En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Mercredi 09 Août 2017

Carey - On ne va pas se précipiter pour faire croitre la F1 aux USA
Liberty Media souhaite faire croitre la Formule 1 sur son pays d'origine, les Etats-Unis.

Pour l'instant le sport n'a jamais réussi à y obtenir la popularité nécessaire alors qu'il s'agit pourtant de la principale puissance économique mondiale.

Chase Carey, le patron de la F1, a souvent reconnu qu'une 2ème course était nécessaire mais il n'y aura pas de précipitation.

"Il nous faut un plan à 5 ans pour conquérir ce marché", explique l'Américain.

"Je ne veux pas critiquer Bernie Ecclestone, parce qu'il a fait beaucoup de bonnes choses très bien. Mais il se concentrait parfois un peu trop sur des accords pour le court terme. Si on veut réussir à aller à New York, il nous faudra du temps et un bon planning."

"Avant, la Formule 1 fonctionnait comme ça: signer un contrat avec un promoteur et ensuite, le laisser se débrouiller. Ce n'est plus possible."

"Il faut réussir à capter les gens et leur imaginaire. Vous ne faites pas çà avec Phoenix, mais à New York ou Miami."

"Nous en voyons déjà les premiers signes, grâce à notre présence accrue sur les réseaux sociaux: il y a de plus en plus d'Américains qui parlent de F1. Il y a là-bas une plus grande base de fans que nous le pensions."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat doit faire attention à son baquet...
La place de Daniil Kvyat chez Toro Rosso semble de plus en plus menacée et le Russe doit donc faire très attention à la rentrée, selon son compatriote, l'ancien pilote de F1 Vitaly Petrov.

Le discours a en effet changé du côté de Red Bull concernant Kvyat et Franz Tost a récemment lancé un avertissement à Kvyat. L'Autrichien a demandé à son pilote de mieux gérer ses émotions, notamment au départ des courses et lors des premiers tours. Là où le Russe se signale de manière négative généralement.

Tout cela n'augure rien de bon selon Petrov.

"Aucun pilote de Formule 1 n'est immunisé contre le risque de pouvoir être remplacé, à tout moment", dit-il.

"Même si Christian Horner dit qu'ils veulent prolonger le contrat, Kvyat ne peut pas prendre les choses à la légère."

"Je me souviens, quand j'étais chez Renault, avoir été associé avec Nick Heidfeld. Nick était très fort et pourtant ils l'ont remplacé, pendant la saison, par Bruno Senna."

"Je conseille donc à Daniil de prendre une bonne pause, de recharger ses batteries et d'être prêt pour la 2ème partie du championnat. S'il commet encore des accidents similaires, alors tout ça pourrait s'arrêter tristement pour lui."
source: Nextgen-Auto.com

Sur le plan légal, la FIA n'avait pas d'autre choix que d'imposer le Halo
Mercedes a mis la FIA dans une position difficile concernant le Halo et la protection de la tête des pilotes en Formule 1, selon Christian Horner.

Ce système controversé, autant par son look que par son existence sur une monoplace dite "ouverte", sera obligatoire en 2018.

Le directeur de Red Bull Racing estime que la FIA n'avait plus le choix.

"Mercedes a sorti un jour son concept de Halo et cela a mis la FIA dans une position difficile."

"Si nous avons un grave accident maintenant et que nous n'avons pas le Halo sur la voiture, alors qu'il aurait pu sauver une vie, alors, d'un point de vue légal, il aurait été difficile pour la FIA d'argumenter le fait qu'il ne soit pas adopté alors qu'il existait."

"C'est pourquoi nous avons, chez Red Bull, développé l'Aeroscreen, pour essayer de résoudre ce problème de manière plus esthétique que ça."

"La FIA est maintenant repoussée dans un coin avec le Halo et aucune autre option."

