En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 10 Août 2017

Les revenus de la Formule 1 ont augmenté au deuxième trimestre
La Formule 1 ne se porte pas encore parfaitement bien, mais ses revenus ont progressé lors du deuxième trimestre de l'année 2017, avec un total de 616 millions de dollars perçus, soit 3% de mieux que l'an dernier durant cette période.

Les bénéfices sur le plan opérationnel ont diminué (de 90 à 45 millions), essentiellement parce que les dépenses sur le même plan ont augmenté.

"Nous avons tout juste passé la moitié de l'année et le nombre de spectateurs, de téléspectateurs ainsi que d'abonnés sur les plateformes numériques ont augmenté" se félicite Chase Carey. "Nous sommes en train de développer notre plan qui court sur trois à cinq ans en nous concentrant sur des points importants comme la fidélisation de nos fans qui aura un impact positif sur notre commerce et offrira des fondations solides à nos résultat à long terme."

Le Formula One Group, qui est l'entreprise qui gère la discipline, procède à de nombreux investissements, à commencer par le recrutement de personnel afin de gérer plus efficacement ses intérêts.

"Le nombre d'employés était entre 70 et 75 et ça a certainement doublé. Nous continuons à travailler dessus. Nous avons engagé la majorité de nos responsables exécutifs mais l'équipe n'est pas encore au complet. Nous partons sur 50 millions de dollars à l'année mais ce sera sûrement revu, car il ne s'agit pas que du nombre d'employés."

"Nous avons organisé des événements comme le F1 Live in London, qui est typiquement le genre d'événement important pour nous rapprocher des fans. Nous avons également signé des contrats avec des partenaires numériques, nous n'avons pas de plateforme numérique appropriée à l'heure actuelle et il y a des investissements en cours pour en créer une. Nous allons bientôt nous organiser autour de cela" poursuit Carey.

Grâce à ces chiffres probants, le Formula One Group a réduit ses dettes et les résultats sont positifs pour la F1 mais aussi pour Liberty Media, désormais à sa tête. Toutefois, l'entreprise américaine assure que la recherche de cette performance économique est totale, y compris au niveau de la rémunération de Chase Carey, qui a clairement des comptes à rendre.

"Nous ne comptons pas rendre son contrat public mais je veux partager le fait qu'une majorité des indemnités de Chase sont liées à ses résultats, eux-mêmes directement reliés à ceux de la Formule 1" a précisé Greg Maffei, PDG de Liberty Media.
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton, un pilote très rapide mais pas imbattable selon Vettel
Sebastian Vettel et Lewis Hamilton n'entretiennent plus les meilleures relations possibles depuis leur clash en piste, à Bakou.

Même si l'Allemand s'est depuis longuement excusé et a reconnu avoir fait un mauvais geste en allant donner au Britannique un coup de roue derrière la voiture de sécurité, les échanges restent encore assez froids entre les deux hommes.

Alors le quadruple Champion du monde tente de poursuivre le "rabibochage" en livrant quelques bons mots dans la presse britannique sur son rival pour le titre.

"Je me souviens de lui en 1999, il a fini 3ème du championnat d'Europe de karting. Dans mon équipe, tout le monde disait que lui, il allait parvenir jusqu'au bout (en Formule 1). C'est là où j'ai commencé à penser la même chose", déclare Vettel.

"Nous avons pris des routes différentes dans nos carrières mais nous avons couru ensemble en 2005 dans le même championnat. En Formule 3. J'étais dans ma première année, lui dans sa 2ème. Et il explosait tout le monde. Je n'ai pas eu beaucoup de chance cette année-là mais j'ai pu être sur le podium à ses côtés quelques fois."

"C'est aussi là qu'on se dit que oui, quoi qu'on fasse, une 2ème année, avec plus d'expérience... mais quelles que soient les conditions, il était toujours à la pointe, toujours là pour signer les résultats possibles. Vous pouvez être chanceux un jour mais pas toute une année. Et c'est ce qu'il a fait, cela prouve quel pilote il est."

"Lewis est un gars très rapide, très doué et talentueux dans ce qu'il fait. Je ne pense pas que ce soit un grand défi pour lui d'être rapide ou de s'adapter à des conditions différentes. Il est toujours là. Mais il n'est pas imbattable."

