En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 19 Mai 2017

Abiteboul a de l'ambition pour Renault F1 à Monaco
Cyril Abiteboul, le patron de Renault F1, espère bien voir les Renault R.S.17 de Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer briller, dans une semaine, lors du Grand Prix le plus prestigieux du calendrier, celui de Monaco.

Le tracé sinueux et étroit de la Principauté pourrait jouer en faveur du constructeur français, puisque le moteur y a une importance moindre.

"Le Grand Prix de Monaco occupe une place à part dans le cœur des fans de F1, et il possède une résonance particulière pour Renault. Depuis 2009, l'épreuve est celle qui s'apparente le plus au Grand Prix de France, et nous avons toujours eu une relation spécifique avec la Principauté", rappelle le Directeur Général de Renault Sport Racing.

"Comme constructeur, Renault s'est imposé à deux reprises à Monaco avec Jarno Trulli en 2004 et Fernando Alonso en 2006. En qualité de motoriste, nous avons atteint la plus haute marche du podium quatre fois de plus. Nous ne nous attendons pas à améliorer cette statistique en 2017, mais nous progressons et sommes ambitieux pour cette nouvelle épreuve."

Abiteboul revient sur le Grand Prix précédent, en Espagne.

"Barcelone était un week-end compliqué pour nous. Nous avons néanmoins obtenu le meilleur résultat de Renault Sport Formula One Team et les points inscrits nous ont permis de gagner un rang au Championnat des Constructeurs. Nous étions déçus samedi avec nos positions en qualifications, mais nous avons su nous rattraper lors de la course avec un meilleur rythme de course."

"Monaco propose de son côté un défi unique à nos ingénieurs et pilotes ainsi qu'une fabuleuse vitrine planétaire pour la F1."

Le Français promet aussi un petit côté festif dans le paddock.

"A Monaco, nous lancerons les festivités liées au quarantième anniversaire de Renault en F1. Nous espérons pouvoir extraire toute la force et le poids de ces riches années pour obtenir un solide résultat ce week-end."
source: Nextgen-Auto.com

Ricciardo - Je ne peux pas toujours devancer Verstappen
Daniel Ricciardo a signé le premier podium de la saison pour Red Bull, en terminant le Grand Prix de Barcelone à la 3ème place.

Néanmoins, l'Australien sait que la partie face aux nombreux problèmes rencontrés par son écurie est loin d'être gagnée. Et surtout, il n'oublie pas que son coéquipier, Max Verstappen, est un pilote très talentueux.

A l'issue de la course en Espagne, Ricciardo occupe la 5ème place au classement des pilotes avec ses 37 points. Ce ne sont que 2 de plus que Verstappen.

"Cela aurait été vraiment surprenant l'an dernier, mais à présent, nous savons tous que Max est un pilote vraiment très rapide. Je ne peux pas toujours le devancer. Dans quelque temps, il va être devant. C'est comme ça. Il fait tout simplement du bon boulot."

Le pilote de 27 ans s'attend à un duel serré avec le Néerlandais.

"J'attends aussi beaucoup plus de ma part. Il y a fort à parier que je peux relever le défi, et que nous allons grandir tous les deux à travers cela. Pour moi, il est clair que je peux être devant lui lors de chaque séance. Il reste à le faire"
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen attaqué en justice par son ancienne manager
Après avoir perdu son baquet McLaren au bout d'une seule saison seulement, Kevin Magnussen avait décidé de se séparer de Dorte Riis Madsen, qui gérait sa carrière depuis de nombreuses années.

C'est ainsi que le Danois avait négocié, seul, son contrat avec Renault pour la saison 2016. Pour négocier son contrat chez Haas, il fut en revanche assisté par Anders Holch Povlsen, qui est aussi son sponsor (Jack Jones).

Or, la rupture entre Kevin Magnussen et son ancienne manager ne s'est pas faite sans heurts ni rancune et son dénouement aura même lieu devant un tribunal. Le procès s'ouvrira à Copenhague à partir du 1err juin prochain.

