En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 22 Octobre 2017

Allison - C'est un immense honneur d'être chez Mercedes
Pour sa première saison complète en tant que directeur technique de Mercedes, James Allison s'est inscrit dans les pas de ses prédécesseurs à Brackley, en glanant un autre titre des constructeurs pour l'écurie.

"C'est un immense privilège. Je me sens très très reconnaissant pour avoir pu rejoindre une si grande équipe, pour y jouer ce rôle. Quelle équipe! Gagner quatre titres d'affilée comme ça, et le faire malgré un changement massif de réglementation, ça n'avait jamais été fait. Je suis très chanceux d'être ici, et même encore plus chanceux puisque j'ai eu l'honneur d'être sur le podium aujourd'hui."

"Cette saison fut un combat incroyablement serré. L'écart entre les voitures se compte en fractions de seconde, et c'est pourquoi il y a eu des retournements de situation dans la lutte au championnat."

"Mais cette saison, la force de cette équipe, dans chaque domaine, a fait la différence, pour remporter ce championnat qui fut l'un des plus spectaculaires que nous avons connus depuis longtemps."

De son côté, Niki Lauda veut oublier le seul point noir de la prestation de Mercedes aujourd'hui: la prestation de Valtteri Bottas.

"Merci à tout le monde à Brackley et Brixworth. Nous l'avons fait, ensemble. C'est un résultat incroyable et je suis vraiment heureux."

"Ce n'était pas évident de choisir entre une stratégie à un ou deux arrêts. Lewis a tout eu sous contrôle, peut-être que Bottas aurait pu avoir une autre stratégie, mais peu importe. Pour nous, c'est un résultat fantastique."
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull n'apprécie pas la pénalité de Verstappen
Verstappen a dépassé Kimi Räikkönen en vue de l'arrivée pour lui prendre la troisième place, mais pour y arriver, le Néerlandais est sorti des limites de la piste.

Cela se serait passé dans le troisième tour, peut-être que les commissaires auraient fermé les yeux, mais à deux ou trois virages de l'arrivée de la course et avec une place sur le podium qui était en jeu, il ne leur a fallu que trois minutes pour infliger 5 secondes de pénalité au pilote Red Bull, ce qui lui coûte sa place sur le podium.

"Des voitures sont sorties des limites de la piste durant toute la course et les commissaires n'ont rien dit. Ils ont donc pris une décision incroyablement sévère contre Max", déclare Christian Horner, le patron de l'équipe Red Bull.

"Pour moi, c'était une bataille correcte et je pense donc que les commissaires ont pris une mauvaise décision."

Jos Verstappen est lui aussi très contrarié par cette sanction qui a touché son fiston.

"Ce ne sont que des conneries! Je suis désolé de vous le dire comme ça, mais c'est vraiment lamentable. La FIA devrait avoir honte."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen très mécontent de perdre le podium
Max Verstappen a pris le podium à Kimi Räikkönen lors du dernier tour de la course à Austin aujourd'hui, mais le Hollandais a nettement coupé un virage ce qui n'a pas plu à la FIA.

Cette dernière a réagi promptement en imposant 5 secondes de pénalité au Hollandais, afin que le public puisse voir le "vrai" podium.

Mais Verstappen est évidemment très mécontent.

"Nous avons fait une course superbe mais c'est encore une décision stupide qui tue le sport", lance-t-il.

Il s'est préparé à monter sur le podium avant de voir Kimi Räikkönen arriver dans la "cool room".

"A ce moment-là, j'ai compris. J'espère maintenant que les fans, eux, n'ont pas compris cette décision. Et que, l'année prochaine, ils ne viennent pas voir la course!"

Ce sont des mots très, très durs!

"Oui... mais tout le monde a abusé des limites de la piste ce week-end, moi aussi, partout. Au virage 9 et dans ce virage, vous pouvez aller au large et personne ne dit rien. C'était la même chose avec Bottas."

"J'ai choisi de porter une attaque sur Bottas, il a continué à l'extérieur et j'ai dû le passer après. Et la FIA n'a rien dit alors qu'il avait pris un avantage net."

"En bref, ce n'est pas bon pour le sport. La FIA doit vraiment être plus claire avec les règles."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff est fier du travail accompli depuis 2010 chez Mercedes
Mercedes ne peut plus être rejoint par Ferrari tout en haut du classement des constructeurs. L'écurie allemande a donc réussi l'exploit de conserver sa couronne malgré un changement profond de réglementation.

"Je suis heureux, notre équipe à Brackley et Brixworth a fait un travail fantastique, 24 heures sur 24 heures et 7 jours sur 7... C'est tant de sacrifice. Je suis si heureux", réagissait à chaud un Toto Wolff évidemment aux anges après la course.

"C'est une nouvelle donne. Nous avons connu quelques bonnes années avec un avantage en termes de puissance moteur et maintenant, tout le monde s'est rapproché. Vous pouvez voir que Red Bull était vraiment là sur la fin. C'est cette nouvelle donne, il en ira de même jusqu'à la fin de la saison et probablement lors la saison prochaine aussi."

La fête aurait pu être totale, mais Lewis Hamilton aura besoin encore d'une course (ou deux) pour être sacré champion...

"Lewis est vraiment au sommet de son art pour le moment", se réjouit Toto Wolff. "Depuis la pause estivale, il n'a fait aucune erreur, il a été rapide le samedi et aujourd'hui, sa gestion des pneus était formidable."

"Mais c'est tout le groupe qui a rendu cette voiture rapide, fiable... Et Lewis a été parfait dans l'exécution."

"C'est la première fois depuis longtemps que la stratégie en course n'était pas évidente. Ferrari aurait pu gagner bien plus de terrain sur nous et nous n'avions pas de données pour savoir si les tendres pourraient durer jusqu'à la fin."

"Quand vous êtes compétitif, c'est un tout: il faut une bonne éthique de travail, les bonnes ressources, le bon état d'esprit. Vous devez vous conformer à vos valeurs, tenir votre parole, et peut-être que la Hongrie a aidé."

Toto Wolff rend dès à présent hommage à tous ceux qui participé à l'aventure Mercedes F1, et n'oublie pas celui qui lança ce projet il y a maintenant sept ans.

"Tant de personnes ont contribué à tout cela. Paddy Lowe par le passé, et Ross Brawn aussi, comme directeurs techniques. James Allison est comme mon frère jumeau totalement différent. Il est si différent. Mais nous pensons la même chose, nous avons les mêmes valeurs, et c'est fantastique de travailler avec lui."

"C'est normal de recruter les bonnes personnes dans d'autres écuries. Mais nous aimons notre travail, nous nous en tenons à nos valeurs, et nous avons des objectifs clairs, une passion pour ce que nous faisons. Tout vient ensemble et c'est ce qui rend ce moment si spécial."
source: Nextgen-Auto.com

Un abandon de plus pour Alonso
Fernando Alonso était bien parti pour marquer quelques points aujourd'hui à Austin, mais comme plus tôt cette année - sur le circuit d'Indianapolis - le moteur de l'Espagnol a rendu l'âme.

"Cela s'est passé comme à Indianapolis et donc avec le même résultat", commente Fernando Alonso. "La seule chose qui n'a pas été similaire, ce fut la présentation des pilotes qui a été une mauvaise copie des 500 miles. Pour le reste, c'était la même chose."

"C'est une course durant laquelle personne n'a rien lâché. Nous n'étions pas en septième position parce que quelqu'un nous avait fait un cadeau, nous nous sommes battus pour l'avoir. Nous avons fait une bonne qualification, nous avons pris un bon départ et ensuite nous avons bataillé dur en course. Nous étions en septième position parce que nous le méritions."

"Mais nous avons encore perdu une occasion. Lors des quatre ou cinq dernières courses, nous avons perdu entre 20 et 30 points. Ces points me manquent aujourd'hui dans le classement du Championnat des Pilotes et ils manquent aussi à l'équipe. Nous allons encore prendre le départ depuis la dernière ligne au Mexique et ce sera donc encore très difficile", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Bravo à l'équipe pour ce 4ème titre
Lewis Hamilton a gagné le Grand Prix des Etats-Unis, cela a permis, sans surprise, à son équipe Mercedes de gagner un 4ème titre constructeur consécutif.

C'est une première pour une équipe après un tel changement de règlement. Quant au titre pilotes, Hamilton s'est encore rapproché de son but mais il devra attendre le Mexique pour faire la fête pour lui-même.

"Je me sens super bien. J'adore cette piste, encore une victoire pour moi ici, je pense que c'est maintenant mon circuit favori", lance Hamilton sur le podium, après avoir remporté son 5ème GP (en 6 éditions) à Austin.

