En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 08 Novembre 2017

Quatre démonstrations F1 Live prévues pour 2018
Liberty Media prévoit de faire quatre démonstrations de Formule 1 majeures, dans des grandes villes, en 2018.

A l'image de ce qui a été fait cette année à Londres, le F1 Live in London, les équipes et les pilotes de F1 se produiront dans d'autres villes l'année prochaine.

Comme nous vous le rapportions hier, Marseille est l'une des 4 villes sélectionnées. Ce show se déroulera quelques jours avant le Grand Prix de France, au Paul Ricard. Ce sera une manière de célébrer le retour de la Formule 1 dans l'Hexagone, après 10 ans d'absence.

Quelles sont les trois autres villes prévues au planning de Liberty Media?

Il y aura tout d'abord Shanghai, en Chine. Les Américains veulent "booster" la Formule 1 en Asie et notamment dans ce pays, qui a bien du mal à remplir les tribunes de son circuit malgré la population très nombreuse.

Liberty Media veut aussi organiser un show à Miami, quelques jours avant le Grand Prix des USA (qui se situe à Austin) et à Rio de Janeiro (alors que la course se déroule à São Paulo).
source: Nextgen-Auto.com

L'accord entre Button et McLaren ne sera pas renouvelé
Jenson Button va couper tous les ponts avec McLaren à partir du 1err janvier de l'année prochaine.

Pour le Britannique, resté en 2017 ambassadeur de l'équipe de Woking et à disposition pour éventuellement remplacer un pilote, comme ce fut le cas pour Monaco quand Fernando Alonso a décidé de tenter sa chance aux 500 Miles, il n'y aura pas de nouveau contrat sur la table.

Cela s'explique évidemment par la promotion de Lando Norris au poste de 3ème pilote officiel de l'équipe. Mais aussi par le choix de Button: il souhaite reprendre la compétition en 2018, dans une catégorie autre que la Formule 1 et dans laquelle McLaren n'est pas impliquée.

"Je souhaite courir en 2018", expliquait récemment Button. "Je ne sais pas encore si ce sera aux USA, en Europe ou au Japon. J'ai quelques options mais je veux faire une saison complète."
source: Nextgen-Auto.com

Perez et Ocon espèrent la pluie et un gros résultat au Brésil
Force India a désormais assuré sa 4ème place au classement des constructeurs et Sergio Pérez comme Esteban Ocon seront désormais plus libres de se battre en piste au Brésil et à Abu Dhabi.

Le pilote mexicain évite les sujets qui fâchent et rappelle surtout son impatience de courir devant les fans enthousiastes à Interlagos.

"J'aime Interlagos et c'est toujours l'une des courses spéciales de l'année. La piste est étroite et délicate, presque comme une piste de karting. C'est un bon mélange de virages et c'est une piste qui est souvent à l'origine de bonnes courses et de quelques surprises."

"Les averses ne sont jamais trop loin à cette époque de l'année. Je me rappelle la course sous la pluie, l'an dernier, où j'ai presque fini sur le podium. Il m'a juste manqué quelques tours. Ce fut vraiment une course difficile parce que la piste était vraiment mouillée. J'aimerais de nouveau un peu de pluie cette année parce que cela favorise l'opportunité pour un gros résultat."

"J'apprécie visiter le Brésil parce que cela me rappelle le Mexique et je suis toujours très détendu ici. Je sens toujours un soutien formidable des fans et l'ambiance me donne beaucoup d'énergie."

Esteban Ocon avait l'an dernier, sur une modeste Manor, réalisé une course remarquable, conclue à la porte des points. Pourra-t-il de nouveau frapper les esprits cette année?

"Interlagos, c'est définitivement l'une des pistes préférées du calendrier. J'ai conduit ici pour la première fois l'an dernier et j'ai eu une course très solide sous la pluie. C'est une piste old-school avec très peu de marge d'erreur. On donne toujours plus de poids à votre performance sur ce genre de circuits."

"Comme nous l'avons vu l'an dernier, la météo peut être très imprévisible. J'ai apprécié piloter ici l'an dernier sous la pluie et je serais heureux s'il pleuvait de nouveau. Que la piste soit sèche ou mouillée néanmoins, nous serons dans une position solide parce que la voiture performance vraiment bien et nous avons une bonne chance de marquer quelques points."
source: Nextgen-Auto.com

Affaire Hamilton - un abus de biens sociaux à cause d'Instagram?
Les avocats de Lewis Hamilton ont défendu la légalité du montage fiscal qui a permis à leur client d'éviter de payer la TVA sur l'achat de son jet privé en 2013 (soit une économie de 3,7 millions d'euros).

