En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 04 Août 2017

Un Grand Prix de la Silicon Valley dans quelques années?
L'histoire d'amour entre la Formule 1 et les Etats-Unis bat son plein, entre la présence du Grand Prix à Austin, l'arrivée récente de Haas et la reprise de la discipline par Liberty Media. De fait, la Californie pourrait être au centre de la création d'un Centre de l'Excellence des Technologies Motorisées à San Juan Bautista, qui pourrait à moyen terme permettre d'organiser le Grand Prix de la Silicon Valley.

De nombreux accords manquent encore pour la création d'un tel complexe mais si le projet est mené à bien, il serait situé à équidistance entre San Jose et le circuit de Laguna Seca. Le président de WY2M, William Yao, à l'origine du concept, veut en faire un complexe touristique dans lequel se trouveraient également des salles de spectacle et de divertissement ou encore un country-club.

"Cet endroit serait l'épicentre de l'innovation" explique Yao. "De la beauté et la sophistication des voitures de course au paysage technologique en perpétuelle évolution, nous montrerons à la fois la course automobile et à la fois l'industrie technologique dans l'expérience que nous proposerons aux fans."

La proximité de la Silicon Valley permettrait aussi au circuit d'être utilisé à des fins technologiques, en cas d'essais de nouvelles inventions. Mais la F1 étant l'objectif principal, Yao s'est associé à Tavo Hellmund, ancien directeur du Circuit des Amériques, et à Herman Tilke, designer des pistes du Championnat du monde, afin de s'assurer que sa piste répondrait aux normes de la discipline reine.

"Lors du Grand Prix de Formule 1 de la Silicon Valley, qui sera notre événement phare, nous utiliserons le spectacle de la discipline pour créer une expérience immersive pour les fans autour de l'innovation dans l'automobile. Les dernières technologies y seront expliquées, des voitures électriques aux voitures autonomes, et nous créerons une deuxième expérience qui attirera l'attention du monde entier."

"Avec Tavo Hellmund et Tilke à nos côtés, nous avons déjà étudié et séquencé le problème entièrement. Toute la piste pourra être facilement reconfigurée au besoin pour divers événements" conclut Yao.

La Moto GP est un autre objectif pour le projet de WY2M qui reste pour le moment embryonnaire puisqu'il n'y a eu aucune confirmation de l'obtention de budgets ou d'approbations diverses.
source: Nextgen-Auto.com

La censure de Liberty Media sur le halo n'indigne pas Hülkenberg
La FOM a récemment diffusé une vidéo vantant les mérites du halo à travers les déclarations des pilotes en conférence de presse. Le clip, visiblement promotionnel, a sciemment écarté toutes les opinions contraires.

C'est ainsi que Nico Hülkenberg, opposé au halo, a été somme toute censuré par Liberty Media alors qu'il s'était lui aussi exprimé en conférence de presse sur le sujet.

"Je n'ai jamais été un grand soutien du halo ou de protections supplémentaires pour la tête. Je ne crois pas que ce soit nécessaire, et cela compromet beaucoup le look des voitures" déclarait alors le pilote Renault.

Mais une "décision éditoriale" de la FOM a donc malencontreusement coupé au montage les propos de l'ancien pilote Force India. Celui-ci ne crie néanmoins pas au scandale.

"Sur ce sujet, je suis assez détendu. Je ne suis pas rancunier. C'est comme ça dans la vie, les opinions peuvent différer."

Les amateurs de F1 opposés au halo pourront peut-être se consoler avec une innovation technologique que souhaiteraient apporter la FIA et la FOM. Des caméras pourraient être installées sur les halos, mais tournées vers les visages des pilotes. Du jamais vu en F1.
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Nous détruisons le mythe de la Formule 1
Pour Niki Lauda, le mois d'août symbolise toujours un anniversaire particulier. C'est en effet le 1er août 1976, sur la Nordschleife (circuit du Nürburgring) que l'Autrichien a subi le plus gros accident en course de sa carrière de pilote de F1.