"Evidemment je félicite vivement mon équipe. Elle a travaillé si dur pour ce titre. Ici et à l'usine. Tous les hommes et les femmes chez nous ont fait de Mercedes la meilleure équipe cette année encore. Il y a de quoi rester humble devant une telle performance."

Hamilton n'est pas déçu d'attendre pour son titre.

"Cette année a été incroyable. Je ne m'attendais pas à avoir le rythme de Seb en course, après avoir perdu ma 1ère place au départ. Mais la voiture a été fantastique. Il me reste trois courses, trois courses à gagner, trois courses pour le titre. On va le faire!"

Hamilton n'a plus qu'à finir au moins une fois 5ème lors des trois dernières courses pour être titré.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Ce n'est pas le résultat que nous espérions
En terminant 2ème du Grand Prix des Etats-Unis, derrière Lewis Hamilton, Sebastian Vettel a maintenu encore (un peu) le suspense pour le titre pilotes.

Mais avec 66 points de retard pour 75 points encore à prendre, le Britannique sera en position de force au Mexique la semaine prochaine.

L'Allemand est d'autant plus déçu qu'il a pris le meilleur départ et aurait pu s'imposer. Mais...

"Au départ, mes chances de gagner ont semblé bonne. J'ai pu passer Lewis mais j'ai rapidement réalisé qu'il était très vite derrière moi et que je ne pourrais pas soutenir son rythme pour m'échapper. Il m'a dépassé donc bravo à lui", commente Vettel.

"Ensuite, j'étais un peu tout seul. Mais, globalement, ce n'est pas le résultat que nous espérions aujourd'hui."

"Ce n'était pas un secret que Mercedes était plus rapide que nous ici. Nous devons l'admettre: aujourd'hui nous n'avions pas leur rythme."

Vettel concède presque la défaite pour le titre.

"Ca va être encore plus difficile maintenant..."
source: Nextgen-Auto.com

GP des Etats-Unis - Course
Décidément imbattable, Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté sans l'ombre d'une contestation le Grand Prix des Etats-Unis disputé sur le circuit d'Austin (Texas). Le pilote anglais devance, comme sur la grille de départ, Sebastian Vettel (Ferrari).

L'Allemand n'aura véritablement inquiété la Mercedes que lors du départ. Auteur d'un envol idéal, Sebastian Vettel dépassait Lewis Hamilton à l'amorce du premier freinage. Mais, sitôt le DRS disponible, ce dernier reprenait l'ascendant. Grâce à ce nouveau succès, le triple Champion du monde britannique porte son avance comptable à 66 points à trois manches de la fin de saison. Plus important pour son employeur, Mercedes devient Champion du monde des Constructeurs pour la quatrième fois consécutive.

La lutte pour la plus petite marche du podium aura été plus indécise. Initialement propriété de Valtteri Bottas (Mercedes), son manque de mordant lors des dernières boucles a eu raison d'un bon résultat. Le Finlandais s'est fait déposer par Sebastian Vettel, puis par Max Verstappen (Red Bull). Le Hollandais a, in fine, démontré qu'il possédait toujours son grain de folie si singulier, en dépassant Kimi Räikkönen les quatre roues hors de la piste dans le dernier secteur de l'ultime tour. Les commissaires n'ont guère apprécié cette manœuvre, et l'ont sorti du podium avec cinq secondes de pénalité.

Le Français Esteban Ocon (Force India) a une nouvelle fois délivré une course solide. Parti 7ème, il a résisté à la pression exercée par son équipier Sergio Pérez (8ème) et Carlos Sainz (Renault 7ème) pour terminer aux portes du Top 5. Le pilote espagnol a d'ailleurs réalisé un flamboyant dépassement sur Sergio Pérez à l'extérieur d'une longue courbe rapide.

Le second tricolore engagé, Romain Grosjean (Haas), termine 14ème. Quatre pilotes n'ont pas vu l'arrivée, tous pour des raisons mécaniques: Nico Hülkenberg (Renault), Pascal Wehrlein (Sauber), Daniel Ricciardo (Red Bull) et Fernando Alonso (McLaren). (voir les résultats et le résumé)
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne exclut de faire tomber des têtes chez Ferrari
Ferrari n'a pas voulu commenter les rumeurs concernant Maurizio Arrivabene et c'est finalement Sergio Marchionne, le président de Ferrari, qui y a mis un terme à Austin.

Lors de son arrivée dans le paddock, il lui a été tout de suite demandé s'il y avait de la vérité derrière les rumeurs qui annoncent un remplacement du directeur de la Scuderia par Mattia Binotto, son actuel directeur technique.

La réponse est claire: "Non. Nous avons besoin de gagner mais je ne pense pas que nous devions revoir toute l'équipe."

"Mattia et Maurizio sont tous les deux impliqués dans le processus d'amélioration continue de l'équipe. Choisir l'un pour le mettre à la place de l'autre serait un peu idiot. Ils étaient tous les deux aux opérations quand nous avons eu nos problèmes en Asie. Et moi, aussi, techniquement, je suis le président de Ferrari. Faire des remplacements de personnes ne va pas résoudre les problèmes."

"Encore une fois, nous avons besoin de gagner, c'est la chose la plus importante. Et ce n'est pas la responsabilité d'un seul homme. Les procédures n'étaient peut-être pas les bonnes et ne nous ont pas aidé mais cela a été réglé", ajoute Marchionne.

Pour y parvenir, il a placé son ancienne responsable du contrôle qualité de Fiat, Maria Mendoza, au sein de la Scuderia.

"Elle permettra de mieux gérer les procédures. Il y a eu beaucoup de problèmes mais aussi de malchance lors des trois courses en Asie. A part les problèmes techniques, qui étaient vraiment dus à des problèmes de qualité de pièces, cette malchance ne devrait pas se répéter si souvent!"

"Je pense que nous nous en sortirons, nous n'avons pas besoin d'une révolution de palais ou de changements. Cette équipe-là sait gagner, elle l'a prouvé, maintenant il faut qu'elle puisse dérouler son savoir-faire."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier ne veut pas créer de fausses attentes pour 2018
Eric Boullier, le directeur de McLaren, est très content d'avoir pu retenir Fernando Alonso au sein de l'équipe de Woking.

Avec un moteur Renault à bord de la voiture 2018, la compétitivité devrait être bien meilleure mais le Français ne veut rien promettre de concret en public.

"Nous venons de prolonger avec Fernando et j'ai donc maintenant l'ensemble que je souhaitais. L'équipe a été protégée malgré les frustrations de ces dernières années. La bonne surprise pour moi sera de voir que nous serons là où je crois que nous devons être. Mais je ne veux pas créer de fausses attentes. Nous verrons où nous serons, de retour vers l'avant en tout cas", commente le Français.

N'est-il pas frustré de ne pas avoir obtenu le moteur Mercedes finalement?

"Le passé est le passé et je ne veux plus faire de commentaires là-dessus. Nous avons fait des choix pour l'avenir avec Renault et nous y croyons. Nous sommes satisfaits."

Comme l'a dit Boullier, l'équipe McLaren est restée soudée malgré les difficultés.

"Cela fait partie de mon défi que de manager le moral de l'équipe. Ma plus grande inquiétude, quand les choses ne vont pas, c'est de garder tout le monde uni et motivé. Il faut créer une équipe compétitive, c'est la clé du succès. Les gens doivent croire en votre projet. Si vous perdez 10 hommes clé en trois mois, ce qui peut arriver, alors vous n'êtes plus compétitif."

Pour lui, le management de McLaren a parfaitement géré ces 3 années difficiles avec Honda.

"Il y a eu de très bonnes décisions qui ont été prises pour traverser cela. J'ai été embauché il y a 4 ans pour la performance sur la piste et d'autres personnes sont arrivées comme Zak Brown, pour signer des succès du côté du business."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne partira du fond de la grille
Stoffel Vandoorne ne s'élancera pas de la 14ème place (pénalité de 5 places) mais bien du fond de la grille.

La fiabilité chez Honda est toujours aussi catastrophique et le MGU-H est encore en cause, après qu'un nouveau problème ait été détecté à quelques heures du départ.

Plusieurs éléments moteurs vont donc être remplacés, quitte à faire partir le Belge dernier. C'est donc 25 places de pénalité en plus pour Vandoorne, qui va utiliser un 9ème moteur thermique, un 11ème MGU-H, un 11ème turbo et un 8ème MGU-K.