C'est grâce à plusieurs sociétés-écran, dont une basée à l'île de Man, paradis fiscal britannique, que le pilote Mercedes a pu faire cette bonne affaire, aux frontières de l'illégalité.

Le journal Le Monde, qui fait partie du consortium de journalistes d'investigation à l'origine de ces Paradise Papers, a interrogé Howard Quayle, Premier Ministre de l'île de Man, sur cette affaire Lewis Hamilton.

Le dirigeant ne savait pas que le quadruple Champion du monde avait immatriculé son avion sur son île.

"Mais j'aurais été très surpris qu'une personne aussi riche que lui n'achète pas un avion, il en a les moyens. S'il l'a fait, je n'y vois aucun problème, tant qu'il a respecté les règles" poursuit-il.

Howard Quayle assure que ses services ont vérifié la légalité de ce montage financier. Il n'y trouve rien à redire.

"Nous avons diligenté une enquête. Les preuves que nous avons réunies jusqu'alors ne montrent rien d'illégal. Nous suivons consciencieusement les règles que les douanes britanniques nous demandent de suivre, définies en accord avec l'Union européenne. Si vous souhaitez nous fournir des éléments montrant clairement qu'il y a eu des malversations, bien sûr, nous les examinerons" assure-t-il aux journalistes du Monde.

Il y a cependant une faille dans la défense de Lewis Hamilton. Selon le droit en vigueur, l'exemption de la TVA ne peut être accordée que si le jet en question est utilisé pour un usage professionnel. Or, comme on peut le voir sur les réseaux sociaux, le pilote Mercedes parcourt aussi le monde dans son Bombardier à des fins personnelles. N'est-ce pas là un abus de bien social? Mis en difficulté, Howard Quayle reste très prudent.

"Oui, eh bien... Je suis sûr et certain que si vous fournissez les preuves qu'il a abusé de ce schéma, nous agirons. Nous n'avons jamais eu ce type de problèmes jusqu'alors."

La balle est désormais dans le camp des journalistes d'investigation... ou des juges européens
source: Nextgen-Auto.com

Newey révèle son astuce pour espionner Ferrari sur la grille
Dans son dernier livre, Adrian Newey, le plus célèbre ingénieur de la F1, décrit la plupart des méthodes de travail qui ont forgé sa réputation.

Mais il y narre aussi des techniques un peu moins éthiques, et un peu plus drôlatiques, comme l'observation plus ou moins assumée des monoplaces rivales durant un week-end de Grand Prix... Petit mode d'emploi, raconté par l'ingénieur de Red Bull en personne.

"A la fin d'une course, les voitures peuvent être soumises à des inspections pour s'assurer que leur configuration respectait le règlement. Une fois ces vérifications achevées, il y a une heure de parc fermé durant laquelle les voitures sont dans un espace sécurisé. Si une équipe rivale souhaite émettre une protestation durant cette heure, elle peut le faire."

"Et à ce propos, avant la course, il y a beaucoup de jeu stratégique lorsque les voitures sont sur la grille: c'est ce que nous appelons la 'grille factice'."

"Les ingénieurs comme moi profitent de cette opportunité pour observer les autres voitures. Les mécaniciens, quand ils voient s'approcher un ingénieur avec de grandes responsabilités d'une autre écurie, comme moi, s'agglutinent autour de leur voiture, et essaient un peu de bloquer mon champ de vision."

"Ferrari en particulier, c'est une véritable ruche quand je m'aventure vers eux. Par conséquent, ce que je fais, c'est flâner vers une partie de la voiture qui ne m'intéresse pas tellement, et de ce fait, j'attire les mécaniciens vers moi, comme des abeilles à une ruche, alors qu'un de nos photographes prend dans le même temps rapidement quelques clichés - ceux que je veux vraiment voir. Ferrari n'a jamais démasqué ce photographe!"

Adrian Newey retombe comme en enfance à cette occasion, mais l'issue est plus sérieuse... Il ne faut néanmoins pas surestimer l'importance de ce jeu de cache-cache d'avant-course.