"Mon inquiétude maintenant? Que tout le monde soit obligé d'adopter ce genre de système, jusqu'en karting. Où s'arrêter? Je pense qu'à un certain niveau, en tant que pilote, il faut savoir accepter les risques."
source: Nextgen-Auto.com

Horner - Vettel peut compter sur sa force mentale
S'il y a quelqu'un qui connaît bien Sebastian Vettel, c'est Christian Horner.
Le pilote a travaillé avec le directeur de Red Bull entre 2009 et 2014. Le Britannique se rappelle encore aujourd'hui la qualité qui l'a le plus frappé chez l'Allemand: sa force mentale.

Cet atout majeur pourrait lui servir face aux pilotes Mercedes, qui disposent d'une voiture un peu plus rapide que la Ferrari.

"Sebastian est une personne très concentrée. Il se débrouille très bien avec la pression. Plus il en avait, meilleur il était. En particulier à la fin d'un championnat: il était incroyablement fort dans sa tête", commente Horner.

"Lorsqu'il s'agissait de se rendre sur les dernières courses, hors d'Europe, et que nous avions une chance de remporter le titre, nous savions alors qu'il allait faire le boulot."

Mais cette caractéristique n'est pas la seule raison de l'admiration que Horner porte à Vettel.

"Son approche, son amour du détail et son attitude vis-à-vis du travail étaient des choses qui lui ont permis de décrocher ses 4 titres à la suite."

Le directeur de Red Bull rappelle le caractère spécial de deux des titres du quadruple Champion du monde.

"Deux d'entre eux - 2010 et 2012 - ont été remportés lors de la toute dernière course, en particulier celui de 2012. Il n'avait gagné qu'une seule course à la fin de la saison européenne du championnat. Puis il en a gagné 4 à la suite à partir de Singapour."

Les titres de 2011 et de 2013 ont été en comparaison une balade de santé pour Vettel. En effet, en 2011, le pilote avait triomphé 5 fois sur les 6 premières courses, et en 2013, il a été couronné champion avec 155 points d'avance sur Alonso, classé alors 2ème.

Jacques Villeneuve partage l'avis de Christian Horner et donne son opinion sur la lutte pour le titre 2017 entre Hamilton et Vettel.

"On dirait que Vettel arrive à maintenir son niveau de manière permanente. Hamilton, en revanche, rencontre quelques variations. Durant certains week-ends, il est fantastique, durant d'autres, on ne sait pas du tout si c'est vraiment lui qui pilote la voiture. Parfois cela varie même d'un jour à l'autre, comme on l'a vu en Hongrie."
source: Nextgen-Auto.com

Domenicali espère la fin d'un long calvaire pour Ferrari
L'ancien directeur de la Scuderia Ferrari, Stefano Domenicali, espère vraiment que Maranello va enfin réussir à renouer avec les titres mondiaux.

Pour celui qui a dirigé les Rouges pendant 6 ans, jusqu'en 2014, ce serait la fin d'une décennie d'attente pour toute l'Italie et les fans de Ferrari.

"Je vois que nous avons une saison beaucoup plus intéressante que les précédentes, avec un championnat totalement ouvert entre deux équipes et qui pourrait bien se décider lors de la dernière course", se réjouit celui qui dirige maintenant Lamborghini.

"Bien entendu, en tant qu'Italien, j'espère vraiment que le final tournera à l'avantage de Ferrari, pour récompenser toute la passion autour de cette équipe dans notre pays."

Domenicali continuer à présider la commission "monoplaces" de la FIA. Il est donc en faveur du Halo.

"La FIA a raison de passer la sécurité en premier devant le look. Je me souviens que beaucoup d'innovations en F1 ont eu des avis négatifs en public. Mais je ne pense pas que personne doute de l'utilité de cette innovation. Et le look sera bientôt oublié."

Christian Horner a invité une marque du groupe Volkswagen, Lamborghini par exemple, à rejoindre la Formule 1 et non la Formule E.

Domenicali ne confirme pas l'intérêt pour la F1 mais exclut en effet la Formule E pour sa marque.

"Notre priorité est de développer les technologies que nous avons. Je ne nous vois donc pas aller en Formule E. C'est une catégorie intéressante pour beaucoup de constructeurs mais complémentaire, selon moi, au sport auto traditionnel."
source: Nextgen-Auto.com

Di Resta adorerait redevenir titulaire à plein-temps
Paul Di Resta a fait un retour remarqué en F1, à la surprise générale, lors du dernier Grand Prix. Remplaçant de Felipe Massa à la dernière minute, l'Ecossais s'est très bien débrouillé en qualifications et a plus souffert physiquement en course.

