En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 04 Novembre 2017

La prolongation d'Alonso chez McLaren, un défi à quitte ou double?
Fernando Alonso a finalement décidé de rester chez McLaren après plusieurs mois d'hésitation et la décision de son équipe de quitter Honda pour s'associer avec Renault. Les performances de la monoplace commencent à être intéressantes en cette fin de saison mais il y a de fortes chances qu'elles soient encore meilleures avec le bloc français qui, à défaut d'être un modèle de fiabilité, affiche des performances très solides.

C'est évidemment ce sur quoi a parié Alonso pour prendre sa décision, car il s'agit réellement d'un pari. Le dernier Grand Prix du Mexique a montré à quel point Renault a encore des étapes à franchir pour se mêler à la lutte face à Mercedes.

A Mexico, cinq des six monoplaces motorisées par le losange ont été touchées par des problèmes mécaniques. Mais pour voir le verre à moitié plein, c'est une monoplace à moteur Renault qui a dominé la course nettement, pour la deuxième fois lors des quatre dernières courses.

Si le pari d'Alonso réussit, ce qui implique aussi une réussite pour McLaren qui retrouverait enfin un rang digne de son nom et de son histoire, l'Espagnol aura tout gagné et pourrait alors envisager de faire progresser ses statistiques de victoires, pole positions, voire titres mondiaux.

Il ne faut pas oublier que sa dernière victoire remonte à 2013, lorsqu'il avait gagné devant son public, tandis que sa dernière pole position a été signée à Hockenheim en 2012. Quant à son dernier titre, il l'a remporté en 2006.

Tout le monde s'accorde à le dire, Fernando Alonso mériterait une fin de carrière meilleure que ce que lui a offert McLaren jusqu'ici, et il ne serait pas non plus scandaleux de le voir remporter une troisième couronne, soit-elle si tardive.

S'il y arrivait, il conclurait sa carrière de manière impressionnante en triomphant une dernière fois et bouclerait la boucle qu'il a entamée en 2007 en roulant pour l'équipe de Woking, lorsque ses querelles avec Hamilton avaient mené les deux hommes à manquer le titre pour un seul point.

C'est certainement ce qui pousse aujourd'hui l'Espagnol, qui vient de voir son ancien équipier remporter son quatrième titre, à rempiler pour au moins une saison de plus et voir ce dont McLaren et Renault sont capables ensemble.

S'il se retrouve à lutter pour le podium et pour la victoire, il est certain qu'il se relancera à la conquête des titres mondiaux. L'histoire serait d'autant plus belle que McLaren n'a pas remporté de titre pilote depuis 2008, avec Hamilton. Quant à la dernière couronne des constructeurs, elle date de 1998!

Ces différents défis sont certainement ceux qui motivent Alonso à rester une saison de plus. Néanmoins, deux possibles entraves se placent sur son chemin.

La première est évidemment Stoffel Vandoorne, son équipier, qui devient de plus en plus encombrant en termes de performances et de régularité. Alonso a encore l'avantage mais depuis plusieurs courses, le Belge semble avoir éradiqué ses problèmes de compréhension de la monoplace et pourrait profiter, au moins autant qu'Alonso, de ce retour vers le podium et la victoire, et ainsi voler la vedette à son aîné.

Enfin, le principal risque pour Alonso réside dans la capacité de McLaren à s'adapter à son nouveau moteur. Si ce n'est pas le cas, l'équipe pourrait de nouveau se retrouver dans le ventre mou du peloton et Alonso, s'embarquer dans une nouvelle aventure longue et pénible.

Si c'était le cas, en imaginant le pire scénario dans lequel il se retrouverait à lutter pour un Top 5 dans certaines circonstances, il est fort possible qu'il déciderait de ne même pas finir la saison 2018, tant la désillusion serait énorme.

Il s'est rapidement placé en faveur d'un changement de partenaire moteur et si celui-ci ne s'avérait pas fructueux, il est certain que la motivation du pilote serait émoussée, peut-être définitivement.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - Nous devons réagir au Brésil
Suite à un Grand Prix difficile au Mexique, Carlos Sainz est néanmoins prêt à se battre au Brésil pour l'avant-dernière course de la saison, sa 3ème seulement pour Renault F1, sa nouvelle équipe.

"Le Grand Prix du Mexique a été difficile pour moi. Mon tête-à-queue à haute vitesse a d'entrée freiné ma course. Après les dernières manches, je pense que nous avons une voiture qui peut être dans le top dix. Nous devons garder les deux en piste et viser à nouveau les points au Brésil. Nous devons réagir", lance l'Espagnol, motivé.

"Interlagos, c'est évidemment un beau circuit où l'on ressent un peu partout l'aura d'Ayrton Senna. Il est toujours dans le cœur des gens et cela rend ce rendez-vous très particulier", poursuit Sainz.