Riis Madsen réclame aujourd'hui des dommages et intérêts et exige aussi une partie des revenus perçus par Magnussen chez Renault ou chez Haas. Visiblement, un accord à l'amiable n'a pu être trouvé entre eux...

Le cas Magnussen n'est qu'un exemple de plus qui montre que les relations entre les pilotes, managers et agents sont souvent tumultueuses.

L'ancien pilote danois Jason Watt (vice-champion de Formule 3000 en 1998) précise que "les contrats conclus pour le long terme, autour de 10-15 années", ne sont pas inhabituels dans le sport automobile. "Un manager place son argent pour construire une carrière et cela peut prendre des années avant d'obtenir un retour sur investissement".

Invités à commenter cette affaire judiciaire, Riis Madsen et Kevin Magnussen ont souhaité réserver leurs déclarations à la justice danoise.
source: Nextgen-Auto.com

Carey prévient déjà Silverstone
Chase Carey, le patron de la Formule 1, est d'un naturel ouvert mais le business reste le business: Silverstone n'aura pas droit à un traitement de faveur pour un nouveau contrat.

Le BRDC menace toujours de ne plus organiser le Grand Prix de Grande-Bretagne après l'édition 2019, le considérant comme "trop cher". Cette clause de sortie du contrat devra être éventuellement activée avant le Grand Prix de cette année, qui se tiendra en juillet.

"Nous n'allons pas renégocier le contrat de Silverstone", prévient déjà Carey.

"Nous avons beaucoup d'estime pour ce circuit et nous voulons que la course soit un succès. Nous allons travailler avec eux pour qu'ils y parviennent. Cependant nous n'allons pas renégocier des accords qui ont déjà été conclus de toute bonne fois entre deux parties."

Et Carey de rappeler que "Silverstone a fait un bénéfice l'an dernier".

Dans ces conditions, et avec l'appui de Liberty, les prochaines épreuves devraient donc être encore meilleures sur le plan financier.

Si Silverstone souhaite casser son contrat malgré tout, cela relancerait avec d'autant plus de force le projet d'un Grand Prix à Londres.
source: Nextgen-Auto.com

Haas F1 Team change la livrée de sa VF-17
A une semaine du Grand Prix de Monaco, l'équipe Haas a dévoilé une nouvelle livrée pour sa monoplace, la VF-17. Les changement sont mineurs mais ont toutefois un impact sur l'allure de la monoplace puisque le rouge a quasiment disparu, hormis un liseré transversal sur le capot moteur.

Le gris très clair utilisé l'an dernier sur la majorité de la monoplace devient donc la couleur secondaire et accompagne le gris anthracite précédemment vu sur la monoplace. De cette manière, la marque Haas devient plus lisible sur les pontons de la monoplace, de même que les noms sur le capot moteur.

En plus de la ligne transversale, les logos Haas sur le capot moteur et l'avant de la monoplace seront désormais les seules touches de rouge. L'équipe a jugé qu'il s'agissait "d'une amélioration stylistique qui serait apportée dans un endroit où l'amélioration stylistique est un mode de vie".

Cette livrée sera utilisée à partir de Monaco la semaine prochaine jusqu'à la fin de saison.

photo
source: Nextgen-Auto.com

Redistribution des revenus en F1, le dossier avance
L'équipe Sauber n'est pas passée loin, il y a quelques mois, de mettre la clé sous la porte comme Manor a dû le faire cet hiver.

Sauvée par de nouveaux investisseurs (Longbow Finance), qui ont pris le contrôle à Hinwil, Sauber compte maintenant beaucoup sur Liberty Media, les propriétaires de la Formule 1, pour pérenniser la présence des équipes dans le championnat.

Selon Monisha Kaltenborn, la directrice, cela passe toujours par une redistribution plus juste des revenus de la Formule 1. Le dossier avance-t-il?

"Nous avons perdu une équipe à la fin de l'année dernière. Nous savons à quel point il est important de mettre en place un spectacle excitant pour le sport mais cela est directement relié à la redistribution des revenus", estime l'Autrichienne.

