En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 29 Octobre 2017

Alonso s'est régalé en course
Etant donné sa position sur la grille de départ, Fernando Alonso ne s'attendait pas à marquer un point aujourd'hui et c'est pourtant ce qu'il a fait après une course remarquable.

"J'ai fait tout ce qu'il était possible de faire", déclare le champion espagnol. "Je suis remonté de la dernière place à la zone des points. C'est une super remontée et un très bon week-end. Nous verrons bien ce que nous pourrons faire au Brésil."

Comment a-t-il pu remonter dans le classement avec cette McLaren pas très rapide en ligne droite? "Ce qui est arrivé durant ce premier tour chaotique nous a un peu aidé. Les abandons des deux Renault aussi. Je marque un point et c'est dommage de ne pas en marquer deux ou trois de plus. Mais nous allons encore essayer au Brésil."

En fin de course, Lewis Hamilton et Fernando Alonso ont bataillé de façon très virile en piste, mais c'est resté très correct. "Pour tout vous dire, j'ai beaucoup aimé de duel avec Lewis. C'est vraiment dommage qu'il nous manque de la vitesse de pointe actuellement, car je pense que sans ça, la course aurait été très différente. Cela me donne un bon goût en bouche lorsque je suis au volant d'une voiture qui est 30 ou 40 km/h plus lente en vitesse de pointe et que les autres n'arrivent pas à me dépasser", ajoute Fernando Alonso.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen offre à Haas une 8e place au goût de victoire
Après des qualifications déprimantes, Haas ne s'attendait certainement pas à marquer 4 points grâce à Kevin Magnussen. Le Danois a tiré profit des problèmes de fiabilité et de performance de ses concurrents pour permettre à son écurie de revenir à un petit point de Renault au classement des constructeurs...

Il était évidemment comblé après l'arrivée. Finir devant Lewis Hamilton, ça n'arrive pas tous les jours!

"C'était comme une victoire, c'était incroyable, c'est une récompense formidable pour tout le monde. C'était une course parfaite, ça n'aurait pu se passer mieux. Nous aurions pu facilement abandonner après la journée d'hier, ce samedi fut très difficile pour nous tous. Personne n'a abandonné et tout le monde sait que nous ne sommes pas la pire équipe, que nous ne valons pas la dernière ligne. Nous sommes taillés pour finir dans les points, pour nous battre en milieu de grille, pour rentrer dans le Top 10. Nous avons poussé et je suis très fier de l'équipe pour cette raison. Nous allons continuer à nous battre, ça ne va pas être facile, nous pouvons le voir, mais nous allons continuer à pousser au classement des constructeurs et prendre du plaisir jusqu'à la fin."

Romain Grosjean a été en revanche plus infortuné. Il a fini loin de son coéquipier, à la 15ème place, derrière Pascal Wehrlein.

"Nous sommes partis en supertendres et c'était difficile de suivre les ultratendres au début. Le contact avec Fernando Alonso a endommagé ma voiture. Je n'ai pas vu la vidéo donc je ne sais pas, mais c'était au premier virage et j'ai perdu la moitié de mon fond plat. Du coup, c'était presque terminé pour moi. J'ai juste essayé de voir l'arrivée. Bon boulot de Kevin, je suis heureux pour l'équipe. Nous devons simplement améliorer un peu notre rythme de course. J'aime la prochaine piste, celle d'Interlagos, donc je vais viser plus haut. J'espère que nous aurons une bonne course et que nous rattraperons Renault, et Toro Rosso n'est si loin non plus."

Günther Steiner avoue avoir été heureusement surpris par la réaction de son équipe ce dimanche.

"Nous avons rebondi après la journée d'hier. Est-ce que nous nous y attendions? Non, mais je pense que nous l'avons mérité. Kevin a fait un travail magnifique."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas a été impressionné par Hamilton cette année
Valtteri Bottas pensait probablement se hisser à la hauteur de son équipier cette année, mais il a découvert que Lewis Hamilton était un homme très talentueux et très travailleur. Valtteri est battu, mais ses relations avec Hamilton sont toutefois aussi bonnes qu'en début d'année.

"Lorsque je suis arrivé dans l'équipe, je ne le connaissais pas du tout", raconte Valtteri Bottas, après le 4ème titre obtenu par son équipier aujourd'hui.

"Je ne savais pas du tout quel genre de gars c'était, mais je savais que c'était un très bon pilote. Cette année, j'ai eu la confirmation que c'était un très bon pilote, mais aussi que c'était un gars très agréable. C'est un être humain normal, comme nous tous. Il y a beaucoup de respect entre nous depuis le début de l'année. J'ai toujours su qu'il avait beaucoup de talent, mais je ne savais que c'était un aussi grand travailleur. Il mérite sans aucun doute le titre cette année."

Aujourd'hui au Mexique, Valtteri Bottas a fait une course en solitaire à la fin de laquelle c'est la deuxième marche du podium qui l'attendait.

"Après les accidents dans les virages 2 et 3, je me suis retrouvé à la deuxième place. J'ai essayé de rester au contact de Max (Verstappen), mais je n'y suis pas arrivé. A un certain moment, j'ai dû économiser et faire refroidir mes freins et mon moteur. J'ai donc perdu un peu de temps avec ça. Je crois que j'ai fait de mon mieux aujourd'hui et c'est bon d'être de retour sur le podium. Nous n'étions pas assez rapides aujourd'hui pour menacer Max et sa Red Bull. Il faudra donc retenir cette leçon", ajoute le pilote finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne à l'arrivée au Mexique mais pas dans les points
Les deux pilotes McLaren Honda ont fait une très belle course, malgré un départ en fond de grille.

Malheureusement, seul Fernando Alonso a pu sauver un point. Cela n'avait pourtant pas si mal commencé pour son équipier, Stoffel Vandoorne.

"J'ai pris un bon départ puisque je me suis d'emblée retrouvé au 13ème rang devant mon équipier Fernando", explique le Belge à la 'RTBF'.

Vandoorne monte peu à peu dans le Top 10, à la faveur des abandons. Ensuite, ce fut plus difficile.

"Nous étions définitivement trop lents en ligne droites. Il était impossible de dépasser la Sauber disposant d'un moteur Ferrari. Du coup, Fernando est revenu sur moi et m'a doublé. J'ai ensuite perdu encore quelques secondes lors de mon pitstop car la période de voiture de sécurité virtuelle suite à l'abandon de Hartley n'est pas tombée au meilleur moment pour moi."

"C'est dommage de finir 12ème car la McLaren était très rapide en virages, nous avions un bon rythme et il y avait la possibilité de terminer dans le Top 10. Ce sera, je l'espère pour la prochaine fois, dans deux semaines au Brésil où, je l'espère, nous ne devrions pas partir de tout derrière."
source: Nextgen-Auto.com

Williams - Stroll marque 8 points très importants pour la 5e place
6ème à Mexico, entre les deux Force India, Lance Stroll a bénéficié d'un arrêt quasi-gratuit avec la voiture de sécurité virtuelle, qui lui permis de se maintenir devant Sergio Pérez. Cela n'enlève rien néanmoins à sa performance d'aujourd'hui au Mexique. Le Canadian a permis à Williams d'inscrire 8 points très importants, puisque Renault et Toro Rosso n'ont dans le même temps pas été capables de rentrer dans le Top 10.

