En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 28 Octobre 2017

Renault F1 - Hulkenberg et Sainz en Q3 à Mexico
Renault F1 a réalisé de bonnes qualifications au Grand Prix du Mexique en plaçant ses deux voitures en Q3 pour la deuxième fois de la saison. Nico Hülkenberg s'est classé huitième, juste devant son équipier Carlos Sainz, sur le Circuit Hermanos Rodríguez.

"Ce sont de bonnes qualifications. J'ai réalisé un très beau tour en fin de Q3 et j'en suis très satisfait. La bataille sera serrée demain, mais nous allons attaquer fort et faire de notre mieux", déclare Nico Hülkenberg.

"C'est une bonne journée tant pour l'équipe que pour moi", ajoute Carlos Sainz.

"Nous poursuivons nos progrès depuis Austin et je m'en réjouis. Les qualifications étaient piégeuses, mais nous avons beaucoup progressé depuis hier. Je me sentais bien plus en confiance au volant aujourd'hui et nous viserons une belle course demain."

"Aujourd'hui, chaque séance de qualifications s'est parfaitement déroulée", commente Alan Permane, Directeur sportif.

"Nous voulions sortir de Q1 avec un seul train de pneus, et nous y sommes aisément parvenus. Cela nous a permis d'utiliser deux trains pour chacune des séances suivantes. C'est bien de voir nos deux pilotes se challenger lors des qualifications. L'objectif qui est de mettre nos deux voitures en Q3 est atteint. En partant huitième et neuvième, nous sommes bien placés pour marquer des points demain."
source: Nextgen-Auto.com

Panne après panne, le V6 Renault a ruiné la journée de Toro Rosso
Les oreilles des ingénieurs Renault vont siffler, et ce ne sera pas qu'à cause de l'altitude élevée du circuit de Mexico. Pierre Gasly comme Brendon Hartley ont en effet connu tous deux des problèmes moteurs qui les ont handicapés, à des échelles diverses, en qualifications.

Brendon Hartley s'est qualifié pour la Q2 avec aisance, mais son moteur s'est ensuite arrêté net (sans doute un autre problème de turbo). Comme les deux McLaren n'ont pas non plus roulé en Q2, il est officiellement 13ème de la séance, mais pourrait écoper d'une lourde pénalité en cas de changement d'unité de puissance.

"C'est un peu frustrant! Je suis un peu déçu de n'avoir pas tout mis ensemble puisque je pense que nous avions une chance d'être devant les Williams aujourd'hui. En freinant au premier virage en Q2, je pensais que j'étais dans le coup, quand mon moteur a fait 'bang!'. Je ne sais pas ce qui s'est passé. Je suis devenu de plus en plus confiant, à chaque tour, et j'avais vraiment hâte de disputer cette Q2, je pensais qu'elle pourrait être super. Je me sens de mieux en mieux dans la voiture et si Austin était difficile, je suis arrivé ici beaucoup plus préparé. C'est une piste que j'apprécie beaucoup et je donnerai tout demain pour avoir la meilleure course possible."

Pierre Gasly a connu encore plus de déboires. En raison d'une nouvelle panne mécanique en essais libres 3, le Français n'est pas même monté dans sa Toro Rosso en qualifications. Il partira en fond de grille demain, mais n'a surtout que très peu roulé après un vendredi déjà infernal. Il est dans la situation la moins confortable qui soit pour un jeune pilote...

"J'ai passé trop de temps avec les ingénieurs sur le muret des stands ce week-end! Il n'y a rien que nous puissions y faire. Nous avons changé le moteur la nuit dernière après le problème en EL2, ensuite, de nouveau après les EL3 et nous n'avons du coup pas eu le temps de disputer les qualifications. C'est une nouvelle piste pour moi et j'aurais vraiment aimé pouvoir pousser pour voir comment est ce circuit, parce que je n'y ai jamais conduit avec les ultratendres. C'est un week-end vraiment étrange... c'est difficile parce que la seule chose que je veux, c'est conduire, faire des tours dans la voiture, m'y habituer, être plus à l'aise, et aussi apprendre la piste. Bien sûr nous ne nous sentons pas vraiment préparés. Mais c'est ainsi, et je ne vais pas changer mon approche."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon éteint Perez, bat Ricciardo et marque les esprits
Samedi après samedi, Esteban Ocon semble prendre l'ascendant sur Sergio Pérez en qualifications. A Mexico, le Français a même frappé fort en battant du même coup les deux Renault et surtout Daniel Ricciardo d'un dixième. Le local de l'épreuve, relégué à 4 dixièmes du Français, ne peut que constater les dégâts.

Esteban Ocon pense même qu'il aurait pu aller chercher Kimi Räikkönen sans une petite erreur en Q3.

"C'était une qualification incroyable" commente Ocon. "La voiture n'était pas si facile à conduire hier, mais l'équipe a fait un travail incroyable le soir pour trouver plus de performance. Tout le monde sur la piste et à l'usine a travaillé dur pour trouver le moyen de s'améliorer et j'ai vraiment pu sentir la différence aujourd'hui. Ils m'ont donné une voiture vraiment solide et durant la session, mon rythme ne cessait de s'améliorer. J'ai en réalité fait une petite erreur lors de mon dernier tour en Q3 donc j'aurais peut-être pu battre Kimi Räikkönen. Malgré tout, je suis vraiment heureux de ce résultat et je suis excité à l'idée de disputer la course. Notre rythme de course est solide, nous avons une bonne vitesse de pointe et le potentiel pour signer un très bon résultat est là."

Seulement 10ème devant un public acquis à sa cause, Sergio Pérez fait la moue. En attendant du mieux demain?

"Aujourd'hui, ça ne s'est pas passé comme je l'espérais et c'est très décevant. Nous avons été très compétitifs tout le week-end, mais nous n'avons pu obtenir le résultat voulu au moment le plus important. J'étais assez satisfait de notre tour de Q1 et notre rythme semblait très prometteur, mais les conditions ont changé et nous n'avons pas su nous adapter. Nous avons changé notre manière de chauffer les pneus et j'ai perdu tout mon feeling dans la voiture. Faire fonctionner les pneus dans leur bonne fenêtre était difficile et j'étais insatisfait de l'équilibre. C'est quelque chose qu'il nous faudra analyser ce soir. La course de demain sera difficile, mais notre voiture a un très bon rythme."

Sergio Pérez, qui a remercié ses fans en espagnol en début de Q1, concède que sa mauvaise performance est tombée au pire moment: devant ses aficionados.

"Je veux donner une raison à mes fans de faire la fête: tout ce week-end, j'ai reçu un soutien incroyable et aujourd'hui, mes fans méritaient beaucoup plus. J'ai été heureux de pouvoir leur parler au début de la session et j'espère que je pourrai leur offrir un meilleur résultat demain."

Robert Fernley, le directeur d'écurie adjoint, se réjouit d'un "autre samedi très solide avec nos deux pilotes dans le Top 10 après les qualifications."

"Les évolutions amenées ici ont certainement fait la différence et ont amélioré notre rythme. Esteban est de plus en plus confiant et il devrait être très fier de sa performance aujourd'hui - il a battu une Red Bull et il a terminé à deux dixièmes seulement d'une Ferrari!"
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne s'attend à une course difficile
Stoffel Vandoorne s'élancera depuis la dernière ligne de la grille de départ et ce ne sera donc pas facile pour lui demain en course sur le circuit de Mexico. D'autant plus que si sa McLaren est plutôt compétitive, elle manque cruellement de vitesse de pointe pour les raisons que l'on sait...

"Nous savions que nous allions avoir des pénalités ce week-end et nous nous sommes donc concentrés sur la préparation de la course et pas sur la qualification", explique Stoffel Vandoorne.

"Même en Q1 j'ai roulé avec beaucoup d'essence afin de me préparer pour la course. Après mes problèmes de moteur hier, je me sentais mieux au volant de la voiture ce matin. Nous sommes raisonnablement compétitifs ici."

"Cette journée a été bien plus positive pour nous, nous avons fait un grand pas en avant. Je sens que je suis en bonne forme pour la course. Nous allons prendre le départ depuis le fond de la grille et cela ne sera donc pas facile. Il est difficile de dire où nous allons terminer cette course. Les dépassements dans la ligne droite seront difficiles pour nous, il faudra donc être agressif dans notre pilotage. J'espère que nous pourrons faire une bonne course", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen cinquième et déçu
Kimi Räikkönen a pris la cinquième place en qualification au Mexique et il sera donc difficile pour lui d'aider son équipier Sebastian Vettel à conserver ses chances dans sa bataille pour le titre Mondial.

