En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 17 Septembre 2017

Hülkenberg perd des points précieux sur un abandon
Après l'accident du départ à Singapour, impliquant des voitures placées devant lui, Nico Hülkenberg est passé au travers des pièges pour gagner quatre places dans le premier tour.

L'Allemand est parti en 7ème position avec un train de pneus Pluie. Après douze tours, il a profité de l'intervention de la voiture de sécurité pour passer aux Pirelli Intermédiaires. Il a effectué un second arrêt dans le même contexte, cette fois pour passer aux gommes Ultra-Tendres.

"C'est une course très décevante. Nous avons beaucoup travaillé tout au long du week-end et puis ce problème est arrivé. Ce n'est pas idéal, mais nous effectuons un sport technologique et un sport d'équipe. Malheureusement, nous avions des problèmes avec le moteur et nous avons été contraints de retirer la voiture", commente Hülkenberg.

C'est Jolyon Palmer qui a sauvé cette fois la journée de Renault F1, avec une 6ème place à l'arrivée.

"Je suis très heureux, ce résultat a été long à venir mais tout s'est mis en place aujourd'hui", dit-il, après quelques heures pour se remettre de ses émotions.

"C'était une course compliquée, avec le chaos au départ et la forte pluie. Puis les circonstances nous ont placé dans la position de marquer des points. Nous avions une bonne stratégie, nous avons effectué de bons arrêts et la voiture était performante sous la pluie. La prochaine course devrait être encore meilleure."
source: Nextgen-Auto.com

Abandon de Vettel, pluie... Hamilton se dit béni
Lewis Hamilton est passé entre les gouttes de l'incident du premier virage, mais comme tous les autres pilotes, sa course aurait pu vite se terminer faute de chance ou d'inattention.

"C'est arrivé juste devant moi" témoignait-il en conférence de presse. "J'espérais que Vettel ne me heurte pas et de toute évidence, ce ne fut pas le cas. Et ensuite, je me suis dit: Allez, la course est lancée, je suis devant, j'aime cette position."

En s'élançant de la 5ème place, l'Anglais ne s'attendait certainement pas à pointer en tête à la fin du premier tour, d'autant plus que Daniel Ricciardo, lui aussi rescapé, partait devant lui.

"J'étais vraiment concentré sur Daniel. J'ai remarqué qu'il avait pris un départ légèrement meilleur, mais la deuxième phase de mon départ était meilleure. J'ai vu le départ brillant de Kimi Räikkönen. Et ensuite, j'ai vu les dégâts devant, et je me concentrais simplement pour essayer de prendre le virage 1, quand soudain, j'ai eu Sebastian à mes côtés, et j'espérais simplement qu'il ne me tamponne pas."

"Je pensais d'abord que Sebastian avait commis une erreur avec son tête-à-queue mais maintenant je sais qu'il a été heurté, et que sa voiture était endommagée. J'ai ressenti de l'excitation sur le moment. Ce matin, je pensais seulement limiter les dégâts, mais je repars premier."

Lewis Hamilton n'a pas eu que de la chance. Sur le mouillé, avec des températures plus fraîches, sa Mercedes était aussi bien plus compétitive.

"Je n'ai pas prié pour un miracle, mais quand il a plu, j'ai pensé: oui, ça y'est, je peux gagner en partant 5ème. J'étais sûr que je pouvais faire quelque chose, et ensuite, tout le monde a disparu! J'étais vraiment heureux, je n'ai pas fait d'erreurs, j'ai bien contrôlé la course dans ces conditions. Je pensais limiter les dégâts et repartir de nouveau derrière Sebastian au classement des pilotes, et maintenant, j'ai une large avance. Je suis vraiment béni, et je ne prends rien pour acquis."

"Arriver sur une piste qui est potentiellement notre plus faible circuit, et repartir de là avec une victoire, et ces points, c'est vraiment un scénario chanceux pour nous. Mais nous avons travaillé tellement dur, donc nous le méritons."

"Je ne sais pas si c'est le Karma après Bakou, mais peu importe, je prends ce résultat. J'adore cette positivité et cette énergie ressorties de cette course. J'adore danser sous la pluie!"
source: Nextgen-Auto.com

Un week-end décevant de bout en bout pour Sauber
Les deux Sauber étaient sur la dernière ligne de la grille de départ, mais les conditions difficiles aujourd'hui en course auraient pu permettre à Ericsson ou Wehrlein de saisir certaines opportunités. Cela ne s'est pas produit puisque seul Wehrlein est à l'arrivée en 12ème position.

"Cette course a été difficile pour moi", commente Marcus Ericsson. "C'est surtout dû aux conditions climatiques. J'avais un rythme acceptable en début de course, j'arrivais à rester au contact de mes adversaires. Après ça, j'ai perdu beaucoup de temps lors de mon changement de pneus. J'ai poussé très fort pour rattraper le temps perdu et j'ai dépassé les limites, ce qui a mis fin à ma course. C'est donc globalement une course décevante."

"Cette course a été chaotique pour moi", déclare Pascal Wehrlein. "Lorsque la piste a commencé à sécher, nous avons décidé de poursuivre avec les pneus pour la pluie afin de passer directement aux slicks dès que les conditions de piste allaient le permettre. Malheureusement, la piste ne s'est pas asséchée aussi vite que nous le pensions et nous sommes donc passés aux pneus intermédiaires bien trop tard. Ensuite, j'ai perdu beaucoup de temps avec les drapeaux bleus."
source: Nextgen-Auto.com

Stroll ravi, Massa évoque un désastre
Williams partait en fond de grille aujourd'hui mais grâce aux nombreux abandons, Lance Stroll a pu remonter jusqu'à la 8ème place. Solide, comme à Bakou, le jeune Canadien a marqué quatre bons points, même si son rythme n'était pas formidable.

"C'était une course fantastique. Il pleuvait au début donc capitaliser sur le départ, dépasser, et vraiment remonter dans le peloton en raison des erreurs des autres, c'était fantastique dans ces conditions délicates. Ensuite, après cela, nous avons eu une course solide. Nous sommes restés calmes. J'ai fait une erreur en laissant passer Stoffel Vandoorne, j'ai simplement bloqué mes pneus au virage 7 et il est passé, mais l'un dans l'autre c'est un résultat fantastique."

Felipe Massa partait lui aussi de loin, mais une stratégie pour le moins erratique, si ce n'est incompréhensible, l'a empêché de rentrer dans le Top 10.

"Je suis déçu. Tout d'abord, j'ai démarré avec les mauvais pneus, mais c'était ma décision. Beaucoup de voitures ont fait le même choix que moi, d'autres non. C'était ma faute. Ensuite, je n'étais nulle part sur la piste, j'étais très lent. Quand la voiture de sécurité est arrivée, j'ai demandé à m'arrêter mais l'équipe m'a laissé en piste. Ils disaient que la piste pourrait peut-être sécher. J'étais à l'arrière, donc c'était ma seule chance pour la course. A la fin, je suis resté en piste. J'étais si lent... ma course était finie. Je suis déçu, mais pas pour l'équipe, car Lance a réussi à marquer des points. Oui, ça aurait pu être pire, étant donné notre position de départ. Ce n'est pas mauvais pour l'équipe, mais c'est un désastre pour moi."
source: Nextgen-Auto.com

Deux points de plus pour Grosjean
Cela n'a pas été le meilleur week-end de l'année pour l'équipe Haas, mais Romain Grosjean a toutefois su profiter des abandons devant lui pour marquer les points de la neuvième place.