"En fait, ce n'est pas une piste que j'apprécie particulièrement, mais c'est l'un de ces lieux historiques où la F1 se doit d'être présente. Il y a beaucoup d'histoires au Brésil et beaucoup de championnats s'y sont joués. La culture brésilienne est assez éclectique et c'est probablement ma destination préférée du calendrier pour la nourriture."

Quels sont ses souvenirs d'Interlagos?

"L'an dernier, j'ai connu une bonne course et c'était l'un de mes Grands Prix les plus complets. J'étais quinzième en qualifications — à deux secondes des meilleurs — et je me suis soudainement retrouvé à batailler avec eux sous la pluie! Nous étions revenus avec une stratégie qui s'est avérée payante. Nous avions bien travaillé et cet agréable dimanche s'était conclu avec huit points."

Qu'en est-il au niveau du pilotage?

"C'est un circuit à l'ancienne", reconnait Sainz. "Il regorge de défis, notamment dans la section sinueuse qui offre des changements de dénivelé. Le temps réserve souvent quelques surprises. Il peut faire beau et très chaud avant que les orages n'arrivent. Le secret est de s'acclimater rapidement à la météo et d'avoir une monoplace bien équilibrée et adaptée aux conditions sèches et mouillées."
source: Nextgen-Auto.com

Williams remercie Massa et annoncera son duo 'le temps venu'
Claire Williams et l'équipe de Grove ont donc déjà fait un premier choix: celui de ne pas retenir Felipe Massa pour la saison 2018.

Par respect probablement pour le Brésilien, cette annonce a été faite aujourd'hui afin que Massa puisse fêter dignement sa 2ème retraite de la Formule 1 devant ses fans, la semaine prochaine, au Brésil.

La directrice adjointe de l'équipe tient "à remercier Felipe pour tout ce qu'il a fait pour l'équipe au cours des quatre dernières années."

"Ce fut un plaisir absolu de travailler avec lui. Nous sommes particulièrement reconnaissants qu'il ait accepté de quitter sa retraite de la Formule 1 pour un an, après que Valtteri ait rejoint Mercedes. Ca a démontré la profondeur de la relation que nous avons construite pendant notre temps ensemble."

"Nous apprécions le fait que ça n'a pas été une décision facile pour lui de revenir, après avoir eu un tel départ émouvant à la fin de l'année dernière. Au nom de Sir Frank et de toute l'équipe, nous adressons nos meilleurs vœux à Felipe pour l'avenir."

Williams annonce que son duo 2018 sera annoncé "le temps venu."

Lance Stroll devrait être associé à Robert Kubica ou Paul Di Resta, le Polonais devant être à nouveau testé après le dernier Grand Prix à Abu Dhabi, lors des essais privés finaux de Pirelli qui réuniront toutes les équipes sur le circuit de Yas Marina.
source: Nextgen-Auto.com

Newey fait de nouvelles révélations sur l'accident de Senna
L'accident d'Ayrton Senna a toujours été entouré d'une part de doute quant à la responsabilité de Williams et de ses têtes pensantes, dont on sait qu'elles avaient travaillé sur la colonne de direction dans les heures ayant précédé la course et l'accident fatal du Brésilien.

D'autres théories avaient été avancées, comme un débris consécutif à l'accident du départ qui aurait pu provoquer une crevaison à haute vitesse et la sortie de piste de la monoplace à haute vitesse.

La vidéo embarquée de Michael Schumacher avait toutefois montré que l'arrière de la vidéo avait décroché en premier, ce qui ne correspond pas avec une possible rupture de la colonne de direction. Toutefois, Adrian Newey continue de se sentir coupable.

"J'étais l'un des dirigeants de l'équipe qui a dessiné une voiture dans laquelle un grand homme s'est tué" regrette l'ingénieur. "Que la colonne de direction ait causé l'accident ou non, il n'y a aucun doute sur le fait que c'était une mauvaise pièce qui n'aurait jamais dû être autorisée sur une telle voiture."

La voiture était grandement instable à cause d'un ensemble aérodynamique très particulier et Newey garde dans l'idée que Senna était obligé de trop en faire pour compenser le manque de continuité dans le comportement de la FW16.

"Ce qui me fait le plus culpabiliser, ce n'est pas la possibilité que la rupture de colonne de direction ait pu causer l'accident, car je ne pense pas que ce soit le cas, mais plutôt le fait que j'ai foiré l'aérodynamique de cette voiture."

"J'ai raté la transition de la suspension active vers la suspension passive un an plus tôt et j'ai dessiné une voiture instable dans laquelle Ayrton tentait des choses qu'elle n'était pas capable de faire. Qu'il ait eu une crevaison ou non, le fait qu'il prenne la ligne intérieure plus rapide mais plus bosselée a rendu la voiture difficile à piloter, même pour lui."