"J'ai essayé de boucler un tour parfait en fin de qualification, mais cela n'a pas été facile", commente Kimi Räikkönen.

"Il était très difficile de faire le tour parfait, j'ai fait une erreur là, une autre ici et je manquais d'adhérence."

"Voilà, c'est comme ça. Cela devrait bien se passer en course, mais je manque d'adhérence. Nous verrons bien", ajoute le Finlandais qui semble particulièrement déçu.
source: Nextgen-Auto.com

Battu par Sauber, Haas n'a 'aucune excuse' selon Grosjean
Comme en 2016, le circuit de Mexico et son attitude élevée n'ont pas du tout souri aux deux Haas. Les deux monoplaces américaines ont même été devancées par les Sauber aujourd'hui.

19ème, Romain Grosjean a au moins une excuse, sur un plan personnel: ses essais libres ont été largement compromis... Sur le plan de l'équipe, le constat est plus sévère.

"Notre week-end est difficile. Nous n'avons pas roulé hier, donc bien sûr, c'est toujours moins de performance au final. Mon tour de sortie a été très mauvais avec beaucoup de trafic, donc nous avions quelques dixièmes en réserve, mais rien qui aurait pu nous mettre là où nous devrions être. Il n'y a pas d'excuse. Nous avons un moteur Ferrari 2017 qui est plus puissant que celui des Sauber [datant de 2016]. Et nous allons devoir travailler, trouver un moyen de rendre cette voiture plus rapide sur des circuits où il faut plus d'appuis. Tout est possible, je ne veux pas être très positif en disant que tout va être génial, mais vous ne savez jamais. C'est un circuit difficile et le refroidissement est un problème pour tout le monde. Les freins vont souffrir. A Singapour nous n'étions pas censés marquer de points et nous l'avons fait. Il y a toujours de l'espoir mais ce sera difficile."

Kevin Magnussen s'est qualifié trois centièmes devant son coéquipier et voit ses craintes initiales être hélas confirmées.

"Nous craignions que ce week-end serait difficile. Nous n'étions pas rapides en qualifications, bien sûr. Cette piste est comme notre talon d'Achille, on s'y attendait, mais c'est toujours décevant. Nous devons pousser. Il y a plusieurs causes expliquant nos problèmes. Je dirais que tout le monde doit ici davantage refroidir ses voitures, notamment au niveau des freins et du moteur... Partout. Et cela ne nous profite pas. Nous avons perdu du temps, et la situation semble très mauvaise cette fois-ci. J'espère que nous pourrons rester dans la lutte demain, nous allons au moins pousser et voir ce que nous pouvons obtenir. J'espère que notre rythme de course est un peu meilleur que notre rythme en qualifications."

Günther Steiner, le directeur de l'écurie, est enfin plutôt fataliste.

"Nous avons fini là où nous avions peur de finir il y a quelques jours. Nous savions que nous souffririons avec l'altitude élevée étant donné notre réglage aérodynamique avec peu d'appuis. Donc nous y étions presque préparés, mais ce n'est jamais facile de l'accepter. Nous devons simplement nous améliorer."
source: Nextgen-Auto.com

Max Verstappen conserve sa 2e place
Max Verstappen avait signé le deuxième temps au Mexique, aujourd'hui en qualification, mais il était sous la menace d'une pénalité.

Il a été convoqué devant les commissaires de courses de la FIA pour avoir gêné Valtteri Bottas lors du premier tour rapide en Q3 du Finlandais. Ce dernier s'est aussi rendu devant les commissaires.

Après 20 minutes d'audition, il n'y a eu aucune pénalité infligée au Hollandais. Il garde donc sa 2ème place...même si c'est la pole position qu'il voulait.

"Pour moi, il n'y a pas eu d'incident", déclarait Max Verstappen après la séance. "Il n'y a pas eu d'incident, car il a raté son freinage tout seul. J'étais à l'intérieur et je ne l'ai pas gêné. Je me suis mis à gauche à l'endroit de la piste où l'on se déporte normalement vers la droite. Je ne vois donc pas où ils ont vu un problème."

Bottas n'était pas du même avis mais la FIA a tranché.
source: Nextgen-Auto.com

Aux portes de la Q3, Williams compte sur la stratégie demain
Les Williams étaient plutôt compétitives ce samedi, mais elles n'ont pu arracher une place en Q3 face aux Renault ou aux Force India.

11ème de la Q3, Felipe Massa aura le choix de ses pneus demain et semble s'en satisfaire.

"J'ai fait le meilleur tour possible dans la voiture. C'était presque un tour parfait. Malheureusement, ce n'était pas suffisant pour entrer en Q3. Je suis heureux de mon tour. Peut-être que la 11ème place est meilleure que la 10ème, en partant du côté propre de la piste et avec de nouveaux pneus. Concentrons-nous sur la course de demain et voyons ce que nous pouvons faire. Nous sommes dans la lutte et c'est le plus important."

Lance Stroll a pâti d'une voiture instable, notamment dans la section du stadium, et reconnait ses erreurs. Il partira néanmoins 12ème, juste derrière son coéquipier.

"Ce n'était pas un travail parfait. La Q1 était OK, et ensuite en Q2, mon premier relais était bon au début, mais après, il y a eu les drapeaux jaunes. Je n'ai pas pu bien préparer les pneus lors du relais suivant et j'ai fait beaucoup d'erreurs. Mais à la fin j'ai réussi un tour, bien que je pense qu'il aurait été très difficile de rentrer en Q3. Nous partons de la 12ème place, c'est une longue course demain, nous sommes dans le milieu du peloton et je pense que nous pouvons marquer des points. Nous devons juste régler quelques trucs et avoir une bonne course. Ce sera difficile pour tout le monde en raison de l'altitude."

Paddy Lowe, le directeur technique, sous-entend que Williams va mener une course stratégique demain.

"Nous avons le libre choix des pneus et je pense que notre rythme de course pourrait aussi jouer en notre faveur face aux voitures devant nous. Nous chassons les points, nous voulons en marquer avec les deux voitures demain."
source: Nextgen-Auto.com

Les Sauber devancent les Haas
Marcus Ericsson et Pascal Wehrlein ont été éliminé dès la Q1 aujourd'hui en qualification, mais ils devancent les deux Haas et ça, c'est une petite victoire.

"Ce fut une bonne journée", déclare Marcus Ericsson. "Nous avons pris la bonne direction au niveau des réglages depuis hier. Ce fut un bel effort de la part de l'équipe, car grâce à elle, nous avons pu tirer le maximum de la voiture en qualification. Je suis aussi particulièrement satisfait de mon dernier tour en qualification. Je n'étais pas très loin de la Q2. Nous allons aborder la course de demain avec un sentiment positif."

"Globalement, je suis satisfait de ma journée", commente Pascal Wehrlein. "J'ai eu des soucis techniques ce matin, mais l'équipe a été en mesure de les résoudre très rapidement et cela m'a permis de faire quelques tours. En qualification cela s'est plutôt bien passé. Je me suis amélioré continuellement et j'avais de bonnes chances de participer à la Q2, mais j'ai fait une petite erreur dans le premier secteur. J'attends maintenant la course de demain avec confiance et je vais tout donner."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est très déçu, Ricciardo est confus
Max Verstappen a signé le deuxième temps aujourd'hui en qualification, mais c'est la pole position qu'il voulait. Et puis de toute façon, il est sous enquête des commissaires pour avoir gêné Bottas en Q2...

"Pour moi, il n'y a pas eu d'incident", déclare Max Verstappen. "Il n'y a pas eu d'incident, car il a raté son freinage tout seul. J'étais à l'intérieur et je ne l'ai pas gêné. Je me suis mis à gauche à l'endroit de la piste où l'on se déporte normalement vers la droite. Je ne vois donc pas où ils ont vu un problème."

"La Q2 a été très bonne pour moi, mais en Q3, mes pneus n'étaient pas à la bonne température et j'avais moins d'adhérence. Je crois que mon tour en Q3 était meilleur, mis j'avais moins d'adhérence. Je suis deuxième et ce n'est donc pas un cauchemar, mais ça m'embête vraiment d'avoir manqué la pole. Je la voulais vraiment cette pole position", ajoute le néerlandais qui en signant la pole aurait pu devenir le pilote le plus jeune à avoir réussi cet exploit en F1.

Daniel Ricciardo a signé le septième chrono, très loin de son équipier. "Je suis confus, je ne sais pas ce qui s'est passé au niveau de mon adhérence. Nous n'avons rien touché à la voiture, mais à chaque fois que je prenais la piste, je n'avais pas d'adhérence. Parfois il y a un train de pneus qui fonctionne moins bien, mais pour moi, ça n'allait pas tout le temps."

