En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Samedi 30 Septembre 2017

Selon Kubica, on peut accepter les risques sans ressentir de peur
Robert Kubica n'en était pas à son coup d'essai en termes d'accident violent lorsqu'il a eu l'accident de rallye qui a subitement arrêté sa carrière, puisqu'il avait été victime de l'un des plus effrayants accidents de F1 de l'ère moderne, il y a dix ans au Canada, lorsque sa voiture avait percuté à plus de 240 km/h le mur en béton avant d'effectuer une série de tonneaux.

La F1 rappelle régulièrement que le risque zéro n'existe pas, pas plus qu'il n'existe dans d'autres séries. Cette année, un jeune pilote de F4, Billy Monger, a subi une double amputation des jambes après un énorme accident et devra, lui aussi, composer avec une vie modifiée par cet accident. Malgré tout, la peur ne fait pas partie de l'équation pour un pilote, selon Kubica.

"C'est vrai, je ne l'ai jamais ressentie. Je sais que les risques sont présents et qu'ils font partie des sports mécaniques, mais la peur n'a aucune place. Il est difficile d'en parler et je ne veux pas donner de leçons à qui que ce soit. Billy devra réapprendre à se connaître et avant tout, retrouver la paix avec lui-même et accepter sa nouvelle situation. Il pourra ensuite penser à accomplir certaines choses qu'il ne pourra pas imaginer faisables tant qu'il sera allongé dans son lit à fixer le plafond. C'est une chose que j'ai vécue plusieurs fois."

"Je pense que lorsqu'une chose comme celle-ci arrive à quelqu'un, il faut retrouver un équilibre personnel avant de penser à l'avenir. Au fil du temps, j'ai réalisé que le cerveau peut développer une capacité de compensation, au moins partielle, aux limites physiques que l'on rencontre. C'est difficile à expliquer et je pense que seules les personnes qui l'ont vécu peuvent comprendre ce que je dis."

Kubica a également appris à relativiser ce que la vie lui offre depuis son accident: "Il a complètement bouleversé ma vie mais je suis conscient qu'à quelques centimètres près, je ne serais même pas ici pour en parler. Le plus gros travail à faire a été dans ma tête. Il y a eu des moments terribles où je ne me sentais plus capable de subir cela. C'était pire que la douleur physique mais je peux maintenant me sentir en paix car je suis redevenu ce que j'étais, un pilote de Formule 1."

Depuis son départ, la Formule 1 a subi de nouveau la perte d'un pilote, Jules Bianchi, 20 ans après le dernier décès qui l'avait touchée. Malgré tout, la sécurité est toujours une priorité et l'an prochain, les voitures seront équipées du halo, ce système de protection qui fait débat.

"Durant les dernières décennies, des pas de géant ont été faits grâce aux efforts de la FIA, et la sécurité reste la priorité absolue. Le halo, je ne dis pas qu'il est joli mais il protège la tête, donc il doit être utilisé dans toutes les catégories. Dans quelques années, on ne le remarquera même plus."

"Mais il y a encore plus à faire sur la route. Je pense notamment à l'utilisation du téléphone au volant, qui est très dangereuse puisqu'elle peut transformer un simple moment de distraction en accident. On peut faire tout ce que l'on veut pour améliorer le support technologique qui rend les voitures encore plus sures, mais l'élément humain est le plus important sur lequel il faut travailler, et il faut éduquer les gens" conclut le Polonais.
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso s'attend à franchir un grand pas en avant avec Honda
Toro Rosso aura l'an prochain un nouveau pilote pour remplacer Carlos Sainz (voire deux si Daniil Kvyat est définitivement écarté), et également un nouveau moteur avec Honda. On peut parler de révolution chez la petite Scuderia!

Franz Tost, le directeur de Toro Rosso, pense que l'accord avec Honda porte en lui les germes du succès, même si le motoriste japonais est dépassé par les événements depuis 2015...

"Le partenariat entre McLaren et Honda était un peu difficile par le passé, comme les deux parties l'ont révélé. Nous savions que McLaren cherchait un autre partenaire, donc nous avons commencé à négocier avec Honda et à la fin nous avons trouvé un accord pour les trois prochaines années."

"La beauté de cet accord, c'est que nous nous attendons à une coopération fructueuse avec Honda, parce qu'autrement, nous n'aurions pas signé cet accord. Je suis convaincu que Honda réglera tous ses problèmes techniques et je suis aussi convaincu que le moteur est déjà bien meilleur que ce beaucoup de personnes pensent, parce que McLaren est assez proche de nous - malheureusement - et même parfois plus rapide que nous. Donc je suis sûr que cette coopération sera couronnée de succès."

Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren, a assuré avoir confiance Honda pour construire un moteur compétitif, mais guère avant plusieurs saisons. Toro Rosso a-t-elle le temps de se montrer plus patiente que l'écurie de Woking?

"La question, c'est de savoir de combien de temps nous parlons. Je m'attends vraiment à ce que dès l'an prochain, le package de Honda soit compétitif."

Toro Rosso pourrait donc recueillir les fruits de la patience de McLaren en 2018, sans avoir eu à subir le moteur japonais durant plusieurs saisons... à la plus grande joie de Tost!

"Si c'est ainsi, très bien! Pourquoi pas? Nous sommes ouverts! Et n'oubliez, pour Toro Rosso, la coopération avec Honda signifie un pas en avant, à 100 %. Chez Renault, nous sommes la troisième équipe et nous la seule équipe motorisée par Honda au contraire, donc nous nous attendons à beaucoup de choses positives grâce au design de la voiture [avec une bonne intégration du châssis dans le V6] et à notre coopération avec Honda. Donc encore une fois: pour nous, cet accord, c'est un grand pas en avant."

Sauber avait pourtant annulé son accord avec Honda. L'écurie suisse craignait que McLaren, séparée de Honda, ne lui fournisse plus de boîte de vitesses.

"Nous produisons notre propre boîte" explique Franz Tost. "Donc c'est vraiment facile pour nous. C'est Toro Rosso: nous sommes flexibles! C'est un vrai point positif en plus de notre côté."

Chacun dans le paddock a bien compris que Red Bull viserait aussi un transfert chez Honda en 2019. Toro Rosso serait ainsi utilisé comme mulet pendant une saison.

"Pour confirmer cela, vous devez d'abord parler avec Red Bull Racing. Nous savons seulement que nous avons un accord de trois ans" répond, moins confiant, Franz Tost.

Pour autant, la stabilité moteur n'est pas le point fort de Toro Rosso. Après être passé de Ferrari à Renault, et inversement, voici maintenant que la petite Scuderia file chez un motoriste japonais. Comment gérer tous ces changements?

"Cela montre d'abord à quel point nous sommes flexibles. Nous y sommes habitués, donc c'est facile pour nous. Imaginez, notre dernier changement, de Ferrari à Renault, c'était il y a dix mois. Donc rien ne peut nous choquer. Et maintenant, nous aurons un moteur japonais pour les trois prochaines saisons. Je vois aussi les bénéfices d'avoir un certain degré de stabilité, mais cela fait partie de l'équipe."