Magnussen était aussi en mesure de terminer cette course difficile dans la zone des points, mais des soucis techniques l'ont empêché de voir l'arrivée.

"Je suis content pour toute l'équipe, surtout après un week-end aussi difficile", commente Romain Grosjean. "Nous savions que nous n'étions pas assez compétitifs ici. Nous avons pris le départ en pneus intermédiaires et c'était délicat au début. Mais peu après, tout le monde est rentré, car c'étaient les bons pneus pour ces conditions et j'étais donc très content de mon choix. Nous avons chaussé les slicks probablement un tour trop tard. Je pense que Kevin (Magnussen) a fait du meilleur travail que moi en chaussant des ultra tendres."

"Après ça, j'ai dû livre une dure bataille. J'ai tenté de dépasser Stroll. Il a touché le mur et j'ai pensé qu'il avait son compte, mais le choc n'a pas été assez important pur qu'il y ait des dégâts sur sa voiture. Il a donc continué et il n'a plus fait la moindre erreur. Mentalement, cette course a été difficile. Les conditions étaient horribles en début de course, on ne voyait rien, mais j'ai marqué des points et j'en suis très content", ajoute le pilote français.

"Je suis dégoûté de ne pas avoir vu le Drapeau à damier", déclare Kevin Magnussen. "C'est très frustrant, mais ce sont des choses qui arrivent parfois. Cette course a été difficile, mais amusante. Les conditions étaient très difficiles, mais c'est une bonne chose pour la F1 qu'on ait pas été obligés de prendre le départ derrière la voiture de sécurité."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat termine sa course de Singapour dans le mur
Toro Rosso a fini par se réjouir avec la 4ème place de Carlos Sainz mais les visages étaient très fermés lorsque Daniil Kvyat a planté sa STR12 dans le mur à Singapour.

Le pilote russe de Toro Rosso ne s'explique pas cet accident au 11ème tour, alors que la piste était encore très humide.

"Je pense que vous avez tout vu à la télévision. J'ai bloqué ma roue avant intérieure et j'ai tiré tout droit. Je venais de passer Magnussen, j'ai pu attaquer un peu plus. Mais je ne m'attendais pas à ce que cela se passe comme ça. Je ne comprends pas. Je n'ai pas freiné beaucoup plus tard ou quelque chose comme ça", explique Kvyat.

"Je n'ai même pas essayé de chercher la limite", ajoute-t-il. "C'est ça qui est décevant. Les conditions étaient normales pour une course urbaine sous la pluie. Ce sont les conditions habituelles. Ni pire, ni mieux qu'à Monaco. Rien de spécial... alors je ne comprends pas."

"Il suffit de bloquer la roue avant intérieure, et lorsque cela se produit, vous ne maîtrisez plus la situation. Un tel résultat est décevant, mais parfois ça arrive. Mais je peux dire que je n'ai pas essayé d'attaquer de manière trop agressive."
source: Nextgen-Auto.com

Pérez voulait le podium, Ocon sauve un point
Sur une piste qui ne sourit pas à l'ADN de la Force India, Sergio Pérez a fait mieux que limiter les dégâts pour son écurie. 5ème d'une course mouvementée, le Mexicain a marqué de gros points sans commettre une seule erreur.

"Je suis vraiment heureux de repartir de cette course si difficile avec une 5ème place. Tant de choses sont arrivées, en particulier au premier virage, où il était vraiment difficile de voir quelque chose en raison de l'eau dégagée par les voitures devant moi. Dans le même temps, je suis un peu déçu parce que je pense que nous avons manqué un podium. La seconde période de voiture de sécurité ne nous a pas aidés dans notre stratégie. Nous avons commencé la course en maxi-pluie, mais nous avons dû changer tôt de pneus pour passer aux intermédiaires derrière la voiture de sécurité, et j'ai perdu de précieuses positions. Mais c'est toujours une journée formidable et nous avons bien rebondi après des qualifications difficiles hier. Ce résultat conforte notre 4ème place au championnat et je poursuis mon record de courses dans les points à Singapour."

A noter que Sergio Pérez a rejoint Max Verstappen au classement des pilotes. Il a de plus un peu éloigné la menace Esteban Ocon. Son coéquipier, plus en difficulté, a obtenu le dernier point distribué aujourd'hui.

"Je ne suis pas heureux de repartir seulement avec le point de la 10ème place, mais au moins, nous laissons derrière nous un week-end difficile. Ce n'est pas la meilleure manière de célébrer mon anniversaire! J'ai pris un bon départ, mais j'ai souffert, en pneus maxi-pluie et en inters. Ce n'était pas le cas à Monza, où j'étais beaucoup plus à l'aise sous la pluie, mais quelque chose ne fonctionnait pas, et je ne sais pas pourquoi. Une fois la piste sèche, mon rythme était bon mais je ne pouvais simplement pas doubler les voitures que je chassais. C'est très difficile de trouver une opportunité de dépassement ici. C'est bon de sauver un point, mais nous en voulions plus."
source: Nextgen-Auto.com

FIA - Pas de sanctions pour Vettel, Räikkönen ou Verstappen
Les commissaires de la FIA ont entendu les trois pilotes Sebastian Vettel, Max Verstappen et Kimi Räikkönen après l'accrochage du départ, ainsi que les représentants de Ferrari et Red Bull Racing.

La décision est rapidement tombée: l'accident est classé sans suite. Selon eux, aucun pilote n'est vraiment fautif.

"Les commissaires ont examiné les vidéos et ont entendu les trois pilotes et les représentants des deux équipes", explique la FIA.

"Räikkönen a fait un très bon départ a pu tenter de dépasser la voiture de Verstappen sur le côté gauche. En même temps, Vettel a eu un départ plus lent et s'est rabattu vers la gauche. Il y a eu une collision en chaine après la collision entre Räikkönen et Verstappen, qui a impliqué Vettel puis Alonso."

"Les commissaires considèrent qu'aucun pilote n'a eu une part totale ou prédominante dans cet incident. La FIA ne prend donc pas d'autre action contre eux."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz signe le meilleur résultat de sa carrière en F1
Carlos Sainz savait depuis quelques jours qu'il disputait ses dernières courses pour Toro Rosso avant de poser ses valises chez Renault l'année prochaine. Il est même question qu'il défende les couleurs du constructeur français dès le prochain Grand Prix de Malaisie au volant de la voiture de Jolyon Palmer...

Mais Carlos Sainz a décroché la quatrième place aujourd'hui à Singapour et Franz Tost - son patron - n'a pas tardé à lui lancé à la radio: "nous ne te laisserons pas partir!"

Il est donc probable que Sainz terminera sa saison avec Toro Rosso, car dans le même temps, Palmer a probablement sauvé sa tête en marquant les points de la sixième place cet après-midi.

"De l'extérieur, personne ne peut imaginer ce que nous avons dû faire pour signer ce résultat", raconte Carlos Sainz. "Je dois remercier l'équipe qui a tout le temps su ce qu'il fallait, notamment quand elle a décidé que je reste en piste avec mes vieux pneus intermédiaires alors que ceux qui étaient derrière moi avaient de nouvelles gommes. Ensuite, tout le monde est rentré pour chausser des ultra tendres alors que l'équipe m'a donné des super tendres et il y avait une seconde de différence entre ces deux types de pneus."

"En fin de course je me suis défendu et j'ai finalement gardé ma quatrième place. Il s'est passé des choses en course aujourd'hui, mais ce résultat est incroyable, même avec la pluie qui complique toujours tout ici. C'est probablement l'une des journées les plus importantes de ma carrière sportive, il faudra donc fêter ça!"

