En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 30 Juillet 2017

Week-end très décevant pour Sauber
Pascal Wehrlein et Marcus Ericsson terminent ce Grand Prix de Hongrie respectivement en 15ème et 16ème positions. Pas de quoi faire la fête chez Sauber...

"Cette course a été difficile", commente Marcus Ericsson. "Nous n'étions pas aussi rapides que nous l'espérions. Nous ne pouvions pas nous battre avec ceux qui nous précédaient. C'est décevant, car nous espérions faire un pas en avant avec la première partie de nos nouvelles pièces que nous avions emportée pour ce week-end. Nous devrions faire un pas en avant après la pause estivale."

"Etant donné ma position sur la grille, je trouve mon résultat satisfaisant", déclare Pascal Wehrlein. "Je ne pouvais pas espérer faire mieux en partant de la 18ème position, nous avons donc fait de notre mieux aujourd'hui. Je suis maintenant impatient de partir en vacances et durant ces jours de repos, je vais pouvoir repenser à cette première partie de la saison. Ensuite, je reviendrai plus fort."
source: Nextgen-Auto.com

Frustration en course pour les deux pilotes Renault F1
Le sort n'a pas joué en faveur de Renault F1 lors d'un Grand Prix de Hongrie mené à toute vitesse dans une chaleur de plomb.

Jolyon Palmer finissait douzième tandis que Nico Hülkenberg rentrait aux stands à trois tours du drapeau à damier après un contact avec Kevin Magnussen. Nico était finalement classé dix-septième.

Nico commençait la course au douzième rang avec ses Pirelli Supertendres (rouge) issus des qualifications. Alors qu'il était sixième, il s'arrêtait au quarante-cinquième passage pour chausser des Tendres (jaune) neufs. Son arrêt était ralenti par un pistolet récalcitrant. En fin d'épreuve, un accrochage avec Kevin Magnussen - pénalisé par la suite - l'envoyait hors piste avant son abandon dû aux problèmes touchant ses freins et sa boîte de vitesses.

"C'était une course frustrante, d'autant plus que nous avions le rythme pour obtenir un meilleur résultat. J'étais vraiment en confiance et la voiture était bonne. Nous avons pu signer de bons temps quand la piste était dégagée, mais c'était assez difficile de dépasser et j'ai été longtemps retenu dans le trafic. L'arrêt aux stands était frustrant. Nous avons perdu beaucoup de temps à un moment crucial. Cela m'a amené à être bloqué derrière Kevin Magnussen. Je n'ai rien contre les bagarres viriles, mais il a tout simplement été sans pitié en me poussant hors de la piste et il a été pénalisé pour cela."

Jolyon partait dixième avec un nouveau jeu de gommes Supertendres. Il atteignait la huitième place et était onzième lorsqu'il passait un train de Tendres neufs au quarante-sixième tour.

"Le départ se passait bien, mais j'ai cédé du terrain quand j'ai dû éviter Ricciardo qui avait soudainement ralenti. Cela m'a fait sortir du top dix. Tout en laissant passer Nico pour tenter de l'aider, cela a compromis ma stratégie et Magnussen et Kvyat en ont profité. C'était ensuite un relais frustrant jusqu'à l'arrivée tant mon rythme était meilleur, mais je n'avais aucune chance de les dépasser sur ce circuit. Nous avons désormais la pause estivale pour repartir à zéro et revenir en forme en Belgique."
source: Nextgen-Auto.com

Un nouvel accrochage entre Ocon et Pérez chez Force India
L'incident est passé un peu inaperçu, mais Esteban Ocon et Sergio Pérez ont une nouvelle fois frôlé la correctionnelle. Les deux monoplaces roses se sont accrochées et le Français accuse son coéquipier d'avoir endommagé sa voiture.

Ocon, après l'incident, a dû piloter une monoplace qui n'était pas aussi rapide que dans son état normal. Il conclut la course à la 9ème place, derrière son coéquipier, mais devant Stoffel Vandoorne qui l'aura pris en chasse une bonne partie de l'après-midi à Budapest.

"C'était un départ un peu brouillon" témoigne Ocon. "Je ne sais pas ce que Sergio a fait mais il a probablement un peu loupé son freinage et a un peu déchiré mon fond plat, donc ç'aurait pu être pire. J'ai pu continuer mais j'ai perdu en performance. A la fin, c'est deux arrivées dans les points pour l'équipe, ce qui est formidable, vu combien le week-end était difficile pour nous. Nous pouvons partir en vacances satisfaits. J'ai résisté à la pression de Stoffel Vandoorne, donc je suis heureux du résultat final. J'ai marqué presque 50 points durant la première moitié de la saison, et nous avons une bonne marge sur les autres équipes derrière nous."

Le Mexicain assure que la collision a aussi endommagé son aileron avant mais reconnaît que sa voiture est sortie en meilleur état du premier tour. Il est rapidement passé de la 13ème place à la 8ème place en se faufilant dans le peloton.

"J'ai pris un bon départ, et c'était très important pour le reste de la course. Les dommages à l'aileron avant n'ont heureusement pas trop affecté l'équilibre de la voiture, mais en général, le rythme n'était pas bon. C'est mon pire week-end de la saison en termes de vitesse. J'ai beaucoup souffert dans la voiture, donc je suis heureux de voir que nous avons marqué de bons points. Je suis très satisfait de repartir avec la 8ème place. Nous sommes bien revenus. Dans l'ensemble c'est une première moitié de saison très solide et nous pouvons partir en vacances avec la satisfaction du devoir accompli."

Bob Fernley ne veut pas rallumer une guerre des clans dans son équipe et minimise donc l'incident.

"C'était très mineur, simplement un incident au premier virage, l'un a mis un peu trop de pression sur l'autre pilote. Ils repartent tous les deux avec de bons résultats, donc il n'y a pas de problème. Avec tant de voitures dans un seul virage... Vous devez l'accepter, ça un peu coûté à Estéban mais ce n'était pas négatif."
source: Nextgen-Auto.com

Williams - Di Resta n'a pas fait de faute, mais il a souffert physiquement
Paul Di Resta n'a commis aucune erreur pour sa participation surprise au Grand Prix de Hongrie. L'Ecossais n'était certes pas dans le rythme de Lance Stroll durant la deuxième moitié de la course et a fini par abandonner à quelques tours de l'arrivée. Très loin d'être ridicule, l'ancien pilote Force India a eu plus de mal en course qu'en qualifications.

"J'ai une épaule endolorie... Il fallait s'y attendre après votre première course. Ce n'était pas aussi mauvais que je le pensais... peut-être que j'aurais dû conduire un peu plus vite. Je n'avais pas pris un départ une heure avant le Grand Prix... Et j'ai trop forcé sur l'embrayage. Vous devez le mettre dans une certaine fenêtre. A la fin, j'ai fait très attention de toute façon, puisque c'est très dur de vous représenter la trajectoire de ces voitures très larges."

