En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Dimanche 09 Juillet 2017

Encore une 11ème place pour Jolyon Palmer
Jolyon Palmer a terminé à une demi-seconde seulement des points au Grand Prix d'Autriche en finissant 11ème pour la troisième fois de la saison. Auteur d'un mauvais départ, Nico Hülkenberg s'est classé 13ème.

Lancé à la poursuite de Lance Stroll pour une longue partie de la course, Jolyon ne trouvait pas l'ouverture tandis que Nico, 11ème sur la grille, avait rétrogradé en raison du déclenchement du système anti-calage de sa monoplace. Renault F1 se dirige désormais vers Silverstone pour le Grand Prix de Grande-Bretagne.

"Nous sommes partis 16ème pour finir 11ème une troisième fois, à nouveau avec les points à notre portée! Durant plus de quarante tours, j'avais Lance Stroll dans le viseur sans pouvoir le dépasser. C'était frustrant. Je dois mettre l'accent sur de meilleures qualifications, mais le rythme semblait en progression tout au long du week-end. Il y a donc des points positifs à retirer. Ma course à domicile sera la prochaine. Silverstone est un beau tracé que j'affectionne avec ses nombreux virages rapides. J'espère qu'il s'agit du circuit qui me permettra d'entrer dans les points", commente Palmer.

"C'était une course difficile. J'ai pris un mauvais envol, au point de déclencher le mode anti-calage qui actionne l'embrayage pour prévenir tout arrêt du moteur tant l'adhérence est élevée sur la grille. C'était alors le début de la fin", ajoute Nico Hülkenberg.

"J'étais presque dernier avant le premier virage et il devenait dès lors évident que l'après-midi serait compliqué. Nous étions en difficulté avec les Supertendres qui surchauffaient, mais aussi avec l'équilibre et l'adhérence. Nous avons opté pour un passage anticipé au stand afin de chausser les Tendres, mais les leaders remontaient le peloton et deux drapeaux bleus m'ont fait perdre énormément de temps. C'était assez dur aujourd'hui. Nous devons examiner ce qui est arrivé et nous focaliser sur Silverstone."
source: Nextgen-Auto.com

Haas - Grosjean est aux anges, Magnussen de nouveau malchanceux
Romain Grosjean n'a aucun regret ce dimanche. "Meilleur des autres", le Français a fini à la 6ème place, derrière un Kimi Räikkönen de toute façon intouchable dans sa Ferrari. Il signe ainsi son meilleur résultat de la saison.

"C'était vraiment bon, ma première partie de course était vraiment solide quand j'étais 4ème. Ce furent des premiers tours assez amusants comme en 2013: je pouvais jouer avec les voitures à l'avant. Bien sûr, il n'y avait aucune chance de garder Kimi Räikkönen et Lewis Hamilton derrière moi mais j'ai mené une formidable bataille avec Sergio Pérez. Il était assez rapide et nous avons dû pousser tout le temps. La voiture s'est bien comportée. J'ai été le meilleur des autres, donc nous avons gagné le Grand Prix Numéro 2!"

Cette fois-ci, les pneus et surtout les freins ont laissé le Français tranquille, ce qui explique en grande partie sa performance du jour.

"Il y a des petites choses que nous devons améliorer mais quand nous faisons bien fonctionner les pneus avec le bon niveau d'appui, alors, nous sommes très compétitifs. Cela montre que quand nous faisons tout bien fonctionner sur la voiture, nous sommes solides. C'est simplement une question d'expérience, parce que nous manquons quelquefois la bonne fenêtre de peu. Mais c'est seulement notre 28ème ou 29ème course. Nous devrions avoir une évolution pour Silverstone, donc ce devrait être bien amusant."

Romain Grosjean a été épargné par les problèmes de fiabilité récurrents pour Haas cette saison. C'est ainsi que Kevin Magnussen, qui se battait pour les points, a dû abandonner sur problème hydraulique. Le Français a-t-il eu peur en course qu'un tel problème lui arrive également?

"Je ne savais pas qu'il avait abandonné. Je savais qu'il avait eu un problème de suspension en qualifications donc j'ai essayé d'éviter les vibreurs. Nous savons que c'est un circuit où nous avons perdu beaucoup de pièces durant les essais libres. Les vibreurs vibrent beaucoup, ils détruisent la voiture, quelque chose du genre."

Déjà malchanceux en fin de Q1 hier, Kevin Magnussen n'a donc pu rallier l'arrivée alors qu'il était en position de doubler Lance Stroll pour rentrer dans le Top 10.

"C'est la course, j'ai eu un problème hydraulique. C'est dommage parce nous avions une bonne performance dans la voiture. En ce moment elle fonctionne bien, donc il n'y a aucune raison d'être pessimiste pour la suite."

"C'est juste dommage pour ce week-end, je n'ai pas eu de chance avec mon problème de suspension hier. Heureusement Romain a signé un bon résultat et a obtenu de bons points pour l'équipe."

"Nous avons augmenté notre avance sur Renault. C'était un circuit rapide et nous étions forts. Silverstone est également un tracé rapide, mais nous aurons besoin de bien faire fonctionner d'autres gommes. Nous verrons parce que ce n'est pas toujours facile de savoir comment ces pneus se comportent."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas admet avoir fait un pari osé, la FIA le dédouane et s'explique
La polémique de ce Grand Prix d'Autriche ne fera pas autant parler que l'accrochage entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton lors du Grand Prix de Bakou, mais tout de même: les commissaires n'ont finalement pas déclaré Valtteri Bottas coupable d'avoir volé son départ.

Le Finlandais s'est imposé d'une courte marge face à Sebastian Vettel. Si une pénalité avait été infligée, les écarts ne seraient plus les mêmes en tête du classement des pilotes...

Sebastian Vettel ne croit toujours pas que Valtteri Bottas ait pris un départ légal. La FIA assure de son côté que le temps de réaction du Finlandais a été de 201 millièmes. Au ralenti, depuis la caméra embarquée de Bottas, on voit pourtant que sa W08 bouge légèrement avant l'extinction des feux rouges.

Mais la FIA a clarifié un point de règlement: les pilotes sont autorisés à faire "des mouvements très limités" pour permettre quelques corrections au niveau de l'embrayage.

"Le système de départ volé juge si une voiture a bougé d'une distance très courte entre le moment où s'allume le dernier feu rouge, et le moment où les feux s'éteignent" précise un porte-parole de la Fédération.

"Selon nous, nous devons autoriser quelques mouvements très limités, puisque les pilotes doivent parfois faire des ajustements au niveau de leur embrayage en vue de leur préparation pour le départ. Ce système, qui dépend du timing officiel fourni par la F1, est opérationnel depuis 20 ans et s'est révélé extrêmement fiable depuis. Par exemple, aujourd'hui, Valtteri Bottas n'a pas excédé cette limite très légère avant que le départ soit donné."

"Pour le dire simplement: Bottas a fait un choix exceptionnellement pertinent et fortuit, avec une précision formidable, en anticipant le moment où les feux rouges s'éteindraient. Ses mouvements avant l'extinction des feux rentraient dans cette zone de tolérance."