"James Key, notre directeur technique, et son groupe d'ingénieurs, sont la source de cette stabilité et c'est d'eux que nous tirons notre force. Et nous avons montré que nous sommes capables de nous battre avec des équipes ayant beaucoup plus de stabilité que nous. Avec tous ces changements auxquels nous avons toujours dû faire face, nous avons constamment été en position d'avoir notre voiture prête pour le premier test de pré-saison, et c'est une grande réussite. Mais encore une fois, il ne faut pas absolument changer de moteur d'une saison à l'autre! (Rires)."

"Au sujet de nos nouveaux partenaires japonais, la bonne nouvelle, c'est que j'ai vécu au Japon pendant une année, donc je suis conscient des difficultés qui pourraient se soulever en termes de communication, et nous travaillons déjà sur le sujet."
source: Nextgen-Auto.com

Pas de retour prévu à Sepang avant cinq ans
Le Grand Prix de Malaisie est la deuxième course d'asie la plus ancienne après le Japon et la 19ème édition, disputée ce dimanche, sera la dernière puisque le promoteur n'a pas renouvelé son contrat avec la F1. Le directeur du circuit a confirmé que la Formule 1 ne reviendrait pas avant plusieurs années à Sepang.

"C'est le dernier Grand Prix, nous faisons une pause et il faudra au moins cinq ans avant que nous revenions. C'est à 200% notre dernier Grand Prix de Formule 1. Même si la F1 devenait gratuite pour nous, nous ne le ferions pas. Pas tout de suite."

"Les retours ne sont pas positifs pour la Malaisie" explique Razlan Razali. "Cela inclut la quantité de spectateurs. Nous remercions le gouvernement pour ces 19 années d'organisation de la F1 en Malaisie. Nous pourrions leur dire de continuer mais en tant que directeur du circuit, la durabilité est importante. Nous devons faire une pause avec la F1."

La Malaisie a toujours eu du mal à rencontrer un vrai succès avec la Formule 1 et le contraste provoqué par le succès resplendissant de la course de Singapour a relégué le Grand Prix à Sepang au rang de gouffre financier, comme l'étaient avant elle Yeongam ou Jaypee, qui ont déjà quitté le calendrier. Seules trois courses asiatiques resteront au calendrier avec son départ.

"Le déclin du nombre de spectateurs a commencé quand Singapour est arrivé au calendrier, sans aucun doute. L'an dernier, nous avons eu le pire nombre de spectateurs de notre histoire et la moins bonne exposition médiatique. Il est temps de s'arrêter."

"Je pense que ne pas avoir de pilote de Formule 1 malaisien contribue à son déclin car les Malaisiens veulent voir un pilote local rouler. Nous avions déjà vendu toutes les places en tribune pour le Grand Prix de Moto GP il y a un mois" rappelle-t-il, précisant que trois Malaisiens roulent dans les catégories moto.

Il avoue également que les chiffres ne sont pas bons malgré la réduction du prix et le fait que cette course sera la dernière à Sepang: "Nous avons vendu 65% de billets en plus. C'est bien car c'est la dernière course ici et nous avons réduit le prix du billet pour les Malais de 82%. Cependant, nous ne sommes même pas au complet. Nous nous attendons à remplir les tribunes à 80%."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli prévoit entre un et deux arrêts demain... sur le sec
Le pilote Mercedes Lewis Hamilton s'empare de la pole position du Grand Prix de Malaisie à l'issue de qualifications très serrées, disputées dans des conditions de chaleurs élevées, avec des températures de piste atteignant jusqu'à 40°C.

Les deux Mercedes, ainsi que la Ferrari de Kimi Räikkönen et la Red Bull de Max Verstappen franchissent le cap de la Q1 avec les seuls pneumatiques tendres qui s'étaient révélés environ 0"8 moins performants au tour que les super-tendres en essais libres.

Dès lors, cette dernière gomme fut privilégiée durant tout le reste des qualifications qui se déroulèrent à 17 heures, soit deux heures plus tard que l'horaire de départ du Grand Prix.

"Le super-tendre fut utilisé durant toute l'heure de qualifications, à l'exception de quatre pilotes qui privilégièrent les tendres pour accéder à la Q2. Nous avons pu une nouvelle fois observer la tendance d'une amélioration des chronos grâce à des pneumatiques plus tendres que par le passé, la pole position ayant été en progression de plus de trois secondes par rapport à la référence établie en 2016", note Mario Isola.

"En dépit des contraintes supérieures engendrées sur la gomme et des plus hautes vitesses de passages en courbes - qui ont conduit à une amélioration constante du record - il est possible d'assister de nouveau à des stratégies d'un arrêt aux stands. Deux pit-stops pourraient être intéressants si les températures sont supérieures. La météo demeure cependant toujours difficile à prédire."
source: Nextgen-Auto.com

Hülkenberg en Q3, Palmer pas si loin!
Le pilote Renault F1 Nico Hülkenberg a signé le huitième temps des qualifications disputées sur le Circuit International de Sepang. Il entre donc une nouvelle fois en Q3.

Son équipier Jolyon Palmer, qui a été proche de l'Allemand, n'a pas eu cette chance. Il s'élancera de la douzième place du dernier Grand Prix de Malaisie.

"Je suis assez content de la séance d'aujourd'hui. Nous avons lutté tout le week-end avec l'équilibre et la vitesse. Nous n'étions pas sûrs d'entrer en Q3, donc je suis assez satisfait du résultat. Nous attaquerons demain pour faire un peu mieux et devancer les McLaren et les Force India", déclare Nico Hülkenberg.

"Je suis légèrement déçu de ne pas finir dans le top dix", ajoute Jolyon Palmer.

"Nous avions un bon rythme, mais nous l'avons finalement manqué de justesse. Demain, nous partirons douzièmes et j'espère progresser. Nous n'avons que deux places à gagner pour entrer dans les points. Tout peut se passer dans les premiers virages, donc nous devrions y arriver."

Alan Permane, Directeur sportif, reconnait que Renault a eu des difficultés à trouver le bon équilibre, mais l'équipe est bien placée pour demain.

"Les qualifications d'aujourd'hui étaient un peu frustrantes, nous aurions aimé mener les deux voitures en Q3. Nous avons un peu plus de mal en Malaisie que sur les derniers rendez-vous. Ce week-end, l'équilibre de la monoplace n'est pas celui que nous voudrions et malgré nos améliorations, nous ne sommes pas totalement satisfaits. Cela étant, les pilotes étaient beaucoup plus heureux vendredi lors de leurs relais avec une forte charge d'essence. Cela nous donne confiance en vue de la course demain. Nico s'élancera en huitième position derrière les McLaren et les Force India. Il est bien placé pour marquer de bons points. Jolyon a fait un bon travail et il partira douzième, une place lui permettant assurément de viser les points."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso écarte Gelael pour un volant de titulaire en 2018
L'objectif de Toro Rosso pour cette fin de saison demeure le même pour son directeur Franz Tost: finir "5ème au classement des constructeurs."

Il y a un hic cependant: cette saison, c'est surtout Carlos Sainz qui inscrit les points pour Toro Rosso. Daniil Kvyat, avant d'être écarté pour la Malaisie et le Japon, n'a inscrit que quatre points.

"Oui, nous souffrons avec la 2ème voiture, qui n'a marqué que quatre points, mais la 5ème place est l'objectif" confirme Franz Tost, qui en profite donc pour accabler un peu plus le Russe.

