En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 21 Septembre 2017

Hulkenberg heureux de la saison actuelle de Renault F1
Nico Hülkenberg pense que Renault a dépassé ses attentes en termes de compétitivité cette année, même si, pour le moment, elle n'occupe toujours pas la 5ème place souhaitée au Championnat des Constructeurs.

Avec 42 points au total, elle n'est plus qu'à 17 unités de Williams. Un écart qui peut être comblé d'ici le drapeau à damier à Abu Dhabi selon le pilote allemand, d'autant plus que la Renault est maintenant régulièrement la 4ème force du plateau.

"J'ai une très grande confiance, j'y crois. Je pense que nous sommes sur la bonne route", dit-il.

"Il reste encore beaucoup de choses à faire à Enstone, dans l'équipe de course, mais tout le monde avance dans la bonne direction."

"Si on prend le développement de la voiture et sa compétitivité, depuis le début de l'année, nous avons dépassé nos attentes. Je pense que nous sommes plus performants que prévu, c'est en tout cas mon impression, par rapport à ce que j'attendais personnellement."

"Cette année a été plutôt bonne jusqu'à présent."

Hülkenberg s'attend donc à des progrès encore l'année prochaine. Renault F1 pourrait se retrouver en confrontation directe avec McLaren... et son moteur Renault.

"Oui, ils ont déjà une très bonne voiture maintenant et si nous leur donnons notre moteur, il est certain qu'ils seront l'un de nos rivaux principaux l'an prochain. En tout cas je m'y attends. Donc nous avons besoin de faire du bon travail pendant l'hiver."
source: Nextgen-Auto.com

Charles Leclerc confirmé pour 4 séances libres chez Sauber
Le rapprochement entre Sauber et Ferrari se confirme avec l'annonce du jour: Charles Leclerc sera bien testé au volant de la Sauber C36, comme nous vous le rapportions il y a quelques semaines.

Le Monégasque de la filière jeunes pilotes de Ferrari, la FDA, va rouler pendant 4 séances d'essais libres 1 en cette fin de saison. Avant une titularisation probable en 2018?

En attendant d'avoir la réponse à cette question, Sauber va évaluer le jeune pilote qui domine la Formule 2 en Malaisie, aux USA, au Mexique et au Brésil.

Sauber a déjà indiqué qu'il remplacera Marcus Ericsson lors des libres 1 sur le circuit de Sepang.
source: Nextgen-Auto.com

Brawn pense que Vettel a encore son destin entre ses mains
Avec son abandon au dernier Grand Prix de Singapour, Sebastian Vettel, qui accuse désormais un retard de 28 points sur Lewis Hamilton, a-t-il déjà fait une croix sur le titre?

Ross Brawn, l'un des hommes forts de Liberty Media, chargé de nouer les relations les plus productives possibles entre les propriétaires américains et les écuries, ne va évidemment pas assurer que Lewis Hamilton sera inévitablement titré à Abu Dhabi. Mais l'ancien ingénieur de Ferrari a pris le temps de détailler son opinion dans la presse allemande: pour lui, Sebastian Vettel a tout à espérer des six dernières courses.

"Un accident comme celui de Singapour peut toujours arriver: c'était typiquement un accident du premier tour."

"Le championnat n'est en aucun cas terminé. Il y a encore six courses à disputer. Vettel et Ferrari sont si forts qu'ils peuvent toujours gagner en comptant sur leurs propres forces."

S'il venait à être titré, Sebastian Vettel renouerait avec la tradition de l'alliance italo-allemande à Maranello. De quoi évidemment rappeler des heureux souvenirs à Ross Brawn...

"Inévitablement, Sebastian et Ferrari me rappellent mon passage chez Ferrari. Seb ressemble énormément à Michael [Schumacher], dans sa manière de faire bloc avec l'équipe, et de se voir comme une partie de cet ensemble. Et je lui reconnais la même discipline, la même application à ramener Ferrari au sommet."

"La bataille entre lui et Lewis restera rude, mais s'il parvient [à l'emporter], c'est qu'il l'aura mérité."
source: Nextgen-Auto.com

Prost - L'accord avec McLaren renforce notre concurrence mais...
Signer avec McLaren ne semblait pas être une priorité pour Renault, lorsque l'on considère la situation de l'extérieur.