"Liberty Media a une vision claire sur la façon de rendre ce sport plus profitable. Pour tout le monde, pas seulement pour quelques uns. Nous sommes tous dans le même bateau."

"Il ne suffit donc pas de regarder où la Formule 1 va d'un point de vue technique, nous devons aussi regarder les coûts. Le sport génère beaucoup d'argent, et il peut probablement en générer davantage, mais même dans la situation actuelle c'est déjà beaucoup d'argent et il doit permettre à toutes les équipes de vivre décemment."

"Pour répondre à la question, oui je pense que cela avance dans la bonne direction. Il y a des accords en place (jusqu'en 2020) mais il est aussi vrai que l'on peut faire changer les choses."

Sauber, qui fête ses 25 ans en Formule 1 cette année, a survécu a de nombreuses tempêtes sur la route de son existence. Quel est le secret de la survie de Sauber?

"On vient de Suisse, on sait donc garder nos secrets! Mais je pense que cela est dû au fait que nous n'abandonnons jamais. Il faut être assez entêté et trouver sa force dans les moments difficiles. Afin de repartir vers le haut!"
source: Nextgen-Auto.com

Red Bull n'est pas du tout intéressée par les 24 Heures du Mans
Verra-t-on bientôt Red Bull au Mans, et la firme autrichienne rejoindre ainsi Audi, Porsche ou Toyota? La question n'a rien d'absurde étant donné que Red Bull est déjà présente dans de très nombreux sports automobiles.

Cependant, Helmut Marko a apporté une réponse franche à cette interrogation - le responsable de la filière jeunes de l'écurie a eu au moins le mérite de la clarté.

"Non, nous sommes concentrés sur la Formule 1. Si vous regardez le WEC, les coûts sont très élevés pour le championnat, mais il y a seulement une course (Le Mans) qui compte et qui est bien couverte."

Red Bull pourrait aussi envisager une forme plus souple d'engagement, comme le sponsoring d'une équipe déjà existante. Mais là encore, le Dr Marko est sceptique et répond par un franc "Non".

L'écurie autrichienne se concentre donc sur la F1 et il faut dire en effet qu'elle y a fort à faire, avec un net retard accumulé sur Mercedes et Ferrari après cinq courses seulement. Helmut Marko a-t-il déjà renoncé à ses ambitions de titre mondial?

"Non, autrement, nous ne ferions pas les efforts que nous sommes en train de faire. Mais cette unité de puissance en F1 n'est pas vraiment un moteur normal. Donc si votre moteur thermique est meilleur, la partie électrique devient aussi meilleure."

"Après les quatre premières courses, Ferrari semblait être le grand favori, mais il semble qu'à Barcelone, Mercedes ait franchi un palier très important avec le moteur. Vous changez le moteur et bang! vous faites de nouveau un grand pas en avant."

Helmut Marko continue donc en filigrane de mettre la pression sur Renault, dont le moteur n'est toujours pas à la puissance attendue par l'écurie autrichienne.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen - La loyauté n'est pas une chose habituelle en Formule 1
Dans l'émission "The Circuit" sur 'CNN International', la présentatrice Amanda Davies a pris place aux côtés du jeune pilote de Red Bull Max Verstappen, vainqueur de son premier Grand Prix à Barcelone il y a tout juste un an.

Rapidement transféré chez l'écurie de Milton Keynes après un début de carrière chez Toro Rosso, le Néerlandais expose ses ambitions pour la saison et évoque la course qui a marqué un tournant dans sa carrière.

"L'équipe est vraiment sympa, j'ai un bon feeling avec eux... Mais à un moment donné, je veux aussi décrocher d'autres titres", dit-il, sans détour, lorsqu'on lui demande d'évoquer sa saison actuelle, marquée par le manque de compétitivité de sa RB13 lors des premières courses.

"Pour l'instant, j'ai un contrat et c'est eux qui m'ont donné l'opportunité de faire mes premiers pas en Formule 1. La loyauté n'est pas une chose habituelle dans ce milieu, mais il faut savoir rendre la pareille."