"J'ai maintenant 48 points au compteur et il est clair que j'ai bien progressé durant cette troisième saison de F1 pour moi. C'est une bonne chose d'être en mesure de profiter des opportunités durant ces courses folles et c'est probablement ce que je ne réussissais pas à faire avant. Je suis très content de terminer cette course devant des pilotes qui étaient plus rapides que moi", ajoute le pilote espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff ne songeait qu'à limiter les dégâts pour Mercedes ce matin
Toto Wolff, par nature "raisonnablement optimiste" comme le veut le discours officiel en F1, n'imaginait certainement pas voir ses deux voitures sur le podium à l'arrivée du Grand Prix de Singapour. Le carambolage du premier virage en aura donc décidé autrement.

"Ce matin, nous nous sommes réveillés avec un mauvais sentiment, nous parlions de limiter les dégâts. 12 heures plus tard, nous sommes P1 et P3. C'est pourquoi nous aimons la course auto. Lewis avait été tant malchanceux l'an dernier..."

Par-dessus le marché, la Scuderia Ferrari repart absolument bredouille de la cité-État. Toto Wolff est toutefois loin de parader.

"Je gère cette écurie et je donne ma vie pour qu'elle réussisse. Quand votre principal concurrent perd des points comme cela, je peux sentir à quel point c'est mauvais pour cette équipe."

On connait le gagnant de l'accrochage du départ: Lewis Hamilton. Mais quid du coupable? Le directeur de Mercedes a-t-il un nom à livrer à la presse?

"C'est difficile à dire. Je pense que Sebastian Vettel n'a pas vu que Kimi Räikkönen était à l'intérieur. Il a essayé de bloquer Max Verstappen, qui serait allé à gauche s'il avait eu de l'espace."

"Si ç'avait été nos pilotes, je n'aurais pas été content. Nous avons connu cette situation par le passé [en Espagne, en 2016]. Ferrari était sous pression maximale après Monza. Ce sont des professionnels. Ils vont analyser cela, ils ont deux semaines avant la Malaisie."

En performances pures, sur ce circuit sinueux, la Mercedes n'était néanmoins pas la plus rapide, du moins sur le sec.

"Nous essayons d'avoir le meilleur compris en termes d'ADN de la voiture. Singapour était l'une de nos pires courses par le passé. Récolter tant de points, c'est inattendu, mais on prend! Il y a quelques circuits à venir qui conviennent à notre voiture. Peut-être qu'au Mexique et qu'à Abu Dhabi, ce ne sera pas génial néanmoins. Nous devons tirer les leçons de ce dimanche."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo a frôlé l'abandon et a dû lever le pied en course
Daniel Ricciardo a fini à une probante 2ème place ce dimanche, mais à l'image de Max Verstappen, il aurait pu repartir bredouille de Singapour. Christian Horner a révélé après l'arrivée qu'un problème de boîte de vitesses a failli coûter très cher à l'Australien.

"Au 15ème tour, nous avions un double abandon en ligne de mire... Nous repartons de Singapour avec une 2ème place, donc nous prenons ce résultat" explique Christian Horner.

C'est aussi pour préserver sa monture que Daniel Ricciardo n'a pu hausser le rythme en course, laissant ainsi filer Lewis Hamilton.

"Même avant la première voiture de sécurité, nous pouvions voir que nous perdions beaucoup de pression d'huile au niveau de la boîte de vitesses. Nous pensions que ce problème ne disparaîtrait qu'à la moitié de la course."

"Donc Daniel a reçu une instruction, pour gérer cette anomalie. Et ensuite bien sûr, il a dû sacrifier du temps au tour pour cela. Mais il a tout géré de manière incroyable, et a réussi à préserver la voiture, à la ramener à la maison."

Sans ce problème de fiabilité, Christian Horner assure que Red Bull aurait été "plus proche" de Mercedes, et que Daniel Ricciardo aurait pu "mettre plus de pression" sur Hamilton.

"Mais les conditions étaient très différentes aujourd'hui. Avec la pluie, la piste n'était plus gommée. Il faisait plus froid aussi que vendredi. Et Mercedes, en particulier Lewis (car nous avons couvert Valtteri aujourd'hui), a eu une journée très solide."

Du côté de Mercedes, Lewis Hamilton a aussi à un moment donné ralenti en course, en raison de considérations purement stratégiques: il fallait que l'Anglais ne prenne pas trop d'avance sur ses poursuivants afin de se protéger de l'entrée en piste d'une voiture de sécurité.

"Ils regardaient l'horloge aussi" explique Christian Horner, "et ils essayaient de ne pas faire trop de tours, principalement pour ne pas creuser trop d'écart et nous permettre d'avoir un arrêt gratuit avec une voiture de sécurité. Nous étions tellement concentrés sur le problème de Daniel, que c'était simplement une question de ramener la voiture à l'arrivée de notre côté."
source: Nextgen-Auto.com

Vandoorne signe son meilleur résultat en F1
Stoffel Vandoorne a rempli la mission donnée par McLaren de finir dans les points à Singapour, et ce malgré les conditions météo très difficiles sur la première moitié de la course.

Le Belge, qui partait de la 9ème place, avait choisi les pneus pluie au départ, alors que les intermédiaires semblaient être un meilleur choix.

"C'était très excitant au départ", explique-t-il au micro de la 'RTBF'.

"Singapour est déjà un tracé difficile mais sur le mouillé, de nuit, c'était une expérience nouvelle pour tout le monde. L'objectif principal était de rester sur la piste car la moindre erreur et c'était le mur."

"A l'extinction des feux, j'ai d'abord dû quitter la piste pour éviter les débris suite au crash devant. C'est dommage car j'ai perdu quelques places là."

"Au début ce n'était pas facile. J'ai profité d'une voiture de sécurité pour chausser les pneus intermédiaires. Carlos Sainz en a profité pour me doubler."

Lors de son 2ème arrêt, Vandoorne a perdu des secondes précieuses au stand lors du changement de roues pour passer en slicks.

"Je suis ressorti juste derrière Jolyon Palmer alors que j'aurais normalement pu le doubler. Je l'ai attaqué à l'épingle mais c'était encore humide hors trajectoire et la Renault a réussi à me recroiser."

"Je crois qu'on aurait pu au mieux terminer sixième mais je suis tout de même content avec ce résultat et les six points ramenés aujourd'hui. J'espère que l'on pourra bientôt viser plus haut."
source: Nextgen-Auto.com

Des points pour Palmer, mais trop tard pour Renault
Deux jours après avoir eu la confirmation qu'il ne défendra plus les couleurs de Renault l'année prochaine, Jolyon Palmer s'offre les points de la sixième place aujourd'hui à Singapour. Le timing est troublant...

"Je ressens une énorme satisfaction", déclare Palmer. "Cette course a été incroyablement amusante, et ce, dès le départ. Lorsqu'il pleut, on ne sait jamais à quoi s'attendre. Nous avons pris un bon départ et ensuite nous avons été très compétitifs sous la pluie. J'ai vraiment apprécié ces conditions. J'ai fait un beau dépassement sur Bottas, j'étais en compagnie des hommes du haut du tableau. C'était une très belle course."

"Tous les week-ends, nous avons envie de montrer ce dont on est capable. Ce résultat est aussi dû à la chance et cela aurait déjà pu arriver à Bakou, Silverstone ou Spa. J'espère que ce résultat m'aidera lors des six dernières courses de l'année. Pour l'heure, mon éviction de chez Renault est une nouvelle assez fraîche. Pour ma part, je veux encore faire six très belles courses. Je veux rester en F1, il y a d'autres options. Je veux être fier de mes six dernières courses de la saison", ajoute le Britannique.

