En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 08 Septembre 2017

Renault F1 veut se relancer sur une belle dynamique à Singapour
Renault F1 s'attend à être nettement plus performante à Singapour, théâtre du prochain Grand Prix de Formule 1 qu'à Monza, le week-end dernier.

C'est en tout cas ce qu'espère Cyril Abiteboul au moment d'entamer le dernier tiers de la saison, loin des bases européennes de Viry et Enstone.

"Le Grand Prix de Singapour marque le départ d'un enchaînement dense au calendrier de la F1 et nous nous préparons à la première des trois courses en Asie", déclare le directeur de Renault F1.

"Marina Bay est un circuit urbain intéressant et difficile où l'on court sous les projecteurs et la nuit étoilée. Ses courbes rapides ainsi que ses secteurs étroits et sinueux devraient bien mieux convenir à notre monoplace que le dernier rendez-vous à Monza."

"Nous savions que ce serait dur en Italie. Nico semblait bien placé et il pouvait jouer la dixième place avant que le trafic ne complique tout dépassement et ne l'oblige à se contenter de la treizième position."

"Jolyon était sur une stratégie décalée comme nous avions un peu de liberté pour tenter autre chose. Nous avons néanmoins dû arrêter sa voiture sur un problème de transmission afin d'éviter de plus grands soucis."

"Nous retenons toutefois deux aspects positifs. Parmi nos rivaux les plus proches, seul Williams a inscrit des points. En parallèle, la remontée impressionnante de Daniel Ricciardo du seizième au quatrième rang est particulièrement encourageante. Il s'agit du meilleur résultat à Monza d'un moteur Renault depuis l'introduction des V6 turbo hybrides en 2014."

"Nous voulons maintenant nous concentrer pleinement sur les manches asiatiques. Williams est cinquième du Championnat des Constructeurs avec seulement vingt-et-une unités de plus. Il reste sept épreuves au calendrier et nous avons vraiment le potentiel pour les rattraper d'ici la fin de saison. Nous devons lancer une belle dynamique et enchaîner des résultats réguliers avec nos deux voitures dans le top dix. Singapour sera essentiel pour amorcer cette dynamique."
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Mercedes derrière Ferrari et Red Bull à Singapour...
Toto Wolff n'a jamais été d'un naturel optimiste mais, pour Singapour, il semble vouloir placer Mercedes dans une position d'outsider très claire.

Selon le directeur de l'équipe allemande, il ne faut pas s'attendre à une victoire facile pour les Flèches d'Argent, qui ont gagné, de peu, à Spa avant de dominer à Monza.

"Après Spa, nous doutions un peu de nous, il était donc important de faire un et deux à Monza, sur un circuit sur lequel nous savions que nous avions bien performé les années précédentes", dit-il au micro de 'Canal+'.

"Après, Singapour sera une autre paire de manches pour nous. Car, sur le papier, je pense que nous ne serons que la troisième force du plateau là-bas. Nous devrons tâcher de limiter les dégâts aux deux championnats et d'inscrire le maximum de points possible."
source: Nextgen-Auto.com

Gene Haas avertit Liberty Media - si on ne peut jamais gagner, pourquoi rester en F1?
Haas a pour le moment marqué 35 points - contre un maximum de 25 inscrits l'an dernier. L'écurie américaine est donc en progression, mais se heurte à un inexpugnable plafond de verre dès qu'il s'agit d'aller inquiéter les trois écuries de pointe.

Haas n'est bien sûr pas la seule écurie à se frotter à ce mur de performance (et d'argent). Red Bull, 3ème au classement des constructeurs, compte plus du double de points de Force India, et cet écart devrait augmenter dans les courses à venir...

Cette différence de performance a poussé Gene Haas à lancer un coup de gueule sur la télévision américaine.

"Si nous n'avons jamais une chance de gagner, je devrais me demander pourquoi nous sommes en F1. Il y a un écart que nous ne pouvons réduire. Avec nos ressources actuelles, et de ce que nous savons, cela semble impossible de réduire cet écart. Je pense que les trois écuries de pointe sont quasiment comme des manufacturiers, et puisqu'ils construisent toute leur voiture, ils la comprennent beaucoup mieux [Haas externalise son châssis à Dallara et son moteur à Ferrari]. Donc nous allons toujours avoir un désavantage sur ces manufacturiers qui comprennent mieux la voiture que nous."