Le pilote de réserve de Williams espère maintenant que ce ne sera pas un one-shot...

"C'est l'un des aspects de ce travail de pilote de réserve, je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de secret. Bien sûr, je crois en mes capacités et je veux avoir l'opportunité de montrer ce dont je suis capable. L'équipe a foi en vous parce qu'elle fait appel à vos services - et ce sera le cas si elle a de nouveau besoin de vous. J'ai maintenant de l'expérience dans ces voitures. J'adore faire partie de la famille de la F1."

L'ancien pilote Force India n'avait plus couru en F1 depuis 2013 et physiquement, il semble tout de même ne plus être à 100 %. Mais tenter un come-back la trentaine passée est aussi plus difficile pour un plan de carrière.

"Définitivement, je crois que c'est plus facile quand vous êtes un jeune pilote parce que vous avez des opportunités, et tout ça... Je viens juste d'avoir 31 ans. J'ai toujours un peu de vie en moi! Mon rêve pourrait toujours être là: revenir dans la voiture, si de bonnes choses se passent. Le plus important, c'est que l'équipe ait pu compter sur moi pour faire un travail solide ce week-end là."

"J'aimerais revenir dans les radars. Cela dépend des décisions que prendront certaines personnes. Je ne peux pas les convaincre, je peux seulement montrer aux gens ce que je peux faire. J'espère qu'en Hongrie, ils ont apprécié ce que j'ai fait. J'ai fait le travail le plus professionnel que j'ai pu. Vous ne savez jamais si l'équipe va faire de nouveau appel à vous plus tard dans l'année, si quelque chose devait arriver. Je ne sais vraiment pas. C'est un moment intéressant, le mercato, la pause estivale..."

Si le marché des transferts venait à être chamboulé du côté de Williams, nul doute que Paul Di Resta ferait partie des prétendants possibles à baquet. Mais on en est encore loin...
source: Nextgen-Auto.com

Kubica n'a eu aucun problème avec la RS17 selon son ingénieur
Robert Kubica a longuement commenté son test en Hongrie, à bord de la Renault RS17, mais l'équipe d'Enstone n'avait pas encore dit grand chose sur le comportement du Polonais derrière le volant.

Ricardo Penteado, l'un des principaux ingénieurs de piste de Renault F1, confirme que tout s'est bien passé lors de ce test avec une Formule 1 très rapide.

"Vous pouvez vous enlever tout doute: il n'a aucun problème pour piloter ces F1 hybrides", dit-il.

Et il révèle que Kubica aurait pu aller plus vite encore.

"La chose la plus importante c'est qu'il n'a jamais eu de l'essence à bord pour faire un seul tour."

"Ce qui surprend aussi c'est la quantité de tours qu'il a pu faire, l'équivalent de deux courses. Il faisait 40 degrés et Robert ne s'est pas montré fatigué en sortant de la voiture."

Renault a aussi testé la dextérité du Polonais avec les boutons du volant.

"Là encore, aucune difficulté. Nous lui avons demandé beaucoup de changements via le volant et il a tout exécuté dans le temps normal."

Ces informations ont été évidemment remontées à Cyril Abiteboul, le directeur de l'équipe. De quoi placer Kubica en bonne position sur la liste des pilotes pour 2018.
source: Nextgen-Auto.com

Pour Horner, la F1 est à un tournant de son histoire avec la montée de l'électrique
En coulisses, des négociations cruciales sont actuellement en cours pour définir le contour des futurs règlements moteurs. Red Bull plaide de tout son poids pour obtenir l'arrivée de motoristes indépendants et Christian Horner, son directeur, place donc beaucoup d'espoirs dans ces discussions.

"J'espère que nous ne finirons pas avec un mauvais compromis. Les manufacturiers vont tous en Forume E, qui est leur terrain de jeu pour les technologies du futur. Porsche, Mercedes, Renault, Audi, Jaguar, c'est déjà plus de constructeurs que la F1 a jamais eus en même temps."

