En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Vendredi 12 Mai 2017

Alliance potentielle Honda / Mercedes, Wolff et Fernley en désaccord
Une rumeur a fait surface depuis quelques jours selon laquelle Mercedes aurait décidé d'offrir un soutien technique à Honda, toujours en grande difficulté avec son bloc propulseur. Lorsqu'on lui pose la question, Toto Wolff botte en touche: "Je ne veux pas commenter."

Lors de la conférence de presse entre les dirigeants, cette rumeur et l'absence de réaction de Wolff ont fait bondir un autre patron, Bob Fernley, dirigeant de Force India.

"Je vais commenter!" a réagi le Britannique. "En tant qu'équipe qui a non seulement payé ses moteurs mais aussi contribué à leur développement, je serais très négatif à l'idée de partager cette technologie avec une équipe rivale."

De quoi jeter un froid entre les deux dirigeants, qui jouent respectivement les rôles de fournisseur et de client, et pousser Toto Wolff à se justifier sur les potentielles implications d'une telle alliance, comme par exemple celle d'offrir un volant avec moteur Mercedes à l'un des pilotes actuels de McLaren.

"Quelles sont les options? Ils pilotent tous les deux un moteur Honda. Ce sont deux moteurs différents et c'est important pour la F1, Honda est important pour la Formule 1. C'est une entreprise énorme et puissante et je n'ai aucun doute sur leur capacité à montrer ce qu'on attend d'eux. Je ne pense pas qu'ils vont piloter une voiture à moteur Mercedes."

"Nous ne faisons rien pour Honda, c'est la situation actuelle. A moins qu'elle ne change, je ne veux pas contribuer à des rumeurs qui sont fausses, qui sont dommageables pour Honda et qui créent des mésententes entre les équipes et les dirigeants. Nous verrons ce qu'il adviendra."

Une conclusion qui ne devrait pas franchement rassurer Fernley.
source: Nextgen-Auto.com

Brown - Je ne sais pas si la fiabilité empire, il n'y en a jamais eu
Fernando Alonso s'est épanché sur sa situation hier lors de la journée des médias à Barcelone, expliquant à la fois qu'il avait besoin de piloter une voiture capable de gagner des courses, mais également qu'il se donnait jusqu'à l'automne pour savoir s'il prolongeait son contrat chez McLaren ou non.

Une vision que Zak Brown accepte largement compte tenu de la situation, encore catastrophique aujourd'hui lors des premiers essais libres à Barcelone, avouant même ne pas savoir s'il serait difficile de retenir Alonso.

"J'ai vu la conférence de presse et je comprends parfaitement sa position" accepte Brown, bon joueur. "Il est double Champion du monde et veut une troisième couronne, et il ne le fera que dans une voiture qui peut gagner. Comme il l'a dit, il aimerait rester chez McLaren, nous lui avons donné un bon environnement, il adore être dans l'équipe, mais nous devons lui donner une voiture qui peut gagner."

"C'est difficile de lui donner une réponse, on sait juste qu'on a déjà conçu des voitures gagnantes et qu'on a déjà vu des motoristes faire de gros progrès dans une saison, comme Renault il y a quelques années. Il veut attendre après la pause estivale et c'est notre accord. Tout ce que nous pouvons faire, c'est travailler tête baissée et démontrer que nous serons en position de gagner l'an prochain avant qu'il ne prenne une décision."

Fernando Alonso, à pieds dès son premier tour lors des premiers essais libres, est allé jouer au tennis pendant que ses camarades tournaient sur le circuit catalan. Une situation qui a surpris chez McLaren, mais qui ne surprend pas autant que l'incroyable fréquence des problèmes mécaniques sur la MCL32.

"Eh bien, sa séance était terminée... On n'apprend rien en regardant les autres voitures tourner et il voulait manifestement se débarrasser d'une certaine énergie donc je n'ai pas de problème avec cela."

Brown se laisse lui-même aller à un commentaire acerbe envers son motoriste: "Je ne sais pas si la fiabilité empire car on n'en a jamais eu. Il y a un sentiment de tristesse, de déception, un état d'incrédulité, mais ça ne sert à rien de se lamenter."
source: Nextgen-Auto.com

Todt annonce briguer un troisième mandat à la tête de la FIA
Jean Todt se plaît à la tête de la FIA et compte poursuivre son travail place de la Concorde. Il a annoncé ce soir qu'il était officiellement candidat pour effectuer un troisième mandat à la tête de la Fédération internationale - ce nouveau mandat courrait jusqu'en 2021.

L'ancien dirigeant de Ferrari, aujourd'hui âgé de 71 ans, a expliqué ses motivations dans une déclaration adressée aux membres de la FIA.

"Je suis profondément ému par les témoignages de soutien - généreux, bienveillants, et résolus - que j'ai reçus de la part de notre famille, la FIA. C'est pourquoi, avec ma femme, Michelle, mon fils Nicolas, et mon équipe, j'ai décidé de briguer un nouveau mandat comme président de la FIA. En annonçant ce choix aujourd'hui, j'ai conscience que n'importe quel bon leader s'appuie bien davantage sur l'équipe qui est autour de lui."

Jean Todt ne compte pas changer une équipe qui gagne. Il souhaite reconduire Graham Stoker comme Président adjoint pour le Sport. Brian Gibbons assumera lui une nouvelle tâche, celle de Président du Sénat de la FIA (il est actuellement Président adjoint pour la Mobilité). Thierry Willemarck, actuellement Président de la Région I de la FIA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), remplacera Brian Gibbons à son poste.

"Durant les mois à venir, mon équipe et moi, nous nous appuierons sur notre programme détaillé pour le mandat qui vient. Comme toujours, nous sommes prêts à nous engager pour nous assurer que nous restons réactifs pour suivre nos priorités que nous avons en partage. La FIA n'a jamais été aussi unie et plus forte qu'aujourd'hui" a poursuivi Todt.

Pour le moment, Jean Todt, à la tête de la FIA depuis 2009, est l'archi-favori de cette élection présidentielle.
source: Nextgen-Auto.com

Force India - Pérez échappe de peu à une pénalité de dix places sur la grille
Ce vendredi, Sergio Pérez a bien failli compromettre en partie la suite de son week-end. Le Mexicain a utilisé une vieille section du circuit pour couper la chicane située aux virages 14 et 15. Les commissaires ont de ce fait ouvert une enquête, puisque le Mexicain était soupçonné de "n'avoir pas fait tous les efforts pour utiliser les limites de la piste à tout moment, et pour avoir délibérément quitté la piste sans raison valable".

Heureusement pour Force India, les commissaires ont ensuite jugé que Sergio Pérez avait finalement coupé la chicane pour éviter Lewis Hamilton. Le Mexicain échappe ainsi à une réprimande - or, il ne lui en manque plus qu'une pour recevoir automatiquement une pénalité de dix places sur la grille.