Pour une saison qui doit normalement se dérouler avec 4 moteurs (sans pénalité), cela commence à faire beaucoup!
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - Etre dans une écurie d'usine, un 'rêve' pour tout pilote
C'est désormais sous des couleurs françaises, et ce pour une saison encore au moins, que Carlos Sainz évoluera en F1. Le nouveau pilote Renault a effectué de très bons débuts en qualifications hier, en signant le 8ème temps en Q3.

Mais à plus long terme, quelles sont ses espérances?

"J'en ai de grandes! D'abord, parce que j'ai été à Enstone et que j'ai vu les infrastructures; j'ai vu l'énorme investissement qui est en cours là-bas. Tout est moderne et nouveau. On construit beaucoup de nouveaux bâtiments pour donner plus de place à la partie développement. Le voir, c'était vraiment impressionnant, vraiment encourageant."

"Est-ce que j'ai des craintes? Pas vraiment beaucoup. Les prochaines courses ne seront pas faciles pour nous puisque je dois me faire à une voiture totalement nouvelle, sur des circuits où nous ne roulons pas beaucoup. Si ces courses se tenaient à Barcelone, à Silverstone, en Hongrie ou même à Bahreïn, ce serait beaucoup plus facile. Mais c'est ainsi."

Pour la première fois de sa carrière en F1, Carlos Sainz va rouler pour une écurie d'usine. Il confirme qu'il s'agit là d'un grand pas en avant et d'un facteur décisif pour expliquer sa signature chez Renault.

"C'est une des premières raisons pour lesquelles je trouve que ce transfert est formidable. Il n'y a pas beaucoup d'équipes en F1 qui soient aussi des motoristes. Renault a une histoire formidable en F1 et Renault sera toujours en F1, comme motoriste ou constructeur. Faire partie de cette organisation mondiale, c'est le rêve de chaque pilote. Demandez à tous les pilotes sur la grille, ils vous diront qu'ils adoreraient faire partie d'une équipe d'usine. Pour moi, l'être à 23 ans, c'est fantastique."

Cependant Red Bull n'a fait que prêter Carlos Sainz à Renault. Qu'est-ce que cela signifie?

"Cela signifie que Red Bull a une option pour me faire revenir dans le futur, mais je n'y pense pas encore", confie Carlos Sainz. "Je suis pleinement engagé avec Renault désormais. Et je ne pense pas que ce pourrait être une aventure d'une ou deux années. Je travaillerai avec Renault comme si j'étais là pour un projet à long terme."

Les destins de Carlos Sainz et de Daniil Kvyat connaissent des évolutions contrastées ces dernières saisons. Alors que le Russe avait été promu chez Red Bull, son avenir en F1 est désormais entre parenthèses. Avec le recul, l'Espagnol remercie finalement Helmut Marko pour avoir bien géré sa progression.

"Je suis vraiment reconnaissant envers Helmut Marko pour avoir choisi Daniil pour aller chez Red Bull à la place de Vettel. Parce que j'étais du coup plus en colère, et j'avais plus faim de résultats. Je voulais être un pilote de F1 et je voulais réussir. Cela a changé ma mentalité, mon mode de vie, ma vision de la course, et je suis ainsi devenu le pilote que je suis aujourd'hui. Je serai toujours reconnaissant pour ce moment. Et oui, je l'ai dit à Helmut, il le sait!"
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari ne commente pas les rumeurs sur Arrivabene
Maurizio Arrivabene sera-t-il vraiment remplacé par Mattia Binotto? Les spéculations continuent à aller bon train dans le paddock d'Austin.

Ferrari a refusé de faire le moindre commentaire sur le sujet, alors que plusieurs sources en Allemagne et en Italie semblent indiquer que c'est le choix qui sera annoncé par Sergio Marchionne à la fin de cette saison.

Cependant le président de Ferrari n'aurait pas encore tranché définitivement, malgré la perte des deux titres mondiaux, selon d'autres sources.

L'une des sources citées dans cette affaire est la chaine 'Sky Allemagne', mais le commentateur Sascha Roos dément avoir eu un discours catégorique quant au remplacement d'Arrivabene par Binotto.

"Nous avons juste évoqué le fait que c'était une possibilité. Mais ce n'est pas fait. Nous n'avons pas dit que c'est ce qui allait arriver", indique-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - Je me fiche de ce que les autres pensent de mon pilotage
Kimi Räikkönen n'a toujours pas gagné un Grand Prix cette saison et il pointe à quelques années-lumière de son coéquipier au classement des pilotes (148 points contre 247). Certes, le Finlandais a été malchanceux cette année, mais les critiques peuvent aussi se diriger sur son pilotage et sa vitesse de pointe.

"Je n'ai pas trop mal piloté cette année selon moi", rétorque le Champion du monde 2007. "Ce que les autres pensent, je m'en fiche. Je sais ce que je peux faire. Certains jours sont plus faciles que d'autres pour beaucoup de raisons."

"Si vous regardez simplement les points, je suis loin de là où je voudrais être", admet-il. "Mais c'est le résultat de beaucoup de facteurs. C'est loin d'être une année idéale mais c'est ainsi. Nous essayons de bien la finir et ensuite nous allons tourner la page, repartir de zéro."

"Comme équipe, nous voulons toujours nous améliorer, chaque jour. Peu importe votre équipe - il n'y a pas une équipe qui ne veuille s'améliorer. Même si vous faites un doublé, vous pouvez toujours vous améliorer. C'est une histoire sans fin, dans tous les sports et en F1 en particulier."

Kimi Räikkönen assure dans tous les cas que Maranello est conscient de ses efforts. Il se dit grandement soutenu par toute l'équipe Ferrari.

"Je suis très heureux de travailler avec cette équipe."
source: Nextgen-Auto.com

Massa a calé en Q2, Stroll n'a pas franchi la Q1
Si Williams tient encore la cinquième place du classement des constructeurs, c'est évident que ce n'est en rien grâce à ses performances actuelles. A Austin, Felipe Massa n'a pas réussi à franchir la Q2 mais partira dixième en course en ayant la chance de monter des gommes neuves.

"Mon tour était propre, il y avait peu de différences entre les trois équipes en qualifications mais malheureusement, nous étions la voiture la plus lente", exprime-t-il en référence à McLaren et Renault, qui ont été plus rapides.

"Nous avons besoin d'analyser tout cela, mon tour était propre et sans erreur mais malheureusement, je n'ai pas atteint la Q3. J'étais satisfait et confiant au volant mais j'espérais progresser plus."

La situation a été nettement pire pour Lance Stroll qui a été éliminé dès la Q1. Manquant de rythme, le Canadien a failli avoir un gros accident avec Romain Grosjean. Cela lui coûte trois places et tout le bénéfice des pénalités infligées aux autres pilotes puisqu'il partira seizième.

"C'était une mauvaise journée", déclarait-il après la séance qualificative. "Il y a eu un problème au niveau du moteur qui ne déployait pas l'énergie correctement. Cela m'a coûté huit dixièmes de secondes sur la longue ligne droite du retour et donc un vrai chrono. C'est une de ces choses qui ne sont pas des erreurs humaines, simplement une situation malchanceuse."

"Avec ces moteurs compliqués, ça peut arriver car l'énergie s'est mise en mode d'économie et pas en mode de qualification. Je suis très déçu mais nous allons voir ce qui peut être fait en course car la voiture vaut mieux que ça. C'est une autre course, nous démarrons loin mais nous allons remonter."
source: Nextgen-Auto.com

Les Sauber profitent des pénalités infligées à plusieurs pilotes
Comme à l'accoutumée, l'équipe Sauber a vécu un samedi difficile et les deux monoplaces ont signé des temps peu convaincants en qualifications, devançant toutefois la Haas de Magnussen.

Au jeu des nombreuses pénalités, Marcus Ericsson partira cependant treizième tout à l'heure en course et se satisfait de ses qualifications.

"C'était un samedi positif, j'ai fait des progrès durant les troisièmes essais en réussissant à mettre les pneus dans la bonne fenêtre de fonctionnement", expliquait le Suédois hier après les qualifications.

"Cela nous a aidé à tirer le maximum de la voiture. J'ai aussi réussi à faire un bon tour à la fin de Q1. C'est un résultat satisfaisant s'il est comparé avec les derniers Grands Prix. Nous allons disputer la course avec un bon ressenti."

Pascal Wehrlein s'élancera juste derrière son équipier en course mais ne s'avoue pas satisfait.

"Les choses semblaient bonnes en essais libres mais je n'ai pas trouvé le bon équilibre lors de la troisième séance. Au début des qualifications, cela allait bien mais dans mon dernier tour de Q1, je suis sorti de la piste. Je vais regarder les données afin de faire des progrès en course."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso n'est pas surpris par la vitesse d'adaptation de Sainz
Fernando Alonso n'est "pas vraiment surpris" par le niveau de compétitivité immédiatement affiché par Carlos Sainz dans la Renault.