A Vettel de le prouver en fin de saison en battant le pilote Mercedes pour le titre avec sa Ferrari.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull a perdu deux mois et demi à cause de son problème de corrélation
Si Red Bull a tant déçu en début d'année, c'est en bonne partie en raison d'un problème plutôt inhabituel pour une équipe de cette envergure. Un défaut de corrélation entre la piste, la soufflerie et la CFD a fait perdre, selon Christian Horner, près de deux mois et demi à l'écurie autrichienne.

"Nous avons vraiment commencé la saison du mauvais pied, puisque nos outils n'étaient pas corrélés avec ce que nous voyions sur la piste. Je pense que la majeure partie du problème se situait au niveau de la soufflerie, ce qui nous a menés un peu sur le mauvais chemin. La taille de la voiture, des pneus, dans notre soufflerie, nous a donné des résultats qui ne correspondaient pas à la réalité. Auparavant, nous avions des données très, très fiables dans des domaines précis, mais soudainement, nous avons eu cette divergence."

"Cela nous a probablement coûté deux mois ou deux mois et demi, avant que nous puissions refaire ce retard. Ensuite, bien sûr, vous êtes à fond dans votre travail pour regagner tout ce temps perdu. Mais ce n'est pas comme si les autres équipes étaient restées sans rien faire."

C'est à partir du mois de mai, à Barcelone, que Red Bull s'est vraiment remise dans le sens de la marche selon Christian Horner.

"C'est au moment de Melbourne, à peu près, que nous avons identifié le problème. Et ensuite, nous avons dû nous débrouiller avec cette situation et nous concentrer sur le développement de la voiture en s'appuyant sur les résultats obtenus. Ce fut vraiment à Barcelone que nous avons commencé à voir de bons progrès."

"Et depuis Barcelone, à chaque Grand Prix, nous avons pu obtenir de plus en plus de performance, donc je pense que nous avons fait de bons progrès durant la première moitié de saison. Nous avons perdu beaucoup de terrain au début, mais nous espérons réaliser une deuxième moitié de saison beaucoup plus compétitive."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon espère avoir surpris Pérez par son niveau cette saison
Pour sa première véritable saison en F1, Esteban Ocon ne déçoit pas, loin de là. Le Français a déjà inscrit 45 points avec Force India! Il n'a manqué le Top 10 qu'à Monaco. A l'heure de considérer sa première moitié de saison, il reste pour le moins prudent et mesuré.

"La réalité est plus sobre: vous ne pouvez pas prévoir ce succès. Nous respectons les objectifs fixés au début de la saison: marquer des points à chaque course. Mais je dois travailler très dur! J'ai beaucoup moins d'expérience que Sergio Pérez. Donc je dois rattraper ce retard sur bien des détails qui lui viennent naturellement. Avant et après chaque course, je suis bien plus souvent que lui à l'usine pour travailler dans le simulateur. Je pense que c'est ce qui fait une grosse différence. Je ne veux pas donner de chiffre... disons que ça compte pour beaucoup!"

"Ma meilleure course? C'était au Canada. Mais Barcelone, c'est aussi un souvenir formidable. Quand les gars sont montés sur les barrières en criant... c'était très spécial. Finir 4ème [Pérez] et 5ème [Ocon], c'était comme un doublé!"

La saison du Français a pourtant été entachée de plusieurs batailles en pistes avec son propre coéquipier, dont un accrochage, à Bakou, qui a coûté de gros points à Force India. Mais une fois encore, Ocon répète que ce n'était pas alors de sa faute.

"Nous avons mis fin à la série de Sergio, 15 courses d'affilée dans les points. Pas moi: nous! Je suis allé à l'usine tout de suite après et l'équipe a dit que c'était un incident de course et que nous avions tous les deux commis une erreur. Bien sûr, ça ne devrait pas arriver, mais courir sur une piste aussi étroite, ce sont des conditions contraignantes. On nous a dit de faire plus attention dans le futur et que ce n'était pas ma faute ou sa faute. Fin de l'histoire."

A la régulière, Esteban Ocon pose de toute façon de sérieux maux de tête à Sergio Pérez, pourtant beaucoup plus expérimenté que lui. Et le Français n'a bien sûr rien à y perdre.