"Le pilote, qui avait été averti au virage 6 que Lewis Hamilton était à 7 secondes derrière lui, et à 4 secondes derrière au virage 10 par la suite, a déclaré qu'il avait décidé de couper en prenant une trajectoire qui ne gênerait pas Hamilton. Les commissaires considèrent que c'était une raison valable, étant donné qu'il s'agissait d'une séance d'essais libres. Cependant, en qualifications ou en course, l'affaire n'aurait pas été considérée de la même manière" a précisé la FIA.

Ce vendredi à Barcelone, le Mexicain a connu d'ailleurs d'autres difficultés, peut-être plus sérieuses au final, puisqu'il n'est jamais rentré dans le Top 10.

"Les niveaux d'adhérence étaient faibles et c'était très difficile de faire fonctionner les pneus durs. Je pense que nous ne les verrons pas beaucoup en piste pour le reste du week-end puisque les médiums et les tendres sont bien plus représentatifs de ce dont nous avons besoin pour les qualifications et la course. Nous avons beaucoup à faire pour comprendre les données collectées aujourd'hui. Bien sûr, quand vous testez beaucoup de différentes choses, c'est délicat de bien régler la voiture, mais je pense que nous avons maintenant une bonne base."

De son côté, Esteban Ocon s'est toujours classé à la 12ème place, que ce soit en EL1 ou en EL2. Il a éprouvé davantage de difficultés l'après-midi en raison du vent.

"Ce fut un vendredi assez normal. Nous avons complété notre programme sans problème. Nous avons pu faire beaucoup de kilomètres et avons testé quelques pièces. Les conditions n'étaient pas idéales aujourd'hui. C'était très venteux et les pneus étaient très durs, ce qui signifie qu'il était difficile de trouver de l'adhérence. Les composés tendres sont ceux qui fonctionnent le mieux sur cette piste et ce sera un défi de bien faire fonctionner les autres. Nous avons un peu de travail ce soir. Mais je suis confiant, nous serons bien préparés pour le reste du week-end."
source: Nextgen-Auto.com

Williams - Massa dans le rythme, Stroll en souffrance avec les Pirelli
Williams a fait évoluer sa monoplace pour ce week-end et comme pour les autres équipes, ce vendredi a servi à évaluer les véritables gains apportés par les nouvelles pièces. Dans l'ensemble, l'écurie s'est montrée relativement compétitive, mais pourrait avoir perdu du terrain en milieu de tableau, notamment sur Renault.

Paddy Lowe, le directeur technique, relève que Williams n'a pas connu de difficulté majeure au cours de l'un des vendredis les plus importants de l'année.

"Aujourd'hui, nous avons fait des tests pour les nouvelles pièces aérodynamiques, et nous avons testé divers réglages sur la voiture. Nous avons rassemblé toutes les données dont nous avions besoin, et nous n'avons pas eu de problème, si l'on excepte les interruptions dues aux drapeaux rouges. Felipe avait un bon rythme, qui semble compétitif. Lance a souffert avec les pneus aujourd'hui. Mais nous sommes optimistes, nous pensons qu'il pourra trouver un bon rythme demain. Il y a beaucoup de travail d'analyse à mener pour nous ce soir et nous avons hâte d'être à la qualification de demain."

Felipe Massa s'est classé 9ème cet après-midi et préfère visiblement les pneus tendres aux composés plus durs.

"Ce fut une bonne session, je dirais. Les mediums et les durs étaient assez délicats à utiliser, et nous avons un peu souffert avec eux, en particulier à cause de la surchauffe pneumatique. Mais bien d'autres que nous ont souffert pour faire fonctionner ces pneus, donc ce n'est pas si mal. Dans l'ensemble, ce fut une journée positive."

Lance Stroll est apparu une nouvelle fois largement en retrait par rapport à Felipe Massa. Le Canadien a fini 17ème cet après-midi, à plus d'une seconde de son coéquipier. Les Pirelli lui ont semble-t-il donné le mal de tête.

"Ce fut une journée difficile pour moi pour tout mettre simplement ensemble et pour tout bien faire fonctionner. Je n'ai pas vraiment bien fait fonctionner les pneus médiums, et c'était particulièrement difficile de trouver de l'adhérence et de la stabilité avec la voiture. C'était assez facile de rater les points de corde, de faire des écarts et de commettre des erreurs, en particulier quand vous perdez de la température dans les pneus. Donc je dois me pencher sur tout cela. J'ai fait une erreur sur mon premier tour en tendres, et ensuite, deux tours plus tard, j'ai finalement signé un temps, mais il n'y avait plus de performance dans le pneu. Ce n'est pas la fin du monde, ce sont seulement les essais!"
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean - l'exploitation des pneus sera la clef de ce week-end
Haas était matinal aujourd'hui à Barcelone. L'écurie américaine s'est montrée performante en EL1. Mais, en EL2, avec des températures plus chaudes, les deux pilotes de l'équipe ont rencontré bien plus de difficultés. Kevin Magnussen s'est ainsi vertement plaint de son adhérence à l'arrière de la voiture. Romain Grosjean a aussi rencontré de nombreuses difficultés, ce qui s'est vu par exemple quand il a bloqué les roues dès son premier tour en EL2. Le Français a ensuite changé son style de pilotage quelque peu, notamment en freinant un peu plus tôt.

"Ce ne fut pas une journée facile pour nous" résume Romain Grosjean. "Nous avons dû nous occuper de beaucoup de choses. Je pense que les pneus souffrent ici un peu pour bien fonctionner, ou du moins, nous souffrons à bien les faire fonctionner. Je ne pense pas que nous soyons les seuls, beaucoup de voitures sont parties au large. Donc ce sera la clef: faire fonctionner correctement les pneus. Si nous pouvons le faire, nous pouvons gagner beaucoup de temps au tour."

Kevin Magnussen, de son côté, ne sait toujours pas vraiment pourquoi Haas fut beaucoup moins compétitive l'après-midi que le matin.

"Nous avons eu une bonne matinée et nous avons récolté de bonnes données. Nous n'avons pas vraiment appris beaucoup de choses en EL2. La piste était vraiment différente et la voiture ne se comportait pas comme attendu. Nous nous pencherons sur cela et j'espère que nous pourrons nous améliorer pour samedi. Nous ne savons pas encore clairement pourquoi nous étions contents ce matin et pas cet après-midi. Il y avait beaucoup plus de vent cet après-midi, mais c'était la même chose pour tout le monde. Nous avons semblé moins compétitifs. Nous devons essayer de comprendre pourquoi. J'espère que nous pourrons revenir où nous devrions être."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso au bord de la crise de nerfs
Fernando Alonso roule devant son public ce week-end à Barcelone. Et rouler, c'est beaucoup dire, car une fois de plus, il a été immobilisé ce matin par des problèmes au niveau de son moteur Honda...

Le champion espagnol a en effet eu le temps de négocier deux virages ce matin avant que son moteur casse.

"C'est très dur, mais c'est encore plus dur pour McLaren, car nous avions de nouvelles choses à tester pour la course et nous n'avons pas pu le faire", explique le champion espagnol. "Que m'est-il arrivé? C'est une question que vous devriez poser aux gens de chez Honda. Je suis désolé pour les fans."