L'an prochain, avec le départ de Carlos Sainz, il y aura un baquet de libre chez Toro Rosso, ou peut-être deux si Daniil Kvyat est définitivement mis sur la touche. Un volant semble promis à Pierre Gasly...

"Nous ne savons pas encore qui sera dans la voiture" assure pourtant Tost. "C'est pourquoi Red Bull a décidé de faire rouler Pierre Gasly, pour voir sa vraie performance. Ensuite, nous aurons la décision de Red Bull."

Un retour de Kvyat n'est donc pas exclu...

"Tout est ouvert. Il a été dit qu'il est toujours un pilote Red Bull et il a un contrat valide."

Sean Gelael a aussi participé à quelques essais libres, dont ce vendredi à Sepang. Est-il une piste sérieuse pour l'an prochain?

"Il fera quatre EL1 pour nous cette année. A Singapour, à Sepang, à Austin et à Mexico, et il fera un jour d'essai privé à Abu Dhabi. Mais il sera définitivement en Formule 2 l'an prochain. Nous verrons ensuite pour 2019."

Si l'Indonésien est écarté, il ne reste plus comme pistes sérieuses que Gasly et Kvyat tant la filière Red Bull semble tarie.

"Voilà, il n'y a personne d'autre dans notre programme junior. Mais nous verrons" conclut Franz Tost, énigmatique.

Red Bull pourrait-elle faire un coup en allant chercher un pilote au dernier moment, hors de sa filière?
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Sur le papier, Räikkönen sera plus rapide en course
Chez Mercedes, on est évidemment ravi de la 70ème pole position de Lewis Hamilton. Cependant la monoplace grise ne semble pas vraiment devant les Ferrari (voire même les Red Bull en conditions de course) en performance pure, ce qui inquiète aussi Toto Wolff.

Comme Niki Lauda, le directeur de Mercedes pense que c'est surtout le pilote qui a fait la différence en qualifications...

"Un tour foudroyant de Lewis. Il a tout mis ensemble. Mais nous sommes toujours un peu confus, parce que notre voiture n'était pas bonne. Nous n'avons fait fonctionner nos pneus dans leur bonne fenêtre durant tout le week-end et quand les températures ont chuté et que les nuages sont arrivés, alors, la voiture était très rapide. Nous devons trouver pourquoi."

"Peut-être que nous ne devrions pas sous-estimer l'importance du pilote. Ces voitures sont délicates à conduire et Lewis a amélioré son pilotage durant tout le week-end, comme à Singapour."

Toto Wolff confirme toutefois que ses deux pilotes roulaient avec des réglages dissemblables en qualifications.

"Nous devons tout étudier minutieusement pour essayer de comprendre. Je ne pense pas que ce soit un problème d'évolution pour Valtteri. Je pense que nous avons une solide évolution aérodynamique, mais nous n'en étions pas certains. Après les EL3, nous avons décidé de ne pas faire rouler Lewis avec tous les nouveaux réglages, parce que ç'aurait été délicat. Mais je pense que ce sera le cas au Japon, toutes les données disent que [ces réglages] sont bons."

Le rythme des Ferrari devrait être très solide en course, mais seul Kimi Räikkönen pourra au départ menacer Lewis Hamilton, puisque Sebastian Vettel partira dernier. Toto Wolff se méfie aussi d'un autre facteur qui pourrait faire toute la différence...

"Vous avez pu le voir: sous la pluie, hier, la voiture de Daniel Ricciardo fonctionnait, il était deux secondes plus rapide que nous. Donc s'il pleut... Sur le sec, Kimi Räikkönen a probablement la voiture la plus rapide sur le papier. S'il y a peu d'écarts entre les voitures, Vettel remontera moins facilement et inscrira moins de points."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber termine la saison en roue libre
L'écurie Sauber place Pascal Wehrlein et Marcus Ericsson respectivement en 18ème et 19ème positions, ce qui n'est pas une source de joie intense, mais on le sait, l'équipe suisse pense déjà très fort à la saison prochaine et de moins en moins à celle-ci...

"Cela n'a pas été une journée facile pour nous en Malaisie", déclare Marcus Ericsson.

"Nous savions que nous n'avions pas grand-chose à espérer en qualification. Toutefois, nous étions plus proches de nos principaux adversaires et c'est positif. Il nous reste toutefois beaucoup à faire pour progresser encore plus. Nous allons maintenant analyser les données afin de faire un autre pas dans la bonne direction."

"Cette qualification n'a pas été trop mauvaise", ajoute Pascal Wehrlein.

"Cela s'est mieux passé que ce à quoi je m'attendais. C'est une chose positive d'avoir été en mesure de réduire notre retard sur nos principaux rivaux par rapport aux essais libres. Nous attendons maintenant la course et nous verrons bien comment cela se passera."
source: Nextgen-Auto.com

Les Force India bien placées pour la chasse aux points
Esteban Ocon et Sergio Pérez ont signé respectivement le 6ème et le 9ème chrono aujourd'hui en qualification. Si l'un est plus heureux que l'autre, l'objectif est le même pour les deux: marquer des points demain en course.

"Je suis très content de notre performance d'aujourd'hui", se félicite Esteban Ocon. "Notre voiture se comporte bien depuis le début du week-end et il est clair que notre travail depuis Singapour a payé. Je pense que nous avons trouvé un peu plus de performance aujourd'hui et ce sont toutes les petites modifications sur la voiture qui ont fait la différence. C'est un bel effort de la part de l'équipe et cela nous met en bonne position pour demain. On ne peut jamais savoir ce qui arrivera en course, mais je pense que nous avons de bonnes chances de marquer de gros points." "Cela n'a pas été une qualification facile pour moi", déclare Sergio Pérez. "J'ai été malade cette semaine et c'est probablement le pire endroit au monde lorsque vous ne vous sentez pas bien. J'ai fait une erreur dans le virage 11 lors de ma dernière tentative en Q3 et cela m'a fait perdre mon rythme. Mon résultat n'est pas mauvais si on prend tout en considération, car je pense que nous sommes en bonne position pour la course. Le départ sera très important et j'espère gagner quelques positions. Tout peut arriver en course ici, d'autant plus que le temps est imprévisible."
source: Nextgen-Auto.com

Gasly à seulement un dixième et demi de Sainz pour sa première
Pour une première, c'est une première réussie. Pierre Gasly n'a pas du tout à rougir après ses premières qualifications. Le Français a pris la 15ème place, à seulement 150 millièmes de son coéquipier, qu'il a par ailleurs franchement battu en Q1. Il avait logiquement le sourire après sa performance.

"C'était une journée positive, je suis heureux. Vos premières qualifications sont toujours un moment spécial! J'ai essayé de faire de mon mieux et nous avons vraiment fait de bons progrès entre les EL3 et les qualifications. Je me suis senti à l'aise en Q1 et ensuite en Q2 j'ai continué mon apprentissage en donnant tout ce que j'avais, et je dirais que nous pouvons être satisfaits du résultat! J'ai maintenant hâte d'être à demain, pour ma première course en F1... C'est un rêve d'enfance pour moi. Je m'attends à une très bonne expérience, j'espère continuer à m'améliorer demain aussi. Vous ne savez pas ce qui peut arriver avec la météo ici donc, s'il pleut, si la course se déroule dans des conditions délicates, alors, j'en serais heureux puisque je me suis senti à l'aise sous la pluie en EL1, vendredi, et je suis sûr que la pluie rendra le tout plus excitant!"