Valtteri Bottas reconnaît qu'il a pris un risque en jouant ainsi avec le timing - un risque qui a payé, mais de peu. Il y a fort à parier qu'il ne retentera pas le coup à Silverstone. Charlie Whiting, qui éteint les feux rouges quand il le désire (au cas où un pilote a un souci sur la grille), ne devrait pas se faire piéger deux fois de suite...

"Quand ma voiture a bougé, les feux étaient éteints, donc c'est le principal. Ce fut l'un de mes meilleurs départs, c'était assez risqué, mais il y a beaucoup à gagner au départ et j'en ai pris un bon."

"Il y a toujours un intervalle de temps différent à chaque course [entre le moment où le dernier feu rouge s'allume et le moment où les feux s'éteignent] mais depuis un bon bout de temps, cette différence n'était pas massive. Vous savez plus ou moins quand les feux vont s'éteindre, donc vous devez être sur vos gardes à ce moment, et votre pari est une histoire de temps de réaction et de devinette... Parfois, vous prenez un départ formidable, parfois vous réagissez un peu trop tard. Aujourd'hui, ce fut l'une de mes meilleures réactions. Du moment que le temps de réaction est positif [au-dessus de la limite imposée par la FIA], c'est bon pour vous."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber - Parti des stands, Wehrlein finit devant Ericsson
Il n'y a pas eu de miracle pour Sauber. Les deux monoplaces suisses ont certes vu le drapeau à damiers, mais elles n'ont pu suivre le rythme des voitures devant elles pour viser les points. Seul Daniil Kvyat, qui a vécu une course extrêmement compliquée en s'accrochant au départ, a rallié l'arrivée derrière les Sauber.

Marcus Ericsson a attendu 34 tours avant de troquer ses ultratendres pour des supertendres. Jamais dans le rythme, le Suédois a souffert avec ses Pirelli.

"Ce fut une course difficile pour moi. Au début, j'ai eu des problèmes pour faire fonctionner les pneus comme il le faut, donc j'ai perdu du terrain. Dans l'ensemble, je souffrais pour conserver un bon rythme, même si, à certains moments de la course, ça allait mieux. Ensuite, les drapeaux bleus ont compliqué ma tâche pour garder les pneus dans leur bonne fenêtre de fonctionnement. Nous devons nous concentrer sur la prochaine course à Silverstone, dans seulement une semaine. C'est l'une de mes pistes favorites, donc j'espère que nous pourrons avoir un week-end plus solide là-bas."

Pascal Wehrlein partait des stands mais il a tout de même réussi à devancer son coéquipier ce dimanche.

"J'ai commencé la course des stands en raison d'un changement de moteur. Durant mon premier tour, j'ai ramassé un débris avant le virage 4. J'étais un peu inquiet de l'état de la voiture, mais heureusement, tout était OK au final. J'ai poussé fort durant toute la course, mais ce résultat était le maximum possible. J'espère que nous serons plus compétitifs à Silverstone."
source: Nextgen-Auto.com

Kvyat ne se sent pas responsable de l'accident au départ
Daniil Kvyat a été reconnu coupable de l'accident au départ par les commissaires de la FIA.

Le pilote Toro Rosso a écopé d'un drive through en course pour avoir loupé son freinage à l'abord du premier virage. Le Russe a tapé l'arrière de la McLaren de Fernando Alonso, qui a été elle-même envoyée sur la Red Bull de Max Verstappen.

Après l'arrivée, Kvyat a appris qu'il avait deux points de pénalité en plus sur sa licence, soit 7 au total sur les 12 derniers mois.

Et pourtant, Kvyat conteste sa responsabilité. Selon lui Alonso a freiné trop tôt.

"Je ne pouvais pas voir grand chose de ce qui se passait devant moi. J'ai vu que Verstappen avait un problème et Alonso a réagi à ça. Il l'a vu mais moi seulement après."

"Alonso a donc freiné plus tôt alors que j'ai freiné là où était ma référence habituelle. Avec la marge de Fernando et mon freinage... j'ai essayé de corriger, j'ai bloqué les roues et vous priez pour que ça passe. Mais il y a eu une collision, c'est aussi simple que ça."
source: Nextgen-Auto.com

Force India - Pérez 7ème, Ocon a perdu du temps à cause de la stratégie
Force India a réussi à placer ses deux monoplaces dans les points ce dimanche. Sergio Pérez et Esteban Ocon ont pu rallier l'arrivée sans encombre aux 7ème et 8ème places. Les deux coéquipiers, cette fois-ci, sont restés à distance respectable l'un de l'autre.

Sergio Pérez obtient les six points de la 7ème place mais il n'a pas été "le meilleur des autres", puisque Romain Grosjean l'a devancé.

"Finir 7ème est un résultat formidable pour l'équipe et une récompense sympathique après un week-end difficile pour nous. Nous avons souffert en essais libres, mais en qualifications et durant la course nous avons été assez solides. Ce n'était pas la plus facile des courses pour moi. J'ai pris un bon départ, mais j'ai perdu des places, sur Esteban et Lewis au premier virage. Heureusement, j'ai pu les repasser tous les deux au virage 3 et regagner ma position de départ. J'ai beaucoup souffert de graining sur mes pneus avant lors de mon premier relais, mais après mon arrêt, j'ai pu trouver un certain rythme, même si ce n'était pas suffisant pour attaquer Romain Grosjean. Nous avions un rythme très similaire au sien donc nous n'aurions pas pu plus nous rapprocher. Ce fut un week-end difficile pour nous, mais nous sommes bien revenus et nous pouvons être heureux de ce résultat. Maintenant nous nous concentrons sur Silverstone. J'ai vraiment hâte de tester ces voitures 2017 sur le circuit le plus rapide du calendrier."

Esteban Ocon a attendu 42 tours pour passer des ultratendres aux supertendres. C'était sans doute trop puisqu'il estime, à chaud, avoir perdu dix secondes à cause de cette stratégie. Dans les derniers tours de course, il a pu sauver sa 8ème place face à Felipe Massa.

"Ce fut une course solide pour l'équipe et je suis heureux des points inscrits. J'ai pris un bon départ en gagnant deux positions, mais j'étais derrière Lewis Hamilton à l'entrée du virage 3 et j'ai été bloqué, et j'ai donc perdu un peu d'élan. Ensuite, il fallait simplement rester concentré et constant dans mes temps au tour. Je ne pense pas que nous ayons choisi la bonne stratégie parce que j'ai perdu beaucoup de temps sur Massa après mon arrêt. Et nous avons simplement besoin d'examiner tout cela pour voir si nous aurions pu faire les choses différemment. Ce ne fut pas le week-end le plus facile pour nous. Mais nous avons travaillé dur, et c'est satisfaisant de repartir avec des bons points, même si tout ne fut pas parfait. Je pense que nous avons montré notre force en tant qu'équipe."

Robert Fernley, le directeur d'écurie adjoint, se félicite de résultat solide dans l'ensemble puisque Force India consolide ainsi sa 4ème place.