"Ma victoire à Barcelone (en 2016) restera quelque chose de très spécial pour moi, surtout que c'était vraiment inattendu", ajoute le Hollandais. "Pour ma première course dans une nouvelle écurie, franchement, je n'aurais pas pu rêver mieux... Après une première victoire, vous avez besoin d'une voiture performante pour continuer à faire de bons résultats et gagner de nouveau."

"Pour l'instant, nous n'avons pas beaucoup de chance à ce niveau-là. On essaye de s'améliorer sans cesse, et je suis encore jeune après tout. J'espère avoir encore quelques années de compétition devant moi."

Le Grand Prix du Brésil fait aussi partie de ses courses les plus mémorables, avec de nombreux dépassements sous la pluie, mais...

"Ce sont deux courses différentes... Une victoire est toujours un événement spécial, surtout quand vous n'en comptez qu'une seule. Donc pour le moment, l'Espagne est mon plus beau souvenir."

Ce pilotage franc au Brésil l'avait bien aidé à remonter mais, souvent, son agressivité lui a été reprochée, par certains pilotes notamment. Verstappen ne compte pas changer.

"Chacun a le droit de se faire sa propre opinion. C'est simplement ma façon d'être, ma manière de conduire et c'est comme ça que je suis arrivé là aujourd'hui. Je ne vois pas pourquoi je devrais changer ma tactique maintenant. Vous apprenez davantage de certaines situations, vous gagnez en expérience dans tous les cas. Peut-être même qu'à l'avenir je ferais les choses différemment, même si en général les bases restent toujours les mêmes."
source: Nextgen-Auto.com

Brawn va pouvoir compter sur 3 nouveaux experts à la tête de la F1
La Formule 1 a annoncé aujourd'hui de nouvelles nominations pour aider Ross Brawn à définir ce que doit être l'avenir technique du sport.

Jason Somerville, récemment vu en F1 comme responsable de l'aérodynamique de Williams, aura le même titre sous la supervision de Brawn. Il avait travaillé auparavant pour BMW au Mans avant de rejoindre la catégorie reine chez Toyota puis Lotus.

Pour le châssis, c'est le très expérimenté Craig Wilson qui a été choisi. Il a officié notamment chez British American Racing (BAR), Honda, Brawn GP et Williams.

Ensemble, ces deux hommes formeront un petit groupe d'ingénieurs dédié à faire des recherches pour l'évolution des règlements techniques dans les années à venir.

Ils seront en relation avec la FIA et les équipes, afin de partager les résultats de ces recherches, destinées à améliorer le sport en termes de spectacle et de viabilité.

Brawn pourra aussi compter sur un directeur financier, en la personne de Nigel Kerr. Il a plus de 40 ans d'expérience dont 15 en Formule 1 chez BAR, Honda, Brawn GP et Mercedes.

"Je suis ravi d'accueillir ces trois personnes extrêmement expérimentées, qui sont de vrais experts de la Formule 1 depuis des décennies", commente Brawn.

"Nous construisons une équipe qui permet de forger des liens plus forts entre le management de la Formule 1 et les différents acteurs de la Formule 1, afin de nous permettre que les règles soient implémentées avec la participation de tous."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Pourquoi je dispute les 500 miles d'Indianapolis
Fernando Alonso s'apprête à disputer l'un des plus grands défis de sa carrière avec les 500 miles d'Indianapolis et de ce fait, l'Espagnol a tenu une colonne pour expliquer la démarche qui le fait avoir cette longévité au plus haut niveau du sport automobile, mais aussi cette envie de se réinventer outre-Atlantique.

"J'ai appris quelque chose à mon sujet: j'aime courir. Mais vraiment, vraiment courir. Et c'est pour cela que le 28 mai, date du plus gros week-end de sport automobile, je ne serai pas avec mon équipe de F1 à Monaco"

"Je serai à Indianapolis et je courrai sur le 'Brickyard'. Car j'ai besoin d'y être. L'Indy 500 est l'un des plus gros événements en sport. Les pilotes du monde entier le savent, et je m'y sens à ma place car je suis un pilote."