"Mais je pense qu'il y a besoin d'un peu d'incertitude dans le sport, où même une équipe à l'arrière aurait la possibilité de gagner une fois de temps en temps. Pas à chaque course. Mais si vous ne pouvez jamais gagner dans ce sport... ça ne sera pas vraiment un sport."

"Je pense que chaque équipe devrait avoir au moins une possibilité de gagner une course, de temps en temps, grâce à une stratégie différente au niveau du carburant, ou de quelque chose d'autre. Mais l'écart est si important maintenant, que je ne vois pas comment nous pourrons possiblement nous rapprocher d'une victoire" poursuit-il.

Gene Haas répète donc une menace à peine voilée envers Liberty Media: si rien n'est fait pour resserrer les écarts, "je devrais vraiment me demander pourquoi nous sommes en F1."

L'homme d'affaires américaine assure certes que son équipe est "certainement bien engagée en F1." Mais à moyen terme, si rien ne change?
source: Nextgen-Auto.com

Le Grand Prix de France diffusé sur TF1 ou France 2 en 2018
Comme le prévoit la loi en France, un évènement sportif majeur disputé sur son territoire doit aussi être disponible en diffusion sur une chaine gratuite.

Comme 'Canal+' a remporté les droits de la F1 pour les trois prochaines années, cela signifie donc que le prochain Grand Prix de France devra donc être diffusé sur une autre chaine.

Cela aurait pu se faire sur la chaine 'C8', du même groupe, mais Gilles Dufeigneux, le directeur général du GP de France, affirme que 'TF1' et 'France Télévision' se sont positionnés.

"Le Grand Prix de France de F1 fait partie de ces événements sportifs, qui selon la loi, doivent être diffusés sur une chaîne gratuite, à l'instar des Jeux olympiques ou de la finale de la Ligue des champions de football. TF1 et France Télévision se sont positionnés. On connaîtra le résultat de l'appel d'offres de la diffusion en clair à l'automne", confirme-t-il lors d'un entretien au Télégramme.

Des rumeurs circulent aussi sur les prix des billets mais, pour l'instant, rien n'est décidé.

"La grille tarifaire n'est pas encore finalisée mais nous serons dans la moyenne européenne. Toutefois, nous ferons très attention de proposer des prix d'une grande diversité afin de permettre, surtout aux jeunes, de pouvoir accéder à la F1. Le vendredi notamment, jour des essais libres. Une entrée "enceinte générale", au tarif raisonnable, permettra de faire quasiment tout le tour du circuit."

Dufeigneux fait aussi le point sur la capacité d'accueil.

"Le circuit est homologué pour 120.000 personnes par jour. Comme c'est la première édition, nous sommes raisonnables et tablons sur une fourchette haute de 65.000 spectateurs, répartis à 45.000 en tribune et 20.000 en enceinte générale. Le circuit vit bien avec 5.000 places à l'année, du coup nous utiliserons, pour le week-end, des tribunes éphémères. Nous avons lancé un appel d'offres européen et ces tribunes pourraient être utilisées en commun avec d'autres Grands Prix."
source: Nextgen-Auto.com

Honda assure faire des progrès encourageants, McLaren confirme
Le responsable du projet F1 chez Honda, Yusuke Hasegawa, sait que McLaren pourrait décider dans les jours à venir de mettre un terme à sa relation avec le motoriste japonais. C'est pour cette raison qu'il multiplie les déclarations rassurantes à l'égard de l'écurie anglaise.

Pour l'ingénieur japonais, grâce à la spécification 3.7., Honda a fait des "progrès très encourageants" en termes de performance.

"Depuis l'Autriche, la Spec 3 du moteur a été introduite et notre développement a accéléré. Le rythme de développement est très bon. Nous avons vu un gain de performance à chaque évolution, donc c'est très encourageant."