Fernando Alonso est à plus de trois secondes de Lewis Hamilton et comme nous, il a un peu de mal à y croire. Il a d'ailleurs donné ses impressions à son équipe alors qu'il était en piste.

"Ce moteur n'a jamais été aussi lent, c'est hallucinant", s'est exclamé Alonso. Les responsables du département sportif de Honda doivent aussi trouver ça hallucinant...

Le moteur de ce matin a cassé et c'est le moteur de cet après-midi qui semblait manquer de puissance. Comment explique-t-il cela?

"Nous avons fait des tours utiles pour calibrer le moteur. Il faut toujours le faire lorsqu'on utilise un nouveau moteur afin d'optimiser son potentiel. Nous allons maintenant analyser les données de la télémétrie afin de commencer le week-end du bon pied."

Est-ce qu'il y a un petit espoir de faire une belle course dimanche? "Si nous arrivons à tirer 100% de la voiture demain, nous pourrions faire un peu mieux que lors des deux dernières courses. Selon moi, nous avons terminé la deuxième séance au niveau auquel nous aurions dû la commencer. Je pense que pour demain, cela s'annonce mieux. J'ai une meilleure saveur en bouche qu'il y a deux heures", ajoute Fernando Alonso.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz et Kvyat espèrent une meilleure journée demain
Carlos Sainz semble moins mécontent de sa journée que son équipier Daniil Kvyat, mais ils se disent tous les deux que leur Toro Rosso pourrait faire mieux demain.

"Cette première journée a été délicate aujourd'hui à Barcelone", déclare Carlos Sainz. "Les conditions de piste nous ont un peu surpris. Nous avons été plus lents que lors des essais hivernaux, car il y avait beaucoup de vent et cela nous a compliqué la vie. Cela n'a pas été facile de trouver les bons réglages, mais finalement nous avons terminé cette journée de façon décente. Nous pourrons aborder la journée de demain avec confiance."

"La voiture a des problèmes de comportement pour le moment", explique Daniil Kvyat. "Il faudra nous montrer patients et tenter d'améliorer la voiture ce soir afin qu'elle me convienne mieux. Elle ne convient pas à mon style de pilotage pour l'instant."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber - les évolutions ont fonctionné sur la C36
Comme la plupart des équipes, Sauber a reçu ce vendredi de grosses évolutions aérodynamiques: un nouvel aileron arrière, de nouveaux flaps sur l'aileron avant et de nouveaux conduits de freins font partie des pièces majeures dernièrement apposées sur la C36.

Ces nouveautés ont donné satisfaction. Elles ont permis à Marcus Ericsson d'occuper la 16ème place lors des deux séances de ce vendredi. Le Suédois n'est finalement pas très loin des deux Force India.

"Ce fut une journée positive. Nous avons introduit quelques nouvelles pièces qui ont fonctionné comme attendu. De plus, nous avons testé différents réglages qui nous ont aidés à rendre la voiture un peu plus compétitive. Les relais en pneus médiums et durs m'ont paru assez difficiles, mais en pneus tendres, nous pouvions améliorer, en particulier en EL2, ce qui est positif avant demain. Nous devons continuer à pousser pour franchir encore plus de paliers."

Pascal Wehrlein, 17ème puis 19ème en EL2, a paru plus en retrait. L'Allemand dit avoir rencontré plusieurs difficultés avec sa monoplace, sans plus de précision.

"Ce fut un vendredi typique. Nous avons pu collecter beaucoup de précieuses données pour la voiture, en particulier au sujet des nouvelles pièces. C'est difficile de faire des prédictions à ce stade puisque nous avons eu quelques problèmes avec la voiture aujourd'hui. Nous devons toujours comprendre pleinement pourquoi ce fut le cas. Cependant, je suis optimiste, nous pouvons améliorer la voiture pour demain."
source: Nextgen-Auto.com

Renault déjà dans le Top 10 après les Libres à Barcelone
Renault F1 a conclu la première journée du Grand Prix d'Espagne avec les septième et huitième meilleurs temps du jour grâce aux tours réalisés en 1'21"687 par Nico Hülkenberg et en 1'21"992 par Jolyon Palmer.

Sergey Sirotkin effectuait sa deuxième sortie au volant de la R.S.17 lors d'une séance en Grand Prix, mais son passage dans la voiture de Jolyon en EL1 était écourté en raison d'une fuite d'eau.

"C'était un court relais en EL1, mais le sport automobile est ainsi. Il vaut mieux avoir un problème sur la monoplace en essais plutôt qu'en qualifications ou en course. Cette fois, j'ai au moins pu aller plus loin qu'à Sotchi! La voiture semblait bonne et j'ai pu faire tout ce qui était demandé quand j'étais en piste. J'espère évidemment connaître une séance linéaire la prochaine fois, mais je sais que tout le monde dans le garage travaille dur pour s'en assurer", commente Sergey Sirotkin.

Pour Nico Hülkenberg, c'était une belle journée pour commencer.

"Nous avons connu un vendredi solide. Nous avons accompli notre programme habituel sans souci sur la voiture. Il existe comme d'habitude des domaines sur lesquels nous travaillons pour faire mieux demain en qualifications et nous savons où nous pouvons gagner en rythme. Il fallait véritablement se battre pour trouver l'adhérence aujourd'hui. J'étais donc agréablement surpris de nous voir afficher un tel rythme relatif. Si nous pouvons le transposer demain et en course, ce pourrait être un bon week-end."

"C'était bon de prendre le volant l'après-midi après une matinée sur le banc de touche", ajoute Jolyon Palmer. "La voiture offre de bien meilleures sensations en pneus tendres. L'équilibre n'était pas idéal en mediums. Nous avons eu une séance productive avec un nombre important de tours sans problème. Je dois travailler sur quelques aspects avec mes ingénieurs, mais c'était un après-midi solide dans l'ensemble."

Bob Bell, Directeur de la Technologie, conclut: "C'était globalement une bonne journée pour nous. Le pneu tendre nous convenait le mieux puisque tant Nico que Jolyon ont pu démontrer la performance sous-jacente de la voiture cet après-midi en EL2. Nous luttions davantage en matinée pour trouver le rythme sur les composés plus durs qui n'étaient pas particulièrement favorables à l'équilibre de nos monoplaces. C'était aussi un matin décevant pour Sergey, victime d'une fuite d'eau interrompant prématurément sa session. Il a heureusement eu assez de temps en piste pour se faire une idée de la R.S.17 et ses retours étaient compatibles avec ceux de Nico de l'autre côté du garage."
source: Nextgen-Auto.com

Grâce à ses évolutions, Mercedes semble avoir repris l'avantage sur Ferrari
Mercedes a apporté de grosses évolutions à sa monoplace à l'occasion du Grand Prix de Barcelone et il semble à première vue que la concurrence n'a pas pu suivre la firme à l'étoile. L'écurie allemande a tourné environ trois dixièmes plus vite que Ferrari cet après-midi, en pneus tendres, et avait aussi signé un doublé en EL1. Red Bull est également tenue en respect, à 6 dixièmes de Mercedes.