Carlos Sainz a évité la petite humiliation de se faire battre par Pierre Gasly dès ses premières qualifications. Il est tout de même inquiet: sa Toro Rosso n'était guère au rendez-vous pour ce qui est de la performance pure...

"Je ne suis pas surpris de finir 14ème, c'est plus ou moins notre position durant tout ce week-end... Donc il faut se pencher là-dessus, parce que pour le moment nous sommes un peu trop loin de la Q3. Avant d'arriver ici, nous pensions un mieux performer que cela... Les évolutions que nous avons amenées ici ne fonctionnement pas vraiment aussi bien qu'attendue, au moins pour le moment. Cela dit, c'est vrai aussi que nous n'avons pu faire beaucoup de tours ce week-end. Nous avons l'habitude d'être un peu plus performants en course, donc j'espère que nous prendrons part à une bonne bataille dans le milieu du peloton pour regagner un peu de terrain. S'il pleut, tout peut arriver comme nous l'avons vu à Singapour, donc j'en serais heureux."
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen est content de sa troisième place
Max Verstappen est satisfait de sa troisième place aujourd'hui en qualification sur le circuit de Sepang, mais le jeune Néerlandais ne cache pas qu'il espère faire mieux demain en course.

"Ce fut une bonne qualification", se réjouit Max Verstappen. "Je suis réellement content de cette troisième place le jour de mon anniversaire. Cela n'a pas été facile ce matin, la voiture ne se comportait pas très bien, mais nous l'avons améliorée pour la qualification. C'est très amusant de passer dans les virages cinq et six le pied au plancher."

Quel sera l'objectif demain en course? "Nous savons que nous manquons un peu de puissance en qualification, mais nous devrions être plus proches des meilleurs en course. J'espère prendre un bon départ et ensuite nous verrons bien ce qui se passera. J'espère ne ps être pris en sandwich", plaisant le Néerlandais en se souvenant de ce qui lui était arrivé il y a deux semaines à Singapour.
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes Haas fatalistes après leur contre-performance à Sepang
Sur la lancée d'un vendredi problématique, Haas n'a pu redresser le tir en qualifications. Les deux monoplaces américaines ont été éliminées en Q1, avec Romain Grosjean devant Kevin Magnussen. A noter que le Français a établi son meilleur temps en tendres (les supertendres ont du mal à fonctionner sur sa voiture).

Après l'accident de la veille, la monoplace de Grosjean a été réparée pendant la nuit. Sans les dernières évolutions, faute de pièces de rechange, le Français a tout de même battu son coéquipier.

"C'est assez incroyable de voir ce que l'équipe a été capable de faire après l'accident d'hier. C'est vraiment une équipe formidable et cela montre combien nous nous sommes améliorés depuis nos débuts en F1. Ils ont réussi à réparer la voiture après le couvre-feu, mais en très peu de temps tout de même. Je suis très fier d'eux."

"Malheureusement, nous avons été sortis en Q1. Nous allons tout analyser, autant que possible. Nous faisons vraiment de notre mieux, mais lors de ces dernières courses, nous n'avions simplement pas assez de performance. Nous savons que les supertendres ne sont pas les pneus qui nous conviennent le mieux, en général. Nous souffrons à en trouver la bonne fenêtre de fonctionnement. Nous devons simplement continuer à travailler, nous sommes dans le même bateau, il faut travailler dur. Cela paiera à un moment donné. Demain, c'est une longue course, il fera très chaud. La météo peut être délicate..."

Kevin Magnussen partira 17ème, juste derrière son coéquipier, et n'a pas le sentiment qu'il pouvait atteindre la Q2 aujourd'hui.

"Mon ressenti n'était pas trop mauvais. La voiture n'est juste pas compétitive. C'est difficile pour nous mais c'est ainsi. La voiture n'est pas lente, elle était rapide à d'autres occasions, pendant d'autres courses. Nous ne sommes simplement pas constants dans certains domaines. Nos performances varient trop en raison d'un certain facteur. Nous y travaillons. L'essentiel, c'est d'avoir désigné une bonne base de départ pour la voiture. Simplement, ça ne marche pas parfois, et aujourd'hui, c'était le cas."

Gunther Steiner, le directeur de l'équipe, avait la mine des mauvais jours.

"Notre week-end ne s'améliore pas. Rien de pire ne peut vraiment nous arriver pour demain. Nous connaissons ce genre de week-end où rien ne semble aller dans la bonne direction. Nous devons simplement essayer de faire de notre mieux avec ce que nous avons demain."
source: Nextgen-Auto.com

Les Williams hors du Top 10 en qualification
Les Williams de Felipe Massa et Lance Stroll ont été éliminées dès la fin de la Q2 en Malaisie, mais l'un et l'autre espèrent bien marquer quelques points demain en course.

"Je suis un peu déçu de ne pas être en Q3", déclare Felipe Massa.

"J'étais pourtant ravi de ma voiture et de son équilibre. J'ai fait une très bonne Q1, mais cela n'a pas été parfait en Q2 pour tout vous dire. J'ai eu du trafic lors de ma première tentative et lors de la suivante, la voiture talonnait dans le deuxième virage et cela m'a fait perdre de la motricité. Ces petits problèmes m'ont fait perdre une position."

"Cela aurait pu mieux se passer dans le premier secteur, mais mes pneus étaient trop froid après mon tour de lancement", raconte Lance Stroll.

"Quoi qu'il en soit, ce fut une bonne qualification puisque nous sommes au moins en Q2. S'il devait pleuvoir demain, cela nous offrirait de belles opportunités et nous essayerons d'en profiter. Sur le sec nous pourrions tenter de remonter dans le classement grâce à une bonne stratégie. L'usure des pneus arrière jouera un rôle important ici. Nous allons maintenant nous concentrer afin de marquer quelques points demain, car la course sera longue et chaude."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Ce sera impossible de garder Vettel derrière nous
Belle performance de McLaren Honda aujourd'hui à Sepang, avec les deux voitures en Q3, sur un circuit où le moteur compte pourtant beaucoup.

Fernando Alonso a toutefois profité des problèmes de Sebastian Vettel en Q1 et il s'est qualifié à la dernière place en Q3.

"Avec Seb, l'histoire aurait été différente. Mais ce sera de toute façon différent demain: ce sera impossible de le contenir derrière nous. Il va vite remonter avec sa voiture", prédit Alonso.

"Nous avons vu l'an dernier quelques courses où il partait dernier, je ne sais plus où, et il remontait jusqu'à la 5ème place. Avec sa Ferrari très compétitive aujourd'hui, il fera mieux. Donc je ne pense pas que nous devrons nous occuper de lui demain."

"Cela s'est pas mal passé sur un tour pour nous mais en course ce sera une autre histoire. Nous n'avons pas le même rythme sur les longs relais. Cela va être dur de jouer les points mais la pluie pourrait nous aider."

Son équipier, Stoffel Vandoorne, s'est montré plus à l'aise aujourd'hui.

