En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 01 Novembre 2017

Lowe - La F1 s'occupe des V6 mais oublie l'essentiel
La FOM et la FIA ont dévoilé hier leur plan pour l'introduction des nouveaux moteurs en 2021. Il s'agit de baisser le coût des V6, puisque cette charge est devenue insupportable pour nombre de petites écuries, mais aussi de rapprocher les performances, à l'heure où une équipe comme Haas pointe à 1,5 seconde au tour du trio de pointe.

Pour Paddy Lowe, le directeur technique de Williams, le problème majeur ne se situe néanmoins pas du côté des unités de puissance. Le dossier de la réduction des coûts et du rapprochement des performances doit être traité de manière plus globale.

"Quand vous regardez la F1, même s'il y a beaucoup de discussions en cours au sujet des problèmes causés par les moteurs, ce n'est pas le problème le plus important dans le sport. C'est un problème pour les trois écuries de pointe qui se battent pour trouver des gains marginaux, mais le plus gros problème pour le moment c'est l'écart de performance entre les équipes. Ce n'est pas seulement lié au moteur."

"Si vous regardez la course d'Austin, et la différence de performance entre le Top 6 et le reste du peloton, c'était vraiment deux courses différentes, et ce n'est pas lié au moteur. C'est l'un des problèmes dans ce sport où la différence des budgets est vraiment grande. Nous devons être très intelligents pour surmonter ce problème."

L'ancien de Mercedes pense même que la FIA devrait accroître de nouveau les écarts de performance en changeant encore une fois les règles moteur. La théorie des rendements marginaux décroissants plaide plutôt pour une certaine stabilité.

"A chaque fois que vous changez le règlement vous créez toujours une opportunité, et une divergence, pour les moteurs ou pour un autre sujet. Ce qui crée de la convergence, c'est la stabilité du règlement. Plus vous laissez les choses inchangées, plus c'est le cas. Vous voyez aujourd'hui que les moteurs sont beaucoup plus proches en performances qu'il y a trois ans."

"Le nouveau changement de règlement aujourd'hui doit être mené avec une grande précaution. Je trouve curieux l'importance que les gens donnent à cette nouvelle réglementation pour créer plus de convergence... quand cela crée de la divergence au contraire."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel, un rival mais non un ennemi pour Hamilton
Cette année, contrairement aux saisons précédentes, Lewis Hamilton a dû livrer bataille non contre son coéquipier, mais contre un pilote d'une autre écurie, et non le moindre: Sebastian Vettel.

Pour autant, malgré des moments plus "chauds" comme à Bakou ou lors du dernier Grand Prix du Mexique, la rivalité entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel n'a jamais atteint les sommets polémiques de la relation Hamilton-Rosberg.

Lewis Hamilton a voulu tout au long de cette saison "éviter de la négativité et renvoyer de la positivité."

Relativement à son accrochage au départ avec Sebastian Vettel, qui lui a coûté le podium, Lewis Hamilton n'est pas rancunier, bien au contraire. Il apprécie finalement de lutter contre un pilote d'un tel calibre, même si l'accrochage du départ l'a surpris au Mexique.

"Je ne pense pas que j'ai été trop agressif, je n'ai pas bloqué les roues, je n'ai fait aucune erreur et j'en suis très content, car naturellement j'étais sous pression. J'étais bien sûr un peu surpris d'avoir cet accrochage et oui, j'ai laissé beaucoup d'espace, donc oui, j'étais étonné d'avoir été accroché par le gars derrière moi, contre qui je luttais."

"Nous sommes des pilotes formidables, il est quadruple Champion du monde, ce n'est pas si facile de se toucher, mais dans le feu de l'action, ce peut être très facile finalement de le faire. Donc peu importe, je ne vais pas analyser tout cela. J'ai apprécié de courir contre Seb, de courir contre un quadruple Champion du monde, et même avoir eu cette bataille contre Fernando... c'était bien mais rude!"

Ceux qui attendaient une rivalité déchirante entre les deux rivaux en ont eu pour leurs frais. Lewis Hamilton se réjouit de cette relation finalement apaisée.

"Ecoutez, nous n'avons plus 20 ans, nous sommes des hommes matures maintenant. C'est ce fameux dicton: dans l'art de la guerre, gardez vos amis proches de vous et vos ennemis encore plus proches. Je me méfie de Seb, je sais ce qu'il a réussi ces dernières années. Je sais à quel point il a été constant, je connais ses forces et ses faiblesses - et aussi celles de sa voiture."