Lewis Hamilton a retrouvé un circuit qu'il connaît parfaitement et s'est vite remis de son week-end russe très compliqué. L'Anglais a toujours dominé son coéquipier en séance.

"La première séance fut très, très bonne. Durant la deuxième, la piste avait beaucoup changé, donc c'était glissant et beaucoup plus lent pour tout le monde, en particulier à cause des bourrasques de vent. C'était incroyablement difficile, mais toujours amusant. L'équipe a fait un travail incroyable avec les évolutions et la voiture fonctionne simplement comme nous l'attendions."

"C'est un bien meilleur début de week-end pour moi si on repense à Sotchi, donc je suis très heureux. Nous devons simplement continuer à travailler. Nous voulons être numéro 1."

Même si Bottas s'est fait une petite frayeur en allant chatouiller le gravier en EL2, il s'est montré lui aussi très performant et pointe dans le même dixième que son coéquipier.

"Aujourd'hui, c'était un jour important pour nous avec le nouveau package d'évolutions sur la voiture. Notre objectif était d'estimer si les nouvelles évolutions fonctionnent bien et il semble que ce soit le cas. Il est trop tôt pour dire exactement où nous sommes, mais tout semble bien fonctionner jusqu'à présent."

"C'est toujours sympathique de démarrer le week-end de manière positive, mais c'est le samedi et le dimanche que ça compte. Comme toujours, nous travaillerons dur pour trouver de la performance. J'espère que nous pourrons tirer encore plus de performance du package."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - C'est demain que ça compte vraiment
Kimi Räikkönen a signé le troisième temps, derrière les Mercedes, mais devant son équipier Sebastian Vettel. Le champion finlandais affirme toutefois qu'il ne s'est pas trop intéressé aux chronos d'aujourd'hui et il nous demande d'en faire autant.

"Ce fut un vendredi normal pour nous", raconte Kimi Räikkönen.

"Les chronos n'ont pas beaucoup d'importance aujourd'hui, c'est demain qu'il faudra regarder. Cette journée n'a pas été facile, car il y avait beaucoup de vent et la piste était très glissante. Mais c'était valable pour tout le monde. Comme je l'ai dit, c'était une journée normale."

Est-ce que la gestion des pneumatiques sera facile sur ce circuit?

"Je n'en sais rien, nous le découvrirons en course. Je pense toutefois que ce sera comparable aux années précédentes", ajoute-t-il.
source: Nextgen-Auto.com

Les pilotes Red Bull satisfaits des évolutions de la RB13
Max Verstappen était très ironique après les premiers essais libres à Barcelone.

Les évolutions de sa Red Bull RB13 semblent avoir permis de réduire l'écart avec Mercedes et Ferrari mais...

"Nous ne pourrons gagner que si les 4 voitures devant nous se crashent! Malgré tout, cette journée a été positive. Nous sommes plus proches de Ferrari mais Mercedes semble avoir apporté ici de très grosses évolutions, qui fonctionnent très bien. Nous sommes toujours la 3ème équipe mais ça va", commente le Hollandais, 5ème temps.

"Je pense que nous sommes un peu plus heureux de notre situation maintenant mais il y a encore du travail pour trouver de la performance dans la voiture... et aussi dans le moteur. Bientôt!"

Daniel Ricciardo ne s'attendait pas à beaucoup plus, il est donc assez satisfait.

"Il y a des moments où la voiture a été très bien, d'autres où ça a été un peu plus difficile. Nous avons notamment eu du mal au début des Libres 2, avec le pneu médium. Nous avons trouvé bien plus de performance avec les tendres. Nous y arrivons peu à peu, je sens le progrès, nous devons maintenant régler ces évolutions dans les détails."

"Pour moi, c'est comme je l'attendais. Nous avons progressé mais les autres aussi. Je ne m'attendais pas à être propulsé au niveau de Mercedes. Nous pouvons encore parfaire ce que nous avons, sortir quelques dixièmes de ce package. C'est en tout cas en ligne avec ce que les simulations donnaient."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel n'est pas satisfait de ses réglages
Les Mercedes ne sont pas loin des Ferrari, mais elles sont devant. Et Sebastian Vettel n'aime pas ça. Il doit encore travailler sur les réglages de sa Ferrari pour espérer battre les Mercedes.

"Jusqu'à présent, mes sensations sont plutôt négatives", déclare Sebastian Vettel. "J'ai des difficultés à bien équilibrer la voiture, mais les conditions étaient difficiles aujourd'hui. Nous devons rouler un peu plus pour améliorer les réglages. Cela ne s'est pas trop mal passé cet après-midi, mais je viens de le dire, nous devons faire mieux."

Dans ces conditions, pourra-t-il viser la pole position demain?

"Je ne le sais pas, car je ne sais pas ce que Mercedes a fait aujourd'hui. Mais il semble de toute façon que cela se jouera entre eux et nous. Je ne suis pas encore satisfait, mais je crois que nous avons le potentiel pour faire mieux. Nous allons maintenant analyser les données avec une grande attention", ajoute le champion allemand.
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Espagne - Essais libres 2
Meilleur temps ce matin en essais libres 1, au volant d'une Mercedes F1 W08 largement remaniée, Lewis Hamilton a de nouveau établi le chrono référence en EL2 cet après-midi à Barcelone.

Dans le match entre l'écurie allemande et Ferrari, les monoplaces badgées de l'étoile semblent avoir repris une petite marge ce vendredi. Après les premiers relais en pneus mediums, c'est Sebastian Vettel qui ouvre le bal des tours en pneus tendres, composés le plus tendre apporté par Pirelli en Catalogne.

Le pilote Ferrari réalise un premier tour en 1'21"220 pour Sebastian Vettel. Ce chrono est rapidement abaissé par Lewis Hamilton qui fixe une nouvelle et définitive référence en 1'20"802.

Seul son équipier Valtteri Bottas se rapprochera à moins d'un dixième de la F1 W08 n°44, le Finlandais échouant à 90 millièmes. Le vainqueur du Grand Prix de Russie a été victime d'un passage hors-piste dans le gravier dans les trois dernières minutes au niveau du virage n°6.

Derrière les deux Flèches d'Argent, les Ferrari de Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel, battues d'une seconde en EL1, terminent à 310 et 418 millièmes, le Champion du monde 2007 semblant un temps victime d'un problème moteur sur sa SF70H. Vettel, pour sa part, s'est fait surprendre comme Bottas dans les derniers instants en partant dans le bac à graviers au virage n°4.

Max Verstappen, auteur d'un passage hors-trajectoire au virage n°9 sans conséquence majeure, et Daniel Ricciardo prennent les 5ème et 6ème places à plus de six et sept dixièmes d'Hamilton, et précèdent les deux Renault R.S.17 de Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer, qui confirment les bonnes dispositions de la monoplace française ce vendredi.

