En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Lundi 30 Octobre 2017

Une course difficile pour McLaren qui se solde par un point
La course de McLaren a encore été compliquée par des pénalités infligées suite à des changements de moteur qui avaient aussi perturbé la préparation de la course. Néanmoins, McLaren sauve l'honneur avec un point grâce à une belle course de Fernando Alonso.

"La course a été difficile pour nos deux pilotes qui ont très bien piloté compte tenu des limites de la voiture sur ce qui est un circuit gourmand en puissance et possédant une configuration délicate, rendant les dépassement presque impossibles" explique Eric Boullier.

"Fernando et Stoffel ont montré un rythme solide et effectué beaucoup de tentatives de dépassements avec finalement peu de récompenses pour leurs efforts. Ils sont partis 18ème et 19ème et ont effectué une belle remontée, c'est frustrant de n'en tirer qu'un point."

"Néanmoins, ils peuvent être fiers tous les deux des performances montrées en piste en sachant les défis qu'ils relèvent à chaque course et c'était positif de les voir se mesurer à d'autres équipes."

Le motif de satisfaction est simple pour Boullier: "Nous avons vu la fin de la course avec les deux voitures en dépit des défis techniques posés par l'altitude du circuit et les problèmes de refroidissement. Nous regardons maintenant du côté du Brésil qui devrait bien mieux convenir à notre voiture."

"Je veux aussi en profiter pour remercier notre ancien équipier, Lewis, pour son quatrième titre mérité."

Yusukue Hasegawa se prononce au nom de Honda pour positiver sur le résultat de ce week-end: "Malgré le départ pris en fond de grille, c'est un superbe résultat de réussir à marquer un point. Fernando et Stoffel ont pris un bon départ et se sont battus aux alentours de la 10ème place tout au long de la course."

"Fernando s'est senti bien tout le week-end et a effectué une course superbe pour aller chercher ce point. Son pilotage était animé par la passion et nous a rappelé à quel point il était talentueux, il mérite que ce soit souligné. Stoffel a pris un départ incroyable et a attaqué durant toute la course, donc c'est dommage qu'il n'ait pas fini dans le Top 10."

"Malgré l'altitude, nos deux voitures ont terminé avec un moteur décent. Je pense que nous pouvons partir de Mexico en positivant. L'équipe a fait un bon travail avec les stratégies et tout le monde a travaillé dur. Il ne reste que deux courses à McLaren Honda et nous allons faire de notre mieux."

Hasegawa a lui aussi un mot pour Lewis Hamilton: "Je veux féliciter Lewis et Mercedes pour leurs victoires au championnat. Ils ont tous fait un travail extraordinaire."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli avait vu juste pour le Grand Prix du Mexique
Ce palpitant Grand Prix du Mexique est remporté par le pilote Red Bull Max Verstappen au prix d'une stratégie attendue d'un arrêt aux stands. Une collision au départ entre les deux protagonistes pour le titre, Lewis Hamilton (Mercedes) et Sebastian Vettel (Ferrari), contraint en revanche ces deux concurrents à en respecter un supplémentaire.

Après s'être arrêté pour chausser les pneumatiques tendres dès la fin du premier tour, tous deux profitent en effet d'un Virtual Safety Car, à mi-parcours, pour basculer sur les super-tendres (Hamilton) et ultra-tendres (Vettel). Mais comme l'Allemand ne parvient pas à terminer parmi les deux premiers, le Britannique coiffe sa quatrième couronne mondiale, la troisième avec Pirelli.

A l'instar de Carlos Sainz (Renault) et Sergio Pérez (Force India), Hamilton et Vettel sont les seuls concurrents à passer à deux reprises par la voie des stands. Tous les autres ne stoppent qu'une fois, Kimi Räikkönen, à bord de sa Ferrari, se révélant à l'arrivée le mieux placé des pilotes ayant choisi les mélanges tendres pour leur deuxième relais.

"Le contact du premier tour et le Virtual Safety Car ont obligé Hamilton et Vettel à revoir leur stratégie qui consistait initialement en un arrêt aux stands, ajoutant ainsi un élément tactique à leur course", note Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Garder les pneumatiques dans la bonne fenêtre d'utilisation fut essentiel, tenant compte de la faible dégradation, des appuis réduits à cette altitude et du revêtement glissant de Mexico, mais Verstappen s'est joué des éléments avec brio pour ajouter une nouvelle ligne à son palmarès."

"Les trois mélanges ont tous été utilisés durant le Grand Prix, les teams adoptant différents choix tactiques pour réagir face aux circonstances de cette course fascinante, dépourvue du moindre souci au niveau des pneumatiques. Félicitations à Lewis Hamilton pour ce quatrième titre amplement mérité, décroché avant le terme d'une fabuleuse saison."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen explique pourquoi sa saison n'a pas été idéale
Comment expliquer que Kimi Räikkönen n'ait pas joué le titre cette saison, à l'inverse de son coéquipier Sebastian Vettel? Certains pourraient arguer le manque de pointe de vitesse du Finlandais... qui avance lui une autre explication: la malchance.