"Je voulais m'assurer de finir le premier tour. Et j'ai fait de mon mieux à chaque instant. Nous avons été un peu malchanceux parce qu'avant de m'arrêter, j'ai pris un tour."

"Je ne savais pas à quoi m'attendre. Je n'avais pas conduit une voiture avec tant d'appuis depuis très longtemps, et alors, le réveil est brutal, et vous vous retrouvez à bloquer vos pneus. J'aurais vraiment préféré aller au bout de la course mais nous avons eu une petite fuite d'huile et le moteur était nouveau pour ce week-end. Donc ils n'ont pas voulu avoir des pénalités moteur simplement pour cette raison."

Lance Stroll a vécu une course parfaitement anonyme, coincé en milieu de tableau. Même lui s'est ennuyé au volant!

"Ce fut une course assez ennuyeuse. J'étais seul la majorité du temps, donc pas grand-chose n'est arrivé puisque nous n'avions pas le rythme pour rester avec les autres. J'ai fait tout ce que j'ai pu au premier relais pour retenir les autres gars. Ensuite, au deuxième relais, j'ai essayé de jouer l'undercut, mais je n'avais simplement pas le rythme et j'ai surchauffé trop les pneus arrière. Nous avons fini à notre position de départ, et nous nous y attendions. C'était un week-end difficile, mais nous avons hâte d'être sur d'autres types de tracé, Spa, Monza, ce devrait être mieux pour notre voiture."

"Nous sommes à la moitié de la saison et mes sensations sont très différentes par rapport à l'Australie. A chaque course, je m'améliore un peu. Bien sûr, vous brillez plus sur des circuits où vous pouvez travailler avec la voiture, mais à chaque course j'engrange plus d'expérience et je deviens meilleur."
source: Nextgen-Auto.com

Les deux pilotes Haas ont une dent contre Hulkenberg
Haas était déjà dans une situation compliquée avant le départ du Grand Prix de Hongrie, après des qualifications difficiles. Les deux pilotes de l'écurie se sont en plus compliqué la tâche en raison de plusieurs circonstances de courses.

Kevin Magnussen a certes pris un bon départ en dépassant son coéquipier. Mais ensuite, à la bataille contre Nico Hülkenberg, il a emmené le pilote Renault au-delà de la piste et a écopé d'une pénalité de cinq secondes. Il finit la course à la 13ème place.

Romain Grosjean a été plus malheureux encore. Il a bataillé contre le même pilote allemand au premier tour, et a perdu trois places en étant emmené au large (une manœuvre qu'il jugea "stupide" à chaud). A la fin de son premier arrêt, par ailleurs anticipé, une de ses roues a été mal serrée et le pilote français a donc dû s'arrêter par mesure de sécurité.

C'est donc Nico Hülkenberg qui est au centre des discussions chez Haas. Kevin Magnussen, tout d'abord, ne voit pas pourquoi il a été pénalisé.

"Je ne comprends pas vraiment la pénalité. Nico Hülkenberg n'a rien eu pour ce qu'il a fait au premier tour, quand il est rentré contre Romain. Je ne l'ai même pas touché. Il aurait pu choisir de ralentir, puisque j'avais l'intérieur. Et nous étions côte à côte. J'étais un petit peu devant en fait. J'ai simplement choisi ma trajectoire. Ce n'est pas comme si j'étais sorti de ma trajectoire. Nous avons freiné tard, donc c'est naturel de partir au large et de pousser à l'entrée du virage. Il s'est mis lui-même en danger à l'extérieur. Il n'y a pas trop de points positifs à retirer de ce week-end. Il fut difficile, sur tous les plans."

Romain Grosjean veut de son côté vite passer à autre chose - retrouver sa famille et ses deux enfants, en attendant le troisième, lui sera salutaire cet été.

"Je n'ai pas beaucoup de choses à dire sur la course. Elle fut compromise au premier virage quand j'ai été percuté. Ensuite nous avons eu une crevaison, et une roue était mal serrée, donc nous avons dû arrêter la voiture. Quand vous avez un week-end difficile, vous voulez remonter dans la voiture, vous remettre en selle. La pause fera du bien à tout le monde, mais nous devons comprendre ce que nous pouvons faire pour éviter ce genre de week-end."

Günther Steiner pense que même sans toutes ces avanies, ses deux monoplaces n'étaient de toute manière pas au niveau.

"Les gars qui changent les pneus ressentent beaucoup de pression. Mais Romain n'était pas heureux de sa voiture de toute façon. Il était 15ème, donc il n'y avait rien à gagner. Si ça doit arriver quelque part, autant que ça arrive ici... Kevin a mené une course fantastique. Il s'est défendu et a été pénalisé, et je ne suis pas pleinement d'accord avec la pénalité. C'était très similaire avec ce que le même gars (Nico Hülkenberg) a fait au virage 1. Mais nous aurions fini 11ème, donc hors des points de toute façon."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz offre quelques points de plus à Toro Rosso
Carlos Sainz a une fois de plus fait la fierté de son équipe en décrochant la septième place cet après-midi en Hongrie.

"J'ai pris un départ parfait, assez bon pour me retrouver devant les McLaren", explique Carlos Sainz.

"Ensuite, j'ai suivi Fernando (Alonso) qui était dans le rythme des hommes de tête et je suis donc content de cette septième place."

Carlos Sainz s'est accroché avec Fernando Alonso peu après le départ, mais aucun des deux pilotes n'a eu à souffrir de ce contact.

"Je ne sais pas ce qui s'est passé. Si les commissaires n'ont rien dit, c'est qu'il ne s'est rien passé", précise Sainz.

Et maintenant, les vacances!

"J'ai hâte de partir, surtout après avoir signé ce résultat. Je vais partir avec le sourire aux lèvres. Ce résultat arrive après deux courses qui ne se sont pas passées comme nous l'espérions", conclut-il.

"C'était une grande course à l'issue de laquelle nous n'avons malheureusement pas été récompensés", raconte Daniil Kvyat.

"Nous avions un bon rythme aujourd'hui et je pense que, sans la pénalité sur la grille, nous aurions pu nous battre pour des points. Le côté positif, c'est que la voiture est à l'arrivée et que j'ai gagné cinq positions sur une piste comme le Hungaroring."