"Je suis super frustré et confus. Je suis certain que nous allons trouver quelque chose qui ne fonctionne pas sur la voiture, car je n'ai rien pu faire en qualification. Si nous pouvions mettre le doigt sur ce qui ne fonctionne pas, je suis persuadé que je pourrai encore me battre pour le podium", ajoute le pilote australien.
source: Nextgen-Auto.com

La McLaren est la meilleure de toutes selon Alonso
La McLaren est apparue en progrès ce week-end, surtout celle de Fernando Alonso qui disposait de nouveaux éléments, notamment un aileron avant qui semble très efficace. Ce n'est donc pas un moteur Honda qui explique la grande forme de la McLaren.

"Le moteur est le même, il n'a pas changé", explique Fernando Alonso. "En fait, aujourd'hui, nous utilisions le moteur précédent. Hier nous avions utilisé le nouveau moteur, mais nous le gardons pour le Brésil et Abu Dhabi. Notre progression s'explique donc par l'aérodynamique et aussi un peu par les suspensions que nous avons depuis quelques courses. Aujourd'hui, nous avions la meilleure voiture en piste."

Malheureusement pour lui, c'est de la dernière ligne de la grille de départ que Fernando Alonso prendra le départ demain à cause des pénalités qu'il va prendre. C'est la raison pour laquelle il n'a même pas essayé de signer un chrono en Q2.

"Le comportement de la voiture était incroyable, j'avais une très bonne adhérence dans les virages et cela m'a permis de piloter très facilement. Ce week-end a été spectaculaire jusqu'à présent. Cela fait un bon moment que nous n'avions plus signer le meilleur chrono dans un partiel. Malheureusement, j'ai une pénalité et il sera pratiquement impossible de marquer des points demain, car on ne pourra pas dépasser dans les lignes droites. Nous allons toutefois continuer à préparer la saison 2018 le mieux possible", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton manque la 1ère ligne, Bottas gêné par Verstappen
Il n'y a pas de Mercedes en première ligne du Grand Prix du Mexique et c'est assez rare pour être signalé. La dernière fois, c'était à Singapour, sur un circuit qui ne convenait pas à la W08. Mais, à Mexico, c'est déjà plus étonnant.

Lewis Hamilton, 3ème, tient à défendre son équipe.

"Les gars ont vraiment fait un super travail. Nous ne sommes pas loin et j'ai fait quelques erreurs. J'ai tout donné et donc, du coup, j'ai dû perdre 2 ou 3 dixièmes. Cela n'aurait pas suffi pour la pole ou la 1ère ligne", commente le Britannique.

On sait que Lewis Hamilton veut décrocher le titre avec style demain.

"J'espère que je pourrais me battre au moins avec l'un des deux (Vettel ou Verstappen) devant moi. Je ne ferai rien d'absurde, évidemment, mais si je peux gagner, je ferai tout pour ça."

Valtteri Bottas pointe à la 4ème place, à 24 millièmes de son équipier. Mais le Finlandais a été clairement gêné par Verstappen dans son premier tour de Q3. Ce qui pourrait valoir une pénalité au Hollandais.

"J'étais dans mon tour rapide et, lui, il a été vraiment lent. Il a un peu compromis ma trajectoire pour le virage 13, ce qui a détruit mon tour."

"Je ne sais pas ce que vont lire les commissaires dans leur livre de règles mais je sais que, du coup, je n'ai eu qu'un tour rapide au lieu de deux en Q3."

"4ème ce n'est pas si mal, mais, on verra, peut-être que je partirai 3ème, sur le bon côté de la grille, si Max est pénalisé."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel ne pouvait pas faire moins que la pole...
Sebastian Vettel sait qu'il doit gagner demain pour conserver une petite chance de remporter le titre mondial et il ne devait donc pas se manquer en qualification aujourd'hui. Mission accomplie puisqu'il a signé la pole position aujourd'hui au Mexique!

"Quel tour, je suis vraiment très content", s'exclame Sebastian Vettel.

"Je me suis fait une petite chaleur dans le virage 6, mais cela ne m'a pas fait perdre de temps. Je savais que si je faisais un tour propre, je pouvais décrocher la pole et c'est ce que j'ai fait. Je suis très heureux."

"Hier, cela ne s'est pas très bien passé pour nous, mais nous avons progressé. Tous les changements apportés sur la voiture ont été positifs. Nous verrons bien comment cela se passera demain en course."

"Je ne peux malheureusement rien contrôler, cela dépendra de ce que fera Lewis (Hamilton). Mais nous méritons un bon résultat et nous verrons bien demain", ajoute le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

GP du Mexique - Essais qualificatifs
Les séances de qualifications manquaient ces dernières semaines d'incertitude. Entre un Lewis Hamilton (Mercedes) dominateur avec son bouton magique et les soucis de Sebastian Vettel (Ferrari), l'identité du poleman était (presque) connu d'avance. Ce ne fut pas le cas à Mexico (Mexique), où le pilote allemand a arraché le meilleur temps à Max Verstappen lors de l'ultime effort.

Le leader de la Scuderia Ferrari a joué son va-tout dans son dernier tour. "C'était un sacré tour", expliquait-il sitôt la voiture arrêtée. "Je suis très heureux, la piste glissait beaucoup." Max Verstappen n'a pas réussi à préserver son bien, une issue rageante pour le Hollandais qui avait jusque-là accompli une séance parfaite. "Je suis très déçu. En Q3, c'est devenu plus compliqué pour moi. Clairement, finir 2ème n'est pas ce que je cherchais... Je voulais la pole."

Placé sur la deuxième ligne de la grille de départ, Lewis Hamilton a commis quelques petites fautes, en allant de-ci, de-là hors de la piste avec de généreuses glissades. "Les deux pilotes devant moi ont fait un travail remarquable. J'aurais pu aller quelques dixièmes plus vite mais ça n'aurait rien changé", estime-t-il.

Du côté des Français, Esteban Ocon (Force India, 6ème) se porte comme un charme; la monoplace rose devance la Red Bull de Daniel Ricciardo et son équipier Sergio Pérez (10ème). L'écurie Renault parvient à placer ses deux monoplaces dans le Top 10, avec Nico Hülkenberg 8ème, devant Carlos Sainz (9ème).

Les Toro Rosso ont été frappées de plusieurs problèmes. Pierre Gasly (Toro Rosso) n'a pas participé à la séance après une coupure moteur en essais libres 3, la voiture n'était pas prête pour quitter les stands. Quant à Brendon Hartley, sa monoplace a elle aussi laissé échapper un panache de fumée blanche. Romain Grosjean (Haas) et Kevin Magnussen (Haas) clôturent la feuille des temps. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Les patrons ne sont pas favorables à une suppression du vendredi
L'une des idées envisagées par Liberty Media pour réduire les coûts d'exploitation des équipes de Formule 1 est de réduire la voilure sur la longueur des week-ends et Ross Brawn a dit récemment que cela pourrait passer par la suppression pure et simple des essais du vendredi.

"Je pense qu'ils essaient de faire de la place pour davantage de courses" lance Christian Horner. "Il faut être prudent car un livre est bon s'il a un nombre défini de chapitres. S'il y a trop de chapitres, il perd son chemin. Je pense qu'il faut faire attention à ne pas trop ajouter de courses à la Formule 1. Ce serait un long chemin de ne venir à Mexico que pour deux jours, ou en Australie. Je pense que le vendredi permet aux promoteurs d'amener plus de fans et plus de gens à leur sport."

"Je pense toutefois que cette journée pourrait être différente, nous pourrions la rendre plus vivante et plus interactive. Nous n'avons peut-être besoin que d'une séance le vendredi après-midi mais je serais inquiet d'un week-end qui ne dure que deux jours car ce serait court, peut-être un peu trop, et cela mettrait plus de pression sur nos simulations afin d'être prêts à prendre la piste, et je ne suis pas sûr que ça équilibrerait le niveau des équipes."

Un avis que partage Franz Tost, directeur de Toro Rosso: "Le roulage du vendredi est important pour les organisateurs afin de vendre des billets supplémentaires, mais aussi pour les équipes car nous n'avons pas beaucoup de temps pour les essais. Nous ne pouvons faire que des simulations et les séances du vendredi, surtout pour des équipes comme Toro Rosso, sont importantes afin de faire nos roulages, d'essayer différents réglages et d'être préparés au mieux pour les qualifications et la course."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - S'il y avait des vibreurs ou des graviers, les pilotes n'abuseraient pas
L'incident entre Verstappen et Räikkönen et la pénalité infligée au premier cité ont fait couler beaucoup d'encre cette semaine entre les Grands Prix des Etats-Unis et du Mexique. Auteur de propos douteux, Max Verstappen a éteint l'incendie sur les réseaux sociaux en s'excusant publiquement.

