En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites (en savoir plus). OK
Vous êtes dans: Accueil » Actualités » Brèves du paddock

Brèves du paddock

Les news du Jeudi 11 Mai 2017

Ricciardo ne s'attend pas à un miracle avec la RB13 version 'B'
Daniel Ricciardo ne se fait guère d'illusions sur les évolutions de la Red Bull RB13: elles ne lui permettront certainement pas de viser la victoire en Espagne, ni même titiller de trop près les Ferrari et les Mercedes.

L'Australien espère toutefois des progrès notables grâce à ces nouvelles pièces directement supervisées par Adrian Newey.

"Nous devons nous attendre à rester à notre place, c'est-à-dire à la 3ème", confie aujourd'hui Ricciardo à Barcelone.

"J'espère que nous pourrons être bien plus proches des meilleurs mais je ne pense pas que nous pouvons nous attendre à gagner, comme ça. Nous voulons le faire, nous aimerions le faire mais nous ne pouvons pas vraiment nous y attendre. Parce que même si notre voiture progresse d'une seconde, nous savons que Mercedes et Ferrari ne sont pas venus ici les mains vides."

"Le but est donc de réduire l'écart, nettement. Après nous verrons. Gagner, c'est ce que j'espère mais je ne vais rien dire avant d'avoir piloté cette nouvelle voiture."

Pour Ricciardo, ce week-end aura valeur de test.

"Comme toujours, à cette époque de l'année, ce sont surtout des grosses nouveautés aérodynamiques qui sont présentes ici. Du côté de la mécanique cela évolue moins mais c'est surtout avec la carrosserie, les ailerons, les déflecteurs, que vous pouvez jouer."

"Nos gars ont essayé de nous donner plus d'appuis, sur la même voiture de base. Nous verrons s'ils ont réussi. Cela nous donnera des indices sur ce que nous pouvons faire pour la suite de la saison avec notre châssis."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - les évolutions de Barcelone ne vont pas décider du reste de la saison
Le début de la saison européenne, à Barcelone, sera marqué par l'introduction de nombreuses évolutions aérodynamiques sur les monoplaces. C'est ainsi que Red Bull attend une "nouvelle voiture" selon les dires de Helmut Marko.

Cependant, pour Sebastian Vettel, il n'y aura pas de quoi bouleverser la hiérarchie générale de la grille. Pour le pilote allemand (et Felipe Massa est d'ailleurs d'un avis similaire), la lutte pour le titre entre Ferrari et Mercedes ne sera pas décidée par l'impact des évolutions de Barcelone - et ce même si l'écart est infime entre les deux écuries.

"C'est une course où nous avons beaucoup de nouveaux jouets, mais ensuite, il y a beaucoup d'autres courses où nous aurons beaucoup de nouveaux jouets. Nous sommes vraiment des enfants gâtés! Nous avons des nouveaux jouets plus ou moins à chaque course."

"Je pense que de nos jours, vous avez une équipe qui amène des pièces, parfois plus, parfois moins, presque à chaque course. Historiquement, il y a beaucoup d'évolutions pour la course de Barcelone parce que l'Espagne est juste plus proche du QG des équipes. Mais ces deux dernières années, vous aviez toujours de gros convois qui arrivaient à la dernière minute pour vous pousser dans la bonne direction. Donc je ne sais pas ce que les autres équipes vont amener, j'ai hâte de le voir. Je sais ce que nous apportons. Nous devrions un peu progresser. Ensuite, nous continuerons à partir de là."

Sebastian Vettel considère donc que l'évolution de la SF70H sera surtout une affaire de long terme. La Ferrari évoluera petit à petit et non brusquement.

"Si nous regardons les quatre premières courses, l'écart a vraiment été serré même si nous avons amené des pièces et des évolutions différentes. Peut-être que ce sera la même chose à Barcelone, je ne sais pas, nous verrons."

"Selon certains, Red Bull a une approche différente, et aura une voiture différente. C'est une longue année. On s'attendait à ce que l'on amène beaucoup de pièces, on s'attendait à un rythme de développement impressionnant. Nous sommes concentrés sur cela et tenterons de faire de notre mieux."
source: Nextgen-Auto.com

Hamilton a compris ce qui s'est passé à Sotchi
Lewis Hamilton a déclaré lors de la conférence du jour à Barcelone être confiant d'avoir réglé les problèmes qui ont handicapé son rythme de course en Russie.

Le Britannique a passé du temps avec Mercedes, à l'usine, pour analyser les données.

"Nous avons maintenant une bonne compréhension de ce qui s'est mal passé", explique Hamilton.

"Nous avons procédé à des analyses, comme nous en faisons course après course. Nous avons pu apprendre du fait que nous avons gagné avec une voiture rapide d'un côté (Bottas) et une qui a eu des soucis (la sienne) dans beaucoup de domaines."

"Je pense que nous sommes maintenant mieux armés pour le week-end à venir, je l'espère en tout cas. D'autant plus que nous avons des évolutions, comme tout le monde, donc il faudra aussi travailler sur les nouvelles pièces à partir de demain."

Pressé d'en dire plus sur ces problèmes Hamilton ajoute que "ce n'était qu'une somme de petits détails, qui, additionnés, ont mené à ce manque de performance. Il n'y avait rien en particulier qui sortait du lot. Nous avons pris une mauvaise direction pour les réglages, pour gérer les pneus. Je n'étais pas dans la bonne fenêtre de fonctionnement des pneus, pour simplifier."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean fera valoir ses points de vue différents au sein du GPDA
Romain Grosjean assure qu'il sera un directeur juste pour le GPDA, l'Association des Pilotes de F1.