"C'est une décision qui appartient à Renault, ils peuvent décider qui pilotera la voiture l'année prochaine. Cette année a été difficile pour moi. J'ai eu des soucis de fiabilité, mais j'ai aussi commis quelques erreurs. Les médias m'interrogeaient toujours sur mon avenir et cela devenait difficile pour moi. J'ai finalement décidé de ne plus me préoccuper de ça et de me concentrer sur mon pilotage."

"J'ai eu de bonnes relations avec l'équipe et c'est d'ailleurs encore le cas. J'ai encore six courses à disputer avec eux. J'ai passé deux années chez Renault, mais je fréquente l'équipe d'Enstone depuis trois ans. J'espère conclure cette collaboration avec eux sur une bonne note", conclut Jolyon Palmer.
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene - Ferrari se battra jusqu'au bout!
Tout était en place pour que la Scuderia Ferrari et Sebastian Vettel triomphent cet après-midi à Singapour, mais malheureusement pour les hommes en rouge, les deux bolides de Maranello ont été éliminés après seulement quelques secondes de course.

"Tout d'abord je veux dire que je suis très déçu pour nos fans", déclare Maurizio Arrivabene, le patron de la Scuderia Ferrari. "Ce n'est pas le résultat auquel nous nous attendions, mais ce n'est pas fini. Ce sera plus difficile pour nous, mais ce n'est pas fini. Nous avons tous un cheval cabré cousu sur le cœur, aussi bien les personnes d'ici que celles qui sont restées à l'usine de Maranello. Nous vous promettons que nous allons nous battre jusqu'au dernier virage de la dernière course de la saison."

Chez Ferrari, on préfère ne plus faire le moindre commentaire sur ce qui s'est passé peu après le départ. Du moins pour l'instant.

"Cet incident est sous investigation et je ne vais donc faire aucune déclaration sur ce sujet. Je ne veux pas commenter ce que Verstappen a dit, nous attendons d'abord l'avis des commissaires. Je trouve assez curieux qu'ils aient d'abord convoqué nos pilotes et puis le pilote Red Bull avec un peu de retard. Nous verrons bien ce que nous déciderons de faire", précise Arrivabene.

Sebastian Vettel a maintenant 28 points de retard sur Lewis Hamilton. "Sebastian pense comme nous, il sait qu'il a une bonne voiture et c'est vrai. Chez Ferrari, nous avons tous l'intention de nous battre jusqu'à la fin, c'est ma promesse à nos fans", ajoute le patron.
source: Nextgen-Auto.com

Horner s'en prend à Ferrari!
Selon Ferrari, l'accident du départ à Singapour est dû à Max Verstappen, une thèse incroyable que la Scuderia a relayé sur les réseaux sociaux pendant le Grand Prix.

Avant d'aller voir les commissaires de la FIA, Christian Horner a lâché sa colère devant les journalistes.

"Mais comment diable peut-on blâmer Max après avoir regardé toutes les vidéos! Franchement, je n'en ai aucune idée!" lance le directeur de Red Bull Racing.
.
"On peut voir que Sebastian tourne assez agressivement vers la gauche, que Kimi va légèrement sur la droite. Max est là, entre les deux, il ne peut pas disparaitre par magie. On voit sur la vidéo qu'il tient sa trajectoire droite."

"Franchement, Max a encore une fois beaucoup de malchance. Et être éliminé comme ça, sur ce Grand Prix où nous pouvions briller avec nos deux voitures, c'est horrible pour lui."

Horner pense que c'est bien Vettel qui doit être tenu pour responsable.

"Il a tassé à gauche, de plus en plus. C'est la course mais dans ces conditions, quand vous avez trois pilotes au même endroit pour affronter le premier virage, il faut être conscient que l'un ne peut pas disparaitre de l'équation. Et aujourd'hui c'est Max qui en a été la victime."

"Seb est responsable mais, probablement, il n'a pas dû voir Kimi de l'autre côté de Max. Seb a été agressif envers Max et Kimi a fait la même chose de l'autre côté. Et voilà le résultat. Mais celui qui blâme Max doit vraiment aller chez un ophtalmologue!"
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton avoue qu'il a eu de la chance
Débarrassé des deux Ferrari et de la Red Bull de Max Verstappen avant même le premier virage de la course, Lewis Hamilton n'a eu qu'à contrôler Daniel Ricciardo pour remporter une victoire qu'il n'osait pas espérer avant le départ.

"Je veux féliciter l'équipe, ces points sont incroyables", commente Lewis Hamilton juste après l'arrivée.

"Nous étions en difficulté hier et nous n'avions donc aucune idée de ce qui allait arriver aujourd'hui. J'ai eu beaucoup de chance avec l'élimination des Ferrari dès le début de la course. Je suis très reconnaissant de ça."

"Dieu m'a pris sous son aile aujourd'hui, c'est une certitude. J'ai profité de cet incident et si c'est vraiment regrettable pour Ferrari, c'est génial pour notre équipe. Daniel (Ricciardo) m'a donné du fil à retordre, mais je pensais que j'allais me battre avec Sebastian (Vettel). Finalement, ce qui s'est passé est encore mieux et je suis ravi de prendre cette victoire", ajoute le champion anglais.

Hamilton reconnait avoir apprécié l'arrivée de la pluie, avant le départ.

"Ce sont mes conditions. Quand j'ai vu la pluie je savais où j'allais finir: devant. Seule la victoire m'intéresse, encore plus quand il pleut."

De son côté Valtteri Bottas a fait le minimum syndical pour assurer la 3ème place.

"Oui j'ai bien limité les dégâts aujourd'hui. Nous avons eu de la chance, la voiture fonctionnait bien mieux aujourd'hui. Il reste encore beaucoup de course et d'opportunités pour le championnat. Passer devant Sebastian est mon prochain objectif."

Niki Lauda est ravi pour Hamilton et Mercedes.

"Ce départ a été incroyable et la fin fantastique pour nous. Lewis a été parfait. La voiture a été très bonne aussi dans ces conditions. Il a maintenant 28 points d'avance sur Seb. Ce n'est pas mal, ce n'est pas encore gagné mais avec les deux Ferrari éliminées, c'est pas mal comme opération pour nous."

source: Nextgen-Auto.com

Daniel Ricciardo voulait la victoire...
Daniel Ricciardo était un peu déçu sur le podium de Singapour. Cette belle 2ème place ne le satisfait pas totalement parce que, selon lui, sa Red Bull valait la victoire sur ce Grand Prix.

Mais la pluie et les incidents de course ont tout bousculé, au départ.

"Je n'ai pas réussi à remporter cette course. Nous pouvions le faire, sur le sec. Mais je n'ai pas réussi à retrouver le même rythme que nous avions lors des essais par rapport à Mercedes. Je suis donc un peu déçu d'avoir manqué la victoire mais je suis très heureux d'avoir signé un autre beau podium", commente-t-il.

Ricciardo admet avoir eu de la chance au départ.

"J'ai regardé le chaos devant moi et je pense que j'ai pour une fois eu de la chance: c'était probablement mieux que je rate un peu mon départ cette fois, sinon j'aurais été en plein dans l'accident! Malheureusement cela a permis à Lewis de me passer et on connait la suite."

