En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mardi 03 Octobre 2017

Hamilton arrêtera la F1 quand son cœur le lui dira
Lewis Hamilton a une vie bien remplie entre chaque Grand Prix. Toto Wolff a admis qu'il ne pouvait pas "mettre en cage" son pilote en le forçant à rester dans le moule.

Evoquant ses activités au-delà de la course pour le site officiel de la F1, le pilote britannique a admis que les meilleurs moments qu'il pouvait passer étaient "avec sa famille."

"Ce que je préfère, c'est quand je vais au Colorado à la fin de l'année. Je skie, je suis autour d'un feu de cheminée... Je me lève le matin, je mange quelques pancakes et ensuite je vais au sommet de la montagne. J'adore aussi passer du temps avec les enfants. J'adore les enfants et les animaux, ce sont des esprits qui ont gardé leurs instincts. Les enfants sont si purs avant d'être pollués par tous ces iPhones et ces iPads, et la TV... ils grandissent pour devenir des petits monstres. Nous sommes tous comme ça."

Si Lewis Hamilton aime beaucoup les enfants... il est encore "loin" d'en avoir, admet-il.

"Je veux faire encore beaucoup de choses. J'ai déjà du mal à consacrer assez de temps à mes chiens. Je n'ai pas le temps pour fonder une famille. Je pense que c'est une décision à prendre. Sinon, je devrais abandonner une grande partie de ce que je fais actuellement. Je ne le veux pas. Je suis parrain d'un enfant. Et il est plus obéissant que mes chiens! C'est plus facile! Et pour les enfants, il vous faut rencontrer la bonne personne, ce n'est pas facile. J'adore les enfants, mais ce n'est pas le plan pour le moment. Comme je l'ai dit, j'ai beaucoup de choses à faire, et avoir une famille m'en détournerait."

"Je connais des gens de mon âge qui ont des relations, qui sont mariés, qui ont des enfants, et qui ont quelque part abandonné beaucoup de choses dans leur vie. Je pense que vous devez toujours être un esprit libre. Je me sens un peu en retard! J'ai manqué une grande partie de ma scolarité et je suis arrivé en F1 à 22 ans, et j'étais toujours comme un enfant jeté dans un gouffre sans fin. Quand je suis devenu trentenaire, j'ai réalisé que j'avais grandement progressé..."

Si la vie de famille n'est pas un objectif, la musique est-elle alors une priorité de Lewis Hamilton?

"Sur ma to-do list, il n'y a que la victoire au Championnat du monde. Mais la musique est une distraction, avec d'autres, comme la mode. Je n'ai jamais pensé à faire écouter ma musique quand j'ai commencé. Je ne sens pas que ça presse. Ce sera prêt quand ce sera prêt. Je compose de nouveaux morceaux, et c'est de mieux en mieux, j'apprends constamment. Mais en fait, je n'ai pas composé de musique depuis deux mois."

Que répond le triple Champion du monde à ceux qui affirment qu'il se base plus sur son instinct que son cerveau?

"Je vis selon mon cœur! Je me consacre plus à ces choses dont je sens qu'elles sont bonnes pour moi - et j'écoute moins mon cerveau. Mon cœur prend souvent le dessus sur ma raison."

Et si le cœur intimait à Lewis Hamilton l'ordre d'arrêter la F1? Écouterait-il son cerveau ou son cœur?

"Mon cœur. Vous le savez, quand il est temps de vous arrêter. Quand je pense à ma situation il y a sept ou huit ans, si j'avais arrêté de courir, alors, je serais plongé dans la dépression parce que je n'aurais rien aujourd'hui. Maintenant j'ai tant de choses formidables à faire, et vous allez les découvrir dans l'année qui vient ou dans les 18 mois. Le jour où je m'arrêterai finalement, j'aurai tant de choses excitantes en cours. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: j'adore conduire, plus que jamais, avec cette bataille pour le titre cette année, donc je ne peux pas imaginer [une retraite sportive] prochainement, en aucun cas."

Sur les réseaux sociaux, Lewis Hamilton montre une grande partie de sa personnalité. Qu'en est-il du Hamilton intime?