"C'est un peu un jeu. Si je veux vraiment observer une voiture, je dois seulement attendre la fin d'une course, quand les voitures sont dans le parc fermé, où personne n'est autorisé à les toucher pendant une heure. Les voitures sont souvent garées devant votre nez, avec tous les mécaniciens occupées à remballer les affaires dans les camions, et donc, vous pouvez regarder les voitures à volonté. Comme je l'ai dit, c'est à ce moment que les équipes peuvent émettre une protestation s'il y a quelque chose sur la voiture qu'ils n'aiment pas."
source: Nextgen-Auto.com

Sans la pluie, Gasly ne s'attend pas à un bon week-end au Brésil
Pierre Gasly continuera son apprentissage de la F1 au Brésil ce week-end et cette fois-ci, il espère enfin être débarrassé de ces problèmes de V6 qui avaient tout à fait compromis son week-end mexicain. Le Français se méfie de la piste brésilienne, mais espère tout de même la pluie, qui pourrait mettre en valeur l'aérodynamique de sa Toro Rosso.

"J'espère que nous pourrons avoir des conditions délicates au Brésil, comme l'an dernier. Au Brésil, c'est là où la puissance compte le plus, donc nous savons que ce sera assez difficile pour nous face aux Williams, avec leur moteur Mercedes, ou face aux Force India. Et les Haas sont assez rapides en lignes droites aussi."

"Nous savons que sur le papier, ce n'est pas vraiment bon pour nous, mais s'il pleut, et si les conditions sont délicates, alors, il y aura quelques opportunités, et tout pourra arriver. Il semble qu'il va pleuvoir au Brésil donc ce pourrait être bon pour nous."

Pierre Gasly espère que sa voiture sera plus performante, à la régulière, lors de l'ultime course de la saison.

"Ensuite nous partons à Abu Dhabi, c'est une piste que j'aime vraiment, et j'espère qu'elle conviendra un peu mieux à notre voiture. Nous serons en position, je l'espère, pour nous battre pour un point lors des deux dernières courses. Bien sûr l'objectif est de conduire aussi bien que possible et se battre pour un Top 10 serait vraiment bon."

Si l'on s'extirpe de cet horizon de court terme, le jeune homme a pris le temps de réaliser ce que son nouveau statut de pilote de F1 avait changé pour sa vie quotidienne.

"Cela fait quelques semaines maintenant que je suis devenu un pilote de F1, et ma vie a un peu changé. J'ai beaucoup plus d'appels manqués sur mon téléphone! Quand je suis de retour dans ma ville, quand je vaque à mes occupations habituelles (par exemple dimanche dernier, je suis allé jouer au football avec des amis), des gens arrivent pour me voir et me disent 'Ah vous êtes le nouveau pilote français en F1! C'est bien!' et ils parlent de cela, donc les gens me connaissent un peu mieux aujourd'hui."

"Mais ma vie est toujours la même. Quand je rentre chez moi, je vois toujours mes parents et ils se comportent avec moi de la même façon, et nous avons toujours les mêmes dîners. Bien sûr, il y a plus de choses à organiser, plus de gens à voir, donc ce n'est pas facile de gérer ce genre de choses. Quand je suis de retour chez moi je joue toujours à des jeux de F1, quand je le peux. Ma vie a changé, oui, un peu, mais au fond, je suis toujours la même personne."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes va procéder à quelques 'expérimentations' ce week-end
Il ne reste plus que deux courses cette saison et Mercedes est désormais assurée de remporter les titres mondiaux. Comme l'a confirmé Toto Wolff, l'équipe allemande ne va pourtant pas se relâcher en cette fin de saison et vise la victoire, à Interlagos comme à Abu Dhabi.

Chaque équipe avait déjà basculé, depuis la pause estivale, la moitié de ses ressources à la préparation de la saison 2018 (selon Mercedes). Ce travail de préparation va encore s'accentuer à l'occasion de ces deux derniers Grands Prix, chez Force India (assurée de finir 4ème au classement des constructeurs), mais aussi du côté de la firme à l'étoile.

Lors de ceux dernières courses, à Interlagos comme à Abu Dhabi, Mercedes a prévu de tester de "nouveaux et intéressants concepts" et autres "expérimentations" techniques. Perdre du temps le vendredi est en effet maintenant beaucoup moins dramatique!

Ces pièces pourraient être réutilisées le dimanche si elles donnent satisfaction ou si l'équipe estime avoir besoin de davantage d'informations.