"Je ne sais pas qui est fautif sur ce départ mais il semblerait qu'ils ont tous les trois essayé d'avoir la même position en piste. Ils étaient trop proches et ça a touché."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Le podium était garanti sans l'accident au départ
Fernando Alonso pense qu'il aurait pu largement finir sur le podium aujourd'hui à Singapour, s'il n'avait pas été une victime collatérale de l'accident du départ qui a mêlé Vettel, Räikkönen et Verstappen.

La McLaren de l'Espagnol a pu continuer son chemin quelques tours mais son fond plat était trop endommagé et les organes de sa voiture aussi.

"La voiture était complètement détruite à l'arrière gauche. Nous avons perdu les données et puis d'autres systèmes. Mais c'était déjà un miracle de pouvoir continuer après un tel impact. La voiture a vraiment volé en l'air", explique Alonso.

"Nous avons dû abandonner mais c'est dommage parce que nous avions de grands espoirs pour cette course."

"Lewis était en tête mais moi j'étais devant lui au 1err virage. Alors sans cet accident, ça veut dire que j'aurais pu être en tête aussi. Le podium était garanti au moins. Peut-être même une lutte pour la victoire dans ces conditions."

"Mais bon, parfois ça fonctionne, parfois pas. Quand on doit changer le moteur et prendre des pénalités, tout le monde finit la course. Ici c'était bien mais c'est nous qui avons été victime."

"Cela fait mal parce qu'un podium c'est toujours un podium mais quand vous arrivez dans le premier virage, à l'extérieur, si un pilote fait une faute, il vous percute en premier."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Singapour - Course
Lewis Hamilton (Mercedes) a réalisé un grand coup au GP de Singapour. Profitant du crash du début de course disputé sur piste détrempée impliquant les pilotes Ferrari Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, ainsi que Max Verstappen (Red Bull), le Britannique s'est porté en tête face à Daniel Ricciardo (Red Bull).

Si les conditions de piste se sont améliorées par la suite et malgré trois interventions de la voiture de sécurité, Lewis Hamilton est resté intouchable et a signé sa 60ème victoire en F1, sa septième de la saison, et porte son avance au championnat à 28 points. Mercedes réalise un résultat quasiment parfait avec Valtteri Bottas sur la troisième marche du podium derrière Daniel Ricciardo et dispose désormais de 102 unités d'avance sur la Scuderia Ferrari.

Carlos Sainz (Toro Rosso) prend la quatrième place et réalise son meilleur résultat en F1, tout comme Jolyon Palmer (Renault) et Stoffel Vandoorne (McLaren) qui se classent derrière Sergio Pérez (Force India) cinquième. L'Espagnol, le Britannique et le Belge décrochent leur meilleur résultat en F1.

Le top dix est complété par Lance Stroll (Williams) qui précède les Français Romain Grosjean (Haas) et Esteban Ocon (Force India).

Seuls 12 pilotes ont rallié la ligne d'arrivée. Nico Hülkenberg (Renault), en lice pour un podium, a rencontré des problèmes mécaniques, tout comme Fernando Alonso (McLaren). Kevin Magnussen (Haas) a perdu son MGU-K. Marcus Ericsson (Sauber) et Daniil Kvyat (Toro Rosso) ont heurté le mur. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Raikkonen - Je n'aurais rien pu faire pour éviter l'accrochage
La course de Kimi Räikkönen s'est résumée à peu de choses, aujourd'hui à Singapour. Verstappen s'est en effet rabattu légèrement vers lui alors qu'il était lui-même tassé par l'autre Ferrari de Sebastian Vettel. Ces trois pilotes ont donc été éliminé quelques secondes seulement après le départ.

"J'avais pris un bon départ, mais ensuite j'ai été accroché et je n'ai rien pu faire", raconte Kimi Räikkönen. "Ma course s'est arrêtée tout de suite. Je ne sais pas si Max ne m'a pas vu, je vais devoir lui demander. Je n'aurais rien pu faire pour éviter l'accrochage, c'est dommage. Mes 100 premiers mètres en course étaient bons et puis c'est tout."

Cet incident entre Vettel, Ricciardo et Verstappen sera analysé par les commissaires sportif ce soir, mais après la course.

"Il faudra attendre la décision des commissaires afin de voir s'ils vont définir cela comme un incident de course ou alors dire que c'était autre chose. Mais peu importe ce qu'ils décideront, car ce qui est sûr, c'est que notre résultat ne changera pas. J'espère que la prochaine course sera plus positive pour nous. On nous dit que les Grands Prix de Malaisie et du Japon seront difficiles pour Ferrari, mais on verra bien. Nous aurons de toute façon l'envie de faire de notre mieux", ajoute le champion finlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - A qui la faute? Je ne sais pas encore...
Sebastian Vettel a abandonné au départ du Grand Prix de Singapour, harponné par la Ferrari de son équipier lui-même en perdition après avoir tapé Verstappen.

La Ferrari de l'Allemand a été endommagée et, en plus, il est parti à la faute au virage suivant.

"A qui la faute? Je ne sais pas encore... Il n'y a pas grand chose à dire! Je n'ai pas encore vu la vidéo", dit Vettel.

"Je n'ai pas vu grand chose. J'ai pris un bon départ je crois, j'ai vu Max, je me suis un peu déporté et ensuite j'ai vu Kimi foncer sur moi en perdition. Max était là aussi quelque part mais je n'ai pas compris sur le coup."

Cette action sera jugée avec les trois pilotes par les commissaires de la FIA après la course.

Vettel n'a donc pas déclaré grand chose pour le moment mais il admet que c'est une catastrophe pour le championnat pour lui.

"Ce n'est pas idéal, n'est-ce pas... C'est comme ça en Formule 1. Cela ne change pas grand chose parce que nous n'avons pas pu montrer le rythme que nous avions en course. Mais je suis certain qu'il y aura d'autres opportunités lors des prochaines courses."
source: Nextgen-Auto.com

Palmer - Je ne suis pas sous pression pour mon avenir
Jolyon Palmer a pris acte de la décision de Renault F1 de se passer de ses services pour la saison 2018.

Il va donc s'occuper activement de se trouver un nouveau baquet mais il estime ne pas être "sous pression" pour assurer quelque chose rapidement.

"J'ai lu la décision de l'équipe d'engager Carlos. C'est leur choix. Quant à moi, je n'ai pas encore trop pensé à mon avenir. Je pense que 2018 sera excitante quand même", confie-t-il à Singapour.

"Je vais faire quelque chose de différent maintenant c'est certain. Je sais aussi ce que je ne veux pas faire. Je vais me laisser un peu de temps pour décider. Je ne suis pas inquiet pour mon avenir. Je ne suis pas sous pression. C'est toujours excitant de se trouver de nouveaux projets, non?"

Les places sont maintenant rares en F1 pour 2018. Palmer pourrait viser un baquet chez Williams ou Sauber. Williams est une bonne option si le test à venir de Kubica n'est pas convaincant.

"Je ne sais pas pour le moment. Nous devons voir. Bien sûr que Williams est une grande équipe, une équipe que j'ai soutenu devant ma télé, une bonne vieille équipe de mon pays. Et mon père a aussi piloté pour eux. Mais je dois réfléchir pour moi-même."

"J'ai un peu de temps pour ça. Je me concentrais pour rester chez Renault et, finalement, ce n'est pas possible. Je vais étudier les opportunités en F1 mais aussi ailleurs."

Palmer n'exclut donc pas de rouler en Formule E ou en Endurance par exemple?

"Je ne sais pas. Pour le moment, vraiment, je n'en sais rien. Je vais prendre le temps d'y penser. Je ne suis pas sous pression pour décider."