"Le nouveau fond plat ne m'a pas aidé aujourd'hui. Hier, oui, et nous l'avons reconnu. Aujourd'hui, je pense qu'il va falloir démentir. Je n'étais pas à l'aise."

Le Belge était lui très content de sa 7ème place.

"Nous avons bien géré cette séance. 7ème je ne pouvais pas rêver mieux. Seul Esteban Ocon fait mieux que moi, pour un dixième, dans le match des meilleurs des autres. Mais demain, ce sera plus difficile. C'est certain."
source: Nextgen-Auto.com

Raikkonen est satisfait mais pas totalement
Sebastian Vettel ayant été éliminé dès la fin de la Q1, la Scuderia Ferrari comptait sur Kimi Räikkönen pour devancer Lewis Hamilton. Malheureusement pour Ferrari, Kimi Räikkönen est bien en première ligne, mais la pole position est pour le pilote Mercedes.

"C'est pas mal, mais quand on est aussi proche de la pole position, c'est décevant", déclare Kimi Räikkönen.

"Je sais que j'ai tout donné pour sortir ce tour.Je pense avoir tiré le maximum de la voiture aujourd'hui, même s'il y a toujours moyen de faire mieux en faisant le tour parfait, mais cela n'est pas arrivé. Ma voiture se comporte très bien depuis le début du week-end."

"Le premier virage est loin du départ et on pourrait donc profiter de cela en prenant un bon envol. Les premiers virages sont très serrés et ils s'y passent souvent des choses. Nous allons essayer que rien ne se passe durant les trois premiers virages et ensuite, nous verrons bien", ajoute le champion finlandais.

"Demain s'annonce serré et on essayera de dépasser les 100 premiers mètres cette fois! Avoir un bon départ sera essentiel mais l'on sait combien les premiers virages sont étroits ici. On verra ce que l'on peut faire mais, une chose est certaine, je ne veux pas me faire rentrer dedans cette fois-ci!"
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo 4e sur la grille de Sepang
Red Bull est plus en forme que prévu à Sepang: Max Verstappen signe le 3ème temps et Daniel Ricciardo le 4ème.

Les deux hommes ont évidemment profité du problème moteur de Sebastian Vettel mais ils ont battu la Mercedes de Valtteri Bottas à la régulière. Ricciardo est heureux de cette séance.

"Si on est honnête, ce sont les Ferrari qui ont été le plus constantes ce week-end. Mercedes n'a pas encore montré tout son potentiel, et de notre côté, nous ne sommes pas complètement satisfaits même si notre voiture est rapide. On espère trouver encore un petit quelque chose pour faire la différence", commente Ricciardo.

"Si la course se déroule sur le sec, il faudra opérer dans la bonne fenêtre de température des pneus. C'est essentiel parce qu'il suffit de 5 degrés d'écart et cela peut être le jour et la nuit en termes de performance."

"Maintenant, s'il pleut, nous serons évidemment très heureux. Nous serons sans doute davantage en position de troubler le match Ferrari-Mercedes. Dès le départ, on tentera de leur mettre la pression."

"Mercedes veut que nous soyons rapide", ajoute l'Australien. "Parce que cela permettra de garder Vettel derrière. C'est du gagnant-gagnant."

Ricciardo lance une plaisanterie pour ne pas changer.

"Aujourd'hui, j'ai offert un demi-dixième à Max pour son anniversaire. Il a 20 ans! Il est vieux maintenant. Je voulais évidemment finir devant lui mais je vois l'écart avec Hamilton et, 5 dixièmes, ce n'est pas si mal sur un tel circuit. 4ème c'est bien, j'ai gagné de cette place l'an dernier!"
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene ne croit pas en la malchance...
Sebastian Vettel semblait en mesure de viser une place sur la première ligne de la grille de départ, mais un problème sur son nouveau moteur l'a éliminé dès la fin de la Q1.

Ce nouveau moteur avait été monté juste avant la qualification, car le précédent avait eu des soucis ce matin lors de la troisième séance d'essais libres.

C'est donc depuis la dernière ligne que Vettel prendra le départ demain alors que son adversaire Lewis Hamilton est en pole position. Le scénario ne pouvait pas être pire pour Ferrari et Vettel.

"Ce qui est arrivé aujourd'hui à Sebastian est vraiment dommage", commente Maurizio Arrivabene, le patron de la Scuderia Ferrari. "Mais c'est demain qu'on dispute la course et c'est à elle que nous allons maintenant penser. Il semblerait que le problème est lié à la connexion entre le turbo et le moteur, mais nous devons encore investiguer là-dessus."

Vettel est-il passé sous une échelle ou a-t-il croisé un chat noir pour avoir autant de malchance?

"Personnellement, je ne crois pas en la malchance", poursuit Arrivabene. "Si la malchance existe vraiment, alors on doit reconnaître qu'elle s'acharne sur nous. Etant donné la prestation de Kimi (Räikkönen), je dirais que la pole position était à notre portée. Demain, nous aurons un pilote sur la première ligne et l'autre sur la dernière, mais nous sommes ici pour nous battre et nous n'allons pas baisser les bras."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas, seulement 5e, est critiqué par Lauda
Valtteri Bottas a, encore une fois, déçu son équipe Mercedes.

Le pilote finlandais utilisait les évolutions aérodynamiques de la W08, contrairement à Lewis Hamilton, qui ne les a pas appréciées. Mais il ne signe que le 5ème temps, loin derrière la pole du Britannique.

"Nous avons fait un pas en avant par rapport à hier. Nous finissons cette journée avec des voitures complètement différentes, entre Lewis et moi. Cela semble fonctionner pour lui mais pas trop pour moi", dit-il, pour se justifier.

"Cela a été difficile pour moi cette année, à plusieurs reprises. Mais le pack aéro est bien différent et nous devons analyser pourquoi il n'a pas été meilleur."

Niki Lauda adresse déjà des critiques à son pilote.

"Pour moi c'est plus un problème de pilote que de voiture", lance-t-il.

"C'est un résultat fantastique grâce à Lewis, encore une fois. Lewis a encore sorti un tour dont il a le secret. Mais pour profiter des malheurs de Ferrari, il doit finir la course en tête et ensuite on verra où finit Vettel."

"Pour Valtteri, je suis sans mot. Je ne comprends pas ce qui ne va pas pour lui."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Heureux pour moi, désolé pour Seb!
Lewis Hamilton peut être doublement heureux de cette journée: il signe la pole à Sepang, pour le Grand Prix de Malaise, demain. Et son rival, Sebastian Vettel, partira dernier.

Le Britannique est évidemment heureux de sa 1ère place sur la grille mais ne veut pas se réjouir de ce coup de pouce au championnat donné par Ferrari.

"Franchement, je ne savais pas quoi attendre de cette journée. Hier c'était tellement difficile pour nous. C'était donc une vraie surprise pour nous d'être devant aujourd'hui, pour nous battre avec tous les autres. Je remercie vraiment mon équipe Mercedes pour ça", dit-il.

"Je dois aussi dire que je suis désolé de ce qui est arrivé à Seb. Il était évidemment très rapide lors des essais libres mais les problèmes, ça arrive. Il aurait été très compétitif je pense, quand on voit que Kimi est juste derrière moi, à moins d'un dixième."

Hamilton a aussi un mot pour le public malaisien.