"Je suis maintenant impatient de partir en vacances avant de me concentrer à nouveau pour faire le mieux possible lors de la seconde moitié de la saison!"
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen a enfreint la règle d'or mais Horner accepte ses excuses
C'est ce que Christian Horner redoutait le plus ce premier tour du Grand Prix de Hongrie: une collision entre ses deux voitures. Et c'est malheureusement ce qu'il s'est passé, quand Max Verstappen, à la dérive, a heurté Daniel Ricciardo. L'Australien a dû mettre pied à terre tandis que le Néerlandais a écopé de 10 secondes de pénalité (il a pu terminer en 5ème place, à un souffle des Mercedes).

Le directeur de Red Bull se mord les doigts après avoir raté une occasion de signer un nouveau podium.

"C'est une après-midi très frustrante parce que nous avons en effet perdu Daniel, et dans la même manœuvre, Max a reçu une pénalité qui a compris sa course. Vous ne voulez jamais voir des coéquipiers se toucher et avoir ce qui est arrivé aujourd'hui."

"Max a trop forcé au virage 2, il a commis une erreur et a bloqué ses pneus. Et si Daniel n'avait pas été là, il n'aurait pas pris le virage. Max est à la limite et il a fait une erreur qui lui a nui, comme à l'équipe et à Daniel."

"Tout avait commencé au précédent virage. Max a pris un bon premier virage mais a dû ralentir derrière Kimi Räikkönen, et il est parti un peu au large. Cela a donné une opportunité à Daniel et il avait l'ascendant dans le virage d'après, et Max aurait dû s'incliner. Il a essayé de regagner sa place et il a un peu trop forcé."

Christian Horner assure que cet incident ne détériorera pas gravement les relations entre les deux pilotes de son écurie.

"Il a dit qu'il avait fait une erreur et nous l'acceptons. Et je suis sûr que Daniel l'acceptera. Ils ont une relation formidable. Nous en parlerons ouvertement au débriefing. Ce qui est arrivé aujourd'hui n'aurait pas dû arriver. La règle d'or, la règle numéro 1, c'est de laisser de l'espace aux deux premiers virages. Max est suffisamment mature pour dire qu'il a fait une erreur et pour s'excuser."

"Tous les pilotes font des erreurs. Le plus important quand vous en commettez une, c'est de le dire, de l'accepter, et de s'excuser. Il l'a fait. Et je suis sûr qu'il ira voir son coéquipier et tout le monde pourra continuer."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen à Hulkenberg - S**-moi les c*** chéri!
Kevin Magnussen a été très vulgaire, devant les caméras de télévision à la fin du Grand Prix de Hongrie.

Nico Hülkenberg est venu voir le Danois pour son geste en fin de course, lors du 62ème tour.

"Encore une fois, tu as été le pilote le plus anti-sportif de la grille", lui a lancé le pilote Renault F1, poussé dans l'herbe au 2ème virage.

Magnussen lui a alors répond: "S**-moi les c*** chéri!"

Le pilote Haas F1 a été pénalisé de 5 secondes sur son temps de course (il chute de la 11ème à la 13ème place) et a également pris deux points de pénalité sur sa licence. Il en est à 7 (sur 12 avant suspension).
source: Nextgen-Auto.com

McLaren marque des points avec ses deux voitures
L'équipe McLaren va pouvoir partir en vacances le cœur léger après avoir placé ses deux voitures dans les ponts cet après-midi en Hongrie.

Fernando Alonso prend la sixième place et le record du tour et c'est quelque chose qui ne lui était plus arrivé depuis longtemps.

"Sans aucun doute, ce record du tour est une surprise", déclare Fernando Alonso. "Quant à la sixième place, elle était possible même si nous espérions plutôt la septième ou la huitième, mais la sixième était à notre portée et nous l'avons prise. Nous savions que nous allions être compétitifs lors de trois ou quatre courses et nous devions maximiser ces occasions. Nous devons profiter de notre potentiel et c'est ce que nous avons fait ce week-end."

"La bataille avec Carlos a été très serrée. Après mon arrêt, je savais que j'avais deux tours pour pousser à fond avec mes pneus neufs. J'ai fait quelques manœuvres de kamikaze de temps en temps, mais je devais le faire. Cela a fonctionné, mais je dois dire que Carlos a encore fait de l'excellent travail", ajoute le champion espagnol.

Dixième à l'arrivée, Stoffel Vandoorne avait lui aussi le sourire. "C'est la bonne journée pour moi, pour l'équipe, celle dont on rêvait. Nous plaçons les deux voitures dans les points et je marque enfin mon premier point de l'année."

"Avant d'arriver ici, nous savions que nous serions plus ou moins performants ici et ç fait toujours du bien au moral quand on concrétise les espoirs, quand les points sont bien là au bout du week-end."

"C'est bien de partir en vacances sur ce résultat même si nous savons que la 2ème partie de l'année ne sera pas plus facile pour autant. Notre prochaine bonne chance sera certainement à Singapour, un circuit très, très technique."

"En tout cas nous continuons à travailler, nous ne baissons pas les bras", conclut le jeune pilote belge.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen se fait tout petit...
Max Verstappen et Daniel Ricciardo étaient persuadés que leur Red Bull allait être très compétitive aujourd'hui en course et ils n'avaient pas tort...

Mais pour Red Bull, tous les espoirs de signer un podium sont partis en fumée dès le deuxième virage lorsque Max Verstappen a percuté son équipier Daniel Ricciardo. Ce dernier a abandonné dans la foulée alors que Verstappen a eu droit à une pénalité de 10 secondes. La messe était déjà dite pour le podium...

"Cela ne s'est bien sûr pas passé comme nous l'espérions", déclare Max Verstappen. "Tout a commencé dans le premier virage. J'ai pris un assez bon départ, mais ensuite, j'ai été obligé de prendre large à cause de Bottas et cela m'a fait perdre de la vitesse. Après ça, nous étions deux à nous battre dans le deuxième virage."

"Nous avons freiné très tard pour ce virage, mais j'ai bloqué mes roues avant à cause d'une voiture devant moi. Lorsque c'est arrivé, je suis devenu un passager de ma voiture. J'ai essayé d'éviter Daniel (Ricciardo), mais c'était impossible. Mon objectif n'a jamais été de percuter quelqu'un et certainement pas mon équipier avec qui j'ai par ailleurs de très bonnes relations."

"Je présente mes excuses à Daniel et aussi à l'équipe, car nous aurions pu marquer quelques points de plus. Je vais parler à Daniel en privé et nous allons régler ça", ajoute le jeune pilote néerlandais.
source: Nextgen-Auto.com

Lauda - Mercedes a démontré son fair-play
Niki Lauda est très satisfait de l'image donnée par Mercedes à la fin du Grand Prix de Hongrie.

Avec ses deux pilotes qui jouent encore le championnat, il n'était pas facile de demander à l'un d'eux, Valtteri Bottas en l'occurrence, de demander à son équipier de passer pour tenter de doubler une ou les deux Ferrari.