Le Français, qui a été élu par ses pairs pour remplacer Jenson Button, aujourd'hui retraité, accompagnera Sebastian Vettel dorénavant dans la direction du mouvement, qui reste sous la présidence d'Alexander Wurz.

"Je suis maintenant en Formule 1 depuis mal de temps, membre du GPDA depuis et nous avons toujours bien réfléchi et agi au sein de cette associations", explique le Français à Barcelone.

"Je ne suis pas toujours d'accord avec Alex ou avec Seb, mais je pense que c'est une bonne chose d'être directeur et d'apporter un point de vue différent. Nous pouvons toujours discuter et je suis très heureux."

Grosjean a en effet la réputation d'être un pilote moins à cheval sur la question des normes de sécurité, s'opposant notamment au Halo ou au Shield.

"Nous avons de toute façon un système de vote à la majorité. Certes je suis opposé à toute forme de protection de la tête mais ce n'est pas le cas de tous les pilotes. Je donne mon point de vue mais une fois que nous avons décidé une chose à la majorité des voix, seule cette position globale compte."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean et Palmer n'ont toujours pas enterré la hache de guerre
L'accrochage entre Jolyon Palmer et Romain Grosjean lors du dernier Grand Prix de Russie, au premier tour de la course, fait toujours hautement débat entre les deux principaux intéressés. Aucun pilote ne veut reconnaître la responsabilité de l'incident et préfère accuser son homologue...

Deux semaines après l'accident, Jolyon Palmer regrette que Romain Grosjean n'ait toujours pas changé d'avis. Le Britannique est visiblement amer.

"Sa logique est étrange, mais c'est OK, c'est la course. Quand vous avez un incident, c'est assez courant que des gens ne soient pas d'accord avec ce qui est arrivé. Pour moi, c'était tout à fait clair, surtout en regardant le ralenti. Je suis heureux qu'il s'agisse d'un incident de course [ce que la FIA a jugé], je suis heureux de l'accepter, je peux comprendre son point de vue, il était à l'intérieur. De mon point de vue, je devais tourner [vers l'intérieur du virage] parce que j'avais une voiture à l'extérieur. Et je pense que Grosjean semble penser autre à autre chose."

Pressé de définir ce qu'il entendait par "logique étrange", Palmer en a remis une couche sur le comportement de Romain Grosjean.

"C'est, en gros, quand vous pensez que des règles s'appliquent à certaines pilotes et pas à d'autres."

Le pilote Haas n'est guère impressionné par les rodomontades de Jolyon Palmer. Romain Grosjean s'étonne ainsi toujours que Palmer n'ait pas été pénalisé par les commissaires.

"J'ai essayé de tourner mais c'était assez évident, il a continué à accélérer. La même chose est arrivée avec Rosberg en Malaisie l'an dernier, quand il a tourné au virage 1 tout en allant à fond. Mais bien sûr, vous ne voulez jamais perdre du temps. Mais quand vous arrivez et qu'il y a une voiture près de vous, vous ne savez pas la vitesse qu'a cette voiture, et cela rend le tout un peu plus dangereux."

"Je m'attendais à ce que Palmer reçoive une pénalité. Les règles disent que vous devez garder vos distances avec la voiture qui est proche de vous. J'ai pris le virage de manière très propre et je me suis même allé sur le vibreur orange. Ensuite, Palmer a tourné, et pourtant je voulais qu'il y prenne garde. S'il y a une voiture qui tourne au virage 1, je sais que ce n'est pas facile, mais les pilotes devraient toujours y aller en freinant. Ce qui est arrivé avec Jolyon, c'est que sa voiture a tourné mais il a continué d'accélérer. Sa voiture est ensuite revenue [sur moi] et c'est pourquoi il y a eu cette grosse collision."

Cependant, Romain Grosjean concède que ce genre d'incidents arrive bien plus fréquemment en partant en fond de grille - le Français avait été éliminé dès la Q1, comme Palmer, sorti violement de la piste le samedi.

"C'est ma faute. Je m'étais qualifié 20ème et quand vous êtes à l'arrière, vous rencontrez toujours des pilotes qui sont un peu... ce ne serait pas arrivé à l'avant ou trois ou quatre lignes plus haut sur la grille."
source: Nextgen-Auto.com

Vettel - le DRS est moins efficace cette année, et c'est tant mieux
Le nouveau règlement a rendu les dépassements plus spectaculaires, mais aussi moins fréquents. Le DRS est ainsi devenu moins efficace en ligne droite... à la grande joie de certains pilotes, à l'image de Sebastian Vettel.

Le pilote Ferrari n'est pas un franc partisan du système DRS et apprécie d'autant plus les dépassements plus virils de cette saison 2017, comme il l'a confié en conférence de presse aujourd'hui.

"Tout d'abord, je ne pense pas être en faveur d'une augmentation du nombre des zones DRS. Je pense que nous avons placé des zones DRS, ces deux dernières années, en des endroits qui rendaient alors les dépassements simplement trop faciles. C'était formidable de voir que vous étiez derrière une voiture, parce que vous pouviez simplement doubler, mais ce n'est pas l'idée d'un vrai dépassement."

Le revers de la médaille de cette nouvelle donne? C'est évidemment des courses moins animées, comme en Russie, où il n'y a eu qu'un seul dépassement... Cependant, Sebastian Vettel pense que cela fait aussi partie du jeu.