"Comme Hasegawa l'a dit samedi à Monza, sur les données, nous pouvons voir une amélioration, donc nous en sommes heureux" confirme Eric Boullier, le directeur de la compétition de McLaren

Hasegawa croit que la réorganisation interne effectuée chez Honda il y a quelques mois porte ses fruits.

"Rien n'a changé récemment. Mais au début de la saison, en février et en mars, nous avons changé notre organisation et nous avons accueilli des nouveaux membres venus du département de la production de masse et d'autres départements. Je pense que la nouvelle organisation fonctionne correctement et avec plus d'efficacité."

Le rythme de développement de McLaren s'accélère certes, mais au détriment de la fiabilité. Ni Fernando Alonso ni Stoffel Vandoorne n'ont vu l'arrivée de la course à Monza. Yusuke Hasegawa reste donc pessimiste sur ses chances de retenir McLaren.

"Nous voulons rester avec McLaren, mais notre prochaine grande évolution est programmée pour Suzuka. Nous allons manquer de temps pour les convaincre..."
source: Nextgen-Auto.com

A Singapour, Ricciardo ne vise pas le podium, mais la victoire
Sa remontée, de la 16ème place à la 4ème place à Monza, lui a donné des ailes: Daniel Ricciardo admet avoir fait de la victoire son objectif pour le prochain Grand Prix de Singapour. L'Australien était déjà très compétitif sur un circuit défavorable, sur le papier, à Red Bull. Or à Singapour, les virages tortueux devraient jouer en faveur de Red Bull.

"Nous devons vraiment essayer de viser un podium, mais au fond, nous visons tous une autre victoire. C'est le plan. Singapour a été un bon circuit pour moi par le passé, donc nous nous y rendrons avec un bon élan, et nous ferons ce que nous pourrons pour chiper une autre victoire à Mercedes ou à Ferrari."

"Chaque année, on dirait qu'on renaît en termes de performance. Malheureusement, nous n'avons pas commencé aussi fort que nous le voulions. Même à Monza, nous disons toujours que c'est un circuit qui ne joue pas en notre faveur. Mais nous avons tendance à avoir des bonnes courses ici. Même si nous n'avons pas fini sur le podium, notre rythme était bon. Si nous sommes en train de renaître, alors Singapour sera un grand moment pour nous."

L'an dernier, Daniel Ricciardo avait fini dans les roues du vainqueur, Nico Rosberg. Christian Horner, le directeur de Red Bull, pense donc aussi que son écurie a de nouveau une grosse carte à jouer cette année.

"Singapour est un circuit qui devrait convenir à nos forces. C'est un circuit où le moteur compte un peu plus qu'à Budapest ou Monaco. Mais le tour est long, il y a beaucoup de virages, la piste est bosselée et le circuit est urbain. Nous avons toujours bien performé ici par le passé et j'espère que ce sera le cas cette année."
source: Nextgen-Auto.com

Arrivabene 'rêve' d'une victoire de Räikkönen cette saison
Des cinq premiers pilotes au classement, seul Kimi Räikkönen n'a pas encore remporté de victoire cette année. Même Daniel Ricciardo, sur une Red Bull pourtant moins véloce, y est parvenu à Bakou.

Ferrari a tout de même décidé de prolonger son Finlandais pour la saison prochaine, étant donné sa très bonne entente avec Sebastian Vettel. Maurizio Arrivabene pense donc malgré tout avoir fait le bon choix.

"Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen coopèrent de manière formidable. Ils ont une excellente relation, ils font partie de l'équipe et transmettent cet esprit à tout Ferrari. Et il n'y pas de raison pour ne pas confirmer cette association."

"Kimi Räikkönen a montré qu'il était capable de gagner à Monaco. Et aussi en Hongrie: il y était presque. Je serais heureux s'il gagnait une course cette saison. Pour moi, ce pourrait être comme un rêve, parce qu'il a travaillé si dur ces trois dernières années. S'il peut gagner, je serai heureux."

Un "rêve" est évidemment un mot à double tranchant pour Kimi Räikkönen: une victoire cette année du Finlandais ne serait-elle pas réaliste aux yeux d'Arrivabene?