"C'était une course que j'avais vraiment sous contrôle. J'ai pris un très bon départ mais ensuite j'ai perdu quelques places puisque j'étais à l'extérieur. Il y a eu quelques problèmes techniques et quelques crashs devant donc j'ai pu gagner quelques positions. Nous avons eu de bonnes idées tout le long, notre course a été bonne et j'ai pu la mener sans encombres. Mon premier relais a été formidable, le deuxième aussi et à la fin, je n'étais pas assez proche d'Esteban Ocon pour rentrer dans la zone DRS. J'ai pu vraiment gérer les pneus et la voiture était très bien équilibrée, donc un grand merci à l'équipe. C'était une journée formidable, c'est un résultat génial et c'est un superbe cadeau d'anniversaire [Lance Stroll fête ses 19 ans]. Un grand bravo à Lewis, il est le roi de la F1, aucun doute là-dessus. C'est incroyable de voir ce qu'il a accompli, c'est vraiment une grande source d'inspiration pour les jeunes pilotes comme moi."

On a surtout vu Felipe Massa aujourd'hui quand il a croisé le fer contre en piste, contre Sebastian Vettel notamment. Mais le Brésilien a passé la plupart de la course hors des points. Victime de la remontée de Lewis Hamilton, il finit 11ème. Son dimanche a basculé au départ...

"Je suis vraiment déçu. C'était dommage de s'arrêter si tôt avec cette crevaison au début de la course. La voiture était bonne, compétitive et je suis sûr que la situation aurait été complètement différente sans cette crevaison. C'est ainsi. Je suis heureux pour l'équipe parce que nous avons marqué plus de points que Renault, et il ne reste que deux courses. Mais c'est vraiment dommage de voir que j'ai été une fois encore malchanceux."

Paddy Lowe précise que le pilote brésilien a souffert d'une "crevaison lente après un contact mineur au premier virage". Felipe Massa ne s'est plus arrêté ensuite, ce qui a compromis son rythme pour le reste de la course.

Williams a désormais 23 points d'avance sur Renault au classement des constructeurs. Reste à clarifier le cas Felipe Massa avant son Grand Prix national à Interlagos...
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen a craint une casse de son moteur Renault
Max Verstappen allait-il voir le drapeau à damiers au Mexique? Tout le monde s'est posé la question pendant le Grand Prix tant les moteurs Renault ont cassé ce week-end. Vendredi, samedi et aujourd'hui encore.

Le moteur français a tenu à bord de la Red Bull et le Hollandais a pu s'imposer. Mais il admet avoir eu peur de l'abandon.

"J'ai pu voir pas mal de voitures casser leur moteur et abandonner. Alors, oui, j'étais un peu inquiet. J'ai pris soin de mon moteur du mieux que j'ai pu et ça a bien fonctionné. Mais j'ai eu peur parce que j'ai vu Daniel (Ricciardo) et une Toro Rosso qui abandonnaient."

"Là je me suis dit, mon Dieu, que ça ne m'arrive pas. Et on a décidé de baisser la puissance. J'avais un nouveau moteur, ça m'a probablement aidé mais Daniel aussi en avait un neuf."

"Peut-être que j'ai eu mon quota de malchance alors je suis heureux que rien ne me soit arrivé cette fois!"

Verstappen reconnait qu'il ne s'attendait pas à dominer la course.

"Je savais que nous avions une bonne voiture mais pas aussi bonne que ça! J'ai senti le petit contact avec Vettel au départ mais ça n'a pas eu de conséquence. J'ai manqué la pole face à lui mais pas la victoire. J'étais déterminé à prendre la tête au départ et ensuite j'ai pu faire ma course. J'avais confiance pour notre rythme de course après les essais libres."

"Au final, ça a été une des courses les plus faciles de ma carrière. Je me suis même dit que j'allais couper un virage pour prendre 5 secondes de pénalité pour rendre ça plus intéressant!" ajoute-t-il, en référence claire à sa pénalité d'Austin.

"Nous sommes sur la bonne voie, il faut continuer comme ça parce que ça nous permettrait de faire de grandes choses en 2018!"
source: Nextgen-Auto.com

Horner n'a jamais autant stressé durant une course
Max Verstappen a brillamment remporté la course mexicaine ce soir, mais vu la fiabilité du moteur Renault, ce succès n'avait rien d'acquis, y compris durant les derniers tours. Christian Horner, le directeur de Red Bull, est évidemment ravi de cette troisième victoire pour le Néerlandais... même s'il s'est logiquement rongé les ongles jusqu'au bout!

"Je n'avais jamais été aussi nerveux durant une course, en regardant les températures et les pressions. Aujourd'hui, c'était le jour de Max, il a eu tant de malchance cette année... Après la frustration du podium de l'an dernier... j'espère qu'il a bien profité de toute la cérémonie du podium."

A plusieurs reprises, Red Bull a demandé à Max Verstappen de ne pas aller si vite pour préserver sa monture, étant donné que la menace Valtteri Bottas était très lointaine. Le Néerlandais s'est même dit "désolé" en pleine course d'être aussi... rapide.

"Nous n'avons pu le ralentir" confirme Christian Horner. "Son départ a été incroyable. C'est incroyable de voir avec quelle rapidité il célèbre ses dépassements à la radio. Il a dominé le Grand Prix et nous avons cherché à le ralentir. Nous avions deux inquiétudes, et la première d'entre elles était la fiabilité: nous n'avons cessé de voir les voitures avec le même moteur que nous abandonner). C'était assez épuisant nerveusement de craindre que quelque chose puisse arriver à Max. Mais il a tout contrôlé."

"Lors des quatre dernières courses, je pense que notre voiture était la meilleure le dimanche. C'est une récompense pour tout le dur labeur abattu en coulisses; c'est une manière formidable de finir la saison, mais j'aurais préféré voir deux voitures à l'arrivée."

Daniel Ricciardo a abandonné mais n'était tout de même dans le rythme de son coéquipier ce week-end. Ce sera peut-être le cas au Brésil et à Abu Dhabi.

"Max est certainement l'un des plus grands talents à être passé par Red Bull. Il en est toujours au début de sa carrière. Cette année a été rude pour lui mais il a gardé son sang-froid, et ces dernières courses, les choses ont fini par tourner en sa faveur. Maintenant, il reste deux courses et nous aurons notre chance lors de ces deux Grands Prix."

Christian Horner n'a pas oublié de faciliter Lewis Hamilton, qui rejoint Sebastian Vettel avec quatre titres mondiaux de glanés.

"Félicitations aussi à Lewis Hamilton. Il est quatre fois Champion du monde et le pilote britannique le plus titré de l'histoire. Je lui tire mon chapeau, sa saison a été brillante.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est déçu mais il félicite Hamilton
La Scuderia Ferrari avait déjà perdu le titre mondial des constructeurs, aujourd'hui, c'est le titre des pilotes qui lui a échappé, même si on le sait, ce n'est pas seulement aujourd'hui que Sebastian Vettel a perdu son duel contre Lewis Hamilton.