Lewis Hamilton n'y est pas parvenu et il a rendu sa place.

"Nous avons toujours dit que nous sommes équitables envers nos deux pilotes. Ils peuvent se battre sur la piste à chaque fois qu'ils le veulent. Lorsque Bottas a laissé passé Lewis, il était plus rapide mais cela n'a pas marché parce qu'il ne pouvait pas dépasser les Ferrari, alors, nous avons rétabli les positions initiales pour être fair-play envers nos deux pilotes", commente l'Autrichien.

"À la fin, c'était serré avec Verstappen, alors il nous a fallu être prudent pour ne pas faire perdre une place de trop à Lewis."

Le triple Champion du monde est beaucoup plus frustré par le bug informatique qui a coupé la liaison radio.

"Ce problème radio est notre problème. Nous devons comprendre comment cela a pu arriver. L'informatique parfois..."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Sans la radio, ce n'est pas facile!
Lewis Hamilton n'a pas eu une course facile en Hongrie. Le Britannique a certes perdu des places au départ mais il a aussi été privé de communication avec son équipe pendant une bonne partie de la course.

Il termine 4ème, après avoir rendu sa place sur le podium à son équipier.

"Sans la radio ce n'est pas facile. Ce n'était évidemment pas parfait de la perdre mais nous avons fini par la retrouver en fin de course. Nous avons géré cela au mieux avec l'équipe", commente le triple Champion du monde.

"Je ne sais pas pourquoi les Ferrari étaient si lentes mais Valtteri m'a donné une chance d'aller les attaquer. Merci à lui."

"Je pense qu'ils étaient inquiets que les pneus ne tiennent pas jusqu'au bout. Je ne savais pas que Sebastian avait un problème avec son volant mais ils auraient pu accélérer à la fin et ils ne l'ont pas fait."

"C'est dommage parce que j'avais beaucoup de rythme aujourd'hui, j'étais coincé derrière Valtteri au début mais je n'ai pas pu le dire à l'équipe. Quand j'ai pu passer devant lui, j'ai tout donné mais je suis passé à un moment sur des boulettes de gomme en dehors de la trajectoire à cause d'un retardataire. Les pneus se sont écroulés après ça."

Hamilton a été salué par son geste sportif à la fin, quand il a rendu sa place à son équipier juste avant la ligne d'arrivée.

"Ca me coute au championnat, c'est certain, mais je suis un homme de parole. J'ai dit que si je ne pouvais pas dépasser les Ferrari, je le laisserais repasser. Perdre 7 secondes était difficile à faire et j'étais nerveux par rapport à Verstappen, juste derrière, mais heureusement il n'est pas passé."
source: Nextgen-Auto.com

Un doublé difficile selon les pilotes Ferrari
Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen ont négocié le premier virage de la course aux deux premières places et c'est dans cet ordre qu'ils ont franchi la ligne d'arrivée. Mais cela n'a pas été facile pour eux et pour des raisons différentes.

"Mes pieds ne touchent plus le sol", s'exclame Sebastian Vettel. "Cette course a été très difficile. J'ai eu beaucoup à faire cet après-midi, car trois ou quatre tours après la voiture de sécurité, j'ai senti que quelque chose ne fonctionnait pas bien, ma direction était faussée. Il me semblait que la situation s'aggravait et j'ai donc évité les vibreurs. Cela n'a pas été facile. J'ai aussi compliqué la vie de Kimi (Räikkönen) qui était plus rapide que moi, mais pour ma part, je ne pouvais pas aller plus vite."

"La situation est revenue à la normale en fin de course, mais j'ai dû garder ma concentration jusqu'au drapeau à damier. J'espérais avoir quelques tours pour souffler, mais ils ne sont jamais arrivés", ajoute le champion allemand.

"C'était une course difficile. J'espérais vraiment un après-midi plus cool. Maintenant il y a des vacances et ça fait du bien d'y aller avec une victoire et plus de points au championnat."

La course de Kimi Räikkönen a aussi été stressante avec la Mercedes de Lewis Hamilton qui devenait inquiétante dans ses rétroviseurs en fin de course alors qu'il ne pouvait pas dépasser son équipier juste devant lui.

"J'avais une très bonne voiture aujourd'hui", explique Räikkönen. "J'ai pris un bon départ, mais je n'ai pas voulu tenter le diable. Après ça, j'ai suivi l'autre Ferrari pendant 71 tours. Ce n'était pas exactement ce que je voulais faire, car je voulais gagner. Les dépassements sont difficiles ici, surtout sur un équipier avec qui on prend moins de risques. Quoi qu'il en soit, l'équipe est contente et c'est le plus important."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Merci à Lewis d'avoir tenu sa promesse
Valtteri Bottas a terminé à la 3ème place du Grand Prix de Hongrie, en récupérant la dernière place sur le podium juste avant la ligne d'arrivée.

En effet, le Finlandais avait laissé passer Lewis Hamilton, plus rapide, pour tenter d'aller attaquer les Ferrari en tête de course. Le Britannique n'ayant pas réussi, il a rendu sa place à Bottas et a abandonné sa place sur le podium ainsi que 3 points importants pour le championnat.

"Merci à Lewis d'avoir tenu sa promesse et de m'avoir rendu ma place à la fin. Je lui ai laissé tenter de passer les Ferrari mais il n'a pas réussi", explique Bottas.

"C'est dommage parce que nous avions un bon rythme aujourd'hui, mais avec notre position sur la grille de départ, nous ne pouvions pas faire mieux parce que c'est très difficile de dépasser ici quand des voitures ont un rythme à peu près similaire."

A-t-il eu peur de ne pas retrouver sa 3ème place?

"Non, mais je m'inquiétais à la fin parce que l'écart avec Lewis est devenu important. Il a toutefois tenu sa parole. Mais c'était chaud avec Max Verstappen juste derrière."

"Nous savons maintenant que nous devons travailler encore plus sur les circuits lents mais notre rythme était tout à fait honnête aujourd'hui."

Toto Wolff, son directeur, n'attendait pas autre chose de la part de Lewis.

"Absolument, ce sont aussi des choses qui sont discutées en coulisses bien avant, c'est pour cela que nous sommes devenus champions du monde à 3 reprises. Il y a un vrai esprit d'équipe. Ce n'était pas une course facile mais Ferrari était meilleure que nous, nous le savions, il faut savoir l'accepter et c'est ok."
source: Nextgen-Auto.com

GP de Hongrie - Course
Sebastian Vettel a décroché au GP de Hongrie la 46ème victoire de sa carrière en F1, sa deuxième après 2015 sur le tracé du Hungaroring. Malgré un problème de direction l'obligeant à tourner le volant à gauche pour rester en ligne droite, le poleman de l'épreuve de Budapest est parvenu à garder l'avantage pour vaincre devant son coéquipier Kimi Räikkönen pour signer son 4ème succès de la saison et son premier depuis le Grand Prix de Monaco.