L'Espagnol a signé le 8ème temps en Q3 hier à Austin, et partira même 7ème (juste devant Fernando Alonso) en raison de la pénalité infligée à Max Verstappen.

"Nous savions que Carlos serait rapide", poursuit Alonso. "L'an prochain, ce sera plus difficile pour lui parce que McLaren sera devant, mais il devrait profiter de ce moment!", sourit le Taureau des Asturies.

L'an prochain, les deux hommes auront le même moteur - un V6 Renault, puisque Fernando Alonso a récemment prolongé à Woking.

La rumeur dit que le nouveau contrat de Fernando Alonso lui permet de courir dans des séries autres que la F1. Ce que le principal intéressé confirme.

"Peut-être que la prochaine course que je ferai aux Etats-Unis sera les 24 Heures de Daytona. Les 500 Miles d'Indianapolis furent l'une des meilleures courses de ma vie donc j'aimerais faire plus de courses en Amérique, et une de ces courses pourrait être en janvier. Ce serait sympathique."

Zak Brown possède United Autosports, une écurie participant aux 24 Heures de Daytona. Le hasard fait bien les choses!
source: Nextgen-Auto.com

Vettel toujours désolé d'avoir 'laissé tomber' Ferrari à Bakou
Sebastian Vettel a connu beaucoup de hauts mais aussi quelques points bas cette saison. Un premier tournant négatif de la saison fut pour lui le Grand Prix de Bakou, où il est allé tamponner Lewis Hamilton derrière la voiture de sécurité. Il a perdu alors de nombreux points... et la confiance de son équipe pour avoir causé un incident inutile? L'Allemand regrette toujours son geste quoi qu'il en soit.

"C'est moi qui suis dans la voiture au bout du compte. Peu importe ce que j'ai décidé: cela a eu un impact sur le résultat et c'est pourquoi j'ai senti qu'une partie de moi avait laissé tomber l'équipe. Comme je l'ai dit de nombreuses fois, je n'ai jamais eu l'intention de blesser quiconque, de mettre quiconque en danger, mais les commissaires l'ont décidé [Vettel a été pénalisé pour conduite dangereuse]. C'était potentiellement dangereux."

Ferrari est-elle trop douce avec Sebastian Vettel? Red Bull n'était-elle pas meilleure pour canaliser l'émotivité du quadruple Champion du monde?

"Je ne suis pas d'accord. Je pense que la liberté que j'ai ici est la même que chez Red Bull. Nous avons beaucoup plus de marge ici. Maurizio Arrivabene dirige l'équipe, il est un leader fort, et il fait du très bon travail. Et croyez-moi, nous avons eu des discussions très sérieuses quand j'ai compris ma faute et quand je me suis excusé pour ce que j'avais fait."

Chacun a ses défauts, Sebastian Vettel comme Lewis Hamilton. Quelles seraient d'ailleurs les failles de l'Anglais selon le pilote Ferrari?

"Il est extrêmement rapide. Il est l'un des meilleurs pilotes sur la grille et ce pour beaucoup, beaucoup de raisons. Mais il a aussi quelques faiblesses que l'on a déjà utilisées à notre avantage cette année, et j'espère que nous continuerons à le faire. Je ne vous révèlerai pas lesquelles..."

Cette saison, c'est plutôt Mercedes qui sera pourtant Championne du monde une nouvelle fois, sauf énorme surprise. Que manque-t-il à Ferrari selon Vettel? Cette équipe Ferrari actuelle est-elle vraiment taillée pour être championne?

"Absolument, je le crois. Dans l'ensemble, nous sommes sur le bon chemin. Il faut continuer et cela dépend de nous. La tension est là. Je ne peux pas parler pour tout le monde. Mais je peux parler aux gars, et leur montrer l'exemple. Mais il faut évidemment que tout le monde soit davantage concentré sur la direction qu'il nous faut prendre."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Faire sauter le fusible Rosberg a été une bonne chose
Une chose a changé cette année pour Lewis Hamilton: il n'a pas eu à se battre en interne, face à son équipier, pour le titre mondial.

Même si Valtteri Bottas a eu ses chances et a été traité à égalité, la véritable opposition est venue de Ferrari et Sebastian Vettel.

Le Britannique admet qu'il apprécie cette nouvelle ambiance chez Mercedes... sans Nico Rosberg.

"La retraite de Nico ne m'a pas rendu les choses plus faciles directement, il faut toujours faire le même travail derrière le volant ou avec l'équipe. Mais le fait qu'il ne soit plus là a vraiment permis d'assainir l'ambiance chez Mercedes. C'est bien plus sympa pour travailler maintenant", lance Hamilton.

"Quand vous enlevez un élément négatif pour le remplacer par un positif (Bottas), c'est comme en électricité: si un fusible saute, plus rien ne marche derrière. Quand le fusible est remplacé, tout fonctionne à nouveau."

Ce manque de compétition en interne n'a-t-il pas mis Hamilton en situation de confort?

"Non, parce que je continue à me pousser à de nouvelles limites. Il pourrait revenir, je serais toujours au top niveau et il le sait."

"Avec Nico, c'était comme une relation malsaine. Elle persiste parce qu'on aime l'autre personne. Mais c'est seulement quand la relation s'arrête pour en commencer une autre qu'on réalise que ce n'était pas bon de continuer."

"Maintenant, l'équipe avance de manière positive. L'ouragan qui soufflait dans notre équipe souffle maintenant vers Ferrari."

Nico Rosberg appréciera certainement à sa juste valeur ces nouvelles déclarations cinglantes à son endroit...
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Ricciardo ne serait qu'un n°2 chez Mercedes ou Ferrari
La bataille pour conserver Daniel Ricciardo chez Red Bull a déjà commencé, alors même que l'Australien a déclaré qu'il était selon lui trop tôt pour penser à 2019.

Ricciardo a toutefois clairement flirté avec Mercedes ce week-end, en déclarant qu'il se verrait bien aller défier Lewis Hamilton dans sa propre équipe.

Christian Horner, son patron, le met déjà en garde.

"Pour nous, c'est une priorité absolue de garder nos deux pilotes. C'est fait pour Max et ils savent que, chez nous, ils ont une chance égale de se battre pour le titre. Si Daniel va chez Mercedes ou Ferrari, il ne sera qu'un numéro 2", lance-t-il, avec un peu de mauvaise foi.

En effet, Mercedes a prouvé ne pas avoir favorisé de pilote en particulier depuis 2014. Ce n'est pas vraiment le cas chez Ferrari mais Ricciardo lui-même ne se voit pas en rouge tant que Vettel sera à Maranello.

"Daniel sait que nous voulons le garder. Il dit qu'il veut attendre mais j'espère que nous n'aurons pas trop longtemps à attendre pour régler ça", poursuit Horner.

"Max et Daniel, c'est le meilleur duo de la F1 et le meilleur duo de Red Bull depuis que nous sommes en F1."

En attendant de savoir ce que fera Ricciardo en 2019, il y a une saison 2018 à faire et l'Australien va être vigilant. Il prévient déjà son patron, au cas où...

"Max a signé, moi pas encore. Je vais donc surveiller s'il n'y a pas de favoritisme l'an prochain. Mais, pour être honnête, je n'ai jamais rien ressenti de tel jusqu'à maintenant. Je ne peux pas prédire l'avenir mais si jamais cela arrive, vous serez les premiers à le savoir parce que j'exprimerai clairement ma frustration. Ce n'est pas quelque chose que je peux cacher."

"Je sais ce que Max représente pour Red Bull. Il est jeune, il a battu des records et il correspond à l'image de la marque", ajoute Ricciardo.

"Ca me va, je comprends le marketing. Mais du côté de l'équipe, des ingénieurs, il y a une égalité. Il n'y a pas de problème."

"Pour me décider, je vais clairement voir si Red Bull peut avoir une voiture capable de gagner le titre. Si c'est le cas, il est très clair que je souhaiterai rester et prolonger mon contrat moi aussi."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli prévoit deux arrêts en moyenne pour la course
Après avoir dominé les trois séances d'essais libres et battu le record de la piste dès vendredi, le pilote Mercedes Lewis Hamilton a abaissé une nouvelle fois le chrono de référence et s'est emparé de la pole position avec les pneumatiques ultra-tendres à Austin.