"C'est une autre double arrivée dans les points, c'est ce dont nous avions besoin. L'équipe a fait un travail excellent pour convertir notre qualification solide en points. Nous sommes plutôt satisfaits de notre performance. C'était plutôt une course tranquille du muret des stands. Les deux pilotes ont évité les problèmes au premier tour et nous avons pu maintenir un rythme compétitif."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen a perdu trop de temps en début de course
Kimi Räikkönen n'a pas brillé aujourd'hui en course, en Autriche.

Le Finlandais, qui a reçu un avertissement en public de la part du président de Ferrari, termine seulement à la 5ème place, derrière Lewis Hamilton.

Selon lui, les pneus sont encore la clé de ses problèmes en plus des départs.

"Ricciardo fait un départ un peu meilleur que le mien, il me rejoint et me dépasse. Je n'ai pas pu lui fermer davantage la porte, j'étais déjà hors de la piste", explique Räikkönen.

"Cela m'a fait perdre du temps et une place sur Grosjean. J'ai dû me battre un tour ou deux pour passer la Haas. Une fois le dépassement réussi, j'ai dû batailler lors de l'ensemble du premier relais avec les ultra-tendres. J'ai pris du retard sur la tête."

Cela allait mieux après son changement de pneus mais Räikkönen était déjà trop loin.

"Les choses se sont améliorées, le deuxième relais a été mieux, mais j'étais déjà trop loin des pilotes qui étaient devant moi", estime-t-il.

"L'équilibre de la voiture était bon aujourd'hui. Et nous avons eu un bon rythme dans le dernier relais. Je ne sais pas pourquoi nous avons dû tant lutter lors de certains moments de la course. Nous allons regarder de manière approfondie les données de télémétrie."
source: Nextgen-Auto.com

Williams - Du fond de grille jusqu'aux points pour Massa et Stroll
Felipe Massa et Lance Stroll partaient des 17ème et 18ème places en Autriche aujourd'hui. En évitant les incidents au départ et à la faveur d'un rythme de course solide, les deux Williams ont créé un petit exploit en se plaçant toutes les deux dans le Top 10.

Felipe Massa, 9ème de l'épreuve, était même à un souffle d'aller chercher la 8ème place d'Esteban Ocon.

"Bien sûr, vous ne pouvez pas célébrer une 9ème position, mais en partant 17ème, ce fut une course fantastique. J'ai eu vraiment un bon départ, en évitant le grabuge au premier virage et en dépassant des voitures. Ce fut un premier tour fantastique et le rythme était formidable, en comparaison des qualifications - et nous devons comprendre pourquoi pour ne pas repartir d'aussi loin. A la fin de la course, je n'ai pas pu dépasser Ocon et je suis déçu, mais je perdais simplement de l'adhérence dans les virages à haute vitesse derrière lui, et il avait une bonne vitesse en ligne droite, donc c'était assez difficile. Je suis vraiment heureux de ma course, c'est bon d'avoir les deux voitures dans les points."

Lance Stroll est à nouveau rentré dans les points ce week-end. Le Canadien gagne visiblement en régularité, même si sa 10ème place a longtemps été menacée par Kevin Magnussen puis par Jolyon Palmer.

"Cela montre que tout peut arriver en course et que rien n'est fini le samedi soir. Mon sentiment est très positif. Ce n'était pas une course facile, même si le départ a été bon et que nous avons pu gagner quelques places. Je savais après le départ que nous étions en bonne position, donc il fallait simplement rester concentré sans faire d'erreur, et préserver les pneus et les freins jusqu'à la fin. D'abord, Magnussen m'a mis la pression puis à la fin Palmer, mais je devais simplement défendre et je sais qu'il est assez difficile de dépasser ici. Nous devons simplement trouver ce qui nous est arrivé ce week-end en qualifications pour que ce ne soit plus le cas lors de la prochaine course, à Silverstone - la course à domicile de l'équipe, et j'ai hâte de la disputer."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - Le temps de réaction de Bottas n'était 'pas humain'
201 millièmes. Tel est le temps de réaction officiel de Valtteri Bottas au départ de ce Grand Prix d'Autriche. Les commissaires ont finalement jugé que le Finlandais n'avait pas volé le départ... alors que Sebastian Vettel était intimement persuadé du contraire dès les premiers tours de course.

Après l'arrivée, l'Allemand ne semblait toujours pas d'accord avec les commissaires de la FIA, même s'il reconnaît qu'il n'est pas le mieux placé pour juger cet incident in fine.

"J'ai été un peu distrait au départ parce que de mon point de vue, Bottas a volé le départ... J'en étais sûr. On l'aurait dit de l'intérieur de la voiture, mais ce n'est pas à moi de juger au bout du compte."

Sebastian Vettel dit "ne pas croire" que le temps de réaction de Bottas ait été de 201 millièmes seulement.

"Tout d'abord, pour clarifier les choses, je ne veux rien enlever à Valtteri, il a mené une excellente course, il n'a pas fait une seule erreur dans une voiture difficile. Quand je dis que je n'y crois pas, c'est parce que je n'y crois pas. Normalement, les temps de réaction sont autour de 2 dixièmes pour tout le monde. Je ne pense pas que tout le monde était beaucoup plus lent que Bottas aujourd'hui, c'est pourquoi je ne crois pas qu'il était beaucoup plus rapide."

"Sur le coup, j'ai vraiment cru qu'il avait volé le départ. Finalement, il a été dit qu'il ne l'avait pas volé et je devine qu'il y a des raisons pour le penser. Mais je ne peux pas imaginer que son temps de réaction ait été de 2 dixièmes, de mon point de vue, sa réaction n'était pas humaine. Mais il a dit plus tôt qu'il n'était pas humain, il est Finlandais!"

Daniel Ricciardo rejoint en bonne partie l'opinion du pilote Ferrari. Le pilote australien estime que Valtteri Bottas a plutôt été "chanceux".

"Je l'ai fait en Formule 3 par le passé et c'était à la limite. Je suis sûr que vous réagissez tous de la même façon quand les lumières s'éteignent, en théorie ce n'est pas une réaction naturelle, je ne le crois pas. Mais c'est un bonus si ça n'a pas nui à la sécurité. Mais je ne crois pas qu'il ait réagi aux feux rouges."
source: Nextgen-Auto.com

Douzième place et deux points... de pénalité pour Vandoorne
Stoffel Vandoorne a terminé aujourd'hui à la 12ème place du Grand Prix d'Autriche.

Le pilote belge s'est signalé par un refus d'obtempérer rapidement à deux reprises aux drapeaux bleus, ce qui lui a valu une pénalité de passage par la voie des stands pendant la course.

"Je pense que c'est comme ça, on devait essayer quelque chose pour passer Palmer et malheureusement on a pris une pénalité pour avoir gêné Kimi Räikkönen, mais ça n'a rien changé du résultat", explique-t-il à la 'RTBF'.

Les commissaires ont aussi décidé de lui ajouter deux points de pénalité sur sa licence. Il en cumule donc 5 maintenant sur les 12 derniers mois.

Vandoorne veut rester positif après ce week-end à Spielberg.

"Je pense que notre performance d'aujourd'hui était vraiment bien. Je me sentais confiant dans la voiture. Mais c'était impossible pour nous de dépasser. C'est dommage, car il y avait la possibilité de marquer des points. Mais mine de rien, le week-end a été positif. On a montré que l'on a fait un pas un avant et on doit continuer sur cette ligne."