"C'est toujours difficile de tout montrer. Si vous montrez vos faiblesses, vos failles, les gens en tirent profit. Le monde est égoïste; c'est un monde brutal, vraiment. Je donne simplement un aperçu de ce qui arrive dans ma vie. Les gens proches de moi n'ont pas à suivre les réseaux sociaux pour tout savoir. J'essaie de ne pas montrer trop de photos de mon jet privé parce que ça énerve les gens. Ensuite vous voyez Floyd Mayweather avec des tonnes de cash sur sa table et les gens l'adorent, c'est étrange, bizarre. Je ne sais pas. J'essaie d'être attaché à tout ce qui ressemble à un bonheur authentique."

"Parfois je vais dans une librairie et je regrette de ne pas avoir assez lu. Depuis que j'ai 16 ans, je me dis la même chose! J'aimerais continuer mes leçons de piano, continuer à apprendre des langues, tant de choses..."

Il n'y a pas que dans une librairie que Lewis Hamilton se sent parfois mal à l'aise. Quand il est moins en forme, comment fait-il pour se remettre d'aplomb?

"Je vais m'entraîner, pour vider mon esprit. Et quand j'écoute de la musique, je me déconnecte totalement. Quand je cours, je cherche juste de nouvelles chansons. Parfois je vais sur Apple ou Spotify et je cherche une nouvelle playlist, je regarde les nouveautés... J'ai grandi en écoutant du reggae, ensuite je me suis concentré sur le hip hop, et rien d'autre. Mais ensuite j'ai commencé à jouer de la guitare et j'ai réalisé que vous ne pouvez pas jouer du hip hop à la guitare, et alors, j'ai commencé à écouter les Beatles, les Rolling Stones... beaucoup de rock and roll. Aujourd'hui, j'ai du Luciano Pavarotti sur mon téléphone, j'ai du Jimi Hendrix... une liste aussi exotique que possible."

Ces dernières semaines, Lewis Hamilton s'est aussi engagé contre la consommation de viandes et pour la préservation de la planète.

"Regardez comment nous traitons cette planète fantastique, comment nous traitons les animaux. Nous n'avons pas à manger de la viande. Nous devons apprendre à être plus respectueux de la planète, de l'environnement. Toute cette pollution de l'air... ça doit s'arrêter. L'ouragan Irma était un signe, et tout ce qui arrivera, c'est qu'ils vont dépenser six milliards, ou peu importe les chiffres, mais ensuite, rien ne changera, comme si rien n'était arrivé."

Jour après jour, Lewis Hamilton réalise à quel point il mène une existence que beaucoup envient.

"Je prends chaque jour comme une bénédiction. Je rencontre tant de personnes en difficulté. Je me rends parfois dans des hôpitaux voir des enfants et leurs familles. Ils sont dans des situations vraiment très difficiles. Donc j'essaie de ne rien prendre pour acquis. Il y a seulement 20 baquets en F1; et je suis en tête au championnat. J'ai la chance de vivre cette vie incroyable, de voir des choses formidables. Et je ne sais pas pourquoi tant de bonnes choses continuent de m'arriver. Ou pourquoi un enfant d'à peine six ans a une tumeur au cerveau. Je ne sais pas pourquoi. Donc je veux toujours m'assurer de montrer que j'ai de la gratitude. Sans ça, je serais perdu."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll a fait taire les sceptiques pour Ross Brawn
A Sepang dimanche dernier, la bataille pour le podium a un peu éclipsé la performance remarquable de deux rookies: Stoffel Vandoorne et Lance Stroll, qui ont chacun battu leur coéquipier plus expérimenté.

Le pilote belge a pris de nouveau la 7ème place, comme à Singapour (son meilleur résultat en carrière). Et il pointe désormais devant Fernando Alonso au championnat.

Ross Brawn salue par conséquent un pilote qui "avait signé la 7ème place en qualifications et qui a continué à briller en course, en particulier si vous prenez en considération le niveau de performance de sa voiture, ce qui explique pourquoi il était à un tour du vainqueur."

"Il a même fini devant son illustre coéquipier Fernando Alonso, ce qui est particulièrement impressionnant lors d'une telle course, où le pilote peut faire la différence" poursuit l'ancien ingénieur de Ferrari.

Quant à Lance Stroll, sa 8ème place (contre une 9ème pour Felipe Massa) lui permet de revenir quasiment à hauteur de son coéquipier au classement. C'est sa troisième arrivée d'affilée dans les points (pour six Top 10 au total cette saison).