"Cette année, nous avons bien progressé par rapport à l'an dernier. Mais bien sûr, il faut toujours que nous améliorions certains points... Je pense que cette saison nous avons eu une voiture solide. Récemment, nous avons eu quelques problèmes, mais la vitesse était là."

"Bien sûr, j'ai eu trop d'abandons, ce qui nous a coûté beaucoup au championnat. L'an prochain, nous devrons minimiser ces problèmes, améliorer ce genre de choses et apprendre de cette saison."

En Espagne et à Singapour, Kimi Räikkönen a abandonné au premier tour, victime d'accidents et d'incidents de course. En Malaisie, un problème de V6 l'a empêché de défendre ses chances.

Hier à Mexico, le Champion du monde 2007 s'est invité sur le podium, sans pouvoir rivaliser avec Max Verstappen ou même Valtteri Bottas.

"Après mes difficultés en qualifications, la 3ème place n'est pas trop mauvaise, mais bien sûr ce n'est pas notre objectif. Le départ n'était pas trop mauvais, mais ensuite je suis parti sur la gauche et j'ai perdu mon élan. Je me suis retrouvé bloqué et j'ai perdu beaucoup de places lors des deux premiers virages. Ensuite j'ai dû attendre que les voitures devant s'arrêtent, pour pouvoir pousser et gagner des places."

"Ma voiture était un peu meilleure qu'hier et notre vitesse était convenable. Une fois 3ème, j'ai pu essayer de rattraper les voitures devant moi, mais j'étais trop loin de Valtteri Bottas et il n'y avait rien de plus à faire. Je me suis concentré pour finir la course et pour conserver ma position."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Après le quatrième titre, cap sur le cinquième!
Après avoir remporté son quatrième titre hier au Mexique, Lewis Hamilton pourrait avoir, comme Nico Rosberg, une sensation d'accomplissement. Mais le pilote Mercedes ne compte pas imiter son ancien coéquipier désormais retraité: le nouvel objectif du Britannique est de continuer à se battre pour marquer davantage l'histoire...

"4, c'est un chiffre formidable. Maintenant, je veux le chiffre 5" a confié Hamilton auprès des journalistes hier.

Le pilote Mercedes explique que sa manière décalée d'approcher les Grands Prix a sûrement expliqué son regain de forme exceptionnel après la pause estivale.

"Je me suis préparé comme je le voulais, à ma propre manière, ce que beaucoup de gens pensent impossible. Voyager autour du monde comme je le fais, et tout cela... C'est vous préparer à votre manière, trouver votre propre façon de fonctionner. C'est comme quand vous gagnez un championnat, devant tant de personnes, comme ce dimanche, cela vous donne simplement plus de confiance en vous-même, et vos proches croient en vous."

"Je suis fier de ma famille et c'est fou de voir que je continue d'écrire le nom de Hamilton dans les livres d'histoire. Après moi, il y aura toujours des enfants pour connaitre mon nom et c'est probablement ce dont je suis le plus fier."

"Je ne peux pas vous dire à quel point mon père m'a aidé pour devenir ce que je suis aujourd'hui. Peu importe le nombre de mes victoires, l'ampleur de mes succès, je ne pourrai jamais lui rendre ce qu'il m'a donné. Je sais aussi qu'il y a beaucoup d'enfants, beaucoup de gens, autour du monde, qui me regardent, que ce soit pour trouver une source d'inspiration, ou pour que je les guide, donc j'essaie d'être de briller autant que possible dans leur direction."

Lewis Hamilton est le modèle du self-made man en Formule 1 et il sait que son exemple est une référence pour nombre d'enfants défavorisés.

"J'espère que mon 4ème titre de champion - d'un Champion du monde qui vient de Stevenage - sera un témoignage qui montre que vous pouvez vraiment faire quelque chose en venant de nulle part. J'espère qu'un jour je pourrai aider à trouver celui qui me succédera, parce qu'il existe quelque part. Quand j'étais plus jeune, il y avait deux profs qui me disaient, 'tu seras toujours un bon rien', donc je me demande ce qu'ils pensent maintenant quand ils me regardent."

"Je me demande s'ils pensent qu'ils m'ont aidé ou s'ils regrettent ce qu'ils m'ont dit, s'ils ont appris depuis. J'espère que c'est vraiment le cas, j'espère qu'ils ont pris du recul. J'espère qu'ils encouragent leurs élèves aujourd'hui, et qu'ils ne les rabaissent bas."