L'expérimentation de Mercedes ne se limitera pas aux pièces aérodynamiques. Les mécaniciens vont également tester de nouveaux appareils de mesure de données, comme de nouveaux "rakes" ("râteaux", instruments de mesure de données aérodynamiques utilisés souvent en essais privés).

Les mécanos de Mercedes pourront également apprivoiser de nouveaux équipements utilisables lors des arrêts aux stands, dans des conditions de week-end de Grand Prix. Là encore, un temps d'adaptation sera nécessaire, mais ce sera autant d'avance prise sur la saison prochaine...

L'attention de Mercedes sera enfin focalisée sur les essais privés après la course d'Abu Dhabi. Ce sera l'occasion de tester les pneus Pirelli 2018 pour la première fois et une telle approche est décisive afin de pouvoir faire les premiers choix d'allocations de pneus pour la saison prochaine. L'écurie allemande pourrait donc appeler en renfort ses deux pilotes titulaires, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, vu l'importance de ces deux jours.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen veut rester sur la lancée de son exploit mexicain
Au Mexique, Kevin Magnussen est revenu de nulle part en course pour marquer quatre points précieux pour Haas au classement des constructeurs. Au Brésil, le Danois devra-t-il encore faire un exploit le dimanche pour espérer rentrer dans le Top 10, ou sa monoplace sera-t-elle enfin plus compétitive?

"Après un samedi difficile, nous étions en retrait après les qualifications, et c'était vraiment mauvais. C'était donc incroyable de signer un résultat solide le dimanche" se félicite Kevin Magnussen.

"La F1 est vraiment rude et la performance de la voiture joue un rôle très important dans le résultat final. Après ces mauvaises qualifications, il semblait vraiment que nous n'étions pas au sommet de notre performance, et nous ne pensions pas que nous marquerions de points. Mais le dimanche, nous avons bien performé, presque surperformé, pour finir 8ème et marquer ces quatre points."

Résilience est le mot qui a le plus caractérisé Haas et Kevin Magnussen au Mexique. Désormais, c'est avec plus de confiance et de foi en son équipe que l'ancien pilote McLaren aborde le rendez-vous brésilien.

"Ce résultat a prouvé que vous ne devriez jamais abandonner, peu importe ce qui arrive avant la course. Vous pouvez toujours surperformer et obtenir un résultat, même si la situation semblait mauvaise. Oui, ce résultat montre de quoi l'équipe est capable."

Haas est désormais à un petit point de Renault pour jouer la 7ème place, et Toro Rosso n'est pas inaccessible non plus. Comment Kevin Magnussen voit-il la situation en milieu de grille?

"Nous ne sommas plus qu'à un point de Renault au classement des constructeurs et à six points de Toro Rosso. C'est extrêmement serré et tout peut arriver lors de ces deux dernières courses. Nous devons simplement être au sommet de notre forme et tirer le maximum possible de chaque course. Ce ne sera pas facile. Ces équipes font du bon travail et ce sont des rivaux difficiles à battre."

Pour revenir au circuit d'Interlagos, quelle est la portion préférée de Kevin Magnussen?

"Les S de Senna. C'est un enchaînement sympathique de la piste et ce sera difficile de voir à quel point les voitures iront vite dans ces virages."

Pour décrire un tour sur cette piste étroite, sinueuse mais ô combien particulière dans les cœurs de beaucoup, Kevin Magnussen emploie deux termes: "légendaire et difficile."
source: Nextgen-Auto.com

Lucas Auer devrait être nommé 3e pilote de Force India
Force India a annoncé hier le test de George Russell, le nouveau champion de GP3 et membre de la filière jeunes de Mercedes.

Russell sera aligné lors des essais libres 1 à Interlagos et Abu Dhabi et serait en bonne voie pour devenir un des pilotes de développement de l'équipe de Silverstone en 2018.

Mais il devrait partager cet honneur avec Lucas Auer, le neveu de Gerhard Berger, soutenu lui aussi par BWT, le principal sponsor de l'équipe. Auer deviendrait même le réserviste officiel.

Force India connait déjà bien Auer puisqu'il avait testé, avec succès, la VJM10 sur le circuit du Hungaroring, lors des essais qui s'étaient tenus pour le Grand Prix de Hongrie.