"Ce qu'il s'est passé sur la piste était frustrant et difficile à comprendre, surtout pour les spectateurs et peut-être pour ceux qui regardaient la course aux Etats-Unis pour la première fois" regrette Christian Horner, son patron. "Nous avons eu cette situation avec des abus sur les limites de la piste, pas seulement à Austin mais aussi sur d'autres circuits. Malheureusement, Max a été pénalisé pour avoir effectivement dépassé ces limites."

"Je pense qu'il est important de trouver une solution. J'ai eu une discussion très constructive avec Charlie Whiting car je pense que ça doit rester simple pour les fans, pour les spectateurs et pour les commentateurs qui doivent pouvoir suivre et dire si les agissements des pilotes sont légaux ou non, ce serait le cas dans n'importe quel autre sport, que ce soit du rugby, du tennis ou une autre discipline."

"Les sports mécaniques sont un peu plus compliqués et je pense que la clé pour stopper cela réside directement dans les circuits. S'il y avait un vibreur ici ou un bac à sable là, s'il y avait une surface qui n'était pas adhérente, que ce soit de l'astroturf ou autre chose, je pense que les pilotes n'abuseraient pas. Ils ne dépassent pas les limites à Singapour ou à Monaco car la pénalité est évidemment sévère puisqu'ils finiraient dans les rails."

Horner est conscient que la situation est un peu plus délicate sur les circuits partagés par d'autres disciplines comme la MotoGP, où les standards de sécurité sont forcément différents.

"Nous ne pouvons rien faire de définitif pour les deux disciplines, compte tenu des réglementations, et je pense que sur des circuits comme Austin, il faut soit décider que tout est autorisé, soit mettre un vibreur ou un bac à graviers qui ralentit les pilotes pour les empêcher de prendre ces zones de la piste. Cela retirerait l'ambiguïté d'une éventuelle pénalité."

"Nous avons vu beaucoup de dépassements à Austin et celui qui me reste en tête est lorsque Daniel a attaqué Valtteri, qui est sorti large au premier virage, est revenu en piste et possédait la bonne trajectoire pour le deuxième virage. A-t-il gagné un avantage? Il faudrait retirer cette ambiguïté. S'il y avait eu un bac à graviers, il n'y serait pas allé. Si nous pouvons régler cela, on retirera l'émotion et la confusion que provoquent ces limites de la piste."

De nouveau, Franz Tost est entièrement d'accord avec Christian Horner: "Tant que la piste offre la possibilité de dépasser, le pilote dépasse, c'est dans sa nature. La manœuvre de Max était fantastique et nous ne devrions pas oublier que les fans veulent voir du spectacle. Il y avait de la place pour le faire. Dans le futur, il faudra définir que les pilotes n'ont pas le droit d'utiliser cette zone pour dépasser."

"C'est toujours difficile de dire à un pilote qu'il avait les quatre roues au-delà de la ligne, car pour eux, la roue arrière n'est pas toujours derrière la ligne et ils devraient faire quelque chose sur les circuits pour empêcher cela, sans quoi il faudra changer le règlement et autoriser des dépassement n'importe où."
source: Nextgen-Auto.com

GP du Mexique - Essais libres 3
Rarement les Red Bull ne s'étaient montrées aussi performantes en essais! Après Daniel Ricciardo vendredi après-midi, c'est Max Verstappen qui a signé le meilleur temps d'entre tous, lors de la dernière séance d'essais libres à Mexico City (Mexique). Avec un chrono de 1'17"113, le Hollandais établit un nouveau record du tour. La lutte dans le haut de la feuille des temps augure d'une bagarre acharnée pour les qualifications: Lewis Hamilton (Mercedes) ne pointe qu'à sept centièmes, Sebastian Vettel (Ferrari) à un dixième.

Valtteri Bottas (Mercedes) et Daniel Ricciardo (Red Bull) sont en embuscade. Esteban Ocon (Force India) figure juste derrière son équipier Sergio Pérez au 8ème rang. A noter la montée en régime de Brendon Hartley (Toro Rosso): le Champion du monde d'Endurance en LMP1 s'est montré plus véloce que l'expérimenté Felipe Massa (Williams). Romain Grosjean (Haas) a roulé quatre dixièmes plus lentement que son équipier Kevin Magnussen, lequel était victime d'une gastro-entérite la veille.

Les premières minutes ont été perturbées par les soucis mécaniques de Pierre Gasly (Toro Rosso). Le Français, déjà pénalisé de quinze places sur la grille pour changement d'unité de contrôle électrique ainsi que de MGU-H, n'a inscrit aucun chrono. Un panache de fumée bleue s'est échappée de l'échappement de la Toro Rosso lors de son tour d'installation. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Tost est inquiet pour la sixième place de Toro Rosso
L'équipe Toro Rosso s'était fixée la sixième place du championnat comme objectif et alors qu'elle occupe pour le moment cette position, la fin de saison s'annonce critique. Sainz, auteur de 48 des 53 points de l'équipe, a rejoint Renault.

Le constructeur français est désormais septième du championnat à seulement cinq points de l'équipe italienne qui va aligner en fin de saison le duo le moins expérimenté du plateau. A Mexico, les deux pilotes Toro Rosso cumulent seulement trois départs en F1.

"Nous sommes inquiets, évidement" reconnaît Tost. "Vous savez, le fond de cette histoire est que Toro Rosso avait un contrat valide avec Renault. Nous avons décidé de changer pour Honda en 2018 et de rompre le contrat, donc il a fallu donner une contrepartie à Renault. La compensation était Carlos Sainz et il pilote donc pour Renault."

"Nous sommes conscients, de par sa vitesse, qu'il représente une menace pour nous car il a marqué la plupart de nos points. Non seulement nous avons perdu les points qu'il pourrait nous apporter, mais il va en plus les marquer pour Renault. Il est très rapide, comme nous l'avons vu à Austin, et ce ne sera pas facile. Mais si nous n'avons pas de problème technique, je pense que nous pouvons rester devant Renault et Haas."

Les progrès entrevus chez McLaren après la pause estivale semblent appartenir déjà au passé car même si les performances sont un peu meilleures, les problèmes de fiabilité du Honda sont catastrophiques. Ce qui n'inquiète pas Franz Tost, officiellement tout du moins.

"Ils ont encore une saison et un autre hiver pour s'assurer de régler les problèmes qu'ils rencontrent actuellement et de notre côté, nous travaillons comme seule équipe avec eux, ce qui sera un gros avantage, et les réunions tenues avec eux ont été pleines de promesses. Je suis convaincu que leur moteur aidera Toro Rosso l'année prochaine à devenir une équipe compétitive. Nous ne pouvons pas avoir plus de problèmes car nous changeons déjà de moteur à chaque course."

Toro Rosso a accueilli Brendon Hartley, sept ans après l'avoir évincé du programme de détection des jeunes pilotes, et le Néo-Zélandais revient dans le giron de Red Bull, couronné d'une victoire aux 24 heures du Mans et d'un titre mondial en Endurance.

"Vous avez vu son potentiel, car il a gagné les 24 heures du Mans et le Championnat du monde en LMP1, ce qui veut dire que les résultats sont présents. Brendon est un pilote très talentueux. Il est impliqué, passionné de sports mécaniques et je suis très heureux qu'il soit de retour. Je peux vous dire que si nous lui donnons une voiture compétitive, il se battra pour la victoire en Formule 1 aussi."

Avant d'annoncer à demi-mot que Hartley, que Toro Rosso aurait arraché des mains de Chip Ganassi en IndyCar, sera bien de la partie en 2018: "J'espère que l'année prochaine, nous aurons une voiture compétitive pour qu'il puisse se battre pour des victoires et des bons résultats."

Sommé de répondre à ce semblant d'affirmation, Tost à une vision très simple de ce que Hartley doit faire pour rester dans l'équipe: "Comme d'habitude en Formule 1, il faut construire une belle relation avec la pédale de droite pour être rapide. C'est tout, ça amène des résultats et vous restez en Formule 1, c'est simple."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul - C'était important pour Carlos de faire bonne impression
Renault a remplacé Jolyon Palmer par Carlos Sainz, qui sera aussi pilote pour le constructeur français l'an prochain, et les résultats ont été immédiats avec une Q3 et une 7ème place à l'arrivée pour l'Espagnol à Austin.