Mais le constructeur français voit finalement de nombreux avantages dans cette association, qui renforcera la position de motoriste en Formule 1 de la marque au Losange. La priorité reste toutefois de triompher avec sa propre équipe.

"C'est finalement une bonne conclusion que d'avoir cet accord avec McLaren. Le processus de signature a été long. Pas seulement parce qu'il s'agit d'un nouveau partenaire mais aussi parce que cela définit la stratégie de Renault pour le long terme. Nous voulions avoir toutes les cartes en main pour la décision", explique Alain Prost, le consultant de Renault F1.

Motoriser McLaren c'est forcément renforcer un concurrent direct, comme Renault le fait déjà avec Red Bull Racing.

"Cela reste bon pour nous, même si nous prenons un petit risque en nous associant avec une équipe très forte, une rivale. Mais nous sommes une équipe d'usine et, pour gagner en F1, il faut battre tout le monde. Il vaut donc mieux être dans notre position, avec les cartes dans nos mains."

Christian Horner et Cyril Abiteboul ont refusé de commenter la séparation annoncée entre Red Bull Racing et Renault, à la fin de 2018. D'autant plus que Toro Rosso a signé avec Honda.

Prost reconnait lui que la situation est conflictuelle. Au point de ne pas la prolonger après 2018?

"Le fait que nous ayons accepté ces accords avec les moteurs, signer avec McLaren et rompre avec Toro Rosso, c'est très difficile pour nous, pour Renault, d'être dans une voiture d'un côté, la Red Bull, et de voir le Honda dans l'équipe sœeur, chez Toro Rosso."

"Que va-t-il se passer? Encore une fois il faudra choisir la meilleure solution pour nous parce que nous voulons être dans la meilleure situation possible dans le futur."
source: Nextgen-Auto.com

Le circuit de Mexico épargné par le séisme
Selon les derniers bilans, plus de 210 personnes ont perdu la vie après le terrible séisme (de magnitude 7,1) qui a frappé les alentours de Mexico.

De nombreuses installations sportives ont été détruites ou endommagées, comme le fameux stade de football de l'Azteca.

Les propriétaires de l'Autodromo Hermanos Rodriguez, circuit situé non loin la capitale, où doit se dérouler le prochain Grand Prix du Mexique, à la fin du mois d'octobre, ont fait savoir que la piste avait été globalement épargnée par le séisme. Des échos font état de certains dégâts tout de même, au niveau de l'asphalte de la ligne droite principale, mais le circuit serait toujours en "bonne condition."

"Tout est en bon état, même s'il y a quelques rapports faisant état de dégâts. De prochaines analyses menées en concertation avec les autorités seront menées pour vérifier ce qu'il en est" a détaillé un porte-parole officiel du circuit.

Seul pilote originaire du Mexique en F1, Sergio Pérez a été vivement affecté par le séisme et a promptement réagi sur son fil Twitter. "L'épreuve que traverse mon pays m'inquiète profondément, il est temps d'être uni" a déclaré le pilote Force India.

Joignant l'acte à la parole, Sergio Pérez a en outre décidé de faire un don personnel de 170 000 dollars à des associations humanitaires de son pays.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz chez Red Bull en 2019?
Carlos Sainz roulera bien pour Renault l'an prochain, mais il faut savoir que Red Bull n'a fait que le "prêter" à l'écurie française. Cela signifie que contractuellement, l'Espagnol appartient toujours à Red Bull. Cette situation rappelle des pratiques communes en football, mais elle est plus inhabituelle en F1.

L'actuel pilote Toro Rosso lui-même ne sait pas encore pour quelle écurie il pourra rouler en 2019.

"Ce que je sais, c'est que je serai chez Renault l'an prochain" a simplement confirmé le pilote de 23 ans.

"Carlos doit faire avancer sa carrière chez Renault, tout en restant membre de la famille Red Bull" a pour sa part commenté Christian Horner, le directeur de Red Bull.