Newey est toutefois sceptique quant au bien-fondé du procès mené par le procureur, Maurizio Passarini, dont il estime qu'il aurait pu se concentrer sur un cas similaire mais plus litigieux.

"Je me sentirai toujours en partie responsable de la mort d'Ayrton mais pas coupable. Le fait que l'affaire sur Ratzenberger ait été aussi vite classée me laisse penser que Passarini était surtout motivé par la gloire et la notoriété."
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Felipe Massa met un terme à sa carrière en F1
Felipe Massa et l'équipe Williams ne sont pas parvenus à un accord pour la saison 2018.

Sans surprise, le Brésilien a donc décidé aujourd'hui de mettre un terme à sa carrière à la fin de cette saison. Il pourra ainsi dire au revoir à ses fans brésiliens à Interlagos, avant de disputer un dernier Grand Prix, à Abu Dhabi.

"Comme tout le monde le sait, après avoir annoncé ma retraite de la Formule 1 l'année dernière, j'ai accepté de revenir cette saison pour aider Williams quand leur coup de fil est arrivé", explique Massa.

"J'ai maintenant passé quatre bonnes années avec l'équipe, mais ma carrière en Formule 1 prendra fin cette saison."

"Encore une fois, je tiens à remercier tout le monde qui m'a soutenu tout au long de cette période: ma femme et mon père, toute ma famille, mon manager Nicolas Todt et tous mes amis, collègues et sponsors."

"Je voudrais également ajouter un énorme merci à tous les fans qui ont été incroyablement solidaires et passionnés au fil des ans. J'ai tellement de bons souvenirs déjà et je me prépare pour mes deux dernières courses au Brésil et à Abu Dhabi, et ils seront certainement émouvants."
"J'ai hâte de terminer sur une bonne note et de préparer un nouveau chapitre de ma carrière, dans d'autres catégories du sport automobile."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo veut se relancer pour la fin de la saison
Les pilotes Red Bull se rendent à Interlagos avec le statut de vainqueurs potentiels, tant la RB13 se montre à son avantage récemment.

L'équipe autrichienne avait bien figuré à Interlagos l'an dernier et Daniel Ricciardo espère y effacer deux abandons consécutifs.

"J'aime l'Amérique du Sud et je suis toujours ravi de venir au Brésil" explique-t-il. "L'an dernier, c'était marrant sous la pluie et je ne serais pas contre un peu de pluie cette saison car je sais que je pourrais faire mieux. Je suis certain de pouvoir obtenir un bon résultat mais jusqu'ici, je n'ai pas encore eu de belle course au Brésil, donc j'espère que ça changera cette année."

"Le circuit en lui-même n'est pas typiquement ce que je cherche. Il n'y a pas de virage rapide comme je les aime, il est plutôt court et lent, ce qui n'est pas palpitant. Mais cela ne signifie pas que je n'essaierai pas de signer le meilleur résultat possible."

"Les fans au Brésil sont parmi les plus bruyants, il y a beaucoup de trompettes et de cornes de brumes, on y ressent une ambiance de carnaval. La zone de la ville dans laquelle se situe la piste est assez authentique, on a donc beaucoup de fans locaux qui viennent assister à la course avec beaucoup de passion."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul revoit son objectif à la baisse et promet un V6 plus fiable dès le Brésil
Cyril Abiteboul, Directeur Général de Renault Sport Racing, fait un constat amer après de nombreux problèmes techniques lors des derniers Grands Prix, autant sur le moteur au Mexique que sur ses propres voitures, depuis plusieurs course.

La 5ème place du championnat n'est plus un objectif réaliste pour Renault F1, tandis que la fiabilité du V6 français doit être corrigée dès le Brésil.

"Le Grand Prix du Mexique a été particulièrement difficile avec un nombre inacceptable de problèmes mécaniques mais nous avons la firme intention de réagir, et vite. Les spécificités de Mexico ont accentué nos faiblesses mais clairement nous n'avons pas réussi à équilibrer performance et fiabilité", explique Abiteboul.

"La performance de notre moteur a beaucoup progressé cette année et les résultats en qualifications comme en course en attestent, il nous faut maintenant retrouver de la fiabilité, pour nous comme pour nos clients, même si Max a magnifiquement remporté cette course."

Du côté de Renault F1 en particulier, le Français tient à souligner que, malgré les abandons qui ont coûté tant de points, surtout avec la monoplace de Nico Hülkenberg, "l'équipe reste confiante et solidaire."