"Au final c'est un bon week-end où l'on n'a pas eu de souci. De mon côté j'ai fait un pas en avant avec l'équipe. J'espère que l'on pourra continuer comme ça sur les prochaines courses."
source: Nextgen-Auto.com

Sainz a eu de gros problèmes de moteur
Carlos Sainz a dû abandonner lors du Grand Prix d'Autriche, avec un problème de moteur Renault apparu dès le début de la course.

En sortant de la voiture Sainz a laissé une nouvelle fois sa frustration s'exprimer en lançant: "Encore une course glorieuse!"

"C'est une course à oublier, bien sûr", dit-il après avoir laissé retomber ses émotions. "J'ai eu des problèmes avec la puissance dès le premier tour en fait."

"Il me manquait beaucoup de puissance, nous avons essayé de contourner ça, cela fonctionnait parfois, parfois pas. On a décidé d'arrêter au bout d'un moment parce que la situation était désespérée."

"C'est une déception parce que nous pouvions prendre des points aujourd'hui. J'étais 9ème malgré un mauvais départ. Mais bon il faut tourner la page sur ce week-end."

"Je retiens que j'ai montré sur la piste ce que je pouvais faire, avec une bonne qualification. Pour le reste, direction Silverstone..."
source: Nextgen-Auto.com

Marchionne envoie un avertissement à Räikkönen
Le président de Ferrari, Sergio Marchionne, était présent aujourd'hui dans le paddock du Grand Prix d'Autriche.

Et, avant le départ, il n'a pas hésité à envoyer un avertissement en public à Kimi Räikkönen, qui ne roule toujours pas au niveau de Sebastian Vettel.

Le Finlandais a deux fois moins de points que l'Allemand au championnat, ce qui coûte cher à Ferrari pour le Championnat des Constructeurs.

"Je pense que Kimi va devoir montrer un plus haut niveau d'implication. Il y a des jours où j'ai l'impression qu'il prend les choses un peu à la légère", lance l'Italien.

Et il révèle: "je vais parler avec lui aujourd'hui, nous verrons ce qu'il en ressortira."

Marchionne n'a aucun problème avec Vettel, même si ce dernier s'est attiré les foudres des commissaires puis de la FIA à Bakou.

"Je suis ravi de ce que fait Sebastian, au cas où quelqu'un se pose la question. Le dossier a été clos par la FIA", dit-il, avant d'enchainer sur la situation de Ferrari en 2017.

"Ce n'est pas parfait évidemment, nous avons beaucoup de potentiel à exploiter selon moi. Nous pouvons combler l'écart avec Mercedes parce qu'ils sont encore un peu devant nous selon moi."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo signe son 5ème podium d'affilée
Daniel Ricciardo a signé un nouveau podium pour Red Bull.

Après sa victoire surprise à Bakou, c'est une 3ème place qui attendait l'Australien à l'arrivée en Autriche aujourd'hui.

"C'était une course très fun. Il y a eu un moment décisif au départ et je me suis défendu en fin de course contre Lewis. C'était vraiment serré mais je suis resté ferme sur mes points de freinage habituels pour ne pas le laisser passer. Dans l'avant-dernier tour, quand il a eu le DRS, j'ai freiné le plus tard possible et je suis resté devant", explique Ricciardo.

"C'est mon 5ème podium de suite, c'est vraiment sympa et c'est cool de le faire à domicile pour l'équipe. Max était monté sur le podium ici l'an passé donc c'était mon tour! Et voir les fans de Red Bull agiter les drapeaux est toujours enthousiasmant. Mais le plus beau drapeau aujourd'hui était celui de l'arrivée!"

Ricciardo ne voulait pas faire de shoey sur le podium (boire son champagne dans sa chaussure) mais il a été convaincu par Martin Brundle, l'ancien pilote de F1 qui interviewait les pilotes aujourd'hui.

"Martin en voulait un pour récupérer ma chaussure. Il y a une vente aux enchères caritative la semaine prochaine à Silverstone. Si je peux monter encore sur le podium là-bas pour la bonne cause, je suis partant. Ce sera une autre course à la maison."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Je ne sais pas si j'aurais pu passer Ricciardo
Lewis Hamilton n'aura pas réussi son pari: remonter de la 8ème place à la 2ème, au moins, en Autriche.

Sa pénalité pour changement de boîte de vitesses lui coûte certainement un meilleur résultat (sur le podium) mais le Britannique doit se contenter de la 4ème place. Comme son équipier, il a beaucoup souffert de cloques sur ses pneus aujourd'hui.

"C'était plus impressionnant à voir que gênant sur le pilotage. C'est à l'équipe de surveiller la situation, elle m'a dit que je pouvais attaquer et c'est ce que j'ai fait", explique Hamilton.

"Au final je finis juste derrière Daniel Ricciardo. J'ai failli le dépasser, j'ai tout donné. Mais je ne sais pas si j'aurais pu passer avec un ou deux tours de plus parce que mes pneus étaient vraiment à la limite. C'est frustrant mais je n'ai pas été surpris par sa performance."

"Ca n'a pas été un super week-end, j'ai fait le maximum, je n'ai pas de regrets. Il y avait la pénalité, c'est comme ça. Bravo à Valtteri et à l'équipe. Moi, je prends sur moi, c'est la course et on passe à autre chose."

"J'espère que nous pourrons repartir sur de bonnes bases dans quelques jours chez moi, à Silverstone. J'ai hâte de revoir mon public."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel déçu de finir dans les roues de Bottas
Sebastian Vettel termine 2ème du Grand Prix d'Autriche, soit à la même position qu'au départ.

L'Allemand aurait bien voulu remporter cette course, comme il l'admet à l'arrivée.

"Comment vous sentiriez-vous à ma place si vous terminiez à une demi-seconde du vainqueur", lance-t-il comme première réaction.

"C'était très serré aujourd'hui. L'équipe m'a dit que Valtteri Bottas avait des soucis avec ses pneus. J'attaquais de toute façon. J'étais bien plus heureux lors du 2ème relais avec les pneus, j'avais un meilleur feeling de la voiture que lors du premier relais."

"Dès que nous avons mis les pneus super-tendres, la voiture a repris vie et j'avais vraiment un très bon rythme. Je suis remonté peu à peu sur Valtteri et il avait aussi des soucis. Je pense qu'il m'a manqué un seul tour parce qu'il avait vraiment du mal à l'accélération en sortie de virage vers la montée du virage 2."

"Je voulais évidemment gagner mais ça reste un bon résultat", reconnait-il.

A la radio, au départ, Vettel n'a pas hésité à signaler que Bottas avait volé le départ.

"J'en étais presque convaincu. J'étais certain qu'il avait anticipé le départ. Apparemment non."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - J'ai fait le départ de ma vie
Valtteri Bottas a longtemps cru qu'une pénalité allait lui tomber dessus en Autriche, après avoir pris un départ à l'extrême limite de ce qui est permis.

Sebastian Vettel était d'ailleurs persuadé que le Finlandais avait volé le départ. Mais les capteurs de la FIA ont parlé: Bottas était encore dans les clous, au moment où les capteurs ont détecté le premier mouvement de la voiture.