Pour Cyril Abiteboul, ce prêt est finalement un bon signe pour Renault: cela montre à quel point Red Bull croit dans le potentiel de son protégé.

"Red Bull était seulement disposé à le laisser partir en prêt: cela en dit quelque chose sur le rythme de Carlos."

Selon la presse espagnole, Red Bull a assuré ses arrières: pour 2019, une clause dans le contrat de Carlos Sainz lui permettrait de revenir dans l'écurie autrichienne, afin de remplacer Max Verstappen ou Daniel Ricciardo, si un de ces deux pilotes venait à quitter Red Bull.

Red Bull ne pourrait exercer cette option qu'à la fin de la saison 2018. Dans le cas contraire, Carlos Sainz ne serait plus lié au giron autrichien et pourrait poursuivre chez Renault F1 par exemple.
source: Nextgen-Auto.com

Haas entre satisfaction et déception après Singapour
Le week-end de l'équipe Haas à Singapour s'est terminé avec un sentiment mitigé entre la satisfaction d'avoir signé un résultat encourageant, malgré une séance de qualification catastrophique, et la frustration d'avoir perdu une place au classement des constructeurs face à Renault.

"Partir avec deux points nous a demandé beaucoup de travail et nous ne nous y attendions pas" reconnait Steiner. "Sur les tracés avec peu de vitesse et beaucoup d'appui, c'est très proche de la Hongrie. J'espère que c'était le dernier GP difficile de ce genre et que nous pourrons un peu plus nous mêler au peloton lors des prochaines courses."

"J'espère que c'est la fin de nos difficultés cette année. Nous avons toutefois réussi à faire en sorte que ça finisse bien. Ceci dit, nous sommes toutefois descendus à la huitième place du classement, au lieu de septième (Renault F1 a gagné une place, ndlr)."

"Nous savions en arrivant à Singapour que ça pourrait arriver et nous ferons notre maximum pour revenir au septième rang. Nos pilotes et toute l'équipe, tout le monde a fait du bon travail."

Steiner a tenu à souligner la stratégie de l'équipe, surtout la décision qui a permis à Magnussen de chausser les pneus slicks.

"Il n'y avait rien de mauvais sur la stratégie, nous avons bien réagi. Nos deux pilotes ont gardé les voitures hors de tout problème. Kevin a été le premier à tenter les slicks et il a bien jugé le moment où il fallait le faire. Tout le monde l'a imité ensuite. Il aurait dû terminer mais a eu des soucis électroniques. Romain a fait du très bon travail et a terminé neuvième, nous rapportant deux points."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe promet une Williams FW41 bien différente pour 2018
Paddy Lowe, le directeur technique de Williams, a confirmé que la Williams FW40 de 2017 n'était pas assez performante pour continuer à servir de base pour les prochaines monoplaces de cette génération de règlement.

Pour celui qui a supervisé la conception de la Mercedes W08 avant de rejoindre l'équipe de Grove, il y a, sans aucun doute possible, "des changements substantiels" à apporter à la Williams FW41 de 2018.

La FW40 et ses deux pilotes n'ont marqué que 59 points cette année. Elle permet à l'équipe d'occuper la 5ème place du championnat mais bien loin de Force India, qui en a 124. Et la marge sur le 8ème, Haas F1, est faible: 22 points.

"Nous allons procéder à des changements substantiels", confirme Lowe.

"Il y a beaucoup de choses que nous allons faire différemment et nous sommes dans ce processus en ce moment. Nous avons de grands ingénieurs, certains (dont lui...) qui viennent d'autres équipes depuis peu. Il y a donc beaucoup de bonnes idées à prendre."

"Nous avons beaucoup de personnes qui savent quel effort il faut faire pour gagner. Il faut donc tirer le meilleur de tout ça pour produire la meilleure voiture possible. Il y a en tout cas pas mal de domaines de la voiture qui changeront de philosophie."

Williams semble avoir déjà abandonné sa FW40. C'est en tout cas ce que pense Felipe Massa, qui n'a pas hésité à dire que l'équipe reculait par rapport à ses rivales.