Lewis Hamilton, contrairement à d'autres pilotes sur la grille comme Fernando Alonso, a toujours fait le bon choix d'écurie. En 2013, il a eu le nez de quitter Woking, sur le déclin, pour une équipe Mercedes en pleine ascension.

"Je me suis demandé combien de personnes ici [les journalistes] ont pensé que c'était le pire transfert possible d'aller chez Mercedes. Bien sûr cela fait déjà plusieurs années que vous avez changé d'avis. Mais n'est-ce pas sympathique de voir quelqu'un prendre un risque comme je l'ai fait, un risque si important? Je suis vraiment vraiment fier de tous les gens qui m'ont aidé à accomplir cela, et j'ai hâte de connaître les futurs événements."

Contrairement aux trois saisons précédentes, Lewis Hamilton s'est ici battu contre un pilote extérieur à Mercedes. Il rend hommage à la combativité de Sebastian Vettel.

"Être capable de se battre contre un quadruple Champion du monde, qui a un talent formidable et une équipe qui sait aussi gagner des championnats, être capable d'extraire le maximum possible du potentiel de mes gars, d'être aussi compétitif... oui, c'est ce que doit être un championnat. J'espère qu'il y aura plus de championnats comme celui-ci, avec une bataille aussi rude."

Cette saison 2017 n'a pas du tout éteint le désir de Lewis Hamilton de combattre en F1 pour d'autres titres. Au zénith de sa forme, le pilote Mercedes veut continuer à briller.

"J'ai pris plus de plaisir que jamais durant cette saison. Je pense vraiment au fait que ce serait sympathique à un moment donné de vivre à un seul endroit, de socialiser beaucoup plus, d'aller promener vos chiens chaque jour, ou de faire du surf... mais ensuite, je pense qu'il y a beaucoup de choses à vivre après 40 ans. Donc à un moment, il faudra que je réalise que je ne peux plus revenir en F1, quand j'en aurai fait assez."

"J'ai déjà été béni, j'ai déjà eu une vie magnifique ces dix dernières années. J'espère que je me suis casé ici [chez Mercedes] et je vais continuer à essayer [de gagner en F1]... tant que je suis à mon meilleur niveau. Et je veux être au sommet, c'est mon but."
source: Nextgen-Auto.com

Briatore soutient l'introduction de budgets plafonnés en F1
Pour rapprocher la performance des différentes monoplaces et ainsi avoir plusieurs pilotes se battant pour le titre, Liberty Media envisage d'introduire un budget plafonné pour toutes les équipes. Dans le même temps, les propriétaires du sport entendent introduire un moteur plus abordable et moins compliqué technologiquement en 2021.

Sergio Marchionne a déjà annoncé qu'il se "battrait" pour que la F1 reste à la pointe de la technologie. Il n'apparaît cependant pas soutenu par son compatriote, Flavio Briatore.

"Je regarde toujours tout ce qui concerne la F1, surtout ce que font les nouveaux propriétaires. Ils agissent différemment. Cela devait arriver. Ross Brawn m'a appelé au printemps et nous sommes tombés d'accord sur le fait que le pilote devait être remis au centre du jeu, et que le championnat ne devrait plus être une compétition d'ingénieurs."

"Le sport va dans la bonne direction" conclut un Briatore visiblement convaincu par les efforts de Liberty Media.

"Il est grand temps que la F1 introduise les budgets plafonnés. Les fans ne se soucient pas du tout des budgets. J'étais avec Fernando Alonso aux 500 Miles d'Indianapolis cette année, où une voiture qui mène la course ne coûte que 10 millions de dollars, sur toute une saison. C'est 1/20ème du coût d'une F1. Mais le spectacle proposé est meilleur."

A l'inverse de Flavio Briatore, Bernie Ecclestone apparaît très sceptique quant au travail de Liberty Media. L'Italien a une explication plus psychologique que philosophique à ce sujet...

"Son éviction fut imprévisible. Nous sommes de vieux amis et nous parlons presque chaque jour, pas seulement de la F1, mais aussi du business, de la vie en général... je peux vous assurer que Bernie va très bien. Mieux qu'on ne le pense. Il profite de la vie, travaille beaucoup pour s'occuper de sa plantation de café au Brésil, et profite de la vie avec sa merveilleuse femme, Fabiana."

Les nouvelles sont moins rassurantes concernant un ancien très proche de Flavio Briatore chez Benetton: Michael Schumacher.

"Je ne suis pas en contact direct avec la famille. Mais je suis très inquiet. J'essaie toujours de parler à ses proches. Je ne veux pas en dire plus. Mais je suis très triste."

Un autre pilote qui fut champion sous les ordres de Michael Schumacher est Fernando Alonso. Que pense Briatore de l'évolution de la carrière de l'Espagnol?