"Il y avait une bonne dose de scepticisme quand Lance Stroll a fait ses débuts en F1, mais je pense que le jeune Canadien a désormais prouvé qu'il méritait sa place dans le sport" argumente Brawn.

"Cependant, le côté négatif de ce week-end a été l'incident vraiment bizarre entre Vettel et lui lors du tour de célébration. Honnêtement, je ne peux pas me rappeler un incident d'une telle nature lors de ces dernières années."
source: Nextgen-Auto.com

Massa a hâte de courir à Suzuka, 'l'une des meilleures pistes au monde'
Williams a triomphé au Japon en 1992, 1994 et 1996, en assurant d'ailleurs le titre de Damon Hill à cette occasion. L'an dernier, l'écurie de Grove avait d'ailleurs réussi une double arrivée dans les points à Suzuka.

A Sepang, dimanche dernier, les deux monoplaces blanches ont aussi terminé dans le Top 10. Williams est donc sur un élan positif. Paddy Lowe, le directeur technique, espère logiquement rééditer une telle performance dimanche prochain.

"Le Japon est un pays fascinant avec des fans qui sont parmi les plus enthousiastes de tout le calendrier. Leur engagement dans le sport est sans comparaison possible. Le circuit en lui-même est l'une des meilleures pistes au monde selon moi. Suzuka a une longue et importante histoire comme classique du calendrier de la F1. Son tracé en "8" est unique. Suzuka requiert de la puissance, de l'appui et par-dessus tout, une maîtrise formidable de la part des pilotes. C'est l'un des circuits les plus difficiles pour un pilote à apprendre et à maîtriser, en particulier avec la séquence des "esses" au premier secteur. Felipe pourra s'appuyer sur son expérience mais nous avons hâte de voir comment Lance fera face à ce défi - c'est la première fois de sa carrière en F1 qu'il courra à Suzuka."

"Suzuka est définitivement l'une des meilleures pistes au monde, une piste où j'adore courir" confirme Felipe Massa. "Je pense que la voiture de cette année sera incroyable ici, avec les hauts niveaux d'appui et les virages à haute vitesse, donc j'ai vraiment hâte d'y être. Au Japon, ce qui est aussi formidable, ce sont les fans, qui sont parmi les meilleurs de la saison."

"J'ai entendu tant de choses formidables sur cette piste" confie quant à lui Lance Stroll, qui a néanmoins déjà tourné à Suzuka en essais privés il y a quelques semaines. "Tous les pilotes semblent adorer ce circuit et on m'a dit que les fans japonais étaient aussi géniaux. J'ai vraiment hâte d'être à Suzuka et de passer beaucoup de temps en Asie. Quelques courses ici sont devenues des classiques et espérons qu'il en soit de même cette année."
source: Nextgen-Auto.com

Enchaîner trois courses nécessitera une grande préparation en 2018
Le calendrier 2018 de la Formule 1 a été révélé très tôt cette année, et, pour la première fois, il prévoit trois courses en trois week-ends. En F1, ce qui fonctionne est souvent reproduit et les équipes pourraient se demander si elles risquent de subir cela plus souvent à l'avenir.

"Les employés sont les plus stressés mais cet enchaînement se déroule en Europe, donc nous aurons au moins cet avantage" explique Günther Steiner.

"Nous n'avons pas à voler de continent en continent, nous verrons comment cela se passera mais nous aurons besoin d'être bien organisés pour cela et s'il y a des changements à faire, il faudra les faire l'année suivante car une fois que l'habitude est prise, on le refera."

"Si les spectateurs se pressent devant leur télé grâce à cela, ce sera réitéré. C'est une chose qui doit être faite et qui doit être analysée afin de voir si cela vaut le coup d'être recommencé et comment ça doit être géré."

Pour Toto Wolff, le risque est bien celui exposé par Steiner: "Je pense que Günther a bien résumé la situation. Il y aura d'autres facteurs tels que les événements dans d'autres disciplines et je pense qu'établir un calendrier n'est pas simple, donc il faudra voir comment gérer ces trois courses de suite et en tirer des leçons."