Le Finlandais a donc conservé la tête du Grand Prix et a fini, pneus très cloqués, de justesse devant Vettel.

"J'ai une impression de déjà-vu après cette course. C'était comme en Russie. J'ai eu énormément de cloques sur les pneus arrière, cela a commencé dès le 5ème tour de mon 2ème relais", dit-il.

"En plus les retardataires n'ont pas facilité les choses aujourd'hui mais je suis heureux, heureux d'avoir pu résister à Sebastian de justesse. Un grand merci à l'équipe."

"Quant à mon départ, oui je crois qu'on peut dire que c'était le départ de ma vie. J'étais vraiment très concentré dessus."

Grâce à cette victoire, Bottas relance ses espoirs de lutter pour le titre.

"Oui, l'année est encore longue, nous ne sommes pas encore à la moitié de la saison. Je me développe, l'équipe aussi. Je pense que je peux gagner le titre. J'apprécie chaque moment cette année, ça va vraiment être bon."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Quelques centaines de mètres et rien de plus
Fernando Alonso avait bon espoir de marquer quelques points aujourd'hui en Autriche, mais Daniil Kvyat en a décidé autrement en l'envoyant sur la Red Bull de Max Verstappen. L'Espagnol n'a donc même pas bouclé un tour et cette fois-ci Honda n'y est pour rien...

En sortant de sa voiture, il a lancé à son équipe: "Ils ne peuvent pas aller jouer au bowling?". Alonso était bien sûr très déçu d'abandonner aussi tôt dans la course.

"C'est vraiment malheureux", déclare Fernando Alonso. "Nous n'avons eu aucun contrôle sur ce qui est arrivé. Carlos (Sainz) et Verstappen ont eu un problème au départ et cela m'a fait gagner deux positions mais il y a eu cet accrochage dans le premier virage et je n'ai rien pu faire."

Il est temps pour Fernando de penser à la prochaine course de Silverstone. Quel moteur aura-t-il là-bas?

"Nous aurons la spécification 3 (la plus récente) pour la course de Silverstone, mais j'aurai droit à la dernière place sur la grille de départ. Nous allons aborder des courses difficiles, mais cela n'a rien de nouveau", ajoute le champion espagnol.
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Autriche - Course
Après Sotchi (Russie), Valtteri Bottas (Mercedes) a remporté sa seconde victoire en F1 au terme du GP d'Autriche disputé sur le Red Bull Ring à Spielberg où les conditions sont restées sèches. Le Finlandais est resté hors de portée de Sebastian Vettel (Ferrari) dans la première partie de la course même s'il a été placé sous enquête, les commissaires suspectant un départ anticipé avant de donner raison au pilote Mercedes.

Valtteri Bottas s'est finalement imposé en résistant au retour de Sebastian Vettel alors que les pneus étaient fortement dégradés. Daniel Ricciardo (Red Bull) a complété le podium, signant son 5ème top trois consécutif après sa victoire à Bakou (Azerbaïdjan), après avoir également dû résister aux attaques de Lewis Hamilton (Mercedes) qui évoluait sur une différente stratégie.

Lewis Hamilton, seulement 8ème sur la grille du Red Bull Ring après sa pénalité, a fait le choix de parti en pneus super tendres pour finir l'épreuve en gommes ultra tendres. Le triple Champion du monde pointe désormais à 20 points du leader du championnat Sebastian Vettel et ne dispose plus que de 15 unités d'avance sur son coéquipier Valtteri Bottas.

Romain Grosjean (Haas) a décroché son meilleur résultat de l'année avec une 6ème place où il devance les Force India de Sergio Pérez et Esteban Ocon. Les Williams de Felipe Massa et Lance Stroll complètent le top dix après avoir réalisé un superbe envol depuis le fond de grille.

Stoffel Vandoorne (McLaren) a terminé au 12ème rang entre les Renault de Jolyon Palmer et Nico Hülkenberg. Son coéquipier Fernando Alonso a abandonné dès le départ suite à un accrochage provoqué par Daniil Kvyat (Toro Rosso) qui a également mis Max Verstappen (Red Bull) sur le carreau. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Verstappen victime de son embrayage et de Kvyat au départ
Les Grands Prix se suivent et se ressemblent, malheureusement, pour Max Verstappen, avec un nouvel abandon.

Cette fois, le Hollandais n'a pu faire que quelques centaines de mètres et il a dû abandonner dans le 1er tour suite à deux incidents.

"J'ai commencé le tour de chauffe avec une sensation déjà pas fantastique au niveau de l'embrayage. Et ensuite, au moment du départ, il y a eu un souci et le système anti-calage s'est enclenché", explique le pilote Red Bull.

"J'ai pris un mauvais envol et donc j'ai cherché à rester en dehors des problèmes en prenant le virage 1 par l'extérieur. Malheureusement j'ai été percuté par l'arrière (Kvyat a tapé Alonso et l'a envoyé sur Verstappen, ndlr)."

"A cause de ce choc, l'embrayage a sauté et s'est réengagé trop fortement. Cela a cassé le roulement de l'embrayage."

Christian Horner confirme le problème d'embrayage et ajoute:

"Il n'aurait pas pu aller bien loin de toute façon. Il semble qu'il cumule toute la malchance en ce moment. Je continue à lui dire que la roue va tourner en sa faveur. Il y a une course dès dimanche prochain pour oublier."
source: Nextgen-Auto.com

L'extension du Red Bull Ring suspendue pour des raisons de sécurité
En temps au tour, le tracé du Red Bull Ring est le plus court de la saison - les pilotes le bouclent en 65 secondes environ seulement.

Un an auparavant, Red Bull, désireux de rallonger son tracé, avait commencé les études pour remettre au goût du jour une section à haute vitesse sur l'ancien Osterreichring, au niveau du secteur appelé "Westschleife".

"Cette nouvelle portion discriminerait bien plus les vrais hommes des petits garçons" témoignait à l'époque Bernie Ecclestone.

Pourtant, ces plans ont aujourd'hui du plomb dans l'aile. Comme l'a confié Helmut Marko aux médias autrichiens ce week-end, la FIA s'oppose à cette extension pour des raisons de sécurité.

"La FIA ne veut actuellement pas autoriser des circuits aussi rapides, avec des rails aussi proches de la piste. Mais il ne faut jamais dire jamais..."

Un autre Autrichien, mais travaillant cette fois-ci pour Mercedes - Niki Lauda - est lui partisan du statu quo.

"La piste est assez intéressante comme elle l'est aujourd'hui. Je ne pense pas que ce serait une franche amélioration que de faire revivre l'ancien circuit, parce que le succès parle de lui-même pour la course actuelle."
source: Nextgen-Auto.com

Boullier et Wolff veulent revoir Kubica en Formule 1
Robert Kubica peut-il revenir en Formule 1? La question mérite d'être clairement posée maintenant que le Polonais estime ses chances à 80, voire 90%.

Et Renault F1 va lui offrir un 2ème test, au Paul Ricard, qui permettra de conforter ou non cet avis.