"C'est très décevant", déclare Sebastian Vettel. "Ce que nous avons fait aujourd'hui n'est pas très important, c'est ce que Lewis (Hamilton) a fait qui est important. Il a fait du très bon boulot durant cette saison et il méritait ce titre. Mes félicitations à lui. Aujourd'hui, personne d'autre ne compte, c'est sa journée."

"Il a aujourd'hui quatre couronnes comme moi. Je ne le crains pas, j'aime rouler contre lui, mais j'aurais aimé le faire un peu plus cette année. Dans l'ensemble, ils ont fait du meilleur travail que nous", ajoute Vettel.

Kimi Räikkönen a fait une course tranquille et solitaire qu'il termine à la troisième place. "Mon départ n'a pas été trop mauvais, mais ceux qui étaient derrière moi ont bénéficié d'une énorme aspiration. Je me suis montré patient et lorsqu'ils se sont arrêtés j'étais assez rapide pour améliorer mon classement."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton ne voulait pas remporter le titre comme ça
Lewis Hamilton pouvait se contenter de marquer Sebastian Vettel à la culote aujourd'hui au Mexique, mais ce n'est pas de cette façon qu'il voulait remporter son quatrième titre mondial. Quand Lewis prend le départ d'une course, il ne pense qu'à la victoire.

Il a donc pris un excellent départ et il allait ressortir du deuxième virage à la deuxième place - derrière Verstappen et devant Vettel - lorsqu'il sentit un choc à l'arrière. C'est l'aileron avant de Vettel qui venait de cisailler son pneu arrière droit. Le passage par les stands était obligatoire et la bataille pour la victoire, ce n'était plus pour lui.

"Pour tout vous dire, décrocher ce quatrième titre de cette façon a été détestable, mais que pouvais-je y faire?" déclare Lewis Hamilton. "Je l'avais dit que cela n'allait pas être facile dans le premier virage, mais je ne pense pas avoir été trop agressif. J'ai mis ma voiture dans la position parfaite tout en laissant assez de place pour les voitures derrière moi."

"Je veux remercier tous les gars de l'équipe à Bricksworth et à Brackley, je veux les remercier pour leur dur labeur. Nous avons remporté le titre mondial des constructeurs et c'était déjà une très belle performance, mais là ils m'ont aidé à remporter le titre des pilotes et j'en suis reconnaissant. Je n'ai rien laissé au hasard, c'est ma philosophie et celle de toute l'équipe. Je me suis retrouvé à la dernière place avec un retard de 40 secondes et c'était horrible."

"Je n'avais aucune idée de ce qui se passait au championnat, je ne pensais qu'à remonter dans le classement. Ces dépassements ont été très difficiles. Je suis très content d'avoir remporté ce quatrième titre. Je vais avoir besoin d'un peu de temps pour réaliser. Je suis fier du drapeau Britannique et de ce qu'il représente. J'espère que ceux qui ont suivi le championnat sont contents du résultat", ajoute le quadruple Champion du monde.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Un problème fondamental sur le V6 Renault
Ce Grand Prix du Mexique a été catastrophique pour Renault, si on excepte, évidemment, la victoire de Max Verstappen avec sa Red Bull Renault.

Il y a eu énormément de problèmes de fiabilité ce week-end, sur toutes les voitures propulsées par Renault. Ce fut aussi le cas pour Daniel Ricciardo, qui avait pourtant changé de moteur avant la course.

"C'est un turbo qui a lâché", confirme l'Australien.

"J'ai fait ce que j'ai pu au départ, j'ai bien progressé jusque dans le Top 10 malgré ma pénalité. J'avais un nouveau moteur mais quelque chose a cassé dans le turbo. Je ne sais pas ce que ça signifie pour le Brésil, une nouvelle pénalité."

L'air moins dense, en altitude, de Mexico, a-t-elle eu un rôle sur toutes ces casses chez Renault?

"Il y a certainement un problème fondamental. Pourtant cela fait deux ans que nous venons ici. Je ne sais pas si ce sont les dernières évolutions de Renault mais nous avons été plusieurs pilotes à en souffrir ce week-end. C'est dommage d'abandonner encore, comme à Austin, mais je crois que je vis maintenant ce que Max a dû subir plus tôt cette année. Et oui, ce n'est pas amusant."
source: Nextgen-Auto.com

Allison - Hamilton a fait une saison extraordinaire
James Allison a rejoint Mercedes cette année en tant que directeur technique, et pour celui qui remplace Paddy Lowe, c'est le retour aux sacres mondiaux.

Après l'équipe sacrée à Austin, c'est Lewis Hamilton qui a été sacré aujourd'hui à Mexico.

"C'était vraiment une course très difficile à vivre! Nous avons terminé la dernière course avec le titre des constructeurs mais nous savons que cela signifie bien plus pour nous que pour les fans ou le reste des gens", explique le Britannique.

"Le titre pilotes, c'est celui qui compte pour le prestige. Et Hamilton le mérite après une telle saison, extraordinaire. C'est difficile d'imaginer un champion qui mérite plus ce titre que Lewis. Il a usé de son talent toute l'année."

Allison admet être impressionné par Hamilton depuis qu'il collabore avec lui.

"Lewis semble être au sommet de sa carrière et devenir l'un des plus grands de ce sport. Passer toute cette année à ses côtés pour ce 4ème titre, c'est juste brillant."

"Il a eu des batailles à livrer, Ferrari et Red Bull ont été tour à tour des rivaux féroces. Cela présage déjà d'une saison très difficile pour nous l'an prochain."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - J'ai détesté chaque moment de cette course!
Toto Wolff était soulagé à l'arrivée du Grand Prix du Mexique mais guère content du déroulement des évènements. Le directeur de Mercedes l'avait d'ailleurs souligné à la radio de Lewis Hamilton, juste après l'arrivée.

"Lewis, je sais que ce n'est pas la manière dont tu voulais obtenir ce titre mais tu l'as. Bravo à toi pour ce 4ème titre", a-t-il dit.

"J'ai détesté chaque moment de cette course", ajoute maintenant Wolff devant les journalistes. "Elle était vraiment mauvaise et trop longue pour nous. Le début, avec l'accident de Lewis et Seb, ça nous a tout de suite mis dans l'ambiance."

"Je me mets dans la position de Lewis, dans sa voiture. Que se passe-t-il? Seb est-il encore en course? Peut-il marquer assez de points? Après un moment, nous lui avons expliqué la situation exacte, les projections possibles et il est resté concentré parce que nous voulions le meilleur Lewis."

Wolff n'a pas cru au titre avant l'arrivée.

"Vous avez un écart de points énormes et les gens vous disent que c'est bon, c'est fait. Mais non. C'est le sport auto. Dans cet accident, Seb aurait pu s'en tirer et Lewis abandonner."

"Le championnat était en jeu et, je pense, dans des conditions normales il y aurait eu une pénalité pour Vettel. Mais c'est la course et le titre était en jeu alors..."

L'Autrichien admet que "le soulagement est énorme. Pendant la course, vous avez plein d'émotions. Nous sommes amers parce que nous ne finissons pas à la place que nous voulons dans cette course."

Toto Wolff conclut en reconnaissant que Mercedes va maintenant préparer 2018.