Pirelli est aussi concerné par ce problème puisque le manufacturier italien devra fournir des gommes pour trois courses consécutives en trois semaines et bien qu'elles se déroulent en Europe, il faudra assurer une intendance solide.

"Nous sommes comme une petite équipe et nous avons les mêmes problèmes donc nous organisons le travail de nos employés et nous aurons besoin de renforts pour couvrir cela car même si c'est en Europe, nous avons des camions qui circulent avec les nouveaux pneus et d'autres qui doivent ramener les pneus usés."

"Ce serait beaucoup plus compliqué si nous devions changer de continent et si cela se produit, il faudra faire un plan précis en avance. Tout est possible dans le futur, s'il y a un avantage pour notre sport à faire 3 courses de suite. Et nous serons prêts. Mais il faudra augmenter les moyens logistiques et le personnel qui y prendra part" conclut Mario Isola.
source: Nextgen-Auto.com

Les pneus et les réglages, la clef du succès de Verstappen
Red Bull était plus véloce que les Mercedes dimanche dernier à Sepang, sur un circuit qui compte pourtant deux longues lignes droites.

"Nous étions plus rapides que prévu" admet bien volontiers Christian Horner, le directeur de l'écurie.

"Nous sentions que nous étions en bonne forme, nous avions vu que la voiture était très bonne avec les pneus vendredi, elle était très rapide, à haute vitesse aussi. Nous roulions avec moins d'appui que les autres - nous n'avons pas le T-Wing ici, et nous avons trouvé de très bons réglages. Et les pilotes ont très bien fait leur boulot. Tout le week-end, la voiture a été en très bonne forme."

"Nous avions le rythme avec les deux voitures. Sebastian Vettel était rapide à la fin de la course parce qu'il partait de l'arrière, mais je n'ai pas vu son rythme sans voiture devant lui, en tendres ou en supertendres. Ferrari était capable d'être plus rapide que nous."

C'est en particulier Max Verstappen qui a brillé puisqu'il s'est imposé après avoir doublé Lewis Hamilton au quatrième tour...

"C'est vraiment satisfaisant, en particulier pour Max dont le dernier podium remontait à avril, lors de la deuxième course en Chine. Il a souffert de tant de malchance cette année. Mais il a gardé son calme. Il a vraiment dominé dimanche dernier, et son dépassement sur Lewis, tôt dans la course, fut un moment clef. A partir de là, il a contrôlé la course de manière exceptionnelle jusqu'à l'arrivée."

Christian Horner a en outre révélé que Daniel Ricciardo avait souffert d'un problème de fond plat, ce qui a affecté son rythme dimanche.

"C'était une course assez simple puisque nous avons pu couvrir ce que Lewis faisait. Avec Daniel, nous avons essayé de lui donner de meilleurs pneus, c'est pourquoi nous l'avons laissé en piste plus longtemps lors du premier relais, pour préparer la fin de la course. Heureusement, nous avions assez de rythme quand Sebastian Vettel s'est rapproché assez vite en supertendres."

"Une fois que Seb a rattrapé Daniel, il a semblé perdre un peu de rythme dans le deuxième secteur, et il a tenté un dépassement au premier virage. Daniel s'est défendu de manière assez virile. On dirait que le moral de Seb était un peu brisé après cette tentative..."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn - Ferrari ne doit plus commettre une seule erreur désormais
Pendant que Red Bull triomphait à Sepang, Ferrari et Mercedes connaissaient des destins contraires. En course, la Ferrari était plus rapide que les Flèches d'Argent... mais seul Sebastian Vettel a pris le départ, et encore, de la dernière place.

Avec deux problèmes moteur en deux jours, les Rouges ont sérieusement compromis leurs chances de titres pilotes et constructeurs.

Ancien patron de la Scuderia, Ross Brawn a forcément un regard critique sur la situation de Ferrari. Une équipe championne du monde ne peut connaître ce genre d'avaries, et d'ailleurs, Mercedes n'en a pas connu...

"Chaque partie du package doit être parfaite pour gagner. Vous avez besoin d'une voiture rapide et fiable, de pilotes formidables et d'une équipe qui puisse s'adapter à toutes les situations. A Sepang, Ferrari a coché toutes ces cases, sauf une: la fiabilité. Je peux comprendre combien l'équipe doit être frustrée, parce que j'ai connu ce genre de week-end peu réjouissant où vous saviez que vous aviez le package pour obtenir un résultat... alors que vous l'avez manqué en raison d'un problème technique."