Contrairement à la veille, les conditions sont restées sèches et les températures douces hier, les valeurs ambiantes atteignant jusqu'à 35°C. Mercedes et Ferrari ont été les seules écuries à franchir le cap de la Q1 avec les seules gommes super-tendres et, à une exception près, tous les pilotes ont privilégié les ultra-tendres du début à la fin de la séance.

Plusieurs pilotes, vers la fin de la session, se savaient en proie à des pénalités sur la grille, et cela influença leur stratégie. Pensionnaire de l'écurie Renault, Nico Hülkenberg se qualifia par exemple dans le Top 10 de la Q1, mais fit le choix de ne pas participer à la Q2 afin de conserver des pneumatiques pour la course, se sachant sur le coup d'une importante pénalité sur la grille.

Pilote de l'écurie Red Bull, Max Verstappen se retrouve dans la même situation, et fut ainsi le seul pilote à opter pour les super-tendres en Q2, enveloppes avec lesquelles il s'élancera demain en course.

"Les pneumatiques ont fonctionné conformément à nos attentes, le roulage ayant été moins perturbé par les conditions qui ont valu vendredi. Le record de la piste a comme toujours été battu, mais les longs relais observés ce samedi promettent d'assister à une course particulièrement serrée", promet Mario Isola, le manager de Pirelli F1.

"Deux arrêts aux stands devraient être privilégiés, mais cela dépendra des températures de piste et du degré de dégradation de la gomme. Ce circuit offre cependant de belles opportunités de dépassement et les teams peuvent par conséquent imaginer différentes stratégies en fonction du déroulement de la course."

"Plusieurs pilotes étant sur le coup de pénalités, les choix tactiques nous promettent quelques surprises, comme nous avons pu l'observer en qualifications."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Un 4ème titre serait une immense fierté
Lewis Hamilton a clairement indiqué qu'il n'aborderait pas la course en pensant à son 4ème titre mondial.

Le pilote Mercedes peut toutefois y parvenir aujourd'hui mais il lui faudrait profiter d'un scénario particulièrement favorable.

Pour rappel, il serait titré si:

- Il remporte le Grand Prix des Etats-Unis et Vettel ne fait pas mieux que sixième;

- Il termine deuxième du Grand Prix des Etats-Unis, Vettel ne fait pas mieux que neuvième... et Bottas ne gagne pas. Le Finlandais garderait en effet un maigre espoir de titre dans ce cas.

Alors que signifierait pour lui un 4ème titre mondial? Ici ou plus tard...

"Beaucoup, évidemment! Gagner un 4ème titre ce serait... c'est difficile à dire tant que vous ne l'avez pas. Vous ne pouvez pas savoir tant que ce n'est pas fait. Sebastian a 4 titres, Alain Prost aussi. De grands pilotes", commente Hamilton.

"La Formule 1 est un sport étrange parce que les gens disent que je vais le gagner parce que j'ai eu une super voiture. Mais c'est le cas pour tous les Champions du monde. Regardez Seb chez Red Bull."

"Ce n'est pas comme le tennis où là c'est uniquement le sportif qui compte. La F1, c'est un sport d'équipe, c'est comme ça. Le pilote doit savoir exploiter tout le potentiel du matériel qu'on lui donne. Mais avoir un titre en plus, un titre de plus que beaucoup d'autres grands noms de la Formule 1 comme Senna ou Stewart, ce serait pour moi une immense fierté."

"Je serai aussi très fier pour mon pays. Quand je suis sur un podium, je regarde toujours tous les drapeaux anglais. Je suis fier d'être Anglais, j'espère que mes fans le voient."
source: Nextgen-Auto.com

Massa - Hamilton est au niveau de Schumacher et Senna
Felipe Massa pense que Lewis Hamilton méritera totalement son 4ème titre de Champion du monde, qu'il peut décrocher dès aujourd'hui à Austin si Sebastian Vettel fait une grosse contre-performance ou abandonne.

Le Brésilien place son collègue de Mercedes parmi les plus grands en Formule 1. Avec un 4ème titre, il égalerait en effet Alain Prost et Vettel.

"Lewis est vraiment l'un des meilleurs pilotes de l'histoire de la Formule 1", confie Felipe Massa à Austin.

"Selon moi, il est au niveau de pilotes comme Michael Schumacher et Ayrton Senna", ajoute le compatriote de Magic Senna et ancien équipier du Baron Rouge chez Ferrari.

"Ce n'est pas anodin d'affirmer ce genre de choses", concède Massa, "mais le talent de Lewis se voit clairement sur la piste. Lors de tous les Grands Prix. Ses statistiques parlent pour lui."

Jenson Button, l'ancien équipier du Britannique chez McLaren répète que "Lewis mériterait totalement d'avoir ce titre".

"Certes Ferrari a eu quelques soucis et a commis quelques erreurs, c'est dommage pour Vettel, mais Lewis conduit vraiment très bien depuis plusieurs saisons. Il est l'un des meilleurs que notre sport ait jamais eu."

A noter que Fernando Alonso a aussi apporté son soutien à Hamilton à sa manière...

"Quand vous voyez que Seb a quatre titres et Lewis trois, cela n'a pas de sens... Honnêtement, je pense que Lewis a réalisé une bien meilleure carrière en sport automobile que Seb ne l'a fait."
source: Nextgen-Auto.com

L'orange papaya de retour sur la livrée McLaren en 2018?
Après avoir signé avec Renault puis avoir prolongé Fernando Alonso, McLaren est en meilleure position pour essayer de trouver un sponsor titre - qui viendrait en partie combler le vide financier laissé par le départ de Honda.

Zak Brown espère trouver de nouveaux partenaires d'ici la fin de l'année civile, mais l'ère des partenariats de ce genre semble révolue pour lui. Rappelons que McLaren est privé de sponsor titre depuis la fin de son contrat avec Vodafone, en 2013.

"Nous avons beaucoup d'espace disponible sur notre voiture pour des partenaires et notre activité en ce moment m'encourage vraiment", confie le directeur exécutif de l'écurie de Woking.

"J'aimerais vraiment anticiper l'arrivée de nouveaux partenaires pour l'an prochain. C'est amusant, j'ai analysé pourquoi vous décidez d'accueillir un sponsor titre. Ron Dennis expliquait pourquoi il n'y aurait plus jamais de sponsor titre selon lui, mais je ne pense pas que nous recherchions un sponsor 'titre', le 'titre' de l'équipe, c'est McLaren."

"En NASCAR, l'équipe est appelée selon le nom du sponsor titre, mais ça n'arrive plus tellement en F1, donc je pense qu'être un sponsor titre ne vous donne pas les mêmes avantages que dans d'autres séries. Donc je pense que nous recherchons davantage deux partenaires majeurs. Je pense que nous devrions les avoir pour l'an prochain."

McLaren définira sa livrée l'an prochain en fonction de l'arrivée de nouveaux sponsors. Pour le moment, Zak Brown explique que ses voitures pourraient devenir encore plus oranges que cette année.

"Nous commençons maintenant le design des voitures et je crois que les fans aimeraient voir nos F1 avec leur livrée classique, orange papaya. Quand nous l'avons fait en IndyCar, beaucoup de fans nous ont demandé de peindre les F1 de la même façon. Mais nous devons simplement attendre quelques décisions de la part des sponsors, qui pourraient affecter le look de nos voitures. Mais en général, je n'écarte pas l'orange."

Avec 80 millions de budget annuel en moins suite au départ de Honda, l'arrivée des sponsors serait d'autant plus nécessaire pour McLaren.

"Nous avons beaucoup d'argent à la banque et j'espère que le règlement pourra repartir de zéro en 2021", rassure Zak Brown, "pour que les équipes redeviennent profitables, au lieu de perdre de l'argent. Le sponsoring va progresser pour nous donc je pense que nous pouvons remettre les comptes en ordre, mais nous ne comblerons pas [les 80 millions de dollars] l'an prochain. Nos actionnaires sont très riches et nous soutiennent beaucoup, ils mettent la performance de l'équipe en premier, donc nous aurons suffisamment d'argent quoi qu'il en soit."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz trouve ses débuts avec Renault 'extrêmement prometteurs'
Carlos Sainz a réussi ses débuts dans la Renault: en qualifications hier, l'Espagnol a devancé son coéquipier (qui n'avait jamais été battu par Jolyon Palmer), pour signer le 8ème temps en Q3. Il partira 7ème après l'application de la pénalité à Max Verstappen.