Le Britannique pourrait vivre son dernier Grand Prix aujourd'hui à Singapour s'il accepte la proposition de transaction financière de Renault (3 millions d'euros) afin de laisser la place à Carlos Sainz dès la Malaisie.
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli confirme des pneus encore plus tendres pour 2018
Après avoir bouclé une grande partie de ses essais privés pour 2018, Pirelli a confirmé aux équipes de Formule 1 que sa gamme de pneus proposée pour l'année prochaine serait plus tendre encore que cette année.

Alors que les pneus plus larges de 2017 doivent pourtant composer avec des forces G très importantes, Pirelli n'utilise déjà plus du tout son pneu le plus dur. Le manufacturier italien avait joué la sécurité pour la première année de cette nouvelle règlementation.

"Le pneu dur est tellement inapproprié à cette génération de Formule 1 que je ne connais pas un seul pilote qui souhaite encore l'utiliser. Pirelli a bien réagi en modifiant ses propositions de gommes pour la 2ème partie de la saison. Le pneu dur n'est donc plus proposé", se félicite Andy Green, le directeur technique de Force India.

En début de saison, Pirelli comptait en effet le proposer à Sepang, Suzuka ou encore Interlagos. Ce n'est plus le cas. Et Mario Isola, le responsable de Pirelli en F1, a donc promis des pneus plus tendres en 2018.

"Toute la gamme va changer jusqu'à un certain point", confirme-t-il à Singapour.

"Ce qui était un ultra-tendre cette année deviendra, pour schématiser rapidement, un super-tendre l'an prochain. Le super-tendre sera le nouveau tendre et le tendre le nouveau medium. Tout cela signifie bien sûr que nous sommes en train de développer un tout nouveau pneu ultra-tendre."

"Nous aurons ces pneus prêts pour des essais pour toutes les équipes à Abu Dhabi (après le Grand Prix)", conclut Isola.
source: Nextgen-Auto.com

Haug - Porsche doit revenir en Formule 1
Norbert Haug doit revenir en Formule 1 en 2021, lorsque de nouvelles règles pour les moteurs seront en vigueur.

C'est l'avis de l'ancien patron de Mercedes Motorsport, qui serait ravi de voir cette belle marque allemande refaire son retour.

Porsche a annoncé "étudier avec intérêt une arrivée en F1 si les conditions sont réunies."

"Je peux très bien imaginer, de mon point de vue, que la Formule 1 serait parfaite pour Porsche", commente Norbert Haug dans les colonnes de 'Speed Week'.

"Comme Audi, ils peuvent soit dépenser 250 millions d'euros dans des prototypes ou alors rejoindre Mercedes dans une Formule 1 qui devient de plus en plus sensible aux coûts. Et, avec une audience internationale en progression, une exposition médiatique inégalée, cela devient une évidence."

"Porsche a fait un travail incroyable avec son prototype LMP1, ils avaient un excellent moteur, un excellent concept pour leur voiture. Ils ont démontré leur compétence pour une arrivée en Formule 1."

Et Haug imagine bien Porsche arriver avec sa propre équipe, soit en partant de zéro, soit en en rachetant une existante... Red Bull Racing, par exemple?
source: Nextgen-Auto.com

Les équipes veulent aussi plafonner le budget lié aux moteurs
Comme à chaque Grand Prix, le sujet des budgets en Formule 1 est abordé par les patrons d'écuries qui reconnaissent qu'un peu plus d'équité ne serait pas superflue entre les équipes. Néanmoins, les accords sont loin d'être trouvés concernant un éventuel plafond.

"Il faut que nous contrôlions les budgets" rappelle Zak Brown. "Je pense que la raison des écarts que nous voyons dans le peloton actuellement est l'écart que l'on retrouve dans les budgets entre les deux équipes de pointe et le reste des équipes. Il semble même qu'ils grandissent et la Formule 1 doit s'en préoccuper. C'est une chose qui nous inquiète et l'on veut qu'en 2021, plus d'équipes soient en mesure de gagner."

"Concernant McLaren, nous sommes pour des budgets limités et nous pensons que c'est important. La plupart des autres sports en ont et cela nivelle les équipes. Nous savons que nous sommes l'une des quatre équipes concernées mais il faudra simplement faire des compromis. Si notre discipline est en bonne santé, ce sera bénéfique pour tout le monde."

"Nous sommes une grande équipe, il y en a d'autres et nous voulons que tout le monde ait la même chance. Le chiffre de 150 millions de dollars semble plutôt bon, il y a beaucoup de détails à voir, notamment les salaires, les budgets globaux et ainsi de suite, mais le concept même d'un plafond et le chiffre de 150 millions de dollars semblent de bonnes idées."

Christian Horner reconnaît que Red Bull voit les choses légèrement différemment mais qu'une réduction des coûts semble inéluctable pour l'équipe autrichienne.

"Le souci est qu'un budget limité avec les règles actuelles nous pousseraient à trouver des manières de contourner le règlement. Je pense que le règlement technique est le plus gros poste de dépenses et je pense que la FIA et la FOM doivent contrôler cela, au niveau du châssis et au niveau des appendices aérodynamiques qui fleurissent un peu trop sur les monoplaces."

"Le moteur est une des clés de ces gestions de budget. Nous avons des factures énormes pour les moteurs à cause de la technologie qu'impliquent ces moteurs. Les constructeurs impactent la recherche et le développement dans le coût de leurs blocs et il faut s'interroger sur la pertinence de tout cela. Une fois que c'est fait, on peut réfléchir à un plafond car le mécanisme sera plus souple."

Cyril Abiteboul tient un discours similaire à ses pairs et pense qu'il faut avant tout redéfinir le cadre dans lequel rentrera le plafond appliqué: "S'il y a un accord pour n'importe quelle forme de limite de budget, il faut que ça englobe le moteur, pas seulement les coûts de fourniture mais également ceux de développement. C'est complexe mais je crois que Ross Brawn et Liberty Média prennent le problème très au sérieux."

Le plafonnement du budget devra intervenir sur un timing logique et le changement de règlement moteur, s'ils sont inclus dans le plafonnement des budgets, pourrait être le moment idéal pour introduire cette limitation.

"Tout ce que nous faisons actuellement est fait avec le règlement actuel et il est difficile d'envisager des règles différentes lorsque l'on prend des décisions stratégiques comme des investissements ou des recrutements" explique Cyril Abiteboul. "Ceci dit, nous mettons l'accent sur l'efficacité de notre organisation et si l'on veut une équipe efficace actuellement, il faut accepter qu'elle ne génère pas autant de profit du fait des coûts qu'elle engendre."

Un avis que partage Christian Horner, qui complète son point de vue au sujet du règlement et de son effet sur les budgets: "La source du problème est la réglementation qui créé de grosses dépenses et si l'on met un plafond à cela, si les deux sont établis ensemble, c'est acceptable. Si l'on met toute la pression sur le simple plafonnement des budgets, on se retrouvera avec un Championnat du monde de ceux qui arrivent à cacher au mieux leurs dépenses."
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari veut placer Leclerc et Giovinazzi chez Sauber en 2018
L'échiquier 2018 se met doucement en place et en plus d'une place à pourvoir chez Toro Rosso, il reste également une place chez Williams et surtout les deux baquets Sauber qui sont désormais au centre des rumeurs. Pascal Wehrlein ne sera pas retenu, cela est désormais une évidence, et commence à manquer de solutions pour l'année prochaine.

Plus étonnant, il semblerait que la place de Marcus Ericsson ne soit pas assurée malgré ses liens directs avec les propriétaires de Sauber, pour la raison que Ferrari fait le forcing pour placer ses deux jeunes pilotes, Leclerc et Giovinazzi, plutôt que de devoir en choisir un sur les deux.