Ross Brawn salue tout le même le "retour fantastique" de Sebastian Vettel, passé de la 20ème à la 4ème place finale.

"Je reconnais que si Sebastian avait eu un week-end sans problème, il aurait signé la pole le samedi et aurait très probablement gagné le dimanche" poursuit Brawn. "Kimi Räikkönen avait aussi une vraie chance de victoire, mais tout ce qui pouvait arriver de pire est arrivé pour Ferrari à Sepang, avec aussi cette collision entre Sebastian Vettel et Lance Stroll lors du tour de célébration. Il faudra attendre pour voir si Ferrari pourra vraiment éviter de changer la boîte de vitesses de Vettel à Suzuka, sinon cela pourrait occasionner une pénalité de cinq places sur la grille."

"Ce furent deux Grands Prix difficiles pour l'équipe italienne, avec seulement 12 points marqués en deux courses, alors qu'elle avait un package très compétitif à disposition. Il y a toujours des opportunités à saisir, mais leur nombre diminue. Ferrari ne doit plus commettre une seule erreur à partir de maintenant."

Quoique moins fringuant que Sebastian Vettel en rythme de course, Lewis Hamilton a tout de même terminé 2ème et compte désormais 34 points d'avance au championnat au bout d'une "course intelligente" pour Ross Brawn.

Le dirigeant de Liberty Media reconnaît que Mercedes n'avait "pas le rythme" de Ferrari et de Red Bull en course.

"Cependant vous devez saisir les opportunités qui se présentent à vous, et Lewis a tout eu bon de ce côté-là. Au départ, il ne s'est pas embarqué dans un combat contre Verstappen. Il savait qu'il avait beaucoup à perdre."

"Pour reprendre une analogie tirée du football, Lewis Hamilton peut maintenant 'garer le bus' devant son but [jouer en défense]. Bien sûr, Mercedes ne peut se reposer sur ses lauriers mais ce sera intéressant de voir leur stratégie à Suzuka."
source: Nextgen-Auto.com

McLaren admet qu'elle sera 'ridicule' si Honda gagne prochainement
Honda a progressé depuis le début de la saison et McLaren a ainsi pu viser les points à la régulière à Singapour et surtout à Sepang. Les sceptiques diront qu'il était facile pour les Japonais de mieux faire en partant d'aussi bas... Les autres constateront qu'après avoir changé du tout au tout son V6 l'hiver dernier, Honda semble avoir trouvé la bonne voie pour avancer.

Et si Honda rattrapait son retard sur la concurrence dès l'année prochaine? McLaren, qui roulera avec un V6 Renault, et qui a donc perdu son statut d'écurie d'usine, n'aurait pas l'air fin. En particulier si Red Bull en tire les bénéfices à compter de 2019 dans l'écurie-mère.

"Bien sûr si Honda commence à gagner en 2018 et pas nous, nous aurons l'air ridicules" concède Zak Brown, le directeur exécutif de McLaren.

"Mais je pense que tout le monde doit prendre sa décision et doit en accepter les conséquences. Le moment où vous prenez cette décision, vous vous demandez toujours: Et si j'avais faux? Mais tout le monde a fait ses devoirs et c'était une décision collégiale - qui n'était pas facile à prendre."

"C'est comme pour les 500 Miles d'Indianapolis. Quelqu'un a dit: Et si Alonso se blesse? Et si nous perdons une opportunité formidable à Monaco? Mais heureusement, Fernando a conduit de manière parfaite et Jenson a dû partir de la course de la voie des stands. Il nous faut regarder en avant, et pas en arrière."

Lié avec la marque Honda en Moto GP, où il connaît un succès phénoménal, Marc Marquez pense que McLaren aurait dû se montrer plus patient.

"Je pense qu'ils savaient dès le début que c'était un projet de long terme. McLaren savait que tout cela pourrait arriver même si Honda est l'une des plus puissantes marques du monde. J'espère que McLaren réalisera bientôt avoir pris une décision hâtive et que Honda sera la meilleure marque, à la fois en F1 et en moto."
source: Nextgen-Auto.com

Williams va opposer Kubica à Di Resta
Williams va bien tester Robert Kubica avec une voiture de 2014.