"Il n'y a que l'argent pour chasser son sentiment de frustration... C'est certainement une sorte de compensation" conclut Flavio Briatore en faisant de la main le chiffre 2, soit le nombre de titres (seulement) remportés par le pilote McLaren.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Un titre 'très facile' pour Hamilton, sans véritable opposant
Fernando Alonso a livré une belle bataille en piste hier contre... Lewis Hamilton, en plein Grand Prix du Mexique.

"Je crois que Lewis sait maintenant à quel point la McLaren est bonne dans les virages. J'espère que je pourrai courir contre lui plus souvent l'an prochain" espère logiquement le pilote espagnol.

Lewis Hamilton compte désormais deux fois plus de titres mondiaux que Fernando Alonso à son palmarès. Mais a-t-il autant de mérite?

A écouter Fernando Alonso, ce titre obtenu en 2017 aurait été quasiment comme une sinécure pour le Britannique...

"Ce fut très facile pour lui. Il n'a pas eu d'opposant. L'an dernier il devait chasser Nico Rosberg jusqu'à la dernière course, mais maintenant Mercedes a assuré le titre au classement des constructeurs, quatre courses avant la fin, et Hamilton est champion deux courses avant Abu Dhabi. C'est trop facile, mais j'espère que nous pourrons changer cela avec McLaren-Renault."

Quel est le point de vue de Sebastian Vettel sur ce sujet? Sans surprise, le pilote allemand vient défendre son écurie. Quand on lui demande si la Mercedes était supérieure à la Ferrari en 2017, il paraît assez agacé...

"Je n'aime pas cette question. Je ne veux minimiser en aucune façon le succès qu'il mérite" a répliqué Sebastian Vettel, beau joueur.

L'an prochain, Lewis Hamilton devrait de nouveau lutter contre Sebastian Vettel pour le titre. Il a exclu de prendre sa retraite à la manière d'un Nico Rosberg l'an dernier...

"Bien sûr je pourrais adopter la solution facile, celle de Nico l'an dernier, je pourrais juste m'arrêter et partir à la retraite, avec ce 4ème titre. Mais il y a plus à venir de mon côté, il y a des défis et des temps plus difficiles qui m'attendent et j'adore cela."

Max Verstappen devrait notamment mener la vie dure aux Mercedes l'an prochain. Toto Wolff attend avec impatience d'affronter le pilote Red Bull...

"J'aime cette idée d'un combat à trois et McLaren-Renault pourrait même être au rendez-vous. Clairement, Max Verstappen est un gars qui va compter dans le futur, et sa voiture est très rapide."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul - Un mauvais équilibre entre performance et fiabilité chez Renault
Chez Renault, on avait de quoi rire jaune hier au Mexique.

A part la victoire du moteur dans la Red Bull de Max Verstappen, il n'y avait guère de raisons de se réjouir du côté de Cyril Abiteboul, Directeur général de Renault.

Les deux RS17 de Nico Hülkenberg et Carlos Sainz ont abandonné, et d'autres problèmes moteur ont été signalés chez Red Bull et Toro Rosso.

"Nous avons vécu un Grand Prix du Mexique très difficile, avec plusieurs incidents au cours du week-end", concède le Français.

"En course, l'abandon de Nico et d'au moins une de nos voitures clientes nous rappelle que la fiabilité moteur n'est pas au rendez-vous; cela a de lourdes conséquences pour nous et nos clients."

"Nous connaissons les contraintes de ce circuit en altitude, qui impose des compromis entre performance et fiabilité. Si la performance a été au rendez-vous avec de très bonnes qualifications des différentes voitures motorisées par Renault, force est de constater que l'équilibre entre performance et fiabilité n'était pas bon.

"La très belle victoire de Max Verstappen confirme le potentiel du moteur et je tiens à le féliciter pour cette très belle course. Félicitations à Lewis Hamilton qui rentre un peu plus dans l'histoire de ce sport."

"Pour nous il s'agit aujourd'hui de conserver notre motivation pour les deux dernières courses, et de nous concentrer sur nos objectifs."
source: Nextgen-Auto.com

Le vrai potentiel de la Ferrari SF70H encore gâché selon Arrivabene
Maurizio Arrivabene est désormais certain d'avoir manqué l'objectif de 2017: ramener un des deux titres mondiaux à Maranello.

Après la perte du titre constructeurs à Austin, c'est celle du titre pilotes qui s'est produit à Mexico.

Le directeur de la Scuderia Ferrari est amer parce que Sebastian Vettel était en mesure de remporter cette course... s'il n'y avait pas eu ce mauvais départ.

"Encore une fois le résultat de la course ne reflète pas le vrai potentiel de la SF70H", déplore l'Italien.