"Je l'ai toujours été et je le serai toujours."

L'Espagnol donne le ton de cette missive publique avec cette introduction fort à propos, et de laquelle il enchaîne en expliquant ce qui lui plait dans le défi qu'il va relever dans une dizaine de jours.

"Il est désormais temps de quelque chose de nouveau. Un nouveau circuit, une nouvelle piste, une nouvelle voiture. Un nouveau monde."

"Cela fait maintenant quatre ou cinq ans que je pense à Indy. J'ai vu quelques courses mais je ne connais pas grand chose au sujet de la discipline. J'ai connu quelques noms et quelques équipes, mais tout est globalement nouveau pour moi. Je fais de nouveau ce que j'aime, apprendre. Tout le monde, que ce soit dans l'équipe McLaren Andretti ou les personnes que j'ai rencontrées durant mon séjour en Amérique, m'a grandement aidé."

"Les seuls qui ne m'ont pas trop aidé sont les autres pilotes de Formule 1, car ils sont tous jaloux. Je plaisante (quoique, pas vraiment). Ils me soutiennent tous et me souhaitent bonne chance. Nous sommes un petit groupe dans le paddock de la F1. C'est important quand l'un d'entre nous va dans une autre série. Quand Nico Hülkenberg a remporté les 24 heures du Mans en 2015, c'était important pour nous."

Alonso revient également sur les difficultés que représente ce défi pour lui, tant sur le fait de devoir manquer une course de F1 que de devoir s'adapter rapidement à un environnement inconnu.

"C'est dur de manquer le Grand Prix de Monaco, mais la tradition à Indy est fantastique aussi. J'entends beaucoup à ce sujet de chaque personne avec qui je parle. J'ai hâte de vivre les cérémonies d'avant course et d'en connaître l'ambiance."

"Je suis un vétéran qui découvre tout. L'hymne, le circuit, la compétition, je suis vraiment reconnaissant de vivre cela. Je vais faire mon maximum pour profiter de mon temps hors de la voiture car une fois que le week-end de course arrivera, il sera temps d'y aller."

"Grâce aux essais en simulateur, j'avais l'impression de connaître ma voiture avant de l'essayer la semaine dernière à Indy. Mais lorsque ça a été le cas, il y a une chose à laquelle rien ne m'aurait préparé, c'est cette sensation brute et directe de puissance."

"Les monoplaces d'IndyCar sont un peu plus simples que celles de F1, donc c'est plus pur. Il y a moins de grip mécanique, ce qui donne plus d'énergie à l'accélérateur. Il m'a fallu un peu de temps avant d'être à l'aise mais l'équipe a fait un très bon travail de préparation pour moi. J'ai surtout pris beaucoup de plaisir à être derrière le volant et j'ai hâte d'être au 28 mai."

Pour la première fois depuis l'année 2000, Alonso retrouve une formule monotype et c'est d'autant plus dur qu'il est depuis longtemps un pilote très influent autour de qui les monoplaces sont souvent développées.

"Comme mon premier karting, cette voiture n'a pas été conçue pour moi. Je ne suis pas le pilote prévu dedans mais je vais tout faire pour rendre ses concepteurs fiers. Et peut être que ce sera le début d'un nouveau voyage pour moi aussi."

"Je veux également préciser une chose: Je ne viens pas pour une semaine de repos ou pour m'amuser, je suis un pilote et je viens pour gagner. Par dessus tout, j'espère que ce sera une expérience dont je pourrai me souvenir pour le restant de mes jours. J'espère que les sentiments ressentis et ce que je verrai là-bas resteront dans mon esprit pour toujours."

En guise de conclusion, il rappelle l'essence même de la compétition et ce pourquoi il se lance dans cette épreuve: "J'espère qu'à la fin de ces 500 miles, j'aurais appris une chose que je n'avais jamais sue."

