apprentissage pour faire sa place en Formule 1, mais ce sont les choses principales - l'activité en dehors de la piste et piloter la voiture. Ces F1 ne sont pas de tout repos à conduire, dans le sens sympa, dans le bon sens."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso vise les points dimanche si...
Fernando Alonso pense que McLaren a toujours besoin d'un week-end parfait sans pénalités ou problèmes pour pouvoir finir dans les points, dans l'état actuel de la fiabilité du moteur Honda.

L'Espagnol n'a plus que deux courses à vivre avec le moteur japonais.

"Nous avons une chance de marquer des points ici, surtout si certains de nos rivaux ont des pénalités comme nous nous y attendons", explique Alonso à Interlagos.

"Récemment nous avons été compétitifs mais nous avons perdu des points à cause des pénalités ou de problèmes en course. Il nous faut donc un week-end parfait ici pour parvenir à marquer."

"Alors si nous n'avons pas de problèmes demain, samedi et dimanche, les points seront garantis. Nous allons espérer ce résultat."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton prêt à aider Bottas à devenir vice-champion 2017
Mercedes n'en a pas encore tout à fait terminé avec le championnat 2017. L'équipe aimerait bien finir la saison avec un doublé au Championnat des Pilotes.

Cela signifie que Valtteri Bottas doit remonter un handicap de 15 points (50 encore possibles) sur Sebastian Vettel, qui occupe la 2ème place du championnat.

Si son équipe lui demandait de laisser sa place en course, y compris une victoire, Lewis Hamilton le ferait-il?

"Oui c'est certain mais je ne pense pas qu'ils vont me demander ça. Je sais que Valtteri veut cette 2ème place au mérite. Il a travaillé très dur cette année, il est plus concentré que jamais et il a obtenu un très bon résultat lors de la dernière course", commente le Britannique dans le paddock d'Interlagos.

"Valtteri veut réussir tout seul à avoir cette 2ème place. Cependant je ferai tout ce que l'équipe me demandera. Je compte gagner et, pour le moment, on ne m'a rien dit qui pourrait m'en empêcher (si Valtteri était 2ème de la course)."

Malgré la pression médiatique sur les Paradise Papers et l'affaire de son jet privé, Hamilton a le sourire.

"Concernant cette affaire, l'équipe a bien fait savoir que je n'ai rien à ajouter. Sinon, tout va bien, c'est bien de revenir dans un paddock en tant que Champion du monde en titre. On dirait que c'est comme la première fois! C'est génial. Mais je n'ai pas encore réalisé que j'avais un 4ème titre parce qu'il reste deux courses et je compte bien ne pas relâcher la pression."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo risque au moins 10 places de pénalité
Daniel Ricciardo comptait éviter les pénalités à Interlagos en changeant de moteur au Mexique mais un nouveau problème, sur son moteur Renault neuf, l'a empêché de voir l'arrivée de la course il y a deux semaines.

L'Australien a été victime d'une très mauvaise série de problèmes de fiabilité de la part du motoriste français et, forcément, cela a un impact sur ce Grand Prix du Brésil.

"Je vais avoir normalement un nouveau MGU-H et donc, normalement, une nouvelle pénalité. Nous pourrions prendre le risque de poursuivre avec la même pièce mais cela nous mettrait en danger avec un gros risque d'avoir à subir un nouvel abandon", explique Ricciardo aujourd'hui.

"Cela devrait faire 10 places de pénalité, donc un départ en 2ème partie de grille de départ si je réussi à sauver les meubles en qualifications. Nous saurons ce soir ce que nous ferons mais je veux de bonnes chances de finir la course. Au moins 50%. En dessous, je demanderai à changer la pièce."

Ricciardo admet ne pas être trop frustré et rappelle qu'il n'a pas été le seul touché cette année.

"Max a eu son lot de malchance avant moi. Moi, j'ai su en profiter quand je pouvais, comme à Bakou. La situation s'est inversée. C'est un peu frustrant mais c'est un sport mécanique, il ne faut pas l'oublier."
source: Nextgen-Auto.com

Brendon Hartley ne se repose pas sur ses lauriers
Brendon Hartley a reconnu qu'il va essayer de ne pas trop penser à ses récents succès, entre des débuts réussis en Formule 1 et un nouveau titre mondial avec Porsche en endurance. Le Néo-Zélandais refuse de s'épancher sur cette réussite afin de garder les pieds sur terre.