"Nous avons vu ce potentiel lors des qualifications, la veille, avec la pole position. Et lors de la course, avec la belle remontée et les beaux dépassements de Sebastian. Il a aussi signé le meilleur tour. Malheureusement, l'accident au départ a compromis toute la course. Seb n'a rien lâché et s'est battu jusqu'au bout."

"Nous allons continuer à faire de notre mieux, lors des deux derniers Grands Prix, avec la même concentration et la même détermination."

"Bravo enfin à Lewis pour son titre."
source: Nextgen-Auto.com

Furieux, Marchionne fustige les 'purs bobards' d'Ecclestone


Bernie Ecclestone a affirmé samedi qu'il avait dû, en tant que président de la FOM, "aider Ferrari" afin d'aider le sport plus généralement.

Évidemment, ces propos ne sont pas du goût de Sergio Marchionne, le président de Ferrari, pour qui Bernie a raconté "de purs bobards".

"Je pense que Bernie doit remercier Ferrari pour lui avoir donné la chance de diriger la F1 et de devenir milliardaire grâce à nous. Que Dieu le bénisse. Il a tant fait pour le sport, mais Ferrari a aussi beaucoup fait pour la F1."

Les accusations de Bernie Ecclestone alimentent cependant les dernières rumeurs, selon lesquelles Mercedes aurait aidé Ferrari à combler son retard au niveau de la performance moteur. D'après Forbes, Ferrari et Mercedes se seraient comme entendus pour régner au sommet de la F1 et ainsi dominer le sport.

Ce n'est pas la seule préoccupation de Sergio Marchionne en ce moment. Le président de Ferrari regarde avec attention les pourparlers de Liberty Media autour de la prochaine réglementation moteur. Et n'hésitera pas à taper du poing sur la table si la solution proposée ne lui convient pas. La menace sempiternelle d'un retrait de Ferrari de la F1 est donc de retour...

"Si nous faisons bien les choses, je suis prêt à parler de tout. Mais si nous commençons à faire de la F1 juste un business bon marché, alors, je ne suis pas intéressé. Il faut être rationnel. La F1 fait partie de l'histoire de Ferrari et j'ai vraiment l'intention de protéger notre implication dans ce sport. Mais pas à n'importe quel prix, ou pour des raisons commerciales. La F1 a une dimension de noblesse, c'est un sport sans pareil, et elle ne peut être vendue et commercialisée comme tout autre sport."

Enfin, à plus court terme, Sergio Marchionne doit désormais préparer la prochaine saison, maintenant que Lewis Hamilton est titré.

"Ce qui est important maintenant, c'est d'apprendre le plus possible de nos erreurs de cette année. Hier soir je parlais avec le PDG de Mercedes, Dieter Zetsche, et même si nous sommes des concurrents impitoyables sur la piste, nous sommes amis. Il a reconnu que nous avions été malchanceux cette année et que les résultats auraient pu être différents sans tous ces événements survenus en Asie."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson stoppé dans son élan, Wehrlein en retrait
Marcus Ericsson a un temps roulé dans les points, devant les deux McLaren, à bord d'une Sauber plus compétitive que de coutume. Cependant, une défaillance de sa suspension arrière l'a empêché de voir l'arrivée hier au Mexique.

"Le départ de la course était bon. Le premier relais était bon et compétitif, donc j'ai pu rouler dans le Top 10. Cela semblait prometteur et je me sentais à l'aise dans la voiture. Nous avons été malchanceux avec la voiture de sécurité virtuelle puisqu'elle est sortie deux tours après mon changement de pneus. C'était dommage parce que j'ai du coup perdu deux places. Après un week-end positif dans l'ensemble, je n'ai malheureusement pu finir la course et j'ai dû abandonner."

Pascal Wehrlein n'a jamais pu vraiment viser les points, mais il a au contraire vu l'arrivée. Pas sûr néanmoins que son niveau de performance à Mexico puisse franchement convaincre Sauber de le conserver en 2018...

"J'ai fait le meilleur travail possible hier. C'était difficile d'essayer de rattraper mes rivaux directs puisque la plupart des voitures devant moi roulaient en pneus plus tendres. Malgré tout, je suis satisfait de la constance de ma performance aujourd'hui. Cela me donne confiance pour obtenir des meilleurs résultats lors des prochaines courses."

Frédéric Vasseur se satisfait lui aussi du rythme "convenable" de ses monoplaces durant la course.

"Marcus a fait du bon travail en se battant avec nos rivaux directs dans le milieu du peloton durant le premier relais. Dommage qu'il n'ait pu finir la course. Du côté de Pascal, sa performance a été bonne, même s'il était sur une stratégie pneumatique différente."

A noter que Charles Leclerc poursuivra son apprentissage de la Sauber au cours d'une session de tests pour Pirelli, toujours à Mexico, demain et ce mercredi. L'heure de la titularisation se rapproche encore pour lui...
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg félicite Hamilton pour son 4e titre
Nico Rosberg n'est plus le Champion du monde en titre, en attendant évidemment que la FIA officialise, en décembre, le titre mondial obtenu hier par Lewis Hamilton à Mexico.