Pour son ancien patron chez Lotus, Eric Boullier, un retour serait forcément bien accueilli.

"Je pense que tout le monde sait qu'il a vécu l'un des pires drames des dernières années en Formule 1. Robert possède un énorme talent. Il fait partie des meilleurs et s'il peut revenir alors je suis certain que son retour sera très bien apprécié dans le paddock", commente le Français, devenu depuis le directeur de McLaren Honda.

De son côté, Toto Wolff, le directeur de Mercedes F1, a apporté beaucoup d'aide ces dernières années à Kubica, notamment en donnant du temps au simulateur au Polonais. Le sent-il prêt à revenir?

"Tout d'abord, ce qu'Eric a dit est très vrai. Nous admirons tous Robert, il a été l'un des grands talents, nous le connaissons depuis 15 ans. Dès ses premiers jours en formule de promotion il a montré qu'il méritait d'être en Formule 1. Sur sa trajectoire, il a eu un terrible accident en rallye... alors nous aimerions tous le retrouver en Formule 1."

"Il a en effet été dans notre simulateur il y a quelque temps, ce n'est donc plus très récent, mais il a aussi bien fait dans certaines voitures GT ou d'Endurance."

"Je crois savoir que son pilotage de la Renault à Valence s'est bien passé et ils lui donnent une autre chance. Personnellement, j'aimerais voir Robert de nouveau en Formule 1."
source: Nextgen-Auto.com

Lucas Auer impressionne Force India
Force India n'a toujours pas confirmé que Lucas Auer, le neveu de Gerhard Berger, sera bien au volant de la VJM10 lors des essais privés du mois d'août, qui suivront le Grand Prix de Hongrie.

L'ancien pilote de Formule 1 autrichien a fini par confirmer la nouvelle il y a quelques jours. Ce test est rendu possible par Mercedes et BWT, des partenaires communs.

Mais pourquoi l'équipe indienne ne veut toujours pas le dire?

"Quand nous serons prêts à faire notre annonce, nous le ferons et, j'en suis certain, vous serez heureux", répond Otmar Szafnauer, le responsable des opérations.

"Nous sommes effectivement impressionnés par Lucas. Il fait du très bon travail en DTM."

Szafnauer dément toutefois que ce test lui est offert uniquement grâce aux liens avec BWT.

"Cela doit être une combinaison de choses. Si nous voyons en lui un bon pilote, que nous voulons voir au volant d'une Formule 1 pour le tester, alors nous lui donnerons cette opportunité. Vous pouvez être certains qu'il ne s'agit pas juste d'une opération commerciale."

Du côté de Mercedes, silence radio.

""Si Lucas doit rouler en Hongrie, dans une Force India, ce n'est pas à nous de communiquer", conclut Toto Wolff.
source: Nextgen-Auto.com

L'arrivée des nouveaux moteurs avancée d'une année?
Selon les contrats en vigueur, la réglementation moteur actuelle doit expirer à la fin de la saison 2020.

Cependant, pour bénéficier plus tôt de moteurs plus bruyants, plus simples et moins chers, la FIA réfléchirait à avancer cette échéance d'une année. Selon les informations récoltées à Spielberg, un accord pourrait ainsi être trouvé entre les motoristes, les équipes et la FIA pour introduire les nouveaux moteurs dès 2020.

Ces moteurs seraient toujours des V6 1.6 litre, mais avec deux turbos au lieu d'un, et un seul KERS pour simplifier les systèmes hybrides si complexes.

Une équipe, et non la moindre, est clairement en faveur de cette option: Red Bull, qui l'a confirmé par la voix du Dr Helmut Marko.

"Nous voulons tout cela nous aussi. Les nouvelles règles devraient aussi stipuler qu'un moteur indépendant puisse être à la fois compétitif et abordable. Nous sommes trop dépendants aujourd'hui [de Renault] et ce n'est pas acceptable pour nous."

"Liberty Media font tout ce qu'ils peuvent pour s'assurer que ces nouvelles règles prévoient cela, avec aussi un soutien financier initial pour les motoristes indépendants. Si nous avons des alternatives pour les moteurs dans le futur, et si nous pouvons choisir avec quel motoriste coopérer, alors, nous ne songerons plus à (menacer de) nous retirer de la F1."

L'unanimité devrait être requise pour une décision d'une telle importance. Mercedes, qui domine actuellement, y a évidemment plus à perdre que Renault ou Honda.
source: Nextgen-Auto.com

McLaren-Honda - La perspective d'un divorce s'est-elle éloignée ce week-end?
Honda aurait-il réussi à sauver son mariage avec McLaren ce week-end? La spécification 3, introduite pour les deux voitures sur le Red Bull Ring, offre un gain de performance certain, même s'il n'est pas considérable. La fiabilité de cette Spec 3 demeure de plus encore à sujet, puisque Fernando Alonso a dû repasser à la Spec 2 par crainte d'un abandon en course.

Il n'empêche: la perspective d'un divorce, que l'on croyait imminente, semble avoir perdu un peu en probabilité.

L'optimisme chez McLaren a même gagné Fernando Alonso. Bien que partant 12ème cet après-midi, il croit possible de rentrer dans le Top 10.

"De ma position sur la grille, je peux marquer des points. Nous nous améliorons constamment. Nous pouvons jouer la Q3 à chaque week-end. L'équipe amène tout le temps des nouvelles pièces aérodynamiques et Honda amène des évolutions moteur. Nous avançons dans la bonne direction. Nous manquons juste de fiabilité."

Encore une fois ce week-end, McLaren, Honda, mais aussi Toto Wolff de Mercedes, ont tenu à affirmer que l'association McLaren-Mercedes ne reverrait pas le jour l'an prochain.

Niki Lauda précise même que si Mercedes "intervient dans un contrat existant en offrant un moteur, alors, Honda pourrait nous poursuivre en justice."

Présent dans le paddock autrichien, Michael Schmidt, le correspondant d'Auto Motor und Sport, décèle un vrai changement d'attitude entre McLaren et Honda.

"Les Japonais sont presque félicités pour tout ce qu'ils font, même si un autre moteur a cassé. Vous n'avez pas besoin d'être un expert en télépathie pour réaliser que quelque chose s'est passé durant les deux dernières semaines."

McLaren continue tout de même à mettre la pression sur son fournisseur. Zak Brown, le directeur exécutif, l'a encore rappelé, quoique sur un ton plus conciliant.

"En 2018 nous devons avoir un moteur compétitif. Honda travaille et progresse, et nous voulons leur donner du temps pour qu'ils s'améliorent. Nous avons vu une bonne réaction de leur part."
source: Nextgen-Auto.com

Horner tente de réconforter un Verstappen toujours désabusé
Dietrich Mateschitz, le propriétaire de Red Bull, disait hier "bien sûr comprendre" la frustration de Max Verstappen, peu verni par la fiabilité en ce début de saison.