Le test ne se fera pas à Interlagos mais à Silverstone, le 11 octobre, et au Hungaroring, le 18 octobre.

Pour évaluer le potentiel du Polonais pour un retour en Formule 1, Williams a décidé de le confronter aux performances de Paul Di Resta, lui aussi candidat au baquet libre.

L'Ecossais roulera la veille des essais de Kubica en Hongrie, le 17 octobre.

Kubica avait déjà testé la Renault F1 sur le circuit du Hungaroring, l'un des plus difficiles pour les pilotes en termes de mouvement pour les bras.

Rappelons, comme nous vous le rapportions hier, que Pascal Wehrlein est aussi en lice pour prendre le baquet actuellement occupé par Felipe Massa. Le Brésilien, qui souhaite continuer avec Williams, va donc surveiller ces tests de près!
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul réagit à l'affaire Budkowski
Les équipes de Formule 1 ne souhaitent pas faciliter l'embauche de Marcin Budkowski chez Renault F1 et ont écrit une lettre en ce sens.

L'ancien directeur technique de la FIA n'a qu'un préavis de trois mois (loi suisse) et il connait la majeure partie des secrets des équipes, qui font valider des solutions techniques auprès de la Fédération.

Voilà un avantage énorme, une pépite dénichée par Renault F1. Un coup de maitre même selon la plupart des ingénieurs du paddock.

Cyril Abiteboul était resté mué à ce sujet lors du week-end de Sepang mais il a finalement réagi à la 'Sky'.

"Nous voulons être un top team d'ici 2020. C'est encore loin dans le temps mais quand on voit le travail qu'il y a à faire, combler une seconde à une seconde et demi au tour, c'est un grand pas en avant qui est nécessaire. C'est pourquoi nous avons besoin d'avoir une approche agressive pour y être d'ici 2020. Nous ne sommes pas en F1 pour nous faire des amis", lance le directeur de l'équipe d'Enstone.

"Il y a des manières de faire les choses et tout ce que nous faisons, nous le faisons pour faire croitre notre usine. Elle en a bien besoin."

"Il y avait 475 personnes quand nous avons racheté l'équipe (Lotus), il y en a maintenant 620. Ce n'est pas un secret que ces personnes doivent venir de quelque part, ça ne concerne pas seulement Marcin. Nous devons aller chasser des têtes dans les autres équipes."

Renault F1 se gardera bien de voler la propriété intellectuelle des autres équipes.

"Nous avons toujours été très fair play et juste. Nous ferons toujours des choses loyales et justes envers nos rivaux."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen était malade en Malaisie et l'est encore quelques jours avant Suzuka
Comment se sent Max Verstappen deux jours après sa victoire à Sepang? Malade!

Le pilote néerlandais a reconnu qu'il avait déjà une petite grippe à Sepang, où il a pourtant surclassé la concurrence.

"Normalement, je me sens bien, mais j'étais malade. La nuit avant le Grand Prix, j'ai mal dormi et c'était donc bien plus difficile que d'habitude. Je ne me sens pas si bien depuis un moment. J'ai une petite grippe, mon nez est bouché. J'ai un mal de tête. Je vais de mieux en mieux, mais ça prendra un peu de temps."

Max Verstappen est d'ores et déjà présent au Japon et se rendra en train à Suzuka. Il arrivera jeudi sur le circuit.

Rappelons que Sergio Pérez souffrait d'un "virus" à Sepang et qu'il a effectué toute la course alors qu'il était sous perfusion le week-end. Max Verstappen ne semble néanmoins pas souffrir des mêmes maux.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel devrait finalement éviter la pénalité à Suzuka
Sebastian Vettel devrait réussir à éviter la pénalité à Suzuka ce week-end pour un changement de boîte de vitesses.

Suite au stupide accident entre lui et Lance Stroll dans le tour d'honneur, Vettel admettait qu'il ne savait pas si sa boîte était endommagée. En cas de changement, cela lui aurait coûté 5 places sur la grille de départ au Japon, ce week-end.

Ferrari a donc mis les petits plats dans les grands: hors de question d'analyser la boîte dans le garage de Sepang ou de Suzuka, elle est directement partie par avion à Maranello.