"Je pense que pour de nombreuses raisons, il était assez difficile de dépasser à Sotchi. Les pneus tenaient assez bien donc vous étiez capables de pousser, que vous étiez à l'avant ou à l'arrière, donc il n'y avait pas beaucoup de dégradation. Le revêtement de la piste, de plus, faisait qu'il était plus difficile de suivre de près une autre voiture. Historiquement, en Russie, vous avez beaucoup plus de mal à vous rapprocher de la voiture que vous suivez à cause du dernier virage."

"Personnellement, j'aurais adoré être plus proche et ensuite tenter quelque chose, mais c'est aussi un défi. Donc vous ne devez pas simplement vous présenter et ensuite dépasser l'autre pilote, ou avoir un outil qui vous met au même niveau de l'autre pilote. Vous devez travailler pour y arriver, essayer des trajectoires différentes, faire des choses différentes."

Sebastian Vettel a donc mis de côté sa frustration personnelle pour se concentrer sur le plaisir de conduite. En Russie, en effet, le pilote Ferrari avait suivi de près le leader de la course, Valtteri Bottas, mais avait été incapable de le dépasser dans les derniers tours de piste...

"Je pense que je suis simplement revenu trop tard sur Bottas à Sotchi. J'aurais pu être plus proche durant les deux ou trois derniers tours, peut-être. Mais avant cela, c'était excitant pour moi de chasser Bottas et d'essayer de tenter quelque chose à la fin. Bien sûr, ç'aurait été formidable si ça avait fonctionné. Mais ça n'a pas marché - et j'avais probablement envie que ça marche autant que vous!"

Philosophe, Sebastian Vettel se dit contre tout renforcement du système DRS à l'avenir et en profite pour le qualifier de système favorisant des dépassements inauthentiques.

"Parfois, cela fonctionne et parfois pas. Je pense que nous ne devrions pas revenir à quelque chose d'artificiel."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso juge 'totalement inacceptable' la fiabilité du V6 Honda
Le ton monte entre Fernando Alonso et McLaren. L'Espagnol ne cache plus qu'il cherchera à rejoindre une équipe capable de gagner en 2018 - et si ce n'est pas McLaren, ce sera donc une autre... Les difficultés d'Alonso et de McLaren sont bien entendu en grande majorité liées au moteur Honda, qui conjugue le déficit de performance avec le déficit de fiabilité.

Le double Champion du monde a aujourd'hui haussé le ton contre le motoriste japonais en conférence de presse, pour mettre encore un peu plus la pression sur son écurie.

"Je ne sais toujours pas ce qui est arrivé exactement à Sotchi" a d'abord commenté Alonso, qui avait dû abandonner durant le tour de formation. "Nous avons eu un problème avec l'ERS. J'ai essayé de redémarrer tout le système durant le tour de formation deux fois. Mais à la deuxième tentative, la voiture n'a pas démarré."

A Bahreïn, Stoffel Vandoorne avait été aussi incapable de commencer la course. Fernando Alonso n'est pas seul dans son malheur, mais on ne peut pas dire que cela le console vraiment vu la situation actuelle...

"C'est vraiment mauvais pour l'équipe de ne pas être capable de démarrer une course, que ce soit avec Stoffel Vandoorne à Bahreïn ou de mon côté du garage en Russie. C'est totalement inacceptable. Nous avons besoin d'élever notre niveau de jeu en termes de fiabilité et j'espère que nous pourrons finir avec les deux voitures dans le futur."

Comme lot de consolation pour ce début de saison catastrophique, Fernando Alonso a été autorisé par Zak Brown à aller disputer les 500 Miles d'Indianapolis. Ron Dennis n'en aurait pas fait de même selon l'Espagnol...

"Ron a connu des moments fantastiques avec McLaren par le passé, il a eu beaucoup de succès. Maintenant, avec Zak, les choses sont un petit plus ouvertes à l'intérieur de l'équipe, mais aussi pour vous, à l'extérieur de l'équipe - vous pouvez plus approcher McLaren maintenant. Du point de vue commercial, et aussi du point de vue technique, c'est différent."

"Je pense aussi que la plus grande différence avec Zak, c'est la vision et l'approche de la marque McLaren. Il veut étendre la marque McLaren dans différents univers, dans différentes catégories."

"Nous le voyons avec les 500 Miles d'Indianapolis, je pense. Et pas seulement pour cette année: je pense que McLaren sera présent aux 500 Miles d'Indianapolis dans le futur. Je pense que McLaren sera aussi aux 24 Heures du Mans dans le futur, comme par le passé. C'est le changement le plus important que nous pouvons ressentir chez McLaren."

"Zak ne se concentrera pas seulement sur la F1, il axera aussi McLaren sur des séries différentes et le plus important, c'est bien sûr, je crois, de vendre des voitures. Pour vendre des voitures McLaren, vous devez ouvrir McLaren à de nouveaux marchés, et en particulier aux Etats-Unis - c'est le marché le plus important."
source: Nextgen-Auto.com

Ocon - Course après course, l'écart avec Pérez se réduit
Esteban Ocon n'a pour le moment jamais manqué une arrivée dans les points cette saison. Le "demi-rookie" de Force India (il a disputé seulement une moitié de saison en 2016 avec Manor) donne pour le moment entière satisfaction, même si son coéquipier, Sergio Pérez, plus expérimenté, le bat régulièrement.

Cependant, le Français assure que sa marge de progression est sensible. Il sent qu'il se rapproche course après course du Mexicain.