"Notre voiture est très rapide mais, parfois, elle se comporte comme une diva, comme nous aimons le dire. Les championnats sont joués alors il faut préparer la suite. Nous devons trouver des solutions pour améliorer certaines choses et optimiser ce qui peut l'être. Valtteri peut jouer la 2ème place et nous l'aiderons pour ça. Mais la priorité c'est de bien démarrer 2018 maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Quatre fois merci à Lewis
Niki Lauda, le directeur non exécutif de Mercedes, était aux anges après l'arrivée.

Après avoir dit 4 fois merci à Lewis Hamilton à la radio, pour son 4ème titre de Champion du monde, l'Autrichien en a dit un peu plus aux micros des télévisions.

"C'est une façon inhabituelle de devenir Champion du monde mais il est Champion du monde. C'est tout. Tout le monde s'en fout de la façon dont cela arrive, ça allait finir par arriver de toute façon", explique Lauda.

"Ce que je ne comprends pas c'est la manœuvre agressive au départ de Vettel dans les premiers virages. Il tape assez fort Lewis. Lewis n'a rien à se reprocher et c'est là que le drame a commencé."

"Heureusement ça s'est bien terminé, c'est fantastique. Lewis s'est beaucoup amélioré cette année encore. Pour être multiple Champion du monde comme lui, il le faut et il l'a fait!"

"C'est un pas en avant incroyable et je peux vous garantir que notre voiture n'est pas facile à piloter rapidement cette année, contrairement à celle de l'an dernier. Lewis a vraiment fait la différence au volant avec sa performance."
source: Nextgen-Auto.com

La course parfaite pour Max Verstappen
Max Verstappen a remporté une victoire éclatante aujourd'hui au Mexique, mais celle-ci a été éclipsée par le duel que se sont livrés à distances les deux prétendants au titre avec la victoire finale de Lewis Hamilton dans le Championnat du monde.

Mais c'est bel et bien Verstappen qui a gagné aujourd'hui. "Le départ était particulièrement crucial aujourd'hui", raconte le pilote néerlandais. "Je me suis déporté à l'extérieur et cela a très bien fonctionné. Après ça, j'ai juste surveillé l'usure de mes pneus. Ma voiture a été très brillante aujourd'hui."

"Cette course a été parfaite pour moi. C'était une bonne chose pour moi de voir Vettel et Hamilton s'accrocher. Après ça, je me suis juste envolé en tête de la course", ajoute Verstappen.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - 4 titres, c'est incroyable!
La Formule 1 a le don de nous livrer des scénarios improbables et ce fut encore le cas au Mexique avec l'accrochage au départ entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton.

Les deux pilotes, relégués en fin de peloton, ont été obligés de remonter. Mais ça n'a pas été suffisant pour Vettel, 4ème, qui laisse donc Hamilton signer un 4ème titre mondial... en finissant 9ème.

"Quatre titres, c'est incroyable. Ca ne parait pas réel. Ce n'est évidemment pas la course dont je rêvais pour obtenir le titre mais j'ai prouvé en piste que je n'ai rien lâché. Je n'ai pas abandonné et j'ai poussé jusqu'à la fin pour remonter le plus haut possible", explique Hamilton à l'arrivée.

"J'ai vraiment fait le maximum. J'ai pris un bon départ mais, après, je ne sais pas trop ce qui s'est passé au virage 3. J'ai pourtant laissé à Seb assez d'espace mais il m'a touché."

"J'ai entamé la meilleure remontée possible ensuite... Alors aujourd'hui, un grand merci à ma famille et à mon équipe. Mercedes a été incroyable depuis 5 ans et je suis très fier de faire partie de ce team."

Valtteri Bottas, 2ème de la course, ajoute: "Je ne pouvais rien faire contre Max, les Red Bull étaient trop rapides pour nous aujourd'hui."

"Mais je tiens à féliciter Lewis et bravo à notre équipe pour l'obtention des deux titres. Ce n'est pas encore fini pour moi, je compte toujours aller chercher la 2ème place de Seb au championnat. On s'en rapproche!"

"Je suis très heureux de finir sur le podium aujourd'hui. J'espère encore mieux au Brésil maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

GP du Mexique - Course
Lewis Hamilton (Mercedes) a décroché au GP du Mexique son quatrième titre mondial, égalant la performance d'Alain Prost et de Sebastian Vettel. Le Britannique a été condamné à une course de remontée après avoir souffert d'une crevaison dans le premier tour suite à un accrochage avec son rival Sebastian Vettel (Ferrari).

Le quadruple Champion du monde s'est assuré du sacre en rentrant dans les points à la neuvième place tandis que l'Allemand a échoué au pied du podium après avoir dû passer par les stands suite au contact pour changer son aileron avant.

Max Verstappen (Red Bull) a profité du grabuge entre les deux prétendants au titre pour prendre le large et dominer le GP du Mexique pour signer sa troisième victoire en F1 après le GP d'Espagne 2016 et le dernier Grand Prix de Malaisie. Le Néerlandais s'est imposé avec plusieurs dizaines de secondes d'avance sur Valtteri Bottas (Mercedes) et Kimi Räikkönen (Ferrari).

Esteban Ocon (Force India) égale sa meilleure performance en décrochant la cinquième place devant Lance Stroll (Williams) et Sergio Pérez (Force India). Kevin Magnussen (Haas) se classe huitième tandis que Fernando Alonso (McLaren) complète le top dix.

Pierre Gasly (Toro Rosso) a terminé au 13ème rang derrière Felipe Massa (Williams) et Stoffel Vandoorne (McLaren). Romain Grosjean (Haas) finit dernier classé derrière Pascal Wehrlein (Sauber).

Brendon Hartley (Toro Rosso), Nico Hülkenberg (Renault), Daniel Ricciardo (Red Bull), Marcus Ericsson (Sauber) et Carlos Sainz (Renault) ont tous les cinq abandonné sur problème mécanique. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Lewis Hamilton champion si...
Lewis Hamilton a de grandes chances d'être titré aujourd'hui, lors du Grand Prix du Mexique.

Ce n'est pas arrivé aux USA et la lutte pour le titre a donc été prolongée. Cependant, en s'imposant dimanche dernier, Hamilton s'est mis dans une position très favorable pour gagner son 4ème titre mondial.

Avec 66 points d'avance et seulement 75 points restant à attribuer en 3 courses, il n'a besoin que d'une 5ème place pour devenir l'égal d'Alain Prost et Sebastian Vettel.

Hamilton sera donc sacré ce soir:

- S'il finit dans le Top 5, quel que soit le résultat de Vettel
- Si Vettel finit 2ème alors Hamilton doit être au moins 9ème
- Si Vettel finit 3ème ou au-delà, alors Hamilton peut se permettre de finir hors des points ou d'abandonner.
source: Nextgen-Auto.com

Stewart - Lewis prend le record car il a fait un excellent travail
Jackie Stewart est encore, pour le moment, le Britannique qui a le plus de titres mondiaux, à égalité avec Lewis Hamilton, mais l'ancien pilote est prêt à céder ce record au seul Hamilton si ce dernier remporte son quatrième titre ce week-end.

"Les records sont faits pour être battus" reconnaît l'écossais.

"J'ai passé 44 ans avec ce record du pilote britannique ayant le plus réussi et Lewis va le prendre car il a fait un excellent travail. Il aura quatre titres oui, mais j'aurai encore le record puisque je suis Écossais!"