Quoi qu'il en soit, le manager italien n'a jamais sérieusement pensé remplacer Kimi Räikkönen par un des deux jeunes pilotes du giron de Ferrari, Antonio Giovinazzi ou Charles Leclerc.

"Ils grandissent, notre objectif est bien sûr de les faire grandir, et peut-être de les voir, dans le futur, courir pour nous. C'est l'objectif final. Mais auparavant, ils ont besoin de prouver en F1 qu'ils le méritent."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner pense que Grosjean est 'plus mature' que Magnussen
Haas a d'ores et déjà fait mieux qu'en 2016, grâce à une meilleure régularité à chaque week-end de Grand Prix. L'objectif atteint, le risque de démotivation n'est-il pas désormais une menace au sein de l'écurie américaine? Günther Steiner, le directeur de Haas, a donc trouvé un nouveau défi pour son équipe: effacer le mauvais souvenir de la deuxième moitié de saison 2016.

"La seconde moitié de saison, l'an dernier, était désastreuse en termes de points. Et avant la pause de cet été, nous avions exactement le même nombre de points qu'au même moment l'an dernier. Et nous devions donc nous secouer un peu, ce qu'on a fait à Spa [avec les 6 points de Romain Grosjean, Haas a définitivement fait mieux que l'an dernier]. Donc nous voulons continuer sur cet élan: des points, des points et encore des points! Nous voulons conserver notre 7ème place au classement, et essayer de faire mieux si possible. Mais il y a la possibilité, aussi, de perdre une place [sur Renault], car le milieu de grille est cruel!"

"Ce milieu de peloton [Toro Rosso, Haas, Renault] est si compétitif. Finir 7ème, ce serait tout à fait raisonnable, étant donné la compétitivité de cette partie du classement. Oui, nous pourrions faire une bonne course, marquer des points, et passer devant, mais ensuite, Renault a seulement besoin de marquer deux points pour nous dépasser aujourd'hui. Aussi difficile que cela puisse être, je trouve ce milieu de grille très intéressant, même fantastique."

Entre Williams, Toro Rosso et Renault, quelle serait la cible la plus facile à atteindre selon Gene Haas?

"Il n'y a pas de proie facile! Qui aurait jamais pensé que Williams serait derrière nous à Spa? Cette piste aurait dû jouer en leur faveur, puisque c'est une piste à haute vitesse. Nous n'avions aucun problème à les garder derrière nous... Mais ensuite, à Monza, la balle fut remise au centre! Donc tout est ouvert, et rien n'est écrit à l'avance."

Cependant, pour Günther Steiner, finir 5ème et donc dépasser Williams est encore un "rêve" à l'heure actuelle.

Au niveau des pilotes, Romain Grosjean a inscrit 24 points et Kevin Magnussen seulement 11 unités. Comment Günther Steiner peut-il expliquer cette différence?

"Romain est simplement un peu plus mature, et il connait l'équipe depuis plus longtemps. Et il en profite, bien sûr. Mais ensuite Kevin aurait pu marquer un peu plus de points avec un peu moins d'erreurs - plusieurs erreurs que nous avons commises, quand il n'en a commis qu'une. Et au moins, il inscrit des points. L'an dernier, Estéban Gutiérrez, malheureusement, n'en avait pas marqué. Oui, nous adorerions que Kevin ait aussi 20 points et quelques, et cela nous mettrait en 5ème place. Mais je ne vais pas rejeter la faute sur lui."

Sur les circuits qui sont encore au calendrier, Günther Steiner ne préfère pas citer une piste qui ait ses faveurs.

"Je ne peux rien prédire. Pensez simplement à Budapest et à Spa, où les équipes qui étaient supposées bien faire, n'y sont pas arrivées, d'autres y parvenant à leur place. Mais ce n'est pas seulement nous, il faut prendre en considération les autres. Quand vous regardez les faibles écarts sur le milieu du plateau, en étant plus rapide d'un ou deux dixièmes par course, vous pouvez être 5ème. C'est fantastique pour les fans, mais difficile pour les équipes."
source: Nextgen-Auto.com

La saga McLaren Honda approche de sa fin
Il y a de plus en plus de signes qui indiquent qu'une fin de collaboration entre McLaren et Honda est l'issue la plus probable qui sera annoncée dans les prochains jours ou peut-être même dès aujourd'hui.