"J'essaie de ne pas trop y penser" confie-t-il. "Même la victoire au championnat, je ne réalise pas car je n'ai pas eu trop de temps pour y penser. Le fait que j'aille de week-end de course en week-end de course aide aussi."

"Ce n'est que le moment où je reviendrai chez moi, quand la saison sera finie, que je pourrai vraiment y réfléchir et comprendre ce que j'ai vécu. Je suis conscient que je fais mes débuts en Grand Prix, que j'ai gagné au Mans et remporté le Championnat du monde, tout cela sont des choses incroyables et je les prends l'une après l'autre, afin de rester concentré et de me reposer au maximum."

L'attention de Hartley se tourne sur la F1 maintenant, car le Grand Prix du Brésil est ce week-end et qu'il espère enfin être épargné par les pannes mécaniques en tous genres.

"Je pense que l'on veut toujours, en tant que pilote, tirer le maximum d'une situation. J'ai l'objectif de marquer mon premier point en Formule 1 et ce serait célébré."

"Je pense que jusqu'ici, j'ai eu de petits objectifs à accomplir, et ça ne change pas trop. Durant le week-end, dans l'équipe, je peux vous garantir que tout le monde chez Toro Rosso travaille au maximum, quel que soit le meilleur résultat possible, donc ça ne change pas."

Hartley admet que sa Porsche 919 hybrid lui a semblé étrange lorsqu'il s'y est réinstallé, après avoir piloté la Toro Rosso: "C'était étonnamment difficile. Je pensais que je m'y sentirai immédiatement comme chez moi, puisque j'y ai roulé lors des quatre dernières années, mais il m'a fallu quelques tours pour m'y sentir mieux. La position de conduite est assez différente de la F1 et le toit au-dessus de la tête donne une perspective différente. Mais c'est bien de me remettre à son volant."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Force India surprendrait encore plus avec des budgets plafonnés
Esteban Ocon pense que Force India serait en mesure de créer une surprise bien plus grande encore si les plans pour des budgets plafonnés venaient effectivement à être adoptés en Formule 1 à l'avenir.

Ces discussions, qui ont commencé mardi au sein du Groupe Stratégie, promettent de durer, avec de longs débats à venir entre les équipes et Liberty Media.

Lorsqu'on lui demande aujourd'hui où se situerait Force India, l'équipe au plus petit budget du plateau, avec un budget capé à 150 millions, le Français répond:

"C'est une très bonne question. De manière honnête, si tout le monde avait le même budget, je pense que certaines personnes seraient surprises de voir ce que Force India peut faire. Avec le budget que nous avons, faire ce que nous faisons (4ème du Championnat des Constructeurs), c'est juste incroyable."

"Il y a une énorme quantité de travail mais, au final, l'équipe est au niveau et les performances en piste aussi. Avoir des budgets plafonnés en F1, ce serait sympa!"
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen - Nous avions tous les outils pour réussir cette année
Kimi Räikkönen a déclaré aujourd'hui à Interlagos que ce sont de "petites choses" qui ont finalement coûté à Ferrari une vraie bataille finale pour les titres mondiaux cette saison.

Le Finlandais pense que Ferrari aurait aussi pu mieux commencer l'année, ce qui aurait maintenu la Scuderia dans la course plus longtemps.

"Je pense que nous avons assez mal commencé l'année, nous n'étions pas vraiment au niveau où nous aurions pu être. Selon moi, c'est mon sentiment personnel, nous n'étions pas partis du bon pied avec les réglages à adopter sur notre nouvelle voiture. Nous avons mis trop de temps à nous en rendre compte", explique Räikkönen au Brésil.

"Après, cela a été mieux mais nous avons eu trop d'abandons ou de problèmes, pour beaucoup de raisons différentes."

"Du côté de l'équipe, il y a eu une nette progression depuis l'an dernier en tout cas. Nous avons fait de grands pas en avant. Mais pas assez parce que nous voulions gagner les deux titres cette année."

Räikkönen estime que Ferrari pouvait y arriver.