Stewart a aussi expliqué que selon lui, la vitesse en qualifications et le nombre de pole positions étaient des critères pas forcément fiables pour comparer les pilotes sur une longue période de temps.

"Dans le passé, les temps au tour n'étaient pas si importants et, à mon époque, nous avions quatre voitures en première ligne et trois à Monaco. Je n'ai signé que 17 pole positions dans ma carrière, mais Ken Tyrrell voulait toujours que la voiture soit performante sur la distance de course, pour que l'on prenne un bon départ. C'était un état d'esprit différent."
source: Nextgen-Auto.com

Le rapport entre revenus et coûts sera crucial pour une F1 plus équitable
Liberty Media a démarré plusieurs chantiers dont le plafonnement des budgets et les équipes concernées par cet éventuelle limite seraient les trois équipes de pointe ainsi que McLaren. Bien que le dossier soit ouvert, les commentaires se font rares, notamment sur l'épineux sujet de la distribution des revenus.

"Il faut demander à Liberty" déclare Maurizio Arrivabene, renvoyant la balle. "Pour le moment, nous avons un contrat avec les propriétaires de la Formule 1 et les revenus sont très clairement distribués et comment ils seront distribués. C'est une chose qui devra être discutée. La distribution sous-entend aussi l'implication dans ce sport.

"La première chose à faire est de s'impliquer et de ne pas venir pour une ou deux années avant de fermer l'usine et de disparaître. Ce n'est pas ce que nous avons fait car nous sommes là depuis le début et nous aimerions continuer. Les discussions s'annoncent longues et compliquées.

Selon Cyril Abiteboul, il est difficile de savoir comment articuler la problématique: "Si nous sommes en Formule 1, c'est parce que nous croyons en la valeur de ce sport et que nous voulons faire partie d'un grand spectacle, mais pour avoir ce spectacle, nous devons être assurés de pouvoir être au niveau et il y a différentes manières d'y parvenir."

"On pourrait réviser la distribution des revenues pour une meilleure équité, nous serions ouverts à cela chez Renault. Mais il est inutile d'aborder cela sans se pencher sur les coûts en parallèle car c'est un ensemble qui doit être étudié, que ce soit le coût de la technologie, du châssis et du moteur pour être compétitifs face aux revenus divers."

"Si Liberty peut garantir que les chiffres vont monter, les revenus liés aux sponsors pourraient suivre la même courbe et nous devrons vérifier tous les élements de l'équation, mais nous sommes convaincus qu'il y a plusieurs manières de faire cela et jusqu'ici, les discussions ont été constructives."

Liberty semble désormais porter beaucoup sur ses épaules, notamment au niveau du règlement, mais n'est-ce pas trop, au point que la FIA soit dépossédée de sa capacité de décision et d'établissement des règles?

"Généralement, je ne suis pas impliqué lorsque Liberty rencontre la FIA ou inversement. Je ne sais pas de quoi ils parlent. Ils trouvent certainement des arrangements afin de coopérer ensemble pour écrire les règlements. C'est ce que j'imagine. Notre métier consiste à construire des voitures et à fabriquer un moteur. Leur travail est de faire tourner notre discipline" juge Maurizio Arrivabene.

Cyril Abiteboul revient quant à lui sur la gestion des revenus: "Je pense que les revenus et les coûts fonctionnent main dans la main et c'est pour cela que la F1 a perdu un peu de terrain récemment, car il y avait trop de séparation entre les coûts régis par la FIA et les règlements établis par la FOM qui s'occupait aussi des revenus."

"C'est une chose qui doit être revue et l'équation entière doit être revue car ça ne peut arriver que s'il y a une bonne relation de travail entre les promoteurs et les régulateurs, il ne faut pas d'opposition entre eux."
source: Nextgen-Auto.com

Des pénalités pour Ricciardo et Hartley
Daniel Ricciardo compte profiter de son manque de rythme à Mexico et de sa "mauvaise" 7ème place sur la grille pour changer de moteur.

C'est ce qu'a décidé ce matin Red Bull sur le circuit de Mexico.

Il va donc rejoindre en fond de grille Fernando Alonso, Stoffel Vandoorne et Pierre Gasly, déjà pénalisés, mais aussi Brendon Hartley.

Le Néo-Zélandais, victime d'un problème de moteur hier en qualifications, doit lui aussi en changer.
source: Nextgen-Auto.com

Mexico répond à Austin quant à un changement dans le calendrier
Le promoteur du Grand Prix des USA, Bobby Epstein, avait indiqué lors de sa course qu'il souhaitait toujours une séparation de son Grand Prix de celui du Mexique, qui se suivent au calendrier.

Selon lui, le Mexique devrait se tenir en même temps que le Grand Prix du Canada et celui des USA en même temps que le Brésil. Cela permettrait aux fans d'éviter de faire un choix entre ces deux courses très proches, qui se tiennent au Texas et à Mexico.

Alejandro Soberon, le promoteur du GP du Mexique lui a répondu.

"Bobby est un gars fantastique et je l'aime beaucoup. Et je pense que c'est une bonne idée de séparer nos deux courses. Mais je l'invite plutôt lui à avancer sa course en juin, avec le Canada."

"Cela aurait encore plus de sens selon moi. Nous, nous ne pouvons pas le faire parce qu'en juin nous sommes dans le plus gros mois de pluie de la saison. Il y aurait beaucoup trop de risques d'annulation des séances ou de la course."

"De plus nous avons notre fête des morts en octobre et toute la Formule 1 est devenue fan de cet évènement lié à notre culture."
source: Nextgen-Auto.com

Lewis Hamilton sent qu'il est au sommet de sa carrière
Lewis Hamilton a estimé que son dernier tour parcouru en essais libres vendredi était "l'un des meilleurs de sa carrière", en dépit du fait que Daniel Ricciardo l'ait battu.

Après un début de séance difficile, le Britannique a réussi à reprendre de zéro et à revenir à son meilleur niveau. Cela lui a manifestement rappelé à quel point il aime son métier, même s'il a manqué la pole hier.

"Je peux m'imaginer sans la Formule 1 mais ce n'est pas pour tout de suite" a-t-il déclaré. "Il y a des choses géniales à venir à côté qui vont être un bon complément à la Formule 1."

"Je ne pense pas que je serai encore là à 40 ans, je ne pense pas que ça puisse arriver mais sait-on jamais. Il y a eu des moments où j'aurais été heureux d'avancer, mais je sais que je ne serais pas revenu. Je ne peux pas dire combien de temps encore je serai là, mais je saurai quand le moment viendra. Je me vois encore au moins deux années ici."

Hamilton s'estime bien meilleur maintenant qu'il ne l'était au début de sa carrière.

"En 2008, je n'étais qu'un gamin. J'avais déjà le talent que j'ai aujourd'hui mais je n'avais ni les connaissances, ni l'expérience. Je suis bien plus paré aujourd'hui qu'en 2008. La saison a été bien plus intéressante dans la position qu'est la mienne. Je suis bien mieux dans ma peau et ça m'a aidé."