La Ferrari 312T2 s'était enflammée très vite avec le pilote prisonnier à l'intérieur. La sécurité à l'époque n'était pas du même acabit qu'aujourd'hui, ce que quelque part regrette le principal intéressé, même s'il trouve la F1 moderne beaucoup trop aseptisée.

Aujourd'hui encore, le directeur non-exécutif de Mercedes affiche toujours le même flegme quand il évoque son accident.

"Ça me passe littéralement au dessus de la tête", affirme-t-il.

"J'ai été encore plus endurci par la suite. Toucher le fond une bonne fois pour toute pour mieux remonter. Cette expérience marque. Je suis devenu mentalement plus fort et un mec plus résistant que je ne l'étais auparavant."

"Aujourd'hui, si j'ai mal quelque part et que je dois aller chez le médecin, ça ne m'affecte pas du tout. Me faire soigner une dent me fait même rire."

Mais Lauda reconnaît tout de même que son accident a laissé des traces dans son comportement.

"Je ne prends plus de risques inutiles. J'étais avant imprudent. À présent, je ne glisse pas dans la douche et je ne rentre pas dans un arbre avec ma voiture."

Pour l'Autrichien, c'est le risque qui rendait avant la discipline tellement fascinante, ce qui est de nos jours édulcoré par la sécurité.

"Avant, il y avait quelques gars qui roulaient et qui étaient différents des gens normaux et qui prenaient consciemment le risque de mourir. Aujourd'hui c'est autre chose - Dieu merci."

Malgré tout, Lauda réitère son aversion pour ce qu'il nomme "ce Halo à la con" (sic).

"Car le pourcentage de risque qui reste maintenant est presque nul. Nul! Et à présent, il faut qu'il y ait encore ce truc qui arrive. On n'a plus besoin de gens qui prennent le risque de mourir de nos jours en Formule 1. Est-ce vraiment encore la série dans laquelle les meilleurs gars pilotent les voitures les plus rapides au monde? Pour moi, le Halo est un pas en arrière de fait. Tout pilote doit savoir qu'il y a un danger, tout comme en mon temps. Et alors, il doit décider: fais-je partie de ces gens qui prennent ce risque ou pas?"

Pour lui, la conséquence de l'introduction du Halo à partir de la saison prochaine est sans appel.

"La question se pose: est-ce dans l'intérêt général de tomber sous l'emprise d'une folie dictée par la sécurité, parce que nous redoutons les actions en justice? À un moment donné, nous détruisons le mythe de la Formule 1."

"Lorsqu'un pilote reçoit sa super licence pour la Formule 1, il devrait y voir écrit dessus - comme c'est le cas sur chaque billet 'Motorsport is dangerous' - vous êtes ici à vos propres risques et périls. Avec cela, toute poursuite en justice serait écartée."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel a plus que jamais confiance en Ferrari
Ferrari est engagée dans une intense course au développement contre Mercedes. En Hongrie, la Scuderia a signé un doublé convaincant, mais qu'en sera-t-il sur des pistes plus rapides (Spa, Monza, Suzuka, Mexico...) bientôt au programme?

Sebastian Vettel assure quoi qu'il en soit que "l'équipe est dans une bien meilleure forme cette année."

"Si les bons résultats commencent à arriver de votre côté, vous commencez à prendre un peu d'élan et donc c'est à vous de continuer sur cette lancée. Mais je suis assez confiant, nous avons les bonnes personnes, nous savons comment construire une voiture solide, et nous avons énormément amélioré le moteur cette année, donc tout va dans la bonne direction. Nous verrons en termes de chronos si nous sommes devant ou derrière, mais je suis confiant, nous serons au rendez-vous."

Le pilote allemand reconnaît que sa voiture a néanmoins besoin d'être poussée à ses limites sur certains circuits.