"Donc alors que vous attendiez que cette querelle se poursuive après Bakou, et tout cela... eh bien non, même aujourd'hui, ça peut sembler bizarre, surtout après ce qu'il s'est passé au début de la course, mais peu importe. L'important, c'est comment vous vous comportez."

"C'est vraiment sympathique d'avoir eu cette bataille contre Seb. Il a 50 poles aujourd'hui et je ne veux pas lui en donner plus! Parce qu'il s'est rapproché de moi. C'est ce qui me pousse à continuer. C'est la même chose avec les victoires, les championnats, donc quand je vois qu'il a prolongé pour deux ans, avec Ferrari, je me dis que Ferrari ne va pas m'apprécier ces deux prochaines années. Mais c'est OK, parce que nous allons leur rendre la vie aussi difficile que possible."

Lewis Hamilton reste tout de même un fan de la Scuderia et à lire entre les lignes, on sent qu'il aimerait conduire un jour pour les Rouges...

"C'était formidable de voir Ferrari revenir à ce niveau de forme, ils ont été formidables cette année, et j'espère que d'autres écuries rejoindront cette bataille, comme Red Bull. Bravo à Max pour sa victoire, c'est vraiment la jeune étoile qui brille le plus - nous n'avons rien vu de tel depuis un moment. Et j'espérais pouvoir me battre contre lui au Mexique, mais ce ne fut pas le cas."

Le quadruple Champion du monde apprécie en général une concurrence relevée et c'est pour cela qu'il espère voir McLaren relever la tête l'an prochain (lire notre information parue plus tôt). Hamilton conclut sur une note toujours positive.

"J'espère que tout le monde peut vraiment profiter cette année et de ces batailles formidables que nous avons eues, et je ne vais pas essayer de vous offrir plus de controverses l'an prochain. J'espère que je pourrai vous donner simplement plus de pure course auto... c'est ce dont le sport a besoin."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari sombre trop rapidement dans la crise pour un ancien ingénieur
Ancien ingénieur de course réputé de Ferrari, Toni Cuquerella a assisté avec un certain agacement aux déboires des Rouges en cette fin de saison, particulièrement sur le plan de la fiabilité.

Cependant, l'ancien de Super Aguri ou de HRT remet cette saison en perspective et ne croit pas que Ferrari, qui a enfin pu jouer le titre à la régulière, devrait se remettre en question à chaque mauvaise performance.

"Ferrari était bien plus compétitive que lors des années précédentes, et leur voiture était meilleure que la Mercedes lors de 5 des 18 Grands Prix au moins. Ce fut une bonne année et ils devraient être heureux. Mais comme toujours, chez Ferrari, une crise naît après seulement deux courses décevantes. Et Mercedes en a tiré un grand profit."

"Ferrari souffre pour se sortir de ces crises. Dans le même temps, d'autres écuries comme Red Bull ou McLaren atteignent un bon niveau de solidarité et de confiance pour l'an prochain."

Comme Lewis Hamilton le déclarait dimanche dernier, Mercedes a gagné en ayant non la meilleure voiture, mais la meilleure équipe. Pour Toni Cuquerella, cette tendance devrait se confirmer en 2018 - il sera donc d'autant plus indispensable d'être parfait sur le plan mental et opérationnel.

"Cette année, l'équipe la plus rapide et le pilote le plus rapide ont gagné, mais la tendance indique que cette domination ne va pas nécessairement continuer. Le prochain titre pourrait être remporté par une équipe qui n'a pas toujours la meilleure voiture."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner a été enchanté par le pilotage de Magnussen à Mexico
Haas F1 ne s'attendait certainement pas à marquer des points dimanche, à Mexico, après des qualifications particulièrement difficiles pour Romain Grosjean et Kevin Magnussen.

La VF17 s'était montrée su peu performante que même les Sauber dotées d'un moteur Ferrari de 2016 étaient à son niveau.

Pourtant, en course, Kevin Magnussen a sorti une incroyable performance en finissant dans les points, grâce, notamment, à un excellent départ qui lui a permis de gagner de nombreuses places par rapport à sa position sur la grille de départ. Il a terminé 8ème et empoché 4 points précieux.

"Kevin a sorti un pilotage magnifique dimanche. Il mérite un 10 sur 10. Il ne pouvait pas faire mieux avec la voiture et il a su résister à Hamilton et Alonso derrière lui. C'est le plus beau moment de sa course mais, avant ça, il n'a pas fait une seule erreur", commente le patron, Gunther Steiner.