Kimi Räikkönen a menacé son coéquipier allemand pour la victoire, adoptant un rythme plus rapide à la fin du premier relais, mais un appel précoce aux stands ajouté au ralentissement provoqué par Paul Di Resta (Williams) ont obligé le Champion du monde 2007 à se contenter de la deuxième place.

Lewis Hamilton (Mercedes) a tenté d'attaquer les SF70H après avoir bénéficié des consignes d'équipe en prenant sans forcer l'avantage sur son coéquipier Valtteri Bottas, mais le triple Champion du monde a tenu parole en laissant le Finlandais reprendre sa position sur la ligne d'arrivée.

Max Verstappen (Red Bull) complète le top cinq et aurait été en mesure de jouer le podium sans un stop & go de 10" infligé pour avoir percuté son coéquipier Daniel Ricciardo dans le virage n°3 du premier tour. L'Australien a abandonné, radiateur percé.

McLaren place ses deux monoplaces dans les points avec Fernando Alonso 6ème et Stoffel Vandoorne complétant le top dix derrière Carlos Sainz (Toro Rosso) et les Force India de Sergio Pérez et Esteban Ocon.

Paul Di Resta, le remplaçant de Felipe Massa en Hongrie, a abandonné en fin de course après avoir évolué dans le fond du peloton. La liste des abandons est complété par Nico Hülkenberg (Renault) et Romain Grosjean (Haas) qui a dû s'arrêter en bord de piste en raison d'une roue mal serrée.

Sebastian Vettel dispose désormais de 14 points d'avance sur Lewis Hamilton avant la pause estivale. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Ricciardo - Max a été un amateur!
Daniel Ricciardo n'aura pas été plus loin que le 2ème virage aujourd'hui, en Hongrie.

Il a été mis hors course par son équipier, Max Verstappen, trop optimiste au freinage de ce 2ème virage. Le Hollandais, en tentant de gagner une position, a percuté le flanc gauche de la Red Bull de l'Australien. Radiateur percé, il est parti en tête-à-queue et a dû abandonner.

La FIA a infligé 10 secondes de pénalité à Verstappen pour cela.

"Oui, il a eu 10 secondes... mais moi j'ai 2 heures de pénalité, je ne peux plus rouler", lance Ricciardo, à son retour dans le paddock.

"Ce n'est pas bien. Max a été un amateur et je suis encore gentil en disant ça. Il n'a pas voulu perdre une place face à moi... Il n'y avait pas d'espace. Valtteri était devant, moi un peu sur l'extérieur, et malgré ça il tente tout."

"Je crois qu'il n'aime pas quand il voit son équipier devant lui. Il ne comprend pas qu'on a toute une course pour rattraper une petite erreur au départ ou une autre. Mais passer ici, impossible. Ce n'était même pas un dépassement, c'est une erreur merdique de sa part."

"L'équipe fera son boulot avec lui. Et moi le mien. Nous allons régler ça. Est-ce qu'il court un peu trop durement? Je ne sais pas mais ce geste n'a pas d'excuse. Il essaye à l'extérieur au virage 1 alors qu'il avait fait un bon départ mais ce n'était pas le bon choix et ça se transforme en mauvais départ pour lui. Il ne réfléchit pas et il pense qu'il peut me dépasser pour réparer ça. Il ne réfléchit pas, c'est tout."
source: Nextgen-Auto.com

La FOM coupe les commentaires défavorables au Halo
Ces derniers jours, le sujet du Halo a été sur toutes les lèvres dans le paddock. Il a même été le sujet principal de la fameuse conférence de presse de la FIA du jeudi.

Lors de cette séance, certains pilotes dont Nico Hülkenberg et Kevin Magnussen ont critiqué ce système de protection de la tête des pilotes si controversé depuis 2016, et qui va être introduit en catégorie reine à partir de la saison prochaine.

Cependant, seuls les pilotes qui ont émis une bonne opinion vis-à-vis du Halo ont été inclus dans la vidéo officielle de résumé de cette conférence, produite par la FOM.

Interrogé sur les raisons, un porte-parole de la Formula One Management répond que c'était "une décision éditoriale..."
source: Nextgen-Auto.com

Abiteboul - Penser à Kubica sur le plus long terme
Cyril Abiteboul a confirmé en Hongrie que tout n'est pas perdu pour Jolyon Palmer. Le pilote britannique reste "une option" pour Renault F1 pour l'année prochaine, alors que le baquet pourrait être convoité par Robert Kubica, testé la semaine prochaine.

"Jolyon est une option pour 2018. Ce n'est pas acceptable de l'écarter ainsi alors qu'il a eu beaucoup de problèmes de fiabilité également. Son avenir est dans ses mains. Il n'y a encore rien de signé avec qui que ce soit d'autre", explique le directeur de Renault F1.

"Jolyon dispose cette année d'une voiture plutôt compétitive, qui devrait tout le temps être en Q3, comme Nico le prouve. Il sait donc ce qu'il doit et qu'il a tout le soutien de l'équipe pour y arriver."

Abiteboul répète que le test de Kubica n'a pas vocation à prendre une décision à très court terme.

"Oui, ce que nous voulons savoir c'est si Robert a un avenir en F1. Lui aussi. C'est donc une vision à moyen ou long terme. Nous ne voulons pas prendre une décision sans aucun sens en plein milieu de la saison."

"Nous devons aborder ce test avec prudence", ajoute-t-il. "Robert est quelqu'un qui touche beaucoup les gens qui le connaissent. L'équipe à Enstone est très soudée et ils ont été émus dans leurs vies quand ils ont revu Robert. Nous voulons donc savoir s'il a un avenir, avec nous ou ailleurs. Franchement, il est trop tôt pour en parler."

Le directeur de Renault F1 reste de toute façon peu satisfait par le déroulement de cette première moitié de saison. Les choses vont devoir changer, d'une manière ou d'une autre.

"Nous ne sommes pas là où nous voulons être et là où nous pouvons être. Notre objectif était d'être 5ème au championnat et nous avons la voiture pour y arriver. Donc, de ce point de vue, notre bilan comptable après 10 courses n'est pas bon."

"Mais nous avons produit un gros développement sur la RS17, qui est efficace et nous permet de nous battre à l'avant du milieu de peloton. Nous avons perdu tant de bonnes opportunités de marquer plus de points. Mais Silverstone, et ce week-end, ont démontré que nous avançons dans la bonne direction."
source: Nextgen-Auto.com

Ultra-dominateur en F2, Leclerc se sent 'prêt' pour la F1
Charles Leclerc impressionne cette année en F2. Le Monégasque enchaîne les victoires et surtout les poles avec une facilité déconcertante, et réalise une saison "à la Stoffel Vandoorne" qui pourrait tout droit le propulser en F1 l'an prochain.