"C'était un très bon week-end avec une très bonne préparation de Carlos" juge Cyril Abiteboul. "Beaucoup de motivation et du travail acharné abattu par lui mais aussi par le reste de l'équipe afin de s'assurer qu'il s'intègre bien et qu'il soit immédiatement dans le rythme. C'était impressionnant mais ce n'était qu'un week-end et il a simplement tiré de la voiture les performances qu'on attend et qu'on connaît de son potentiel."

"C'était important pour Carlos de faire une bonne impression dès son premier week-end et de relever le moral de l'équipe car clairement, nous ne sommes pas où nous aimerions au championnat. Nous avons des défis à court terme et à moyen terme donc c'était important pour tout le monde, mais nous avons besoin de terminer la saison dans la même ambiance."

Abiteboul révèle ce qui l'a le plus impressionné au sujet de l'Espagnol: "C'est son approche globale. Il est très calme, professionnel et mûr mais en même temps, c'est un attaquant qui n'hésitera pas à prendre des risques calculés, bien exécutés et contrôlés. C'est génial, et l'ambiance avec l'équipe et avec Nico est très bonne."

Sainz est pour le moment en prêt chez Renault et appartient toujours à Red Bull qui pourrait décider de le placer dans l'équipe première si Ricciardo venait à partir. Cela n'inquiète pas Renault, pour qui le pilote va courir dans les prochains mois.

"Carlos est en prêt pour la fin de saison et toute l'année prochaine, donc il s'agit déjà plus que d'une saison, et il y a un mécanisme d'options dont les détails restent confidentiels et qui pourrait étendre la collaboration entre Carlos et Renault. Pour nous, c'est un compromis parfaitement acceptable vu ce qu'il peut apporter à l'équipe."

Abiteboul prévient cependant que Sainz n'est en rien lié à une éventuelle prolongation du contrat entre Red Bull et Renault: "Il n'y a rien de nouveau depuis les annonces de Singapour avec Red Bull et McLaren, ce qui veut dire que la situation est très claire pour 2018 et que ce qu'il se passera après n'est pour le moment que pure spéculation, et ce sera discuté en 2018 avec Red Bull."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen ne s'inquiète pas pour le futur moteur de Red Bull
Red Bull pourra-t-elle continuer avec le moteur Renault en 2019 si le moteur Honda ne devient pas nettement meilleur, la saison prochaine, à bord de la Toro Rosso?

La question est posée depuis quelques semaines mais cela n'a pas empêché Max Verstappen de prolonger son contrat jusqu'à la fin de la saison 2020.

Peut-être que le Hollandais a eu des confirmations, en coulisses, que l'option Renault serait toujours activable si Red Bull en avait besoin.

"Bien entendu, je ne suis pas inquiet, comme vous pouvez le deviner je ne peux rien dire. Mais je suis serein. Tout ce que je peux dire, c'est que nous avons des options. Nous verrons ce qu'il se passera l'an prochain", commente Verstappen.

Christian Horner a déjà exclu la possibilité de signer avec Mercedes et Ferrari, cela ne laisse donc guère de doutes sur les options de Red Bull, en attendant, éventuellement, l'arrivée d'un nouveau partenaire moteur en 2021.
source: Nextgen-Auto.com

La première journée de Sauber a été encourageante
L'équipe Sauber a continué à faire rouler trois pilotes ce vendredi à Mexico et c'est Marcus Ericsson qui a cédé son volant au Monégasque. Le programme de la journée était concentré sur un mélange de longs et courts relais et les performances des deux C36 ont semblé encourageantes, notamment face aux Haas et aux Toro Rosso qui semblent un peu plus en difficulté.

"C'était une séance positive et j'ai pu faire l'intégralité du programme prévu" commente Charles Leclerc. "La piste est difficile et glissante. C'était une bonne expérience de boucler le test entier. La piste est agréable, je l'ai adorée car elle a un peu de tout. J'apprends toujours un peu plus à chaque fois que je prends le volant et j'ai hâte de retrouver la voiture au Brésil."

Comme Leclerc, Marcus Ericsson n'a eu qu'une séance et il devra s'en contenter pour préparer le reste de son week-end, qui s'annonce assez positif: "C'était un défi pour moi de commencer lors de la deuxième séance. J'avais du temps à rattraper mais je suis satisfait d'avoir pu me mettre rapidement dans le rythme et je me sentais à l'aise dans la voiture."

"Nous étions assez compétitifs pour un vendredi mais malheureusement, j'ai eu des soucis avec l'équilibre de la voiture tout au long de la séance et nous travaillons pour comprendre les causes de ce problème afin de progresser demain."

Pascal Wehrlein a déroulé un programme pour préparer à la fois les qualifications et la course et a pu envisager le niveau global de la Sauber sur le tracé mexicain. Son avis est positif malgré le manque de puissance du vieux moteur Ferrari.

"C'était une journée correcte pour moi" juge l'Allemand. "J'ai pu faire un bon nombre de tours et je suis satisfait de mon temps au tour. Nous avons réussi à nous maintenir au niveau du peloton dans la première séance, même si nous roulions avec les pneus super-tendres. C'était un grand pas en avant pour nous. La deuxième séance était bonne aussi et nous allons travailler sur la performance afin de signer de bons résultats dans les séances suivantes. J'espère que le week-end continuera sur une bonne note."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli note un revêtement assez glissant à Mexico
Les premiers essais libres du Grand Prix du Mexique ont été marqués par la forte évolution d'une piste encore glissante, n'empêchant cependant pas le record absolu d'être battu dès les EL1, référence encore abaissée en EL2 par le pilote Red Bull Daniel Ricciardo.

L'Australien profite pour cela des pneumatiques P Zero Violet ultra-tendres, nominés pour la première fois à Mexico, signant hier après-midi un chrono deux secondes plus rapides que celui réalisé en EL2 l'an passé. Il se révèle ensuite le plus véloce dans l'exercice des longs relais en prévision de la course.

L'écart de performance entre les mélanges super-tendres et ultra-tendres est jusqu'à présent d'environ 0"6, et les conditions météorologiques mexicaines sont plutôt douces, les températures atteignant jusqu'à 22°C dans l'air et 43°C sur la piste.

"Le revêtement fut assez glissant tout au long de la journée, et même si le grip n'a eu de cesse d'évoluer, cela compliqua le recueil de données véritablement représentatives", constate Mario Isola, responsable de Pirelli F1.

"Comme durant la plupart des épreuves depuis le début de saison, le record de la piste fut battu dès les EL1, avant d'être amélioré en EL2 grâce à la sélection d'une gomme plus tendre que lors de la précédente édition. Le tracé va encore évoluer, la pluie n'est pas prévue pour le week-end, et à en juger par les premiers longs runs, la lutte devrait être particulièrement serrée aux avant-postes. Comme à Austin, les trois mélanges devraient en tout cas être largement utilisés durant le Grand Prix."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso a été perturbée par des problèmes mécaniques
Toro Rosso aligne pour la première fois, ce week-end, le duo composé de Brendon Hartley et Pierre Gasly. Ce dernier a laissé le volant à Sean Gelael dans la première séance d'une journée marquée par de nombreux problèmes mécaniques.

"Nous avons démarré lentement ce matin à cause d'un problème moteur dès le début de la première séance et nous avons perdu du temps, mais l'équipe a bien travaillé à remettre la voiture en état pour la deuxième séance" déclarait Hartley à la fin de la journée. "Je sens que je progresse sur les relais courts et terminer à la 13ème place n'est pas une mauvaise chose. J'ai appris plusieurs choses sur les longs relais et malgré une casse moteur, la journée a été très positive. Je suis bien mieux préparé pour la suite que la semaine dernière!"

Pierre Gasly n'est pas dans la même situation que Brendon Hartley et va devoir travailler lors de la troisième séance d'essais libres car il n'a pu accomplir qu'un roulage très limité.

"J'ai laissé le volant à Sean pour la première séance et dans la deuxième je n'ai pu faire qu'un tour rapide avant un problème moteur qui nous a poussé à arrêter la voiture" racontait Gasly. "J'aurai une pénalité sur la grille donc ce n'est pas un bon début de week-end pour nous, mais nous ne pouvons rien y faire."

"La deuxième journée s'annonce chargée car je ne connais pas le circuit et je n'aurai que la dernière séance d'essais libres pour l'apprendre et être prêt pour les qualifications et la course. Nous ferons au mieux et nous ne lâcherons rien pour le reste du week-end!"