"La Formule 1 reste ma priorité. Le but ultime est de gagner cette course, gagner Le Mans un jour et gagner un autre titre en F1. Voilà ce qui me motive, tous les jours, en tant que pilote, à me lever. J'ai la chance, je pense, de pouvoir trouver une équipe compétitive en Formule 1 si je le veux. Et une autre pour les 24 Heures du Mans lorsque je voudrai les faire."

photo
source: Nextgen-Auto.com

Brawn salue les exploits de Vettel et sa Ferrari
Le succès de cette saison 2017 de Formule 1 tiendra incontestablement dans la bataille que Mercedes et Ferrari pourront se livrer pour le titre mondial.

Red Bull, encore un peu trop loin, espère toutefois jouer les podiums voire les victoires à la régulière, un peu plus tard dans la saison, lorsque Renault aura fiabilisé et débloqué le potentiel de son moteur évolué (en juillet si tout va bien).

Selon Ross Brawn, il faut surtout saluer le caractère combatif de Sebastian Vettel, au volant de sa Ferrari SF70H.

"Ce que Sebastian arrive à faire au volant de la voiture rouge est une belle publicité pour la Formule 1", révèle le manager sportif.

"La plupart des fans veulent voir une équipe Ferrari capable de jouer la gagner et Sebastian et la clé pour y parvenir."

Des propos qui mettent, indirectement, la pression sur Kimi Räikkönen, qui n'est pas encore au niveau cette année.

Entre Mercedes et Ferrari, le duel est serré... mais Vettel est le favori du consultant de Red Bull, Helmut Marko.

"La Mercedes est peut-être plus rapide mais Hamilton doit aller à la limite. Sebastian est capable de mener plus facilement sa voiture au podium. La Ferrari est plus constante et cela devrait aider Sebastian dans sa route vers le titre."
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Je pensais que McLaren aurait progressé depuis 2016
Zak Brown est arrivé chez McLaren à l'intersaison avec le devoir de relancer l'équipe, sur le déclin depuis 2013. Effectué au travers d'une nouvelle identité visuelle, ce changement n'a malheureusement pas eu lieu en piste où McLaren est encore en grande difficulté puisqu'elle occupe la dernière place du classement en étant la seule structure à ne pas avoir marqué de point.

"Je dois dire que non" répond-il au site officiel de la F1 quand on lui demande s'il s'attendait à autant de difficultés pour relancer l'équipe. "Je n'ai jamais pensé que ça serait facile mais oui, je pensais que ça irait mieux. Je pensais que nous aurions progressé par rapport à 2016, ce qui n'est clairement pas le cas après Barcelone où les choses ont été positives durant un bref instant avec la place sur la grille de Fernando. Mais rien n'a fonctionné en course. Je suis toutefois optimiste sur le fait que nous dépassions nos performances de 2016 avant la fin de la saison."

"Je ne dis pas que nous ferons mieux en termes de points marqués, mais j'aime à penser qu'avec le travail et les efforts fournis par tout le monde dans l'équipe, nous pourrions être mieux dans l'ordre hiérarchique que l'an dernier. Malheureusement, nous commençons avec un retard si important qu'il est difficile d'imaginer que nous puissions faire mieux que la sixième place au classement constructeurs."

Brown fait le point des choses positives chez McLaren, et de celles qui le sont moins dans la situation actuelle: "Nous avons une équipe fantastique, deux grands pilotes et un très bon châssis, ce qui nous fait plus de positif que de négatif. Mais avec les défis que nous rencontrons, cela nous retarde. C'est frustrant mais tout ce que nous pouvons faire, c'est travailler dur avec Honda pour régler les problèmes."

"Notre situation au niveau du moteur est frustrante pour tout le monde, y compris pour Honda. Ils travaillent très dur, si on pouvait donner une note pour l'effort, ils auraient tous la meilleure possible. Cependant, la Formule 1 ne retient que les résultats et non l'effort accompli, donc c'est frustrant. Il faudra du temps pour résoudre les problèmes technologiques. Ce n'est pas comme si l'on disputait un mauvais match de football et que la semaine suivante, tout recommençait à zéro."