"Nous avons été compétitifs sur tous les circuits. Maintenant, c'est vrai que Mercedes, ici et là, a été plus compétitif que nous - et nous avons été un peu derrière. Nous savons ce dont a besoin la voiture. C'est normal que d'une piste à une autre il y ait un petit peu de différence, mais ce n'est pas notre objectif. Nous voulons être les meilleurs sur chaque piste. Nous comprenons assez bien ce dont la voiture a besoin et nous avons un peu de temps pour nous pencher sur une ou deux choses."

C'est la première fois depuis 2013 que Sebastian Vettel est en tête du Championnat du monde à la fin juillet. Et à chaque fois qu'il a mené le championnat à cette époque de l'année, Vettel n'a jamais été battu. Évidemment, cela met en confiance...

"C'est plus important de mener le championnat après la dernière course mais si vous pouvez choisir, je préfère être dans cette position aujourd'hui aussi. Vous ne voulez pas partir du mauvais pied. Il y a encore beaucoup de chemin à faire mais nous avons tous les ingrédients pour conserver notre position."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli finalise la construction de ses pneus 2018
Pirelli va terminer aujourd'hui ses essais privés avec Ferrari, à Barcelone, des essais très importants.

En effet, depuis hier, Antonio Giovinazzi tourne à huis clos avec la SF70H. Charles Leclerc a d'ailleurs été mobilisé aujourd'hui à la dernière minute.

Ces dernières données récoltées permettront de figer la construction des pneus de 2018, mais pas encore les gommes, qui pourront encore évoluer.

"Nous devons fournir la forme et la structure des pneus à la FIA et aux équipes avant le 1er septembre, comme le prévoit le règlement", explique Mario Isola.

"Nous aurons une nouvelle construction, un nouveau profil mais ce ne sera pas une révolution. Le pneu actuel est déjà très bon dans ces domaines. Nous allons optimiser tout cela."

Ensuite Pirelli aura encore trois mois pour finaliser son travail sur les gommes.

"Nous pourrions proposer 6 gommes différentes pour le sec l'année prochaine, au lieu de 5. C'est tout à fait possible. Cette année nous en avions homologué 10, car nous en avions 5 de secours au cas où elles se seraient révélées trop tendre pour ces Formule 1 très rapides."

Le test des gommes définitives se déroulera après le dernier Grand Prix, à Abu Dhabi. Toutes les équipes sont invitées à y participer les 28 et 29 novembre.

"Nous espérons valider les gommes pour 2018 lors de ces essais, cela permettra aux équipes de les tester en avance."
source: Nextgen-Auto.com

Pugnace, Rowland pense qu'il a plus de mérite que Latifi et Sirotkin et s'interroge sur Kubica
Oliver Rowland réalise pour le moment une très bonne saison en F2. Il domine son coéquipier Nicholas Latifi au classement et permet à DAMS de consolider sa première place au classement des équipes. Il n'y a qu'un hic: Charles Leclerc réalise une saison exceptionnelle qui relègue Rowland à 50 points au classement.

Celui qui a gravi tous les échelons chez Renault (champion de Formule Renault 2.0. puis 3.5., comme Carlos Sainz et Kevin Magnussen) a donc une progression constante et il s'agit d'un homme à suivre pour ces prochaines années. A 24 ans, le temps presse néanmoins pour lui. Mais Rowland pourra se satisfaire d'un prochain test avec Renault, dans le cadre du Gamma Race Day aux Pays-Bas ce week-end.

Dans le cadre de cet événement, organisé à Assen, il conduira pendant quelques tours une Lotus E20 datant de 2012 (Nico Hülkenberg le remplacera ensuite). Et Rowland assure avoir le droit d'attaquer au volant de la Lotus.

"C'est bon d'avoir un peu de kilométrage dans un F1. Même si ce roulage est limité en termes de nombre de tours, il est important de comprendre la vitesse, les freins, le processus que vous devez accomplir pour faire fonctionner la voiture. C'est une bonne opportunité pour apprendre tout cela."