Sean Gelael a enfin pu accomplir une séance sans être perturbé par la pluie et a réussi à rouler de manière satisfaisante: "Enfin une séance d'essais sur le sec! Je suis heureux des conditions météo que j'ai rencontrées et c'était une séance positive pour moi. J'étais satisfait de ma première sortie et j'ai établi un bon temps. J'ai eu quelques petits soucis et j'ai rencontré du trafic sur mon deuxième train de pneus, c'était dommage."

"Ceci dit, nous avons tout ce que nous cherchions pour l'équipe et je suis satisfait. Globalement, je suis heureux de tout ce que j'ai fait aujourd'hui et c'est une bonne manière de terminer ma saison avec l'équipe car c'était ma dernière séance de l'année, et je la termine sur une bonne note!"
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Nous avons manqué notre chance à cause de détails
Malgré la perte des deux titres mondiaux qui apparaît de plus en plus évidente, Ferrari peut sortir de sa saison avec la tête haute et un bilan bien plus positif que les saisons précédentes, notamment 2016 où les difficultés rencontrées avaient été surprenantes.

"Il y a beaucoup de points positifs pour être honnête car j'ai vu une équipe jeune très bien travailler sur la voiture, ici et à Maranello" explique Arrivabene. "Tout le monde est uni, il y a un bon échange d'information, une bonne concentration, ils sont assez jeunes et personne ne s'attendait à une telle performance cette année."

"Mattia, notre directeur technique, mène le département technique de la bonne manière. Il connaît bien Ferrari et je dois dire que nous échangeons très bien nos informations et nos opinions. Il a un point de vue d'ingénieur et j'en ai un différent mais nous avons toujours des avis alignés. Donc pour parler de sa part aussi, je pense que nous avons vu beaucoup de points positifs."

"Malheureusement, nous avons manqué notre chance à cause de petits détails liés à des problèmes techniques surtout dus à un fournisseur mais cela nous permet aussi d'apprendre et nous voulons faire mieux à l'avenir."

Désormais, Ferrari va devoir garder le même niveau de compétitivité et franchir les dernières étapes qui la séparent des titres mondiaux, notamment au niveau des détails permettant de garder un même niveau d'excellence durant les huit mois de la saison.

"C'est surtout une question d'ajustements. Ce n'est pas une question de révolution car cette année, nous payons cher les petits détails et nous devons être plus concentrés sur le processus et dans tous les domaines mais ce qui est positif, c'est que l'équipe n'abandonne pas et continue à apprendre de ses erreurs. Tout le monde est impliqué, pas seulement pour l'an prochain mais pour les dernières courses de la saison car nous voulons nous battre jusqu'au dernier virage du dernier tout de la dernière course."

Sauber refuse pour le moment d'annoncer ses plans concernant les pilots et Arrivabene, qui défend les intérêts de Charles Leclerc et Antonio Giovinazzi, espère que ces derniers en feront partie.

"Charles a démontré son talent en remportant le titre de Formule 2 avec deux courses d'avance. Nous avons hâte de voir comment lui et Antonio Giovinazzi vont pouvoir passer à l'étape supérieure. Nous sommes pour le moment concentrés sur la saison en course mais nous allons aussi nous occuper d'eux. Je peux simplement dire qu'ils ont une grande valeur à nos yeux."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen sera bien de retour aujourd'hui selon son patron
Kevin Magnussen devra passer un examen médical avant les Libres 3.

Le Danois s'est plaint de douleurs à l'estomac hier, pendant les Libres 2. Il a dû arrêter en cours de séance et a été excusé par la FIA pour le briefing des pilotes de Charlie Whiting.

De quoi s'inquiéter quant à sa participation ce week-end? Non assure Gunther Steiner, son patron chez Haas F1.

"Je ne pense pas que cela va trop le perturber. Il a eu besoin de quitter la voiture (pour aller aux toilettes) mais sinon il allait assez bien."

"Son entraineur, et nous, nous avons cependant préféré qu'il rentre se reposer à l'hôtel. Il ira bien samedi, j'en suis certain."

"Il allait déjà mieux quand il est parti et après quelques heures de repos. Mais, mon idée, c'était surtout qu'il ne transmette pas son virus gastrique à quelqu'un d'autre! Il sera là samedi, oui."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly et Hartley restent prudents après les bons mots de Tost
Franz Tost a laissé entendre à Mexico que les deux pilotes actuels dans la Toro Rosso, Pierre Gasly et Brendon Hartley, sont bien les favoris pour constituer le duo de titulaires de Faenza en 2018.

Les deux pilotes sont évidemment ravis mais restent prudents: tout le monde sait que c'est Helmut Marko et Christian Horner qui tranchent au final, pas le directeur de Toro Rosso.

"Pour l'instant on ne m'a rien dit à propos de 2018. C'est évidemment bien d'avoir ce genre de commentaires mais, tout ce que je sais, c'est que je suis dans la voiture jusqu'à la fin de la saison. On ne m'a rien dit de plus donc je vais me concentrer sur mon travail et prouver que je mérite le volant pour la saison à venir", commente Gasly.

Pour Hartley, cela sonne comme une 2ème chance à saisir à tout prix pour lancer sa carrière en F1. Mais le Néo-Zélandais ne veut pas s'emballer encore.

"Il est clair que cela met encore plus de pression sur moi maintenant, qu'à Austin. Savoir qu'il y a effectivement un baquet à prendre pour 2018, c'est une chance. Il y a de grandes attentes en ce qui me concerne mais je vais faire ce qu'il faut pour gérer la pression: il suffit de faire son travail et d'aller le plus vite possible, les choses se dérouleront d'elles-mêmes ensuite."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber ne veut pas encore parler de ses pilotes pour 2018
Le patron de Sauber, Frédéric Vasseur, n'est pas encore prêt à annoncer les pilotes qui seront au volant des monoplaces suisses l'année prochaine. La rumeur envoie Charles Leclerc dans l'une d'elles avec insistance, notamment parce que Sauber et Ferrari ont signé un nouveau contrat.

"Nous avons signé un contrat de fourniture de moteur, pas de pilote" rétorque Vasseur. "Nous discutons avec Ferrari."

Pour lui, il est hors de question que Sauber devienne une autre équipe B de Ferrari, à l'image de Haas: "Nous avons déjà bien avancé sur la nouvelle voiture et il est difficile d'utiliser des pièces d'une autre équipe. Nous avons beaucoup de connaissances à Hinwil et nous ne voulons pas perdre cela, nous savons développer une voiture. Ce serait simple d'acheter plein de pièces à Ferrari mais à long terme, cela réduirait nos capacités."

La rumeur laissait entendre que Sauber engagerait un duo entièrement renouvelé avec Leclerc et Giovinazzi, mais il apparaît finalement que les progrès récents de Marcus Ericsson pourraient lui permettre de sauver sa place.

"Question suivante" sourit Vasseur, décidément peu enclin à répondre. "Nous espérons avoir une réponse rapidement mais nous savons où nous en sommes. Les pilotes ne sont pas notre priorité actuellement. Le plus important est de construire un meilleur châssis."

De la même manière qu'il a annulé les accords passés avec Honda par le propriétaire de Sauber, Vasseur prévient que le soutien porté à Ericsson ne lui garantit pas son baquet: "L'aspect financier n'a pas sa place ici. Nous avons un plan à long terme pour l'équipe et un budget sain, donc ne relions pas le déroulement de notre saison avec l'argent qu'amène un pilote."
source: Nextgen-Auto.com

Ecclestone estime que la FIA a aidé Ferrari à gagner
Bernie Ecclestone célèbre son 87ème anniversaire, le premier depuis qu'il a été démis de ses fonctions, mais il n'a rien perdu de son sens de la punchline et de la polémique. Aujourd'hui, "Tonton Bernie" estime que la F1 et les autres équipes ont toujours aidé Ferrari, dans toutes les situations.

"La F1 est Ferrari et Ferrari est la F1" reprend Ecclestone avec une formule qu'il a déjà utilisée par le passé.

"Aider Ferrari a toujours été la chose la plus intelligente à faire. Cela a toujours été fait au fil des réglementation techniques. Les équipes sont importantes pour la F1 mais Ferrari l'est encore plus. Beaucoup de choses ont été faites au fil des ans pour aider Ferrari à gagner."

Ecclestone a tenu à préciser ses accusations, dédouanant Charlie Whiting au passage.