"Je me bats maintenant contre une équipe qui lutte pour le titre, Ferrari, et un pilote qui est un Champion du monde, mais je me sens prêt. Cette année a été bien plus intéressante. Quand vous avez 18 ans, vous pensez tout connaître, mais vous ne connaissez rien."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari ne mettra aucun veto si les bonnes décisions prises
Le moteur du futur sera bientôt révélé, du moins dans ses grandes lignes, et les équipes espèrent que les décisions prises iront dans le sens d'une F1 plus spectaculaire et moins coûteuse. Le point positif semble être l'ouverture d'esprit de Liberty Media.

"Nous nous attendons à des discussions aussi ouvertes qu'elles l'étaient avec la FIA et l'ancienne FOM" explique Cyril Abiteboul. "Nous nous attendons à obtenir les conclusions des différents groupes de travail qui se sont penchés sur les détails révélés publiquement, notamment la suppression du MGU-H et la simplification du moteur."

"Nous nous attendons à mieux comprendre la vision de la FOM quant à l'avenir, ce sera intéressant de le savoir et de pouvoir en discuter de manière collective avec les fournisseurs actuels et peut-être ceux qui les rejoindront, car il faut une plus grande diversité afin de développer un modèle économique durable."

Christian Horner expliquait qu'il souhaiterait se débarrasser des moteurs actuels au plus vite mais craignait que Ferrari ne mette un veto sur une éventuelle anticipation de ce changement ou sur certaines solutions possibles.

"D'une manière ou d'une autre, nous bloquons toujours Red Bull ou inversement, dans l'esprit de Christian" lance Maurizio Arrivabene. "Tout d'abord, nous fabriquons des moteurs donc nous pouvons en parler, c'est notre métier et notre commerce. Ce n'est pas une question de savoir si Mercedes ou Ferrari veut bloquer qui que ce soit ou quoi que ce soit, la question est très simple. J'ai dit à de nombreuses reprises que notre vision de l'avenir est très simple."

"Il s'agira de réduire les coûts, de garder la même architecture et la même performance, voire même d'améliorer cette dernière. C'est une équation très simple: quoi et comment. Que voulons-nous faire? Nous voulons réduire les dépenses et améliorer le spectacle. Nous allons discuter de la manière d'y arriver dans les prochains jours car tout le monde a ses idées. Ferrari et Mercedes ne mènent pas la barque, mais on construit des moteurs."

Cyril Abiteboul prend la défense de Ferrari, en tant que directeur d'une équipe fabriquant des moteurs, et rappelle que toutes les équipes étaient d'accord sur ce point.

"Nous étions tous d'accord, et cela inclut Red Bull, au sujet des objectifs de ce futur règlement. J'espère que nous pourrons encore être d'accord sur la manière d'y arriver et je ne pense pas qu'un pas en arrière serait acceptable, ça n'aurait aucun sens pour tous ceux qui investissent en F1, pas seulement les constructeurs."

"Si vous regardez tous les sponsors qui injectent de l'argent en Formule 1, il serait inapproprié de faire un pas en arrière et cela les éloignerait, à commencer par des constructeurs comme Aston Martin qui semblent croire à l'électrification. On peut certainement revoir le ratio d'importance entre le moteur thermique et le moteur électrique. Nous sommes ouverts à la discussion, que ce soit Mercedes, Ferrari, Renault et Honda."

Ferrari possède en tous cas un avantage avec un droit de veto obtenu lors de la signature des Accords Concorde, valides jusqu'en 2020. Y a-t-il un risque que la Scuderia l'active, comme elle l'a fait pour empêcher l'apparition d'un moteur biturbo en 2014?

"Nous faisons fonctionner notre droit de veto pour des bonnes raisons. Lorsqu'il s'agit de gens qui ont les idées claires et qui savent de quoi ils parlent, on n'a pas besoin de veto. Je dirais que c'est assez simple, si nous pouvons trouver la bonne équation."

"Si je dois parler de Ferrari, je pense que la performance fait partie de l'ADN de notre entreprise donc elle est importante car elle représente notre marque. Si nous sommes capables, comme je l'ai dit plusieurs fois, de réduire les coûts tout en gardant le même niveau de performance et la même architecture, ce sera bien. Il est important de comprendre comment le faire et si c'est acceptable, il n'y aura pas besoin de veto."
source: Nextgen-Auto.com

Carey - Hamilton est le meilleur ambassadeur possible pour la F1
Lewis Hamilton, qui pourrait être sacré Champion du monde une quatrième fois ce dimanche, est non seulement un pilote extrêmement talentueux, mais encore "le meilleur ambassadeur que l'on puisse souhaiter pour la F1", selon Chase Carey, le patron de Liberty Media.

"Il représente du mieux possible le sport" poursuit Carey, visiblement comblé par sa première saison passée à la tête de la FOM.

L'Américain sait pourtant que les véritables enjeux pour Liberty Media se situent pour 2021, date de la fin des Accords Concorde.

"Les progrès, mois après mois, sont toujours importants. Mais ce qui est le plus important, c'est ce que nous voulons offrir fin 2020. C'est à cette date que les contrats à long terme expirent, et alors, nous pourrons avoir une nouvelle F1."

Que signifie "une nouvelle F1"? Chase Carey semble partisan d'une véritable révolution du sport et non d'une réforme trop timide...

"Nous ne voulons pas réinventer la F1, mais elle sera faite de nouveau pour les fans, et non pour les équipes. Les moteurs doivent être plus bruyants, moins chers, et il faut qu'ils ne soient pas si compliqués. Et nous avons besoin de plus d'action en piste."

Pour ce faire, Chase Carey devra passer outre certaines oppositions qui pourraient naître, notamment du côté de Ferrari. Mais il dit apprécier ces défis politiques.

"Il y a quelques fortes têtes dans ce sport! Mais au bout de ma première année, je peux voir que tout le monde réalise que certaines choses doivent changer. Le plus important, c'est que les victoires ne doivent plus être partagées entre une ou deux équipes."

Liberty Media compte également améliorer l'action en dehors de la piste, notamment en organisant des cérémonies d'avant-course décalées ou originales comme à Austin.

"La course restera le cœur de la F1" tempère Carey, conscient des craintes d'américanisation du sport. "Mais une course de F1 doit aussi être un événement inoubliable dans chaque pays. Je peux imaginer des week-ends de course avec la F3, avec la F2 et avec la F1. Dès lors les jeunes pilotes seront très observés et ils pourront se développer plus vite."

Liberty Media envisage enfin, dans sa réforme de la F1, d'augmenter le nombre de courses au calendrier, peut-être jusqu'à 25. Pour commencer, Chase Carey annonce qu'un autre pays asiatique remplacera bientôt la Malaisie.

Ensuite, comme on s'y attendait, "une autre course se tiendra en Amérique: à Miami, à New York ou à Las Vegas."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso avait 'perdu confiance' en Kvyat
Daniil Kvyat ne fait plus officiellement partie de la filière Red Bull et ne conduira donc pas pour Toro Rosso l'an prochain. Le Russe, promu dans l'écurie-mère, a été ensuite rétrogradé chez Toro Rosso... avant de connaître la disgrâce suprême.

Carlos Sainz a pourtant suivi un destin contraire: l'Espagnol a pris le dessus sur le Russe cette saison et se retrouve désormais dans une écurie d'usine, Renault. Ne se sent-il pas désolé pour son ancien coéquipier?