Le pilote allemand a tenu à rendre hommage à son équipier pour son 4ème titre, au travers d'une vidéo postée sur ses réseaux sociaux.

"Je souhaite tout d'abord adresser mes plus sincères félicitations à Lewis", déclare Rosberg.

"Lewis a signé des performances vraiment incroyables cette année. Il mérite donc amplement son quatrième titre de Champion du monde."

La course d'hier n'a pas manqué de rebondissements, en livrant un scénario incroyable dès le départ avec l'accrochage entre Hamilton et Sebastian Vettel.

"J'espère que de les fans ont apprécié ce Grand Prix. C'est mon cas pour ma part, comme j'ai aussi bien aimé toute cette saison, avec une lutte entre trois équipes: Mercedes, Ferrari et Red Bull. Ce fut génial à suivre, ainsi que le duel viril entre Lewis et Seb, parfois perturbé par Ricciardo ou Verstappen."

L'ambassadeur de Mercedes a aussi un mot pour son ancienne équipe.

"Bravo à eux pour ce nouveau titre constructeurs. Ce que mon ancienne équipe est parvenue à accomplir en tenant compte du changement de règles techniques est très impressionnant. Alors que tout le monde est reparti d'une feuille blanche, Mercedes est parvenue à poursuivre en tête de la Formule 1, et même à accroitre sa domination en cette fin de saison."
source: Nextgen-Auto.com

Williams reconnait que Kvyat est sur sa liste, Massa énervé
L'équipe Williams a confirmé que Daniil Kvyat avait bien pris contact avec elle, en vue d'un baquet pour 2018.

Le Russe, éjecté de la filière Red Bull avec effet immédiat, n'a donc pas tardé à se placer sur la liste de candidats évalués par Claire Williams et Paddy Lowe.

Son expérience et sa nationalité pourraient être un atout, même s'il n'est pas le favori à ce stade pour remplacer Felipe Massa.

"Comme je l'ai dit à Austin, nous allons évaluer chaque pilote qui peut rouler en F1 et qui n'a pas de contrat. Kvyat est un pilote très respectable et sa candidature doit donc être considérée correctement", affirme Lowe, le directeur technique de Williams.

Les favoris sont toujours Robert Kubica et Paul Di Resta, ce qui énerve Felipe Massa, de plus en plus...

"Je suis totalement satisfait de mon rythme et de ma saison. Je continue à extraire le meilleur d'une Formule 1 alors je n'ai pas envie d'arrêter. Mais ce n'est pas ma décision, c'est celle de l'équipe. Comme je l'ai dit je veux savoir avant mon Grand Prix (dans 2 semaines) quel sera mon avenir."

Lowe va-t-il être en mesure de lui fournir cette réponse?

"Je préfère ne pas commenter ce qu'il a dit. Il y a des tensions évidemment et malheureusement, mais c'est toujours le cas quand on parle de contrat et que tout n'est pas fluide. Felipe sait qu'il y a des pilotes considérés, mais c'est un super gars et il respecte Williams. Il respectera notre décision, qu'on le garde ou non, j'en suis certain."

A Mexico, une nouvelle rumeur est née: donner à Felipe Massa l'occasion de faire ses adieux à la F1 au Brésil, pour laisser courir Kubica à Abu Dhabi et, ainsi, évaluer totalement le Polonais.

Massa a bondi en entendant ça!

"Qui dit ça? Je ne peux rien dire sur 2018 mais ce que je peux dire c'est que je serai à Abu Dhabi et je finirai toutes les courses prévues à mon contrat."
source: Nextgen-Auto.com

Force India a enfin assuré sa 4e place
C'est désormais certain: Force India a assuré sa 4ème place au Championnat des Constructeurs pour la 2ème année de suite.

L'équipe Williams ne peut plus revenir sur Force India, puisqu'il y a plus de 86 poins d'écart (l'équivalent de 2 doublés) au classement. Il y en a même 99 après ce Grand Prix du Mexique.

"Nous avons presque 100 points d'avance sur Williams!"se réjouit Bob Fernley, le directeur adjoint.

"C'est fantastique d'avoir confirmé notre 4ème place au championnat avec une superbe course devant les fans mexicains. Nous avons cru au podium pendant quelques tours, pour Esteban Ocon, mais la voiture de sécurité virtuelle a tourné à l'avantage de Kimi Räikkönen et Lance Stroll."

"Esteban a donc dû travailler dur derrière le volant lors des 20 derniers tours pour battre la Williams malgré des pneus moins frais. Il signe une très belle 5ème place."

Fernley salue aussi la 7ème place du local de l'étape, Sergio Pérez.