"Charlie a toujours fait ce qu'il avait à faire. Mais Max [Mosley] a souvent aidé Ferrari et moi aussi je voulais qu'ils gagnent. Il peut y avoir une saison remportée par d'autres mais même les autres équipes ont un intérêt à lutter contre une Ferrari compétitive. C'est une chose de gagner contre une Sauber et une autre de gagner contre une voiture rouge."

L'ancien patron de la F1 ne veut pas se prononcer sur le regain de forme de la Scuderia cette saison puisqu'elle a lutté pour le titre pour la première fois depuis un bon nombre d'années. Néanmoins, il avoue ne pas savoir mais lance une opinion.

"Ils ont certainement eu de l'aide avec les moteurs. C'est pareil pour Mercedes que pour les autres, un championnat gagné contre Ferrari vaut toujours plus. Si Mercedes avait décidé un transfert de technologie à Maranello, j'estime que ça aurait été un bon choix. Ce qui est certain, c'est que cette situation amicale entre les deux équipes est bonne pour Mercedes. Cela affaiblissait Red Bull avec son moteur et cela rendait Ferrari crédible comme rival."

Pour Ecclestone, la domination de Mercedes est toutefois due à Ross Brawn, dont il estime qu'il a aidé à développer les moteurs actuels avant de passer chez Mercedes.

"Au moment-clé, Ross Brawn était dans le groupe qui était chargé de décider des règles et il savait ce qu'il se passait. Pas parce qu'il était un bon ingénieur, mais parce qu'il était chez Ferrari. Il est ensuite allé chez Mercedes avec ces informations."

Une vision de l'histoire totalement biaisée puisque Ross Brawn a quitté Ferrari fin 2006, à l'époque où la F1 travaillait sur un nouveau règlement aérodynamique. Quand les moteurs V6 turbo ont été réfléchis, Brawn était déjà Champion du monde avec sa propre équipe, amenée à devenir Mercedes l'année suivante.

L'ancien propriétaire de Brabham rajoute également qu'il n'a pas aimé l'introduction des pilotes au Grand Prix des Etats-Unis.

"Peut-être que c'était bien pour les Américains, mais pas pour la F1. J'ai construit un restaurant cinq étoiles et ils le transforment en McDonald's. J'ai même vu des pilotes habillés en rose. Si j'avais eu quelque chose à voir avec eux, je leur aurais dit de repartir et de revenir habillés correctement."

Amené à réagir aux propos d'Ecclestone estimant que Mercedes et Ferrari entretenaient une relation amicale, notamment pour bloquer Red Bull qui n'avait pas un moteur assez bon, Christian Horner a abondé en partie dans son sens.

"C'est une pensée typique de Bernie, je dirais, dans le sens où il a mené à cela. Il est clair qu'il y a une relation étroite entre Ferrari et Mercedes, dans la manière dont ils opèrent dans les réunions, l'un ne lève jamais la main sans que l'autre ne soit d'accord."

"Il y a cette dynamique qui n'est pas nouvelle en F1 et ce ne sera pas la dernière fois que ça arrive. A savoir si l'un a aidé l'autre, cela ne nous regarde pas. Je n'ai aucune idée, je serais surpris que ce soit le cas mais l'on voit que Mercedes et Ferrari ont des pensées alignées."
source: Nextgen-Auto.com

Quatre pilotes sont candidats au remplacement de Massa
La liste des candidats au baquet Williams s'allonge à mesure que l'espoir d'atterrir dans une autre équipe s'amenuise pour les pilotes. Felipe Massa est candidat à sa propre succession mais n'est pas le mieux placé.

Face à lui, on trouve Robert Kubica et Paul Di Resta, qui ont fait des essais pour l'équipe anglaise récemment, Pascal Wehrlein qui a le soutien du motoriste de Williams, Mercedes, et maintenant Daniil Kvyat, fraîchement évincé de la filière Red Bull.

"Toto parle à toutes les équipes qui pourraient être une option, y compris Williams" explique Wehrlein. "Ce serait un grand pas en avant pour moi."

La rumeur laissait entendre que Mercedes avait décidé de ne plus soutenir Pascal Wehrlein, ce que Wolff a tenu à démentir: "Williams est une équipe indépendante et décide pour elle-même mais si c'était moi qui choisissais, je sais que Pascal est de très loin le plus rapide de tous les candidats et serait un bon baromètre pour Lance Stroll."

Cependant, ce serait Kubica qui aurait la faveur de Paddy Lowe, même s'il est dit que Di Resta aurait été deux dixièmes plus rapide lors des derniers essais menés au volant d'une monoplace de 2014. La prochaine étape serait, pour lui, le test à Abu Dhabi, ce qui peut poser un souci pour Massa.

"Pour moi, Di Resta n'est pas le bon pilote pour l'équipe, même s'il fait du bon travail en DTM. Et je ne vois pas Kubica piloter avec une seule main toute la saison. Il aura des problèmes sur certains circuits. Maintenant... l'équipe devrait simplement me dire si elle ne veut plus de moi, je n'ai aucun problème avec cela. J'ai pris ma retraite l'année dernière et j'étais en paix avec moi-même. Mais j'aimerais avoir, comme je l'ai déjà dit, une réponse avant mon Grand Prix à domicile, au Brésil" a expliqué l'ancien vice-Champion du monde.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo content de voir Verstappen hors du marché des transferts
Tout le monde chez Red Bull, y compris Max Verstappen, souhaite voir Daniel Ricciardo prolonger à son tour son contrat jusqu'à la fin de la saison 2020.

Mais l'Australien admet que la situation a maintenant tourné en sa faveur: la pépite hollandaise n'est plus à portée de mains de Ferrari ou Mercedes pour trois saisons de plus. Ce qui pourrait lui permettre de changer d'équipe plus facilement, s'il le souhaitait.

"Max n'est plus sur le marché des transferts maintenant, ce qui n'est certainement pas un désavantage pour moi", lance Ricciardo, avec un petit sourire, à Mexico.

"Je n'ai donc pas besoin d'actionner le bouton 'prolongation de contrat' maintenant. Comme je l'ai dit, je peux attendre le début de la prochaine saison pour voir où en est la compétitivité de mon équipe et celle des autres."

"Je me rappelle ce qui s'est passé quand Lewis a quitté McLaren et que tout le monde a dit que c'était une erreur. Il a eu raison au final, c'était même la meilleure décision d'un pilote de ces 10 dernières années! Alors parfois, il faut penser avec un ou deux coups d'avance. La situation me le permet."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat serait un bon choix pour Williams
Daniil Kvyat a donc été éjecté avec effet immédiat de la filière Red Bull mais le Russe peut avoir une chance de continuer en Formule 1, chez Williams.

Ce serait même un "bon candidat" selon son ancien patron, Christian Horner.

Kvyat a été vu en discussions avec Paddy Lowe, directeur technique et actionnaire de Williams.

"Malheureusement, du côté de Red Bull, nous avons dû arrêter les frais avec Kvyat. Mais je pense, j'espère qu'il en a fait assez pour convaincre d'autres patrons d'équipe pour se trouver un baquet ailleurs", dit Horner.

"Il y a évidemment un bon baquet chez Williams qui reste à attribuer et je crois qu'il serait un bon candidat pour eux."

Red Bull n'a-t-elle pas l'impression d'avoir gâché le talent de Kvyat en le plaçant trop tôt chez Red Bull Racing?

"C'est toujours une question difficile mais un pilote doit savoir saisir une opportunité quand on la lui donne. Sebastian venait de partir chez Ferrari, un baquet est devenu libre et Daniil a été celui des deux qui a été choisi. En 2015 j'ai pensé qu'il faisait du bon boulot. Mais 2016 a été une année difficile pour lui. Malheureusement ça a été la fin pour lui chez nous, mais nous ne l'avons pas laissé tomber en lui donnant une 2ème chance chez Toro Rosso."
source: Nextgen-Auto.com

Tost - Gasly et Hartley favoris pour 2018, Kvyat éjecté de la filière
La langue de bois concernant Daniil Kvyat est désormais bien terminée.

Franz Tost a confirmé au Mexique ce que disait déjà Helmut Marko en début de semaine: nous ne reverrons plus jamais Kvyat au volant d'une Toro Rosso ou d'une Red Bull.

"Daniil n'est plus lié à Red Bull. Il est donc libre de faire ce qu'il veut", confirme Tost.

"Avec effet immédiat il ne fait plus partie de Red Bull et Toro Rosso."

Cela laisse donc Pierre Gasly et Brendon Hartley favoris pour les volants de 2018?