"Bien sûr. Nous avons grandi ensemble, en karting, et nous sommes finalement arrivés en F1. Maintenant j'espère qu'il pourra avoir un futur en F1 même sans Red Bull."

Carlos Sainz reconnaît que le système de jeunes pilotes de Red Bull peut reprendre d'une main ce qu'il a donné de l'autre, de manière plus ou moins brutale...

"Sans aucun doute, c'est l'école la plus rude. C'est une école qui peut vous ouvrir toutes les portes, mais tout peut être terminé aussi rapidement. Oui, c'est dur, mais si vous voulez gagner en F1, il le faut. Sans cette pression qui vous pousse à constamment montrer votre meilleure performance, j'aurais pu ne pas gagner le titre en Formule Renault 3.5. [devant Pierre Gasly], et c'est pourquoi j'ai été promu en F1. La pression est énorme mais c'est ce qui vous pousse à livrer votre meilleure performance. Il ne s'agit au fond que de résultats: c'est ce pour quoi la F1 existe, non?"

De tels propos, entre compassion et réalisme, se retrouvent encore chez Franz Tost, le directeur de Toro Rosso. Cette sympathie ambiante n'exclut donc pas un constat sévère sur les performances erratiques de Kvyat.

"Je considère toujours Daniil comme un pilote très talentueux. Mais cette saison ne s'est simplement pas déroulée comme elle aurait dû. Il y a eu trop de défaillances techniques qui n'étaient pas de son ressort, mais il a aussi commis quelques erreurs."

"Nous avions perdu notre confiance en Daniil. Et Daniil a perdu confiance en l'équipe. Ce n'est pas une bonne base pour une coopération future. Donc nous lui avons donné l'opportunité de ne plus attendre, afin qu'il puisse trouver une autre équipe. J'espère qu'il le fera parce qu'il peut bien performer dans le futur. Il est toujours très talentueux et rapide."

L'an prochain, Toro Rosso se prépare donc à aligner un duo Brendon Hartley - Pierre Gasly, après avoir commencé l'année avec Carlos Sainz et Daniil Kvyat. Et Franz Tost ne considère pas y perdre forcément beaucoup au change.

"J'ai hâte. L'an prochain nous aurons deux pilotes avec de l'expérience. N'oubliez pas que Brendon Hartley a gagné Le Mans et le championnat LMP1, et qu'il est toujours le pilote Porsche le plus rapide."

Il fallait pourtant que Toro Rosso règle un problème contractuel: Brendon Hartley était censé courir en IndyCar en 2018 avec Chip Ganassi Racing... Mais entre l'IndyCar et la F1, le Néo-Zélandais n'a pas longtemps hésité. Ed Jones devrait remplacer Brendon Hartley chez Chip Ganassi et ainsi devenir le nouveau coéquipier de Scott Dixon.

Ces détails écartés, Franz Tost ne rêve plus que d'une chose: offrir à Brendon Hartley... des victoires avec une Toro Rosso - Honda l'an prochain!

"Ces négociations avec Ganassi (pour le libérer de son contrat) furent longues" confie Tost. "Mais je peux vous dire que si nous lui donnons une voiture compétitive, alors il sera parmi nous, et il se battra aussi pour avoir du succès en F1. J'espère que l'an prochain nous pourrons lui offrir un package compétitif pour qu'il se batte aussi pour des victoires et de bonnes places."

"Et Gasly a gagné le GP2 l'an dernier, et il a presque remporté la Super Formula cette année au Japon. Nous avons deux pilotes fantastiques et je suis excité par la perspective de disputer la saison prochaine."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Ecclestone a lancé de nouvelles conneries
Toto Wolff a évidemment largement critiqué les propos tenus par Bernie Ecclestone, qui a affirmé hier que la FIA et Mercedes, son équipe, ont aidé Ferrari à être plus compétitive.

L'ancien grand argentier de la F1 avance le fait qu'une Scuderia capable d'être une rivale crédible est bénéfique à tout le monde.

Christian Horner avait mis aussi de l'huile sur le feu en ajoutant qu'il était "clair qu'il y a une relation étroite entre Ferrari et Mercedes, dans la manière dont ils opèrent dans les réunions, l'un ne lève jamais la main sans que l'autre ne soit d'accord."

Le directeur de Mercedes dément fermement.

"Bernie est la seule personne qui arrive à lancer une grenade depuis l'autre côté du monde et qui arrive dans le paddock pour exploser. J'adore ses histoires!"

"Il me manque dans sa façon d'animer les choses mais, bien entendu, tout ce qui a été dit sont des conneries."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli ne prévoit qu'un seul arrêt malgré les pneus plus tendres
Pensionnaire de l'écurie Ferrari, Sebastian Vettel, chaussé des pneumatiques ultra-tendres, signe hier le meilleur chrono de la séance qualificative du Grand Prix du Mexique. Il abaisse de plus de deux secondes le record absolu de la piste et décroche à cette occasion sa 50ème pole position en carrière.

Ayant sélectionné moins de trains d'ultra-tendres que leurs rivales, Ferrari et Red Bull sont les seules équipes à franchir le cap de la Q1 avec les seules gommes super-tendres. Mais à partir de la Q2, les ultra-tendres deviennent les uniques mélanges utilisés, à l'exception de Stoffel Vandoorne qui privilégie les super-tendres sur sa McLaren.

Les qualifications se déroulent par des températures atteignant jusqu'à 24°C dans l'air et 44°C sur la piste, qui devraient toujours valoir en course. Dans ces conditions, et si la dégradation demeure contenue, un arrêt aux stands devrait constituer la norme.

A l'instar de son équipier, une stratégie de pneumatiques différente est également visible sur la McLaren de Fernando Alonso. L'Espagnol fait en effet le choix de ne pas prendre part à la Q2 pour conserver un train en prévision de la course, et ce en dépit d'une impressionnante Q1. La raison? Une pénalité qui de toute façon le rétrograde au fond de la grille de départ.

"Même si la piste s'est améliorée par rapport à vendredi, le niveau de grip est toujours relativement faible et, ajouté au manque d'appuis provoqué par l'altitude, la majorité des pilotes privilégia le mélange ultra-tendre pour profiter d'un grip mécanique maximal en qualifications", explique Mario Isola, le responsable de Pirelli F1.

"La mise en température de la gomme se révélant primordiale ici, nous avons pu observer de meilleures performances après un ou deux tours lancés. Et comme la dégradation doit rester mesurée en course, une stratégie d'un pit-stop devrait constituer l'option la plus efficace durant le Grand Prix."
source: Nextgen-Auto.com

La diva de Mercedes était de retour hier
Mercedes a manqué la première ligne du Grand Prix du Mexique, le signe que la W08 n'est toujours pas totalement comprise par l'équipe allemande, ses pilotes et ses ingénieurs.

C'est le constat de Toto Wolff, qui a vu Lewis Hamilton prendre la 3ème place et Valtteri Bottas la 4ème, à un peu plus de 4 dixièmes de la pole de Sebastian Vettel. Même la Red Bull de Max Verstappen a fait mieux.

"La diva si difficile à dompter est de retour", lance l'Autrichien.

"Nous savions que Mexico ne serait pas un circuit qui nous serait ultra-favorable, avec beaucoup d'appuis nécessaires. Nous n'avons pas signé la pole mais, malgré les circonstances, je reste satisfait parce que nous avons bien progressé depuis le Hungaroring et Singapour dans cette configuration."