Cependant, McLaren veut retrouver le succès aux côtés de Honda, malgré les entretiens qu'il semble y avoir eu lors des dernières semaine entre l'équipe de Woking et Mercedes, son ancien fournisseur moteur. Toutefois, la position d'équipe privilégiée possède des avantages indéniables que Mercedes ne pourrait pas offrir, ayant déjà son équipe d'usine.

"Nous devons gagner des courses avec Honda. C'est ce que nous attendons, car il y a des attentes. L'étape suivante devrait être le championnat. Nous vivons une période difficile mais Honda n'est pas le premier motoriste à rencontrer des problèmes, c'est un sport compliqué", justifie Brown.

Honda équipera enfin une deuxième équipe l'an prochain, Sauber, et le manufacturier compte bien glaner plus d'informations et de données afin de développer plus rapidement son moteur. Aurait-elle dû le faire plus tôt?

"Je ne sais pas, je n'étais pas là. Pour moi, il y a deux manières de voir la chose. On peut dire qu'une deuxième équipe permet d'avoir plus de données que celles que nous générons maintenant, mais d'un autre côté, c'est plus dur de régler les problèmes rencontrés actuellement avec deux équipes. Il y a des avantages et des inconvénients. Avons-nous un problème avec la fourniture du moteur à Sauber l'an prochain? Aucunement, je pense que c'est une bonne chose", conclut le directeur exécutif de McLaren.
source: Nextgen-Auto.com

Wolff - Aucune raison de favoriser un de nos pilotes
Toto Wolff indique que Mercedes résiste toujours à l'idée de nommer un pilote numéro 2, Valtteri Bottas, pour cette saison, même si l'Autrichien sent bien que le duel pour le titre pourrait se résumer à une bataille entre Sebastian Vettel, un pilote Ferrari, et Lewis Hamilton.

Aujourd'hui seuls 6 points séparent le leader, Vettel, du Britannique.

Bottas, lui, est à 35 points. Mais pour Wolff il n'est pas encore temps de prendre une décision.

"Oui, l'écart est assez important maintenant, après le Grand Prix d'Espagne. Mais nous n'avons fait que 5 courses. Il en reste encore 15", déclare le patron de Mercedes F1.

"Il n'y a aucune raison pour nous de favoriser un pilote plutôt qu'un autre. Et certainement pas à un stade aussi précoce de la saison."

"Non, nous ne le ferons pas. Nous allons continuer comme cela."

Wolff sait que cette stratégie risque de coûter le titre pilotes à Mercedes en fin de saison.

"C'est un risque à prendre au nom du sport", conclut l'Autrichien. "Nous verrons quand la situation deviendra plus claire au championnat. Il ne faut pas oublier que Valtteri est encore jeune dans notre équipe. Les prochaines courses devraient nous en dire plus."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton - Ferrari et Mercedes à égalité sur les évolutions
Lewis Hamilton pense que Ferrari et Mercedes sont à égalité en termes d'évolutions après le premier "round", à Barcelone, lorsque les équipes ont apporté leurs premières nouveautés importantes.

Sur le plan visuel, les évolutions de la F1 W08 semblaient plus spectaculaires, mais, comme souvent en Formule 1, ce n'est pas forcément le look qui compte.

"C'est vrai que sur le plan du look, ça semble pas mal. Mais du côté des résultats en piste, les pièces ont été aussi performantes que prévu. Elles font le travail, elles fonctionnent sur la voiture", explique Hamilton.

"Ferrari a aussi fait évoluer sa voiture lors de la course précédente et pas uniquement en Espagne", remarque-t-il. "Disons que nous avons apporté plus de choses d'un coup. Au final, nous sommes à égalité, je pense que nos deux équipes ont progressé de la même façon."

Le triple Champion du monde note toutefois que Barcelone a peut-être été un tournant.

"Nous étions moins rapide que Ferrari à Barcelone cet hiver. Et là nous avons été un peu plus rapide. Mais vraiment, juste un peu. Et même s'il ne s'agit que de 50 millièmes, cela suffit pour être devant en qualifications. Et cela nous a bien aidé en rythme de course surtout. Avant, je pense que nous n'avions pas vraiment le rythme en course pour contrer Sebastian (Vettel). Dimanche dernier, nous avons prouvé le contraire. Là, il y a eu un vrai progrès."