"Oui, parce qu'ils sont tous les deux des pilotes Red Bull, très talentueux et rapides. Nous voulons encore les tester jusqu'à la fin de la saison mais il y a une très grande possibilité que cela soit notre duo chez Toro Rosso en 2018."

Helmut Marko en a également remis une couche à Mexico: "Kvyat ne faisait qu'une bonne course par an. Dommage, ce n'est pas assez. Nous avons cassé notre contrat avec lui."
source: Nextgen-Auto.com

Un vendredi assez classique chez Renault F1
Nico Hülkenberg a signé hier le meilleur temps pour Renault F1 en réalisant le neuvième tour le plus rapide durant la première journée du Grand Prix du Mexique.

Son équipier Carlos Sainz s'est classé onzième grâce à son tour en 1'19"060 sur le Circuit Hermanos Rodríguez.

"C'était un vendredi assez classique dans l'ensemble. Nous avons perdu un peu de roulage, mais nous allons gérer cela. La voiture semble compétitive au niveau de l'équilibre, mais nous pouvons encore progresser. Je pense que nous pouvons encore améliorer l'ensemble samedi matin, mais ce sont de bons débuts", commente Nico Hülkenberg.

"Nous avons bien commencé en étant plutôt à l'aise avec la voiture en EL1. Néanmoins, nous avions un peu de mal à trouver le bon équilibre en EL2", ajoute Carlos Sainz.

"Nous chercherons d'arrache-pied les solutions pour retrouver un certain confort d'ici les EL3. Je suis convaincu que nous pouvons réussir un beau samedi au Mexique afin d'aider l'équipe à avoir plusieurs options pour la suite."

"Le matin, nous avons pu accomplir pratiquement tout notre programme et nous sommes assez satisfaits des résultats", conclut Bob Bell, directeur de la technologie.

"Les essais menés nous ont apporté des réponses claires tout en nous offrant une bonne idée de notre niveau. Notre programme en EL2 était assez classique, mais les pilotes étaient moins à l'aise avec l'équilibre de la voiture. Nous avons donc encore un peu de travail. Nous avons dû arrêter la monoplace de Nico plus tôt que nous l'aurions souhaité en raison d'un problème de refroidissement. Cet aspect est un défi pour tous à Mexico. Nous nous adapterons pour la suite. Nous avons recueilli assez d'informations pour définir nos plans de course."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso est content... malgré tout!
Fernando Alonso a été surpris par sa compétitivité aujourd'hui, mais il sait que la suite du week-end sera bien plus difficile pour lui. Il a en effet l'assurance de partir du fond de la grille de départ...

"Cette journée a été très productive", raconte Fernando Alonso. "Nous avons été assez surpris d'être aussi rapides ici. Je suis à sept dixièmes de la pole et à deux de Bottas. Je suis donc content d'être dans le Top 10, mais aussi parce que nous avons eu le temps aujourd'hui de tester divers éléments pour l'année prochaine. Ces nouvelles pièces sont probablement les meilleures de l'année."

Malheureusement pour McLaren la fête va être gâchée dimanche. "Stoffel et moi allons prendre le départ du fond de la grille à cause de nos pénalités pour changement de moteur et la course va donc être très compliquée pour nous. Nous allons sacrifier cette course pour que celle du Brésil ou d'Abu Dhabi soient meilleures. Avec l'équipe, nous allons réfléchir à ce que nous devrons faire demain en qualification, car étant donné nos positions sur la grille de départ, cela ne servira à rien d'user nos pneus. Nous allons donc probablement seulement participer à la Q1", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Les Force India dans le Top 10 aujourd'hui
Les Force India de Sergio Pérez et Esteban Ocon étaient dans le top dix cet après-midi sur le circuit de Mexico. C'est donc une journée satisfaisante pour eux.

"Je suis content de cette journée", se félicite Sergio Pérez, le régional de l'étape. "Nous sommes compétitifs depuis ce matin et nous avons bien fait progresser la voiture tout au long de la journée. Ce n'est pas facile de bien équilibrer la voiture ici, car on glisse beaucoup à cause du manque d'appuis aérodynamiques. C'est très délicat. Il était important de beaucoup rouler aujourd'hui. Ce soir, nous aurons beaucoup à faire pour bien comprendre le comportement des pneus, celui de la voiture et ce qu'il faudra encore faire pour progresser."

Esteban aurait été plus heureux encore s'il n'avait pas dû regarder la séance de ce matin depuis le banc de touche, Alfonso Celis étant au volant de sa VJM10.

"Ce n'est jamais l'idéal de manquer une séance, car on s'améliore toujours de tour en tour. C'est pour cette raison que je devais tourner le plus possible cet après-midi. Je dois aussi remercier l'équipe, car ce n'est pas facile de réparer une voiture en deux heures, mais ils ont réussi à le faire. Il reste encore du travail pour améliorer l'équilibre de la voiture, car mes sensations ne sont pas encore très bonnes, mais nous aurons le temps de travailler là-dessus avant la qualification", commente le pilote français.
source: Nextgen-Auto.com

Journée studieuse chez Williams au Mexique
C'est une bonne journée de travail au Mexique pour Felipe Massa et Lance Stroll, qui avaient un programme d'essais chargé lors des Libres 1 et 2 ce vendredi.

Le Brésilien s'est classé 12ème de la deuxième séance. Il est un peu déçu par son chrono.

"Austin était peut-être un peu meilleur le vendredi en termes de temps au tour. Je n'ai pas fait le tour parfait lors de ma première tentative sur le pneu tendre, qui est vraiment dur selon moi sur ce circuit", commente Massa.

"Je n'étais pas à 100% prêt pour le test en ultra-tendre mais le long relais n'était pas mauvais, donc je pense que nous sommes dans le bon paquet. Nous devons juste essayer de marquer des points. Nous savons que Renault, notre rival direct, est compétitif. Avec l'altitude ici, même si vous avez le maximum d'appui, vous en avez toujours beaucoup moins qu'à Monza, donc c'est facile de faire des erreurs. Je n'en ai pas fait, alors j'espère pouvoir continuer ainsi tout le week-end. Demain, j'espère que nous pourrons avoir une bonne qualification pour pouvoir préparer une bonne course."

Lance Stroll découvrait lui le tracé de Mexico. Il a signé le 14ème temps.

"Ca a été une journée décente pour moi et je peux dire que j'aime la piste. C'est la première fois que je viens au Mexique, alors je dois apprendre le tracé. C'est vraiment difficile en raison de la haute altitude et la voiture est très nerveuse, mais c'est la même chose pour tout le monde. J'ai poussé pour essayer de comprendre les limites de la voiture dans ces conditions. Il n'est pas facile de faire fonctionner le pneu sur un tour. Je n'ai aucune attente pour la qualification pour le moment et nous ferons ce que nous devons faire pour que tout se passe bien."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean à l'arrêt, Magnussen malade?
Chez Haas, cela ne va pas très fort ce soir. Romain Grosjean a très peu tourné aujourd'hui et il ne sait vraiment pas à quoi s'attendre demain en qualification et dimanche en course. Quant à Kevin Magnussen, il a eu plus de chance en piste, mais c'est son état de santé qui pourrait lui couper les jambes...

"A un certain moment, j'ai eu du mal avec le train arrière", explique Romain Grosjean. "Au début, je ne savais pas ce qui se passait, je ne savais pas s'il s'agissait d'un problème d'aérodynamique ou si c'est la voiture qui était mal équilibrée. Ensuite, j'ai fait un tête-à-queue et je ne m'y attendais pas du tout. Et puis j'ai vu que mon pneu partait en lambeaux. Je ne sais pas ce qui est arrivé avant, la sortie de piste ou la crevaison? Mais je dois dire que ce tour a été très étrange."

"Il est clair que lorsqu'on a un vendredi comme ça, c'est comme si on se tirait une balle dans le pied. Nous allons essayer de faire de notre mieux demain. Je pense que nous avons deux trains de pneus ultra tendres que nous pourrons utiliser demain matin pour préparer la qualification et ensuite il faudra deviner ce dont nous aurons besoin pour la course", ajoute le Français.

Kevin Magnussen semble un peu plus satisfait que son équipier. "Le côté positif de cette journée, c'est que nous avons bouclé le programme prévu. Il nous reste bien sûr beaucoup à faire pour être plus rapides, mais nous allons nous pencher là-dessus ce soir."

Ce qui est plus inquiétant pour Kevin Magnussen, c'est que son équipe l'a fait porter pâle pour le briefing des pilotes sans plus de précisions. La FIA a accepté l'excuse, mais il devra se soumettre à un contrôle médical avant la troisième séance d'essais libres de demain matin.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.