Selon Sky Italia, la boîte de vitesses devrait être sauvée selon les analyses des ingénieurs de l'usine de la Scuderia Ferrari. Le conditionnel reste de mise: la boîte sera testée dès vendredi matin, lors des Libres 1, afin de vérifier que tout fonctionne effectivement de manière parfaite.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel est moins inquiet que son président concernant la fiabilité
Le président de Ferrari, Sergio Marchionne, a tapé du poing sur la table hier, après un 2ème Grand Prix de suite très difficile sur le plan comptable pour la Scuderia.

Quand ce n'est pas un accrochage au départ, c'est la fiabilité du moteur qui vient jouer des tours à la SF70H et ses deux pilotes.

L'Italien a donc promis des changements... mais il n'y a pas besoin de révolution de palais comme la Scuderia en a parfois eu, en son temps.

C'est en tout cas ce que Sebastian Vettel tente de suggérer à son grand patron même lorsqu'on lui demande si Ferrari a un vrai problème après deux incidents moteur en deux jours à Sepang.

"Je dois vous dire que j'espère que non. Je pense que nous avons la fiabilité sous contrôle de manière générale. Ce week-end, ce n'était pas le cas, mais il s'agit de petites choses. Malheureusement elles ont un grand impact et cela a compromis notre week-end en Malaisie", explique Vettel.

"Je ne sais pas encore si Kimi a souffert du même problème que moi mais ce n'est de toute façon jamais idéal d'avoir un problème sur une voiture le samedi et un autre sur l'autre voiture le dimanche. Nous allons devoir analyser pour comprendre."

"Cependant, je tiens à souligner que nous avons nettement augmenté nos performances cette année et que le bilan fiabilité est plutôt bon pour nous malgré ça."

Les petites choses qu'évoquent Vettel sont certainement liées au contrôle de la qualité, un des domaines que Marchionne veut améliorer.

"C'est certain, tout le monde est à la limite. C'est le jeu en F1, tout le monde fait pareil. Alors je ne suis pas trop inquiet, nous devons régler les problèmes que nous avons."

Kimi Räikkönen confirme lui aussi qu'il s'agit de détails à régler.

"Je ne pense pas que mon moteur ait eu le moindre problème, il pourra être réutilisé. Nous n'en sommes pas à notre dernier moteur contrairement à d'autres, la fiabilité n'est donc pas mauvaise. Je ne pense pas que nous ayons un gros problème à régler. Des petits, mais qui coûtent la même chose que des gros, un abandon."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen a observé la faille de Hamilton avant de l'attaquer à Sepang
Comme la plupart des observateurs du monde de la F1, Ross Brawn ne voyait pas Max Verstappen gagner dimanche dernier à Sepang. L'ancien ingénieur de Ferrari salue bien entendu la victoire ample du jeune pilote Red Bull et souligne à quel point elle a été acquise au mérite.

"Je ne pense pas que beaucoup de personnes auraient parié sur une victoire aussi contrôlée et confortable du Néerlandais, mais le jeune pilote, qui avait eu 20 ans samedi, a célébré ce moment important pour lui avec un pilotage maîtrisé, qui a vraiment concrétisé le potentiel du package Red Bull en Malaisie."

"C'était une 2ème victoire en F1 pleinement méritée. Max a montré une agressivité calculée en dépassant le poleman, Lewis Hamilton, au 4ème tour. Max a vu que Lewis souffrait pour trouver une bonne motricité en sortie de virage et a sagement utilisé l'énergie de sa batterie. Et quand l'opportunité s'est présentée, il n'a pas hésité. Ensuite, il a contrôlé la course jusqu'à l'arrivée, sans jamais faire une erreur."

Au-delà de la performance du jeune pilote Red Bull, Ross Brawn a été conquis par les progrès manifestes de l'écurie autrichienne.

"Ils ont fait bien des progrès depuis la pause, et à Singapour et à Sepang, ils étaient là au niveau du rythme. Ce ne s'est pas vu à Singapour, où un problème de boîte de vitesses a compromis les chances de Daniel Ricciardo, mais à Sepang, Ricciardo comme Verstappen étaient dans le coup depuis le début du week-end. Ce sera intéressant de voir s'ils seront de nouveau en forme ce week-end à Suzuka."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.