"C'est notre dernier Grand Prix ici, et la foule semble apprécier que nous soyons là. J'espère que nous reviendrons."

La course est maintenant dans sa tête.

"On aura une belle bataille avec Kimi et les Red Bull qui sont fortes sur les longs relais. Nous ferons au mieux pour profiter de notre pole et arriver en tête au premier virage. Après, nous verrons bien!"
source: Nextgen-Auto.com

GP de Malaisie - Essais qualificatifs
Lewis Hamilton (Mercedes) a signé sa neuvième pole de la saison, la 70ème de sa carrière, au GP de Malaisie à Sepang avec un record du tour établi à 1'30"076. Le leader du championnat a eu de la réussite puisque Kimi Räikkönen (Ferrari) a échoué à seulement 45 millièmes et complètera la première ligne.

Lewis Hamilton peut surtout se réjouir des malheurs de son rival pour le titre Sebastian Vettel (Ferrari). L'Allemand a été éliminé dès la Q1 après avoir rencontré un problème de turbo suite au changement de Power Unit consécutif à un souci électrique à la fin des EL3. L'Allemand s'élancera de la dernière ligne.

Les Red Bull de Max Verstappen et Daniel Ricciardo sont en deuxième ligne devant Valtteri Bottas (Mercedes). Esteban Ocon (Force India) complète la troisième ligne alors que son coéquipier Sergio Pérez échoue derrière Stoffel Vandoorne (McLaren) et Nico Hülkenberg (Renault). Fernando Alonso (McLaren) complète le top dix.

Pierre Gasly (Toro Rosso) n'a pas pu aller plus loin que la Q2. Le pilote Toro Rosso a signé le dernier temps de la séance à plus d'un dixième de son coéquipier Carlos Sainz. Les Williams sont également éliminées, Felipe Massa ayant échoué à deux centièmes de Fernando Alonso (McLaren) tandis que Lance Stroll pointe au 13ème rang derrière Jolyon Palmer (Renault).

Les Haas de Romain Grosjean et Kevin Magnussen ont été les premières éliminées en Q1, le Français ayant échoué pour moins de trois dixièmes face à Fernando Alonso (McLaren). Les VF-17 ont précédé les Sauber de Pascal Wehrlein et Marcus Ericsson. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Catastrophe pour Vettel en qualifications à Sepang
C'est une catastrophe pour Sebastian Vettel: le rival de Lewis Hamilton dans la course au titre devra partir du fond de la grille puisqu'il n'a pu défendre ses chances en qualifications.

Le nouveau moteur Ferrari installé après les Libres 3 en toute hâte n'a visiblement pas été monté correctement et Vettel n'a pu rouler qu'au ralenti, sans puissance.

Impossible dans ces conditions de signer le moindre temps. C'est un nouveau coup dur, après l'accident au départ à Singapour, pour l'Allemand dans la course au titre puisque Hamilton est sorti sans encombre de la Q1 et de la Q2.

"J'ai perdu la puissance. Je ne sais pas quoi faire. C'est pire quand j'essaye de changer les réglages. Comme si je n'avais pas de turbo", avait-il expliqué à la radio.
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc admet déjà lorgner sur le baquet Ferrari pour 2019
Charles Leclerc reconnaît déjà viser une place potentielle chez Ferrari en 2019.

Le jeune Monégasque a accru ses chances de débuter en catégorie reine, en effectuant la séance d'essais libres 1 vendredi pour le compte de Sauber, motorisé par Ferrari. Et il a beaucoup impressionné, sous la pluie, Frédéric Vasseur, le directeur de l'écurie.

Avec Antonio Giovinazzi, Leclerc est l'un des top-pilotes de l'équipe junior du Cheval Cabré, et la marque italienne a laissé entendre qu'elle essaie déjà de trouver des places pour sa paire de pilotes pour l'an prochain.

Vasseur déclare toutefois à Sepang qu'il veut que Leclerc se concentre dès maintenant sur le titre de Formule 2 pour les deux mois à venir.

"Je pense qu'il doit se concentrer sur la dernière partie du championnat, remporter le titre et alors nous verrons pour l'année prochaine", a déclaré le Français.

Leclerc convient qu'il n'y a pour le moment "rien de concret" de mis en place pour 2018 avec Sauber.

"Nicolas (Todt, le manager du Monégasque ) et Ferrari ont beaucoup discuté, mais ils pensent que je dois me concentrer sur la Formule 2 - et je suis plutôt heureux de cela", déclare le jeune homme de 19 ans.

"Je suis sûr que Ferrari et Nicolas vont faire tout leur possible pour trouver la meilleure option pour moi en 2018."

L'une de ces options est la Super Formula, la série japonaise dans laquelle le champion en titre de GP2, Pierre Gasly, est engagé avant de décrocher son baquet en F1 pour 2018.

Mais Leclerc ne semble pas très attiré par cette option:"Je ne préfèrerais pas."

"Voyons voir quelles options j'aurai à la fin de l'année, mais jespère ne pas avoir à aller au Japon"

Leclerc veut clairement avoir un baquet chez Sauber pour 2018, et par la suite, le scénario idéal serait de remplacer Kimi Räikkönen chez Ferrari.

"Tout pilote qui a la chance de piloter pour Ferrari la saisirait. Comme je l'ai déjà dit, en ce moment, je me concentre sur la Formule 2, puis, je ferai la saison suivante, et je penserai à 2019 après cela. Mais bien sûr, je vais donner le meilleur de moi-même pour être dans une équipe de pointe le plus rapidement possible."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton prêt à rejoindre une fronde anti-Trump à Austin?
La politique et la F1 ne font pas bon ménage. Sur son compte Instagram, Lewis Hamilton a assuré qu'il se tenait aux côtés des joueurs de NFL, aux prises avec une violente polémique avec Donald Trump, qui les accuse de ne pas être assez patriotes.

En réponse à "leur" président, les joueurs de football américain s'agenouillent lorsque le Star-Spangled Banner est joué avant chaque match. S'agenouiller pendant l'hymne est ainsi devenu un signe de ralliement anti-Trump aux États-Unis.

En guise de soutien, Lewis Hamilton a suggéré que la F1 pourrait se joindre à ces mouvements lors du prochain Grand Prix d'Austin, en octobre, au Texas. Il a également posté une vidéo où l'on voit un chiot mimer un acte sexuel avec une petite peluche Trump.

Selon certaines rumeurs, le social manager de Lewis Hamilton lui aurait instamment demandé de supprimer cette vidéo afin de ne pas faire de vagues.

"Je n'ai pas supprimé cette vidéo et je ne l'aurais jamais fait" a lancé Lewis Hamilton à Sepang aujourd'hui. C'est son social manager qui serait alors passé à l 'acte en supprimant ladite vidéo.

Toto Wolff en particulier serait inquiet des conséquences de cette prise de position, en particulier un mois avant le Grand Prix des États-Unis.

"C'est une histoire très controversée et clivante" a admis le directeur de Mercedes. "Je ne voudrais pas faire de politique. Les sentiments de Lewis à propos des droits de l'homme sont très forts et pense qu'il voulait le montrer, et peut-être qu'il doit repenser à bien utiliser Instagram, comme ses réseaux de communication. Mais je peux comprendre ses sentiments."