Felipe Massa (Williams) ramène l'écurie de Grove dans le Top 10 avec le neuvième chrono devant la Toro Rosso de Carlos Sainz. Romain Grosjean (Haas) et Esteban Ocon (Force India) échouent à la porte des points devant la première McLaren-Honda de Stoffel Vandoorne.

Fernando Alonso (McLaren), après une matinée prématurément écourtée en raison d'une fuite d'huile sur le Power Unit Honda, a pu boucler une vingtaine de tours, mais signe le dernier chrono derrière Lance Stroll (Williams), Daniil Kvyat (Toro Rosso) et Pascal Wehrlein (Sauber).

La séance a été neutralisée sous régime de drapeau rouge à un peu plus de 25' de la fin du chrono, pour pouvoir nettoyer la piste de débris échappés de la Toro Rosso de l'Espagnol Carlos Sainz. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Mercedes favorisée par Pirelli ce week-end?
Les pneus Pirelli pourraient bien déterminer le résultat du Grand Prix d'Espagne, ce week-end, en faisant pencher la balance en faveur de Mercedes ou de Ferrari.

En cause, le pneu le plus dur sélectionné pour la première fois cette saison et semble mieux adaptée à la F1 W08 produite par l'équipe allemande.

"Ce sont des pneus très, très durs", reconnait Hamilton. "La fenêtre de fonctionnement est donc plus large et ce n'est pas pour nous déplaire, étant donné nos problèmes dans ce domaine en ce début de saison. Il va être intéressant de voir comment ils vont fonctionner lors de la suite de ce week-end."

L'ancien pilote de F1 Marc Surer confirme: "La Ferrari est plus douce avec ses pneus, ce qui lui permet de tirer un bon avantage sur sa rivale avec les pneus plus tendres. Avec cette sélection de pneus les plus durs de Pirelli, la bataille pourrait pencher à nouveau en faveur de Mercedes ce week-end."

Plusieurs pilotes ont critiqué la sélection des pneus de Pirelli pour Barcelone. Romain Grosjean rappelait que Sebastian Vettel réussissait plus de 25 tours ici cet hiver avec les pneus les plus tendres.

Chez Sauber, Pascal Wehrlein conclut: "Lors de ces essais, les ultra-tendres tenaient bien ici. Certes il fait plus chaud en mai qu'en mars mais la différence n'est pas énorme. Je pense vraiment que les pneus pour ce week-end sont trop durs."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas ne veut pas penser au titre mondial
Après sa victoire au dernier Grand Prix de Russie, Valtteri Bottas s'est replacé à seulement 10 points de Lewis Hamilton. De quoi lui donner davantage d'ambition pour cette saison 2017? Pas encore.

Interrogé dans le paddock de Barcelone, le Finlandais a assuré ne pas vouloir brûler les étapes. Il ne fait pas du titre mondial un de ses objectifs de l'année et prendra les courses les unes après les autres.

"Ces derniers mois ont été bons pour moi. Le contrat avec Mercedes, ma première pole, ma première victoire - tout cela est un peu surréel. Je dois simplement continuer à pousser, continuer à me renforcer, et j'espère avoir plus de succès. Ce sentiment est assez addictif..."

"Je ne veux pas penser au titre. La saison est très longue."

Valtteri Bottas a tout de même un fier atout dans sa manche: il semble bien mieux maîtriser la gestion des pneus Pirelli. Ce point s'est particulièrement vu en Russie, où Lewis Hamilton était totalement perdu dans ses réglages, à l'inverse du Finlandais, auteur d'un week-end parfait. Mais quel est donc le secret de Bottas avec ses Pirelli?

"Leur fenêtre de fonctionnement optimal est moins grande cette année" a tenté d'expliquer le consultant et ancien pilote Marc Surer.

"Désormais, le style de pilotage est très important. Hamilton est quelqu'un qui est toujours à la limite, et même au-delà, mais cela peut faire plus rapidement surchauffer les pneus. D'un autre côté, Bottas est plus doux avec la gomme, donc cela semble mieux fonctionner pour lui" précise Surer.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - Mon objectif est de gagner en F1 avec Red Bull
Fernando Alonso, Sebastian Vettel, Daniel Ricciardo, Jolyon Palmer... en 2018, il se pourrait que de nombreux pilotes quittent leurs écuries actuelles. Pour ceux qui aspirent à conduire des monoplaces plus compétitives, il s'agit là d'une belle opportunité.

Carlos Sainz est un de ceux-là. Le pilote Toro Rosso ne cache plus qu'il a désormais envie de franchir un palier, même s'il ne dit pas encore à vive voix considérer sérieusement un départ de la structure Red Bull.

Déjà, cet hiver, l'Espagnol avait été approché par Renault, mais Red Bull avait mis son veto.

"Pour moi c'est positif de voir qu'ils ne veulent pas me laisser partir" considère Sainz, "parce que cela montre qu'ils me considèrent. C'est bon de voir que mes patrons m'estiment."

Carlos Sainz pourrait par conséquent être le premier choix de Red Bull en cas de départ de Daniel Ricciardo pour Ferrari. Evidemment, une telle promotion ravirait d'emblée le pilote espagnol...

"Bien sûr, je ne vais pas en dire beaucoup, mais oui, je pense toujours à ces choses et oui, j'adorerais un jour me battre pour des victoires dans une équipe comme Red Bull. C'est mon objectif."

En attendant, Carlos Sainz a une saison intense à mener avec Toro Rosso. Le milieu de tableau est très serré entre Renault, Haas, Toro Rosso, Force India, qui ont des performances très proches. Sainz pense-t-il que son écurie puisse terminer dans le Top 5 du classement des constructeurs cette année?

"Oui, définitivement. Je pense que l'objectif de Toro Rosso a été très clair depuis le début de la saison: nous voulons finir 5ème au classement des constructeurs. Je pense que le début de saison a été intéressant, nous avons cinq équipes qui se battent pour la 4ème place du classement des constructeurs - ce qui est probablement le meilleur résultat à obtenir."

"Selon moi, pour le moment, il semble que Williams ait l'avantage sur chacun de nous, puisqu'ils ont une voiture plus proche de Red Bull que de nous. Mais nous progressons petit à petit."

Pour progresser, Toro Rosso doit aussi compter sur les progrès du V6 Renault. A quel point l'écurie italienne dépend-t-elle du motoriste français selon Sainz?

"Eh bien, nous amenons évidemment nos évolutions, probablement comme toutes les autres équipes. Nous espérons simplement que nos évolutions soient meilleures que celles des autres en attendant celle du moteur plus tard. Je ne regarde pas ce que Ferrari, Mercedes ou Red Bull apportent parce qu'ils sont bien sûr dans une autre catégorie, avec des budgets totalement différents et une performance totalement différente sur la piste. Mon seul souci, probablement, est de m'assurer que ces évolutions nous donnent ces dixièmes dont nous avons besoin - et que les autres ne s'améliorent pas autant que nous."