"C'est toujours possible", admet Lowe. "Nous ne pouvons toutefois rien conclure de courses prises de manière isolée. Nous l'avons vu, cette année plus que les autres, il y a des tendances qui se dégagent, des voitures plus compétitives que d'autres selon les circuits. Et cela varie."

"Le combat en milieu de peloton est difficile. Nous n'avons pas réussi à rester devant et à nous en détacher, au contraire, nous sommes en plein dedans. Nous devons comprendre ce qui ne va pas ou si nous avons perdu dans la course au développement."

La FW41 est un chantier important: les évolutions destinées à la voiture de 2017 vont donc être limitées pour la fin de l'année.

"Nous devons progresser partout, c'est la nature de cette compétition. Il faut battre les autres dans les domaines les plus importants. Pour cela il faut du talent, du temps et de l'argent. Le problème c'est qu'aucune équipe n'a tout cela de manière illimitée. Tout le monde en souhaite plus."

"Il faut donc composer avec les ressources disponibles et c'est notre travail de faire au mieux avec ce que nous avons. C'est une question d'efficience et je pense que nous pouvons être beaucoup plus efficients qu'en ce moment."

"Quand le succès reviendra, cela attirera plus de ressources, elles augmenteront et nous pourrons encore plus progresser. C'est le cycle de développement dans lequel il faut s'inscrire en Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer comprend son éviction de chez Renault F1
Jolyon Palmer a reconnu qu'il comprenait la décision de Renault F1 de ne pas l'avoir considéré pour une 3ème saison consécutive en tant que titulaire.

Le Britannique, qui a certes connu pas mal de malchance, n'a que rarement été à la hauteur de Nico Hülkenberg, qui a marqué presque tous les points de l'équipe française.

De manière ironique, c'est lors du week-end de Singapour, après avoir appris qu'il sera remplacé par Carlos Sainz, que Palmer a effectué sa meilleure course de l'année, en terminant à la 6ème place et en marquant ses premiers points de l'année. Trop tard toutefois.

"J'aurais aimé que l'équipe me signe pour l'année prochaine, mais, avec la façon dont s'est déroulée ma saison, je comprends que cela ne soit pas arrivé", reconnait Palmer.

Lorsqu'on lui demande s'il peut en expliquer les raisons, le Britannique ne cherche pas d'excuses.

"J'ai une voiture capable de marquer des points et mon année a été très difficile jusque-là. Une décision a donc été prise. Maintenant, il reste 6 courses pour prouver que je peux garder une place en Formule 1, que j'ai ce qu'il faut pour faire le travail qu'on me demande. Je veux partir de Renault F1 la tête haute, en ayant prouvé que je suis au niveau."
source: Nextgen-Auto.com

Prost vise un grand nom chez Renault F1 pour 2019
Décidément, la saison 2018 n'a pas encore commencé que tout le monde pense déjà au fameux marché des transferts pour 2019.

A part Sebastian Vettel, confirmé chez Ferrari, tout sera ouvert dans les top teams. Mercedes, Ferrari, Red Bull, McLaren et Renault F1 auront des places à attribuer.

Carlos Sainz, prêté pour une année (pour le moment) à Renault F1, fera équipe avec Nico Hülkenberg l'an prochain. Ce duo pourra être reconduit ensuite mais Alain Prost espère bien que l'équipe dont il est le consultant continuera sur la pente ascendante pour attirer un grand nom.

"Le marché des pilotes est important et nous sommes en position, pour la fin de la saison 2018, quand les discussions seront un peu plus ouvertes", explique Prost.

"A la fin de la saison prochaine, beaucoup de pilotes seront en fin de contrat. Nous, nous voulons devenir une meilleure équipe et nous le prouverons en 2018. Nous serons meilleurs et nous voulons être un acteur clé de ce marché."

Red Bull risque en effet de rappeler Carlos Sainz si Daniel Ricciardo et / ou Max Verstappen s'en vont. Ce qui pourrait laisser Renault F1 avec de mauvaises options si la décision est prise tardivement.

"Nous avons Carlos pour 2018 uniquement. Il reste un pilote de la famille Red Bull. Cependant, s'il est performant, qu'il veut rester, nous trouverons une solution."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.