"J'ai conduit une McLaren et une Red Bull avant, pour des tests similaires à Silverstone. Depuis mon plus jeune âge, je sais que je veux être un pilote de F1 et Champion du monde. Il n'y a rien qui soit l'équivalent d'une F1 en termes d'appuis, de puissance... C'est spécial."

Pourtant Rowland sait que dans le cadre du show, s'il voudra "pousser la voiture à ses limites", il lui faudra éviter aussi tout accroc.

"C'est difficile. Mais je veux rester professionnel, faire mon travail. Nico va conduire la voiture et je saurai ses temps au tour, et je pourrai m'en inspirer. C'est un événement énorme en Hollande. J'étais présent l'année où Max Verstappen a conduit une Red Bull. J'espère aussi gagner quelques fans!"

Oliver Rowland n'a pas été préféré à Nicholas Latifi pour tester la Renault à Budapest. Bien sûr, il a tout de même observé de près ce qu'il s'y est passé...

"J'ai eu les infos de Nicholas. Nous partageons beaucoup d'informations en F2. Il m'a dit qu'il avait passé une bonne journée. C'est bon que je puisse me comparer à lui et à Robert Kubica. Mais de l'extérieur du garage, c'est difficile de dresser des comparaisons."

L'objectif de Rowland est d'être retenu par Renault pour participer aux essais privés à la suite du Grand Prix d'Abu Dhabi, à la fin de la saison. Mais la concurrence est rude puisqu'en plus de Latifi et de Kubica, il faut rajouter Sergei Sirotkin... Alors, entre les lignes, Oliver Rowland n'hésite pas à dresser des petits tacles à ses rivaux.

"Je ne dois pas trop me concentrer sur ça. Bien sûr, Robert est un incroyable pilote aujourd'hui de retour. Il a quelques restrictions avec son bras, nous devons voir à quel point cela l'affecte. Il arrive avec beaucoup de soutien, et c'est pourquoi c'est un peu difficile pour moi de pousser pour avoir ce baquet. Et Nicholas est mon coéquipier en F2 et il y a une comparaison directe à établir avec lui par conséquent. S'il arrivait à me battre, alors il devrait avoir un baquet en F1, et si c'est l'inverse, alors vous imaginez ce que j'aimerais. Sirotkin a fait une saison en GP2 et a fini 3ème mais j'aime à penser que je fais légèrement un meilleur travail. Nous avons été aussi coéquipiers en World Series by Renault en 2014 et je l'ai battu."

"Je ne pense pas avoir le plus de soutien au monde mais je suis le favori pour le baquet, derrière Robert. Je le respecte après tout ce qu'il a fait par le passé et ce serait sympathique de le voir revenir en F1... si on ne se battait pas pour un volant!"
source: Nextgen-Auto.com

Wehrlein ne s'imagine pas du tout courir en Formule E
Maintenant que Ferrari compte faire de Sauber son équipe junior, la place de Pascal Wehrlein est très menacée pour 2018. Soutenu par Mercedes, l'Allemand n'a pas beaucoup d'autres options disponibles et pourrait ainsi quitter la F1.

Wehrlein pourrait éventuellement revenir en DTM, où il a été champion en 2015, mais le retrait de Mercedes de cette compétition "ne rend pas la situation simple", comme le confirme le jeune pilote.

"Mon ancienne équipe, HWA, m'a prévenu juste avant l'annonce du retrait de Mercedes. Les baquets disponibles seront donc très limités."

Mercedes a justement annoncé son engagement en Fomule E à la place du DTM pour les prochaines années. N'est-ce pas l'occasion toute trouvée pour Wehrlein de rebondir? Hélas, le principal intéressé n'est pas du tout excité par cette perspective...

"J'aime le bruit, la performance, l'essence. Je ne peux pas m'imaginer courir en Formule E."