"Dans l'ensemble, je me suis grandement amélioré. En Australie, si on me compare à Checo, je ne suis pas parti très loin de lui et j'ai ensuite réussi à rattraper mon retard tout au long de la course. A Bahreïn, j'étais plus rapide en qualifications que lui. A Sotchi, nous nous sommes battus ensemble et nous faisions plus ou moins les mêmes temps au tour, et nous avions le même rythme."

"Donc dans l'ensemble, je suis assez heureux de mes progrès durant la saison, de ma manière de m'entendre avec l'équipe aussi. Donc c'est bien. Mais j'ai besoin de franchir d'autres paliers pour les courses à venir."

L'ancien rival de Max Verstappen assure avoir le plus progressé en qualifications sur ses performances.

"Je me sens toujours à l'aise en course. J'ai toujours un peu plus souffert en qualifications. Je pense que j'ai grandement amélioré mon rythme sur un seul tour."

D'autres marges de progression ont été trouvées en coulisses, du côté du travail sur les réglages...

"J'ai toujours eu une voiture solide pour la course. Je pense que nous nous sommes aussi grandement améliorés sur la manière de régler la voiture avec mes ingénieurs [pour les qualifications]. Maintenant, je suis capable d'avoir un bon rythme en qualifications, donc c'est bien."

Une confirmation de ces progrès est attendue lors de la saison européenne, qui débute ce week-end à Barcelone.
source: Nextgen-Auto.com

Vettel ne dément pas un lien avec Mercedes pour 2018
Sebastian Vettel n'a pas démenti formellement avoir signé un pré-accord avec Mercedes pour la saison 2018, comme il l'a été rapporté ces derniers jours.

L'Allemand, qui arrive au terme de son contrat de trois ans avec Ferrari, serait entré en discussions avec l'équipe allemande cet hiver et aurait un accord pour l'année prochaine au cas où Ferrari était une déception en 2017.

"Je ne sais pas", répond-il à Barcelone. "Ca vient d'Italie? Il faudrait demander aux Italiens. Ils semblent en savoir plus que moi."

"Je pense que la situation est claire. Mon principal objectif c'est 2017. C'est un fait, nous sommes dans une très bonne position et nous voulons la garde. Le reste n'est pas très important. Il y a des rumeurs, comme tous les ans."

Alonso a fait savoir qu'il était prêt à signer avec une équipe capable de gagner en 2018. Vettel pourrait-il accepter un duo avec l'Espagnol chez Ferrari?

"Vous devez être prêt à courir contre n'importe qui. Fernando a une bonne réputation pour de nombreuses raisons. Pas pour ses deux titres uniquement. Il a fait beaucoup de courses, il est là depuis longtemps. Mais je suis responsable de mon contrat, pas de celui des autres. Mais s'il revient chez Ferrari, je suis prêt."

"J'ai eu beaucoup d'équipiers très différents, avec des forces et des faiblesses différentes. Cela permet toujours d'avoir de nouvelles visions. Cependant je dois dire que nous sommes très heureux de notre situation actuelle."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso - Il me faut une équipe pour gagner l'an prochain
Fernando Alonso s'est expliqué dans le paddock de Barcelone sur ses dernières déclarations, et notamment sur le fait qu'il restait "très ouvert" concernant son avenir, après l'expiration de son contrat actuel avec McLaren Honda à la fin de cette saison.

"Je dois dire que le moment n'est pas propice à la réflexion. C'est un peu chargé pour moi avec les Grands Prix et l'Indy 500 à préparer", dit-il.

"Mais concernant les défis à relever en dehors de la Formule 1, ou en Formule 1, si j'ai une opportunité de gagner le titre, tout reste effectivement très ouvert."

Alonso souligne donc bien le fait qu'il ne veut plus juste faire le nombre en 2018. McLaren et Honda ont donc quelques mois à peine pour prouver à l'Espagnol de quoi ils peuvent être capables.

"Si je vois en septembre ou en octobre une opportunité de gagner ici (chez McLaren) en 2018, alors je serai plus que ravi de rester. Mais si ce n'est pas le cas, je suis prêt à parler aux autres."

"Cette année, les Formule 1 sont de nouveau géniales à piloter. La Formule 1 est de retour là où elle devait être. J'aime ces monoplaces. C'est pourquoi j'ai dit que ma priorité est de rester en F1 l'an prochain. Mais pas pour courir. Pour gagner. Je suis heureux chez McLaren mais nous ne gagnons pas."

Alonso espère que ce Grand Prix d'Espagne devienne le vrai début de sa saison.

"Je n'ai pas fini un seul GP pour le moment. Nous n'avons pas été assez performants lors des quatre premières courses. La première étape est donc de progresser, ce qui n'est pas difficile. La deuxième est de voir à quel point nous pouvons être compétitifs ici, avec nos évolutions, en comparaison des autres."

"Nous devons hausser notre niveau de jeu en termes de fiabilité et finir la course avec les deux voitures. J'espère que l'Espagne va marquer le début d'un nouveau championnat pour nous."
source: Nextgen-Auto.com

Massa - Williams a changé sa mentalité pour bien développer la FW40 en cours de saison
Williams avait une voiture qui était bien née l'an dernier, mais l'écurie de Grove a ensuite pâti dans le développement de sa monoplace en cours de saison, notamment face à Force India. Cette année, croit cependant savoir Felipe Massa, Williams a changé son approche et sa mentalité, ce qui devrait lui éviter de perdre en compétitivité au fur et à mesure de la saison.

"Pour être honnête, ce que j'ai vu cette année dans l'équipe est complètement différent de ce que j'y ai vu ces trois dernières années en termes de mentalité sur le plan du développement. Je vois que l'équipe est beaucoup plus connectée. Elle travaille ensemble dans tant de domaines différents, notamment dans le domaine aéro... Je crois que nous pourrons avoir un développement sensiblement meilleur au fur et à mesure de la saison - meilleur que lors des trois dernières années."