"Sergio a dû faire un dernier arrêt tardif pour mettre des pneus ultra-tendres et il rattrapait Stroll à vitesse grand V mais il lui a manqué quelques tours pour le dépasser."

"Ce bon résultat d'ensemble démontre une nouvelle fois le progrès effectué par notre équipe cette saison. Finir 4ème du championnat pour la 2ème année de suite est une récompense formidable pour tout le monde chez nous."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Je prends plus de plaisir que jamais
Lewis Hamilton a remporté son quatrième titre mondial en Formule 1 avant le terme de ce qui aura été une saison fantastique pour lui. Le Britannique aurait souhaité le remporter en gagnant le Grand Prix du Mexique mais les choses ne se sont pas déroulées comme il le souhaitait.

"Je suis arrivé et tout le monde m'a demandé si j'allais simplement assurer pour finir cinquième" relate-t-il. "J'ai dit que c'était hors de question et ça allait bien aujourd'hui, contrairement à hier. J'ai pris un bon départ, et nous étions presque trois de front dans le premier virage, c'était génial et c'est le genre de bataille dont je rêve."

"J'ai l'impression d'avoir parfaitement positionné ma voiture dans les deux virages et c'était un peu étrange d'être percuté de l'arrière par le gars contre qui je lutte pour le titre. Le pire a été de revenir en piste après cela, la voiture était difficile dans le virage 4 et j'ai cru que j'allais embarquer tout le monde, c'était horrible."

Des voix se sont immédiatement élevées contre Vettel, arguant que l'Allemand s'était jeté sur la Mercedes sans tenir compte de l'espace que lui avait laissé Hamilton: "Je lui ai laissé de la place mais ça n'a que peu d'importance. Le départ était bon, il se battait avec Max et j'attendais ce genre de bataille depuis des années."

"J'allais aller à droite et je suis finalement allé à gauche et nous avons freiné tard. J'ai traversé la piste et je me suis dit que c'était parfait mais finalement, j'ai été percuté par l'arrière. Je pensais dépasser Max après ce virage. Mais ça n'a pas d'importance, je me relève de nouveau, quand on me fait mettre un genou à terre, je reviens plus fort" poursuit-il, en référence à son inscription "Still I rise", présente sur son casque et sur lui en tatouage.

Hamilton s'est battu avec Fernando Alonso durant la course et les deux hommes ont chacun atteint les limites de leur pilotage pour se défendre de manière propre mais virile.

"Il ne m'a pas laissé trop d'espace mais je m'y attendais. Il devrait avoir plus que deux titres car il a un sens de la course exceptionnel. Je me suis donné comme il l'a fait de son côté."

Le Britannique est désormais devenu un quadruple Champion du monde mais n'arrive pas à savoir quel titre est le meilleur selon lui: "Je pense que chaque victoire, chaque pole position est différente à sa manière. Je ne m'en lasse as, cela ne m'a pas semblé similaire à un autre. Chaque tour est différent et chaque championnat a paru différent à sa manière, je pense que ça dépendait de ce qu'il se passait dans ma vie hors des circuits."

"Celui-ci me semble faire partie du mieux et je pense que c'est parce qu'on lutte contre une autre équipe. Ferrari est mythique et Sebastian est un quadruple champion. Si je gagnais contre quelqu'un qui n'a pas été champion, ça n'aurait pas la même valeur. On veut se comparer à ceux qui ont le plus triomphé."

De quoi le faire rester en Formule 1 encore plus longtemps?

"Vous voulez toujours cette réponse de ma part. Je prends plus de plaisir que jamais. Je serai là l'an prochain et, j'espère, pour encore plus longtemps. Il y a une longue vie après la Formule 1 et je ne veux pas qu'elle soit trop longue, car je suis actuellement dans la meilleure partie de ma vie."

"Il y a encore d'autres bonnes choses après une carrière en F1 et j'y travaille, mais pour l'instant je prends plus de plaisir que jamais. Je remercie toute l'équipe et ma famille. Je remercie mes fans qui m'envoient de l'énergie positive et qui m'ont suivi durant toutes ces années."

"Même si vous ne m'aimez pas, je vous aime et je vous suis reconnaissant de soutenir notre sport. J'espère pouvoir vous convertir la prochaine fois. Pour ceux qui me soutiennent, je vous aime. Nous perdons et nous gagnons ensemble."
source: Nextgen-Auto.com

Double abandon pour Renault F1 au Mexique
Après un bon départ au Grand Prix du Mexique, la réussite se détournait des pilotes Renault F1.

Nico Hülkenberg, qui gagnait une place au départ avant de se hisser jusqu'à la quatrième position, rencontrait un problème sur le système de récupération d'énergie et abandonnait pour raisons de sécurité.