"C'était impressionnant!", confie le désormais ex-pilote Toro Rosso. "Je me suis tout de suite senti à l'aise dans la voiture. C'est vraiment énorme pour une première course avec une nouvelle équipe. Il y a évidemment des éléments qui sont nouveaux et qui nécessitent plus de temps pour être maîtrisés, pour qu'ils deviennent plus naturels. Mais ça viendra avec plus de kilométrage. Mais pour le moment ces débuts sont extrêmement prometteurs. Les petites choses que j'ai mentionnées: le volant, la direction, la pédale de freins... il faudra plus de temps pour les adapter à mes préférences. Mais je ne peux pas me plaindre. Merci à l'équipe de m'avoir permis de rouler en essais libres sans problème plus important. Je suis vraiment confiant pour la course, j'aime conduire une nouvelle voiture."

En revanche, "par respect pour les deux équipes", Carlos Sainz a refusé de comparer directement les performances de la Renault et de la Toro Rosso.

Carlos Sainz peut en revanche directement se comparer à Nico Hülkenberg, y compris au classement des pilotes où il compte plus de points que l'Allemand. En tire-t-il quelque motif de fierté?

"Quand vous observez les nombreuses séances de qualifications cette saison, alors, il a été plus rapide que nous chez Toro Rosso. Mais si vous regardez l'écart de points [34 contre 48 pour Sainz], alors, cela montre simplement à quel point nous faisions du bon travail chez Toro Rosso. Mon but est de connaître les mêmes dimanches avec Renault, et de rester devant!"

On attendait que Carlos Sainz rejoigne plus rapidement Renault qu'il ne l'a fait cette saison, seulement trois courses avant la fin.

"Oui je savais qu'il y avait beaucoup de rumeurs à Singapour", confirme l'Espagnol. "Et oui, je savais qu'il y avait une possibilité de concrétiser le transfert à Singapour, mais ce n'est pas arrivé et je me suis alors forcé d'arrêter d'y penser. Et soudainement, après les qualifications à Suzuka, on m'a dit que ça arriverait à Austin. Ce fut une surprise formidable."

Est-ce vraiment une opportunité de passer d'une écurie à une autre alors que la fin de la saison approche?

"Je pense que c'est plus intelligent de le faire maintenant que pendant l'hiver, pour nous tous, parce que cela nous donne plus de temps. Le règlement ne change pas la saison prochaine, ce ne sera qu'une évolution. Et si je peux avoir un aperçu du fonctionnement de mon volant, de la pédale de frein, du confort de mon baquet... toutes ces petites choses peuvent à la fin faire une grande différence, et tout cela nous aidera dès le début des tests hivernaux à Barcelone, pour que nous nous mettions immédiatement à travailler. Par-dessus le marché, ces quatre courses nous donneront l'occasion de construire une relation plus tôt que prévu, avec les ingénieurs, les mécaniciens... ce qui est très important, comme je l'ai appris chez Toro Rosso. Le côté humain dans une équipe ne doit jamais être sous-estimé."

En rejoignant Renault, Carlos Sainz, qui avait quasiment inscrit tous les points de Toro Rosso cette saison, donne une opportunité unique à l'écurie française de repasser devant la petite Scuderia au classement des constructeurs. Carlos Sainz n'a-t-il pas peur de passer pour un déserteur?

"Non. Je me sens un peu triste parce que j'ai beaucoup d'amis chez Toro Rosso. Donc oui, je me sens désolé de quitter tant de personnes, mais c'est la F1. Et c'est comme quand vous avez une nouvelle petite amie, alors, vous ne regardez plus votre ex! Vous tournez juste une nouvelle page."

Carlos Sainz partira 7ème à Austin ce dimanche. De quoi viser de bons points dès sa première course?

"Bien sûr nous voulons les points, aucun doute. Et je suis le premier à les vouloir. Mais pour cela, il nous faut un week-end sans problème. Nous avons vu que Renault a pu à de nombreuses reprises rentrer en Q3, comme ce samedi, mais ensuite, en course, ça ne suit pas souvent. Le but, c'est une Q3 le samedi et les points le dimanche. La première tâche est accomplie. J'espère qu'il en ira de même ce dimanche."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon malade mais meilleur des autres, Pérez est frustré
La séance de qualification a été une nouvelle fois très positive pour Force India. Esteban Ocon a encore été le meilleur des autres hier à Austin, derrière les équipes de pointe, et partira sixième suite à la pénalité infligée à Max Verstappen.

"Je suis heureux de notre résultat", déclarait le Français après la séance. "L'équipe a fait un travail fantastique encore une fois et nous avons été forts dans toutes les séances. Nous avons une grande chance de marquer des points en course."

"Ce n'était pas une qualification facile pour moi car je ne me sentais pas bien. J'ai eu un très gros mal de tête et des problèmes d'estomac donc je suis heureux d'avoir terminé la séance avec un tel résultat. Je vais me reposer pour reprendre des forces afin d'être prêt pour la course."

Sergio Pérez a une nouvelle fois été battu par son équipier et la poignée de dixièmes perdue lui a coûté trois places. Il partira neuvième, du bon côté de la piste, et espère marquer des points.

"C'est assez décevant de finir dixième car je sais que j'avais le rythme pour être septième ou huitième", regrette le Mexicain.

"Ma qualification a été compromise en Q1 quand Kevin [Magnussen] m'a bloqué. Cela m'a coûté un jeu de pneus en plus et je suis donc arrivé en Q3 avec un seul train de pneus neufs. J'ai été obligé de faire mon dernier tour en pneus usés et donc me contenter de la dixième place. J'espère prendre un bon départ en course afin de rattraper les places perdues."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Si Ferrari me voulait, ils auraient tenté une approche
Lewis Hamilton est prêt à infliger "quelques années de peine" en plus à Ferrari, s'il gagne le championnat cette année... et les prochains.

Le Britannique, qui a souvent été annoncé du côté de la Scuderia pour finir sa carrière en F1, a fait une croix dessus. Il explique même à Austin que Ferrari n'a jamais tenté une approche.

"Je sais ce que je vaux par rapport à Vettel et je pense qu'il le sait aussi. Il y a toujours du respect, j'ai appris ça quand j'étais petit. J'étais victime d'attaques racistes et mon père m'a toujours dit de répondre sur la piste. Les actions parlent plus que les mots", dit-il.

Mais collaborer avec Vettel chez Ferrari est quelque chose qu'il n'imagine pas dans le contexte actuel.

"Tant que Seb sera chez eux... Je suis un fan de Ferrari, j'adore cette marque. Ce serait un honneur pour n'importe quel pilote de rouler dans une voiture rouge. Mais ça n'a pas été une option. Si Ferrari me voulait, ils auraient tenté une approche."

"Je veux travailler avec des gens qui me veulent. S'ils ne me veulent pas, pas de problème. Je serai heureux de leur infliger quelques années de peine en plus. Seb a prolongé donc maintenant, moi et Mercedes, notre but va être de les rendre malheureux pour trois ans de plus."

Hamilton est donc clair dans ses intentions: prolonger lui aussi jusqu'à la fin 2020.

Reste à savoir avec quel équipier?

"Nous avons signé avec Valtteri pour un an de plus. Lewis veut rester. Reste à savoir quel duo nous aurons à partir de 2019. Si votre duo s'entend bien, vous n'avez pas besoin de gérer les petits tracas. Mais est-ce que cela tire l'équipe vers l'avant? Est-ce que cela joue sur la dynamique? La variante nucléaire comme nous avions avec Lewis et Nico n'est-elle pas meilleure? Nous verrons après une 2ème année avec ce duo", ajoute Toto Wolff.

Daniel Ricciardo pourrait représenter cette option "nucléaire". L'Australien a clairement fait comprendre qu'il était prêt à aller défier Hamilton chez Mercedes en 2019.
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne privé du nouvel aileron avant par Alonso
Stoffel Vandoorne a signé le 13ème temps des qualifications d'Austin hier mais s'élancera 14ème suite à sa pénalité de 5 places sur la grille de départ. Il profite en effet des pénalités des autres pilotes (Hartley, Verstappen, Hülkenberg, Stroll et Magnussen) pour ne pas perdre trop de places.

Le Belge n'était pas dans le rythme d'Alonso pour une fois mais il y a une explication à cela: il n'avait pas la dernière évolution aérodynamique, disponible en un seul exemplaire, qui comprend notamment un nouvel aileron avant.

"Après une très bonne première séance d'essais libres, le week-end est devenu vraiment très difficile. J'ai dû repasser à l'ancienne spécification d'aileron et je ne me suis plus du tout senti à l'aise dans la voiture. On a rencontré beaucoup de problèmes pour trouver la balance, on a presque tout essayé en termes de réglages et aucune option n'a fonctionné", confie-t-il à la 'RTBF'.