"C'est essentiel pour progresser pour la fin de la saison mais aussi pour préparer la saison à venir. Nous en avons les moyens, notre organisation est stable, robuste et compétente. Mais, cette saison nous avions pour objectif la cinquième position au Championnat des Constructeurs. Même s'il est encore possible, il s'est éloigné, surtout après un week-end où nous n'avons marqué aucun point."
Renault est en effet à 28 points de Williams maintenant, l'équipe 5ème du championnat. Il sera difficile de la rattraper selon Abiteboul, même si "le Grand Prix de Mexique a mis en avant notre performance."

"Malheureusement les deux voitures ont dû abandonner, mais elles étaient en Q3, placées 7ème et 8ème sur la grille, et 4ème et 5ème position à la fin du premier tour. Les points étaient donc largement à notre portée. Il nous reste maintenant deux Grands Prix. Tout sera mis en œuvre dès le week-end prochain pour conquérir la sixième place (occupée par Toro Rosso), qui est encore accessible."

Renault F1 devrait pouvoir marquer de bons points à Interlagos.

"Dans la foulée de deux courses successives éprouvantes pour l'équipe, le Grand Prix du Brésil se profile déjà. Interlagos est un circuit mythique et passionnant avec des courses souvent incertaines. La météo joue fréquemment un rôle important mais nous restons confiants dans les qualités de la RS17. La ferveur des supporters est toujours aussi agréable à voir et à entendre, c'est un très beau Grand Prix."
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne - Il faudra finir le boulot en 2018
Sergio Marchionne refuse de mettre sur le dos de la malchance la perte du titre mondial pilotes chez Ferrari.

Le titre constructeurs s'est rapidement éloigné, Kimi Räikkönen ne marquant pas assez de points en comparaison de Sebastian Vettel. Mais l'Allemand pouvait encore l'emporter face à Lewis Hamilton avant une tournée asiatique catastrophique.

"Je ne crois pas en la malchance et ce n'est donc pas ainsi que je qualifiera notre fin de saison en Formule 1. Il y a eu des problèmes techniques et des erreurs de la part de notre pilote, de mauvais jugements de sa part", explique le président de Ferrari.

"Comme je l'ai dit, nous avons cependant beaucoup appris. Le résultat reflète notre management et, même si cela a été douloureux, nous avons mis au jour quelques faiblesses structurelles dans ce management. Tout va être rectifié et, normalement, 2018 sera une bien meilleure saison."

Marchionne répète que Ferrari l'a surpris dans le bon sens.

"Je pense que je n'aurais trouvé personne l'an dernier pour parier sur cet état de forme pour 2017. Nous avons bien commencé mais nous n'avons pas fini le boulot. Ce sera l'objectif pour 2018. La voiture est au niveau, c'est même la meilleure en ce moment selon moi."
source: Nextgen-Auto.com

Fin des consignes chez Force India
C'est Otmar Szafnauer, le directeur des opérations de Force India, qui l'a annoncé, à une semaine du prochain Grand Prix au Brésil: Sergio Pérez et Esteban Ocon seront à nouveau autorisés à se battre en piste.

Les deux pilotes Force India n'auront donc plus de consignes lors des deux derniers Grands Prix de cette saison.

Rappelons que Pérez et Ocon ont été interdits de lutter l'un contre l'autre suite à de multiples accrochages en piste, le point d'orgue étant le double accrochage entre les deux hommes lors du Grand Prix de Belgique (au départ puis plus tard dans la course).

"Notre 4ème place est maintenant assurée. Je leur ai donc annoncé que la bataille pouvait reprendre entre eux en piste. Mais je leur enverrai personnellement la facture s'ils s'accrochent à nouveau!"prévient Szafnauer.
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 développe une RS18 'totalement nouvelle'
Renault F1 compte repartir d'une feuille presque blanche pour la prochaine monoplace de la saison 2018.

Malgré de bonnes performances de la part du châssis RS17 cette année, notamment depuis l'introduction des évolutions de Silverstone, Nick Chester, le directeur technique 'châssis', estime que la nouvelle RS18 doit être "totalement nouvelle."

"Nous sommes focalisés sur la monoplace de l'année prochaine et nous progressons bien à Enstone. Elle sera totalement nouvelle, malgré le peu de changements apportés au règlement", explique Chester.

Le but? Faire bénéficier chaque pièce des enseignements de la saison actuelle.

"Nous avons énormément appris sur l'aérodynamique et l'équilibre d'une voiture construite pour le règlement 2017. Elle devrait donc représenter un sérieux pas en avant."

Renault F1 semble déjà délaisser l'idée de finir 5ème du championnat et fera donc des tests lors des essais libres du prochain Grand Prix.

"Afin de préparer 2018, nous allons faire quelques relais aérodynamiques avec plusieurs outils spécifiques lors des essais au Brésil", conclut Chester.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.