"Bien sûr, vous devez vous assurer que toutes ces choses fonctionnent, et vous en êtes seulement certain à 100% quand vous les essayez dans la voiture. Mais la mentalité est vraiment totalement différente. Donc je crois que notre travail est maintenant beaucoup plus intelligent, et corrigé en temps réel."

Cette saison, l'évolution des monoplaces sera beaucoup plus rapide qu'en 2016 en raison du vaste changement réglementaire en début d'année. D'ailleurs, c'est à Barcelone, ce week-end, que sont attendues les premières franches évolutions - c'est ainsi que Red Bull attend une version "B" de sa monoplace. Toutefois, tempère Felipe Massa, il n'y aura pas de quoi révolutionner la hiérarchie actuelle de la grille.

"Selon moi, cette course ne sera pas complètement différente de la dernière. Une équipe différente ne va pas s'imposer ici. Je crois que la lutte [pour la victoire] sera toujours entre Ferrari et Mercedes. Bien sûr, c'est un circuit qui convient un petit mieux à Red Bull par exemple, donc ils peuvent être plus proches"

"Beaucoup d'équipes apportent de nouvelles pièces à leur voiture, y compris nous, sur le plan aéro et sur la carrosserie. Il y a aussi des pièces comme des conduits de freins, des évolutions dans des domaines différents. Mais à quel point ces évolutions seront bonnes? C'est impossible d'y répondre maintenant."
source: Nextgen-Auto.com

Valsecchi - Kvyat pourrait retourner chez Red Bull
Daniil Kvyat pourrait faire un retour surprise chez Red Bull Racing en 2018.

C'est du moins ce que pense l'ancien pilote d'essais de Lotus F1 Team, Davide Valsecchi. Selon lui, alors que les pilotes actuels de l'équipe senior du Taureau Rouge sont fermement sous contrat, il pourrait y avoir une place à prendre pour 2018.

"Mon sentiment est qu'il y aura un baquet de libre la saison prochaine" déclare l'Italien. "Je ne pense pas que Ricciardo va rester - il y a une chance qu'il puisse aller chez Ferrari ou ailleurs. Donc Kvyat pourrait avoir une opportunité de retourner chez Red Bull."

Mais étant bien avisé des méthodes de management de l'équipe autrichienne, l'homme de 30 ans ne fait cependant pas de plan sur la comète.

"Bien évidemment, nous ne pouvons savoir de manière sûre, vu que prédire les décisions de Red Bull est parfois presque impossible. Mais j'aime bien Kvyat - c'est un gars bien et un bon pilote."

Et pourquoi pas Carlos Sainz? Valsecchi pense que le Russe est "plus doué" que l'Espagnol...
source: Nextgen-Auto.com

Pérez ne s'attendait pas à voir Force India 4ème du championnat
Sergio Pérez reconnait qu'il ne s'attendait pas du tout à ce que Force India occupe la 4ème place provisoire au championnat des constructeur après 4 courses.

Le Mexicain a toujours souligné que la VJM10 n'était pas la 4ème monoplace la plus rapide de ce début de saison, l'équipe indienne devant sa place au championnat par le fait qu'elle a fait très peu d'erreurs et a maximisé ses opportunités, avec les deux pilotes.

"Je n'y aurais pas cru après les essais hivernaux, ni même après l'Australie, la Chine, Bahreïn et la dernière course", souligne Pérez à Barcelone.

"Nous ne sommes pas du tout la 4ème équipe du plateau en termes de performance. Nous améliorons constamment la voiture mais nous allons bien voir ce que vont donner les évolutions."

"Ce qui est certain c'est que nous pouvons dire un grand merci à toute l'équipe de course, qui fait un travail fantastique avec la voiture que nous avons. Maintenant j'espère que les performances vont progresser afin de lui ôter un peu de pression."

Les problèmes de Force India se concentrent principalement sur le manque d'appuis aérodynamiques au niveau du train arrière.

"Nous allons corriger cela avec les évolutions apportées ici à Barcelone, des évolutions qui sont parmi les plus importantes de l'année. Evidemment, avec cette toute nouvelle génération de voitures, le développement est très important, même d'une course à l'autre. Nous pensons toutefois que les pièces vont corriger un grand nombre de nos problèmes actuels. Nous le saurons demain, j'espère que nous pourrons avoir un vendredi de travail très solide. Mais je suis optimiste."
source: Nextgen-Auto.com

Grosjean perd à pile ou face le droit d'avoir les évolutions demain
Romain Grosjean n'aura pas le droit d'utiliser avant samedi le nouveau package d'évolutions de Haas pour la VF-17.

L'équipe américaine est en retard dans la production des nouvelles pièces et un seul package complet est disponible à l'heure actuelle. Le Français et son équipier, Kevin Magnussen, ont donc joué à pile ou face pour savoir qui en disposerait dès vendredi et Grosjean a perdu. Les autres pièces arriveront, normalement, à temps pour être utilisées à partir de samedi.

"Malheureusement je n'aurai pas les nouvelles pièces avant samedi, ce qui est loin d'être idéal pour les essayer et régler la voiture", nous explique Grosjean à Barcelone.

"Il n'y a qu'un seul pack complet de pièces qui a été produit et je n'y ai pas droit en premier. Ce n'est pas idéal parce que les changements sont très importants. Il y a beaucoup de nouvelles pièces. Je ne sais pas comme ça se passera demain pour nous. En tout cas je n'ai jamais eu de chance à pile ou face!"