"Etant donné que j'étais sûr de recevoir une pénalité moteur, il était logique que ce soit Fernando qui puisse bénéficier du nouvel aileron puisque ses chances de démarrer dans le Top 10 était plus élevées. Mais de mon côté, après avoir redonné le nouvel aileron à Alonso, je ne suis jamais parvenu à retrouver les sensations et la performance que j'avais en essais libres 1 et impossible de trouver une solution aux problèmes apparus après cela."

L'objectif sera évidemment de remonter vers le Top 10 en course aujourd'hui.

"Depuis le début de week-end, j'étais plutôt bien dans les longs relais, le rythme était positif. Nos pneus se dégradaient peut-être un peu moins que ceux des autres équipes, mais en même temps on sait aussi que c'est un circuit où il est difficile de dépasser, donc il faudra absolument que je prenne un bon départ et on verra ce qui est possible."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg n'avait aucune raison de rouler en Q2
Pour ses premières qualifications avec Renault, Carlos Sainz a signé le huitième meilleur temps sur le Circuit des Amériques d'Austin. Nico Hülkenberg s'était classé neuvième en Q1 avant d'arrêter sa séance pour des raisons stratégiques.

Après l'application des différentes pénalités au sein du peloton, Carlos devrait débuter le Grand Prix des Etats-Unis depuis la septième place sur la grille, et Nico depuis la dix-neuvième position.

"Avec notre pénalité de vingt places, mon résultat en qualifications importait peu puisque je serai loin sur la grille", commente Nico Hülkenberg.

"Nous avons misé sur une stratégie souple nous permettant de choisir nos pneus pour le départ, tout en ménageant la voiture et le moteur en ne disputant pas la fin de la séance. La monoplace semblait compétitive et nous l'avons vu en intégrant le top dix avec un seul relais en Q1. C'est un circuit où l'on peut dépasser. Cela offre de belles perspectives et j'ai hâte de pouvoir batailler en course."

"Il fallait s'adapter à beaucoup de choses durant le week-end, mais je suis extrêmement fier de ce que nous avons accompli", ajoute Carlos Sainz.

"Ce n'est vraiment pas mal pour nos premières qualifications ensemble! Ce n'était pas une séance facile, je ne savais pas comment la voiture réagirait aux variations de température et au vent, mais nous avons fait du bon travail et je m'en réjouis. C'est toujours un défi de rejoindre une nouvelle écurie en fin de saison, mais tous les membres de l'équipe et de l'usine ont facilité mon intégration. J'espère une course propre dimanche. Il y a encore du potentiel à venir du côté de la voiture, mais aussi du mien puisque je poursuis mon adaptation. Finir plus haut dans le top dix qu'au départ sera l'objectif."

Pour Alan Permane, Directeur sportif, "les qualifications étaient un peu mi-figue mi-raisin. Tout d'abord, félicitations à Carlos pour son premier week-end fantastique jusqu'à présent. Il est entré assez facilement en Q3 avant de signer un bon tour pour être huitième. Grâce à la pénalité de Max Verstappen, Carlos sera septième sur la grille."

"Du côté de Nico, nous avons délibérément choisi de ne faire qu'un seul relais en Q1, ses pénalités le contraignant à partir du fond de la grille. En évitant Q3, nous aurons toute la liberté de choisir les pneus au départ. Nous sommes optimistes quant à leurs chances d'être tous deux les points. La voiture est efficace, nous avons accompli de grands progrès sur l'aérodynamique vendredi et nous pensons avoir fait un pas en avant ce week-end."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen n'est pas content de lui
Auteur du cinquième temps aujourd'hui en qualification, Kimi Räikkönen n'était bien sûr pas le pilote le plus heureux ce soir à Austin.

En fait, Kimi Räikkönen a signé le même chrono que Daniel Ricciardo, mais après lui. Ricciardo est donc 4ème et Räikkönen 5ème.

"Pour tout vous dire, faire le même chrono que lui et me retrouver derrière lui n'est pas génial", déclare Kimi Räikkönen.

"Mais au moins, je serai sur le côté propre de la piste et grâce à ça, je pourrai compter sur un bon départ. Nous avons vu dans les différents partiels que nous avions le potentiel, mais nous avons eu des difficultés à bien équilibrer la voiture. Il est certain que j'aurais pu faire mieux, c'est clair pour moi et c'est pour cette raison que je ne peux pas être satisfait."

Quel sera son objectif demain en course?

"C'est très serré et c'est la raison pour laquelle il faudra prendre un bon départ et ensuite nous verrons bien ce qui arrivera dans le premier virage. Il est difficile de faire des prédictions, nous allons seulement faire de notre mieux", ajoute le champion finlandais pour conclure.
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen et Stroll pénalisés de 3 places sur la grille, Grosjean déçu
Kevin Magnussen a écopé de 3 places de pénalité sur la grille de départ pour avoir clairement gêné Sergio Pérez lors de la Q1 à Austin.

Le Danois a reconnu que son équipe était en tort et accepte la sanction que vient de lui infliger la FIA.

"Sergio était dans un tour rapide mais l'équipe m'a dit qu'il était dans un tour de chauffe, donc je n'ai pas voulu le laisser passer. Je comprends donc totalement sa colère", admet Magnussen.

"Je peux seulement dire que c'était une erreur et j'en suis désolé. J'ai clairement compromis son tour rapide et c'est normal d'avoir une pénalité dans ce cas."

Pérez s'est plaint à la radio mais il met de l'eau dans son vin après la séance.

"J'ai dû passer un train de pneus neufs supplémentaires à cause de ça, j'en ai donc eu un de moins en Q3. Il est clair qu'il ne l'a pas fait exprès mais il ne fait pas assez attention, lui comme son équipe. Ils doivent progresser dans ces situations."

De son côté Romain Grosjean a eu des soucis avec Lance Stroll en piste. Le Français finit 14ème de la Q2.

"Il n'y a pas grand chose à dire, je me suis retrouvé sur un bouchon en piste et Lance a bougé devant moi, j'ai dû passer par l'herbe. J'ai eu beaucoup de chance de ne pas partir en tête-à-queue."

"14ème temps, c'est clair que nous sommes en difficulté. On souffre avec la voiture, il faut vraiment qu'on comprenne ces hauts et ces bas en performance. Au Japon c'était bien et ici ce n'est pas le cas. Je ne pense pas que ce sont nos évolutions, mais, encore une fois, je pense que nous n'avons pas bien exploité nos pneus."

Lance Stroll a été pénalisé lui aussi de 3 places sur la grille de départ pour cette action.

La FIA explique que Stroll était sur un tour lent et obéissait à des changements ordonnés par son ingénieur, sans faire attention à Grosjean, dans un tour rapide.

Le Québécois écope aussi d'une pénalité d'un point sur sa licence.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz se sent déjà presque chez lui chez Renault
Carlos Sainz n'a pas manqué ses débuts chez Renault puisqu'il a signé le 8ème temps aujourd'hui en qualification aux Etats-Unis. C'est assez remarquable puisqu'il découvrait sa nouvelle voiture ce week-end.

"Je me suis beaucoup amusé, mais cela n'a pas été facile", déclare Carlos Sainz, qui s'élancera 7ème suite à la pénalité de Max Verstappen.

"Je ne savais pas vraiment comment ma voiture allait réagir aux modifications des réglages. Cette année, j'ai suivi les progrès de Renault très attentivement et j'étais vraiment impatient d'arriver chez eux."

"Renault a bien développé sa voiture tout au long de la saison et nous sommes aujourd'hui à la hauteur de Force India. Je suis arrivé ici sans avoir d'objectif en tête, je voulais seulement être le plus rapide possible au volant de cette voiture", ajoute le pilote espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo a sorti 'un tour de folie', Verstappen mécontent de lui
Daniel Ricciardo a réussi à se qualifier devant Kimi Räikkönen et sa Ferrari à Austin. L'Australien a signé le même temps que le Finlandais en Q3 mais, puisqu'il l'a signé avant, il prendra la 4ème place sur la grille.

"C'était un tour de folie. Je ne m'attendais pas à être à moins de 5 dixièmes de Lewis quand j'ai vu les chronos que la Mercedes était capable de faire lors de cette séance", commente Ricciardo.

"Le plus important, pour moi, c'est d'être bien placé pour demain. Mercedes et Ferrari ne peuvent pas utiliser leur puissance maximum pendant la course, juste pendant quelques tours. Je pense que notre rythme peut les inquiéter. Je pars devant Kimi déjà, il me faudra maintenant inquiéter les trois autres pilotes devant moi. Gagner ici? C'est possible avec la bonne stratégie. Il ne faudra pas perdre de temps sur la piste parce que notre RB13 est très rapide avec le plein."