Alors que les rumeurs du départ du Néerlandais pour Ferrari enflent, c'est au tour de Christian Horner de prendre la défense de son jeune pilote. Max Verstappen n'a ainsi absolument rien à reprocher selon le directeur de Red Bull

"Nous discutons de ce genre de choses autour d'une table. Son pilotage est à un si haut niveau en ce moment... Il fait tout bien. Il doit simplement continuer à faire ce qu'il fait. Il peut voir le potentiel de la voiture. Il était 2ème à Montréal quand la batterie l'a lâché. Il était probablement en position de gagner le Grand Prix de Bakou quand son moteur a cassé. Il ne fait rien de mal, donc il peut vraiment se consoler en y pensant."

Pourtant, au classement des pilotes, Daniel Ricciardo, vainqueur à Bakou, devance largement son coéquipier. Pour Christian Horner, il ne faut surtout pas que Max Verstappen en reste à ce simple bilan comptable. Il doit voir à long terme.

"Cela fait partie de sa trajectoire et de sa courbe d'apprentissage. Il a 19 ans, il a eu quelques courses difficiles. La roue va tourner. Son talent augmente encore et c'est excitant de voir à quel point il est talentueux. Vous verrez, tout à coup, il y aura trois courses d'affilée où il mettra tout ensemble et les choses tourneront en sa faveur. Parfois, c'est ainsi que cela arrive dans le sport."

"C'est la course", commente donc Horner. Toutefois Max Verstappen a un point de vue différent: il en a assez de subir des aléas; ce qu'il veut, c'est gagner au plus vite.

"Bien sûr, je peux être déçu. C'est une réaction humaine je pense, parce que c'est un peu étrange de dire 'oh bien, c'est comme ça, c'est la course'. Je veux aussi gagner des courses et finir sur le podium, et je veux aussi finir des courses. Quand tout cela vous arrive, bien sûr, vous n'êtes pas heureux. Mais l'équipe le comprend aussi et ils ne sont pas contents non plus avec ce qui m'arrive en ce moment."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel et Hamilton se sont bien serrés la main
Il y a eu une nouvelle polémique à l'issue des qualifications en Autriche: à la fin des interviews des trois premiers, Davide Valsecchi a tenté d'obtenir une poignée de mains en directe entre Sebastian Vettel et Lewis Hamilton.

L'ancien pilote italien espérait ce geste devant les caméras après les évènements de Bakou mais le Britannique est parti sans serrer la main de l'Allemand.

Il n'en fallait pas moins pour enflammer les fans sur les réseaux sociaux... mais la poignée de mains a bien eu lieu... avant que les caméras ne filment Bottas, Vettel et Hamilton pour les interviews.

La photo captée par notre photographe, Jean-François Galeron, en est la preuve.

Alors pourquoi Lewis a-t-il refusé ce geste devant les caméras?

""On ne me force pas à faire quoi que ce soit", a simplement répondu le pilote Mercedes avant de quitter le paddock hier soir.

Le directeur non exécutif de Mercedes, Niki Lauda, prévient déjà de son côté: la tension va de toute façon continuer à monter.

"Le jugement clément de la FIA est une invitation pour eux à montrer de l'agressivité et des émotions en piste. C'est parfait pour des pilotes égocentriques qui veulent marquer leur territoire. En tant que pilote c'est ce que je ferai parce que vous savez que la FIA n'interviendra pas trop. Cela va donc naturellement mener à plus d'action en piste. C'est ce que les fans veulent voir."
source: Nextgen-Auto.com

Steiner - Si c'était à refaire, rien ne serait totalement différent
Haas possède 21 points après huit courses cette saison et affiche des performances très intéressantes. Malgré tout, le bilan est contrasté puisqu'elle avait inscrit 22 unités à la même période l'an dernier. Une statistique que Günther Steiner peut expliquer.

"La compétition est plus acharnée cette saison dans le peloton" explique-t-il. "Je n'attendais pas cela et tout le monde est bien plus proche que prévu. Nous avons marqué lors de six des huit courses, la bataille est intense et nous devons en tenir compte."

Il n'en oublie pas non plus les occasions manquées de ce début de saison.

"En Australie, nous étions septièmes et le turbo a lâché. Ce sont des choses qui arrivent, il faut avancer et continuer à travailler même si les choses seraient différentes avec ces points en plus."

Après une saison et demie en Formule 1, Haas commence à en comprendre les rouages et voit un peu plus en détails ce qui aurait pu être fait différemment.

"On se dit toujours cela mais en réalité, il n'y a rien que nous aurions fait totalement différemment. Notre plan fonctionne ou du moins, il est aussi bon que possible. Ce n'est jamais assez bon tant que l'on n'a pas remporté quoi que ce soit et avec le recul, on ferait certaines choses différemment."

"On en sait plus qu'à l'époque et nous sommes heureux de la manière dont les choses se déroulent, dont nous gérons l'équipe. Des équipes récentes, qui ont démarré dans notre décennie, nous sommes la plus jeune mais aussi la seule encore vivante et nous en sommes ravis. Toutes les autres sont parties donc je pense que nous avons réussi."
source: Nextgen-Auto.com

Les directeurs d'écurie ravis par les dépassements plus 'authentiques' cette saison
Interrogés en conférence de presse vendredi, plusieurs directeurs d'écuries ont donné leur sentiment sur la qualité et la quantité des dépassements effectués cette saison. Il y avait certes beaucoup d'inquiétude en début d'année, mais, comme l'exemple de la dernière course de Bakou le démontre encore, l'heure est davantage à l'optimisme aujourd'hui...

Franz Tost avait lui-même émis publiquement des doutes durant l'hiver, et avoue s'être heureusement trompé.

"Oui je pense que nous avons eu des courses fantastiques cette année. Il est juste de dire que l'an dernier j'étais un peu inquiet, parce que j'avais dit que ces voitures seraient rapides en virages, ce qui signifie qu'il est difficile de suivre une autre voiture de près en raison des turbulences et des pneus plus larges, et aussi en raison de l'appui supplémentaire. Les zones de freinage sont également beaucoup plus courtes et il est donc difficile de dépasser. Heureusement, nous avons vu jusqu'à présent, cette année, des courses très très intéressantes avec beaucoup de dépassements. Rappelons-nous, la course à Bakou fut assez divertissante et nous voyons aussi Ferrari se battre avec pas mal de succès contre Mercedes. Donc je vois une saison de F1 très intéressante et j'espère que cette deuxième partie de saison sera aussi intéressante."

Günther Steiner reconnaît lui aussi qu'il était préoccupé au début du mois de mars. Le directeur de Haas a été rassuré par le spectacle proposé jusqu'ici.

"Nous étions tous un peu, je ne dirais pas effrayés, mais sceptiques au sujet des dépassements cette année. Mais les courses, cette saison, sont tout à fait excitantes. Vous ne pouvez en demander plus donc j'espère que la situation restera ainsi et que nous aurons le même niveau de spectacle pour le reste de la saison et les prochaines années. Donc je pense que c'était une bonne décision d'aller dans cette direction au niveau du règlement parce que les voitures ont l'air plutôt belles, elles produisent un bon spectacle et je pense que les fans sont assez heureux."

Beat Zehnder, le team manager de Sauber qui remplace provisoirement Monisha Kaltenborn à la tête de l'équipe, a quelques explications supplémentaires à apporter sur la question.