"Je pense que l'une des choses les plus importantes aux États-Unis, c'est d'avoir le droit d'exprimer votre opinion et je voudrais en rester là. Je pense que nous sommes là comme des équipes de sport, et le sport devrait être uni, et je ne pense pas que cela soit le cas partout dans le monde. Donc j'aimerais ne pas faire de commentaire sur la politique."

Recadré par son équipe, Lewis Hamilton ne compte pas en rester là. Il n'écarte pas de s'agenouiller lui aussi pendant l'hymne américain, qui sera joué avant la cérémonie de départ à Austin.

"Je n'y ai pas pensé, je ne pense pas même à cette course, mais je devrai commencer à y penser. Qu'est-ce qui serait bien de faire pour moi? Est-ce que j'ai besoin d'être impliqué? Je pense que nous devrons tous rester unis."

Le pilote britannique compte préserver sa "liberté d'expression", quelle que soit la crainte de Mercedes.

Toto Wolff essaiera-t-il de museler les expressions politiques de Lewis Hamilton?

"Plus vous essayez de le limiter, de le mettre dans une case, plus vous nuisez à sa performance. La vieille mentalité, selon laquelle un pilote doit être comme ci ou comme ça, ne marche pas pour Lewis."

Cette polémique n'empêche bien entendu pas Mercedes de vouloir prolonger Lewis Hamilton.

"Nous voulons qu'il reste" assure Toto Wolff. "Mais nous voulons gagner d'abord le championnat et ensuite, ouvrir des discussions, parce que tout cela peut prendre un moment."

Chez Mercedes, Niki Lauda a commencé l'opération-séduction auprès de Lewis Hamilton en des termes évidemment très flatteurs.

"Lewis est devenu le plus grand pilote de tous les temps. Lewis est un pilote rapide et concentré, qui ne commet jamais d'erreur. Brillant sous la pluie. Personne n'est meilleur que lui!"
source: Nextgen-Auto.com

Vettel contraint d'utiliser un moteur neuf
C'était à craindre après ses problèmes en essais libres 3 ce matin: Sebastian Vettel doit utiliser un moteur neuf, son dernier, pour les qualifications en Malaisie.

Ferrari suspectait un problème électrique, Vettel terminant sa séance avec une boîte de vitesses coincée sur le 2ème rapport, rentrant au ralenti dans les stands.

Bonne nouvelle pour Vettel: il s'agit de l'évolution qui était prévue pour le Japon, il aura donc un moteur dernier cri et sans pénalité... puisque c'est son 4ème et dernier de l'année.

Ferrari garde toutefois le moteur de Vettel dans le pool si jamais les examens à Maranello révèle qu'il n'a pas été endommagé.
source: Nextgen-Auto.com

Gasly - On m'a demandé d'être patient
Ce dimanche, le pilote Pierre Gasly, 21 ans, disputera son premier Grand Prix de Formule 1 à Kuala Lumpur. À quelques heures du grand saut, il livre ses sensations.

"Je suis super excité à l'idée de disputer mon premier grand prix en F1, super heureux. Je n'ai qu'une envie, c'est de démarrer, d'y être", dit-il au site officiel de Red Bull.

Il révèle qu'en fait "il était déjà prévu que je sois en Malaisie, en tant que troisième pilote. Mes vols étaient déjà bookés... Je savais aussi qu'il y avait des choses qui se passaient, mais je ne savais pas ce qui m'attendait concrètement. J'avais ma course en Super Formula dimanche dernier, j'ai donc fait le vol Tokyo-Malaisie lundi, et quand je suis arrivé en Malaisie j'ai reçu un premier message du team manager de Toro Rosso m'annonçant que j'allais sûrement rouler ce week-end. J'étais assez excité du coup, pas facile de s'endormir lundi soir (rires)."

La confirmation à 100% est arrivée "mardi matin."

"Quand j'ai eu la confirmation d'Helmut Marko, de Franz Tost, le patron de Toro Rosso, et de Graham Watson, le team manager de Toro Rosso. J'ai tout de suite appelé mes parents pour leur annoncer la nouvelle et les remercier pour tout ce qu'ils avaient fait pour moi. Ils ont vraiment tout donné, et il y a eu des moments où c'était compliqué. Ils ont tout fait pour que je puisse atteindre mon objectif et réaliser mon rêve. Au final, ça a payé."

Est-ce que, par rapport aux catégories dans lesquelles il s'est déjà exprimé, la Formule 1 est un step au-dessus en termes de danger, de risque?

"Les monoplaces en général, c'est très dangereux, mais en F1, ça l'est encore plus à cause des vitesses qui sont plus élevées. Sur ce circuit de Sepang, on n'a pas les plus longues lignes droites, mais on peut monter à 330, 340 km/h, donc c'est sûr qu'à cette vitesse, ça peut devenir assez grave."

"Ce risque, la course, c'est ma vie. Je suis là où j'ai toujours voulu être, avec les meilleurs, au meilleur niveau de ce sport, et je suis très heureux de me lancer ce week-end."

"En termes de pilotage, tout va plus vite, ça demande donc plus au pilote. Mais après, surtout, on est au plus haut niveau, au top de la pyramide. Les 19 pilotes que j'aurai sur la grille avec moi sont les meilleurs dans cette discipline. Le niveau va être très très élevé... On parle de Hamilton, Alonso, Vettel, des pilotes avec beaucoup d'expérience, ça va donc être plus compliqué, forcément."

Qu'est-ce qui fait que, à 21 ans, il a réussi à atteindre le haut de cette pyramide selon lui?

"C'est un mix de plusieurs choses. Sûrement un mix de talent et de beaucoup de travail. J'ai atteint un niveau où je suis devenu Champion du monde en Formule 2 en me bagarrant avec des pilotes tous très talentueux, mais je pense que la différence est passée par le travail fourni, pendant les week-ends, pour essayer d'améliorer la voiture, le moindre petit détail. Je suis un perfectionniste, j'essaie de me concentrer sur tout pour améliorer la performance. Je suis aussi, disons, obsédé par les victoires, être au meilleur, donc j'essaie toujours de m'améliorer, et je pense que ça a fini par payer."

Cette exigence l'a obligé à sacrifier des choses, dans sa vie personnelle et d'adolescent.

"Forcément. Je suis parti à 13 ans de chez moi pour intégrer un "sport-études", assurer mes compétitions en kart et participer aux Championnats de France, d'Europe et du monde. C'est bien sûr un investissement personnel, dans la mesure où je n'ai pas la même vie que les gens de mon âge. Je n'ai pas le même mode de vie que mes amis. Il y a une certaine rigueur à avoir quand on est sportif de haut niveau. On ne sort pas en boîte tous les week-ends, il faut faire attention à la nutrition, il faut s'entraîner tous les jours, être sérieux. Mais je ne prends pas cela comme des sacrifices. C'est ce que j'aime faire, et ça m'apporte le bonheur d'être là où j'ai toujours eu envie d'être."

Malgré tout le travail fourni, quel a été le plus apporté par Red Bull depuis qu'ils l'accompagnent?