Qu'en pense Vettel de son côté?

"Nous n'avons pas été franchement battus par Mercedes. Nous avions une voiture très rapide, très similaire. C'était très proche sur certaines séquences de course. Parfois nous étions plus rapides, parfois c'était Mercedes."
source: Nextgen-Auto.com

Révélation sur une tentative de chantage sur la famille Schumacher
En Allemagne, une affaire peu commune a été jugée cette semaine par la cour de la ville de Reutlingen.

Il y a en effet eu, il y a un an, une tentative de chantage auprès de la famille Schumacher. Un homme a fait des menaces pour extorquer près d'un million d'euros (900.000 exactement) à Corinna Schumacher, la femme de Michael et la mère de Mick.

L'homme, au nom qui reste inconnu, a menacé de mort les enfants du septuple Champion du monde.

"Si l'argent ne nous est pas parvenu en date du 31 mars 2016, vos enfants seront tués d'une manière ou d'une autre. En Formule 4, de nombreux accidents se produisent..." a envoyé cet homme par email à Corinna Schumacher.

L'homme de 25 ans, peu prudent, a été retrouvé grâce aux coordonnées bancaires fournies!

"Pour le dire de manière prudente, fournir son propre relevé d'identité bancaire n'est pas très malin", a noté le juge Eberhard Hausch.

La condamnation est d'un an de prison (dont 9 mois avec sursis), 4500 euros d'amende, 50 heures de travaux d'intérêt général et une obligation de suivre un traitement psychologique.

L'avocat du prévenu a reconnue que son client était toujours "incapable à ce jour" d'expliquer sa démarche.
source: Nextgen-Auto.com

Alonso encore dans le Top 5 pour la quatrième journée d'essais
La quatrième journée d'essais se disputait sur le circuit d'Indianapolis hier et Fernando Alonso s'est encore distingué par la quatrième place, comme la veille, mais cette fois sans que la séance n'ait été perturbée par les vents violents.

Trois des six monoplaces alignées par Andretti Autosport ont terminé dans le haut du classement, mais c'est le revenant Jay Howard qui s'est placé en haut de la feuille des temps avec une moyenne de 364,831 km/h.

Il est suivi par trois pilotes Andretti: Ryan Hunter-Reay, champion IndyCar 2012, Marco Andretti, fils du directeur de l'équipe et Alonso qui arrive en quatrième position en ayant battu son record du tour avec une moyenne de 363,021 km/h! L'Espagnol a de plus parcouru 96 tours du circuit américain, soit environ la moitié de la distance de course.

La domination de Honda est totale puisque derrière ce quadruplé, seuls Josef Newgarden et Sage Karam ont réussi à hisser des Chevrolet dans le Top 10. A noter que le premier cité a été victime d'un accident violent mais n'a pas été blessé.

Takuma Sato, lui aussi chez Andretti, a signé le neuvième temps devant Sébastien Bourdais. Les autres monoplaces de l'équipe d'Alonso, celles d'Alexander Rossi et Jack Harvey, se sont placées en 13ème et 29ème positions.

Fernando Alonso commence à se positionner dans le bon wagon en vue des qualifications et si tout restera à faire en course, l'Espagnol et sa monoplace semblent très bien s'accorder jusqu'ici.

"La voiture était bien aujourd'hui, dès les premiers tours", commente Alonso. "Nous avons réussi à l'améliorer encore durant la journée, ce qui me rend heureux. Nous avons encore du travail pour les conditions de course mais je pense que vendredi, nous nous concentrerons sur les tours rapides pour la qualification. La priorité reste toutefois la course."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: YouTube ::.
>> Découvrez les vidéos postés par les acteurs de la F1 et par les journalistes sportifs!
YouTube • Retrouvez-nous sur YouTube à l'adresse:
youtube.com/ZoneF1TV
.:: Publicité ::.