"Je pense qu'en termes de chiffres purs et durs, nous avons moins de dépassements que l'an dernier, mais nous avons des dépassements authentiques. L'an dernier, souvent, vous pouviez simplement dépasser le gars devant vous grâce au DRS ou à des pneus plus frais. Evidemment, ce qui rajoute du spectacle, c'est que Ferrari est proche de Mercedes et il y a un combat à l'avant, et il y a aussi plusieurs batailles au milieu du plateau, donc le sport est définitivement plus excitant que l'an dernier."
source: Nextgen-Auto.com

Jusqu'ici, la saison de Toro Rosso est réussie selon Franz Tost
Malgré de nombreuses craintes en début de saison et une fiabilité pas toujours idéale, Toro Rosso a marqué des points lors de six des huit premières courses et pointe à une encourageante sixième place. De quoi espérer encore mieux dans un futur proche.

"Jusqu'ici, notre saison est réussie hormis à Bahreïn et au Canada" explique Franz Tost. "Nous avons marqué des points à chacune des autres courses avec au moins une voiture. Nous sommes à la sixième place du classement des constructeurs avec seulement quatre points de retard sur Williams. Notre objectif est la cinquième place et je suis convaincu qu'avec notre voiture et nos deux pilotes, ainsi que nos ingénieurs et le travail fourni par l'équipe, nous pouvons aller la chercher."

"Cela aide de mettre les deux voitures dans les points mais il est également important d'avoir une voiture fiable et de progresser, d'amener des évolutions en espérant que nos adversaires directs ne développent pas leur monoplace aussi vite que nous."

Créée pour faire débuter de jeunes pilotes avant qu'ils n'aillent dans l'équipe de pointe de Red Bull, Toro Rosso semble arriver en fin de cycle avec ce rôle puisque Kvyat et Sainz sont respectivement dans leur quatrième et troisième saison en Formule 1.

"Tout d'abord, un pilote se développe tout seul en Formule 1" tente de justifier Tost. "Ils apprennent de nouvelles choses tous les ans. De plus, on ne sait pas ce qu'il peut se produire chez Red Bull, il pourrait y avoir un accident ou autre. Et pourquoi Red Bull aurait investi autant d'argent pour perdre un pilote dans des circonstances particulières? Je crois surtout que Red Bull est dans une situation fantastique en ayant quatre très bons pilotes que sont Ricciardo, Verstappen, Kvyat et Sainz."

"Je pense qu'à la fin de la saison, Red Bull décidera de son duo pour l'année prochaine. Concernant les jeunes pilotes, il n'y a pour le moment que Gasly qui puisse piloter une Formule 1. Les autres pilotes junior sont tout simplement trop jeunes, ils roulent en Formule Renault ou en GP3 et il leur faut du temps. Une fois qu'un pilote commence à progresser et si Red Bull est convaincue qu'il a le talent nécessaire pour avoir un futur intéressant, c'est à Red Bull que revient de prendre la décision" conclut-il, en reconnaissant "ne pas savoir si Red Bull accepterait de prêter l'un de ses pilotes à la concurrence."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Liberty devrait acheter Silverstone
L'avenir du Grand Prix de Grande Bretagne et surtout celui du circuit de Silverstone semble plus que jamais dans une situation difficile, si bien qu'il est envisagé d'activer la clause de retrait qui les lient à la F1 pour pouvoir renégocier les termes de cet accord.

Zak Brown a une idée différente pour rendre l'événement pérenne.

"Mon opinion est que Liberty devrait acheter Silverstone" lance le directeur de McLaren. "Un peu comme en NFL (la ligue de football américain), qui est un sport à succès, où ils possèdent leur propre superbowl qui bouge au fil des ans. Silverstone est un circuit génial et je compatis avec eux sur le fait qu'ils n'arrivent pas à produire un revenu suffisant. Soit on crée des revenus supplémentaires, soit on revoit l'accord."

"On pourrait en faire un haut lieu de la Formule 1, avec des écoles de pilotage et des événements de e-sport. Si l'on possède le lieu, il y a plein d'activités à lui associer. On pourrait y faire des essais plutôt qu'aller à Barcelone pendant huit jours l'hiver, et les ouvrir aux fans. Je pense que ce serait un achat intéressant."

Le directeur de McLaren, qui était un temps pressenti pour un rôle à la tête de la F1, n'aura pas son mot à dire sur le sujet mais avoue en avoir parlé aux dirigeants de la discipline.

"Je leur ai formulé mon opinion à ce sujet. Ils écoutent, ils vous disent rapidement s'ils ne sont pas d'accord et ils n'ont pas été contre l'idée de base. Mais je ne veux pas mettre les mots dans leur bouche, la bonne chose avec Liberty est que l'on peut partager une opinion, leur faire connaître et les voir la valider ou non. C'est facile pour moi de simplement leur dire d'aller l'acheter" conclut Brown.
source: Nextgen-Auto.com

Todt prévient Vettel, une nouvelle récidive amènera une lourde sanction
Sebastian Vettel est passé entre les mailles du filet lors de son audition au siège de la FIA cette semaine, après l'incident avec Lewis Hamilton à Bakou lors du dernier Grand Prix.

Jean Todt confirmait hier soir que l'Allemand avait été entendu pour qu'il réalise vraiment la gravité de ses gestes. Le président de la FIA ajoute désormais qu'il fera face à une punition sévère s'il franchit une nouvelle fois les limites.

En effet, avant Bakou, Vettel s'était également emporté à Mexico en fin de saison dernière en insultant le directeur de course, Charlie Whiting, dont Vettel estimait qu'il n'avait pas pris les bonnes décisions.

"C'est au Président de la FIA que revient la décision d'une audition devant le Tribunal International" explique Todt. "Après l'incident de Mexico, qui était un problème totalement différent, on a vu que Sebastian a parfois du mal à se contrôler autant qu'il le devrait."

"J'ai eu l'habitude de diriger des pilotes et leur situation est sujette à tensions. C'est très facile de prendre des décisions ou de juger une situation derrière un bureau. C'étaient deux situations totalement différentes mais Sebastian avait déjà eu des avertissements. Cela ne devra plus arriver, si c'était le cas les conséquences en seraient très sévères."

"Il a suggéré qu'il pourrait tenter d'amener une chose en contrepartie à notre sport, aux fans ou aux pilotes qui donnent de leur personne comme les commissaires, et nous l'avons accepté. J'ai refusé tout soutien concernant la sécurité routière car c'était inapproprié. Mais c'est très bien s'il aide des pilotes de Formule 4, de Formule 3 ou de Formule 2. Il leur dira ce qu'il ne faut pas faire."

L'Allemand s'est excusé cette semaine mais avec ses commentaires plutôt opposés après la course de Bakou, certains se sont interrogés sur la sincérité de telles excuses, qui semblaient plutôt forcées.

"Il a eu le temps de digérer la situation, doucement mais il a compris qu'il a fait une grosse erreur. Il m'a assuré que ça n'arriverait plus jamais et le temps nous dira si c'est vrai"" conclut Todt.
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Jeu ::.
>> Le pendu de la F1!
pendu • Découvrez le mot mystère en commettant moins de 6 erreurs et sauvez notre pilote de la pendaison!
A vous de jouer...
.:: Publicité ::.