Si la porte Haas s'est refermée pour le pilote Prema, la piste menant à Sauber apparaît en revanche plus crédible. L'écurie suisse a en effet prolongé son partenariat moteur avec Ferrari pour plusieurs saisons - et Charles Leclerc est un pilote protégé par la Scuderia...

Le très probable futur champion de la Formule 2 ne veut pas précipiter les choses, mais il reconnaît qu'un volant en F1 l'intéresse bien sûr au plus haut point.

"Dans ma carrière, j'ai toujours progressé étape par étape. Donc maintenant, j'essaie de gagner le titre en F2, et ensuite j'aimerais aller en F1."

"Je dirais oui [à un volant en F1 en 2018], parce que je me sens prêt. Est-ce que je voudrais attendre encore une année? Je préférerais que non, parce que si je gagne le titre en F2, je ne pourrai pas le défendre l'an prochain, donc attendre ne m'aiderait pas."

Charles Leclerc vise à long terme un baquet chez Ferrari. En attendant, faire ses armes chez Sauber, comme Felipe Massa, ne lui déplairait pas.

"Le grand rêve, c'est de porter une combinaison rouge, et j'espère qu'un jour, ce sera une réalité. Mais je songe aussi à toutes les autres équipes, du moment qu'elles sont en F1."
source: Nextgen-Auto.com

Mercedes ne délaissera pas la F1 pour la Formule E
Niki Lauda estime en Hongrie qu'il n'y a aucun risque de voir Mercedes quitter la Formule 1 à moyen terme, après son annonce cette semaine de son engagement en Formule E.

La formule électrique est de plus en plus populaire, au point que Mercedes et Porsche ont rejoint Audi dans cette série. Porsche et Audi ont toutefois mis de côté des programmes sportifs très importants suite à cette décision. Tout comme Mercedes. Au revoir le DTM et/ou Le Mans pour ces trois constructeurs.

Mercedes va donc quitter le DTM mais pas la Formule 1.

"La Formule 1, c'est notre sport de prédilection. Alors un retrait n'est pas du tout à l'ordre du jour", assure Lauda.

Rappelons que Lauda et Toto Wolff possèdent à eux deux 40% de l'équipe de Brackley.

Pour Lauda, la Formule E est juste un moyen de s'adapter au futur.

"Nous devions nous demander où le futur nous menait. Mais il faut rendre la Formule E encore plus attractive, parce qu'à l'heure actuelle il faut encore changer les batteries."

Toto Wolff ajoute: "La Formule E n'en est qu'au début de son développement mais l'électrification a le vent en poupe. Nous ne pouvions pas ignorer cela."

"Je ne serais pas surpris que dans 3, 4 ou 5 ans, la Formule E soit complètement différente et que nous en parlions beaucoup, à chaque course", ajoute-t-il, reconnaissant le déficit de notoriété actuel de la discipline.
source: Nextgen-Auto.com

La Ferrari est simplement meilleure sur les circuits lents selon Wolff
Toto Wolff a reconnu que la Mercedes W08, la création de son équipe, n'est pas à l'aise partout.

Hier, Ferrari a remporté haut la main la pole position et la première ligne en Hongrie, comme à Monaco.

"J'attendais ce circuit pour avoir certaines confirmations et nous pouvons maintenant dire que la forme de Ferrari ou la nôtre est bien liée à la nature des circuits", explique le directeur de Mercedes F1.

"La Hongrie c'est comme Monaco et Ferrari est devant. Je pense que nous pouvons nous attendre à quelque chose de similaire à Singapour."

"L'ADN de notre F1 fait qu'elle est très bonne sur des circuits rapides mais Ferrari est simplement meilleure avec son empattement plus court sur des circuits comme le Hungaroring."

Le secret est-il seulement dans l'empattement?

"Cela joue mais cela ne fait tout. Tout est une question de philosophie aussi. Ferrari a un très bon châssis et une aérodynamique qui fonctionne mieux à basse vitesse. A Monaco, c'était pire qu'ici pour nous."

"Nous avons progressé mais nous ne sommes pas encore au niveau de Ferrari. Je préfère donc voir être optimiste et constater que nous allons dans la bonne direction. Mais je ne sais pas si nous pourrons les battre à Singapour pour autant."
source: Nextgen-Auto.com

Permane souhaite voir les deux Renault dans les points aujourd'hui
Alan Permane, le directeur sportif de Renault F1, est revenue sur la très belle séance de qualifications de son équipe hier, en Hongrie.

L'équipe d'Enstone est en progrès, indéniablement, depuis l'introduction des dernières évolutions aérodynamiques à Silverstone.

"L'équipe a connu une séance assez simple et libre de toute pression. Nico a eu besoin d'un seul train de pneus pour sortir de Q1 et d'un autre pour sortir de Q2. Nous sommes ravis d'être septièmes, ou les "meilleurs des autres" comme on dit", déclare Permane.

Malheureusement il n'y aura pas de Renault dans le Top 10 sur la grille...

"La pénalité de Nico liée à la boîte de vitesses est regrettable, surtout sur un circuit comme celui-ci. Sans cela, nous aurions eu hâte de vivre une course simple, mais nous aurons un peu de travail pour mener Nico aux points."

"Nous avons un bon rythme par rapport aux monoplaces devant nous. Si Jolyon avait eu un meilleur vendredi, je suis convaincu qu'il aurait pu entrer en Q3. C'est la clé pour lui. S'il parvient à avoir des vendredis plus calmes, il n'y a aucune raison pour qu'il ne devienne pas un habitué de la Q3."

L'objectif pour la course est simple: "notre but est de réaliser une excellente course et de placer nos deux voitures dans les points."

Voilà qui mettra un peu plus de pression sur Jolyon Palmer, assurément.
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull et Porsche, une histoire loin d'être conclue pour Marko
Cosworth, Ilmor et surtout Porsche pourraient décider d'entrer en F1 en 2021 et de devenir des motoristes indépendants.

Voilà évidemment qui ferait les affaires de Red Bull, qui recherche depuis plusieurs années un motoriste indépendant - Renault se concentrant davantage sur sa propre écurie. Les rumeurs actuelles laissent entendre qu'un accord entre Porsche et Red Bull serait sur la table (Red Bull est très proche du groupe Volkswagen), mais le Dr Marko, dans la presse aujourd'hui, a tenu à mettre les choses au point.