"Nous n'avons pas pris cette 8ème place par chance, nous la méritons. Nous étions au bon endroit au bon moment et le départ a été une chance qu'a su saisir Kevin pour se placer dans le bon peloton. Il a ensuite eu le rythme nécessaire et a sorti le pilotage nécessaire. Il n'y a pas eu de chance, il a piloté de manière fantastique."

"Kevin ne pouvait pas faire mieux que ça, dans un week-end qui a été très difficile pour nous. Heureusement la voiture était un peu meilleure en conditions de course qu'en qualifications... nous étions juste les derniers en qualifications!"
source: Nextgen-Auto.com

Lowe défend le bilan comptable de Massa
Grâce à sa 6ème place au Mexique dimanche dernier, Lance Stroll a désormais plus de points que Felipe Massa au classement: 40 contre 36. Cependant le pilote brésilien a été plus malchanceux cette saison. Ainsi, dimanche dernier, il a subi une crevaison lente en début d'épreuve.

Paddy Lowe, le directeur technique, vient relativiser cet écart de points et le remettre dans son contexte. A l'heure où le volant de Felipe Massa est menacé, ce soutien est-il un indice encourageant pour l'avenir?

"Je ne pense pas que nous devons trop nous éterniser sur le nombre de points de Felipe, pour être honnête et juste avec lui. Il a en fait perdu des points importants en raison de problèmes qui n'étaient pas de son ressort. A Mexico, il a été plus malchanceux encore. Ce serait déraisonnable de dire que le nombre de points reflète le tableau d'ensemble."

Cette malchance de Felipe Massa ne doit cependant rien occulter du bon bilan de Lance Stroll: après un début de saison bien difficile et critiqué, le Canadien a relevé la tête.

"Il a eu des bons et des mauvais moments, parfois des très rudes, et certainement, ce fut bien meilleur lors de la deuxième partie de la saison" poursuit Paddy Lowe.

Le directeur technique de Williams a néanmoins trouvé le point faible de son jeune pilote: les qualifications.

"Il a bien apaisé la situation, en particulier après avoir marqué ses premiers points au Canada, et ensuite il a eu ce podium à Bakou. Selon moi les gens pensent que les qualifications reflètent la vraie vitesse de pointe d'un pilote, parce que c'est facile d'en tirer des conclusions. Mais ça ne reflète pas le vrai niveau de Lance parce que les qualifications, c'est peut-être sa faiblesse. Il est bien meilleur en course pour le moment et vous pouvez voir qu'il a brillé le dimanche, à Mexico comme à Monza. Donc je pense qu'il pourra avoir de bien meilleures performances en qualifications à un moment donné. Il est conscient de cela. Et nous y prêtons attention."
source: Nextgen-Auto.com

Szafnauer, l'homme-clé de la 4e place de Force India
Pour la deuxième année de suite, Force India est "la meilleure des autres."

La petite équipe de Silverstone n'a pas les moyens de battre Ferrari, Red Bull ou Mercedes, mais son budget, l'un des plus faibles du plateau, lui a suffi pour battre des grosses équipes comme Williams, Renault F1 ou encore McLaren pour la 4ème place du Championnat des Constructeurs.

Derrière cette efficacité de tous les jours, il y a le directeur des opérations de Force India, Otmar Szafnauer. Un homme aux qualités très appréciées dans le paddock mais qui est resté fidèle à Vijay Mallya et Bob Fernley jusque-là.

"C'est un plaisir de travailler dans cette équipe, avec toutes les personnes motivées pour donner le meilleur d'elles. Je pense même que nous avons le plus petit budget de la Formule 1, cela en dit long sur notre efficacité et notre efficience", commente-t-il.

"Avoir un budget aussi petit nous force à faire les choses différemment. Peut-être que nous avons aussi une vision différente de certaines autres équipes. Ce n'est pas facile toutefois et l'an prochain sera encore plus difficile."

"Je suis en tout cas reconnaissant du travail de chacun, sur la piste comme à l'usine de Silverstone. C'est là-bas que se passe la plus grosse partie du travail. Le monde voit ce que nous faisons sur un circuit mais il faut remercier toute l'équipes, les hommes et les femmes de Silverstone ont fait un travail fabuleux cette année encore, surtout pour avoir réussi le développement de la voiture jusqu'à la fin de la saison."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton souhaite lui aussi voir McLaren et Alonso compétitifs en 2018
Plus on est de fous et plus on rit! Telle est la devise que Lewis Hamilton a toujours adoptée lorsqu'il s'agit de batailles et de rivalités en Formule 1.