C'est une mauvaise nouvelle de plus pour Pascal Wehrlein, qui pouvait convoiter ce poste de réserviste. Suite à la titularisation attendue de Charles Leclerc (attendue à Interlagos) et au maintien à son poste de Marcus Ericsson, le pilote allemand n'a plus qu'un seul espoir de rester en F1: Williams.

Wehrlein n'est toutefois pas favori pour remplacer Massa. Si Robert Kubica prouve qu'il peut refaire de la Formule 1 à temps complet, il aura le baquet.

"Je n'ai plus de date limite pour connaitre mon avenir", explique maintenant Wehrlein.

"J'avais dit que je souhaiterais savoir de quoi il serait fait avant la fin de la saison mais je pense que ça ne sera pas possible. Alors j'espère juste pouvoir trouver quelque chose pour 2018 et signer un contrat quelque part. J'en serais heureux."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes ne se relâchera pas et vise la victoire au Brésil
Que l'on parle du classement des constructeurs ou de celui des pilotes, Mercedes est désormais certaine de pouvoir triompher à Abu Dhabi.

"Ce serait tentant de penser qu'il n'y a plus de pression désormais pour les deux dernières courses de la saison" estime logiquement Toto Wolff, le patron de l'écurie. "Mais on ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité en pensant une telle chose" précise-t-il juste après.

"Nous sommes déterminés à remporter ces deux courses, pour rester sur un élan positif pour aborder l'hiver. On ne va pas se relâcher juste parce que l'affaire du championnat est maintenant réglée."

"En fait, ces deux prochaines courses résument les principes qui nous définissent. Nous aspirons à l'excellence dans tout ce que nous faisons, du premier tour du déverminage hivernal à Silverstone, jusqu'au dernier tour des essais privés à Abu Dhabi. Et à chaque fois que nous courons, nous courons pour gagner. C'est avec cet état d'esprit que nous nous rendons à São Paulo" poursuit Toto Wolff.

Pour Mercedes, le dernier enjeu comptable est d'assurer la 2ème place du classement à Valtteri Bottas, devant Sebastian Vettel. Pour autant, Toto Wolff se méfie surtout de la concurrence de Red Bull.

"Lewis est au sommet de sa forme en ce moment, et il sera déterminé à ajouter une autre victoire à Interlagos, après son succès de l'an dernier. Valtteri a fait un pas en avant prometteur au Mexique et voudra poursuivre sur cet élan à Interlagos."

"Comme les dernières courses l'ont montré, remporter des courses n'est jamais facile. Red Bull a gagné deux fois ici lors des quatre dernières années, et même si nous avons remporté les deux autres courses, Ferrari demeure un rival formidable."

"Maintenant que la bataille pour les championnats est terminée, la bataille pour 2018 a déjà commencé" conclut Toto Wolff.
source: Nextgen-Auto.com

Andretti a un projet d'équipe de Formule 1
L'ancien pilote de F1 Michael Andretti avoue qu'il aimerait bien revenir dans le sport en tant que propriétaire d'écurie.

Cette année Fernando Alonso a participé aux 500 Miles d'Indianapolis lors d'une opération montée entre McLaren et la structure de l'Américain, Andretti Autosport.

Et à présent, alors qu'il est de nouveau question de l'arrivée d'un plafonnement des budgets en F1, Andretti reconnaît que sa structure pourrait "être étendue" pour participer au Championnat du monde de Formule 1.

"Évidemment, il faudrait trouver un soutien financier, puisque je ne peux pas me le permettre moi-même", explique Andretti.

Andretti Autosport ne concourt pas seulement en Indycar mais aussi en Formule E, en rallycross et en V8 Supercar.

Pour ce qui est de la F1, Andretti révèle qu'il a déjà été par le passé proche de mettre en place une écurie.

"Il y a eu quelques débuts d'accords qui allaient dans le bon sens, puis, au final, ça n'a rien donné. Nous gardons toujours les yeux ouverts."
source: Nextgen-Auto.com

Recalé par Williams, Massa envisage une année sabbatique
Felipe Massa a lui-même annoncé qu'il ne courrait plus en F1 la saison prochaine. Hélas pour le Brésilien, cette décision est un crève-cœur: il souhaitait visiblement continuer l'aventure à Grove, mais Williams n'a pas jugé bon de le prolonger.