"Il est vrai que Marchionne et Arrivabene sont allés à Hinwil" a confirmé un porte-parole de Ferrari. "Marchionne n'avait jamais vu l'usine et il est vrai que Ferrari veut voir ses jeunes pilotes, Leclerc et Giovinazzi, rouler en course dès que possible."

Une rumeur que ne nie pas Marcus Ericsson, expliquant justement que son management réfléchit déjà à une solution de secours: "Il y a beaucoup de rumeurs. Je sais que mes managers sont en contact avec Sauber et d'autres équipes dont Williams. Nous verrons ce qu'il se passe dans les prochaines semaines mais c'est palpitant."

Williams croule sous les propositions puisque Marcus Ericsson est loin d'être le premier à se montrer intéressé. Robert Kubica tient pour le moment la corde puisqu'il a déjà fait des essais dans le simulateur de Williams et qu'il remplit la condition importante pour Martini, à savoir être âgé de plus de 25 ans.

Marcus Ericsson et Jolyon Palmer sont les deux autres noms avancés pour le deuxième baquet chez Williams puisqu'ils ont tous les deux un soutien financier et l'âge requis pour ne pas perdre l'argent de Martini. Ce qui n'est pas le cas de Wehrlein, qui ne pourra pas être envisagé malgré le soutien de Mercedes.

Pour Williams, il s'agit toutefois de réfléchir en termes sportifs puisque le pilote qui remplacera Felipe Massa devra épauler un Lance Stroll qui, s'il est rapide, manque encore de maturité, et donc assurer les points pour l'équipe. En cela, Kubica semble bien mieux armé que les deux autres prétendants, qui sont aujourd'hui les deux seuls pilotes à ne pas avoir marqué de points en 2017.

En attendant 2018, Palmer est bien décidé à conserver son baquet jusqu'à la fin de saison, malgré les trois millions que lui aurait proposé Renault pour se retirer dès ce soir, une fois le Grand Prix de Singapour passé. Abiteboul aurait promis à Helmut Marko que Palmer laisserait sa place à Sainz dès la Malaisie, ouvrant la voie à Pierre Gasly pour la fin d'année.

"Il a constamment changé d'avis" a toutefois critiqué Marko au sujet d'Abiteboul. Désormais, Renault aurait posé un ultimatum à Palmer et le Britannique aurait jusqu'à mercredi pour rendre sa réponse.
source: Nextgen-Auto.com

Officiel - Sergio Pérez restera chez Force India en 2018
Pour conclure une semaine pleine d'annonces, Force India a profité des heures précédant le Grand Prix de Singapour afin de confirmer la présence de Sergio Pérez dans l'équipe l'année prochaine. Le Mexicain était lié à un éventuel mais peu probable départ chez Williams, ce qui est désormais exclu.

"Sergio a joué un rôle important dans notre succès au fil des ans" rappelle Vijay Mallya.

"Depuis qu'il nous a rejoints en 2014, il a grandi pour devenir l'un des pilotes plus rapides et des plus réguliers sur la grille. Ses résultats parlent d'eux-mêmes puisqu'il est le pilote qui a signé les meilleurs résultats de Force India avec quatre podiums. Garder Sergio aux côtés d'Esteban nous donne une stabilité en vue de la saison prochaine et l'un des duos les plus intéressants en Formule 1."

Sergio Pérez s'est lui aussi montré satisfait de cet accord, après avoir clamé ces dernières semaines qu'il souhaitait poursuivre chez Force India.

"Cela a toujours été ma priorité. C'est une équipe qui m'a permis de montrer mes talents en tant que pilote et je me sens heureux ici. Je suis fier de tout ce que nous avons réussi ensemble et je pense que nous pouvons faire encore mieux. L'équipe a fait un travail incroyable cette année pour développer la voiture et nous permettre d'assurer cette quatrième place. C'était une décision assez simple de continuer ensemble."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso et McLaren, une question de jours avant une annonce
Fernando Alonso et McLaren auraient trouvé un accord afin de poursuivre leur collaboration l'année prochaine et il apparaît que l'annonce de cette prolongation pourrait intervenir dans les prochains jours, soit moins d'une semaine après l'officialisation de l'accord entre l'équipe anglaise et Renault pour 2018.

"Nous sommes proches d'une extension de contrat avec Fernando" a reconnu Zak Brown. "Nous avons un plan B mais je suis confiant que les choses vont fonctionner avec Fernando."

La rumeur laisse entendre que le plan B serait Jenson Button, qui possède toujours un contrat avec McLaren jusqu'à la fin de la saison 2018. Les derniers détails à régler se porteraient sur le salaire de l'Espagnol, qui va forcément avoir un impact sur le budget amputé de 100 millions de dollars suite au départ de Honda.

"Fernando est l'un des pilotes les mieux payés de ce sport et s'il reste, il continuera à être l'un des pilotes les mieux payés. Nous avons des actionnaires très impliqués qui nous ont dit de faire ce qu'il fallait pour gagner" conclut Brown.

Eric Boullier semble également certain de pouvoir s'attirer les services de l'Espagnol pour une saison supplémentaire, sinon plus. En attendant, le Français se félicite d'avoir tourné la page Honda.

"Je suis heureux et soulagé. C'est bon de savoir que l'an prochain, nous devrions avoir une voiture plus compétitive. Nous avons une bonne base de travail maintenant, et nous avons tous les outils nécessaires pour nous battre contre les autres équipes" anticipe Boullier.

"Nous devons désormais nous concentrer sur la finalisation de l'accord avec Fernando. Nous sommes très proches de le conclure, nous avons déjà trouvé un accord sur les points les plus importants, à savoir la durée et le salaire. Comme je l'ai déjà dit, ce n'est qu'une question de détails."

Les détails en question pourraient être un accord pour une participation aux 24 heures du Mans avec Toyota, de la même manière qu'il avait été autorisé à prendre part aux 500 miles d'Indianapolis cette saison. Mais Alonso préfère ne pas révéler ce qui a empêché une annonce ce week-end.

"Je pense qu'il y a déjà eu trop d'annonces ce week-end" plaisante-t-il. "Il est important de signer le meilleur résultat possible ici. Après ce Grand Prix, je serai au Championnat du monde de karting et ensuite, je serai à l'usine et dans le simulateur, et ce sera un meilleur moment pour discuter de l'avenir."
source: Nextgen-Auto.com

Un arrêt est possible malgré la dégradation des pneus
Sebastian Vettel a signé hier la pole position à la lueur des projecteurs du circuit de Singapour en étant chaussé des pneumatiques P Zero Violet ultra-tendres utilisés par l'ensemble des pilotes durant l'intégralité des qualifications.

Le chrono de l'Allemand, en 1'39"491 - 3"1 plus rapide que la pole réalisée l'an passé, battue dès la Q1 - constitue le record absolu du tracé de Marina Bay, établi sur une piste dont les températures ont atteint jusqu'à 34°C durant la séance.

La Q1, en particulier, fut marquée par un fort degré d'évolution, en raison notamment de l'huile jonchant l'asphalte après le passage des courses de support. Comme nous l'avions observé vendredi en EL2, l'usure et la dégradation des pneumatiques fut contenue, même avec les ultra-tendres, augurant la possibilité d'une stratégie d'un arrêt aux stands, même en cas d'accroissement de cette dégradation.