Le nouveau quadruple Champion du monde a réagi de manière positive aux propos de Fernando Alonso, qui a indiqué vouloir viser le titre mondial avec sa prochaine McLaren Renault, et ce dès la saison 2018.

"Oui, attendez de voir ce que va faire Fernando avec un bon moteur. J'espère vraiment que McLaren, qui a toujours une place à part dans mon cœur, pourra faire une bien meilleure saison l'année prochaine. Je le souhaite pour eux, je le souhaite pour Fernando", déclare le pilote Mercedes.

"J'espère qu'ils auront une voiture plus forte, un moteur plus fort. Fernando est un dur à cuire en piste... C'est un gars contre qui il n'est pas facile de courir, ce n'est pas un tendre et je dois dire que j'ai bien apprécié ma petite bataille avec lui en piste dimanche. J'espère donc que nous en aurons bien plus dans un avenir proche."

Hamilton rappelle qu'il n'est pas effrayé par la compétition.

"J'ai adoré me battre contre Nico ces dernières années, j'ai encore plus apprécié me battre contre d'autres équipes, Ferrari en particulier et Sebastian Vettel, cette année. Qu'on se batte de manière serrée contre d'autres équipes, c'est ce que tout le monde veut voir, c'est ce que la Formule 1 souhaite. Quand j'ai grandi, en regardant la F1, c'est ce que je voulais voir."
source: Nextgen-Auto.com

La fin des consignes chez Force India n'est pas acquise
A Bakou ou encore en Belgique, les deux pilotes Force India ont compromis des résultats prometteurs en s'accrochant en piste. La rivalité interne dans l'écurie n'aura néanmoins pas eu d'incidence sur la position finale de Force India au classement des constructeurs.

Maintenant que cette 4ème place est assurée, la question est de savoir si Esteban Ocon et Sergio Pérez seront libres de se battre en piste au Brésil et à Abu Dhabi, les deux dernières courses de la saison.

Pour Otmar Szafnauer, le directeur des opérations, une politique plus libérale de Force India n'est pas encore acquise. Force India entend ainsi rappeler à ses pilotes qu'ils sont avant tout les employés d'une entreprise.

"Nous devons discuter ce point en interne puisque nous avons toujours deux semaines pour nous décider. Probablement, pour les fans, ça paraît meilleur s'ils sont autorisés à courir. Mais dans le même temps, les pièces de la voiture ne sont pas bon marché et si vous rentrez dans l'autre pilote, peut-être qu'il faudra acheter plus de pièces pour la prochaine course, puisque nous avons toujours un test après le Grand Prix à Abu Dhabi. Donc toutes ces considérations doivent aussi rentrer en jeu."

La détermination de Force India à faire respecter la discipline dans l'écurie a été démontrée une fois de plus à Mexico. Sergio Pérez a demandé avec insistance la permission de doubler Esteban Ocon - permission qui lui fut refusée. L'équipe a ainsi assuré un résultat solide (5ème et 6ème), sans soubresauts.

"C'était prévu dès le début" rappelle Otmar Szafnauer. "Nous aurions pu avoir un Checo devant et un Esteban plus rapide derrière lui - l'inverse aurait pu être vrai. Est-ce qu'ensuite vous direz à Checo qu'il peut dépasser, parce qu'il est plus rapide et parce que c'est sa course à domicile? Checo a été sur le podium et Esteban jamais, donc on aurait pu aussi lui laisser une chance."

"Il faut donc être honnête: la meilleure manière d'y arriver est d'expliquer quelles sont les règles, le faire assez tôt, et ensuite peu importe ce qui arrive, vous suivez ces règles et vous n'en déviez pas. C'est ce que nous avons fait et c'était honnête parce qu'une fois, cela bénéficie à l'un, et une autre fois, cela bénéficie à l'autre pilote. C'est exactement ce que nous faisons depuis Spa."

Un accrochage entre pilotes n'est pas non plus une bonne nouvelle sur le plan de l'image de l'équipe, et donc sur le plan du sponsoring. Le Grand Prix du Mexique en a été d'autant plus réussi...