Toto Wolff, qui gère la carrière de l'Allemand au sein du giron Mercedes, admet que les choses devraient en tout cas vite bouger.

"Je ne sais pas encore où sera Pascal en 2018. Il y a beaucoup de mouvements sur le marché des transferts. Et lors des deux prochaines semaines, il pourrait bien y avoir quelques choses intéressantes à ce sujet."

La Formule E gagne pourtant en popularité. Après Jaguar, de nouveaux constructeurs rejoindront bientôt la discipline, et non des moindres (Porsche, BMW, Mercedes...). Sergio Marchionne, le président de Ferrari, assure avoir parlé de la Formule E avec Toto Wolff récemment, mais tempère tout engagement précoce.

"Je ne peux pas imaginer que Ferrari s'engage directement en Formule E. Mais nous considérons l'opportunité d'y entrer avec une marque du groupe Fiat-Chrysler, même si nous hésitons encore sur la marque à choisir."
source: Nextgen-Auto.com

Toro Rosso et Honda, rapprochement confirmé
Toro Rosso et Honda se sont nettement rapprochés d'un accord lors de discussions menées cette semaine dans le paddock du Hungaroring, lors des essais privés.

Helmut Marko s'est longuement entretenu avec Masashi Yamamoto, responsable de Honda Motorsport au sujet d'une fourniture de moteurs.

Cela pourrait être la porte d'entrée de Honda vers Red Bull, en 2019, si le moteur japonais progresse suffisamment.

"Nous verrons bien", admet Marko, lorsqu'on lui demande si un accord est possible.

Yamamoto espère lui "un accord avec une équipe. Nous parlons à plusieurs équipes en ce moment."

Honda discute en effet toujours avec McLaren, qui peut aussi récupérer le moteur Renault actuellement fourni à Toro Rosso. La décision sera prise début septembre.

De son côté Helmut Marko a tenu à démentir d'autres rumeurs sur Toro Rosso.

"L'équipe n'est pas à vendre à Ron Dennis comme j'ai pu le lire. Mais bon il vient de toucher 300 millions en vendant ses actions McLaren. Il devrait nous passer un coup de fil, en plus il est fan de Honda", ironise-t-il.

"Et non, nous ne comptons pas déménager en Angleterre. Pourquoi aurions-nous alors construit une nouvelle usine à Faenza?"
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen veut oublier sa 1ère partie de saison
Max Verstappen n'a pas vécu une belle première partie de saison, marquée par de nombreux abandons ou accidents.

Le pilote Red Bull ne l'a même pas terminée en beauté puisqu'il a eu une collision avec son équipier en Hongrie. Le Hollandais souhaite vraiment passer à autre chose maintenant.

"Cette pause va me faire du bien. Et je n'ai pas envie de revenir sur ma 1ère partie de saison. Beaucoup d'abandons, beaucoup de points perdus, il n'y a pas grand chose sur lequel tirer des leçons", explique-t-il.

"Nous sommes partis du mauvais pied. Mercedes et Ferrari ont tout de suite eu l'avantage. La bonne nouvelle? Il y en a deux en fait: j'ai toujours été compétitif et notre équipe rattrape peu à peu son retard."

Verstappen termine cette première partie de saison avec une arrivée dans les points au Grand Prix de Hongrie mais aussi un accrochage avec Daniel Ricciardo.

"Je me suis excusé, nous avons parlé. Nous gardons une très bonne relation, comme toujours. Nous allons certainement reparler de ça avant Spa, mais ce sujet est entre Daniel et moi. Je pense toutefois que notre relation n'est pas altérée par cet incident."

"Vous savez, tout ça est conditionné par le fait qu'il doit y avoir un premier tour dans une course. Et en F1, il faut chercher à se placer le mieux possible, le plus rapidement. Beaucoup de choses se jouent lors du départ. Nous avons tous les deux cherché cette meilleure place. Sauf que j'ai bloqué une roue et je n'ai rien pu faire ensuite..."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.