"Ils apportent beaucoup de choses sur l'aspect physique, avec un gros suivi assuré par des coaches finlandais avec lesquels je bosse depuis quatre ans. Ça m'a beaucoup apporté sur le plan physique. J'ai aussi pu faire énormément de simulateur F1 pour me préparer. Je fais aussi des journées test en F1 depuis 2015. Si cette opportunité se présente aujourd'hui c'est parce que je fais partie de leur programme dédié aux jeunes pilotes, mais aussi du fait de mes résultats dans des catégories inférieures. Sans eux je ne serais pas là, et ils m'offrent aujourd'hui une belle opportunité de débuter ma carrière en F1."

"L'année dernière, après avoir gagné le Championnat du monde en Formule 2, je me sentais prêt pour la F1. Mais on m'a dit d'être patient, alors je me suis engagé en Super Formula au Japon, où je suis actuellement en bagarre pour le titre, à une course de la fin. Il faut aussi savoir relativiser, je n'ai que 21 ans, ça reste très jeune, et je n'ai donc pas attendu trop longtemps. Je n'ai attendu que neuf mois finalement."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Malaisie - Essais libres 3
Les pilotes Ferrari sont restés les plus rapides aux EL3 du GP de Malaisie à Sepang. Kimi Räikkönen a réalisé le temps référence avec un tour du circuit de Kuala Lumpur bouclé en 1'31"880 à six dixièmes du meilleur chrono de la veille réalisé par son coéquipier Sebastian Vettel.

Le quadruple Champion du monde est resté aux avant-postes en suivant le Finlandais à moins de deux dixièmes, mais l'Allemand semble avoir été victime d'un souci mécanique après être rentré aux stands au ralenti en fin de séance.

Red Bull reste la plus proche de Ferrari avec Daniel Ricciardo qui se classe à deux dixièmes de la référence. Max Verstappen a échoué derrière les Mercedes de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton, mais le Néerlandais a été heurté par Jolyon Palmer (Renault), provoquant une crevaison sur la RB13. L'accident est sous enquête des commissaires.

Sergio Pérez (Force India) devance encore son coéquipier Esteban Ocon d'un peu moins d'un dixième en prenant la septième place devant les McLaren de Stoffel Vandoorne et Fernando Alonso. Lance Stroll a hissé la première Williams au 12ème rang devant Kevin Magnussen (Haas) et Nico Hülkenberg (Renault).

Pierre Gasly (Toro Rosso) a fini au 16ème rang à moins de trois dixièmes de son coéquipier Carlos Sainz. Le Français devance Jolyon Palmer, Romain Grosjean (Haas) et les Sauber de Marcus Ericsson et Pascal Wehrlein. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Boullier - Le contrat d'Alonso est en train d'être rédigé
Un contrat liant Fernando Alonso à McLaren - Renault pour 2018 est en cours d'élaboration.

C'est ce que révèle le directeur de l'écurie, Eric Boullier, en lien avec les commentaires du pilote espagnol à Sepang, qui laissaient entendre qu'une annonce pourrait être faite avant le Grand Prix des Etats-Unis le mois prochain.

Tout porte à croire que l'énorme cachet demandé par Alonso a été reconduit, mais qu'il y a d'autres points de frictions concernant le marketing et certains détails de l'accord.

Par exemple, le pilote de 36 ans semble vouloir une clause de sortie si jamais le partenariat McLaren - Renault ne performe pas l'année prochaine, ou si une autre écurie plus compétitive souhaite signer avec lui.

"Jusqu'à ce que les accords soient signés, tout peut arriver. Attendez les communiqués officiels", essaie de tempérer Boullier.

Le Français confirme que McLaren a "un plan B" si jamais les négociations avec Alonso ne peuvent être finalisées.

"Oui, dans le sens où beaucoup de pilotes aimeraient piloter pour McLaren. Mais pour l'instant, nous nous concentrons sur le contrat avec Fernando. Cependant, nous n'allons pas continuer à faire des commentaires à ce sujet puisque le processus de rédaction du contrat est en cours."

Selon les rumeurs, Alonso aimerait disputer les 24h du Mans avec Toyota. Zak Brown a récemment déclaré qu'il était ouvert à cela.

Mais Boullier se permet toutefois de nuancer: "je préfèrerais voir Fernando atteindre le succès avec McLaren."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe - Kubica est une opportunité très intréssante pour nous
Paddy Lowe, directeur technique et actionnaire de Williams, a répété et confirmé que Robert Kubica était bien une option pour 2018.

Le Polonais, qui devrait bientôt rouler en essais à huis clos avec une Williams de 2014, tient là une chance de faire son retour en F1 s'il peut convaincre Grove que ses limitations physiques peuvent être surmontées sur l'ensemble d'une saison.

"Robert est définitivement une opportunité très intéressante pour nous et il fait partie des pilotes que nous considérons pour 2018", confirme Lowe à Sepang.

Mais Williams est très courtisée: c'est le dernier bon baquet disponible sur la grille. Même Fernando Alonso n'a pas fermé cette option encore.

"Oui, nous avons la chance d'être dans une bonne position, d'avoir plusieurs pilotes qui veulent venir et, aussi, la possibilité de continuer avec Felipe Massa."

"Nous ne sommes donc pas pressés, il n'y a pas de date limite pour notre décision, pas d'urgence parce que la plupart des autres baquets ont maintenant été pris. Nous allons donc travailler sur notre duo de 2018 mais sans nous fixer de date pour un choix définitif."
source: Nextgen-Auto.com

Trop tôt pour penser à un avenir avec Aston Martin selon Ricciardo
Daniel Ricciardo explique qu'il est trop tôt pour Red Bull d'envisager un futur partenariat avec les motoristes Honda ou Aston Martin.

L'Australien a reconnu publiquement qu'avec son contrat qui se terminera en fin d'année prochaine, il n'écarte pas la possibilité d'un transfert vers une écurie plus compétitive que celle du Taureau Rouge. En effet, l'équipe de Milton Keynes est face à un problème majeur: son motoriste.

Puisque sa relation avec Renault a tout l'air de se diriger vers une séparation, Red Bull va tester la température avec Honda, qui vient de conclure un accord avec Toro Rosso, et son sponsor principal Aston Martin semble considérer la possibilité de devenir un fournisseur de moteurs pour la catégorie reine... d'ici 2021.

"Vous verrez notre implication augmenter graduellement", confirme le directeur d'Aston Martin, Andy Palmer.

Lorsqu'il lui est demandé si cela comprend aussi le projet de fournir des moteurs, il répond: "vous êtes dans la bonne direction!"

Mais Ricciardo pense qu'il est encore trop tôt pour en parler: 2021 est encore loin.

"Tout ce que je sais, c'est que je vais avoir une voiture de route géniale à conduire l'année prochaine", plaisante-il.

"Pour le reste, je ne sais pas. C'est vraiment génial que l'équipe soit associée à une marque comme Aston Martin, mais je ne sais pas comment cela va évoluer, ni quels moteurs nous allons avoir dans le futur. Renault, Honda, Aston Martin? Je ne sais pas"

"Mon contrat se termine l'année prochaine, mais il n'est pas encore temps de penser à 2019. Voyons voir comment la prochaine saison va se dérouler et dans quelle direction l'équipe va se diriger."

Lorsqu'on lui demande quelle est sa première option, si Red Bull ne s'améliore pas, l'Australien répond avec son humour habituel: "le tennis?"
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.