"Je pense que beaucoup de nos sponsors ont apprécié notre performance à Mexico. Nous avons eu une bonne couverture médiatique et nous avons été impliqués tout le temps dans des batailles, tout en roulant à la 3ème place longtemps avec Esteban. Je m'attendais aussi à ce que le moteur de Max Verstappen casse mais ce ne fut pas le cas. Nous sommes au cœur de l'action, ce que les sponsors comme les fans mexicains aiment. C'était une bonne course pour nous."
source: Nextgen-Auto.com

Limites en bord de piste - Alonso soutient Whiting
Pour avoir dépassé les limites de la piste, en mettant les quatre roues dehors, plusieurs pilotes ont été pénalisés cette saison, dont Max Verstappen à Austin. La FIA a adopté une position stricte sur ce sujet, mais les pilotes pestent contre le fait que les larges zones de dégagement asphaltées incitent à tenter de telles manœuvres.

Une solution avancée par certains serait de (re)mettre de l'herbe ou du gravier en bord de piste, afin de sanctionner plus lourdement toute petite erreur.

"Mettons de l'herbe ou du gravier, pour qu'on ne puisse pas couper par les vibreurs. Par exemple à Suzuka je ne pense pas que nous ayons ce genre de problèmes, non? La solution est très simple" a ainsi plaidé Max Verstappen.

Mais durant le briefing des pilotes de la FIA, mis en ligne par la FOM, Charlie Whiting a rappelé aux pilotes que les circuits modernes n'étaient pas conçus dans cette perspective, puisque la plupart d'entre eux doivent aussi accueillir les courses de moto.

Le directeur de course a de plus trouvé un soutien de poids dans le paddock: Fernando Alonso.

"Je pense que les Porsche Cup ou les Formule 2 saliraient la piste. Ce serait incroyablement difficile pour nous d'avoir une piste propre. Je pense que nous devons aussi considérer que la F1 n'est pas la seule série qui court sur ces circuits permanents: il y a aussi la MotoGP, et ils ont besoin de mesures de sécurité complètement différentes. C'est extrêmement difficile de tout concilier."
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc et Celis couvrent 229 tours pour Pirelli
Pirelli a entamé hier deux jours d'essais privés de développement de ses pneus slicks pour 2018, un développement déjà bien avancé suite aux essais menés durant toute la saison à huis clos.

Cette fois c'est Force India et Sauber qui ont été mobilisées. Les deux équipes ont fait rouler Alfonso Celis et Charles Leclerc.

Dans la VJM10, le Mexicain a parcouru 114 tours alors que dans la C36, le Monégasque en a fait 115.

Une journée donc très productive pour Pirelli et les deux jeunes pilotes. Aucun chrono n'a été dévoilé comme d'habitude, dans ces tests qui se déroulent à l'aveugle pour les pilotes et les équipes, qui ne savent pas quelles gommes le manufacturier fait tester à chaque moment.

Comme prévu, Force India n'a fait rouler son pilote qu'une seule journée et a plié bagages, direction le Brésil. Sauber poursuivra ses essais avec Leclerc aujourd'hui.
source: Nextgen-Auto.com

La Mercedes de 2018 conviendra mieux à Bottas
Mercedes promet à Valtteri Bottas de produire une W09, la monoplace de 2018, plus équilibrée et qui conviendra mieux au style de pilotage du Finlandais.

C'est ce qu'affirme en tout cas Niki Lauda, le directeur non exécutif de Mercedes, qui a vu Bottas clairement marquer le pas face à Lewis Hamilton lors de la 2ème partie de la saison.

"Au début de la saison, la voiture convenait à nos deux pilotes. Mais, avec le développement, les choses ont clairement tourné en faveur du style de Lewis Hamilton", dit Lauda.

Selon l'Autrichien il est normal que, pour cette première saison, "les ingénieurs ont davantage fait confiance à la référence qu'est Lewis, qu'ils connaissent bien."

"Valtteri a essayé d'adapter son style mais, comme pour tout, il y a des limites. C'est pourquoi j'affirme que ce qui est arrivé lors de la fin de cette saison est davantage notre faute que celle de Valtteri."

"La voiture de 2018 conviendra autant au style de Lewis que de Valtteri", promet Lauda en guise de conclusion.
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes n'adhère pas au concept du moteur 2021 présenté hier
Hier, la Formule 1 et la FIA ont dévoilé leur projet commun pour le moteur de 2021, respectant les bases annoncées aux équipes: une unité de puissance globale plus puissante, moins coûteuse et plus bruyante.