"J'espère que j'ai été une assez grosse surprise pour lui! Je ne suis pas ici pour rester derrière lui tout le temps. Je veux pousser, pousser très fort."
source: Nextgen-Auto.com

Leclerc chez Sauber, ce serait 'utile' pour Vasseur
Sergio Marchionne a déjà annoncé son intention de faire de Sauber l'équipe junior de Ferrari. La Scuderia pourrait ainsi y placer en 2018 un de ses deux jeunes pilotes en verve, Antonio Giovinazzi ou Charles Leclerc.

Cette perspective ne déplaît à Frédéric Vasseur, le nouveau directeur de l'écurie suisse. Le Français reconnaît que "ce serait utile pour Sauber d'avoir quelqu'un comme Leclerc comme pilote".

L'ancien directeur d'ART Grand Prix cite donc le Monégasque et non l'Italien, ce qui pourrait indiquer sa préférence pour l'an prochain.

Après ses derniers tests effectués à Budapest dans la Ferrari et à Barcelone (pour tester les pneus Pirelli en 2018), Charles Leclerc s'est d'ores et déjà déclaré "prêt" pour la F1.

Dans le même temps, Pascal Wehrlein, soutenu par Mercedes, devrait logiquement faire les frais de ces jeux de chaises musicales.
source: Nextgen-Auto.com

Honda a 6 mois de retard dans son développement
Honda estime le retard dans le développement de son moteur actuel à 6 mois environ.

C'est ce que pense le responsable de son projet F1, Yusuke Hasegawa, au moment de tirer le bilan de la première moitié de la saison.

"Difficile pour nous de dire qu'elle a été satisfaisante. Peut-être que le niveau actuel de notre moteur est celui que nous aurions dû avoir au début de la saison, il y a 6 mois", confie-t-il.

L'objectif de fin de saison pour les Spec 3 (Spa) et Spec 4 (Suzuka) est donc de faire progresser la puissance.

"Nous devrions être rapidement (à Spa) au niveau de ce que nous aurions dû produire pour Barcelone (en mai). Cela correspond à rattraper 5 mois en trois, nous devrions en être fier. Mais c'est trop tard pour rattraper le reste du temps perdu."

"Je suis donc un peu soulagé d'avoir vu ces progrès, mais aussi très déçu que nous ne les avions pas dès le début de la saison."

Hasegawa espère revenir dans le sillage des performances du moteur Renault d'ici la fin de l'année.

"Ce serait un bon résultat. Nous pouvons améliorer notre moteur. Ce sera difficile de rattraper Mercedes et Ferrari mais, d'ici la fin de la saison, nous souhaitons passer devant Renault. Nos pilotes sont maintenant satisfaits de l'exploitation du moteur, il nous reste donc à trouver de la puissance. Nous sommes dessus."

"McLaren continue de demander des développements, nous communiquons beaucoup. La relation est très bonne, il n'y a pas besoin de réunion spéciale (de crise) avec eux."
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg ne pense pas que Ferrari gagnera la course au développement
Ambassadeur de Mercedes, Nico Rosberg profite de sa retraite précoce pour sillonner les quatre coins du monde, mais il suit aussi toujours de près l'actualité de la F1.

Pour le titre mondial, l'Allemand a un favori et - cela ne surprendra personne - il s'agit de Mercedes. Il ne croit pas que Ferrari pourra suivre la course au développement en cette deuxième moitié de saison.

"Ferrari a fait un excellent travail durant l'hiver. Mais à partir de maintenant, c'est une course au développement. Et je trouve difficile de penser que Ferrari pourra suivre le rythme. Après Silverstone, je pensais que c'était déjà le cas [que Ferrari avait déjà décroché] et j'étais surpris de voir revenir la Scuderia en Hongrie."

"Mais à Spa, ce sera encore une fois vraiment un circuit pour Mercedes et Ferrari n'aura probablement pas de chance de gagner."

La menace, pour Mercedes, s'appellerait moins Ferrari que Sebastian Vettel.

"Nous savons que Vettel ne contrôle pas ses émotions parfois. L'an dernier, nous l'avons déjà vu à la radio au Mexique. Mais ce trait de caractère, c'est aussi une de ses forces. Sur le court terme, dans la chaleur du moment, cela peut apparaître comme une faiblesse, mais sur l'ensemble d'une saison, ça peut en réalité faire la différence. Son caractère, à la base, est tourné vers la victoire, et ça ne peut pas faire de mal."