"Le budget d'une équipe de Formule E, c'est 5 % d'un budget d'une équipe de F1, donc ce que je peux imaginer, c'est que les grands manufacturiers la choisissent, et dans le même temps, les constructeurs de voitures de sport, comme Ferrari, Aston Martin ou Lamborghini, vont plutôt en F1. C'est leur place. Donc je crois que la F1 est à un tournant."

"Si vous écoutez les politiciens, ils disent que nous conduirons tous des voitures électriques en 2030, donc la F1 devrait être un contre-point: de la course pure, un homme et une machine, une compétition entre les meilleures pilotes du monde avec des moteurs à combustion."

Horner reconnaît qu'une "majorité écrasante" de fans veulent un retour au V10 ou au V12.

"Et j'ai fait ma propre enquête sur les forums... et tout le monde a applaudi quand j'ai dit que nous voulions revenir aux V10. Je doute que ce sera le cas... Nous devrons nous contenter du V6 bi-turbo. Mais le bruit, c'est la clef. De toutes les critiques sur les moteurs actuels, la plus importante, pour les fans, c'est le bruit."
source: Nextgen-Auto.com

Lowe - Mercedes et Hamilton ont fait le bon choix
Paddy Lowe, aujourd'hui devenu actionnaire et directeur technique de Williams, a évidemment toujours un œil sur Mercedes, son ancienne équipe, qui reste la référence en Formule 1.

Il a également eu à gérer des consignes de course, entre 2013 et 2016, et celle passée en Hongrie, un échange de positions en piste entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, a été à la fois saluée et critiquée.

Lowe se place dans la catégorie de ceux qui ont salué la sportivité de Mercedes et Hamilton.

"Il n'y a jamais de bonne ou de mauvaise réponse à ce genre de situation", explique Lowe.

"Dans chaque équipe, vous voulez que les choses soient claires pour vos pilotes: ils ont tous les deux le droit d'avoir une chance de gagner le titre mondial. Cela leur permet de rester tous les deux motivés, de gagner des courses pour eux mais aussi pour l'équipe."

"Après, le plus mauvais exemple de ce que ça peut donner, c'est 2007, chez McLaren, quand les deux pilotes ont manqué le titre pour un point et cela a profité à Räikkönen au final. On ne peut pas faire pire en termes de résultat."

"Mais, au final, je rejoins Lewis Hamilton: ce n'est pas ce que vous faites qui compte, c'est comment vous le faites. Je pense que les pilotes bâtissent leur notoriété sur leur sportivité plus que leurs résultats absolus."

"C'est ce à quoi tout pilote doit penser, tout sportif en fait. Dans notre sport, il y a beaucoup de pilotes qui ont été considérés comme faisant partie des meilleurs sans avoir gagné beaucoup de courses ou de titres. Grâce à leur comportement. Stirling Moss en est un exemple."
source: Nextgen-Auto.com

Prost - Un retour au V8 ou au V10 n'aurait pas de sens
Il y a eu plusieurs réunions organisées entre les motoristes actuels ou intéressés par la Formule 1, la FIA et la FOM afin de définir quel serait le meilleur moteur pour 2021 et les années qui suivent.

Ce qui est déjà certain c'est qu'il n'y aura aucun retour à d'anciennes technologies, tels que les V8 ou les V10 atmosphériques. C'est ce que révèle Alain Prost, qui suit le dossier en tant que consultant de Renault F1.

"Avec l'évolution actuelle de l'automobile, il n'y a aucun constructeur présent à ces réunions qui a soutenu le retour à des moteurs atmosphériques", explique le quadruple Champion du monde.

"Ils veulent des moteurs qui sont moins compliqués que ceux que nous avons actuellement mais ils veulent garder une part d'hybridation, d'une autre façon."

"En tout cas il n'y a aucune volonté de revenir en arrière vers des V8 ou des V10, et ça a du sens."