"Pour nous, il est actuellement plus important que des manufacturiers indépendants comme Aston Martin, Cosworth or Ilmor assistent aux négociations. Ce que nous voyons avec Honda, c'est que même avec les plus grandes ressources humaines et financières, il n'est pas possible d'avoir du succès avec ce règlement moteur très complexe."

Le Dr Marko a cependant adouci quelque peu son discours envers Renault. Une prolongation de contrat serait-elle aussi envisagée avec le motoriste français?

"D'un point de vue technique, notre châssis est à un très haut niveau, si on le compare à ceux de Ferrari et de Mercedes. Notre partenaire moteur, Renault, fait des progrès continuels, ce qui signifie que Red Bull gagnera une ou deux courses cette année en comptant sur ses propres forces."

L'horizon de l'après-2020 est encore très éloigné pour Red Bull. Surtout, à cette date, on ne sait pas si Max Verstappen, courtisé par Ferrari, sera toujours dans l'écurie autrichienne. Le Dr Marko croit en tout cas que le Néerlandais aura bientôt le mental d'un Champion du monde.

"Max fait partie des meilleurs pilotes du monde. Comment il réagira face à la pression quand il jouera le Championnat du monde? C'est difficile à juger. Ce que nous avons vu de ces cinq abandons sur problème technique, c'est qu'il veut absolument tout gagner, et il n'a pas assez de discipline pour gérer les évènements négatifs. Mais il l'apprendra."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso a une idée pour son cadeau d'anniversaire
Fernando Alonso continue de laisser entendre qu'il restera chez McLaren l'année prochaine, mais que cela dépendra de l'issue de la crise rencontrée par Honda, le motoriste de l'écurie.

Après les qualifications, une fête d'anniversaire surprise a eu lieu dans le motorhome de l'équipe de Woking pour célébrer les 36 ans du double Champion du monde.

Lors de ces réjouissances, le directeur, Eric Boullier, a déclaré: "À présent, nous espérons que nous fêterons ensemble tes 37 ans."

Alonso lui a répondu: "Je suis très fier de l'équipe et nous avons bien travaillé durant ces 3 dernières années. J'espère également que nous nous verrons l'an prochain, si Eric, Zak (Brown) ou qui que soit d'autre m'envoie un beau cadeau."

Lorsqu'il lui a été demandé ce qu'il entendait par "beau cadeau", l'Espagnol a répliqué:

"Un bon moteur! Ce que je veux dire, c'est qu'en ce moment, nous nous battons pour une 7ème place, mais ce n'est pas la position rêvée d'un pilote, quel qu'il soit. Il y a des choses qui bougent en coulisses. L'an prochain je veux me battre pour la pole."

Boullier a alors reconnu que la décision concernant le moteur était repoussée à septembre.

"Cela laisse assez de temps, en cas de changement. Il faut 3 mois environ donc septembre, ça colle encore."

Voilà qui laisse encore du temps à Honda pour faire ses preuves qu'il peut vraiment progresser en 2018.
source: Nextgen-Auto.com

Ferrari annoncera un duo Vettel - Raikkonen à Monza
Le marché des transferts devrait rester relativement stable pour la saison 2018.

Selon les dernières informations du paddock en Hongrie, Ferrari aurait accepté la requête de Sebastian Vettel: l'Allemand est prêt à rester si Kimi Räikkönen est également prolongé, pour une année.

Les nouveaux contrats de Vettel et Räikkönen sont déjà presque prêts et en cours de rédaction dans le cabinet d'avocats de Ferrari. Ils devraient être signés après la pause estivale et c'est Sergio Marchionne qui devrait faire l'annonce, en personne, à Monza, début septembre.

Avant les essais libres au Hungaroring, Vettel refusait pourtant de parler de 2018.

"Nous avons d'autres choses à faire que de parler contrat. Il y aura un peu plus de temps pour en parler durant l'été, il y aura quelques semaines de repos où il n'y aura pas de course, mais à présent, notre concentration est tournée vers le travail sur la voiture. Contrairement à ce long travail, un bout de papier peut être signé assez rapidement donc ce n'est pas un problème", disait-il.

Il reconnaissait qu'il souhaitait rester avec Ferrari. "Je ne vois pas pourquoi la réponse serait non. Je ne suis certainement pas encore prêt à vous le dire ce week-end, mais je ne suis pas pressé, et je ne pense pas que l'équipe soit pressée, aussi loin que j'ai pu le comprendre. Je pense qu'ils me l'auraient dit sinon. Il n'y a aucun problème, vraiment aucun."

L'effet boule de neige devrait ensuite avoir lieu: Valtteri Bottas serait prolongé chez Mercedes dans la foulée. Fernando Alonso n'aurait donc pas d'autre choix que de continuer chez McLaren et croire dans les promesses de Honda pour 2018... ou quitter la F1 pour l'Indycar, une possibilité qu'il n'écarte plus désormais.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz ne veut pas commenter la rumeur Toro Rosso Honda
Carlos Sainz, pilote de l'équipe Toro Rosso, n'a pas voulu commenter la rumeur selon laquelle son équipe pourrait abandonner le moteur Renault pour signer avec Honda, dès 2018.

Après avoir perdu le contrat avec Sauber, le motoriste japonais tente de séduire une autre équipe afin de progresser plus vite, sous la pression de McLaren.

Pour une équipe comme Toro Rosso, aux moyens limités, disposer d'un moteur moins cher que le Renault (moitié prix) serait tentant. Mais il n'est pas très performant pour l'instant...

"C'est une rumeur alors je ne vais pas la commenter",, déclare Sainz. "Si cela arrive alors je donnerai mon opinion, sans aucun problème."

Sera-t-il aussi franc et honnête que ces dernières semaines, lorsque les tensions entre lui et le clan Red Bull sont montées?

"C'était un moment étrange, un épisode de ma carrière duquel je vais apprendre. Je pense toujours que faire une 4ème année chez Toro Rosso n'est pas normal, étant donné la vocation de l'équipe à faire progresser des jeunes, mais si c'est le cas, je le ferais, avec le sourire en prenant cela comme une récompense et non comme une punition."

Carlos Sainz cherche toujours à rejoindre un top team: Alain Prost a confirmé que l'entourage de Sainz avait sollicité Renault F1 mais l'équipe française ne peut rien faire sans l'accord de Red Bull. Le contrat actuel est en effet jugé "incassable" par le quadruple Champion du monde.
source: Nextgen-Auto.com

Toto Wolff est impressionné par le retour de Paul Di Resta
La performance de Paul Di Resta n'a pas laissé grand monde de marbre aujourd'hui, alors que l'Ecossais qui n'avait pas roulé en week-end de course depuis 2013 a réussi le 19ème temps en qualifications, à huit dixièmes de son équipier.