"Je pense que nous avions tous les outils pour réussir cette année. Il faut maintenant réorganiser certaines choses et éviter les erreurs. De tous les côtés. Ce sont de petites choses qui ont coûté les titres mais cela a joué un rôle important sur l'issue des championnats."

"J'estime que nous avons les personnes, les outils, une excellente voiture alors qu'il reste encore deux courses. Nous allons essayer de les gagner même si le Championnat du monde est joué."

"Il faut apprendre de cette année pour faire mieux en 2018. Parce que c'est certain que nous aurions pu faire mieux."
source: Nextgen-Auto.com

Massa - Une dernière saison qui ne restera pas gravé dans sa mémoire
A Interlagos, aujourd'hui, Felipe Massa a reconnu qu'il n'avait pas grand chose de bien à retirer de cette année bonus avec Williams.

Pour le Brésilien, qui partira une 2ème fois à la retraite, il est toutefois temps de tirer un trait définitif, cette fois, sur sa carrière en F1.

"C'est dommage parce que notre voiture était plus compétitive au début de la saison. J'ai beaucoup aimé la piloter parce que les règles font que c'est devenu fun, avec plus d'appuis. Je me suis bien plus amusé au volant, mais, malheureusement, j'ai eu de la malchance et un manque de compétitivité générale fait que ce n'est pas une saison qui sera riche en bons souvenirs du côté des résultats", déclare Massa.

"Ce qui restera sympa, à retenir, c'est d'avoir pu piloter à nouveau une vraie F1. Ca restera gravé dans ma mémoire pour les nombreuses années à venir."

"C'est la 2ème fois que je prends ma retraite ici mais, cette fois, c'est sûr!» ajoute Massa avec le sourire.

"Je vais encore ressentir de belles choses devant mes fans au Brésil. C'est génial de piloter devant son public, sur ce tracé sur lequel j'ai grandi, avec une Formule 1, pour la dernière fois. J'espère signer évidemment un bon résultat pour ma dernière en F1 à Interlagos."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton veut conclure sa saison en beauté
Lewis Hamilton n'a qu'une idée en tête: à son arrivée à Interlagos, il a confié qu'il ne visait qu'une chose, la victoire.

Le nouveau quadruple Champion du monde souhaite en effet conclure sa saison 2017 en beauté.

"Oui le championnat est terminé mais il me reste deux courses à faire. Et je considère que c'est important de les gagner afin de consolider ma position, mon travail de cette année", explique-t-il.

"Si je venais juste pour me relaxer et m'amuser, c'est sûr que ce serait plus sympa pour les autres mais ce n'est pas mon genre. Je vois ce week-end comme les autres, avec le besoin de gagner."

Sur le court tracé du Grand Prix du Brésil, les écarts sont généralement très réduits.

"Red Bull a pris énormément de performance en quelques courses, Ferrari est toujours là, donc ce sera vraiment serré. C'est motivant quand il y a un peu d'incertitude."

Hamilton admet aussi qu'il commence maintenant à penser un peu plus aux statistiques. Avec ses 62 victoires il est encore à 29 longueurs du record de Michael Schumacher.

"J'ai encore un long chemin à faire. Je veux juste continuer à monter la barre. Le nombre de poles, de victoires... je suis à la poursuite des records de Michael. Ca n'a jamais été mon désir d'égaler Schumacher. Quand j'étais enfant ma seule idole était Senna. Je n'ai jamais imaginé aller plus loin que ça."

"Naturellement, comme je veux toujours gagner, que je veux gagner les deux courses qui restent, je vais améliorer mes statistiques. Et inévitablement je vais viser un 5ème titre. Mais je fais ça surtout parce que j'aime la course, j'aime gagner."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Je ne peux pas me mettre dans la position d'un n°2
Valtteri Bottas veut clairement hausser son niveau de jeu l'année prochaine et ne pas devenir, de fait, le numéro 2 chez Mercedes.

Le Finlandais semblait bien parti cette année pour rivaliser avec Lewis Hamilton mais il a, peu à peu, perdu en performance pure comme en rythme de course, du terrain sur son équipier.

Après une première pole à Bahreïn, et deux victoires en Russie et en Autriche, Bottas n'a plus été en mesure d'inquiéter véritablement le nouveau quadruple Champion du monde.