Carlos Sainz progresse également sur un plan plus personnel. Dans quel domaine plus précisément s'est-il le plus amélioré?

"Dans aucun domaine en particulier, pour être honnête. Je sens que je me suis simplement amélioré dans tous les domaines depuis mon arrivée en F1. C'est simplement de l'expérience, cela arrive course après course. Vous vous sentez aussi un peu plus en confiance, vous apprenez à mieux connaître votre voiture, votre équipe. Il y a aussi le côté humain, avec l'équipe. Vous avez des meilleures relations avec tout le monde, vous pouvez optimiser chaque pièce de voiture, de votre performance personnelle."

"Tout cela s'ajoute et vous pouvez simplement performer un petit mieux à chaque course et à chaque week-end de course. Et vous êtes capable, parfois, de briller un peu plus. Mais durant d'autres week-ends, vous ne brillez pas tellement parce que vous êtes plus malchanceux. Mais l'important est de continuer à apprendre, comme je l'ai fait jusqu'à présent. Et quand vous avez une occasion, par exemple comme en Chine, d'essayer de briller un peu plus, de vous montrer, alors, il faut en profiter. Oui, je crois que c'est ça: de l'expérience... et encore plus d'expérience."
source: Nextgen-Auto.com

Luca Colajanni est bien de retour
Comme nous vous le rapportions hier, l'ancien porte-parole de Ferrari, Luca Colajanni, est bien de retour en Formule 1.

L'Italien est apparu dans le paddock de Barcelone et a reconnu que son retour s'est décidé en quelques jours seulement.

"J'ai reçu une invitation à travailler avec Liberty Media et je l'ai acceptée mercredi. Et me voilà déjà, après 3 années sans Formule 1", dit-il.

Colajanni n'a pas précisé les contours exacts de son nouveau rôle mais il sera notamment en charge de la communication pour le compte du nouveau propriétaire de la F1.
source: Nextgen-Auto.com

GP d'Espagne - Essais libres 1
Les deux Mercedes F1 W08, qui sont apparues en piste avec de multiples évolutions aérodynamiques, se sont montrées les plus à l'aise lors des premiers roulages catalans ce vendredi matin.

Lewis Hamilton a signé le meilleur chrono à l'issue de cette heure et demie, en 1'21"521, 29 millièmes devant son équipier Valtteri Bottas, après avoir passé les gommes médiums qui ont succédé aux pneus durs, vus en début de session.

Kimi Räikkönen pointe à plus de neuf dixièmes avec la première SF70H devant Sebastian Vettel qui n'a pas connu la meilleure des entames en Catalogne, avec une séance perturbée par un vraisemblable problème de boîte de vitesses.

Le quadruple Champion du monde a dû stopper sa SF70H après la sortie de la voie des stands, mais le pilote allemand a pu reprendre la piste à moins de 40' de la fin des roulages, pour échouer à 1"079 d'Hamilton.

Les deux Red Bull de Max Verstappen, qui a pu réellement entamer sa séance qu'à une grosse demi-heure de la fin de la matinée, après avoir seulement bouclé des tours d'installation durant la première heure, et Daniel Ricciardo suivent au classement.

Verstappen avait profité de ses gommes médiums pour signer d'emblée un nouveau meilleur chrono 1'22"706, 825 millièmes devant la précédente référence de Lewis Hamilton, avant que le pilote Mercedes ne hausse le rythme dans la foulée.

Les deux Haas de Kevin Magnussen et Romain Grosjean se classent 7ème et 8ème. Le Danois est toutefois parti à la faute dans les derniers instants, après un blocage de roue au niveau du virage n°4. La voiture de sécurité virtuelle a été déployée le temps d'évacuer la VF-17 pourvue des nouveautés apportées par Kannapolis en Espagne.

Nico Hülkenberg (Renault) et Carlos Sainz (Toro Rosso) complètent le Top 10. Esteban Ocon (Force India) conclut ces EL1 12ème juste derrière son équipier Sergio Pérez et devant la première McLaren de Stoffel Vandoorne.

Séance néanmoins encore compliquée dans le clan McLaren puisque Fernando Alonso a été contraint de s'immobiliser en tout début de session, victime d'un problème moteur sur sa MCL32. La monoplace de Woking, évacuée par un engin de levage, laissait alors se déverser de l'huile à grands flots.

Comme indiqué à 'Sky Sports', le Power Unit Honda devrait être changé en vue des EL2. Felipe Massa place pour sa part la première Williams au 14ème rang. Sergey Sirotkin, remplaçant de Jolyon Palmer chez Renault pour ces EL1, signe le 19ème chrono en pneus durs, mais a vu sa seconde sortie dans la R.S.17 perturbée par une fuite d'eau. (voir les résultats et le résumé)
source: AUTOhebdo.fr

Mercedes gagne la bataille visuelle à Barcelone
Red Bull comptait sur Barcelone pour faire effet mais il faut bien admettre que, visuellement, c'est bien Mercedes qui a fait sensation avant les essais libres en dévoilant la voiture la plus évoluée entre la Russie et ce Grand Prix d'Espagne.

La RB13 vue dans les garages ne semble pas très différente de la précédente.

"Je ne veux pas sous-estimer Red Bull mais je pense, en effet, qu'il leur faudra du temps pour nous rattraper", commente Valtteri Bottas.

"On peut voir que nos ingénieurs se sont bien lâchés sur notre voiture avec beaucoup de nouvelles pièces. Maintenant il faut voir ce que tout ça donne en piste."

Ricciardo admettait hier qu'il espérait au moins réduire l'écart.

"C'est certain que la Mercedes semble avoir beaucoup changé. C'est assez impressionnant", ajoutait ce matin l'Australien. "Seul le chrono compte mais en tout cas, ça fait de l'effet."

"Nous avons aussi changé beaucoup de choses, même si cela se voit moins. Place aux essais maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

Magnussen - Je ne considère pas Haas comme une dernière chance
Kevin Magnussen ne pense pas qu'il joue son avenir en Formule 1 une dernière fois avec l'équipe Haas F1.

Le Danois a été remercié après une saison seulement chez McLaren. Et il a quitté Renault F1 qui ne souhaitait, selon lui, pas le prolonger pour plus qu'une année. Le temps de voir si un meilleur pilote se rendait disponible.

Son arrivée chez Haas a donc donné l'impression qu'il devait sauver une place en F1, avant de finir par être évincé du sport. Il dément aujourd'hui cela.

"Je ne considère pas Haas comme une dernière chance", a déclaré Magnussen. "Je suis reconnaissant des chances qui m'ont été données en Formule 1 mais j'ai toujours eu l'impression de les mériter."

"Je pense aussi que dans certains cas j'ai eu de la malchance, et je ne crois pas que je méritais vraiment de changer d'équipe. Mais ce sont les circonstances, et j'ai fait le meilleur travail possible."