Les règles ne sont pas encore définies, ce sont uniquement les bases retenues pour les débats des prochaines semaines. Pour rappel, les voici:

Conservation de la base d'un V6 turbo hybride, 1,6 litre;
Un régime moteur augmenté de 3000 tr/min pour améliorer la qualité du son;
Des paramètres de design interne bien précis pour restreindre les coûts de développement et décourager les conceptions et conditions de roulage extrêmes;
Abandon du moto-générateur thermique (MGU-H);
Un moto-générateur cinétique (MGU-K) plus puissant avec un déploiement manuel par le pilote en course, ainsi qu'une option pour emmagasiner de l'énergie sur plusieurs tours afin de donner au pilote le contrôle d'un élément tactique de course;
Un seul turbo avec des contraintes dimensionnelles et des limites de poids;
Des batteries et des unités de contrôle électronique standardisées;
Des paramètres de design externe bien précis afin de favoriser un changement aisé de châssis/moteur/transmission, de type "Plug-And-Play";
L'intention de réfléchir à des réglementations de carburant plus strictes et à une limitation du nombre de carburants utilisés.

Qu'ont pensé les équipes de ces propositions de base? Chez Mercedes, on n'est pas satisfait. Les dents grinceraient aussi chez Ferrari et Renault.

"Le concept semble similaire à ce que nous avons déjà maintenant. Mais il nécessitera tout de même un développement totalement nouveau, ce qui veut dire que nous allons devoir travailler sur deux moteurs en même temps entre 2018 et 2020", explique Toto Wolff.

En effet, augmenter de 3000 tr/min le régime moteur maximum est un énorme défi pour un moteur turbo et impose de revoir complètement les pièces internes. Pour les motorises déjà engagés en F1, cela veut donc dire des coûts presque doublés pendant deux à trois ans.

Pour les nouveaux entrants, comme Aston Martin, Porsche, Cosworth ou encore Ilmor, le coût sera toutefois bien inférieur, comme promis, suite, notamment à l'abandon du MGU-H et à la standardisation de la partie batterie et contrôle électronique.

Chez Red Bull, qui attend l'arrivée d'un nouveau constructeur pour la soutenir, ou d'un indépendant, on est donc heureux.

"Un moteur comme ça est bon pour nous", commente simplement Helmut Marko.

Reste à savoir quel moteur sera adopté au final. Wolff espère que le tir sera corrigé.

"C'est une vision qui a été présentée, plus qu'un règlement. Et c'est la vision de Liberty plus que celle des motoristes ou des constructeurs. L'important c'est de définir maintenant tous ensemble ce que la Formule 1 de 2021 doit être. Pas uniquement du côté du moteur. Ce que nous avons c'est un point de départ au dialogue, pas une proposition à voter."

"Certaines choses sont justes, d'autres non", admet Wolff. "Je veux juste être clair sur le fait qu'il y a des opinions différentes. Nous allons maintenant voir quelles seront les autres propositions faites pour le sport la semaine prochaine. Ensuite les discussions pourront commencer."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Battre Verstappen sera le défi de 2018
Lewis Hamilton est déjà prêt à remettre son titre mondial en jeu en 2018, pour sa dernière année de collaboration avec Mercedes... en attendant une très probable prolongation de contrat le mois prochain ou cet hiver.

Et pour la saison à venir, il pense déjà à un pilote à battre, le pilote en forme de cette fin de saison: Max Verstappen, vainqueur en Malaisie et au Mexique, à la régulière, avec sa Red Bull Renault.

Le jeune pilote de 20 ans ne cesse d'impressionner, y compris le nouveau quadruple Champion du monde de la F1.

"Je veux encore être meilleur en 2018 et, pour ça, je m'attends à une plus grosse bagarre encore avec Red Bull et Ferrari. La Formule 1 ne dort jamais, elle ne s'arrête pas: il y a toujours un pilote qui veut prendre ma place."

"Et je pense que le prochain à la vouloir, c'est Max. Je vais devoir hausser mon niveau de jeu pour le contrer l'an prochain, je le sens déjà. Je veux rester devant lui, ça me motive. Voilà, j'ai déjà ma motivation pour 2018!"

Hamilton a reconnu que Verstappen était "un pilote exceptionnel" après sa victoire, très facile, sur le circuit des frères Rodriguez à Mexico.

"C'est certain: avec Max, la Formule 1 détient un potentiel Champion du monde, qui ne cesse de devenir plus fort avec le temps qui passe. Il a beaucoup de talent naturel, encore beaucoup de chemin à faire. Mais ses victoires, son expérience, s'ajoutent déjà à son grand potentiel."

"J'ai déjà hâte de me battre contre lui en 2018."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.