"J'ai réussi, en quelques occasions mais pas autant que je l'aurais voulu, à être devant Hamilton. C'est donc possible. Même si Lewis est un pilote vraiment excellent et très constant, je dois aussi croire en moi", explique Bottas.

"Je ne peux pas me mettre dans la position d'un numéro 2, sinon autant rester à la maison."

Bottas reconnait que l'expérience de cette année avec Mercedes lui sera d'une grande aide pour 2018.

"Cette année, j'ai appris. Enormément! C'est pour ça que j'ai dit que l'an prochain, en connaissant maintenant les personnes, l'équipe et la voiture, ce sera bien différent. Je veux mettre en application toutes les leçons de cette année."
source: Nextgen-Auto.com

C'est bien Brawn qui a convaincu Hamilton d'aller chez Mercedes
Le transfert, très fructueux en termes de victoires et de titres mondiaux, de Lewis Hamilton de McLaren à Mercedes, à la fin de la saison 2012, a souvent été mis au crédit de Niki Lauda.

Le triple Champion du monde autrichien a souvent affirmé que c'est sa discussion avec le Britannique, déçu par un nouvel abandon au volant de sa McLaren, à Singapour en 2012, qui avait fait basculer l'état d'esprit de Lewis Hamilton concernant un transfert.

Lauda avait rejoint Hamilton dans sa chambre d'hôtel mais n'a fait qu'initier les discussions selon le quadruple Champion du monde.

"J'aime beaucoup Niki et j'ai une très bonne relation avec lui mais la vérité c'est que ce n'est pas lui qui m'a convaincu au final d'aller chez Mercedes. C'était Ross Brawn, qui dirigeait alors l'équipe", explique Hamilton.

"Je l'ai déjà raconté mais c'est lors d'une réunion secrète avec lui, dans la cuisine de la maison de ma mère que ça s'est décidé, autour d'un thé."

"J'admets que je n'ai pas compris comment un patron comme lui, qui pouvait compter sur Michael Schumacher, me voulait. Ca n'avait pas de sens pour moi. Mais ce jour a bien été la jour de la décision. C'est la date clé qui m'a convaincu d'aller chez Mercedes."

Depuis, Hamilton a ajouté 3 titres à son palmarès, il est même passé très proche du titre l'an dernier, face à Nico Rosberg. C'est donc presque un sans faute. Hamilton évoque déjà une prolongation de son contrat pour deux ans. Mais après 2020 c'est encore flou pour lui...

"La question sera de savoir jusqu'à quel point je veux m'impliquer dans ce sport. Je sais que ça ne sera plus pour très longtemps parce que je veux aussi faire autre chose dans la vie, comme avoir une famille ou gérer mes autres affaires. Il y a d'autres défis pour moi à relever."
source: Nextgen-Auto.com

Antonio Giovinazzi n'abandonne pas son rêve de F1
Antonio Giovinazzi espère encore être sur la grille de départ en 2018, plusieurs mois après son dernier départ en Grand Prix, en Chine, où il avait disputé sa deuxième course. L'Italien avait remplacé Pascal Wehrlein, blessé, mais n'a depuis fait que des essais pour Haas.

"Cette année m'a donné plus que ce que j'attendais" reconnaît-il. "Je ne cache pas qu'après une belle saison de GP2, je me sentais prêt à disputer une saison entière en Formule 1, mais c'est comme ça. Mais je me sens désormais mieux préparé que je ne l'étais l'an dernier."

La suite du programme de Giovinazzi est encore en suspens, sa jeune carrière ayant légèrement souffert d'un week-end affreux en Chine où, en dépit de performances correctes, il a écrasé sa Sauber dans les murs du circuit à deux reprises. Depuis, Charles Leclerc semble susciter plus d'intérêt et Giovinazzi se rend compte de l'impact du week-end de Shanghai.

"J'ai passé un bon week-end en Australie mais en Chine, c'était le pire week-end de ma carrière de pilote. Cela s'est produit au pire moment, quand toute la pression médiatique était sur mes épaules. Les critiques m'ont attaqué et je comprends mieux qu'il faut garder les pieds sur terre. Je ne veux pas dire que ça m'est monté à la tête, mais je me suis fixé des objectifs plus importants que ce que j'étais capable de réaliser en Chine. Il faut connaître ses limites, mais la déception m'a aidé à avancer."