Le signe le plus fort a été donné par Fernando Alonso, qui a enlevé toute référence sur ses réseaux sociaux à Honda. Mais il l'a aussi fait, pendant un court moment, pour McLaren et a commencé à parler un peu plus d'Indycar...

Selon plusieurs sources, McLaren et Renault ont déjà un accord de principe, un accord qui aurait été signé par Zak Brown et Cyril Abiteboul pendant les qualifications de Monza, reportées pendant près de 3 heures.

Cet accord n'est valable que si une solution de secours acceptable (et acceptée) par Honda est trouvée, en motorisant Toro Rosso.

Yusuke Hasegawa est reparti au Japon à la rencontre des grands patrons de Honda pour présenter les termes de ce nouvel accord. Un accord qui ouvrirait surtout les portes à une motorisation Red Bull Racing dans un avenir proche. Les Japonais souhaitent en effet avoir une ouverture avec la possibilité de motoriser un top team afin de ne pas faire de la figuration en Formule 1.

Reste à savoir quand l'annonce officielle tombera. Certains parlent de ce vendredi, d'autres de ce week-end, et d'autres encore en début de semaine...
source: Nextgen-Auto.com

McLaren craint une pénalité pour Vandoorne à Singapour
McLaren Honda ne pourra peut-être pas défendre correctement ses chances de bons résultats sur le circuit sinueux de Singapour la semaine prochaine: l'un de ses pilotes risque, encore une fois, de partir en fond de grille.

Suite à l'abandon de Stoffel Vandoorne à Monza, des doutes subsistent quant aux pièces à remplacer pour le prochain Grand Prix.

"Nous ne savons pas encore si nous devrons changer son MGU-K", déclare le directeur de l'équipe anglais.

"C'est réparable. Même son moteur des qualifications était réparable. C'est juste que nous n'avions pas le temps de le faire avant la course sous le régime du parc fermé."

Dans des conditions normales, sans pénalité, Boullier vise haut.

"A Singapour, nous devrions avoir les deux voitures en Q3 en tant qu'objectif. C'est le 2ème meilleur circuit de la saison pour nous, après Budapest."

En Hongrie, McLaren avait réussi à placer ses deux voitures dans les points.
source: Nextgen-Auto.com

Les patrons des petites équipes veulent limiter les budgets au plus vite
Les petites équipes le demandent depuis de nombreuses années, il se pourrait que Liberty le fasse! En effet, un budget limité serait à l'étude pour permettre aux structures indépendantes de vivre plus sereinement et de se rapprocher des grosses structures en termes de performance.

"Ce serait une grande chose pour nous car nous serions déjà en dessous de cette limite" précise Gene Haas à l'évocation de la rumeur d'un budget limité à 150 ou 200 millions par an.

"Je pense que le plus gros problème réside dans les grosses équipes. Je suis allé visiter l'usine Ferrari lors de mon passage à Monza et ils ont un département R&D gigantesque, je suis certain que Mercedes aussi et la question est de savoir où ces équipes veulent aller et ce qu'elles veulent faire, car ce sont elles qui amènent en grande partie l'ADN de la F1."

"Avoir un budget limité qui impose d'un coup de se séparer de 500 personnes sera très difficile et c'est en cela que les nouveaux propriétaires vont rencontrer les plus gros obstacles, quand ils diront "voici vos nouveaux ordres de marche". Si c'est contraire à ce que notre sport dit depuis 50 ans, ça ne fonctionnera pas. On ne peut pas tout changer d'un coup et je suis heureux de ne pas avoir à prendre ce genre de décisions."

Claire Williams tient à rebondir sur quelques points abordés par Gene Haas.