"Dès lors que l'huile a disparu de l'asphalte, le tracé s'est rapidement révélé plus rapide. Cela permit d'assister à une séance qualificative particulièrement serrée, pendant laquelle de nombreux pilotes pulvérisèrent le précédent record de ce circuit de Singapour", explique Mario Isola, le responsable de Pirelli F1.

"Les pneumatiques 2017, plus larges, ont fortement contribué à ces améliorations sur une piste qui favorise tout particulièrement le grip mécanique. L'usure et la dégradation étant relativement faibles avec les trois mélanges, un pit-stop devrait être privilégié, mais en raison du paramètre Safety Car - intervenu lors de chaque édition - ainsi que les conditions imprévisibles, les écuries vont devoir se montrer réactives et adapter leur stratégie aux circonstances de course."
source: Nextgen-Auto.com

Renault F1 en bonne position pour marquer des points précieux
Alan Permane, le Directeur sportif de Renault F1, est revenu sur les bonnes qualifications de l'équipe française, hier à Singapour.

Et, après cette bonne séance pour la Renault RS17, Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer sont en bonne position pour marquer des points importants cette après-midi.

"Jolyon a aligné de bons tours en qualifications", souligne Permane. "Il a été bon en Q1 et en Q2, mais il a perdu ses pneus arrière en fin de Q2. C'est dommage car son rythme lui donnait le potentiel pour se qualifier facilement en Q3... jusqu'au virage n°20."

"Sa position de départ, la 11ème place, ne sera pas la pire, d'autant qu'il disposera d'un train de pneus neufs. Cela nous donnera un avantage stratégique pour la course, notamment au départ."

Permane admet avoir eu peur de perdre une des voitures dès la Q1.

"Nico nous a fait une frayeur en Q1, car la piste s'améliorait rapidement mais il a pu passer. Après cela, tout s'est passé comme prévu et il se qualifie en septième position. Les McLaren étaient difficiles à battre, mais il a produit un tour fantastique pour leur passer devant à la fin de la Q3."

Comment abordera-t-il la course?

"Notre objectif sera d'être très performants pour emmener nos deux voitures dans les points. Nico est dans le coup depuis le début du week-end et il a le potentiel pour progresser au classement. Jolyon est prêt à tirer avantage de tout ce qui pourrait arriver en tête."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Aston Martin est intéressé par une arrivée en 2021
Après l'avoir fortement suggéré, Christian Horner a été plus loin en affirmant cette fois clairement que le constructeur Aston Martin souhaite éventuellement aller plus loin qu'un simple partenariat avec Red Bull.

Le directeur de Red Bull Racing confirme qu'Aston Martin étudie la possibilité de fournir un moteur de F1 en 2021.

"Nous n'avons pas de problème pour 2018. Nous aurons un Tag-Heuer, un moteur Renault rebadgé. Ensuite, pour 2019 et 2020 tout est ouvert mais, c'est vrai, nos options sont limitées aux moteurs qui existent déjà", explique-t-il.

"Aston Martin ne peut pas arriver d'ici là. Cela n'aurait pas de sens. Mais ils étudient 2021. Tout le monde attend de voir la règlementation moteur pour 2021. Nous devrions en savoir plus à l'automne."

Horner admet que les trois prochaines saisons risquent d'être bien longues...

"Nous voulons arriver jusqu'à la fin de 2020 en étant aussi compétitif que possible. Il y a des options", dit-il. Poursuivre avec Renault ou passer au Honda mais les Japonais accepteraient-ils un contrat de deux ans seulement? Oui s'ils décident de ne pas poursuivre en 2021, sinon...

Une autre rumeur parle d'une motorisation voire un rachat par Porsche.

"Il y a des discussions dans le paddock sur Porsche. Mais ça ne va pas arriver. Nous avons une relation avec Aston Martin et elle ne fait que croitre. En attendant 2021, il y aura plus de développements à ce sujet, mais pas lié au moteur."

Les développements? C'est qu'Aston Martin devrait devenir le sponsor titre de l'équipe dès l'an prochain, à la place d'Infiniti.

"Notre grand patron, Dietrich Mateschitz, veut que nous soyons compétitifs", conclut Horner. "Il est un passionné de F1 et il veut vraiment voir ce que vont être ces règles pour 2021. Ross Brawn devrait nous en dire plus d'ici quelques semaines, il a une vraie vision stratégique."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Gasly est le remplaçant logique de Sainz
Red Bull n'a toujours pas confirmé que Pierre Gasly, le champion en titre du GP2 (rebaptisée Formule 2 depuis cette saison), allait officiellement remplacer Carlos Sainz l'année prochaine chez Toro Rosso.

Le pilote espagnol a été prêté par Red Bull à Renault F1, ce qui laisse au moins un baquet vacant chez Toro Rosso.

Pour Christian Horner, qui dirige la filière jeunes pilotes avec Helmut Marko, le Français est bien le favori pour piloter à la place de Sainz. Mais ce n'est pas encore décidé.

"Avec le départ de Carlos pour Renault, cela laisse un baquet à pourvoir chez Toro Rosso. Le but de cette équipe est bien de développer nos jeunes talents."

"Comme Carlos, Max [Verstappen], Daniel [Ricciardo] ou encore Sebastian Vettel avant eux."

"Pierre Gasly est le champion du GP2 en titre, il gagne en ce moment des courses en Super Formula au Japon, il est donc le remplaçant logique. Mais rien n'est confirmé."

Le directeur de Toro Rosso, Franz Tost, a admis vendredi que Honda aurait peut-être son mot à dire pour l'un des deux pilotes. Les discussions se poursuivent donc...
source: Nextgen-Auto.com

McLaren garderait Alonso, qui serait autorisé à faire Le Mans
Fernando Alonso a de très grandes chances de signer une prolongation de contrat avec McLaren, qui sera équipée d'un moteur Renault pour les trois prochaines années.

L'Espagnol, qui attend des preuves de compétitivité de la part de cette nouvelle association, aurait déjà bien avancé les discussions pour son nouveau contrat.

"On en est aux détails", assure Eric Boullier à Singapour.

Et parmi ces détails, il y aurait tout simplement pour Alonso l'autorisation de courir les 24 Heures du Mans l'an prochain. L'Espagnol tenterait un rapprochement avec Toyota, la seule équipe constructeur qui disposera d'une LMP1 capable de gagner suite au retrait d'Audi et de Porsche. De quoi assurer une victoire plus "facile" pour celui qui veut gagner la Triple Couronne.

McLaren n'exclut pas de voir Alonso au Mans, il n'y a plus de lien aussi fort avec un constructeur comme Honda (Renault sera un fournisseur), et Toyota n'a pas fermé la porte à Alonso selon les dernières déclarations de ses dirigeants.

Zak Brown admet que "McLaren au Mans est une possibilité mais pas pour 2018. C'est trop tôt pour nous. Mais nous en avons parlé avec Fernando et, si les circonstances le permettent, nous sommes ouverts à ce qu'il puisse y participer."

Reste donc à assurer un contrat avec l'Espagnol.

"Nous sommes très confiants de l'avoir dans une de nos voitures l'an prochain et ainsi garder le même duo", ajoute le directeur de McLaren Group.

"Fernando est un atout très important, il est très heureux de la décision prise pour notre moteur, il aime notre châssis, alors je pense que cette histoire va avoir une bonne fun."

Brown assure enfin que l'Espagnol n'a pas eu son mot à dire pour le divorce avec Honda.

"Ce n'était pas eux ou lui. Pour une décision de cette importance pour une équipe, vous ne pouvez pas laisser un pilote vous dicter ce que vous devez faire en matière de moteur."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.