Max Verstappen a 15 places de pénalité sur la grille et il s'élancera donc du fond du peloton demain. Il s'attendait tout de même à faire mieux que 6ème lors de la Q3.

"J'ai fait quelques erreurs de pilotage lors de la Q3, c'est aussi simple que ça. Sinon, je valais la 2ème place, comme Sebastian. Je ne suis pas content de moi, c'est l'une de mes pires prestations de l'année. Mais bon, je sais que je pars du fond de grille. J'espère finir au moins 6ème demain si les Mercedes, les Ferrari et Daniel (Ricciardo) sont à l'arrivée."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso a envie de quelques points
Fernando Alonso s'est fait une place dans le Top 10 aujourd'hui en qualifications à Austin et c'était son objectif. Son objectif suivant est de marquer quelques points demain en course.

"Le tour que j'ai fait en Q2 est probablement mon meilleur", affirme Fernando Alonso.

"J'ai dit à l'équipe que c'était le maximum que je pouvais faire. Je suis 8ème après la pénalité de Verstappen et j'ai donc de bonnes chances de marquer des points. Nous ne l'avons pas fait à Singapour à cause de l'accident du premier virage, nous aurions pu le faire au Japon car je suis revenu sur Massa dans le dernier tour alors que j'avais pris le départ depuis la dernière ligne. Si tout se passe bien demain, j'espère enfin marquer des points."

Fernando Alonso se félicite des progrès réalisés par sa McLaren.

"Contrairement à l'année dernière, nous avons développé la voiture dans la bonne direction cette fois-ci. L'année passée, nous n'avons pas toujours eu les résultats vus en soufflerie, mais cette saison, toutes les nouvelles pièces ont été bénéfiques. Cela nous donne confiance pour l'année prochaine", conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton rit, Bottas fait la grimace
Lewis Hamilton a confirmé la bonne forme qu'il a affiché depuis les séances d'essais libres d'hier et de ce matin en signant cet après-midi la pole position sur le circuit d'Austin au Texas. Il pourrait devenir Champion du monde dès demain, mais Sebastian Vettel fera tout pour que cela n'arrive pas.

"Le circuit était très difficile aujourd'hui à cause des rafales de vent", explique Lewis Hamilton. "Nous avions le vent de face dans le premier virage, mais dans la section rapide, nous l'avions de derrière jusqu'au virage 9. Ca changeait tout le temps, mais c'est pour ça que j'adore ce circuit."

Lewis Hamilton pourrait devenir Champion du monde dès demain, surtout si Sebastian Vettel n'est pas à l'arrivée.

"Ca pourrait arriver s'il fait une erreur stupide, mais c'est un quadruple Champion du monde et je pense donc que la bataille se poursuivra dès le prochain Grand Prix", ajoute Hamilton.

"Je me sens bien en tout cas, j'aurais aimé faire plus de tours sur ce circuit en qualifications parce que j'adore piloter ici. Mercedes a fait un superbe travail tout le week-end, avec une bonne analyse des données pour bien régler la voiture. Vivement la course demain, ça ne sera pas aussi facile face à Ferrari, j'en suis certain."

Son équipier, Valtteri Bottas, visait la première ligne, mais c'est depuis la deuxième qu'il prendra le départ demain.

"Je suis sans aucun doute très déçu. Nous étions très compétitifs et j'ai été parfois très proches de Lewis. Je suis déçu, mais il reste la course de demain à faire", commente le Finlandais.

"La voiture est bien équilibrée, nous avons de bonnes chances de signer le doublé. Il faudra évidemment passer Sebastian, ce qui ne sera pas facile."
source: Nextgen-Auto.com

Hartley n'a pas pris de risques en qualifications
Brendon Hartley n'a pas pris trop de risques aujourd'hui, lors des qualifications à Austin.

Le Néo-Zélandais s'est contenté du 18ème temps, devant les Sauber, puisqu'il sait que la pénalité de 25 places pour changement de moteur sur sa Toro Rosso le repousse en fond de grille.

"Ma première qualification s'est bien passée. Mais nous savions que nous avions une pénalité sur la grille alors je n'ai pas attaqué plus que nécessaire. Dans d'autres circonstances, j'aurais aimé pouvoir aller à fond et être plus proche de mon équipier et des autres pilotes", commente Hartley.

"Je suis toujours en phase d'apprentissage, je ne suis pas à 100% mais je ne peux pas être déçu de ça. Demain, nous aurons de bonnes chances de gagner quelques places. Ce que j'espère? Une course propre. En partant derrière il faudra éviter les incidents au départ mais je vise un bon résultat."

Pour son retour, Daniil Kvyat a signé le 12ème temps des qualifications. Il s'élancera 11ème suite à la pénalité infligée à Max Verstappen.

"Je me suis senti à l'aise dans la voiture aujourd'hui et je pense en avoir extrait le maximum. J'espère que l'équipe l'a remarqué. Je n'ai rien de plus à dire, je pense avoir signé le meilleur résultat possible et nous sommes en bonne position pour demain. Je ferai tout pour marquer quelques points."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Il était important de décrocher la 1ère ligne
Sebastian Vettel a réussi à arracher la 2ème place sur la grille de départ à la Mercedes de Valtteri Bottas, à Austin.

Le pilote allemand est évidemment heureux d'avoir réussi à limiter les dégâts lors des qualifications, en se plaçant à un peu plus de 2 dixièmes de son rival pour le titre mondial.

"Je suis très heureux de l'issue de cette qualifications, avec la 2ème place, mais je manquais un peu de rythme avec ce vent qui a gêné tout le monde", déclare Vettel.

"J'ai réussi à sortir le bon tour quand il le fallait. C'était important de partir depuis la 1ère ligne parce que je pense que notre rythme de course est vraiment bon."

Vettel admet qu'il manque de la performance à la Ferrari.

"En conditions de qualifications, toute l'année, nous avons été un peu derrière Mercedes. Bravo à Lewis parce qu'il a fait deux très bons tours et les deux valaient la pole. Mais je pense déjà à demain."

Vettel espère évidemment gagner pour repousser le sacre de son rival.

"Je prends les journées les unes après les autres. Hier, ce n'était pas bon, avec peu de roulage. Aujourd'hui, c'était mieux. Mais la course, c'est demain. J'adore ce circuit alors ça devrait être une bonne journée."
source: Nextgen-Auto.com

GP des Etats-Unis - Essais qualificatifs
La forte hausse des températures constatée sur le tarmac d'Austin (Texas) aurait pu contrecarrer les plans d'une Mercedes très performante lorsque la piste est fraîche. Il n'en fut rien: Lewis Hamilton (Mercedes) a maîtrisé son sujet comme rarement lors des qualifications. Plusieurs fois auteur du record du tour au fil de la séance, l'Anglais a enfoncé le clou avec un temps de 1'33"108 lors de son premier effort en Q3. Le leader du classement général signe ainsi sa 72ème pole dans la discipline sans l'ombre de la moindre contestation.

Derrière, Sebastian Vettel (Ferrari) a redressé la barre en finissant (presque) sur ses talons, à exactement 239 millièmes. "Je suis très satisfait, mais on manquait un peu de rythme à la fin du premier secteur", explique-t-il. En deuxième rideau, Valtteri Bottas (Mercedes, 3ème) et Kimi Räikkönen (Ferrari, 4ème) n'ont pas lutté pour la première ligne.

Le duel inédit opposant Nico Hülkenberg (Renault) et son nouvel équipier Carlos Sainz a tourné à l'avantage de ce dernier (8ème), avec un bémol toutefois. L'Allemand n'a pas souhaité participer à la Q2 après avoir subi une pénalité de 20 places sur la grille pour un changement de moteur, et a préféré économiser sa monture.

Quant aux Français, Esteban Ocon (Force India), auteur du 7ème temps, a aisément battu son équipier Sergio Pérez et s'élancera un rang plus haut sur la grille; Max Verstappen (Red Bull, 6ème) est lui aussi pénalisé pour un changement de pièces mécaniques. Romain Grosjean (Haas, 14ème) s'est fait une belle frayeur lorsque Lance Stroll (Williams) l'a dangereusement obstrué à la fin de son tour lancé. La collision a été évitée de peu, et les commissaires se penchent sur l'attitude du Canadien.

Autre débutant au Texas, Brendon Hartley (Toro Rosso) a fait de son mieux pour sa première participation en Formule 1. Le Champion du monde d'Endurance 2015, remplaçant de Pierre Gasly, a signé le 18ème chrono, et devance des pilotes plus expérimentés tels que Pascal Wehrlein (Sauber) et Kevin Magnussen (Haas). (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.