"Je ne dis pas que j'ai tout fait parfaitement, mais je pense que j'ai bien réussi contre un Champion du monde [Jenson Button] lors de ma première année en Formule 1. J'ai été aussi le meilleur de mon équipe [Renault F1] l'année dernière. J'ai été le premier à marquer des points avec cette équipe, alors je ne pense pas avoir été trop mauvais. Il y a donc une bonne raison pour laquelle je suis toujours là."
source: Nextgen-Auto.com

Ericsson est sceptique quant à l'accord entre Sauber et Honda
Sauber a signé un contrat avec Honda pour 2018 et au delà, et Marcus Ericsson devrait encore faire partie du projet de l'écurie suisse puisqu'il apporte indirectement (via ses partenaires) un grand soutien financier à l'équipe.

"Je pense qu'en y réfléchissant, pour le moment, ce n'est pas la meilleure décision car Honda rencontre des difficultés mais je pense à long terme pour l'équipe" tempère le Suédois. "Je pense que ça peut être une décision très intelligente car je suis sûr que Honda réussira, tôt ou tard, à se reprendre. Pour le moment, ce n'est pas la meilleure décision, mais nous verrons".

"Nous avons un autre moteur pour le moment et nous devons faire au mieux cette saison et nous concentrer dessus. Comme chaque équipe, nous réfléchirons ensuite à la saison prochaine et nous nous concentrerons sur le développement de la saison prochaine mais pour le moment, nous ne pensons qu'à la saison actuelle".

De même que Sauber ne se penche pas encore sur la saison 2018, Ericsson maintient le cap sur la saison actuelle car c'est avec de bons résultats qu'il s'assurera une présence en Formule 1 pour la cinquième saison.

"Je n'ai un contrat que pour cette année donc je devrai attendre, mais comme je l'ai dit, je pense que l'équipe a pris une bonne décision à long terme. A court terme, il faudra voir les performances de Honda jusqu'à la fin de saison afin de voir ce que pourra faire Sauber l'année prochaine".

"Me concernant, la concentration est intégralement sur cette saison. Nous avons un moteur Ferrari et nous devons en tirer le meilleur parti, développer la voiture et essayer de signer de bons résultats" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Verstappen pense avoir progressé au niveau de l'expérience
Un an après sa première victoire en Formule 1, obtenue à Barcelone en mai 2016, Max Verstappen est conscient des grands progrès effectués et précise même que selon lui, c'est au niveau de l'expérience qu'il a le plus progressé.

"C'est difficile à dire, je dirais que c'est une question d'expérience générale, tant dans la vie qu'en course, mais rien de radical au niveau du pilotage" analyse-t-il. "C'est un ensemble de petites choses et plus on se sent bien, plus on comprend la voiture".

"Je conduis également aux côtés de pilotes plus expérimentés et c'était le but en arrivant en F1, c'est un procédé naturel. La victoire de l'an dernier était superbe mais je veux gagner d'autres courses. C'est vraiment bien mais ce n'est pas ce pourquoi je suis là, pour une seule victoire. Je veux plus".

Red Bull est esseulée à la troisième place en termes de performance pure depuis le début de la saison mais tout le monde au sein de l'équipe autrichienne attend beaucoup de l'évolution radicale amenée à Barcelone.

"Tout le monde amène quelques mises à jour. J'espère que les nôtres nous rapprocheront plus près de l'avant de la grille mais je pense que nous pouvons progresser dans chaque domaine, et c'est le but. On peut voir quelques différences sur la voiture et j'espère que nous pourrons réduire l'écart".

Verstappen a reçu un des rares compliments lancés à un adversaire par Lewis Hamilton, lorsque le Britannique a dit que tous les pilotes pouvaient s'inspirer du niveau du Batave sur piste mouillée. Ce dernier ne veut pas s'emballer et botte en touche.

"C'est un peu délicat quand on n'est pas dans la même équipe car si c'est le cas, on a plus d'informations, mais si l'on regarde certaines courses, certains dépassements, certains départs, certaines courses manquées, ce qu'il s'est passé, quoi que ce soit, on regarde toujours ce qu'ont fait les adversaires, ce qu'ils font et les différences entre leur fonctionnement et le nôtre. On essaie toujours d'apprendre quelque chose" conclut-il.
source: Nextgen-Auto.com

Massa déplore le manque de solidarité d'Alonso envers McLaren
Felipe Massa a critiqué la décision de Fernando Alonso de manquer le Grand Prix de Monaco pour aller faire Indy 500.

Selon le pilote Williams, qui a été équipier de l'Espagnol chez Ferrari, cette décision n'est pas correcte vis-à-vis de l'équipe McLaren, qui souffre beaucoup à l'heure actuelle.

Massa indique qu'il n'aurait jamais accepté une telle offre à sa place.

"C'est certain que ce n'est pas correct pour son équipe et tous ses membres qui se donnent à 100% pour sortir de cette situation", déclare Massa en Espagne.

"Je pense que ce n'est pas correct de toutes les manières. Pour être honnête, quand vous êtes en course dans la catégorie la plus importante du monde, pour une grande équipe, et que vous ne faites pas Monaco pour faire une autre course d'un autre championnat, ce n'est pas correct. Bien sûr, ils ont différentes raisons pour faire cela, Fernando en a une, Honda une autre, mais peu importe."

"Je respecte vraiment Fernando pour ce qu'il fait, quelque chose qui sera complètement nouveau pour lui, très difficile. Mais ce n'est pas correct. Vous pouvez demander à n'importe quel directeur d'équipe en F1, de toute l'histoire de ce sport, manquer une course du championnat pour en faire une autre ailleurs... ce n'est pas correct. Même si, comme je l'ai dit, ils ont plusieurs raisons de le faire."

Massa déplore ainsi le manque de solidarité d'Alonso envers McLaren. Il précise cependant qu'il n'a rien contre les courses sur ovale... contrairement à sa femme.

"Je n'en ai jamais fait, alors je n'ai pas à dire que c'est dangereux. Les gens autour de moi disent toujours ne pas rouler sur des ovales, ils ne seraient pas heureux de me voir faire cela. Je ne dis pas que j'ai peur, je n'ai pas peur de rouler sur des ovales. Mais je n'y ai jamais pensé. Je n'avais pas vraiment l'intention d'aller en Indy après ma retraite l'an dernier."

"C'est vrai que j'ai regardé le test de Fernando sur Internet, juste pour voir comment il se débrouillait. Ma femme est venue me dire tout de suite de ne pas penser à faire la même chose. Je lui ai dit que non, mais j'ai aussi dit que j'ai toujours été rapide dans les virages les plus rapides. Elle a dit 'Je m'en fous!' Quoi qu'il en soit, je ne prévois pas de faire Indy."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas pense que la Mercedes a une grande marge de progression
Mercedes n'a pas vécu un début de saison aussi évident que celui des saisons précédentes mais Valtteri Bottas n'a pas perdu espoir pour autant et assure que selon lui, la W08 a encore une marge de progression fantastique. Un potentiel qu'elle pourrait en partie exploiter ce week-end grâce à l'évolution conséquente amenée à Barcelone.