"Je voulais continuer une année de plus" a confié l'ancien pilote Ferrari à la presse de son pays. "J'avais un bon ressenti sur mon pilotage, avec les hautes charges aérodynamiques, et les pneus larges. J'avais plus de plaisir à conduire ces voitures que celles des années précédentes."

"Je parlais [dernièrement] à l'équipe mais ils ne savaient pas quel serait mon avenir. Je leur ai dit que j'aimerais une réponse avant le Brésil, c'était ma limite. Nous avons eu une conversation la semaine dernière, et ils ont sans doute pris un chemin différent du mien. Je ne sais pas ce que Williams va décider, ou quand, mais nos voies ont divergé."

Felipe Massa pourrait rebondir en Formule E, série qui a gagné en importance ces derniers mois... mais envisage d'abord de prendre une année sabbatique somme toute bien méritée.

"Il y a une chance formidable qui se présente: celle de prendre une année sabbatique, ou de prendre une année lors de laquelle j'aurai des choses à faire, courir, m'amuser... sans disputer un championnat."

"J'ai l'intention de courir en Formula E et j'en ai même parlé récemment, mais le championnat démarre bientôt et la plupart des équipes ont trouvé leurs pilotes. Donc ce ne sera pas pour cette fois mais à la place, je vais me préparer pour avoir [en 2019] une bonne équipe, une bonne année, comme il le faut pour moi."

L'an prochain - et c'était là une grande crainte de Bernie Ecclestone - il n'y aura donc plus de Brésilien sur une grille de F1. Felipe Massa a encore du mal à le croire.

"C'est très difficile de dire ce qu'il va se passer sans un Brésilien. Les Brésiliens aiment applaudir leurs compatriotes, donc difficile de dire ce qu'il va se passer. J'espère que la F1 continuera d'être un sport enthousiasmant, car c'est une catégorie très importante, et il en a toujours été ainsi au Brésil."
source: Nextgen-Auto.com

Les avocats de Lewis Hamilton réagissent aux Paradise Papers
Les représentants de Lewis Hamilton ont tenu à réagir officiellement suite à la diffusion dans la presse de documents détaillant un système d'évasion fiscale de masse utilisée par un grand nombre de riches particuliers et d'entreprises.

Ces Paradise Papers ont mis au jour des systèmes basés sur des comptes off-shore, à la limite de la légalité.

Pour le quadruple Champion du monde de F1, ce serait un montage de cette nature qui lui aurait permis d'éviter de payer la TVA sur l'achat de son jet privé en 2013, un Bombardier Challenger 605 rouge et immatriculé G-LCDH (Lewis Carl Davidson Hamilton).

L'Anglais aurait ainsi économisé 3,7 millions d'euros sur un achat de 22 millions d'euros au total.

Les avocats de Lewis Hamilton assurent que la structure mise en place n'est pas illégale.

"En tant que sportif mondial qui paye des taxes dans de nombreux pays, Lewis fait confiance à des conseillers professionnels pour gérer ses affaires. Et ces conseillers ont assuré à Lewis qu'il n'y avait pas de problème. L'affaire est maintenant dans la main de ses avocats."

Ce qui pourrait être reproché à Hamilton c'est de ne pas utiliser son avion à 100% du temps pour le business et son activité de pilote de F1, ce qui permet effectivement d'être exempté de TVA. Le pilote a très souvent montré son avion alors qu'il l'utilisait pour des voyages personnels.
source: Nextgen-Auto.com

Présentation de la politique de billetterie du GP de France 2018
Le GIP Grand Prix de France - Le Castellet a dévoilé hier, dans les locaux de' Canal+' (diffuseur officiel de la Formule 1 en France*) les orientations et la politique de sa billetterie 2018.

L'ouverture au grand public se fera le 16 novembre 2017, avec dès le 7 novembre, une prévente organisée par la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur à un tarif exceptionnel. Gilles Dufeigneux, Directeur Général du Grand Prix de France, a confirmé une nouvelle fois le souhait de faire de cette grande fête un événement à la fois premium et populaire et démontrer ainsi que la F1 n'est pas exclusive.

Le GIP a établi plusieurs priorités pour le retour de la discipline reine du sport automobile en France le 24 juin prochain. La dimension premium sera confortée par l'assurance d'une expérience de qualité. Un énorme travail est en cours sur la construction des tribunes, sur l'accueil dans les standards de la région Provence- Alpes-Côte d'Azur et sur un programme riche en animations.