Une saison plus tard, c'est Charles Leclerc qui semble avoir remporté la bataille pour le volant Sauber, notamment grâce à une saison exceptionnelle en F2. Sauber chercherait à garder Marcus Ericsson pour satisfaire ses partenaires mais pour autant, l'espoir subsiste pour Giovinazzi. Ferrari mettrait la pression sur Sauber, qui doit encore confirmer ses pilotes, mais aussi sur Haas qui a pourtant déjà confirmé son duo pour 2018.

"Oui, j'y crois et je crois que je le mérite. Comme beaucoup d'autres pilotes, ma famille et moi avons fait beaucoup de sacrifices pour en arriver là. La F1 n'est pas le football, où vous pouvez toujours jouer. Il n'y a que 20 places ici, mais j'ai toujours cru que je pourrais suivre l'exemple de Vettel ou Hamilton qui ne sont partis de rien et on rencontré un grand succès. Je peux dire que je rêve toujours de suivre Schumacher" ajoute l'Italien de 23 ans.

"Quand j'ai signé pour Ferrari, je n'arrivais pas à y croire. J'avais toujours été nomade dans ma carrière mais maintenant, je vis à Maranello, je suis quasiment tous les jours à l'usine et je m'y sens comme chez moi."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton déjà motivé pour les 3 prochaines années
Lewis Hamilton s'est déjà fixé un objectif pour les prochaines années en Formule 1.

Le pilote Mercedes, qui devrait prolonger dans les semaines à venir son contrat pour deux ans (toutes les équipes sont engagées en F1 jusqu'à la fin 2020, en attendant de nouveaux accords commerciaux), souhaite battre Sebastian Vettel et Max Verstappen.

"Ce sont les deux pilotes qui seront les plus durs à battre lors des prochaines saisons", affirme Hamilton au Brésil.

"Sebastian a signé pour trois ans de plus avec Ferrari, ce qui est une bonne chose parce que ça me donne un objectif clair dans ma tête: continuer à lui rendre la vie difficile."

"Concernant Max, il faudra voir à quel point Red Bull devient une menace et quel moteurs ils auront après 2018. Mais il sera un adversaire coriace, jusqu'en 2020 aussi."

Alors Hamilton se fixe un autre objectif: "la perfection! Je veux juste aussi proche que possible de la perfection."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren est en train d'adapter sa voiture au moteur Renault
Il est fort probable que lorsque McLaren a commencé à aborder son projet pour 2018, l'équipe pensait continuer son partenariat avec Honda au-delà de cette année.

Au lieu de cela, après 3 années difficiles avec le motoriste japonais, McLaren a décidé d'arrêter de travailler avec Honda pour aller se fournir chez Renault.

Mais plusieurs rumeurs rapportent que le moteur Renault a "une architecture complètement différente, qui ne facilite pas son intégration dans une autre monoplace", ce que confirme Matt Morris, le designer en chef de l'écurie basée à Woking.

"Et il nous a aussi fallu concevoir à nouveau l'embrayage ainsi que la boîte de vitesse."

Les exigences que requièrent le refroidissement au niveau des radiateurs d'eau et d'huile sont aussi complètement différentes, et Morris reconnaît que McLaren va tout simplement se baser sur les recommandations de Renault pour la première année.

"Développer quelque chose nous-même n'aura de sens que lorsque nous aurons plus d'expérience de ce moteur, en piste."

Autrement dit, une McLaren Renault aux petits oignons ne sera pas prête pour Fernando Alonso avant 2019...
source: Nextgen-Auto.com

Massa - Williams a besoin d'argent!
Felipe Massa en a dit un peu plus sur les raisons qui ont poussé Williams à ne pas le reconduire pour la saison 2018.

Arrivé dans son pays en début de semaine en tant que futur retraité de la Formule 1, il affirme ne rien avoir à se reprocher.

"L'équipe était satisfaite de moi et moi j'étais satisfait de mon pilotage. J'avais les capacités pour faire un autre championnat, d'autant que ces nouvelles F1 m'amusent beaucoup et correspondent à mon style et à mon idée que j'ai de la F1", explique-t-il.