"Ce n'est pas simple cette saison, la lutte est serrée avec Ferrari" rappelle Bottas. "Tout compte et nous faisons de notre mieux pour développer la voiture aussi vite que possible en amenant de nouvelles pièces, mais il y a toujours de la performance à trouver avec les différents pneus".

"C'est une chose que Ferrari a mieux fait que nous depuis le début de l'année, ils sont plus réguliers avec les pneus et pour trouver leur fenêtre de fonctionnement avec chaque composé. Nous y travaillons et nous voulons aussi amener de nouvelles pièces car il y a encore beaucoup de performance à débloquer, beaucoup de potentiel et de possibilité d'amélioration".

Bottas est également revenu sur son week-end de Sotchi, qu'il a considéré comme le meilleur de sa carrière, mais aussi comme celui qui a montré à tout le monde ce dont il est capable au plus haut niveau de compétition et de pression.

"J'ai l'impression d'avoir avancé course après course et je pense que la Russie était mon meilleur week-end cette saison en dépit du circuit qui est unique, surtout le dernier secteur et la gestion des pneumatiques qu'il impose".

"Comme je l'ai dit, j'ai regardé ce que nous avons fait en Russie, ce que j'aurais pu faire mieux, ce que j'ai réussi également et je comprends maintenant bien mieux là ou se faisaient les différences. Je vais essayer de garder cette dynamique".

Quelle est la perspective pour Barcelone?

"Il est certain que les qualifications seront très importantes. Mais nous ne pouvons pas compter sur les qualifications seulement, car il s'agit d'une longue course. Ce qui est aussi certain c'est que, si nous n'avons pas le bon rythme, Ferrari nous dépasserait avec la stratégie. Voilà comment cela se passerait, même s'il est difficile de dépasser ici. Nous ne voulons pas baisser trop notre rythme de qualification, qui a été un peu un avantage pour nous jusqu'à présent, pour favoriser celui de course. Il y a bien sûr une ligne très fine entre ce qu'il faut faire et ne pas faire. Nous faisons de notre mieux je crois."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton n'est pas surpris de voir Bottas s'affirmer
Lewis Hamilton a découvert une nouvelle facette de son équipier à Sotchi puisque Valtteri Bottas l'a dominé tout au long du week-end pour aller cueillir son premier succès en carrière, pendant que le Britannique manquait le podium. Hamilton n'a pas été si surpris.

"J'ai dit dès le début de la saison qu'il était dans la compétition, ce n'est pas une surprise qu'il remporte une course" a relativisé le triple Champion du monde à Barcelone. "J'étais très heureux pour lui, comme vous l'avez vu en fin de course j'ai au moins pu être heureux et partager la réussite de l'équipe après avoir battu les Ferrari et gardé la tête du championnat. J'étais fier de ce que nous avions accompli et j'aurais juste aimé l'avoir suivi en réussissant le doublé".

Hamilton n'écarte pas Bottas de la lutte pour le titre mais assure que Mercedes est loin de réfléchir à donner des consignes, ce qu'elle pourrait envisager dès lors que l'un ou l'autre de ses pilotes sera réellement un candidat potentiel.

"Je n'ai pas eu ce genre de discussions avec l'équipe. Il est un compétiteur crédible, il l'était en arrivant. Je pense que les médias et les fans sont arrivés avec des idées préconçues sur ses performances et il a prouvé à tout le monde que c'était faux".

"Il sera un compétiteur acharné toute la saison et la lutte sera intense, nous avons démarré notre relation avec des fondations solides et respectueuses et je pense que ça continuera" poursuit-il.

Avant Bottas, Hamilton faisait équipe avec Rosberg et c'est précisément en Espagne l'an dernier que les deux hommes se sont accrochés. S'il assure ne pas avoir menacé de quitter l'équipe après cet incident, Hamilton n'en a pas gardé un souvenir particulier.

"C'était juste un incident de course. J'ai eu de nombreux accidents dans ma carrière et c'était simplement un de plus. Nous avons géré la situation au mieux et nous avons réussi à gagner de nombreuses courses après cela".

Après leur lutte fratricide de l'année dernière, les deux hommes ne se sont pas parlés cette année, à l'exception d'une rencontre fortuite que raconte Hamilton: "La seule fois où je l'ai vu, je courais dans les rues de Londres. C'est amusant, j'allais de Covent Garden à la Tamise, puis jusqu'à Battersea, dans la zone derrière le Parlement, et je suis allé dans une rue au hasard et quelqu'un courrait derrière moi".

"Il y avait un passage piéton bondé mais quelqu'un courrait derrière moi, je me suis retourné et... il m'avait manifestement vu sur la route en allant quelque part dans Londres, il a sauté de la voiture et a couru derrière moi, donc nous nous sommes arrêtés pour discuter".

Quand on lui demande enfin si Rosberg était plus rapide, Hamilton répond avec humour: "Eh bien, il essayait de me rattraper, donc..."
source: Nextgen-Auto.com

Räikkönen - Ferrari a jeté les bases de son succès en 2016
Kimi Räikkönen estime que les bases du succès de Ferrari cette saison remonte bien à 2016, une saison pourtant catastrophique en termes de résultats pour les Rouges.

Selon le Finlandais, la Ferrari SF70H récolte enfin les fruits des méthodes de travail mises en place l'année dernière. Ce qui justifie, en quelque sorte, un certain passage à vide la saison passée.

"Je ne pense pas que beaucoup de choses ont changé en l'espace d'un an", affirme Räikkönen à Barcelone. "Je disais déjà l'an dernier que nous faisions de bonnes choses mais les gens s'en tenaient uniquement aux résultats obtenus le dimanche soir."

"Nous faisons pourtant la même chose aujourd'hui. Les gars ont appris et ont donc construit une bonne voiture cet hiver. Les résultats sont meilleurs et les gens pensent donc que nous faisons les choses différemment!"

Ce n'est donc pas le cas selon Räikkönen. Mais le Finlandais précise encore...

"Evidemment, Mercedes était meilleure que nous en 2016. Et Red Bull a été meilleure que nous lors de la 2ème partie de la saison. Mais nous savions tout ce que nous pouvions faire mieux, nous avons appliqué cela quand nous le pouvions. Il fallait juste produire une meilleure voiture pour que les progrès se transforment enfin en meilleurs résultats."

"Mieux travailler, c'est une histoire sans fin. J'ai senti l'an dernier que tous les gars poussaient dans la même direction: c'est la clé du succès de cette année."

Räikkönen est toutefois la cible de critiques directes: son équipier, Sebastian Vettel, semble être capable de lutter contre les pilotes Mercedes pour le titre...

"Oui, il me manque de meilleurs résultats. En Russie, cela s'est mieux passé et j'en suis très heureux mais il y a toujours des choses à améliorer. J'aurais pu aller plus vite. Même quand vous gagnez, vous pouvez faire mieux. Il n'y aura jamais rien de parfait. Tout peut toujours mieux se passer. J'espère y arriver."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.