Grosjean sait qu'il repartira en piste directement avec les freins Brembo, comme Magnussen.

"Nous avons su très tôt le vendredi en Russie que nous ne pourrions pas utiliser les Carbone Industrie sur la durée d'une course, tant que nous ne savons pas comment les refroidir davantage. C'est un problème à régler."

"Cependant, comme je l'avais souligné, les évolutions de Brembo depuis la Chine sont plutôt bonnes. La différence est très faible. Les Carbone Industrie sont meilleurs sur les gros freinages, les Brembo sur les moyens. Les Carbone Industrie sont plus faciles à contrôler en fin de freinage aussi."

"Mais ces freins ont besoin de cartographies très différentes aussi, alors cela prend du temps. Mais la différence entre les deux fournisseurs s'est bien réduite depuis notre test au Brésil, l'an dernier."
source: Nextgen-Auto.com

Liberty accueille un ancien porte-parole de Ferrari
L'ancien porte-parole de Ferrari, Luca Colajanni, va revenir en Formule 1.

L'Italien s'est fait notamment connaitre pour avoir occupé le poste de directeur de la communication et responsable de la presse de l'équipe de Maranello pendant 15 ans, de 2000 à 2014, avant de rejoindre Marussia pendant quelques mois puis la Formule E et la FIA ces dernières années.

C'est le journaliste Leo Turrini qui révèle dans son blog Quotidiano que Colajanni va revenir dans le sport et sera en charge de la communication pour le compte du nouveau propriétaire de la F1, Liberty Media.
source: Nextgen-Auto.com

Sainz - La Toro Rosso STR12 a un énorme potentiel d'évolution
Carlos Sainz pense que Toro Rosso dispose d'un énorme potentiel d'évolution avec sa STR12, la monoplace produite par l'équipe de Faenza pour le championnat 2017.

Avant de savoir ce que va donner, demain, en piste, les premières évolutions de sa voiture, le pilote espagnol estime que James Key et son équipe technique ont une base solide pour progresser dans la hiérarchie.

Toro Rosso occupe actuellement la 6ème place au Championnat des Constructeurs, la 5ème étant toujours l'objectif final.

"Nous avons eu trois très bonnes courses parmi les 4 premières cette saison, en termes de performance. Nous étions la 6ème équipe la plus rapide mais nous pouvons faire mieux", analyse Sainz à Barcelone.

"Williams est évidemment devant nous, Force India aussi et Renault aussi, mais sur un tour rapide seulement. Nous avons une voiture très complète parce qu'elle est rapide mais elle use aussi très peu ses pneus, ce qui nous donne beaucoup de possibilités stratégiques en course."

"Maintenant il est vrai que nous n'avons plus l'énorme avantage en virages que nous avions sur ces équipes en 2015 et en 2016. Nous allions parfois plus vite que Red Bull et Ferrari dans les secteurs sinueux. C'est le signe que nous devons améliorer notre voiture."

Sainz ne s'attendait pas à autre chose.

"Avec de nouvelles règles et le budget que nous avons, il est évident que les top teams ont été favorisés au début. Mais le développement va être énorme, il va compter énormément et notre équipe a un potentiel d'évolution énorme avec cette voiture. James et son équipe ont fait un super travail et je suis confiant sur le fait qu'il y a plein de bonnes choses à venir."
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - Mon côté 'calme' n'est pas un avantage sur Hamilton
Valtteri Bottas ne pense pas que son caractère très posé et calme puisse lui donner un avantage dans sa bataille avec Lewis Hamilton cette année.

Le Finlandais monte peu à peu en puissance depuis le début de la saison. Et après avoir signé une pole à Bahreïn, il a à nouveau battu l'Anglais lors des qualifications en Russie, puis réalisé un meilleur départ afin de gagner devant les Ferrari son premier Grand Prix.

Alors, pour beaucoup, la personnalité de Bottas pourrait faire la différence lors de la suite de la saison.

"Ce n'est pas ma vision des choses. Je ne pense pas qu'être plus calme soit un avantage par rapport à mon équipier", confie Bottas.

"Tout le monde doit agir selon sa personnalité et non en se faisant violence. Oui, je suis d'un naturel calme et j'aime avoir ma vie privée réellement privée (contrairement à Hamilton). Mais tout le monde peut agir comme il en a envie."

"Je n'ai pas besoin d'être brusqué, d'avoir plus de motivation ou d'autres choses pour gagner d'autres courses", ajoute-t-il.

"Piloter cette voiture, piloter pour Mercedes, c'est déjà une motivation bien suffisante pour atteindre mes objectifs, et notamment celui de devenir un jour Champion du monde."
source: Nextgen-Auto.com

Sauber ne doit pas avoir peur du moteur Honda pour 2018
Monisha Kaltenborn a répété être confiante que Sauber sera en capacité de progresser l'année prochaine avec le moteur Honda.

Le V6 japonais est actuellement moins puissant et moins fiable que le moteur Ferrari de 2016 qu'utilise l'équipe suisse. Mais, d'ici 2018, l'Autrichienne espère bien voir des progrès notables du côté de Honda dans tous les domaines.

"Comme je l'ai dit en Russie, je ne suis pas du tout inquiète de ce que nous voyons à l'heure actuelle chez McLaren. Nous avons confiance quant au fait que Honda va mettre ses problèmes sous contrôle et les résoudre", affirme Kaltenborn.