En tout, 65 000 places sont mises en vente à des prix très attractifs, jusqu'à -40% par rapport à certains grands prix européens. Comme le précise Gilles Dufeigneux: "Dire que nous repartons de zéro n'est pas usurpé puisque le Grand Prix de France a disparu pendant 10 ans. 2018 sera l'année 1 d'une nouvelle aventure que nous allons réussir. L'enjeu est de taille mais la Formule 1 est de retour en France pour de nombreuses années".

Point central de la politique de billetterie du grand prix de France, une tarification évolutive. En effet, dès la mise en vente, des prix très attrayants seront proposés, puis une augmentation au fil du temps. L'idée est ainsi de favoriser ceux qui réserveront les premiers.

Le Grand Prix de France innove en s'appuyant sur une plateforme officielle, le site gpfrance.com. Les billets seront dématérialisés, en format e-billets imprimés ou passbook. C'est une première en Formule 1 de ne fonctionner que sur ce principe. Lors de la réservation en ligne, une visualisation 3D des tribunes permettra aux fans de bien choisir leur emplacement pour vivre au plus près de leurs attentes le Grand Prix de France 2018.

Côté offres, les licenciés de la Fédération Française du Sport Automobile bénéficieront d'une promotion entre le 11 et le 15 novembre 2017, suivie ce même 15 novembre d'une prévente sur le site vente-privée.com.

La vedette incontestée est le Pass 3 jours, en vente dès le 16 novembre. Il donne accès à l'intégralité du programme, des essais libres au grand prix, en passant par les qualifications, les courses annexes et la session d'autographes des pilotes le jeudi. "C'est le sésame à se procurer", selon Pierre Gasly, pilote Toro Rosso, présent aux côtés de Jean Alesi, ambassadeur du circuit Paul Ricard. "Le meilleur moyen d'approcher les pilotes et les écuries au plus près grâce à l'accès pitlane".

La tarification est axée autour de plusieurs catégories, en fonction de la qualité des tribunes et de l'emplacement: OR, ARGENT et BRONZE, avec par ailleurs l'accès "enceinte générale". Jean Alesi a fait part de son enthousiasme: "Je suis particulièrement impressionné par ce qui va être proposé aux détenteurs de billets. Par exemple, l'accès à l'enceinte générale va permettre de voir arriver des F1 à 344 km/h. Je pense que c'est un vrai privilège, à petit prix en plus."

A partir du 15 janvier 2018, les Pass à la journée seront disponibles, pour le vendredi, samedi ou dimanche. Pour les parkings, indispensables pour avoir accès aux zones de stationnement, les tarifs vont de 15 euros les vendredi et samedi à 25 euros le dimanche, avec un forfait 3 jours à 45 euros.

*'TF1' co-diffusera également 4 grands prix en 2018 dont le grand prix de France.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso sur le point de disputer les 24 heures du Mans?
Fernando Alonso aurait une chance unique de remporter les 24 Heures du Mans, assez "facilement", en 2018.

Avec le retrait de Porsche et Audi, Toyota se retrouve seule équipe d'usine engagée en LMP1. Pour l'instant les Japonais n'ont prévu d'engager que deux voitures sur l'épreuve mancelle mais l'idée d'aligner une troisième voiture fait son chemin.

Si la décision était prise, le pilote espagnol de McLaren serait évidemment le pilote favori pour mener cet équipage.

Alonso a négocié avec McLaren un contrat qui lui permet de disputer certaines courses en dehors de la Formule 1, dont les 24 Heures du Mans, si le planning le permet. C'est le cas pour l'épreuve 2018, même si trois Grands Prix de Formule 1 à la suite sont au programme dans la foulée!

Selon certaines sources, dont le site spécialisé Dailysportscar, Alonso pourrait tester la Toyota de cette année après les 6 heures de Bahreïn, qui ont lieu le week-end prochain, avant le GP d'Abu Dhabi. A cet effet l'Espagnol aurait déjà moulé son baquet lors d'une visite récente à l'usine Toyota à Cologne.

Pour le pilote McLaren, ce serait une formidable opportunité d'avancer un peu plus dans son objectif de remporter la Triple Couronne (Monaco, 500 Miles, Le Mans).

Alonso devrait confirmer ce test avec Toyota lors d'une conférence de presse qui se tiendra ce week-end à Interlagos, dans le cadre du Grand Prix du Brésil.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.