La séparation doit en tout cas rester nette entre la Formule 1 et la Formule E selon le Français, qui comprend aussi que les constructeurs s'intéressent maintenant aux deux catégories à la fois.

"La F1, c'est le top de la technologie. De temps en temps il faut changer les règlements et utiliser des technologies différentes. Un constructeur automobile produit différentes sortes de voitures. Être en Formule 1 et en Formule E en même temps? Ca a du sens."

"Nous apprenons beaucoup, c'est une bonne chose pour tout le monde. Quand vous êtes présent sur le marché mondial, vous avez plusieurs façons de faire du marketing, de vendre vos produits. Il faut être sur tous les fronts, d'autant que nous sommes dans un monde qui change beaucoup. Alors si vous êtes investi dans différents domaines, c'est meilleur."
source: Nextgen-Auto.com

Haas ne voulait pas tarder pour prolonger Grosjean et Magnussen
Günther Steiner a été confronté au dilemme de tout directeur d'écurie: s'il prolonge tôt dans la saison ses deux pilotes, se sentiront-ils plus en confiance ou au contraire trop démobilisés? Haas a tranché en annonçant assez tôt que Kevin Magnussen et Romain Grosjean piloteront toujours pour la même équipe en 2018.

"Nous sommes satisfaits de nos pilotes et depuis le début, nous n'avons jamais dit que nous les changerions" argumente Günther Steiner.

"Ils ont tous les deux des contrats, ils sont bons... Signer des pilotes, en particulier en milieu de grille, est toujours stressant. Ce sont des bons pilotes et vous devez les convaincre de rester. Les mauvais pilotes... vous ne le voulez pas."

"Si vous devez hiérarchiser vos pilotes... pour moi, l'an dernier, Estéban Gutiérrez n'avait pas fait du mauvais travail, mais nous devions faire des changements. Vous devez le faire avec respect, parce qu'il méritait qu'on le traite avec respect. Quand vous avez besoin d'un autre pilote, vous devez l'attirer, et c'est difficile, donc cette année, au moins, il n'y aura pas ce problème."

"C'est aussi bon pour les pilotes de savoir qu'ils continueront sur leur lancée avec l'équipe. Ils n'ont pas à commencer à chercher un baquet et cela leur donne de la confiance, ils peuvent se concentrer sur la course, non pas sur le prochain contrat. Je pense que nous sommes en bonne position."

Haas a pour le moment inscrit des points lors de 7 des 11 courses disputées, une performance beaucoup plus régulière que l'an passé. Avec des pilotes plus en confiance, l'écurie américaine pourra-t-elle aller chercher la 5ème place?
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - J'ai fait des progrès énormes en quelques mois
Esteban Ocon n'a manqué qu'une fois le Top 10 cette saison: à Monaco. Pour le reste, le Français, demi-rookie cette année et opposé à une valeur sûre du plateau, Sergio Pérez, impressionne avec une régularité à toute épreuve.

Mais l'appétit vient en mangeant. Encore très jeune, celui qui a battu Max Verstappen en F3, il y a trois ans, a forcément le sentiment de progresser à pas de géant.

"Si vous regardez mon rythme en Australie, j'ai fait depuis des progrès énormes. Durant les cinq premières courses, je n'ai cessé de m'améliorer, ensuite, il reste les détails, et vous devez donc vous améliorer dans ce domaine, et je commence à m'y mettre. Cela prend un peu plus de temps bien sûr, et oui, j'apprends tout le temps, et je ne m'arrêterai pas d'apprendre avant d'avoir un premier podium!"

11ème du classement des pilotes avec 45 points, Esteban Ocon n'a pas à rougir mais il en veut forcément plus.

"Je suis assez heureux de cette saison pour le moment. L'objectif était de marquer des points à chaque course et c'est que nous faisons, à part à Monaco, où nous avons été un peu malchanceux."

"Je me sens de plus en plus à l'aise dans l'équipe à chaque fois que je m'installe dans la voiture, et maintenant, je vais commencer à courir sur des pistes que je connais, ce qui m'aide aussi. J'ai hâte de voir ce que le reste de la saison me réserve, mais pour le moment, je suis heureux de ce que j'ai fait."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.