"Mais j'ai eu une conversation avec l'équipe, qui m'a bien fait comprendre que la situation financière est très, très difficile, depuis un certain temps", révèle Massa.

"J'ai voulu savoir comment cela se passerait pour moi avant mon Grand Prix à domicile et Williams a choisi une autre voie."

Le Brésilien estime que Williams pourra compter sur un pilote capable d'apporter un soutien financier en 2018, comme Robert Kubica, qui a quelques sponsors, ou encore Pascal Wehrlein, soutenu par Mercedes.

Massa regrette en tout cas déjà de ne pas pouvoir rouler avec la FW41.

"J'ai des informations sur la voiture 2018. Elle ne sera pas capable de gagner le titre mais elle sera meilleure que les deux précédentes... qui n'ont pas été compétitives. C'est aussi pour cela que je voulais continuer. Mais ça n'arrivera pas."

Sur un autre sujet, Massa a refusé de commenter l'affaire des Paradise Papers, qui bouscule Lewis Hamilton en ce moment.

"Tout ce que je peux dire c'est qu'il est un grand champion. Comme je l'ai déjà dit, il ne lui manque rien par rapport à Senna ou Schumacher, ou même tout autre grand nom de l'histoire du sport auto."

"Ce qu'il a montré, lors de tous ces Grands Prix, est impressionnant. Et il a déjà battu des records très importants. Vraiment il ne lui manque rien alors il faut le considérer comme un des meilleurs pilotes de l'histoire de la F1."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz réagit aux rumeurs le liant à Red Bull en 2019
Carlos Sainz, et son transfert de la famille Red Bull à l'écurie Renault, ont été un enjeu central lors des accords permettant à Toro Rosso de se motoriser chez Honda à partir de 2018.

Mais le pilote de 23 ans a été seulement "prêté", et Christian Horner, le directeur de l'équipe Red Bull insiste sur le fait que l'Espagnol pourrait être promu chez Red Bull dans le cas où Daniel Ricciardo partirait en 2019. Ce qui semble déjà acquis selon certaines rumeurs...

Lorsqu'on interroge le principal intéressé sur ce sujet, il se contente d'esquiver.

"Je me sens vraiment bien chez Renault", répond Sainz.

"Ils ont fait en sorte que je me sente chez moi dès le premier jour, en m'aidant à m'adapter à l'équipe et à la voiture très rapidement, en plus de mon désir de rejoindre l'écurie et d'avancer."

Sainz souligne le fait que, tout comme Red Bull, Renault est aussi "championne du monde" ce qu'il considère comme un point non négligeable.

"Tout ce qui concerne les rumeurs avec Red Bull et 2019 ne m'intéresse pas en ce moment."

Le pilote défend même Renault qui est la cible des critiques pour les problèmes de fiabilité rencontrés.

"Il y a quelques petits problèmes, mais je ne les appelle même pas des problèmes. C'est tout simplement un manque d'expérience, pour adapter les évolutions du moteur aux différentes situations rencontrées lors d'un week-end de course."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Rien à ajouter sur les Paradise Papers, place au Brésil
Lewis Hamilton a décidé de prendre les devants et de s'exprimer sur l'affaire des Paradise Papers dans laquelle il est impliqué, pour son jet privé.

Le Britannique sait que cela va être un sujet abordé aujourd'hui, lors de la journée consacrée aux médias au Brésil, sur le circuit d'Interlagos, avant les premiers essais libres qui auront lieu demain.

Il peut être soulagé que cette affaire éclate après avoir obtenu son 4ème titre mondial, avec moins de pression donc, mais il se défend.

"Je fais confiance à des conseillers professionnels. Bien évidemment je sais qu'il y a une petite tempête autour de moi. Il y a pas mal d'histoires qui circulent mais je n'ai rien à ajouter à tout le scénario qui s'est déroulé."

"Cela ne me distrait pas de mes valeurs de base, et si je suis au Brésil, c'est bien pour essayer de gagner le Grand Prix du Brésil une 2ème fois dans ma vie."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> La F1 s'emmêle les pédales!
taquin • Reconstituez l'image originale découpée en 15 petits carrés mélangés!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.