"Il a fait un travail incroyable, honnêtement" avoue Toto Wolff. "Il a été mis dans la voiture pour les qualifications sans jamais l'avoir pilotée, en ayant fait il y a quelques temps une poignée de tours dans une voiture de 2014 pour donner un point de comparaison à Lance, et en ayant simplement piloté une voiture de tourisme."

"Il a été catapulté dans une F1 et il est déjà à sept dixièmes de son équipier, il n'est pas ridicule et c'est une belle réussite. Je suis très heureux pour Paul car selon moi, les circonstances jouaient contre lui."

L'Ecossais est sous contrat Mercedes en DTM mais devra réfléchir à une reconversion puisque le programme de la marque en supertourisme allemand s'arrêtera fin 2018. Passage en Formule E? Retour en F1? Wolff aime à penser que la dernière option est envisageable.

"Je crois que tout est possible. Nous verrons ce qu'il fait en course mais c'est un bon pilote et on peut le voir en DTM. Si cela peut aider à relancer sa carrière en F1, je serais le premier à le soutenir."

Wolff reconnaît que si une situation similaire à celle de Felipe Massa touchait Hamilton ou Bottas, il ferait certainement appel à Di Resta, puisque Wehrlein est censé remplir ce rôle mais qu'il court pour une autre écurie: "Après avoir vu cela, je mettrais Niki Lauda dans la voiture. Je plaisante, j'appellerais certainement Paul."

De son côté Eric Boullier a souligné que l'appel à Di Resta posait "un problème de sécurité."

"Il n'a jamais piloté cette F1 ni une F1 de 2017 avant. Si cela nous arrivait chez McLaren? Nous avons toujours Jenson Button, mais, de manière réaliste, nous ferions plutôt appel à Ferrari, qui a Antonio Giovinazzi en réserve."
source: Nextgen-Auto.com

Pirelli - La pole de 2016 battue de près de 4 secondes!
Le pilote Ferrari Sebastian Vettel s'empare de la pole position du Grand Prix de Hongrie au terme d'une séance qualificative intégralement disputée hier avec le pneumatique super-tendre, environ 0"8 plus performant que le tendre.

Les chronos ont continué à progresser, le record absolu du tour du Hungaroring ayant été battu dès les EL3, tandis que deux concurrents sont parvenus à passer sous la barre de 1'16" en Q2.

Ils sont ensuite descendus une nouvelle fois en Q3, le temps de la pole, en 1'16"276 se révélant finalement près de 3"7 plus rapide que celle de l'an passé.

Long de 4,381 kilomètres, le Hungaroring peut être qualifié de circuit court, ce qui signifie que nous avons assisté ce samedi à la meilleure progression, au kilomètre, par rapport à 2016.

Un ou deux pit-stops devraient être privilégiés durant le Grand Prix, la dégradation thermique devant jouer un rôle essentiel dans le choix des stratégies. Les températures de piste ont en effet atteint jusqu'à 57°C et une météo similaire est attendue en course.

"Le paramètre le plus marquant de ce samedi fut l'impressionnante marge de progression par rapport à la pole position établie l'an passé, les six premiers pilotes étant parvenus à passer sous la barre de 1'17" au tour. Les températures de piste ont par ailleurs excédé 50°C, ouvrant la voie à un ou deux arrêts aux stands en fonction du degré de dégradation que nous observerons durant la course", note Mario Isola, responsable de Pirelli en F1.
source: Nextgen-Auto.com

Les dates des essais privés 2018 confirmées
Les équipes de Formule 1 ont été officiellement notifiées des dates et des circuits pour les essais privés de la saison à venir lors de ce week-end, en Hongrie.

Suite à la réunion du Groupe Stratégie cette semaine, il a été décidé de concentrer les essais hivernaux à Barcelone, une fois encore.

Le Paul Ricard était candidat pour accueillir une des deux séances de 4 jours mais, malgré le soutien de Renault F1, il a été écarté.

Ainsi du 26 février au 1er mars, puis du 6 au 9 mars, les essais se dérouleront sur le circuit de Catalunya.

Liberty Media tente toujours de mettre sur pied un évènement (le 25 février?) pour présenter toutes les nouvelles Formule 1 d'un coup au public. Ce qui n'empêcherait pas chaque équipe de procéder à son propre lancement.

Il y aura encore 4 jours d'essais en cours de saison. Ils se dérouleront encore une fois à Barcelone et en Hongrie, après les deux Grands Prix respectifs, soit les 15 et 16 mai et 31 juillet et 1er août. Les équipes doivent consacrer deux de ces 4 journées à des jeunes pilotes.
source: Nextgen-Auto.com

Lewis Hamilton pouvait viser la pole sans son erreur, selon Wolff
Les Mercedes ont été nettement battues en qualifications par les Ferrari qui monopoliseront la première ligne au départ du Grand Prix de Hongrie. Toutefois, Toto Wolff pense que si Lewis Hamilton n'avait pas fait d'erreur lors de son premier tour, la pole position était dans ses cordes.

"Tout au long des qualifications, nous avons progressé et je pense que nous aurions été en lutte pour la pole position" affirme l'Autrichien. "Mais il a fait une erreur qui a compromis sa dernière tentative, donc je ne m'étonne pas de l'écart de performance avec les Ferrari."

"Le point positif que nous pouvons retirer de cette séance est la progression entre les essais libres et les qualifications. Après un samedi matin difficile, nous avons pu tenter de nous battre pour la pole mais il nous a manqué un peu de performance face à Ferrari. Valtteri a manqué de très peu une place sur la première ligne mais il partira du bon côté de la piste."

"La voiture de Lewis a été à la limite tout le week-end et après sa sortie lors du premier tour en Q3, ce qui l'a mis au pied du mur pour sa dernière tentative. Avec un seul tour qui compte, il est difficile de tout essayer de tirer de la voiture et nous savions qu'il le faudrait pour s'approcher de la pole position."

Le pilote britannique s'est plaint très régulièrement de vibrations, bien qu'il ait réussi à signer le meilleur temps en Q2. Toutefois, il pense que la victoire ne pourra se dessiner pour Mercedes qu'en réussissant parfaitement la stratégie. Wolff pense plutôt que c'est au départ que tout se jouera.

"Evidemment, partir derrière les deux voitures rouges ne va pas nous faciliter la vie car les dépassements sont très difficiles ici. Le départ est la meilleure chance de les dépasser car le premier virage se situe loin. En termes de stratégie, je pense qu'il n'y a pas énormément de possibilités, donc il faudra faire la course en piste et non dans les stands" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Flux RSS ::.
>> Soyez averti des changements apportés sur le site ou des messages postés sur le forum!
RSS • Abonnez-vous à nos différents Flux RSS!
.:: Publicité ::.