"Nous comprenons mieux la voiture et les pneus mais ce n'est pas encore suffisant pour l'exploiter partout, à 100%."

Wolff était plus contrarié par la décision de la FIA.

"Il était clair que Valtteri a été gêné dans son tour rapide par Verstappen. Cela fait deux mauvaises décisions de la part des commissaires en une semaine, ça fait beaucoup..."

Pour la course, le directeur de Mercedes s'attend à quelques problèmes dans le peloton.

"A cette altitude, le stress est maximal sur les moteurs, en termes de refroidissement. Même chose pour les freins. Nous avons pris une petite marge pour la course et, ainsi, peut-être trop sacrifié les qualifications après avoir vu la forme des Ferrari et des Red Bull."

"Nous espérions mieux après les Libres 3 mais il faut rester réaliste et se fixer les bons objectifs. La pole n'était peut-être pas possible, je suis un peu déçu de nous voir 3ème et 4ème, mais c'est notre niveau réel sur un tour ici. Pour la course, par contre, la victoire est possible."
source: Nextgen-Auto.com

Force India libérerait Ocon pour un baquet Mercedes
Force India reconnait que, malgré un contrat qui dure jusqu'à la fin de la saison 2019, elle pourrait perdre Esteban Ocon avant l'heure, au profit de Mercedes.

Le pilote français ne cesse de progresser et d'impressionner et Mercedes pourrait bien décider de le rappeler dans son équipe en 2019, si Valtteri Bottas ne hausse pas nettement son niveau de jeu l'année prochaine.

Lorsqu'on demande au directeur des opérations de Force India, Otmar Szafnauer, ce qu'il se passerait si Mercedes demandait à avoir Ocon avant la fin de son contrat, il répond sans ambiguïté:

"Nous libérerions Esteban. Il est un pilote Mercedes avant tout."

"Mercedes a financé sa carrière et ils ont donc un certain droit sur lui. Et nous ne le priverions pas d'une chance de courir dans un top team, de jouer le titre de Champion du monde."
Conscient que cela a de bonnes chances d'arriver, Szafnauer admet qu'il est à la recherché d'un bon 3ème pilote l'an prochain.

"Nous avons réussi à faire cela avec Hülkenberg, Di Resta et Liuzzi. Ils sont tous devenus titulaires après une année en tant que pilotes d'essais."

Daniil Kvyat, éjecté de chez Red Bull, serait un des favoris pour le poste.
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Les moteurs actuels n'ont fait que du mal à la F1
Les équipes vont se réunir à deux reprises, le 31 octobre et le 7 novembre, afin de discuter du futur de la Formule 1 sur le plan technique. Ces deux réunions seront très importantes car elles décideront en grande partie de ce que sera l'avenir de la F1 du point de vue des moteurs.

"J'aimerais voir un V12 standard, économique de 1000 chevaux avec un son fantastique, mais je doute que nous nous dirigions vers cela" s'amuse Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing.

"Je pense toutefois que ce qui va être présenté sera sensé, mais je n'ai pas de détails. Je pense que c'est le premier pas important effectué par Liberty et évidemment, le moteur est une partie importante de ce que sera la F1 pour les 10 saisons après 2021."

"En voyant ce qui va être discuté lors de ces rencontres, il semble qu'ils ont un plan et il sera intéressant de comprendre de quoi il s'agit. En ce qui concerne la réunion du 7 novembre, c'est une réunion des dirigeants de la Formule 1 dans laquelle de nombreux sujets seront certainement abordés, comme toujours."

La directeur de Toro Rosso, Franz Tost, n'a pas de doléance particulière sur la technologie employée pour le moteur mais plutôt quant à son prix.

"Cela doit être un moteur abordable et j'espère que la puissance des moteurs sera à un niveau similaire, entre chaque moteur, car la différence est trop importante pour le moment. Heureusement, Ferrari a pu rattraper Mercedes mais Mercedes est encore devant."

"J'espère juste que ce règlement nous aidera, que les moteurs ne seront pas trop chers pour les équipes privées et que les performances seront plus équilibrées car nous avons besoin de courses intéressantes, de dépassements, et les moteurs actuels sont trop compliqués. Malheureusement, nous avons aujourd'hui un championnat d'ingénieurs et nous devons revenir à des moteurs qui permettent aux équipes privées de gagner."

Le règlement moteur qui sera utilisé dans le futur pourrait être rapidement décidé et il se dit parfois que la décision pourrait être prise de les introduire un an plus tôt que prévu, en 2020. Franz Tost n'y croit pas une seule seconde.

"Toutes les équipes devraient être d'accord, et je ne pense pas que Mercedes ou Ferrari seraient d'accord car pour développer ce nouveau moteur, il faut du temps. Je n'en vois donc pas la possibilité mais néanmoins, nous aurons cette réunion et ça sera discuté et voté, nous verrons le résultat."

Christian Horner se montre bien plus virulent quand il évoque la possibilité d'amener un changement plus tôt que prévu: "J'aimerais qu'ils arrivent l'année prochaine. Pour moi, les moteurs actuels n'ont fait que du mal à la Formule 1, ils n'ont en rien contribué à notre sport. Ils ont enlevé le son, la passion, tout en ajoutant une complexité qui les éloigne grandement. Ils n'ont rien amené de bon et le plus vite ils partiront, le mieux ce sera."

"Malheureusement, il y a un contrat entre les constructeurs actuels et la FIA qui garantit que ces moteurs seront présents jusqu'en 2020 et je ne vois pas un motif suffisamment important qui pousserait les constructeurs à s'en débarrasser avant 2021."

La crainte, quant à l'élaboration du prochain règlement, est de voir Ferrari utiliser le veto dont elle dispose à titre exceptionnel donné par les Accords Concorde, et être soutenue par Mercedes avec qui elle tisse des liens importants quand il s'agit de technique.

"Ce sont leurs affaires au final" rétorque Horner. "La F1 est une plateforme globale dans laquelle ces marques sont impliquées pour promouvoir leurs produits et elles-mêmes. C'est plutôt une vitrine technologique car comme je le disais, les produits que nous faisons rouler n'ont pas grand chose à voir avec leurs voitures de course."

"La F1 est un sport, il y a un élément technologique évident mais elle est au carrefour de ses décisions quant à ce qu'elle sera à l'avenir. Sera-t-elle tournée vers la technologie ou plutôt vers la course fondamentale où l'homme et sa machine cherchent leurs limites lors d'événements spectaculaires? Chaque équipe aura évidemment le choix de sa présence, ou non, après 2020, et l'on ne peut pas prédire ce que les autres pensent."

Des propos qui semblent délier la langue de Franz Tost: "C'est dans les mains de Liberty Media. Ils devraient apporter une idée précise pour que les équipes décident de participer ou non, mais Liberty Media doit prendre en compte que la F1 est un divertissement, un spectacle, et nous devons trouver le juste milieu entre cela et la direction technique prise par la discipline ces dernières années."

"Nous avons actuellement un championnat de moteurs. Cela ne peut pas être utilisé pour l'avenir car si c'est le futur de la F1, je suis sûr à 100% qu'elle mourra."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.