Nico débutait la course en 7ème position, avec des pneus Pirelli Ultra-tendres (violets). Il passait un train neuf de Tendres (jaunes) au 19ème tour avant d'abandonner au 24ème tour.

"C'était une course très frustrante et je suis déçu. Tout se passait bien et un très bon résultat nous file entre les doigts. Nous avons du travail à faire sur la fiabilité, car nous perdons des points qui nous semblaient atteignables. C'est dommage, mais c'est la course automobile."

Également auteur d'un bon envol lui permettant de passer septième, Carlos Sainz effectuait un arrêt au stand au deuxième tour, après un tête-à-queue à haute vitesse. Alors qu'il était dix-septième, il devait se retirer à cause d'un problème mécanique.

"C'était une journée difficile pour l'équipe. Nous avons fait un très bon départ, mais je n'étais pas à l'aise lors des deux premiers tours et j'avais un feeling étrange avec la voiture. J'ai fait un tête-à-queue à haute vitesse et j'ai dû m'arrêter prématurément car mes pneus avaient des 'plats'. Même si j'avais un bon rythme par la suite, j'évoluais en queue de peloton sans espoir de rentrer dans les points. Mon abandon a été causé par un problème mécanique avec la direction."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly a vu l'arrivée et Hartley une fumée blanche
Malgré un vendredi et un samedi calamiteux sur le plan de la fiabilité, Pierre Gasly a pu voir l'arrivée du Grand Prix du Mexique. Avec des essais libres tant compromis, il ne fallait pas néanmoins attendre de miracles pour le Français, finalement 13ème.

"C'était bon de finalement conduire sur ce circuit après un week-end très difficile, où je n'avais fait que quelques tours avant ce dimanche! Malheureusement, la course n'était pas aussi bonne que nous l'espérions. Cela m'a pris quelques tours pour m'habituer à la piste et à la voiture, mais au moins, j'ai continué à engranger de l'expérience dans la voiture, ce qui était très utile, et je suis allé au bout de la course."

Brendon Hartley roulait devant son coéquipier quand il fut victime d'une nouvelle défaillance de son moteur Renault (pression d'huile semble-t-il). Ce n'était pas son week-end, après déjà une panne en Q2 ce samedi...

"C'est toujours décevant de ne pas finir une course, donc je ne suis pas le plus heureux des hommes aujourd'hui, mais je souris toujours, parce que j'ai fait des progrès par rapport à la semaine dernière à Austin. C'est juste dommage que la course ait été ainsi interrompue. Ce fut un week-end difficile: des problèmes le vendredi, ensuite cette panne moteur en Q2 hier. Aujourd'hui, j'ai perdu la puissance moteur en bout d'une ligne droite, et ensuite j'ai vu de la fumée blanche. Il aurait été bon d'arriver à la fin de la course parce que j'aimais bien participer à toutes ces batailles!"

Franz Tost rappelle que son écurie a connu "des pannes moteurs tous les jours ce week-end". Le directeur de Toro Rosso félicite tout de même ses deux pilotes qui ont fait "du très bon boulot".

"Nous devons prendre en considération le fait qu'ils sont nouveaux dans l'équipe et qu'ils n'ont pas pu compléter autant de tours que prévus au début du week-end. Ils ont vraiment tiré le maximum de cette situation."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon et Perez font le bonheur de Force India
Sergio Pérez était le régional de l'étape mexicaine, mais son équipier Esteban Ocon a brillé un peu plus que lui en décrochant la cinquième place. Ca devient une habitude que le Français espère probablement garder à l'avenir.

"Je suis déçu et heureux à la fois", confie Ocon après la course. "Je suis parvenu à rester en dehors des mauvais coups après le départ et ensuite je me suis longtemps maintenu en troisième position. Donc j'y ai cru à ce podium..."

"Malheureusement, la chance n'a pas été avec nous", déplore Esteban. "La voiture de sécurité virtuelle a permis à Räikkönen de nous passer et puis Vettel est revenu en fin de course. L'équipe fait un super boulot actuellement avec un développement constant de la voiture. Il reste encore deux courses, deux occasions à saisir!"

Sergio Pérez hérite de la septième place et il est donc un peu déçu. "Nous avons atteint notre objectif principal qui était de sécuriser la quatrième place de l'équipe dans le Championnat des Constructeurs. J'ai eu un peu de malchance en course avec la voiture de sécurité virtuelle. Je crois que nous avons perdu deux places avec Vettel et Stroll qui sont passés devant moi. Ceci étant dit, j'ai aussi payé ma mauvaise qualification."

"Je suis heureux, j'ai beaucoup de chance d'être mexicain et de l'amour que me donnent les gens ici. Je pense qu'il y a peu de pilotes qui peuvent dire qu'ils reçoivent autant que moi ici", ajoute Sergio Pérez.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.