Il est à noter que dans toutes ces déclarations, Nico Rosberg préfère mettre en avant l'équipe Mercedes et non un pilote particulier - et surtout pas son ancien rival Lewis Hamilton.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Une première moitié de saison fantastique... pour lui
Fernando Alonso continue à agir en tant que bon politicien du paddock et il salue ses propres performances. Un peu moins, évidemment, celles de son équipe McLaren Honda...

L'Espagnol cherche toujours à se valoriser à l'heure où il désire plus que tout un bon baquet pour 2018, même si ses espoirs sont très maigres (pour ne pas dire nuls) de pouvoir signer chez Mercedes ou Ferrari.

"En tant qu'équipe, nous ne pouvons pas être heureux de cette saison jusqu'à maintenant", lance Alonso.

"L'an dernier, nous étions régulièrement en Q3, 9ème ou 10ème c'était notre position moyenne. Cette année nous souffrons un peu plus pour y arriver."

"D'un point de vue personnel, cette première partie de saison a été très, très bonne pour moi. Avec les voitures 2017, je suis de nouveau capable d'avoir un pilotage qui correspond à mon style, je me sens bien plus compétitif que lors des années précédentes. Je me sens compétitif en piste face aux autres."

"Et j'ai eu une superbe expérience en Indy 500. Mon circuit de karting fonctionne aussi très bien. Alors je peux dire que j'ai eu une première moitié de saison fantastique."
source: Nextgen-Auto.com

Opposé au halo, Palmer ne veut pas d'une 'bulle' autour des pilotes
Jolyon Palmer est un des pilotes les plus critiques envers l'introduction du halo, et ce dépit de sa participation à la course de Formule 2 à Brands Hatch en 2009, lors de laquelle Henry Surtees fut tué en recevant une roue sur le casque.

"J'étais littéralement dans la voiture devant celle de Henry, et j'ai vu la roue qui l'a frappé en direct. Sur le moment, je n'ai pas même imaginé que ça pourrait arriver, pour être honnête. J'étais un pilote jeune, naïf. Et bien sûr, ça vous surprend d'apprendre qu'il y a vraiment du danger dans le sport automobile, mais j'ai poursuivi ma carrière pendant huit ans, et je n'ai pas été inquiété, et cet incident n'aurait pu arriver plus près de moi" se souvient Palmer.

"Je ne suis pas naïf, je ne manque pas de respect, je pense simplement que toute l'essence des courses en monoplace, c'est d'avoir un cockpit ouvert et je pense que l'incident de Henry, à Brands Hatch... c'était parce qu'il y avait des virages rapides, très peu de dégagements, nous étions à haute vitesse."

"La FIA a amélioré les attaches retenant les roues après l'incident, et elles sont plus solides en F1 aussi. Je pense que les problèmes en GP2, depuis, et en IndyCar, avec l'incident de Justin Wilson... ce ne sont pas des problèmes dont j'ai fait l'expérience dans la F1 moderne, où vous avez de larges zones de dégagements à Copse par exemple."

La FIA a pourtant estimé que le halo aurait été d'une grande aide, par exemple en 2012, au départ du Grand Prix de Belgique, lorsque la monoplace de Romain Grosjean a frôlé le casque de Fernando Alonso.

"Je dois accepter ce qu'ils disent, je n'en ai pas fait l'expérience mais ça pourrait aider" concède le pilote Renault. "Peut-être que nous avons été très chanceux, mais pendant 60 ou 70 ans, en F1, il n'y a pas eu de blessure mortelle pour cette raison. Peut-être que ça pourrait arriver. Je n'ignore pas ce risque parce que j'ai couru chaque fois en sachant qu'il y avait un peu de risque. Mais vous ne pouvez pas mettre une bulle autour des pilotes. Il y aura toujours des problèmes."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Twitter ::.
>> Actualité, commentaires, résultats... retrouvez les tweets postés par notre équipe!
Twitter • Suivez-nous sur Twitter à l'adresse:
twitter.com/ZoneF1
.:: Publicité ::.