Lorsqu'on lui demande comment elle peut avoir autant confiance, elle révèle que des discussions très poussées, depuis de nombreux mois, lui ont permis de se forger une bonne opinion.

"Il est important, quand vous signez un contrat, d'avoir une totale transparence des choses. Avec Honda, comme je l'ai récemment dit également, nous avions des discussions depuis longtemps déjà. Avec un bon aperçu de ce qu'il se passe chez eux."

"Le plus important c'est que Honda a conscience de ces problèmes et qu'ils se sont engagés à trouver des solutions."
source: Nextgen-Auto.com

La F1 lance une 'Fan Zone' et une chaîne dédiée pour les spectateurs
Rachetée il y a quelques mois par Liberty Media, la Formule 1 continue sa mue après les quatre décennies passées sous le règne de Bernie Ecclestone, lors desquelles elle avait pris un retard certain en termes de communication et de rapprochement auprès des fans.

Pour la première fois ce week-end, en Espagne, les spectateurs pourront bénéficier d'une fan zone et d'un canal vidéo dédié. Cette chaîne diffusera des "interviews en direct, des analyses d'experts et des apparitions exclusives des pilotes actuels et des légendes de la discipline", comme le décrit la FOM.

Quant à la fan zone, elle proposera " des expériences uniques, dont des simulateurs de course, une tyrolienne de 200 mètres de long, des défis d'arrêts aux stands très réalistes et des performances de DJ locaux". Le management de la discipline ajoute qu'une voiture biplace sera utilisée pour offrir aux vainqueurs des compétitions la chance de parcourir un tour de circuit à la vitesse d'une Formule 1. Parmi les autres prix, les fans pourront gagner des accès au Paddock Club et la possibilité de se faire prendre en photo avec les équipes composant la grille.

Le Paddock Club évoluera également et proposera plusieurs nouveautés, dont un tour du circuit dans le camion servant à la parade des pilotes, mais aussi l'accès à un garage fonctionnel. Toujours dans le souci de se rapprocher des spectateurs et de leur faire découvrir la discipline, le club présentera des monoplaces de démonstration et expliquera le fonctionnement d'un moteur en partenariat avec Mercedes.

"Le Grand Prix d'Espagne est un moment clé dans l'histoire de la marque 'Formule 1'" a déclaré le manager commercial du sport, Sean Bratches. "Nous avons cherché à rapprocher les fans de l'action et à recréer un attrait pour notre sport. Le lancement de notre Fan Festival ce week-end marque le début de ce voyage et nous sommes ravis de faire vivre les courses de cette manière."
source: Nextgen-Auto.com

Lance Stroll admet être encore en phase d'apprentissage
Après un début de saison difficile lors duquel il n'a vu qu'une seule fois le drapeau à damiers en quatre courses, Lance Stroll avoue qu'il est encore en phase d'adaptation à la Formule 1.

Le plus jeune pilote du plateau possède l'image d'un pilote payant et peine à s'en défaire suite à des débuts poussifs, mais ne s'en inquiète pas encore.

"Quand tout se passe bien, l'écart n'est pas énorme avec mon équipier" se défend-il. "Avec l'expérience, Felipe sait comment tirer le maximum de la voiture alors que j'apprends encore cela. Plus j'essaie et mieux je comprends comment la voiture répond. Pour le moment, tout est nouveau et il y a énormément à prendre en compte en plus du pilotage pur."

"Je savais à quoi m'attendre et c'est un défi amusant, même si c'est parfois difficile et frustrant. C'était pareil en Formule 3, j'ai eu des débuts délicats mais dès la deuxième saison, on connaît les circuits et on sait à quoi s'attendre. Je suis parti de zéro, je dois apprendre tout cela et ce n'est pas un procédé que je peux accélérer."

En attendant, le Canadien doit gérer la pression des médias et des fans qui ne sont pas avares en critiques depuis le début de la saison: "Ils ne voient pas ce qu'il se passe en coulisses. J'arrive toujours à savoir pourquoi l'écart est présent. Je ne lis pas ce qui est écrit car les gens n'ont pas une vision d'ensemble."
source: Nextgen-Auto.com

Haas engage Arjun Maini comme pilote de développement
Déjà pourvue d'un pilote d'essais avec Santino Ferrucci, l'équipe Haas a annoncé avoir signé un pilote de développement, Arjun Maini. L'Indien court cette année en GP3 pour sa première saison complète dans la discipline. Il y avait couru en 2016 et en dépit d'avoir manqué les quatre premières courses, le pilote de 19 ans avait terminé 10ème du championnat.

"C'est un honneur de faire partie du programme de développement des pilotes de Haas F1 Team" a déclaré Maini. "Jusqu'ici, j'ai toujours couru avec l'idée d'être pilote de Formule 1 et cette chance me rapproche de mon objectif. J'ai envie d'apprendre, comprendre et expérimenter les procédés d'un pilote de Formule 1. Tout ce que j'apprends peut directement être utilisé en GP3 tout en me préparant à mon but ultime de F1."

Haas réserve à son nouveau pilote le même traitement qu'à Ferrucci, à savoir la possibilité de suivre l'équipe lors de chaque week-end de course tout au long de la saison, mais aussi en lui offrant une place dans le programme de simulateur. Günther Steiner se félicite de développer l'avenir avec des jeunes talents.