"Ce sera difficile pour les grosses équipes de réduire leur budget mais nous avons déjà fonctionné avec de tels budgets par le passé, et je ne pense pas que ces équipes soient la majeure partie de l'ADN de la F1. Des équipes comme Williams sont la marque de fabrique de notre sport, ou encore comme Force India, ces équipes indépendantes qui ont été dans cette discipline depuis 40 ans et qui amènent une technologie qui a bénéficié à d'autres sports. De mon point de vue, il serait facile de rester en dessous du budget limité et je pense surtout que l'on pourrait y venir beaucoup plus tôt."

Un avis que partage le directeur adjoint de Force India, Bob Fernley, qui lui aussi verrait d'un bon œil l'arrivée de cette limitation dans les dépenses opérationnelles des équipes.

"Il faudrait que ça arrive aussi vite que possible" confirme Fernley. "La limite à 150 millions de dollars serait au dessus de notre budget mais je préfère dire que Force India a limité le déficit à 30 millions plutôt qu'à 200 millions de dollars, ce qui est le cas actuellement. Je pense qu'il est important pour notre sport d'avoir cinq ou six équipes capables de signer un podium à la régulière et pour le moment, ce n'est pas possible."

"Le Top 4 n'est même pas capable d'avoir ce genre de chances actuellement et nous devons changer cela. Des équipes comme Mercedes, Ferrari ou Red Bull auront toujours un avantage au niveau des salaires des pilotes qui ne sont pas comptés dans ce budget, et ils pourront chercher les meilleurs pilotes."

L'un des principaux intéressés est Fred Vasseur, dont l'équipe Sauber est en proie depuis plusieurs années à des difficultés.

"Nous ne pouvons pas être contre cette règle mais évidemment, il faut pouvoir vérifier que les promesses des nouvelles règles sont bien tenues. Nous introduirons un nouveau système de discussions car quand on créé une règle, on doit être sur de la gérer."

"Il est clair que je n'aurai pas de coupe à faire dans mon opérationnel, c'est déjà une bonne nouvelle. Il faut trouver une manière juste de faire les choses, et il faut le faire dans le meilleur intérêt puis s'assurer que tout le monde s'y tient. Il en va de l'intérêt du championnat."
source: Nextgen-Auto.com

Kubica, 'un truc médiatique qui me dérange un peu' selon Villeneuve
Après s'être payé les deux pilotes Toro Rosso, Jacques Villeneuve, toujours aussi peu politiquement correct, s'attaque à un autre sujet sensible: l'éventuel retour de Robert Kubica en Formule 1.

Ce retour est attendu par de nombreux fans... mais pas par le Champion du monde 1997. Au contraire même.

"Je ne comprends pas, honnêtement, je ne comprends pas. D'abord, à quel pilote a-t-on offert un retour après six ans? Personne", lance-t-il au site belge 'F1nal-lap.be'.

"En plus, à la fin de sa carrière, il avait déjà du mal contre Petrov. Il a gagné sa course, comme Maldonado et après, qu'est-ce qu'il a fait? Ajoute à ça qu'il n'est pas à 100% aujourd'hui. Comment tu veux faire avec ça? Ou alors les voitures sont réellement trop faciles à conduire..."

Le Québécois donne un autre argument qui va faire réagir.

"Je pense que s'il n'avait pas son problème, jamais on ne lui aurait donné une deuxième chance. C'est ça que je trouve honteux! C'est un truc médiatique qui me dérange un peu, c'est qu'il y a plein d'autres pilotes beaucoup plus méritants à qui on ne donnera jamais une seconde chance. Je trouve ça difficile à digérer. Pour lui, c'est génial, et tant mieux, il est chanceux."

"Je l'avais eu comme troisième pilote chez Sauber BMW et autant être honnête: insupportable. À cette époque-là, il était insupportable. Socialement c'était difficile. Pour moi, ça a été des mois affreux. Tu sais, dans le Paddock, il faut être respectueux. Il faut respecter ce qui a été accompli par les autres pour respecter le milieu dans lequel on évolue. Donc j'ai un peu du mal à imaginer quelque chose de positif dans un retour en F1."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le paddock perd la mémoire!
memory • Retrouvez toutes les associations nom + image en retournant les cartes deux par deux!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.