"Alors que Haas continue à évoluer, nous devons regarder vers l'avenir et développer des talents potentiels" explique le directeur de l'équipe. "Arjun a rencontré le succès en karting et s'est très bien adapté aux diverses formules de promotion puis au GP3. Nous garderons un œil sur ses progrès cette saison."
source: Nextgen-Auto.com

Alonso assure qu'il sera en Formule 1 en 2018
Sa participation à l'Indy 500 en fin de mois à la place du Grand Prix de Monaco a laissé penser à de nombreux observateurs que Fernando Alonso commençait à sérieusement manquer de motivation en Formule 1, certainement fatigué de ses saisons passées dans le fond du peloton avec McLaren. L'Espagnol avoue toutefois qu'il n'envisage pas la retraite en fin de saison.

Alonso avoue que pour rester chez McLaren, il faudrait que l'équipe soit "en position de se battre pour le championnat. J'espère que les choses s'amélioreront mais à partir de septembre voire octobre, je serai ouvert à toute négociation, que ce soit avec McLaren ou une autre équipe".

Le double Champion du monde répète ainsi ce qu'il a dit il y a peu: il est prêt à signer ailleurs s'il le faut et confirme que la lassitude est présente chez McLaren. Surtout dans son cas, puisqu'il est en train de rater complètement sa fin de carrière et que pour la troisième saison de l'association entre McLaren et Honda, la lumière n'est toujours pas au bout du tunnel.

"Il est certain que nous avons besoin de joie, d'un bon résultat, de quelque chose puisqu'il n'est pas possible de gagner quoi que ce soit. Pour le moment, nous ne sommes ni compétitifs ni fiables, mais l'année est longue et nous pouvons faire de grands progrès. J'espère encore être satisfait de la deuxième moitié de saison".

Honda a mis en place un plan pour atteindre ses objectifs et fournir enfin un moteur efficace et fiable à McLaren et Alonso révèle le travail prévu dans les prochains mois: "L'équipe met tout derrière Honda car elle n'est pas habituée à être en fond de peloton et toutes les ressources possibles sont utilisées pour les aider".

"Il y a une série de courses en juillet mais après l'été, il y aura assez de temps pour analyser les progrès dans l'équipe, le fonctionnement de nos évolutions et pour voir si notre courbe de progression est bonne, plate ou mauvaise. Je verrai à ce moment-là ce que je ferai l'an prochain, mais je serai en F1" a-t-il tranché.
source: Nextgen-Auto.com

Bottas - La victoire comme objectif à chaque course
Valtteri Bottas a enfin ouvert son compteur de victoires en Formule 1 il y a deux semaines, en Russie, et ce succès semble lui avoir donné des envies de réitérer une telle performance puisque le Finlandais avoue qu'il va désormais aborder chaque course avec l'objectif de la remporter. Après un bon début de saison, il pointe au troisième rang du championnat à quelques encablures de Lewis Hamilton.

"Ce serait stupide de ne pas chercher la victoire, ce sera mon objectif à chaque course" explique-t-il. "C'est toujours possible et c'est génial de savoir que j'aurai une chance de succès à chaque course".

Bottas ressent déjà l'effet de sa première victoire: "Cela fait une différence et c'est toujours un surplus de confiance quand on signe un bon résultat et souvent, on arrive à surfer sur cette vague. Je sens que je suis sur une dynamique où j'arrive à progresser à chaque qualification et à chaque course et je veux continuer à m'améliorer constamment".

Après une très bonne course à Melbourne où il signait son premier podium pour Mercedes, Bottas est passé au travers de son week-end en Chine mais a rebondi à Bahreïn avec sa première pole position puis à Sotchi en remportant sa première course et en dominant Hamilton tout au long du week-end.

"Le principal pour moi est de continuer à faire mon travail en ne m'occupant que de moi-même. Il faut croire en soi et savoir que l'on peut afficher un bon niveau de compétitivité mais il faut surtout continuer à travailler et à se concentrer sur son travail. Le mien consiste à piloter la voiture aussi vite que possible" conclut le pilote Mercedes.
source: Nextgen-Auto.com

Rosberg - Hamilton est probablement plus talentueux que moi
Nico Rosberg vient de reconnaitre qu'il aimerait bien retrouver sa relation amicale avec Lewis Hamilton, son ancien équipier et farouche adversaire chez Mercedes.

Les deux hommes, qui étaient amis depuis l'âge de 13 ans, ont vu, peu à peu, leur relation se dégrader au fur et à mesure que les enjeux sont devenus plus importants pour les titres mondiaux.

Même après que Lewis Hamilton ait dit qu'il ne pensait "rien" de Rosberg aujourd'hui, l'Allemand souhaite calmer les choses.

"Pour réussir à le battre, j'ai dû être très appliqué, concentré totalement et ne faire aucun compromis. C'était la seule façon d'y parvenir", déclare Rosberg.

"Il y a des pilotes en Formule 1 qui sont plus talentueux que moi. Probablement mon ancien équipier. Lewis est l'un des meilleurs pilotes de tous les temps et un incroyable adversaire."

"Cinq mois ont passé maintenant. Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas redevenir amis."
source: Nextgen-Auto.com
Découvrez la composition des écuries et le calendrier des courses du championnat 2017!

En direct de Twitter

suivez-nous sur Twitter
.:: Lexique ::.
>> Découvrez la signification de plus de 400 termes utilisés dans le petit monde de la F1!
dictionnaires • Autoclave, Carrossage, Flow vis, Hat trick, Nomex, SREC, Tube de Pitot, Zylon... Vous saurez tout ce qui se cache derrière ces mots obscurs.
.:: Site Mobile ::.
>> Suivez toute l'actualité de la Formule 1 où que vous soyez!
mobile • Connectez-vous sur notre mobile à l'adresse:
mobile.zonef1.com
.:: Publicité ::.